Archive pour le Tag 'rien'

Page 8 sur 10

Licenciements Renault Trucks : Valls ne peut rien

Licenciements Renault Trucks : Valls ne peut rien

 

Valls a décidé de mettre la pression sur Renault trucks suite à l’annonce de 512 licenciements. Malheureusement Valls ne peut pas grand-chose car il y a longtemps que l’ancienne branche  camion de Renault a été vendu à Volvo , la marque suédoise. C’était au moment de la vente  de cette entreprise qu’il aurait fallu agir ! ( comme il faudrait aujourd’hui agit sur toutes les ventes actuelles de grandes sociétés françaises).   »On ne peut pas accepter le plan qui nous a été présenté. Nous suivons très attentivement cette situation avec (le maire de Lyon) Gérard Collomb, (le président de la Région) Jean-Jack Queyranne et (le ministre de l’Economie) Emmanuel Macron en nous disant qu’il faut aujourd’hui trouver une autre solution », a déclaré le Premier ministre en déplacement dans la capitale des Gaules.. Le chef du gouvernement s’exprimait alors qu’une réunion extraordinaire du comité central d’entreprise de Renault Trucks était en cours à Saint-Priest dans la banlieue lyonnaise. L’objectif de la réunion : présenter les détails du plan social, le second en un an. Le projet prévoit la suppression de 591 postes et la création de 79 autres, soit une perte nette de 512 emplois,  principalement dans les services administratifs de l’organisation commerciale de Renault Trucks à Saint-Priest mais aussi à Vénissieux, également en banlieue lyonnaise. En mars 2014, le groupe avait déjà annoncé 508 suppressions d’emplois en France, dont 319 dans le fief historique de l’agglomération lyonnaise, sans licenciement sec au final. Ce nouveau plan passe d’autant plus mal auprès du personnel et des syndicats que les finances de Volvo s’améliorent : après des années difficiles en 2012 et 2013, son bénéfice net a presque quadruplé au premier trimestre à 457 millions d’euros, avec des ventes en hausse de 14% (dont +35% pour celles du seul Renault Trucks). « Aujourd’hui le groupe Volvo gagne de l’argent, il est en train de regagner des parts de marché en France et en Europe, les seuls intérêts des suppressions de poste c’est pour avoir une rentabilité beaucoup plus rapide, c’est ce que demandent les actionnaires », a déploré lundi Olivier Porret, délégué syndical CFE-CGC, lors d’un rassemblement en marge du CCE à Saint-Priest. Environ 200 salariés s’étaient réunis en fin de matinée devant les locaux où se tenait le CCE extraordinaire.

 

 

Limitation 80 kms heures : expérimentation qui ne prouvera rien

Limitation 80 kms heure : expérimentation qui ne prouvera rien

 

Une expérimentation sera tentée sur deux petits tronçons. Une  expérimentation qui ne prouvera pas grand-chose sinon qu’il faut diminuer la vitesse dans les zones très accidentogènes mais pas nécessairement sur d’autres zones. A cet égard les limitations devraient être beaucoup plus fines et adaptées  à chaque section de tronçon. Dans certains cas 80 kms heures c’est encore beaucoup trop, dans d’autres c’est ridicule car il n’y a pratiquement aucun risque ( nombre de départementales sont d’anciennes nationales depuis la décentralisation) . Pour ces départements, la circulation à 80 km/h sur des routes nationales va bientôt devenir une réalité. L’expérimentation, qui devrait démarrer cet été, est d’ores et déjà prévue sur trois tronçons. Deux zones viennent d’être dévoilées. La première ? Dans l’Allier à hauteur de Chemilly, sur une trentaine de kilomètres alors que la seconde se situe en Haute Saône, sur la nationale 57, entre Vesoul et Rioz dans une zone particulièrement accidentogène de 13 kilomètres. Le gouvernement a passé la seconde, mais l’heure n’est pas à la précipitation pour autant. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé une période d’expérimentation d’au moins deux ans. Un test bien trop timide aux yeux de la Ligue contre la violence routière. « Il préfère faire une petite observation sur quelques dizaines de kilomètres ce qui finalement ne convaincra personne ou presque », a déploré Chantal Perrichon, la présidente de l’association. Le CISR estime qu’abaisser la vitesse sur l’ensemble des routes nationales permettrait d’épargner 400 vies par an. Dans ce cas, pourquoi attendre, s’interroge Chantal Perrichon qui réclame notamment que les questions de sécurité routière ne dépendent plus du ministre de l’Intérieur mais soient directement rattachées au Premier ministre. « Il y a un problème de gouvernance en matière de sécurité routière », a-t-elle critiqué.  Inflexible sur le sujet, Bernard Cazeneuve a toujours refusé de généraliser cette expérimentation. « Il faut que les membres du conseil national de sécurité routière comprennent que l’opinion public est opposé », a détaillé Pierre Chasserais, délégué général de 40 millions d’automobilistes alors que plus de huit Français sur dix sont contre ce projet.

Ce qu’il faut retenir de l’intervention de François Hollande sur « Canal + » : rien !

Ce qu’il faut retenir de l’intervention de François Hollande sur « Canal + » : rien !

Rien ou presque.  Résumons ; un carnet personnel d’activité , une prime pour les jeunes,  la saisine du conseil constitutionnel pour la loi renseignement et du bla-bla. François Hollande a annoncé le lancement d’une prime d’activité pour inciter les Français à travailler.  »Pour inciter à la reprise du travail, qui peut paradoxalement entraîner une baisse de revenu, a reconnu le chef de l’État, on va créer une prime d’activité pour toutes les personnes qui ont des petits boulots, des missions d’intérim, des temps partiels. On va leur donner une prime pour qu’ils gagnent autant que lorsqu’ils ne travaillaient pas ».  Cette prime concernera également les moins de 25 ans souvent touchés par la précarité. Une mesure dont le coût total est évalué à 4 milliards d’euros, reconnaît François Hollande qui précise ne « pas vouloir compter » sur de tels sujets.   Hollande a défendu le projet de loi sur le renseignement : « Cette loi est faite pour nous protéger, pas les puissants mais tous les citoyens. Cessons de croire qu’il y a un système général d’écoute. Ce dont il s’agit c’est uniquement de la lutte contre le terrorisme. » Mais afin de rassurer les Français, il a annoncé qu’il allait « saisir au terme de la discussion parlementaire, le Conseil constitutionnel pour regarder en fonction du droit si certaines dispositions du texte sont bien conformes à la constitution. » Une décision saluée par son ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve. Enfin un carnet pour chaque Français ( des différents droits déjà acquis ( formation etc.) : « la grande reforme du quinquennat ». Pathétique!

 

Volatilité financière : encore un G20 pour rien

Volatilité financière : encore un G20 pour rien

 

Il est clair que les politiques monétaires favorisent certaines spéculations sur les taux qui nuisent aux économie, pour autant le G20 s’en est tenu surtout aux commentaires et à des promesses vagues d’intervention. Il faut notamment observer que le G 20 n’est pas convaincu que l’Europe soit encore sortie de la crise.   Dans un communiqué, les ministres des Finances et banquiers centraux du G20 saluent les signes de meilleure santé des grandes puissances économiques tout en déplorant la faiblesse de certains pays émergents. « Les risques pour l’économie mondiale sont plus équilibrés que lors de notre précédente réunion », lit-on dans le communiqué. « Les perspectives des économies avancées, surtout au Japon et dans la zone euro, se sont améliorées et cela pourrait étayer une reprise économique mondiale plus soutenue ». Soulignant la nature hétérogène de la reprise économique mondiale, le G20 remarque également qu’ »il y a des risques: volatilité des taux de changes et inflation faible prolongée avec des taux d’intérêt négatifs, des déséquilibres persistants et des tensions géopolitiques ». Même si la Grèce n’est pas désignée nommément dans le texte, il est évident qu’elle occupe une place privilégiée dans l’esprit des grands argentiers du G20 réunis à Washington, en marge des assemblées de printemps du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale.   »L’humeur est sensiblement plus sombre que lors du dernier sommet international », a ainsi observé le ministre britannique des Finances George Osborne au sujet de la Grèce, devenu un thème obligé de toutes les réunions. « Il me semble évident qu’une initiative ou un calcul malheureux de la part de quelque partie que ce soit pourrait aisément replonger les économies européennes dans le genre de situation périlleuse que nous observions voici trois à quatre ans ». Athènes tente de se mettre d’accord avec le FMI et l’Union européenne sur un programme de réformes. Dans l’intervalle, toute nouvelle aide à la Grèce est gelée, si ce n’est la fourniture de liquidité d’urgence (ELA) aux banques grecques sous la tutelle de la Banque centrale européenne (BCE). Au risque que la Grèce se retrouve à court de ressources avant des échéances à rembourser le mois prochain.  Le G20 met également en exergue un risque accru d’instabilité financière dans la mesure où les politiques monétaires des grandes banques centrales commencent à diverger. « Dans un environnement de politiques monétaires divergentes et de volatilité accrue du marché financier, il faut élaborer les politiques avec soin et les communiquer de façon claire pour minimiser les répercussions négatives », expliquent les grands argentiers du G20 dans le document. « Nous continuerons de surveiller attentivement la volatilité du marché financier et prendrons les décisions qui s’imposent ». Les autorités monétaires, en particulier dans l’Union européenne, souhaitent que les marchés deviennent une source de financement alternative pour les entreprises, les banques freinant le crédit dans la mesure où elles doivent s’adapter à un environnement prudentiel devenu plus rigoureux. Le secteur financier estime que certaines exigences relatives aux fonds propres devront être revues en baisse pour encourager un tel financement, surtout en Europe, mais le communiqué du G20 se montre circonspect en la matière. Le G20 entend en effet s’assurer que le financement à partir du marché « remplisse son rôle de plus en plus actif de soutien à l’économie réelle, tandis que les risques d’instabilité financière doivent faire l’objet d’une réglementation et d’une surveillance adaptées ». Le texte s’inscrit en droite ligne des précédents communiqués du G20 dans un contexte où la Réserve fédérale américaine se prépare à relever ses taux directeurs alors que la BCE et la Banque du Japon continuent de suivre des politiques monétaires ultra-accommodantes. Cette attente d’un relèvement des taux de la part de la Fed provoque d’importantes sorties de capitaux hors des pays émergents, d’où les soucis du G20 à leur sujet.

Départementales : »les Français en colère » (Valls)…mais on ne change rien

Départementales : les Français en colère (Valls)…mais on ne change rien

 

Il est assez pathétique le Clémenceau d’Opérette, il reconnu que les Français étaient en colère mais pour autant n’envisage pas de changer de politique. Tout au plus il n’écarte pas la possibilité de décider une thérapie légère qui consiste à prescrire quelques   dolipranes pour soigner  le cancer du chômage. La vérité  c’est qu’il complètement perdu, que ses résultats économiques sont insipides et qu’il est prisonnier de l’orthodoxie de la pensée économique unique des technocrates qui sans doute couleraient la gestion d’une  épicerie de quartier en moins d’un mois ;  a fortiori,  ils  ne peuvent faire preuve de la moindre imagination pour réformer réellement.  Un bouleversement durable du paysage politique« , voici comment Manuel Valls a qualifié les résultats des élections départementales quelques instants après l’annonce des premières estimations. La gauche devrait ainsi perdre entre 25 et une trentaine de départements par rapport aux dernières élections.  Surtout, le premier ministre a fustigé les divisions de la gauche, notamment au premier tour du scrutin, ainsi que les scores « très élevés, trop élevés » du Front national. Le Premier ministre a insisté, expliquant s’être « impliqué autant qu’il a pu » contre la montée de l’extrême-droite, réussissant à mobiliser grâce à des « appels entendus ».  « Chacun devra tirer les leçons de ces résultats », a-t-il déclaré, « dénoncer les solutions dangereuses de l’extrême-droite, qui n’y a rien de bon à en entendre ni localement, ni nationalement. » Le Premier ministre a ajouté qu’il avait entendu « les attentes et les exigences » de Français en colère, fatigués « par une vie quotidienne difficile, le chômage, les impôts, la vie trop chère. »   Pour y répondre, Manuel Valls a listé un ensemble de textes qui seront votés « avant l’été ». Baisses d’impôts pour 9 millions de foyers modestes et de classes moyennes, modernisation du dialogue social, incitations à l’embauche dans les PME faisaient notamment partie de ces mesures martelées.  Maître mot du discours du Premier ministre, le thème de l’espoir a plusieurs fois été répété dans le discours d’environ 5 minutes. On peut même faire un voyage à Lourdes !

 

Quelles compétences pour les départements ? On n’en sait rien !

Quelles compétences pour les départements ? On n’en sait rien !

C’est évidemment le paradoxe fondamental des élections départementales, on ne connait pas quelles seront les attributions ( pas étonnant que 30% ignorent tout de ces élections départementales qui ne sont que des cantonales rebaptisées). Au départ c’était clair:  l’économie aux régions, le social aux départements. Mais d’amendement en amendement on a  complètement détricoté le projet initial. Du coup ce sera comme avant le même empilage administratif et politique avec le communes, les communautés de communes, les syndicats intercommunaux, les métropoles ; les départements et les régions. Forcément dès lors qu’il y a des élus ils veulent des compétences, des budgets du personnel.  Le texte n’a cessé d’évoluer. Il a été quasi totalement détricoté par le Sénat. Pourtant Hollande avait annoncé la fin des départements d’ici 2020. Il n’en sera rien car le lobby des élus a obtenu gain de cause. Du coup la fameuse réforme territoriale est complètement dénaturée. Depuis son arrivée mi-février devant l’Assemblée nationale, le projet  continue de prendre des « coups » via les quelque 2.000 amendements déposés. Résultat, on s’éloigne de plus en plus de la cohérence de départ. Et le texte va davantage ressembler à un empilage de dérogations locales. Certes, comme prévu, dans un souci de clarification, la clause de compétence générale, qui permet à une collectivité d’intervenir dans tous les domaines, va disparaître pour les régions comme pour les départements. Mais, sous l’impulsion d’élus de tous bords, cet objectif est petit à petit rogné. « C’est une somme d’exceptions à la française que l’on surajoute. A un moment on s’occupe des élus de la montagne, à d’autres de ceux du littoral Tout cela aboutit à un maquis d’organisation territoriale qui sera probablement moins efficace qu’auparavant », constate le chef de file de l’UDI Philippe Vigier. « C’est une espèce d’imbroglio dans lequel personne ne se retrouve », renchérit son homologue de l’UMP Christian Jacob. Par exemple, alors que, initialement, il était prévu que la gestion des collèges soit transférée des départements aux régions, finalement, le Sénat en a décidé autrement en gardant la compétence des départements. Et les députés se sont ralliés à cette décision. En revanche les transports scolaires seront, eux, transférés aux régions… Difficile de comprendre. Idem pour la voirie urbaine qui va rester finalement de la compétence des départements alors qu’elle devait aller aux régions.  D’autres amendements votés par l’Assemblée ne vont pas simplifier les choses en accordant des dérogations aux départements sur le développement économique – notamment dans le domaine du tourisme -  au moins jusqu’en 2017… Alors que, initialement, ce sont les régions qui devaient piloter toute la politique économique. Mais, là aussi, la défense des intérêts locaux l’emporte… Et que dire des intercommunalités. Lundi 2 mars, les députés ont aussi multiplié les dérogations au relèvement prévu du seuil des intercommunalités de 5.000 à 20.000 habitants afin d’adapter « les périmètres à la diversité et à la réalité des territoires ». Il semble loin, le temps où le Président François Hollande présentait cette nouvelle organisation des compétences territoriales comme l’une des réformes structurelles dont la France avait besoin. C’était pourtant il y a à peine plus d’un an, en janvier 2014. Il annonçait aussi la fin des départements pour 2020 afin d’alléger le « mille-feuille » français.

 

Terrorisme-Obama : un sommet pour rien

Terrorisme-Obama : un sommet pour rien

 

Obama fidèle à lui –même surtout de politique en matière de politique étrangère :  beaucoup de mots mais peu d’action. La sommet décidé par Obama n’aboutit en fait à rien de concret et démontre une nouvelle fois à l’évidence le peu d’intérêt d’Obama pur la politique étrangère surtout quand il s’agit de l’Afrique ou du proche et  moyen orient. . Le président Barack Obama et son secrétaire d’Etat John Kerry ont bouclé à Washington une gigantesque réunion de trois jours « contre l’extrémisme violent », en présence de représentants de plus de 60 gouvernements et organisations, dont le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon, celui de la Ligue arabe Nabil al-Arabi, la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini, le ministre de l’Intérieur français Bernard Cazeneuve ou encore le chef du renseignement russe Alexandre Bortnikov. M. Obama, comme le fait toute son administration depuis des mois, a bien pris soin de ne jamais parler de « lutte contre l’islamisme radical »: une précaution de langage destinée à ne pas stigmatiser l’islam mais que l’opposition américaine républicaine lui reproche. Washington estime que plus de 20.000 combattants étrangers de plus de 100 pays ont rejoint l’EI en quelques mois, dont 4.000 venus d’Europe. C’est « sans précédent », a relevé John Kerry et c’est autant que le nombre de jihadistes partis « se battre en Afghanistan dans les années 1980 (…) au cours d’une décennie ». Bernard Cazeneuve a réaffirmé que « plus de 400 jeunes Français sont aujourd’hui présents dans la zone irako-syrienne » et que « près de 1.400 Français sont impliqués, d’une façon ou d’une autre, dans les filières combattantes ». Mais au-delà des appels au « rassemblement » de la communauté internationale, la réunion n’a produit aucune mesure concrète. Un « sommet sans contenu », a tonné le représentant républicain Michael McCaul. D’autres, anonymes, ont moqué un « colloque sans intérêt ».

 

Grèce: un accord qui ne règle rien mais un bon compromis pour Hollande

Grèce: un accord qui ne règle  rien mais un bon compromis pour Hollande

 

L’accord obtenu à l ‘arrache  vendredi n’a pas encore donné lieu à beaucoup d’analyser de la part des médias ( normal c’est le week-end ! ). Pourtant cet accord ne règle rien. C’est simplement uen prolongation de 4 mois de l’aide européenne. En échange la Grèce s’est engagée à maintenir l’austérité .Elle doit faire des propositions qui seront examinées par l’Eurogroupe et la commission. Des propositions conciliables avec les exigences de Bruxelles et les résultats électoraux de Grèce. Autant dire l’impossible. En fait c’est l’ambigüité la plus totale puisque d’un coté Bruxelles considère que la Grèce doit appliquer ce qui a été décidés précédemment que la Grève , elle,  estime que le diktat de l’Europe est remis en cause. Bref rien n’est réglé. On a seulement sauvé la face et gagné du temps. Farce à cette  l’ambigüité,  Hollande, lui considère que c’est un bon accord ! ; Et pour cause, c’est à peu près la même ambigüité qui va permettre à la France d’obtenir en délai supplémentaire pour la réduction de ses déficits , en échange de réformes structurelles …à définir !  Après trois réunions des ministres des Finances de la zone euro en moins de 10 jours, les grands argentiers de l’Europe sont parvenus à un accord sur le sauvetage financier de la Grèce. Dès ce matin, le président François Hollande et le premier ministre grec, Alexis Tsipras, ont salué l’accord arraché lors de cet Eurogroupe.  Samedi matin, en marge d’une visite au salon de l’Agriculture, François Hollande a qualifié de «bon compromis» l’accord visant à prolonger de quatre mois, sous conditions, le financement européen de la Grèce, en évitant un risque de sortie de l’euro. «Sur le dossier de la Grèce, nous avons cherché la bonne solution», a-t-il expliqué.  «La bonne solution, c’était de prolonger le financement permettant à la Grèce d’assurer sa transition et de pouvoir honorer ses engagements». «La bonne solution, c’était aussi de lui laisser le temps pour que ses réformes soient engagées et que le respect des électeurs grecs soit aussi préservé», a-t-il encore précisé. L’Europe s’est engagée à prolonger le financement de la Grèce de quatre mois, mais sous de strictes conditions, soumises à examen dès la semaine prochaine. «L’Europe, elle doit montrer de la crédibilité, elle doit montrer aussi de la solidarité. De la crédibilité parce que nous devons montrer que nous avons des règles et qu’elles valent pour tous les pays (…) De la solidarité, parce que quand il y a des pays qui souffrent, il est légitime que nous puissions les accompagner tout en leur demandant de respecter leurs engagements», a expliqué François Hollande. «La Grèce a fait beaucoup d’efforts ces dernières années. Il y a eu beaucoup de sacrifices qui ont été demandés», a-t-il affirmé. «Maintenant il faut donner du temps, mais en même temps toujours respecter les engagements, car ce sont les contribuables français, allemands et européens qui ont permis que la Grèce puisse s’en sortir».

Des fleurs pour le terroristes de Copenhague et on ne dit rien !

Des fleurs pour  Le terroristes de Copenhague et on ne dit rien !

 

Des dizaines de bouquets de fleurs à l’endroit où le terroriste a été abattu. Un événement très peu rapporté par les médias ( sauf Canal Plus hier soir). Des fleurs déposées en nombre et sans honte par des musulmans qui loin de regretter le geste de l’assassin se félicitaient de son action. Une n apologie de la barbarie, de la bêtise et du racisme. Et au Danemark sans doute l’un des pays les plus tolérants ,les plus démocratiques, les plus ouverts aussi y compris à cette racaille ignorante ( à cause de la caricature du prophète !). mais que font ces individus sur le sol européen s’ils détestent  à ce point le modèle de libertés, de droit à la différence, de droit d’expression. Dès lors on peut effectivement se poser la question de la légitimité d’une nationalité quand crache à ce point sur les valeurs qui la sous-tendent. En France on peut supposer que cette  apologie de la barbarie aurait été aussitôt condamnée,  interdite. Il y  a quand même des limites. En fait ces musulmans fanatiques  ne viennent en Europe que pour gouter les joies du développement et de la liberté mais rejettent les contraintes de la liberté.  Il ne s’agit même plus de religion mais d’idéologie. Avec moins de violence heureusement un  reportage en France dans les clubs de foot de banlieue a aussi démontré combien certaines populations été gangrénées par l’ignorance et la bêtise. D’une certaine manière le mouvement du 11janvier  n’aura servi à rien ou pas grand chose car peu de responsables ont pris la mesure  de la gangrène islamiste qui pourrit tout. La prise de conscience sur nos réalités sociales est encore à faire, sa profondeur, son ampleur. L’angélisme des classes dirigeantes de ce point de vue est pathétique. Comme le sont ces médias pas même capables de rendre compte de cet événement incroyable au Danemark. Tout aussi grave que la tuerie elle même.

Conférence de presse Hollande. Ce qu’il faut retenir : rien !

Conférence de presse Hollande. Ce qu’il faut retenir : rien !

Les grands médias ont bien du mal à dégager ce qu’il faut retenir de cette conférence de presse, la preuve c’est qu’elle ne figure même pas à la Une. Mis à part la visite surprise en Ukraine, il n’y a rien à retenir. Ah si ont dit certains commentateurs, la couleur du costume, plus foncé, la cravate plus droite, le ton plus martial et de conclure hâtivement :  Hollande incarne la fonction présidentielle. En réalité rein, strictement rien sur le fond. Ne parlons de l’ économie, bâclée en une phrase ou presque. « Je ne me représenterai pas sil n’y a pas inversion » ; ce  dont on se moque complètement car la question n’est pas l’avenir de Hollande mais celle de la croissance et de l’emploi. Sur le terrorisme des gadgets, un projet de loi (une de plus), une agence (pour placer les petits copains de l’ENA) aussi efficace sans doute que Pôle emploi, un service «  universel » dit civique et seulement pour les volontaires. Sur l’école : des ordinateurs comme si les gamins avaient besoin de s’initier à cette technologie qu’ils maitrisent tous très bien. La posture, oui, mais sur le fond le vide absolu ou l’illustration de ce qu’est devenu la politique.

 

Résumé

Le chef de l’État a surpris son monde en annonçant un voyage à Kiev (Ukraine) dès la fin de sa conférence de presse. Les deux dirigeants devraient y rencontrer le président Petro Porochenko, avant de se rendre vendredi à Moscou. Le chef de l’État tente d’éviter l’escalade. « On pourrait être prêts à armer les Ukrainiens, a-t-il expliqué. Mais il y a une autre option, qui n’est pas sure de réussir : celle de la démocratie ». Convaincu par le système du service civique, François Hollande a annoncé son extension. Le président de la République a évoqué  »un service universel pour les jeunes » et « une réserve citoyenne pour tous les Français », afin de renforcer « la démocratie participative ».   »Tout jeune qui en fera la demande pour faire un service civique, à partir du 1er juin. Aujourd’hui, il y a quatre fois plus de demandes que de services civiques proposés », précise-t-il. François Hollande veut « donner les moyens à la France de tenir son rang » car, selon lui,  »aucun pays faible ne peut être fort sur la scène internationale ». François Hollande a annoncé la création d’une « agence nationale de développement économique sur les territoires ». Cette nouvelle agence serait comparable à l’agence pour la rénovation urbaine mais « à l’échelle des territoires ».
Un comité interministériel se tiendra en mars et sera consacré au renforcement de la « mixité sociale ». Ce comité interministériel avait été annoncé par Manuel Valls le 22 janvier dernier. Le Président lui donne  »trois objectifs : le peuplement (…), l’accompagnement (…) et le développement ». La France applique actuellement en outre-mer un « service militaire adapté » qui permet aux jeunes de se réinsérer et apprendre des métiers dans des secteurs en besoin de recrutement. « Il montre des réussites exceptionnelles, a estimé François Hollande. Nous allons mener une expérimentation en métropole ». François Hollande a également aussi émis le souhait de voir les parlementaires faire une proposition par rapport au nombre de députés qui siègent à l’Assemblée nationale. Enfin Le président de la République prépare activement l’organisation de la conférence Paris Climat 2015 et ambitionne de faire de la France un grand pays d’écologie.

 

Sondage Popularité : Hollande remonte … quand il ne fait rien !

Sondage Popularité : Hollande remonte … quand il ne fait rien !
Paradoxe  moins Hollande s’occupe des problèmes concrets plus il remonte en popularité même s’il demeure à un niveau historiquement bas. La stratégie de com. « Inauguration des chrysanthèmes » de l’Elysée semble fonctionner. A Valls les questions majeures, ce qui le fait descendre dans les sondages,  à Hollande les allocutions ésotériques sur les valeurs ou pire les rencontres et/ou déplacements futiles. Dernier exemple en date la réception de « Français du terrain » pour prendre connaissance des problèmes de la France  ou cette visite aux « archives nationales » ; bref Hollande est mieux dans la peau d’un conseiller  cantonal que dans cella d’un président de la république. Les instituts Ipsos, OpinionWay, LH2 et Odoxa ont auusi  montré récemment un léger regain de popularité pour François Hollande ; idem pour   le dernier baromètre IFO du JDD ; 35 % des sondés sont «satisfaits de Manuel Valls comme Premier ministre» (3 % très satisfaits et 32 % plutôt satisfaits) contre 62 % qui s’en disent mécontents (41 % plutôt mécontents et 21 % très mécontents) et 3 % qui ne se prononcent pas.

Economie ; les intellos français ne comprennent rien (Maurice Taylor)

Economie ; les intellos français ne comprennent rien (Maurice Taylor)

 

Taylor n’est certes pas un modèle de patron social pour autant il n’a pas tort de constater que les intellectuels français ne comprennent rien à l’économie. Il est clair que le libéralisme proclamé et souvent provocateur  de Taylor s’accommode mal avec le centralisme étatique de la France. – Le PDG de Titan considère en effet que le gouvernement français est rempli « d’intellectuels qui n’y comprennent rien ». Le projet de loi pour l’activité et la croissance doit être présenté ce mercredi 10 décembre en Conseil des ministres. Ce texte, porté par Emmanuel Macron et Manuel Valls, doit permettre de libérer l’économie française. Outre les polémiques concernant certaines de ses mesures (travail dominical, professions réglementées), le texte ne convient pas à tout le monde. « Votre gouvernement s’est agrandi mais ce n’est qu’un tas d’intellectuels qui n’y comprennent rien. Ce n’est pas parce que vous faites 1 kilomètre sur les 1.000 que vous devez parcourir que les choses vont changer », tacle Maurice Taylor, le PDG de Titan.  Il poursuit : « Je ne suis qu’un vieux gars qui sait ce qu’il faut faire pour créer des emplois (…) Il n’y a pas grand-chose de fait en France pour régler le problème. Au moins, en Allemagne, ils savent se retourner et bosser pour qu’il se passe quelque chose ».

 

CGT-Affaire Lepaon : une réunion pour rien

Affaire Lepaon : une réunion pour rien

 

Une réunion pour rien ou presque à part la mise à l’écart d’un lampiste, le trésorier de la CGT. On a donc décidé de ne rien décider, il y aura une nouvelle commission exécutive qui réunira après  le CCN (conseil national ou parlemente de la CGT°). En fait Lepaon fait trainer pour essayer de sauver sons poste espérant que l’actualité pourra le faire un peu oublier par les médias. En réalité rien n’est réglé Lepaon s’accroche à son poste et manœuvre au sein des instances tandis que limage de la CGT se trouve gravement affectée par ces affaires financières (100 000 euros pour refaire l’appartement de fonction de Lepaon, 60 000 pour refaire son bureau et une retraite chapeau de 31 000 euros pour son départ de Normandie).  « La Commission a pris acte de la démission d’Eric Lafont », lit-on dans la note interne, obtenue par Reuters.  Les voix demandant le départ de Thierry Lepaon se multiplient, de la base aux instances dirigeantes de la CGT. Lors d’une réunion du bureau confédéral, vendredi, il avait obtenu un répit. Mais la convocation du CNN le 13 janvier pourrait marquer le début d’une procédure de destitution, selon un haut responsable de la centrale. Le secrétaire général a tenté la semaine dernière de négocier avec les dirigeants de plusieurs grandes fédérations, dont la métallurgie, l’énergie, les transports, la santé, les travailleurs d’Etat et les cheminots, son maintien à la tête de l’organisation jusqu’à la fin de son mandat en 2016. Selon le même haut responsable, il aurait promis en échange de soutenir, pour sa succession, le secrétaire général de la fédération CGT de la métallurgie, Philippe Martinez. « Ça a marché le temps de la réunion du bureau confédéral », raconte à Reuters ce responsable. « Mais ça a fait beaucoup de bruit en interne. »   »La solution la plus sage serait qu’il se retire et qu’on aille vers une solution transitoire ou un congrès », ajoute-t-il, tout en admettant qu’aucun autre dirigeant de la CGT ne sort du lot aujourd’hui pour lui succéder. Cette crise ne remet pas seulement en cause la crédibilité de Thierry Lepaon, devenu secrétaire général par défaut en 2013 au terme d’un laborieux processus.  Elle écorne également l’image de son prédécesseur, Bernard Thibault, à qui il est reproché de n’avoir pas préparé sa succession et d’avoir laissé une organisation mal en point.  Selon un sondage de l’IFOP publié dimanche par Ouest-France, la cote de la CGT auprès des Français à reculé de 14 points en un an, de 45% d’avis positifs en 2013, juste avant l’élection de son actuel secrétaire général, à 31% en 2014, tandis que le taux de mauvaises opinions a bondi de 48% à 63%.

 

« L’Express » à vendre pour rien ?

« L’Express » à vendre pour rien ?

 

 

Encore une nouvelle crise de la presse écrite avec la vente de l’Expresse, reste à trouver une repreneur et à quel prix. Les chiffres varient  de 200 millions à 20 c’est à dire presque rien. Il faut rappeler que l’Express avait déjà été racheté pour 200 millions mais cette fois le prix pourrait tourner ne pas dépasser  50 millions. Vendredi 5 décembre, le propriétaire de l’Express, l’éditeur belge Roularta, est enfin sorti de son silence en publiant un communiqué ambivalent.   »A ce stade, Roularta n’a pas l’intention de vendre ses activités en France, et il n’est pas question d’une mise en vente officielle », indique ce texte. Toutefois, « Roularta a reçu ces derniers temps différentes marques d’intérêt pour ses activités françaises. Dans ce contexte, Roularta a décidé d’étudier toutes les options stratégiques possibles ».  Quelques heures plus tôt l’AFP, citant des sources proches du dossier, avait annoncé la mise en vente de l’hebdomadaire, avec quatre ou cinq candidats en lice. Selon l’agence, le prix de vente est de quelques dizaines de millions d’euros et la cession devrait être conclue dans les semaines qui viennent.  Mi-octobre, le Journal du Dimanche avait évoqué un rachat de l’hebdomadaire par Vivendi pour moins de 25 millions d’euros.  Puis, en début de semaine, Challenges évoquait un intérêt de Patrick Drahi. Accompagné de Marc Laufer, le roi du câble aurait rencontré Rik de Nolf, patron de l’éditeur belge Roularta qui détient l’hebdomadaire.  Vendredi, l’AFP cite comme candidat potentiel Prisma  (Bertelsmann), qui veut consacrer une centaine de millions à des acquisitions en France, mais se refuse à tout commentaire sur l’Express.  Le directeur de la rédaction Christophe Barbier ne semble pas partant. « Les chiffres que l’on voit circuler de 20 à 25 millions d’euros sont totalement déraisonnables. Cela vaut beaucoup plus. L’Express aujourd’hui n’a pas tellement perdu de valeur par rapport à son prix de 200 millions d’euros de 2006 lors du rachat par Roularta », a-t-il déclaré mi-novembre dans Médias le magazine. Selon lui, le prix de vente du Nouvel observateur « a des conséquences de valorisation qui échappent au rationnel. Depuis que l’Obs a été vendu, cela a donné l’impression que la presse écrite ne valait plus grand chose. Or c’est faux! »  En 2013, le groupe Express Roularta (l’Express, l’Expansion, l’Etudiant…), a réalisé un chiffre d’affaires en baisse, à 200 millions d’euros. Il a mené l’an dernier un plan social conduisant à 90 départs, fermé le mensuel L’Entreprise, et fusionné les magazines Maison magazine et Maison française.  Dans les comptes de Roularta, les activités françaises (hors média inclus) restent valorisés à 218 millions d’euros à fin 2013, bien qu’elles aient été de 26 millions

 

Une ex-députée découvre que pôle emploi ne sert à rien !

Une ex-députée découvre que pôle emploi ne sert à rien !

Un ex députée maintenant au chômage découvre à travers sa propre situation que Pôle emploi ne sert à rien. Une découverte sans doute une peu tardive et significative du décalage entre la vision de nos élus et la réalité sociale. Sandrine Bélier, une ancienne eurodéputée Europe Ecologie Les Verts, parle d’un « moment un peu déroutant » face à la conseillère Pôle Emploi. Depuis sa défaite aux européennes, elle n’a pas retrouvé d’emploi.  « Excusez-moi, ma question est peut-être stupide, vous avez fait quoi en tant que députée européenne ? » : c’est la première question posée par la conseillère Pôle Emploi à Sandrine Bélier, ancienne députée européenne EE-LV sans emploi depuis sa défaite aux élections du 25 mai. Ce « moment un peu déroutant », qu’elle pensait initialement raconter par mail à ses proches, elle le retranscrit sur sa page Facebook. Le post a recueilli plus de 400 « likes » et a fait l’objet de nombreux commentaires d’internautes. A la « grande surprise » de l’intéressée qui préférerait que « ses posts sur les questions environnementales aient autant de « likes »‘. Pour Sandrine Bélier, interrogée par France Info, ce premier entretien à Pôle Emploi a été « chaleureux et dans l’empathie » même si elle se fait peu d’illusions quant à l’utilité de l’organisme public dans ses recherches. « Cela ne devrait pas arriver, non je ne pense pas mais si cela arrive, je pars avec vous », lui a confié sa conseillère dans une agence parisienne. L’ancienne candidate aux européennes dans le Grand Est recherche un poste de directrice juridique ou stratégique. Alors que ses indemnités parlementaires (un peu plus de 6.000 euros) s’arrêteront à la fin du mois de décembre, Sandrine Bélier avoue qu’elle « reculait ce moment ». Cela fait quatre mois qu’elle répond à des candidatures, envoie des lettres de motivation ou s’est inscrite sur LinkedIn et Viadeo. Vivant entre Paris et Strasbourg, l’ancienne directrice d’Alsace Nature et France Nature Environnement a préféré s’inscrire dans la capitale où elle est moins connue. « Plus qu’une femme politique, je suis une personne qui cherche un travail pour payer son loyer et assurer le quotidien ».. Seulement, face à la conseillère, difficile de ne pas aborder son précédent mandat politique. N’ayant pas d’attestation employeur, Sandrine Bélier se prend à lui dire : « Mon employeur, c’est vous, les citoyens ».

 

Hollande TF1 : rien de neuf !

Hollande TF1 : rien de neuf !

 

C’était prévu, cette conférence ne pouvait rien apporter tant la parole de Hollande est discréditée . On pouvait quand même s’attendre à quelques annonces, il n’y a rien eu de nouveau sinon qu’il n’y aurait pas d’impôt nouveau en 2015 (ce que les Français ne croient pas, la preuve avec le projet de taxe sur les résidences secondaires). Bref une prestation télévisée de rabâchage, ennuyeuse, peu suivie, peu appréciée. « Depuis deux ans et demi, je me cramponne », a déclaré d’emblée le président le plus impopulaire de la Ve République, dont la cote de popularité est tombée jusqu’à 12%. « Je dois avoir le cuir tanné, être serein, avoir du sang-froid (…) pour réussir une fonction exceptionnelle », a ajouté celui qui avait fait campagne sur le thème du « changement » et du « président normal ». François Hollande a répété que la baisse du chômage, qui n’a cessé de grimper depuis son entrée à l’Elysée, était une condition indispensable pour briguer un second mandat en 2017. Interrogé sur son désir de second mandat, il a répondu: « Je suis président, je n’ai pas besoin de me poser cette question (…) Pas tout de suite ». « Je vais jusqu’au bout réformer mon pays, le rendre plus fort », a-t-il assuré. « Au bout des cinq ans (…) je veux pouvoir me regarder dans une glace en me disant: est-ce que j’ai fait ce que je devais faire comme président de la République pendant cinq ans? » La principale annonce a consisté à assurer aux Français, confrontés à des hausses continues de taxes, qu’il n’y aurait aucun impôt supplémentaire l’an prochain, tout en confirmant la suppression de la première tranche de l’impôt sur le revenu. « L’année prochaine il n’y aura pas d’impôt supplémentaire sur qui que ce soit », a-t-il déclaré, au risque d’être critiqué si, comme pour le chômage, il n’y parvient pas. François Hollande a fait quelques annonces contre le chômage comme la création de 15.000 emplois d’avenir « verts » supplémentaires à destination des jeunes. Interpellé par une demandeuse d’emploi âgée de 60 ans, il a évoqué une allocation pour les chômeurs ayant suffisamment cotisé mais n’ayant pas atteint l’âge de la retraite ainsi que la création d’un contrat aidé pour les chômeurs seniors à qui il manque quelques trimestres de cotisation. François Hollande s’est aussi dit favorable à l’organisation d’un référendum sur l’instauration d’un service civique universel obligatoire pour les jeunes. Interrogé sur sa promesse électorale d’instiller une dose de proportionnelle pour les élections législatives, le président a répondu que cela n’était « pas la priorité » du moment. Moins populaire que son Premier ministre Manuel Valls, François Hollande a affirmé qu’il restait celui qui « fixe la ligne » et l’instigateur des réformes. « Manuel Valls est un bon Premier ministre, il applique la politique que j’ai moi-même fixée pour la Nation et nous sommes dans une équipe », a dit le président. « Toutes les réformes, je les ai décidées moi-même ». François Hollande a terminé son entretien en donnant une série de rendez-vous à même de redorer l’image du pays qu’il dirige à l’international. La France, qui organisera la grande conférence sur le climat fin 2015, est candidate à l’organisation de l’Exposition universelle de 2025, a-t-il annoncé. François Hollande s’est aussi déclaré favorable à l’organisation des Jeux olympiques à Paris en 2024. Bref à défaut de pain, des jeux !

Croissance faible : que va faire la BCE ? Rien !

Croissance faible : que va faire la BCE ? Rien !

Il faut s’attendre à de nouvelles batailles au sabre de bois à l’intérieur de la BCE avec les partisans d’une politique accommandante et les orthodoxes soutenus par l’Allemagne, eux pour le statu quo. .La faiblesse de la croissance aussi bien dans les services que dans l’industrie malgré cette tendance de long terme à la baisse des prix servira jeudi de toile de fond à la réunion de politique monétaire de la BCE. Les débats sont vifs entre banquiers centraux sur les outils à mettre en œuvre pour écarter le spectre de la déflation et sortir l’inflation, de seulement 0,4% en octobre, de ce que la BCE qualifie elle-même de « zone de danger » sous 1%. Considéré comme un bon indicateur de l’activité puisqu’il s’appuie sur le sentiment de milliers d’entreprises à travers le continent, l’indice composite des directeurs d’achats (PMI) de Markit n’a quasiment pas bougé par rapport à son plus bas de 10 mois atteint en septembre, passant de 52,0 à 52,1. « Une telle faiblesse est inquiétante car elle souligne la faiblesse de la demande dans la zone euro et alimente les inquiétudes concernant la croissance. Les éléments d’anticipation dans les deux secteurs se sont révélés décevants », commente Apolline Menut, pour Barclays. Dans les services, l’indice des directeurs d’achat est tombé à un plus bas de sept mois à 52,3 en octobre et il y a peu de chances qu’il s’améliore ce mois-ci. Si le PMI composite, regroupant industrie et services, est resté pour le 16e mois consécutif au-dessus du seuil de 50 séparant la croissance de la contraction, cette situation a un coût. Le sous-indice des prix à la production a plongé à 47,1 contre 48,5 en septembre, soit son plus bas niveau depuis février 2010, ce qui semble indiquer que les entreprises continuent désespérément de jouer sur les prix pour maintenir leur activité.  

 

Relance : Macron et Sapin à Berlin pour rien ?

Relance : Macron et Sapin à Berlin pour rien ?

 

Sapin et Macron veulent que Berlin investissent 50 milliards,  comme la France (mais qui les empruntera). Du coup, ils risquent de revenir avec rien. L’Allemagne refuse en effet de faire du déficit budgétaire et considère que la France va encore financer à crédit sa relance. Sans doute pour des raisons diplomatiques le refus de Berlin ne sera pas auusi tranché mais la position allemande va sans doute signifier à la France qu’il lui faut d’abord faire des réformes structurelles.  Sigmar Gabriel et Wolfgang Schäuble attendent donc de pied Sapin et Macron.  Au menu de cette rencontre avec les ministres français de l’Économie et des Finances, Emmanuel Macron et Michel Sapin: les moyens de redynamiser les investissements et la croissance dans les deux pays et l’Europe toute entière. En amont de la visite, les quatre protagonistes ont réaffirmé des positions très éloignées. Pour Berlin, la clé de la guérison de la zone euro est la confiance, qui passe par un assainissement des finances publiques et des réformes structurelles. Wolfgang Schäuble ne conteste pas que son pays ait besoin d’investissements, il l’a redit dans une interview dimanche 19 octobre. « Mais nous ne voulons pas de croissance à crédit« , a-t-il martelé. Son objectif premier reste le « zéro pointé » du déficit fédéral l’an prochain. « C’est le seul moyen de générer la confiance« , pour lui. L’investissement devra être pour l’essentiel privé, la tâche de l’État est simplement d’en favoriser les conditions. Paris voudrait quant à lui que le partenaire allemand utilise ses marges de manœuvre budgétaires pour investir dans le soutien de l’économie, ce dont tous les Européens profiteraient par ricochet. Avant de faire le voyage, Emmanuel Macron a chiffré la requête, pour la première fois. « 50 milliards d’euros d’économies chez nous, 50 milliards d’investissements chez eux, ce serait un bon équilibre« , a jugé le ministre dans une interview conjointe avec Michel Sapin au quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) à paraître lundi 20 octobre. Pour l’Allemagne, qui affiche depuis 2012 des comptes publics à l’équilibre (tous niveaux confondus, État fédéral, Länder et communes), 50 milliards d’euros de dépenses supplémentaires « seraient compatibles avec une politique budgétaire sérieuse », juge le ministre français de l’Économie.

 

Air France : une grève vraiment pour rien

Air France : une grève vraiment pour rien

 

Finalemenet la grève du syndicat corpo des pilotes n’aura servi strictement à rien sinon à faire perdre 500 millions à Air France et à affecter un peu plus une image déjà dégradée ; Comme c’était prévisible, Air France envisage de créer une autre société à la place de Transavia France que les pilotes refusent en l’état. Une société low cost bien sûr puisque les coûts d’Air France sont grandement affectés par le cout des avantages sociaux d’Air France et les effectifs surabondants .  Le PDG d’Air France/KLM perd patience avec les pilotes de sa compagnie. Dans un entretien au Journal du dimanche du 12 octobre, Alexandre de Juniac les menace de créer « une compagnie sœur de Transavia » si ces derniers refusent de signer l’accord avec la direction. Après la grève, il dit vouloir « tourner la page et avancer ». Mais, dans le cas où les pilotes refuseraient de signer les propositions de la direction, « nous créerons une compagnie sœur de Transavia, Transavia Développement, en France, pour nous développer dans l’activité à petits prix, avec les nouveaux avions qui arrivent dans les mois qui viennent », déclare-t-il. « Mais que les pilotes signent serait plus simple et plus logique ». Selon lui, le marché du low cost est « le seul marché en croissance » du secteur de l’aviation. « En Europe, le low cost représente aujourd’hui près de 50% du trafic. Sur le segment des prix bas avec un service de qualité, Transavia peut devenir un des grands d’Europe », affirme-t-il. Il revient aussi sur le coût financier du conflit social particulièrement dur qui a duré 13 jours. Le PDG estime qu’il a coûté 500 millions d’euros : « La grève nous a coûté 20 millions d’euros pas jour, auxquels s’ajoutent des dédommagements, les achats de billets parfois au prix fort auprès d’autres compagnies pour acheminer nos passagers ainsi que l’impact sur les réservations des semaines à venir ». Pour lui, « cette grève nous a fait perdre un an. Air France aurait dû être dans le vert cette année ».

 

Abandon de l’écotaxe est « une erreur désastreuse », estime Cécile Duflot qui n’y connait rien !

Abandon de l’écotaxe est « une erreur désastreuse », estime Cécile Duflot qui n’y connait rien !

 

 

Une erreur désastreuse pour Duflot l’écolo politisée qui ne connait rien à économie et pas grand-chose à l’écologie. Sur le fond, les écolos ont raison de plaider pour un autre modèle de développement qui a certainement atteint ses limites pour autant la stratégie proposée pour y parvenir est complètement illusoire voire contre productive. Duflot ignore sans doute l’évolution des parts de marchés des différents pavillons routiers, l’écroulement du pavillon français notamment. Le fait qu’aujourd’hui ce sont surtout de pavillons de pays de l’Est qui rendent le transport auusi peu chers ; L’écotaxe aurait frappé en priorité le pavillon français essentiellement replié sur le territoire national tandis que les pavillons étrangers par le jeu de la péréquation des coûts (et le cabotage) auraient pu encore davantage concurrencer le transport français sur le territoire national. Conclusion, cela n’aurait strictement rien changé sur le plan de la mobilité des biens, au contraire. C’est une conception globale de politique des transports qui peut changer les choses et cela au plan européen et non des mesures de taxation partielles et partiales.  L’ancienne ministre écologiste a évoqué l’abandon de l’écotaxe ce vendredi, annoncé la veille par Ségolène Royal.   »Je suis consternée ». Cécile Duflot n’a pas mâché ses mots envers François Hollande et le gouvernement, au lendemain de l’annonce de l’abandon de l’écotaxe. « Je considère que c’est une erreur désastreuse », a déclaré l’écologiste sur RTL vendredi 10 octobre.  L’ancienne ministre du Logement a déploré le manque de « courage politique » de la majorité. « Dès qu’il s’agit de passer aux actes, il n’y a plus personne », a-t-elle déploré. Et d’ajouter : « Abandonner l’écotaxe, c’est 450 millions d’euros qui vont manquer pour faire des travaux et des bus. » L’ex-patronne d’Europe Écologie-Les Verts a plaidé pour « une autre manière de travailler et de produire », parce que selon elle, « on a atteint les limites d’un système ».    »Il faut changer de modèle », a martelé la député de Paris. « Quand des animaux sont élevés en Bretagne et vont être abattus à l’autre bout de l’Europe parce qu’ils sont transportés par des camions, raconte Cécile Duflot, on a la double peine. »

 

1...678910



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol