Archive pour le Tag 'ridicule'

Page 2 sur 2

Juppé: » débat sur la fessée ridicule »

Juppé dans Le Parisien déclare que le débat sur la fessée est ridicule. D’une certaine manière il remet en cause le pédagogisme à la mode qui veut interdire tout châtiment corporel. Certes ce châtiment corporel ne constitue pas sans doute le moyen éducatif à privilégier pour autant à l’inverse le laisser aller général favori la déstructuration sociale voir psychologique de nombre d’enfants notamment dans les milieux défavorisés qui perdent ainsi le sens des valeurs notamment du respect et de la discipline. A l’école, « j’étais un peu dissipé », confesse Alain Juppé dans une interview publiée vendredi dans Le Parisien Magazine dans laquelle il dévoile son projet sur l’éducation… et se livre à quelques confidences. Bien qu’ayant toujours eu « le prix d’excellence », « de la huitième (actuel CM1, NDLR) à la terminale », l’élève de Mont-de-Marsan (Landes) a connu les châtiments corporels. « J’avais un professeur qui avait une manie : il nous prenait la joue et nous tirait la peau, c’était sévère », se souvient-il. « Le surveillant général, lui, avait une badine, dont il se servait dans les rangs… et paf dans les mollets! » Par ailleurs, « il y avait un martinet à la maison. Quand je n’étais pas sage, je prenais parfois des coups sur les guiboles ». Pour autant, « je n’ai pas l’impression d’être traumatisé ». Alain Juppé juge donc le débat sur l’interdiction de la fessée « un peu ridicule ». « Qu’un parent donne la fessée un jour à un bambin parce qu’il est un peu turbulent, cela ne va pas le traumatiser pour la vie. » Dans cette interview de rentrée, le candidat à la primaire de 2016 expose son projet pour l’éducation, qu’il détaille dans un livre à paraître le 26 août, Mes chemins pour l’école (JC Lattès). Avec une priorité affichée: « mettre le paquet sur l’école primaire ».  Il propose ainsi d’augmenter de 10% les salaires des enseignants du primaire –qui devront en échange être « plus présents dans l’établissement »- , de réaffecter des effectifs de l’enseignement secondaire vers le primaire, et de « mettre à disposition des crèches des animateurs linguistiques rémunérés ». Alain Juppé « s’engage à maintenir le budget de l’Education nationale à son niveau actuel », mais veut tout de même faire des économies, par exemple en réduisant le nombre d’options et d’épreuves au bac « à quatre ou cinq, le reste des acquis étant soumis au contrôle continu. Cela permettra d’économiser plusieurs centaines de millions d’euros ».

Migrants : nouvelle proposition ridicule de Bruxelles

Migrants : nouvelle proposition ridicule de Bruxelles

 

Il ya quelques jours Bruxelles avait proposé de répartir 20 000 migrants dans l’union européenne. Face aux refus de certains Etats notamment la France, elle propose d’en répartir maintenant le double, soit 40 000 pour au moins 500 000 qui entreront en Europe cette année. D’une part cette proposition est ridicule car elle n’est pas à la hauteur de l’enjeu, d’autre part les Etats sont pris au piège car ils ne pourront dire oui 40 000   quand ils étaient opposés à  20 000. Pour l’essentiel ces migrants fuient les conflits, la guerre et la famine. Ils sont souvent le produit des interventions internationales militaires et des politiques économiques des pays occidentaux. D’où la nécessité d’élargir la problématique de l’immigration bien au-delà du simple accueil.  La Commission   européenne va donc proposer la semaine prochaine que 40.000 demandeurs d’asile arrivés par bateau en Italie et en Grèce soient accueillis dans d’autres pays de l’Union afin de soulager Rome et Athènes, a-t-on appris vendredi de source informée à Bruxelles. A la mi-mai, la Commission a proposé que 20.000 migrants soient accueillis et répartis à travers l’UE au cours des deux prochaines années mais la Grande-Bretagne, l’Irlande et le Danemark pourraient être dispensés de participer à ce dispositif. Sa proposition sur les 40.000 demandeurs d’asile, qui doit être finalisée mercredi prochain, devra être approuvée par la majorité des Etats membres censés accueillir ces migrants — en premier lieu la France et l’Allemagne. Depuis le début de l’année, quelque 60.000 migrants sont arrivés en Europe en traversant la Méditerranée, dont 30.500 qui ont été recueillis en Italie. Environ 1.800 se sont noyés en tentant la traversée, selon les Nations unies.

Logement : un micro plan ridicule du gouvernement

Logement :  un micro plan ridicule du gouvernement

 

Difficile de faire plus minuscule alors que le secteur du logement est en crise profonde le gouvernement vient de décider une micro plan de 70 millions et en plus sur trois ans. Le précédent plan n’était déjà pas à la hauteur de l’enjeu mais celui là est d’une indigence à pleurer. Sans parler de la suppression d’une place de parking par appartement !  Le ministère du Logement a prévu de répartir 70 millions d’euros d’investissements sur trois ans et à travers trois chantiers : la transition numérique, le désamiantage et la transition énergétique. De nouvelles mesures de simplification ont également été annoncées.  70 millions d’euros sur trois ans. La ministre du Logement Sylvia Pinel a annoncé jeudi 4 décembre que le gouvernement allait financer des mesures visant à aider le secteur du bâtiment. Réparties en trois chantiers, ces mesures complètent celles annoncées l’été dernier par le gouvernement pour relancer la construction de logements, actuellement au plus bas. Inspiré du rapport de « l’ambassadeur du numérique », Bertrand Delcambre, remis à Sylvia Pinel le 2 décembre, le plan consacré au numérique prévoit notamment de « valoriser les bonnes pratiques » en la matière. Un comité de pilotage sera créé pour accompagner ces évolutions, autour de Bernard Delcambre. La formation, notamment en ligne, sera développée et des « kits BIM » (équipements et logiciels qui modélisent les données du bâtiment dans une maquette numérique), seront créés, pour encourager le travail collaboratif dans les TPE et PME du bâtiment. Concernant la « recherche et développement pour le traitement de l’amiante dans le bâtiment », le ministère souhaite « développer des technologies fiables permettant de réduire les coûts et les délais de détection et de traitement de l’amiante », ainsi que la pénibilité pour les ouvriers. Un programme de recherche et développement sera confié à des organismes de recherche, et piloté par un comité rassemblant les acteurs concernés. Le gouvernement prévoit par ailleurs de soutenir les « solutions innovantes de construction et de rénovation » et de « développer et mutualiser des outils d’expérimentation » ainsi que d’améliorer la formation des professionnels, entre autres. La ministre a également annoncé de nouvelles mesures de simplification des normes de construction. Parmi elles, la plus attendue est l’annonce que les promoteurs seront désormais tenus de ne construire qu’un seul parking par logement (et non plus deux), dans « les secteurs bien desservis par les transports en commun ». Elle entrera en vigueur « dès fin 2014″, selon le ministère, qui annonce aussi une « réduction des délais d’obtention du permis de construire« , ou encore une « amélioration des délais de traitement des recours » contre les permis, sans plus de précisions.

 

Enregistrement Jouyet-Fillon : un jugement ridicule

Enregistrement Jouyet-Fillon : un jugement ridicule

 

 

Au nom du secret des sources, le tribunal a refusé de livrer à Fillon l’enregistrement qui accusait Fillon d’avoir demandé à Jouyet  de faire accélérer les procédures judicaires dans les affaires concernant Sarkozy. Un jugement évidemment inique puisque les sources ont été révélés par les deux journalistes dans un livre qu’ils ont publié. Fillon est doublement pénalisé d’une part parce qu’on lui refuse d’accéder à la preuve de ce qu’aurait déclaré Jouyet, d’autre part parce la parole de Jouyet est en quelque sorte sacralisée tout au moins sur le plan médiatique. Ce fameux secret inscrit dans la loi. Il autorise les journalistes à taire le nom de leurs informateurs, la manière dont ils ont accès à telle ou telle information sensible. Un secret des sources essentiel pour permettre le travail d’enquête et permettre aux journalistes de tisser des liens de confiance avec ceux qui leur font des révélations. Ce secret des sources est au cœur de l’affaire. D’un côté les avocats des deux reporters du monde qui s’indignent. Non, Gérard Davet et Fabrice Lhomme n’ont pas à livrer cet enregistrement, couvert par le secret des sources, l’entretien est confidentiel et n’a pas à se retrouver sur le bureau de François Fillon. Mais en face, les avocats de François Fillon répondent que le secret des sources, il n’y en a plus. Les journalistes l’ont eux même « pulvérisé » en révélant que Jean Pierre Jouyet était leur informateur. Dans ce cas là, pourquoi ne pas aller jusqu’au bout, pourquoi ne pas livrer l’information, le contenu de la conversation, pour éviter de rester dans la rumeur ? Le duo Davet / Lhomme est assez critiqué dans cette affaire.  Alors qu’ils ont une très solide réputation d’enquêteurs, le journaliste de Libération Jean Quatremer par exemple écrit que le « Jouyetgate » est une mauvaise nouvelle pour la presse, que ça allait décourager les politiques, les hauts fonctionnaires de faire des révélations.

 

 

Cahuzac-moralisation patrimoine : le choc, oui mais du ridicule

Cahuzac-moralisation patrimoine : le choc, oui mais  du ridicule

 

Inventaire à la Prévert, habillage, sous évaluation, ce choc de moralisation sent la précipitation et l’arnaque ; comme pour la politique économique, la méthodologie est très floue ; en fait c’est intéressé’ qui évalue seul son patrimoine, à sa manière. Le doute subsiste évidemment d’autant que certains biens repartis sur la famille ne figurent pas la plupart du temps. Le pire sans doute, le plus ridicule certainement,  la mention vieilles voitures, motos ou vélos pourquoi pas aussi des vieilles chaussettes. Pour les voitures, en fait rien de vraiment étonnant puisque les politiques utilisent essentiellement les voitures de fonction (c’est moins cher !) aux frais de la princesse ou trains et avions qu’ils ne payent pas. En fait le voile de fumée n’aura rien dissimulé en tout cas pas l’indécence de l’austérité imposée par Cahuzac et le gouvernement. Les conséquences de ce coup de com. étaient attendues. D’abord on découvre que la plupart des ministres socialistes sont riches, ensuite qu’on peut douter le l’exhaustivité des patrimoines déclarés, enfin qu’inévitablement la presse n’aura de cesse de vérifier les dires des déclarants provoquant de nouveaux scandales. Le véritable scandale, ce n’est pas le compte en Suisse de Cahuzac, c’est l’austérité imposée aux français y compris les plus démunis ; c’est aussi ce système oligarchique qui permet de s’enrichir et finalemenet d’ignorer les réalités économiques et sociales. Dernier exemple, l’inversion du chômage en 2013 qui relève tout autant du ridicule que du mépris des électeurs pris pour des «  veaux ».

Taxe 75% : un rapport ridicule mais nécessaire pour faire passer la pillule de l’austérité

Taxe 75% : un rapport ridicule mais nécessaire pour faire passer la pillule de l’austérité

 

Théoriquement la taxe devrait rapporter 500MF, en fait ce sera beaucoup moins car nombre de hauts salaires visés vont décaler leurs revenus au-delà des 2 ans prévus par cette taxe, d’autres recevront leur rémunérations dans des filiales situées à l’étranger (il y a le choix, il y a 30 000 filiales françaises à l’étranger). En fait l’assiette de cet impôt (destiné surtout  à faire passer de la pilule fiscale avalée par tous les français) va se réduire comme peau de chagrin grâce aux conseils avisés de l’armée de fiscalistes qui conseillent les grandes entreprises. « Il y aura cet effort demandé aux plus riches. C’est un acte de solidarité, presque un acte patriotique ». Mais « la taxe ne serait pas instaurée pour faire du rendement« , avait affirmé sur BFMTV et RMC, Pierre Moscovici, le 21 mars dernier à propos de la taxe sur les hauts revenus.  Mais la nouvelle mouture de ce prélèvement présentée par François Hollande lors de son intervention télévisée du 28 mars devrait finalement rapporter davantage que les modestes 210 millions d’euros par an budgétés dans le projet de loi de finances pour 2014. Selon Les Echos de ce 2 avril, citant Bercy, elle devrait carrément être du double, soit 500 millions d’euros.  Le nombre d’assujettis sera pourtant moins important: environ un petit millier contre 1.500 à 2.000 dans la version initiale. Seuls les salariés- y compris les joueurs de football !- seront concernés via leurs entreprises qui paieront la taxe.  En revanche, le taux du prélèvement sera supérieur à celui prévu dans le budget 2013. Au total, il sera de 75%, soit 50% de taxe plus 25% de charges salariales, sur les rémunérations supérieures à un million d’euro par an. Or, le taux facial de la première taxe n’était que de 18%.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol