Archive pour le Tag 'rien'

Page 9 sur 10

Hollande TF1 : rien de neuf !

Hollande TF1 : rien de neuf !

 

C’était prévu, cette conférence ne pouvait rien apporter tant la parole de Hollande est discréditée . On pouvait quand même s’attendre à quelques annonces, il n’y a rien eu de nouveau sinon qu’il n’y aurait pas d’impôt nouveau en 2015 (ce que les Français ne croient pas, la preuve avec le projet de taxe sur les résidences secondaires). Bref une prestation télévisée de rabâchage, ennuyeuse, peu suivie, peu appréciée. « Depuis deux ans et demi, je me cramponne », a déclaré d’emblée le président le plus impopulaire de la Ve République, dont la cote de popularité est tombée jusqu’à 12%. « Je dois avoir le cuir tanné, être serein, avoir du sang-froid (…) pour réussir une fonction exceptionnelle », a ajouté celui qui avait fait campagne sur le thème du « changement » et du « président normal ». François Hollande a répété que la baisse du chômage, qui n’a cessé de grimper depuis son entrée à l’Elysée, était une condition indispensable pour briguer un second mandat en 2017. Interrogé sur son désir de second mandat, il a répondu: « Je suis président, je n’ai pas besoin de me poser cette question (…) Pas tout de suite ». « Je vais jusqu’au bout réformer mon pays, le rendre plus fort », a-t-il assuré. « Au bout des cinq ans (…) je veux pouvoir me regarder dans une glace en me disant: est-ce que j’ai fait ce que je devais faire comme président de la République pendant cinq ans? » La principale annonce a consisté à assurer aux Français, confrontés à des hausses continues de taxes, qu’il n’y aurait aucun impôt supplémentaire l’an prochain, tout en confirmant la suppression de la première tranche de l’impôt sur le revenu. « L’année prochaine il n’y aura pas d’impôt supplémentaire sur qui que ce soit », a-t-il déclaré, au risque d’être critiqué si, comme pour le chômage, il n’y parvient pas. François Hollande a fait quelques annonces contre le chômage comme la création de 15.000 emplois d’avenir « verts » supplémentaires à destination des jeunes. Interpellé par une demandeuse d’emploi âgée de 60 ans, il a évoqué une allocation pour les chômeurs ayant suffisamment cotisé mais n’ayant pas atteint l’âge de la retraite ainsi que la création d’un contrat aidé pour les chômeurs seniors à qui il manque quelques trimestres de cotisation. François Hollande s’est aussi dit favorable à l’organisation d’un référendum sur l’instauration d’un service civique universel obligatoire pour les jeunes. Interrogé sur sa promesse électorale d’instiller une dose de proportionnelle pour les élections législatives, le président a répondu que cela n’était « pas la priorité » du moment. Moins populaire que son Premier ministre Manuel Valls, François Hollande a affirmé qu’il restait celui qui « fixe la ligne » et l’instigateur des réformes. « Manuel Valls est un bon Premier ministre, il applique la politique que j’ai moi-même fixée pour la Nation et nous sommes dans une équipe », a dit le président. « Toutes les réformes, je les ai décidées moi-même ». François Hollande a terminé son entretien en donnant une série de rendez-vous à même de redorer l’image du pays qu’il dirige à l’international. La France, qui organisera la grande conférence sur le climat fin 2015, est candidate à l’organisation de l’Exposition universelle de 2025, a-t-il annoncé. François Hollande s’est aussi déclaré favorable à l’organisation des Jeux olympiques à Paris en 2024. Bref à défaut de pain, des jeux !

Croissance faible : que va faire la BCE ? Rien !

Croissance faible : que va faire la BCE ? Rien !

Il faut s’attendre à de nouvelles batailles au sabre de bois à l’intérieur de la BCE avec les partisans d’une politique accommandante et les orthodoxes soutenus par l’Allemagne, eux pour le statu quo. .La faiblesse de la croissance aussi bien dans les services que dans l’industrie malgré cette tendance de long terme à la baisse des prix servira jeudi de toile de fond à la réunion de politique monétaire de la BCE. Les débats sont vifs entre banquiers centraux sur les outils à mettre en œuvre pour écarter le spectre de la déflation et sortir l’inflation, de seulement 0,4% en octobre, de ce que la BCE qualifie elle-même de « zone de danger » sous 1%. Considéré comme un bon indicateur de l’activité puisqu’il s’appuie sur le sentiment de milliers d’entreprises à travers le continent, l’indice composite des directeurs d’achats (PMI) de Markit n’a quasiment pas bougé par rapport à son plus bas de 10 mois atteint en septembre, passant de 52,0 à 52,1. « Une telle faiblesse est inquiétante car elle souligne la faiblesse de la demande dans la zone euro et alimente les inquiétudes concernant la croissance. Les éléments d’anticipation dans les deux secteurs se sont révélés décevants », commente Apolline Menut, pour Barclays. Dans les services, l’indice des directeurs d’achat est tombé à un plus bas de sept mois à 52,3 en octobre et il y a peu de chances qu’il s’améliore ce mois-ci. Si le PMI composite, regroupant industrie et services, est resté pour le 16e mois consécutif au-dessus du seuil de 50 séparant la croissance de la contraction, cette situation a un coût. Le sous-indice des prix à la production a plongé à 47,1 contre 48,5 en septembre, soit son plus bas niveau depuis février 2010, ce qui semble indiquer que les entreprises continuent désespérément de jouer sur les prix pour maintenir leur activité.  

 

Relance : Macron et Sapin à Berlin pour rien ?

Relance : Macron et Sapin à Berlin pour rien ?

 

Sapin et Macron veulent que Berlin investissent 50 milliards,  comme la France (mais qui les empruntera). Du coup, ils risquent de revenir avec rien. L’Allemagne refuse en effet de faire du déficit budgétaire et considère que la France va encore financer à crédit sa relance. Sans doute pour des raisons diplomatiques le refus de Berlin ne sera pas auusi tranché mais la position allemande va sans doute signifier à la France qu’il lui faut d’abord faire des réformes structurelles.  Sigmar Gabriel et Wolfgang Schäuble attendent donc de pied Sapin et Macron.  Au menu de cette rencontre avec les ministres français de l’Économie et des Finances, Emmanuel Macron et Michel Sapin: les moyens de redynamiser les investissements et la croissance dans les deux pays et l’Europe toute entière. En amont de la visite, les quatre protagonistes ont réaffirmé des positions très éloignées. Pour Berlin, la clé de la guérison de la zone euro est la confiance, qui passe par un assainissement des finances publiques et des réformes structurelles. Wolfgang Schäuble ne conteste pas que son pays ait besoin d’investissements, il l’a redit dans une interview dimanche 19 octobre. « Mais nous ne voulons pas de croissance à crédit« , a-t-il martelé. Son objectif premier reste le « zéro pointé » du déficit fédéral l’an prochain. « C’est le seul moyen de générer la confiance« , pour lui. L’investissement devra être pour l’essentiel privé, la tâche de l’État est simplement d’en favoriser les conditions. Paris voudrait quant à lui que le partenaire allemand utilise ses marges de manœuvre budgétaires pour investir dans le soutien de l’économie, ce dont tous les Européens profiteraient par ricochet. Avant de faire le voyage, Emmanuel Macron a chiffré la requête, pour la première fois. « 50 milliards d’euros d’économies chez nous, 50 milliards d’investissements chez eux, ce serait un bon équilibre« , a jugé le ministre dans une interview conjointe avec Michel Sapin au quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) à paraître lundi 20 octobre. Pour l’Allemagne, qui affiche depuis 2012 des comptes publics à l’équilibre (tous niveaux confondus, État fédéral, Länder et communes), 50 milliards d’euros de dépenses supplémentaires « seraient compatibles avec une politique budgétaire sérieuse », juge le ministre français de l’Économie.

 

Air France : une grève vraiment pour rien

Air France : une grève vraiment pour rien

 

Finalemenet la grève du syndicat corpo des pilotes n’aura servi strictement à rien sinon à faire perdre 500 millions à Air France et à affecter un peu plus une image déjà dégradée ; Comme c’était prévisible, Air France envisage de créer une autre société à la place de Transavia France que les pilotes refusent en l’état. Une société low cost bien sûr puisque les coûts d’Air France sont grandement affectés par le cout des avantages sociaux d’Air France et les effectifs surabondants .  Le PDG d’Air France/KLM perd patience avec les pilotes de sa compagnie. Dans un entretien au Journal du dimanche du 12 octobre, Alexandre de Juniac les menace de créer « une compagnie sœur de Transavia » si ces derniers refusent de signer l’accord avec la direction. Après la grève, il dit vouloir « tourner la page et avancer ». Mais, dans le cas où les pilotes refuseraient de signer les propositions de la direction, « nous créerons une compagnie sœur de Transavia, Transavia Développement, en France, pour nous développer dans l’activité à petits prix, avec les nouveaux avions qui arrivent dans les mois qui viennent », déclare-t-il. « Mais que les pilotes signent serait plus simple et plus logique ». Selon lui, le marché du low cost est « le seul marché en croissance » du secteur de l’aviation. « En Europe, le low cost représente aujourd’hui près de 50% du trafic. Sur le segment des prix bas avec un service de qualité, Transavia peut devenir un des grands d’Europe », affirme-t-il. Il revient aussi sur le coût financier du conflit social particulièrement dur qui a duré 13 jours. Le PDG estime qu’il a coûté 500 millions d’euros : « La grève nous a coûté 20 millions d’euros pas jour, auxquels s’ajoutent des dédommagements, les achats de billets parfois au prix fort auprès d’autres compagnies pour acheminer nos passagers ainsi que l’impact sur les réservations des semaines à venir ». Pour lui, « cette grève nous a fait perdre un an. Air France aurait dû être dans le vert cette année ».

 

Abandon de l’écotaxe est « une erreur désastreuse », estime Cécile Duflot qui n’y connait rien !

Abandon de l’écotaxe est « une erreur désastreuse », estime Cécile Duflot qui n’y connait rien !

 

 

Une erreur désastreuse pour Duflot l’écolo politisée qui ne connait rien à économie et pas grand-chose à l’écologie. Sur le fond, les écolos ont raison de plaider pour un autre modèle de développement qui a certainement atteint ses limites pour autant la stratégie proposée pour y parvenir est complètement illusoire voire contre productive. Duflot ignore sans doute l’évolution des parts de marchés des différents pavillons routiers, l’écroulement du pavillon français notamment. Le fait qu’aujourd’hui ce sont surtout de pavillons de pays de l’Est qui rendent le transport auusi peu chers ; L’écotaxe aurait frappé en priorité le pavillon français essentiellement replié sur le territoire national tandis que les pavillons étrangers par le jeu de la péréquation des coûts (et le cabotage) auraient pu encore davantage concurrencer le transport français sur le territoire national. Conclusion, cela n’aurait strictement rien changé sur le plan de la mobilité des biens, au contraire. C’est une conception globale de politique des transports qui peut changer les choses et cela au plan européen et non des mesures de taxation partielles et partiales.  L’ancienne ministre écologiste a évoqué l’abandon de l’écotaxe ce vendredi, annoncé la veille par Ségolène Royal.   »Je suis consternée ». Cécile Duflot n’a pas mâché ses mots envers François Hollande et le gouvernement, au lendemain de l’annonce de l’abandon de l’écotaxe. « Je considère que c’est une erreur désastreuse », a déclaré l’écologiste sur RTL vendredi 10 octobre.  L’ancienne ministre du Logement a déploré le manque de « courage politique » de la majorité. « Dès qu’il s’agit de passer aux actes, il n’y a plus personne », a-t-elle déploré. Et d’ajouter : « Abandonner l’écotaxe, c’est 450 millions d’euros qui vont manquer pour faire des travaux et des bus. » L’ex-patronne d’Europe Écologie-Les Verts a plaidé pour « une autre manière de travailler et de produire », parce que selon elle, « on a atteint les limites d’un système ».    »Il faut changer de modèle », a martelé la député de Paris. « Quand des animaux sont élevés en Bretagne et vont être abattus à l’autre bout de l’Europe parce qu’ils sont transportés par des camions, raconte Cécile Duflot, on a la double peine. »

 

Air France: une grève pour rien !

Air France: une grève pour rien !

 

Finalemenet la grève des pilotes n’aura servi à rien sinon qu’à affecter un peu plus l’image d’Air rance ( et les résultats financiers). La filiale low cost sera bien mise en place et pas aux conditions du syndicat corpo SNPL. En outre la filiale européenne pourrait renaitre sous d’autres formes. Le climat semble loin d’être apaisé au sein d’Air France. Ce mardi 7 octobre, le syndicat majoritaire des pilotes, le SNPL, a en effet invité tous les syndicats de la compagnie juste avant une réunion de la direction centrée sur le développement de la low cost Transavia.  Air France n’ayant  pas fourni d’ordre du jour précis aux organisations conviées, les spéculations sur son objet vont bon train. La compagnie aérienne Air France-KLM, numéro deux européen derrière l’allemand Lufthansa, souhaite renégocier depuis des mois un accord passé lors de la création de Transavia France en 2007 avec les pilotes.  Son PDG, Alexandre de Juniac, avait d’ailleurs menacé de dénoncer cet accord  au cours de la longue grève de septembre, ce qui avait attisé la détermination des pilotes. Le SNPL pense que la direction a dans ses cartons un projet de « low cost bis », qui se fonderait « sur un nouvel accord, cette fois-ci intercatégoriel », selon son porte-parole, Guillaume Schmid. Or, si l’on confond toutes les catégories (personnel au sol, hôtesses et stewards, pilotes), « les pilotes ne pèsent que 6% », selon le syndicaliste. Selon le premier syndicat de pilotes, Air France aurait d’ores et déjà enregistré au tribunal de commerce de Bobigny la nouvelle « Transavia Company », créée « dans l’opacité la plus totale ». Et mardi, la direction commencera « peut-être à exposer la méthode alternative », craint-il. Pour ne pas subir un tel scénario, le SNPL a donc convié avant la réunion de la direction toutes les organisations syndicales représentatives, celles qui l’ont soutenu (CGT, UNSA, FO) et celles qui l’ont critiqué (CFE-CGC, CFDT) pendant la grève. Il s’agira d’ »évoquer l’avenir d’Air France et les menaces identifiées». La grève record des pilotes d’Air France, qui s’opposaient aux conditions de développement de Transavia, s’était terminée le 28 septembre sans qu’un accord ait été trouvé avec la direction.

 

Air France : 14 jours de grève pour rien

Air France : 14 jours de grève pour rien

 

L syndicat corpo d’Air France a appelé à reprendre le travail mais le bilan est lourd et globalement il s’agit d’une grève pour rien. Il y aura bien deux statuts de pilotes à Air France, celui d’Air France (très généraux) et celui de la filiale low cost Transavia France ; seul le projet Transavia Europe a été abandonné (pour l’instant car il pourra toujours renaître via KLM par exemple). . Une grève pour presque pour rien qui aura couté cher financièrement et porté un nouveau coup à limage de la société. Une compagnie considérée par l’usager comme trop chère et un peu veillotte.  Côté direction, on a du mal a digéré les pertes colossales, engendrées par ces 14 jours exactement d’une grève très suivies par les pilotes. Le manque à gagner pourrait se chiffrer entre 100 et 200 millions d’euros, estime Yves Crozet, professeur d’économie à l’Université et membre du Laboratoire d’économie des transports. Et c’est sans compter les pertes (de clientèle notamment) à moyen terme, poursuit-il. Côté syndicats, le constat est tout aussi amer puisqu’aucun accord n’a été trouvé sur le principal motif du conflit, à savoir le statut réservé aux pilotes de Transavia France, la filiale à bas coût du groupe. Le SNPL (majoritaire) a donc décidé d’annoncer la fin de la grève « en espérant qu’en faisant retomber un peu la pression, nous arriverons à poursuivre le dialogue social« , a indiqué son porte-parole Guillaume Schmid. Mais « les déclarations récentes de la direction juste après la levée (de la grève) viennent renforcer nos inquiétudes« , a-t-il ajouté.   Du côté du Syndicat des Pilotes d’Air France (minoritaire) en revanche, pas question de reprendre le travail tant qu’un « véritable » dialogue social n’a pas été engagé. « La négociation intervenue hier tard dans la soirée et toute la nuit n’a pas abouti à la conclusion d’un Protocole de sortie de grève. Lors de cette réunion, nous avons remis à la Direction un document écrit de contre-propositions, présentant des garanties d’équité évitant le démantèlement d’Air France et le transfert de son activité au détriment de ses emplois. Nous attendons sa réponse écrite. Au 14ème jour de grève, nous souhaitons que la Direction revienne sur ses positions et adopte un véritable dialogue social », indique le syndicat dans un communiqué. Le SPAF qui donc a décidé de « maintenir » son préavis de grève jusqu’à mardi.

 

Conférence de presse Hollande, Ce qu’il faut retenir : rien !

Conférence de presse Hollande, Ce qu’il faut retenir : rien  

 

 

Rien, vraiment rien à retenir de cette conférence de presse Par ailleurs triste comme le président sans doute enfin convaincu que les résultats ne viendront pas et qu’il n’a aucune chance d’être candidat en 2017(ce qu’il a presque avoué). D’une certaine manière c’était assez pathétique de voir cet homme qui n’y croit plus vraiment annoncer son programme de contradictions «  la voix que j’ai tracée », en fait un chemin de traverses. C’est la première fois que Hollande ne faiat pas la moindre proposition à part le permis de conduire à prix cassé dans le cadre du service civique ! Sans doute par Valls avait déjà tout dit et rien dit. Le seule annonce c’est l’engagement militaire en Irak mais déjà prévue. On peut se demander si cette conférence était vraimenet nécessaire après déjà une intervention de Valls sans grande innovation. Observons cependant que Hollande s’est retiré sur la pointe des pieds de la situation intérieure puisqu’il a consacré environ la moitié de son allocution à l’international ; Celui qui se voulait président chef de gouvernement (exemple le gouvernement économique dont on ne parle plus !) se replie dans la fonction présidentielle permise par les institutions et laisse désormais Valls gérer l’intérieur. Du coup ce ne sont que des copier coller du discours de Valls

 

●  Pas de hausse d’impôts

«La France ne va pas lever d’impôts supplémentaires», a promis François Hollande. Qui exclut au passage toute augmentation de la TVA jusqu’en 2017. Il a par ailleurs déclaré que la baisse d’impôt sur le revenu annoncée par Manuel Valls ne se traduirait pas par une hausse pour les plus aisés (à vérifier !).

 

●  «Les résultats tardent à venir, ils viendront»

François Hollande a voulu à nouveau afficher sa confiance.«Les résultats, ils tardent à venir, je le sais, je le vois. Ils viendront si nous nous mobilisons tous», a-t-il assuré. «Le gouvernement doit faire tout ce qu’il peut, et je fais à ma place tout ce que je dois». Le président juge que son «cap», basé sur le pacte de responsabilité, «permettra d’avoir des résultats, j’espère avant 2017». Il exige qu’on attende la fin de son quinquennat pour faire son bilan.

●  Une négociation avec Berlin pour reporter à 2017 l’objectif des 3%

Tout en rappelant l’importance du couple franco-allemand, François Hollande a voulu afficher une certaine fermeté vis-à-vis de Berlin. «Nos amis allemands ont parfaitement raison de nous rappeler qu’il faut faire des réformes. Mais qu’on nous demande pas de faire en cinq ans ce que les Allemands ont fait en dix. Nous sommes très forts mais quand même…». «La France ne demande pas un traitement à part» mais «ne fera pas davantage parce que ça menacerait la croissance». François Hollande a annoncé qu’il allait engager la «négociation» avec Berlin pour faire accepter un report à 2017, au lieu de 2015, du retour du déficit public français au seuil de 3% du produit intérieur brut.

 

●  «Je suis président, je ne suis pas candidat»

Frappé par une impopularité record, François Hollande refuse de se prononcer sur une éventuelle candidature en 2017. «Mon sort personnel n’est pas mon objectif». «Je suis président, pas candidat, je serai président jusqu’au bout, je n’ai pas d’autre objectif, d’autre priorité, d’autre devoir que de faire tout, tout pour mon pays. Donc, l’idée de ma candidature n’est pas présente», a-t-il assuré.

 

●  Pas de commentaire sur le retour de Sarkozy

«Il ne m’appartient pas comme président de la République de commenter les éventuelles déclarations de candidatures à la présidence d’un parti et notamment d’un parti d’opposition», a répondu Hollande à une question sur le retour imminent de l’ancien président. «Ceux qui ont dirigé le pays hier et avant-hier ont parfaitement le droit de vouloir gouverner à nouveau demain et après-demain», a cependant ajouté Hollande. Un commentaire qui peut valoir aussi bien pour Nicolas Sarkozy que pour les anciens premiers ministres François Fillon et Alain Juppé.

 

●  L’avertissement aux frondeurs

«S’il n’y avait pas eu la confiance, alors le peuple aurait été appelé à renouveler l’Assemblée nationale», a assuré le chef de l’Etat. Un moyen pour François Hollande de mettre la pression sur les députés socialistes frondeurs, qui perdraient pour la plupart leur siège en cas d’élections législatives anticipées dues à une perte de majorité.

 

 

Croissance: encore deux sommets européens pour rien

Croissance : encore deux sommets européens pour rien

 

A défaut d’obtenir un changement de cap de l’Europe, Hollande multiplie les réunions entre les membres de l’U.E. Depuis 2012, c’est bien une dizaine de réunions qui se sont penchées sur la question : sans résultat aucun. Ce sera sans doute le cas avec ces deux nouveaux sommets demandés par La France et l’Italie, deux pays en très mauvais posture. Comme d’habitude Merkel et les pays du nord vont refuser de s’engager dans la voie de la relance notamment budgétaire, comme habitude on va accoucher d’une souris, comme d’habitude Hollande fera semblant d’être content et dans six mois redemandera un nouveau sommet.   »Les statistiques des dernières semaines ont confirmé que la reprise, particulièrement dans la zone euro, est faible, l’inflation basse et le chômage inacceptablement haut », peut-on lire dans le projet de conclusions du Conseil européen à Bruxelles. Selon ce texte, les Vingt-Huit ont réservé un accueil favorable à la proposition du président du Conseil italien de tenir un sommet dans son pays début octobre. L’Italie, qui occupe la présidence tournante de l’UE ce semestre, est de nouveau entrée en récession au deuxième trimestre, en raison notamment de la baisse de l’investissement, et cherche comme la France des moyens pour stimuler l’activité.  Cette première réunion sera suivie par un sommet restreint aux pays membres de la zone euro, conformément aux vœux exprimés par le président français jeudi, devant la conférence des ambassadeurs.  Cette réunion des 18 pays partageant la monnaie unique doit permettre d’obtenir un assouplissement dans la mise en œuvre de leurs obligations budgétaires et faire face, ainsi, à la déflation et à l’absence de croissance qui menacent l’Europe. De manière plus générale, François Hollande cherche à obtenir un engagement de ses partenaires, particulièrement l’Allemagne, en faveur d’une politique budgétaire plus agressive afin de relancer la demande. Confronté au manque de résultats de sa politique économique, François Hollande a fait le choix d’accélérer le rythme des réformes structurelles tout en demandant des marges de manœuvre à ses partenaires européens et à la Banque centrale européenne. « (Les) réformes doivent conduire à la croissance mais elles ne peuvent pas réussir s’il n’y a pas de croissance », a dit devant la presse le chef de l’Etat, hôte d’une douzaine de dirigeants de la gauche européenne, invités à l’Elysée dans la matinée pour préparer le sommet européen.  

 

Immobilier : une chute des taux qui ne change rien

Immobilier : une chute des taux qui ne change rien

 

En dépit de la chute des taux c’est toujours la déprime dans l’immobilier aussi bien dans le neuf que dans l’ancien. En cause évidemment le manque de solvabilité de beaucoup de primo accédants ; rappelons que pour un bien d’une valeur moyenne de 220 000 euros, il faudra environ 4500 euros de revenus mensuels pour assurer les remboursements moyens en cas de crédit. Autant dire une chiffre difficile à atteindre pour nombre de manages qui attendent à juste titre de nouvelles baisses de prix. Les taux d’intérêt des crédits immobiliers accordés aux particuliers sont tombés à 2,70% en moyenne en juillet, poursuivant un mouvement de baisse inédit depuis les années 1940, selon les données mensuelles de l’observatoire Crédit Logement / CSA. En juillet, les taux des prêts du secteur concurrentiel, hors assurance et coût des sûretés, ont atteint 2,70% en moyenne, avec 2,67% pour l’accession dans le neuf et 2,70% pour l’accession dans l’ancien. L’observatoire a de nouveau souligné, comme pour les mois de mai et juin, le caractère inédit de ce mouvement baissier depuis les années 1940, tant dans l’ampleur que dans le temps. Depuis le début de l’année, les taux ont marqué une chute globale de 38 points de base (0,38 point), touchant tous les marchés d’une façon similaire: celui du neuf (2,67% contre 3,08% en décembre), de l’ancien (2,69% contre 3,08% en décembre) et des travaux (2,73% contre 3,12% en décembre). L’attractivité des taux variables a continué à diminuer, avec seulement 3,1% des prêts contre 6,4% en 2013. «La baisse des taux constatés depuis janvier rend ces formules nettement moins intéressantes pour les emprunteurs qu’au début des années 2010», souligne le communiqué. En juillet, la durée moyenne des prêts a légèrement diminué à 204 mois contre 206 en juin, stagnant à un niveau bas depuis plus d’un an du fait de la panne de la primo-accession des ménages jeunes ou modestes. Le coût des prêts reste quant à lui élevé à 3,82 années, «dans un contexte de stagnation des revenus des ménages», selon le document, et le niveau d’apport personnel s’est redressé à la fin juillet (+2,5% sur un an, contre -5,5% en 2013).

Ebola : Touraine, qui n’y connait rien, rassurante !

Ebola : Touraine, qui n’y connait rien, rassurante !

 

Rassurante la ministre de la santé qui sur ce sujet là, comme sur le reste,  ne connait rien d’autre que ce qu’on  apprend à l’ENA, c’est à dire rien ! Marisol Touraine oublie simplement que les vacances d’été viennent de commencer et qu’en particulier les immigrés séjournant dans leur pays d’origine risquent de revenir avec le virus vers la fin de l’été. Même si elle pense qu’une « extrême vigilance s’impose » ( les mots habituels pour ne rien dire) , la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a estimé que la France « a les moyens de faire face à Ebola » dans un entretien publié jeudi par le Parisien/Aujourd’hui en France.   »Aucun cas importé n’a été signalé à ce jour (en France, ndlr). Pour autant, une extrême vigilance s’impose face à cette maladie à la fois très grave et très contagieuse qui progresse en Afrique », a souligné la ministre qui assure que « à l’heure actuelle, le risque d’importation du virus en Europe et en France est faible ». « Nous faisons en sorte que notre pays ne soit pas touché » a affirmé la ministre qui a souligné que « depuis plusieurs mois » le ministère des Affaires Etrangères et celui de la Santé ont « établi des recommandations pour ceux qui se rendent dans les pays concernés. » « Sans alarmer, c’est sur cette prévention en amont qu’il faut insister » a poursuivi Marisol Touraine. Si des cas importés étaient signalés, La ministre de la Santé a affirmé que « notre pays a les moyens de faire face ». « Nous avons mis le dispositif de veille sanitaire en alerte pour sensibiliser les professionnels de santé au diagnostic et aux modalités de prise en charge au cas où un malade se présenterait souffrant de fièvre et rentrant de l’un des pays concernés par l’épidémie », a-t-elle expliqué.  L’Ebola, en grande partie responsable de l’épidémie de fièvre hémorragique qui sévit depuis janvier avec au moins 660 morts en Afrique de l’Ouest, figure parmi les plus contagieux et mortels chez l’homme, qu’il peut tuer en quelques jours. Ce virus tueur, qui provoque des « fièvres hémorragiques », tire son nom d’une rivière du nord de l’actuelle République démocratique du Congo (ex-Zaïre), où il a été repéré en 1976. Son taux de mortalité peut aller de 25 à 90% et il n’existe pas de vaccin homologué.  Cinq souches différentes ont été identifiées (Zaïre, Soudan, Bundibugyo, Reston, Forêt de Taï), dont trois particulièrement redoutables avec des taux de mortalité pouvant atteindre 90% chez l’homme. Ce virus de la famille des filoviridae (filovirus) se transmet par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus de personnes ou d’animaux infectés. Les rituels funéraires, au cours desquels parents et amis sont en contact direct avec le corps du défunt, jouent un rôle important dans la transmission. La chasse et la consommation d’animaux de brousse peuvent également entraîner la contamination. Néanmoins, la cause première des poussées épidémiques reste mystérieuse et le réservoir naturel du virus demeure inconnu même si on estime qu’il se situe dans les forêts tropicales d’Afrique et du Pacifique occidental. Certaines études montrent que la chauve-souris participerait au cycle de transmission du virus. Après une période d’incubation de deux à 21 jours, la « fièvre hémorragique à virus Ebola » se caractérise souvent par une brusque montée de température, avec une faiblesse intense, des douleurs musculaires, céphalées et maux de gorge. Elle est souvent suivie de vomissements, diarrhées, éruptions cutanées, insuffisance rénale et hépatique et hémorragies internes et externes. Les cas graves sont placés en unité de soins intensifs et les malades, déshydratés, doivent être mis sous perfusion. Il n’existe aucun traitement ni vaccin spécifiques pour la fièvre hémorragique à virus Ebola. Plusieurs vaccins sont en cours d’essai mais il faudra peut-être des années avant qu’un vaccin puisse être utilisé, même si des chercheurs américains ont annoncé fin 2011 avoir mis au point un vaccin efficace à 80% chez la souris. Parallèlement un nouveau médicament « prometteur » est en cours d’évaluation en laboratoire, selon l’OMS. L’épidémie, en cours depuis le début de l’année, s’est déclarée d’abord en Guinée avant de se propager au Liberia puis en Sierra Leone, deux pays voisins qui, au 23 juillet, totalisaient 1201 cas dont 672 mortels, selon le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). « Le problème est que personne ne sait combien de temps va durer cette épidémie », confie un expert. « Le problème est de préparer les pays voisins, notamment la Côte d’Ivoire, et même plus lointains », a-t-il souligné. « Il y a de plus en plus de cas dans les capitales. La période d’incubation est de 21 jours et les gens voyagent », a-t-il expliqué. « Le virus Ebola ne se transmet pas facilement, mais la mort est terrible. Elle survient souvent le 8e jour, le plus souvent des suites d’une pancréatite aiguë », a-t-il commenté. « Il devient de plus en plus difficile de trouver des personnels locaux pour traiter les malades dans les pays touchés », a-t-il déploré.

 

 

Déficits zone euro : l’austérité n’a servi à rien

Déficits zone euro : l’austérité n’a servi à rien

 

Finalement l’austérité n’aura servi à rien puisque les déficits repartent en zone euro ; pire cette austérité à tué la croissance (et l’emploi). Une double erreur de diagnostic et de stratégie pour les technocrates de Bruxelles qui ont imposé le contraire de ce qu’ont fait d’autres zones économiques comme la Grande Bretagne, les Etats-Unis ou le Japon (lui pas encore sorti d’affaires mais qui relance par  une politique monétaire très accommandante).  A cela s’ajoute l’erreur de la BCE et de sa stratégie mollement accommodante.  La crise de la dette avait semblé disparaître des écrans radars avec deux trimestres consécutifs de baisse du niveau de la dette publique en Europe. Mauvaise nouvelle, officialisée ce 22 juillet par l’office européen des statistiques Eurostat, elle est repartie à la hausse, début 2014, pour atteindre 93,9% du PIB au premier trimestre, contre 92,7% fin 2013. En valeur absolue, la dette publique cumulée des Etats-membres de la zone euro a atteint 9.055,5 milliards d’euros au premier trimestre 2014, selon Eurostat. Alors qu’entre juillet et décembre 2013, elle avait baissé pour la première depuis fin 2007 et le début de la crise financière. La dette de la France s’est également alourdie. Elle correspond à 96,6% de son PIB contre 94,7% au trimestre précédent. Elle se rapproche en valeur absolue des 2.000 milliards d’euros. Début 2014, elle a atteint précisément 1.985 milliards contre 1.940 milliards fin 2013.   La Grèce conserve la dette la plus lourde de la zone (174,1% du PIB), suivie par l’Italie (135,6%) et le Portugal (132,9%). A l’autre bout du spectre, l’Estonie affiche une dette de 10% et le Luxembourg de 22,8%. Dix-neuf États membres ont enregistré une hausse de leur dette, six autres, une baisse, tandis que celle de l’Estonie est resté inchangée. Les plus fortes hausses sont intervenues en Slovénie (+7 points), en Hongrie (+5 points) ainsi qu’en Belgique et au Portugal (+3,9 chacun). Les baisses les plus marquées ont, quant à elles, été observées en Pologne (-7,6 points), en Allemagne (-1,1 points) et en Grèce (-1points).

Réforme ferroviaire adoptée par le parlement, pour rien ?

Réforme ferroviaire adoptée par le parlement,  pour rien ?

Une réforme, une de plus, concernant le ferroviaire dont certains éléments sont positifs mais qui ne règle pas a question de fond  de l’endettement (la dernière reforme de 1991 créant RTFF –gestionnaire des infras- n’avait rien changé non plus de ce point de vue). Finalement une réforme qui ne va pas satisfaire Bruxelles (pas de séparation nette entre exploitation et infrastructures) et qui reste purement formelle quant à la question centrale de l’ endettement qui hypothèque les investissements  à venir (type TGV par exemple) mais auusi l’entretien même du réseau.  Le Parlement français a donc adopté définitivement dans la nuit de mardi à mercredi la réforme du système ferroviaire français qui prévoit de réunir la SNCF et Réseau ferré de France (RFF), séparés en 1997, au sein d’un groupe unique appelé SNCF. Le projet de loi, qui a provoqué une grève de 10 jours déclenchée par la CGT et Sud-Rail, prévoit la création de trois établissements publics à caractère industriel (EPIC). L’un, dit de tête, nommé « SNCF », chapeautera les deux autres, « SNCF Réseau », le gestionnaire des infrastructures, et « SNCF Mobilités » qui exploitera les trains. Le texte a été voté par les groupes socialiste, écologiste et des radicaux de gauche. Le Front de gauche a voté contre. L’opposition s’est divisée, l’UDI (centriste) a voté pour et l’UMP contre, sauf quelques élus qui se sont abstenus ou ont voté pour. Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, a estimé à plus de 160 millions d’euros le coût de la grève. Plusieurs amendements ont été adoptés pour tenter d’apaiser les grévistes, comme celui des écologistes qui souligne « le caractère indissociable et solidaire » des trois entités.  Un comité central d’entreprise sera créé au niveau du groupe, comme le demandaient les syndicats, qui sera « l’employeur des agents et des salariés des trois EPIC » et sera le niveau de référence des négociations salariales.  Un autre amendement PS a été retenu qui instaure un principe de responsabilité de l’Etat et des collectivités territoriales dans le choix des investissements afin de mieux maîtriser l’évolution de l’endettement de 44 milliards d’euros de SNCF Réseau.  En outre, le nouveau texte prévoit la négociation d’une convention collective de branche du secteur ferroviaire ainsi que la fixation de règles relatives à la durée du travail communes aux entreprises du secteur ferroviaire.

 

14 juillet, ce que Hollande va dire aux Français : rien !

14 juillet, ce que Hollande va dire aux Français : rien !

 

Hollande va s’exprimer ce 14 juillet dans une intreview traditionnelle. Que va-t-il dire ? Rien évidemment sinon des banalités mille fois entendues. D’abord que la gouvernement est très déterminé pour gagner la bataille de la croissance et de l’emploi ( les chiffres 2014 malheureusement prouvent le contraire), qu’il n’y a aucune contradiction entre lui et le gouvernement notamment bis à vis de  Valls et Montebourg. Que c’est désormais le temps de reformes rapides, qu’il fait i trancher. Il évoquera auusi son ambition de redynamiser l’Europe ou de faire la paix au Proche-Orient  (cause toujours !).  Il reparlera de la fausse réforme territoriale. Auusi de s réformes de société pour amuser la galerie.  Enfin de l’indépendance de la justice (tu parles !) pour se dédouaner des poursuites contre Sarko (lequel il fauta bien le dire s’est mis tout seul dans le pétrin). Bref, des propos très convenus qui ne parviennent  plus à convaincre témoin les derneirs sondages qui maintiennent Hollande au plus bas. Le chef de l’État, François Hollande, donnera donc une traditionnelle interview télévisée lundi 14 juillet. Le message sera simple et optimiste. L’interview devra être courte et limpide : pas plus de 30 minutes. François Hollande, qui parlera lundi 14 juillet à 13h15, veut une intervention courte en ce jour de fête nationale. Les proches du chef de l’État le décrivent offensif et optimiste. Offensif car le message doit être simple avant l’été : « Sur les réformes, on fonce malgré les blocages et les frondes« , résume un proche. Optimiste parce que même concernant le boycott de la conférence sociale par les syndicats, le président parvient à voir le verre à moitié plein. « Sans eux, c’était plus rapide et plus productif. Et puis ils reviendront bien un jour à la table des négociations », commente ainsi un proche. François Hollande prévoit deux années pour s’attaquer aux problèmes de la vie quotidienne des Français et pour ressouder la gauche. Des textes sur le vieillissement, la fin de vie, l’énergie et l’apprentissage sont attendus d’ici 2016. Le chef de l’État s’attend également à une question sur Nicolas Sarkozy, mis en examen. Il répondra « sur les principes, dit-on, sans jamais entrer dans la polémique ».

 

Baisse dimpôts pour les couches moyennes : rien n’est sûr

Baisse dimpôts pour les couches moyennes : rien n’est sûr

 

 

Décidemment c’est le grand flou entre les déclarations de Hollande, , Montebourg et Valls concernant l’éventualité d’une baisse des impôts en direction des coches moyennes en 2015. En faiat ces diminutions dimpôts pourraient n’avoir lieu pour les couches moyennes qu’en 2015 et ne pas compenser les hausses de 2013 et 2014. En apparence François Hollande, Manuel Valls et Arnaud Montebourg même combat. Les trois hommes promettent des baisses d’impôts pour les classes moyennes après le geste qui concernera 3,7 millions de foyers modestes dès septembre. François Hollande l’avait annoncé le 6 mai, sur BFMTV. Manuel Valls l’avait rappelé, mardi 8 juillet, en clôture de la conférence sociale. Des annonces devraient même avoir lieu dans les prochains jours, avait-il dit auparavant. Tout en précisant que les baisses d’impôts ne pourraient intervenir « qu’une fois la dépense publique réduite ». Mais sans préciser à partir de quel niveau de réduction les impôts pourront baisser.  Quant à Arnaud Montebourg, il a réclamé, hier jeudi 11 juillet, à l’occasion de son discours sur la croissance, que les 50 milliards d’euros du pacte de responsabilité profitent davantage aux classes moyennes. Il a proposé une répartition en trois tiers: un en faveur des entreprises, un pour réduire le déficit, et un dernier destiné aux ménages sous forme de baisse d’impôt.  En clair, selon Montebourg, le gouvernement devrait donc faire davantage que les 5 milliards d’euros de baisse d’impôts et de charges sociales prévus d’ici à 2017 en faveur des ménages (dont 2,5 milliards en 2015). Le geste à l’égard des classes moyennes devrait donc atteindre 15 milliards pour respecter la règle des trois tiers du ministre de l’Economie.  Invité de BFMBusiness ce vendredi 10 juillet, Dominique Lefebvre, vice-président PS de la commission des finances de l’Assemblée nationale et proche de Manuel Valls, a jugé cette règle des trois tiers irréaliste. « On ne le peut pas », a-t-il lancé.  Auteur d’un rapport sur la réforme de la fiscalité des ménages à la demande de Jean-Marc Ayrault, il a rappelé que le geste fiscal du budget 2015 consistera essentiellement à pérenniser la ristourne de 350 euros (700 euros pour un couple) de septembre.  Pour la pérenniser, il faut une mesure touchant « le bas du barème (de l’impôt sur le revenu, ndlr). Mais ce type de mesure « qui devrait toucher 50% des foyers fiscaux coûte très chère », a-t-il reconnu. Il serait temps que Matignon précise les choses.

 

Ecotaxe: Ecomouv’ et gouvernement un accord à 850 millions ! Pour rien !

Ecotaxe: Ecomouv’ et gouvernement un accord à 850 millions ! Pour rien !

Puisque l’écotaxe est remplacée par la taxe transit transport routier, on se demande à quoi vont servir les portiques et la logistique qui l’accompagne. Du coup l’Etat va payer 850 millions d’indemnités à Ecomouv’. Ecomouv’ et l’Etat on donc t mis fin à leur conflit au lendemain de l’annonce par Manuel Valls de la transformation de l’écotaxe. Le groupe italien Atlantia, qui détient la société française à 70%, a annoncé ce 23 juin que, sept mois après la suspension de l’écotaxe, la société qui opère les fameux portiques et le gouvernement ont trouvé un accord. Selon Reuters, l’exécutif envisagerait de dédommager le consortium Ecomouv’ à hauteur de 850 millions d’euros si l’écotaxe était définitivement abandonné. Le communiqué d’Atlantia précise simplement que « le gouvernement français reconnaît que le matériel développé par Ecomouv’ répond aux exigences énoncées dans le contrat ». Mais surtout, que « le gouvernement reconnaît sa dette envers l’entreprise et ne la tiendra pas pour responsable des coûts opérationnels et financiers résultant de la suspension de l’écotaxe ».  Le 29 octobre 2013, face à un mouvement de protestation massif, le gouvernement avait décidé de repousser la mise en place de l’écotaxe, initialement prévue le 1er janvier 2014. Un coup dur pour Ecomouv’: la société privée dont le reste du capital est partagé entre Thales, la SNCF, SFR, et Steria a été créée uniquement pour l’écotaxe. Elle a construit puis installé les portiques qui devaient permettre de récupérer la taxe, et devait gérer sa collecte. Sa survie dépendait donc de son maintien. Dans les premiers temps après la suspension de l’écotaxe, l’Etat a mis la pression sur Ecomouv’. Il a envisagé de lui réclamer des indemnités de retard, et lancé une enquête sur les conditions de l’octroi du marché à la société. Finalement, la commission d’enquête parlementaire avait conclu fin-mai que le contrat était régulier.  Selon un porte-parole de la société, le deal initial prévoyait qu’Ecomouv’ touche 18 millions par mois, payés par l’Etat à la société. Mais à condition seulement que la taxe soit perçue. Sur ces 216 millions annuels, l’entreprise devait reverser 50 millions d’euros aux Sociétés habilitées au télépéage (SHT), qui l’aident à collecter la taxe. De ce fait, Ecomouv’ devait percevoir au total 166 millions d’euros annuels. Selon le rapport d’enquête des parlementaires, l’Etat devait verser une redevance de 280 millions d’euros annuels à Ecomouv’, « dont 50 millions d’euros qui reviendront à l’Etat au titre de la TVA, et une soixantaine de millions d’euros » à se répartir entre l’entreprise française et les SHT. L’accord de ce 23 juin solde donc le contentieux lié à la suspension de l’écotaxe. Mais il ne règle pas les détails de la collaboration à venir entre l’Etat et Ecomouv’ sur la nouvelle taxe poids lourds. Les négociations sur ce sujet ne font que commencer.

 

SNCF : une réforme pour rien

SNCF : une réforme pour rien

 

Finalement c’est beaucoup de bruits et de perturbations pour pas grand-chose. En effet cette réforme ne s’attaque pas réellement à la question du désendettement du système ferroviaire qui supposerait un mécanisme d’apurement comme l’Allemagne l’a fait en remettant les compteurs à zéro en 1997. En France, la SNCF a longtemps été le groupe public qui avait la maitrise unique et totale du rail. Mais en 1991, la directive européenne 91/440 a obligé l’Etat à séparer, d’un point de vue comptable, la gestion du réseau ferré des services de transport. Après avoir obtenu plusieurs délais, la France, sous Alain Juppé, est contrainte de la mettre en application. Le Premier ministre de Jacques Chirac crée donc Réseau ferré de France (RFF), désendettant en partie une SNCF financièrement au bord du gouffre mais en reportant la plus grosse partie de la dette sur RFF sans prévoir les ressources nécessaires pour son apurement. En février 1997, la réforme entre en application et le rail français est désormais géré par deux sociétés. Problème : la dette de la SNCF s’accroît, tandis que celle de RFF ne se stabilise pas. De plus, des dysfonctionnements sont apparus dans la gestion quotidienne du réseau. Dernier exemple en date : les commandes de TER trop larges, qui imposent de raboter 1.300 quais de gare pour un coût de 50 millions d’euros. Dans ce dossier, RFF et SNCF se renvoient la responsabilité, tandis que les régions refusent de payer. Quinze ans après la réforme du gouvernement Juppé, le 30 octobre 2012, Frédéric Cuvillier, le ministre des Transports de Jean-Marc Ayrault, a annoncé une refonte du système afin de réunir SNCF et RFF en un seul « gestionnaire d’infrastructure ». Le texte, présenté mardi à l’Assemblée nationale après 20 mois d’échanges avec les acteurs du secteur, prévoit une organisation autour d’un seul établissement public à caractère industriel (Epic), nommé SNCF. Il chapeautera d’un côté « SNCF Mobilités », opérateur ferroviaire dont le président sera le même que celui de l’Epic – ce devrait être Guillaume Pepy -, et le gestionnaire d’infrastructure « SNCF Réseau » de l’autre, qui regroupera les agents des actuels RFF et SNCF Infra. Pour le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll, il s’agit de mieux « coordonner les actions et les choix entre celui qui gère les infrastructures et ceux qui font l’exploitation des trains ». Examinée mardi et mercredi en commission du Développement durable à l’Assemblée nationale, la réforme sera discutée en première lecture les 17, 18 et 19 juin prochains. Pour que tous les salariés du secteur, qu’ils réparent les voies, conduisent les trains SNCF ou ceux d’une entreprise privée, soient logés à la même enseigne, un cadre social commun doit voir le jour, avec des règles communes d’organisation et de temps de travail, complétées par une convention collective. Les entreprises privées de fret ferroviaire se sont récemment inquiétées de devoir appliquer le même cadre social que la SNCF, alors que leurs accords actuels ont été signés avec les syndicats. Mais, selon le rapporteur PS de la loi à l’Assemblée Nationale, Gilles Savary, une convention collective peut être conçue avec des conditions différentes pour le fret et les voyageurs. Le projet de loi, auquel 433 amendements ont été déposés, a aussi été élaboré pour tenter de stabiliser la dette du secteur ferroviaire. Le texte ne s’attaque pas directement à la spirale de l’endettement du système, qui s’élève à 44 milliards d’euros et augmente mécaniquement de 1,5 milliard d’euros par an. Mais SNCF et RFF pensent économiser, grâce au rapprochement de leurs structures, 1,5 milliard d’euros par an, notamment par des gains de productivité. On voit mal comment ces économies pourraient être réalisées avec les pertes de marché du rail. D’ailleurs en 2014 la SNCF sera dans le rouge et RFF auusi. Par ailleurs, Gilles Savary a annoncé qu’avec la réforme, SNCF Réseau ne financera plus de nouvelles lignes que s’il est assuré de « récupérer sa mise ». En réalité on décidé de ne plus construire de lignes nouvelles ! Deux des trois principaux syndicats du secteur, CGT et Sud-Rail, ont décidé d’entamer une grève reconductible à partir de mardi soir, 19 heures. « Ce projet de loi n’offre aucune perspective sur le financement de la rénovation et du développement du réseau », estime la CGT-Cheminots. Pire, le projet de loi qui affiche le désendettement de la SNCF comme priorité fait craindre aux syndicats une « réduction massive d’emplois ». Autre sujet de préoccupation : la prochaine ouverture du marché à la concurrence, imposée par l’Union européenne pour 2019 et 2022. Les syndicats souhaitent obtenir des garanties pour protéger les emplois des conséquences de cette concurrence. Or, le sujet n’est même pas mentionné dans le projet de loi débattu à partir de mardi. En conclusion une reforme qui ne change rien sur l’apurement de la dette actuelle et qui n’est pas vraiment non plus une ouverture à la concurrence. Une sorte de compromis type Hollande ! D’autant que rien ne va changer en matière de politique des transports.

Recettes fiscales en baisse ou austérité pour rien

Recettes fiscales en baisse  ou austérité pour rien

Officiellement l’austérité vise à assainir les comptes, donc réduire les déficits. Malheureusement pas de miracle, fiscalité en hausse, croissance en panne et recette fiscale en diminution ; bref le cercle vicieux de la politique de Hollande. Mercredi matin, la Cour des comptes a publié un rapport affirmant que 14,5 milliards d’euros de recettes fiscales allaient manquer . Dans la loi de finances  rectificative, qui viendra prochainement à l’Assemblée nationale, « était déjà anticipé le fait qu’il fallait déjà faire  un effort supplémentaire de 4 milliards d’euros pour corriger  les mauvaises recettes », selon M. Le Foll. Invité à commenter  le rapport, M. Le Foll a estimé que les aléas faisaient partie du monde économique : « Tout cela fait partie des ajustements qui sont normaux. On doit être  capable de s’adapter  et d’être  le plus juste possible dans ce qu’on anticipe, mais dans le domaine de l’économie il y a aussi des aléas. » Selon lui, les « moindres recettes (…) s’expliquent par plusieurs facteurs : sûrement la croissance », et pour certaines recettes, un « contexte  économique, peut-être social  ». Cour des comptes épingle mercredi la mauvaise estimation l’an dernier des recettes fiscales de l’Etat, « mal expliquée par l’administration », et s’interroge sur la « sincérité » du budget initial. L’institution souligne que les recettes fiscales nettes ont été très inférieures aux prévisions de départ. Les impôts, fortement alourdis l’an dernier, devaient rapporter  à l’Etat 28,3 milliards d’euros de plus qu’en 2012. Au final, les recettes fiscales ont augmenté deux fois moins que prévu, de 15,6 milliards, souligne la Cour.

 

Que retenir de l’allocution de Hollande ? Rien

Que retenir de l’allocution de Hollande ? Rien

Rien,  vraiment rien à retenir de cette intervention télévisée de Hollande qui a rappelé que « six Français sur dix ne se sont pas déplacés » et qu »un électeur sur quatre a voté pour l’extrême-droite ». « C’est en France, pays fondateur de l’Union Européenne, Patrie des droits de l’homme, pays des libertés que l’extrême droite arrive aussi largement en tête. » Pour lui, les européennes ont   »livré leur vérité, elle est douloureuse ». « Ce vote est là et il doit être regardé en face, je le fais », a-t-il encore avancé. Le scrutin « traduit une peur du déclin de la France, de la mondialisation et ce sentiment exprimé tant de fois, d’abandon face à la dureté de la vie. » « Ce vote, c’est une défiance à l’égard de l’Europe, qui inquiète plus qu’elle ne protège », a encore estimé le Président. Il souhaite donc toujours « réorienter l’Europe ». Alors il propose des changements : « Pas plus tard que demain, au Conseil européen, je réaffirmerai que la priorité c’est la croissance, c’est l’emploi, c’est l’investissement. L’Europe, elle est devenue illisible, j’en suis conscient, lointaine et pour tout dire incompréhensible, même pour les Etats. Cela ne peut plus durer. L’Europe, elle doit être simple, claire, pour être efficace là où elle est attendue, et se retirer là où elle n’est pas nécessaire. » Et il a reconnu que l’Union « doit protéger ses frontières, ses intérêts, ses valeurs, sa culture. » Pacte de responsabilité, justice sociale, simplification, réforme territoriale, etc. Rien ne bouge. « Cette ligne de conduite, elle ne peut pas dévier en fonction des circonstances, il y faut de la constance, de la ténacité, du courage. Mais aussi de la rapidité dans la mise en œuvre. Parce que les Français ne peuvent pas attendre », a-t-il avancé, rappelant que la réforme territoriale sera « présentée la semaine prochaine ». Un détail toutefois, il ne dispose pas des 3/5 ème du parlement pour la faire voter et il ne veut surtout pas de referendum.

Face à la crise, à l’euro, à la déflation, la BCE bien décidée à ne rien décider

Face à la crise e, à l’euro, à la déflation, la BCE bien décidée à ne rien décider

 

 

Pas d’illusion à avoir la BCE ne va rien décider en mai ce qui constitue un risque important pour l’euro. En effet Drahi s’est surtout satisfait de mots pour engager une politique plus accommandante (à ‘limage de des Etats-Unis, de la Grande Bretagne, du Japon ou de la Chine). Du coup s’il ne fait rien en mai mécaniquement l’euro va remonter et donc risque de fragiliser la petite reprise constatée en Europe (sauf en France ou la croissance est déjà plombée par le manque de confiance) ; La Banque centrale européenne (BCE) ne devrait pas prendre de mesures monétaires lors de sa prochaine réunion jeudi 8 mai, selon les analystes, malgré des appels à agir contre le risque de déflation en zone euro.  Selon Michael Schubert, économiste chez Commerzbank, l’institution monétaire de Francfort, qui tiendra sa réunion mensuelle délocalisée à Bruxelles, devrait s’en tenir à des propos rassurants et économiser ses forces avant l’actualisation en juin de ses prévisions de croissance et d’inflation. Le mois dernier, son président Mario Draghi avait fermement insisté sur sa détermination à agir si la stabilité des prix venait à vaciller et à menacer la reprise en zone euro, sans pour autant dégainer de nouvelles mesures en ce sens.   »Nous attendons un ton très accommodant de M. Draghi (jeudi) laissant présager de nouvelles décisions en juin », souligne Jennifer McKeown, du cabinet Capital Economics. Ces décisions pourraient prendre la forme d’une baisse de taux, voire de mesures non-conventionnelles comme des rachats d’actifs. Mais « nous doutons que les derniers événements et indicateurs publiés aient été suffisamment significatifs pour garantir plus d’action de la part de la BCE lors de sa réunion de mai », ajoute cette analyste. Selon un chiffre provisoire, l’inflation en zone euro a légèrement rebondi en avril, atteignant 0,7%, renouant ainsi avec son niveau de février après avoir reculé à 0,5% en mars, son plus bas niveau en plus de quatre ans. Ce résultat a toutefois été jugé décevant par les analystes, qui tablaient sur un rebond plus marqué, et reste nettement inférieur à l’objectif de la BCE d’une hausse des prix légèrement en dessous de 2%. « L’inflation d’avril relâche un peu la pression immédiate sur la BCE, mais elle n’altère pas le tableau général d’un risque croissant de déflation en zone euro », synonyme de baisse générale des prix et des salaires, estime-t-on chez Capital Economics. « Le fait de rester inactive dans ce contexte pourrait affecter sa crédibilité », relève Marco Valli, analyste chez UniCredit.  Pour l’heure, son principal taux d’intérêt directeur, baromètre du crédit en zone euro, est à son niveau le plus bas historiquement, 0,25%, et l’institution alimente les banques en liquidités illimités et très bon marché avec l’espoir qu’elles prêtent davantage aux entreprises et ménages et ainsi soutiennent la croissance. La Banque centrale a justifié ces dernières semaines l’absence de nouvelles mesures en répétant ne pas voir se concrétiser le risque de déflation et espère toujours que la croissance en zone euro va continuer de s’affermir dans les mois à venir, ce que plusieurs indicateurs récemment publiés tendent à confirmer, comme la croissance de l’activité privée.  La demande de prêts, dont la faiblesse est considérée comme un obstacles à l’efficacité de la politique monétaire, s’est quant à elle redressée au premier trimestre et devrait progresser très nettement au deuxième, selon l’étude trimestriel du crédit publiée par la BCE.  Si la BCE venait à renforcer son action, « il est très probable que cela inclurait des mesures sur la liquidité », souligne Howard Archer, chef économiste Europe chez IHS, évoquant notamment l’arrêt possible de la stérilisation de ses achats de dette publique. Pour Philippe Waechter, chef économiste chez Natixis Asset Management, la question sera également de connaître les pensées de Mario Draghi concernant le cours de la monnaie unique européenne, après que l’Italien a laissé entendre ce mois-ci que la BCE était également prête à agir pour lutter contre un euro trop fort. « Ça va commencer à être compliqué pour M. Draghi car il a été très accommodant le mois dernier et si sa communication parait plus fermée que prévu ce mois-ci, il y a un risque attendu sur le taux de change », ajoute Gilles Moec, économiste chez Deutsche Bank.

 

1...678910



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol