Archive pour le Tag 'riches'

Société: La France : 7 % de riches ?

Société:-La France : 7 % de riches ?

 

 

Le concept de riches se discute  car tout dépend à quel niveau on met la barre. D’une façon générale depuis quelques années ,  le nombre de très riches à augmenté de même qu’à l’autre bout de l’échelle les plus pauvres. En clair les inégalités ont progressé et pas seulement en France au détriment des plus défavorisés et mais aussi des  couches moyennes La France compterait 7 % de riches.Pour cette évaluation  l’Observatoire des inégalités a  créé son seuil de richesse, de deux fois le salaire médian, soit 3 673 euros par mois (prestations sociales comprises et impôts déduits) pour un adulte seul, 5 511 euros pour deux adultes et 7 713 euros pour une famille avec deux enfants de moins de 14 ans, selon son barème 2022 sur la base des revenus de 2019.

Le seuil de 3 673 euros, choisi par l’Observatoire des inégalités, peut paraître bas, plus proche de l’aisance que de la richesse, mais celui des 10 % les plus riches se situe au-dessous, à 3 328 euros par mois ; pour les 5 % les plus riches, il est à 4 156 euros ; pour les 1 % (soit 630 000 personnes), à 7 180 euros ; à 17 538 euros pour les 0,1 % ; et à 54 497 euros par mois pour les 0,01 %. A titre de comparaison, 7,3 % des Allemands vivent avec plus 4 052 euros par mois, pour une personne seule, soit un montant proche.»

La proportion de 7,1 % de la population bien dotée, selon les calculs de Pierre Madec, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques, est d’ailleurs en recul. Elle était de 8,6 % de 2010, et 745 000 « riches » se sont donc évaporés. « Pour eux, la période la plus faste semble révolue, analyse Anne Brunner, directrice des études de l’Observatoire des inégalités. Le niveau de vie des 10 % des personnes les plus aisées avait augmenté quasiment sans interruption entre 1998 et 2008avec un gain annuel moyen de 13 000 euros sur la période », soit une progression de 27 % de leurs revenus, bien supérieure à celle des classes moyennes et populaires. Puis, la crise financière de 2008 a interrompu cet âge d’or et, en 2019, les 10 % les plus riches retrouvent le même niveau de vie qu’en 2009.

 

La France : 7 % de riches ?

La France : 7 % de riches ?

 

 

Le concept de riches se discute  car tout dépend à quel niveau on met la barre. D’une façon générale depuis quelques années ,  le nombre de très riches à augmenté de même qu’à l’autre bout de l’échelle les plus pauvres. En clair les inégalités ont progressé et pas seulement en France au détriment des plus défavorisés et mais aussi des  couches moyennes La France compterait 7 % de riches.Pour cette évaluation  l’Observatoire des inégalités a  créé son seuil de richesse, de deux fois le salaire médian, soit 3 673 euros par mois (prestations sociales comprises et impôts déduits) pour un adulte seul, 5 511 euros pour deux adultes et 7 713 euros pour une famille avec deux enfants de moins de 14 ans, selon son barème 2022 sur la base des revenus de 2019.

Le seuil de 3 673 euros, choisi par l’Observatoire des inégalités, peut paraître bas, plus proche de l’aisance que de la richesse, mais celui des 10 % les plus riches se situe au-dessous, à 3 328 euros par mois ; pour les 5 % les plus riches, il est à 4 156 euros ; pour les 1 % (soit 630 000 personnes), à 7 180 euros ; à 17 538 euros pour les 0,1 % ; et à 54 497 euros par mois pour les 0,01 %. A titre de comparaison, 7,3 % des Allemands vivent avec plus 4 052 euros par mois, pour une personne seule, soit un montant proche.»

La proportion de 7,1 % de la population bien dotée, selon les calculs de Pierre Madec, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques, est d’ailleurs en recul. Elle était de 8,6 % de 2010, et 745 000 « riches » se sont donc évaporés. « Pour eux, la période la plus faste semble révolue, analyse Anne Brunner, directrice des études de l’Observatoire des inégalités. Le niveau de vie des 10 % des personnes les plus aisées avait augmenté quasiment sans interruption entre 1998 et 2008avec un gain annuel moyen de 13 000 euros sur la période », soit une progression de 27 % de leurs revenus, bien supérieure à celle des classes moyennes et populaires. Puis, la crise financière de 2008 a interrompu cet âge d’or et, en 2019, les 10 % les plus riches retrouvent le même niveau de vie qu’en 2009.

 

Les valeurs morales plus importante chez les riches !

Les valeurs morales plus importante chez les riches ! 

 

 

 

Ce sont les électeurs les plus aisés qui accordent l’importance la plus grande aux valeurs idéologiques et morales, qu’elles soient conservatrices ou progressistes, rapporte dans sa chronique l’universitaire Pauline Grosjean au « Monde ». (Professeure d’économie à l’université de Nouvelle-Galles du Sud (Australie)

 

Une tribune intéressante à lire car elle traduit les insuffisances d’approche de certains intellectuels concernant les mutations actuelles. Première observation, un économiste n’est pas forcément le plus qualifié pour parler des questions morales. Deuxième observation, la nature même de la dimension morale ne peut se borner à une problématique économique. Troisième observation, il y a de toute évidence un manque d’articulation entre les aspects économiques, politiques, sociaux, technologiques, sociétaux et environnementaux. Bref davantage un papier de journaliste que d’un scientifique. NDLR

 

Les maux de la gauche électorale et l’analyse de ses causes font couler beaucoup d’encre. Les uns y voient les conséquences des mutations du « peuple de gauche », maintenant tertiarisé, ubérisé, et féminisé – bien qu’il ne soit pas clair en quoi ceci expliquerait cela. Les autres pointent du doigt la démographie : le vieillissement et la périurbanisation. Mais, malgré l’éloquence des cartes géographiques, corrélation ne vaut pas causalité. D’autres encore accusent la « trahison » des élites de gauche, urbanisées, éduquées et mondialisées, et l’incohérence de leurs valeurs sociales avec celles des classes populaires.

Les économistes, eux, se permettent de formaliser beaucoup plus simplement les affres de la gauche. Le modèle théorique de vote proposé par Benjamin Enke (Harvard), Mattias Polborn (Cologne) et Alex Wu (Harvard) repose sur une hypothèse simple : les valeurs sociales sont un bien de luxe (« Morals as Luxury Goods and Political Polarization », Harvard Mimeo, 2022). C’est-à-dire que plus notre revenu augmente, plus nous accordons de l’importance aux valeurs idéologiques et morales par rapport aux considérations économiques et matérialistes. C’est une reformulation de la théorie sociologique du postmatérialisme et de la pyramide des besoins du psychologue Abraham Maslow (1908-1970), selon laquelle les besoins d’accomplissement de soi et les besoins d’estime ne surviennent qu’une fois satisfaits les besoins physiologiques et les besoins de sécurité.

De nombreuses enquêtes montrent en effet que ce sont les électeurs les plus riches qui accordent l’importance la plus grande aux valeurs idéologiques et morales, qu’elles soient conservatrices (par exemple la position sur l’avortement aux Etats-Unis) ou progressistes. Dans leur modèle, ainsi que dans la plupart des modèles économiques de vote, les pauvres veulent plus de redistribution, et les riches moins de taxes. Mais les valeurs morales influencent nos préférences de politique économique. Ainsi, les électeurs idéologiquement de gauche considèrent que réduire les inégalités est une obligation morale, alors que les idéologues de droite veulent limiter l’intervention de l’Etat dans l’économie. Et plus ils sont riches, plus ces valeurs morales ont de l’importance pour chacun.

Ce modèle sera accusé par les détracteurs des sciences économiques d’être réducteur ; mais c’est justement sa force. De ce modèle simple découlent les prédictions suivantes. Quand un électeur de gauche devient plus riche, la réduction des inégalités comme impératif moral prend plus d’importance. C’est la « gauche caviar », qui s’accorde avec le peuple de gauche pour plus de redistribution et vote ainsi contre ses propres intérêts économiques. Au contraire, à droite, les électeurs les plus riches veulent une politique économique complètement différente de celle voulue par les électeurs pauvres. La séduction des classes populaires par la droite ne peut donc se faire que sur le terrain des valeurs. Ils sont aidés en cela par la « gauche caviar », qui en accordant de plus en plus de place aux valeurs idéologiques à mesure qu’ils s’enrichissent, se distancient des classes populaires

Fiscalité États-Unis : une nouvelle taxe sur les super riches

Fiscalité États-Unis : une nouvelle taxe sur les super riches

 

Le président Biden propose une sorte de taxe sur le patrimoine des plus riches ( Un impôt sur la fortune revisité !). dans le cadre de son projet de budget pour l’année fiscale 2023;  une forme innovante de taxation des plus-values non réalisées par les Américains les plus riches. Moins de 20.000 foyers de multimillionnaires auraient à prépayer des impôts sur leur patrimoine, notamment en valeurs boursières. Le Trésor souhaite obliger les foyers au patrimoine de plus de 100 millions de dollars à payer au minimum 20% de leurs revenus en impôts. Le fisc américain dégagerait ainsi 360 milliards de dollars de recettes supplémentaires sur 10 ans, selon l’estimation de la Maison-Blanche.

Pays riches : la France passe de la 12e à la 24e place

 à la 24e place

Qu’il s’agisse de la richesse globale (PIB) ou de la richesse rapportée par habitant, la France recule. En 1980, la France était la quatrième puissance économique par l’importance de son produit intérieur brut. Par habitant la richesse a considérablement diminué. Ce dernier indicateur est sans doute le plus inquiétant car aujourd’hui la Frans se situe au 24e rang de richesse par habitant. Un indicateur économique qui avec la balance commerciale témoigne à l’évidence de la perte de compétitivité et de productivité du pays.

 

D’après des sources du FMI , l’économie française était la quatrième au monde par la taille de son Produit intérieur brut dans les années 1980, et aujourd’hui les Français sont classés au 24ème ou 25ème rang mondial pour le PIB par habitant».,

 

Aujourd’hui nous sommes le septième, derrière les trois mêmes nations, plus la Chine, l’Inde et le Royaume-Uni qui sont venus s’intercaler entre le trio de tête et nous (la Chine est même la deuxième juste derrière les États-Unis). Les chiffres du FMI (Fonds monétaire international) en témoignent et ils font autorité. Par ailleurs, les Français figurent aujourd’hui au 24e rang pour ce qui est du PIB par habitant, ce qu’on peut assimiler à une sorte de pouvoir d’achat, alors qu’ils se trouvaient en 12e position en 1980, selon la même source.

 

Lutte contre les inégalités : viser les plus riches

Lutte contre les inégalités : viser les plus riches

Dans son dernier ouvrage « Encore plus ! » publié aux éditions Plon, le cofondateur et directeur de l’Observatoire des inégalités, Louis Maurin,  explique en quoi les « privilégiés » ne sont pas seulement ceux dont on parle.

 

 

« Toujours plus ! », s’exclamait, au début des années 1980, le journaliste François de Closets dans un livre à succès documentant l’accumulation des inégalités. Pourquoi reprendre sa formule aujourd’hui pour votre nouvel essai, « Encore plus ! » ?

Louis Maurin : A l’époque, la crise ne faisait que ses premiers pas : les classes aisées s’enrichissaient plus que les autres, mais la distribution des revenus augmentait globalement. Quatre décennies plus tard, le chômage et la précarité se sont installés dans la société, avec un tournant à partir des années 2000. Alors que les plus aisés continuent de s’enrichir, une partie des classes populaires est mise au régime.

Depuis la crise de 2008, cette stagnation concerne aussi les classes moyennes. Le choc est redoutable, c’est un peu comme lorsqu’on s’arrête net en voiture sans avoir la ceinture : on prend la vitre. La stagnation des revenus pour les classes basses et moyennes nourrit de fortes tensions, ravivées par le contexte d’incertitude croissante sur les revenus et la précarité galopante, pour les jeunes notamment.

Ces derniers se retrouvent dans une situation paradoxale : alors qu’on affirme valoriser, dans le monde professionnel, l’autonomie et la responsabilité, ils sont dans une position de forte soumission par rapport à l’autorité, avec des travailleurs des applications qui sont désactivés par l’algorithme s’ils mettent trop de temps à livrer leur colis.

Pourquoi est-il important de rappeler que les privilégiés en France ne se limitent pas à la frange des super-riches ?

La constitution de fortunes colossales est indécente. La voracité des 1 % des plus riches est sans fin. Mais se focaliser sur une frange très étroite de la population, c’est se défiler de la solidarité. Pour lutter contre les inégalités, il faut cibler les 20 % les plus aisés, ceux qui touchent plus de 2 600 euros net par mois pour une personne seule après impôts. C’est la France des cadres supérieurs et des diplômés des bonnes écoles, la bourgeoisie économique et culturelle qui refuse de voir ses privilèges.

De l’autre côté du spectre, il ne faut pas tomber dans le misérabilisme. La France populaire est constituée d’ouvriers, d’employés dans les services, de personnes qui n’ont pas eu accès aux études, il s’agit d’une France majoritairement féminine qui écope des emplois les plus difficiles. Ces personnes ne sont pas en détresse, mais leur mode de vie est très éloigné de celui de la bourgeoisie économique et culturelle.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Pour la reprise économique qui s’annonce, les salariés réclament leur part

Elles ne parviennent pas à répondre aux injonctions de la société de consommation, comme partir en vacances régulièrement. Une forme de mépris social accable cette France qui roule en diesel, fume des clopes, fait ses courses au supermarché, ne mange pas toujours bio, ne fait pas des expos tous les dimanches.

Vaccination covid : 1 % dans les pays pauvres contre 60 à 70 % dans les pays riches !

Vaccination covid : 1 % dans les pays pauvres contre 60 à 70 % dans les pays riches !

 

 

 

Dans sa chronique Philippe Bernard, éditorialiste au « Monde », souligne la nécessité pour l’UE de se montrer solidaire avec les pays du continent africain, notamment en leur donnant les moyens d’acquérir des vaccins.

 

 

Il suffit de constater la propension de certains chefs d’Etat africains à se faire hospitaliser en Europe au moindre problème de santé sérieux pour avoir une idée de l’état des hôpitaux et du système sanitaire (ainsi que du peu de cas qui est fait des populations) en bien des points du continent. Autant dire que l’Afrique, qui compte 1,5 lit d’hôpital pour 1 000 habitants, contre 5 pour 1 000 dans l’Union européenne (UE), n’est pas plus préparée à affronter la pandémie de Covid-19 qu’elle ne l’était pour faire face au sida dans les années 1980. 

Avec moins de 150 000 morts déclarés pour 1,3 milliard d’habitants – moins de 4 % des morts, pour 17 % de la population de la planète –, le continent a longtemps paru relativement épargné par le Covid-19. Jeunesse de sa population ? Climat ? Habitude de la fièvre et de la maladie ? Faiblesse des tests et de la collecte des statistiques (en particulier celles de la mortalité) ? L’heure n’est plus – ou pas encore – à ces questions, car l’urgence prévaut désormais en Afrique, où la troisième vague a commencé. Elle « risque d’être la pire », a averti la directrice régionale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Matshidiso Moeti.

 

L’Afrique du Sud, pays le plus touché du continent, est marquée par une « croissance exponentielle » du nombre de cas. Le variant Delta y est désormais dominant, et seulement 5 % de la population est vaccinée.

Alors que l’Afrique de l’Ouest semble encore relativement épargnée, l’Afrique australe, peut-être parce qu’elle entre dans l’hiver, ne l’est plus. En Ouganda, les hôpitaux sont saturés et l’oxygène manque. Au Kenya, le taux de positivité équivaut au dernier pic de la pandémie en Europe, tandis que la République démocratique du Congo, où trente-deux des 600 députés ont succombé au Covid-19, affronte, elle aussi, sa troisième vague. Celle-ci frappe au total vingt-trois pays du continent, selon John Nkengasong, directeur du centre de contrôle et de prévention des maladies de l’Union africaine (UA).

Nationalisme vaccinal

Au moment même où les pays développés envisagent la sortie du tunnel grâce à la vaccination, la menace d’une explosion du Covid-19 dans les pays les plus pauvres de la planète se fait plus sérieuse, ravivant la crainte d’une pandémie de longue durée et reléguant à l’état de mirage l’espoir d’une Europe et d’une Amérique du Nord désormais « tirées d’affaire ».

Un chiffre simple parle de lui-même : à peine 1 % des Africains ont été vaccinés, là où près de 50 % des Américains et près de 40 % des Européens le sont. Tandis que les pays riches ont assuré l’approvisionnement de doses couvrant plus de quatre fois et demie leur population, l’Afrique ne s’en est procuré que pour 10 % de la sienne. Et sur les 2,1 milliards d’injections réalisées dans le monde, 1 % seulement ont bénéficié à des Africains.

Vaccins Covid-19 : La fausse générosité des pays riches ( Le Monde)

Vaccins Covid-19 : La fausse générosité des pays riches ( Le Monde)

 

 

Un papier du monde constate queLe don annoncé au G7 d’un milliard de doses d’ici à la mi-2022 ne fait pas du vaccin un « bien public mondial ». Il manque encore aux pays riches une vraie stratégie, unitaire et cohérente, pour un accès équitable aux vaccins anti-Covid.

 

Il est des émulations vertueuses, et il en est dont on ne sort pas grandi. La compétition à laquelle se livrent, sous couvert de « soft power », les puissances du G7 sur la distribution des vaccins anti-Covid-19 aux pays qui en manquent cruellement relève malheureusement de la seconde catégorie.

Réunis depuis vendredi 11 juin à Carbis Bay, en Grande-Bretagne, les dirigeants de ce club de pays riches et démocratiques ont fait savoir qu’ils s’engageraient ensemble à faire don d’un milliard de doses, afin de « vacciner le monde ». Le président Joe Biden a promis que les Etats-Unis en fourniraient la moitié. Pour ne pas être en reste, le premier ministre britannique, Boris Johnson, a avancé 100 millions de doses, comme le Canada. L’Union européenne (UE) s’est abstenue de surenchérir, campée sur sa posture de mère la vertu puisqu’elle est le continent qui exporte le plus de vaccins depuis le début de la campagne d’inoculations.

 

Voilà pour les annonces. Un examen plus approfondi de ces engagements, et en particulier du calendrier de livraisons, éclaire la situation d’une lumière moins flatteuse. La plupart de ces pays ont commencé leur campagne de vaccination nationale à la fin de l’année 2020. Certains ont, très tôt, commandé, et donc accaparé, des centaines de millions de doses aux laboratoires pharmaceutiques dont les travaux sur le vaccin contre le Covid-19 paraissaient prometteurs et qu’ils avaient généralement subventionnés. Alors que les Etats-Unis et le Royaume-Uni commençaient à vacciner leur population, il est apparu qu’ils disposeraient de beaucoup plus de doses qu’ils n’en avaient besoin à court terme. Les pays de l’UE, à ce stade, se débattaient encore avec un grave problème d’approvisionnement.

 Une fois l’objectif de 50 % des Américains vaccinés atteint, l’administration Biden a pris conscience des dégâts que pouvaient infliger à son image les accusations de « nationalisme vaccinal », tandis que la Chine déployait son propre dispositif. Parallèlement, les ravages d’un nouveau variant du virus en Inde plaçaient brutalement les projecteurs sur l’inégalité vaccinale au niveau mondial.

Alors que les Européens, plus sensibles depuis le début à la question de l’accès équitable aux vaccins, mettaient en avant leur propre équation – autant de vaccins exportés que de vaccins administrés au sein de l’UE –, les Etats-Unis ont, fin avril, offert de livrer 60 millions de doses d’AstraZeneca, vaccin qui, en tout état de cause, n’était pas autorisé chez eux. Puis, en mai, ils ont proposé une levée temporaire des brevets.

Cette proposition, inapplicable dans l’immédiat car tributaire de longues négociations à l’Organisation mondiale du commerce, était un écran de fumée, qui a pris les Européens à revers. Elle a ouvert la voie à une regrettable polémique transatlantique sur les mérites comparés du partage de vaccins, des transferts de technologie et de la levée des brevets, alors qu’ils sont complémentaires et devraient faire l’objet d’une stratégie cohérente et unitaire.

Le don d’un milliard de doses livrables dans les douze mois ne constitue pas une telle stratégie ni ne fait du vaccin un « bien public mondial ». S’il est une mission que ce G7 devrait s’assigner, c’est bien de se donner l’ambition et les moyens de débarrasser la planète de cette pandémie dévastatrice, grâce à une distribution et une production équitables du vaccin.

La Covid-19 accroît les inégalités entre pays riches et pays pauvres

La Covid-19 accroît les inégalités entre pays riches et pays pauvres

Un article de Joe Parkinson  dans le Wall Street Journal 

Si, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en Chine, le redémarrage est fulgurant, la plupart des pays pauvres sont à la peine et des décennies d’efforts pour réduire la pauvreté sont réduites à néant

 

En Amérique latine, après quinze ans d’une croissance propulsée par des exportations de matières premières qui avaient permis à des millions de personnes de sortir de la pauvreté, l’économie s’est contractée de 7,4 % en 2020, son pire repli depuis 1821, année des guerres d’indépendance,

 

En dopant la croissance des premiers et en plombant le PIB des seconds, la Covid-19 est en train de rouvrir le fossé qui sépare pays riches et pays pauvres.

Aux Etats-Unis, les économistes tablent sur des taux de croissance dignes des années folles. En Chine, le PIB a bondi de 18,3 % au premier trimestre. Au Royaume-Uni, la croissance flirte avec les taux d’après-guerre.

A l’inverse, dans les pays en développement, où la vaccination avance très lentement et les Etats n’ont pas les moyens de fournir un soutien durable, le marasme économique se confirme et l’activité peine à se relever de la contraction de l’an passé.

Moteur de progrès économique, scolaire et politique, la classe moyenne de ces pays se réduit comme peau de chagrin, ce qui n’est pas le cas aux Etats-Unis et en Chine, selon le Pew Research Center. Si l’économie américaine a rapidement renoué avec la croissance, dans les pays moins favorisés, il faudra des années pour retrouver les niveaux de 2019.

Le Fonds monétaire international (FMI), qui a baptisé ce phénomène « la Grande divergence », craint que « la plupart des pays en développement risquent […] de rester plongés dans un marasme économique au cours des prochaines années ».

« Ce virus est devenu le virus des inégalités, déplore Amina Mohammed, vice-Secrétaire générale des Nations unies. La divergence mondiale vers laquelle nous nous dirigeons est une catastrophe. »

Jusqu’à ce que le coronavirus provoque confinement et choc économique, le XXIe siècle avait été marqué par un rattrapage des pays en développement, qui réduisaient peu à peu leur retard en termes de santé, d’éducation, de santé et de stabilité.

Selon la Banque mondiale, ce sont jusqu’à 150 millions de personnes qui ont été précipitées dans une pauvreté extrême par la Covid-19. Et, d’après le Programme alimentaire mondial, la famine menace 34 millions de personnes, soit une hausse de 35 % en un an

En Amérique latine, après quinze ans d’une croissance propulsée par des exportations de matières premières qui avaient permis à des millions de personnes de sortir de la pauvreté, l’économie s’est contractée de 7,4 % en 2020, son pire repli depuis 1821, année des guerres d’indépendance, indiquait la Banque interaméricaine de développement (BID) dans son rapport annuel publié en mars.

En Afrique centrale et occidentale, à court d’argent, les Etats peinent à contenir la résurgence de maladies telles que la rougeole et le paludisme, qui ont fait des milliers de morts ces derniers mois, de jeunes enfants pour la plupart. En Amérique latine, plus d’un enfant sur deux (c’est-à-dire plus de 100 millions d’écoliers) est déscolarisé. Nombreux sont ceux qui ne retourneront jamais sur les bancs de l’école : c’est une génération tout entière qui risque de ne pas profiter des bienfaits de l’éducation.

Selon la Banque mondiale, ce sont jusqu’à 150 millions de personnes qui ont été précipitées dans une pauvreté extrême par la Covid-19. Et, d’après le Programme alimentaire mondial (PAM), la famine menace 34 millions de personnes, soit une hausse de 35 % en un an. De la Colombie au Soudan, la colère que suscite l’envolée des prix des produits alimentaires (terreau de changement politique, comme en témoignent la Révolution française ou le Printemps arabe) commence à gronder dans les rues.

La situation en Inde, où le nombre de nouveaux cas quotidiens atteint les 400 000, un record mondial, et où la pandémie ferait officiellement 4 000 morts par jour, fait craindre une catastrophe dans les autres pays non vaccinés. Du Népal à l’Iran, en passant par le Pérou et l’Argentine, les systèmes de santé vacillent devant des hordes de patients pour lesquels les lits et l’oxygène manquent. Les crématoriums fonctionnent à plein régime et les nouveaux variants progressent plus vite que les capacités des laboratoires à les suivre.

Depuis le début de l’année, plus de 1,5 million de décès dus à la Covid-19 ont été recensés à travers le monde, le virus s’étant propagé en Amérique latine et dans certaines régions d’Asie. Selon des données recueillies par l’université d’Oxford, la barre des 1,8 million de morts (enregistrés en 2020) sera franchie d’ici quelques semaines. Ces derniers mois, les statistiques se sont inversées : alors que l’Europe et l’Amérique représentaient 73 % des décès quotidiens en début d’année, ce sont désormais l’Amérique latine, l’Asie et l’Afrique qui déplorent 72 % des morts dues à la pandémie.

« La situation doit nous alerter et alerter les autres régions du monde qui ont des difficultés d’accès au vaccin », souligne John Nkengasong, directeur des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (CDC Afrique). Le continent compte 1,5 milliard d’habitants, dont seulement 0,4 % sont vaccinés.

Depuis que la campagne de vaccination a commencé en fin d’année dernière, l’écart entre pays riches et pays pauvres n’a jamais été aussi abyssal, selon la banque d’investissement UBS. En Europe et en Amérique du Nord, entre 30 % et 50 % de la population est vaccinée.

En outre, dans beaucoup de pays en développement, les salaires et les emplois dépendent de secteurs particulièrement touchés par la pandémie, notamment le tourisme, et les finances publiques ne sont pas assez solides pour verser des aides.

Quand la pandémie a frappé, l’essentiel de ces pays affichaient une dette externe très importante. Si les taux au jour le jour sont nuls ou négatifs dans les économies avancées, ils dépassent généralement les 4 % dans les économies émergentes, qui empruntent sur des durées plus longues (car elles investissent dans les infrastructures et l’éducation, beaucoup plus coûteuses). Un certain nombre de pays, dont la Zambie, l’Argentine et le Liban, ont d’ailleurs déjà fait défaut sur leur dette.

Des responsables politiques estiment aussi que l’endettement pourrait forcer certains Etats à opter pour l’austérité budgétaire, minant davantage la reprise. Dans un certain nombre de pays en développement, les prix de l’alimentation s’envolent, ce qui pousse les banques centrales à durcir leur politique pour enrayer l’inflation.

« Les dégâts sont réels et sous-estimés », déplore Kenneth Rogoff, ancien chef économiste du FMI désormais en poste à Harvard.

Du cuivre à l’étain, en passant par le bois, l’explosion de la demande provoquée par le redémarrage de la Chine et des Etats-Unis a fait flamber les cours des matières premières, ce qui pourrait aider les pays producteurs d’Afrique et d’Amérique latine à repartir et remettre leurs finances publiques sur pied

A l’époque où il travaillait au FMI, au début des années 2000, sous l’effet de la mondialisation, l’essor économique de l’Occident avait permis aux marchés émergents de connaître deux décennies de croissance historiquement forte, Chine en tête. Certains affirmaient alors qu’il était possible de créer une économie mondiale dans laquelle l’harmonisation des règles commerciales et migratoires tirerait tous les pays vers le haut et doperait le niveau de vie des pays en développement.

Les choses ne sont pas tout à fait aussi homogènes aujourd’hui. Dans les pays où l’activité est plus diversifiée et où les gouvernements ont pris rapidement des mesures, les séquelles de la pandémie sont moindres, même si de bons élèves tels que le Vietnam ou la Thaïlande ont constaté une envolée des cas ces dernières semaines.

Du cuivre à l’étain, en passant par le bois, l’explosion de la demande provoquée par le redémarrage de la Chine et des Etats-Unis a fait flamber les cours des matières premières, ce qui pourrait aider les pays producteurs d’Afrique et d’Amérique latine à repartir et remettre leurs finances publiques sur pied.

Pendant dix ans, Andrew Nsamba a fait prospérer son entreprise, la Najjera Progressive Private School, installée près de Kampala, capitale de l’Ouganda. Surfant sur une expansion économique alimentée par la cherté des matières premières et les emprunts étrangers, l’établissement a rapidement dépassé les 1 000 inscrits et ouvert une liste d’attente pour les familles de la nouvelle classe moyenne désireuses d’investir dans l’avenir de leurs rejetons.

Mais aujourd’hui, privée de revenus par les confinements et l’absence d’inscriptions (beaucoup de parents ayant perdu leur emploi), l’école a dû fermer ses portes. Ses 70 salariés sont au chômage et Andrew Nsamba peine à rembourser ses emprunts bancaires. « Le coronavirus n’a pas seulement tué l’école : il a détruit toute l’infrastructure économique de la communauté, soupire-t-il. Ses répercussions sont omniprésentes. »

Selon World Data Lab, une entreprise spécialisée dans les statistiques, la classe moyenne d’Afrique subsaharienne (environ 180 millions de personnes, sur 1,3 milliard d’habitants) s’est réduite de 11 % en 2020 et pourrait subir le même sort cette année car, selon le FMI, l’Afrique subsaharienne sera la région du monde où la croissance sera la plus faible en 2021.

En Amérique latine, la croissance devrait atteindre 4,1 % cette année, un chiffre nettement inférieur aux économies développées, selon la BID.

« En 2019, la région réussissait à voler malgré un moteur en panne, mais en 2020, le deuxième moteur a lui aussi lâché, résume Eric Parrado, économiste en chef, dans le rapport. Nous allons sortir de cette crise plus pauvres, plus endettés et avec des économies très différentes du point de vue des structures productives. »

En Amérique latine, en raison de confinements particulièrement stricts, les enfants ont raté plus de jours de classe que dans le reste du monde, selon les Nations Unies. Depuis mars 2020, les écoles de la région ont été fermées entre 40 et 50 semaines, contre une moyenne mondiale de 26 semaines.

Seuls six pays ont entièrement rouvert les établissements scolaires : ce sont donc 124 millions d’enfants qui sont encore privés de cours en présentiel. Pour l’Unicef, il s’agit d’une « catastrophe pour toute une génération ».

Pour les parents de Virgen de la Candelaria, un quartier défavorisé de Lima, capitale du Pérou, la fermeture des écoles prive leurs enfants de leur meilleure chance d’échapper à la pauvreté.

Dans la plupart des pays en développement, faute de réseau wifi et d’argent pour payer un abonnement, l’enseignement en distanciel n’est pas possible.

En Amérique latine, avant même la crise sanitaire, l’une des pires crises alimentaires au monde sévissait au Venezuela, où l’insécurité alimentaire progresse. Au Brésil, 19 millions de personnes, soit 1 habitant sur 11, ont faim : c’est deux fois plus qu’en 2018

Miriam Salcera, 27 ans, est mère de Brianna, huit ans. Elle raconte que sa fille et elle ont du mal à comprendre les consignes envoyées par les enseignants, des messages vocaux WhatsApp qu’elles ne peuvent écouter que si elles achètent un forfait adéquat. A la maison, Brianna a du mal à se concentrer et sa mère redoute que la prochaine année scolaire soit elle aussi problématique (au Pérou, les enfants vont à l’école de mars à décembre).

« Je suis vraiment inquiète, soupire-t-elle. Il faut que ça se termine et que les enfants retournent à l’école. »

Dans les pays pauvres, plus de 800 millions d’élèves et étudiants n’ont pas accès à un ordinateur, selon les Nations unies. Et ces millions de jeunes qui ont plus souvent décroché que ceux des pays riches ne retourneront probablement jamais à l’école.

Le PAM, Prix Nobel de la paix en 2020 pour son action dans les zones de conflit, a prévenu que la pandémie risquait de provoquer « de nombreuses famines généralisées et de proportions bibliques ».

L’organisation a précisé qu’au Nigéria, les perturbations subies par les chaînes logistiques pourraient engendrer une famine dans le pays le plus peuplé d’Afrique, qui n’en avait plus connu depuis un demi-siècle. A Madagascar, où les confinements ont aggravé les dégâts provoqués par des années de sécheresse et de maigres récoltes, des centaines de milliers de personnes doivent se nourrir de roseaux et d’écorces d’arbre pour ne pas mourir de faim.

En Amérique latine, avant même la crise sanitaire, l’une des pires crises alimentaires au monde sévissait au Venezuela, où l’insécurité alimentaire progresse. Au Brésil, 19 millions de personnes, soit 1 habitant sur 11, ont faim : c’est deux fois plus qu’en 2018. Selon l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), au niveau mondial, les prix alimentaires augmentent plus vite que l’inflation.

A Cali, troisième ville de Colombie, des manifestations ont eu lieu pour dénoncer une pauvreté et des difficultés exacerbées par la pandémie. Elles ont agité la ville, perturbé l’approvisionnement en denrées alimentaires et envoyé un signal fort aux dirigeants politiques : la détresse générée par la pandémie pourrait semer un chaos difficilement maîtrisable.

« Les gens se sentent laissés pour compte, et tout ce qu’ils peuvent faire, c’est manifester, résume Richard Cardona, qui patiente dans une longue file devant une station-service de Cali. Il faut faire la révolution pour être entendu. »

Ryan Dube à Lima (Pérou), Nicholas Bariyo à Kampala (Ouganda) et Kejal Vyas à Bogota (Colombie) ont contribué à cet article

(Traduit à partir de la version originale en anglais par Marion Issard)

États-Unis : impôt supplémentaire pour les plus riches

États-Unis : impôt supplémentaire pour les plus riches

 

Les différents plans de soutien décidés par Biden risquent d’entraîner une augmentation fiscale supplémentaire à la fois pour les entreprises et pour les particuliers les plus riches.

Pour les entreprises en prévoit notamment d’augmenter la taxation minimale sur les profits qu’elles ont réalisés à l’étranger, pour la faire passer de 10,5 % à 21 %. Une façon de lutter contre l’optimisation fiscale qui leur a permis de localiser facilement leurs profits dans des paradis fiscaux.

Désormais, elles devront dans tous les cas payer au fisc américain la différence entre le taux payé à l’étranger et le taux minimal de 21 %. Elles ne devraient donc plus avoir d’intérêt à transférer leurs profits dans des filiales logées aux îles Vierges, aux Bahamas, ou même en Irlande…

Pour les particuliers, le  projet de réforme, concernera seulement les contribuables gagnant plus d’un million de dollars par an, a-t-il précisé. Selon lui, seuls 0,3% des contribuables, soit environ 500.000 foyers, sont concernés. «Pour 997 foyers sur 1.000, ce changement n’aura pas d’impact», a-t-il insisté. Selon plusieurs médias américains, ce taux d’imposition pourrait être quasiment doublé, passant de 20% à 39,6%.

Cette réforme fiscale vise à financer le «American Families Plan» («Projet pour les familles américaines»), ensemble d’investissements centrés sur l’enfance, la famille et la santé, dont Joe Biden doit présenter les grandes lignes mercredi soir lors de son premier discours au Congrès. Cette proposition est le deuxième volet d’un vaste plan d’investissement dont le premier, centré sur les infrastructures, portait sur 2.300 milliards de dollars sur huit ans.

Une taxe provisoire sur les riches proposée par le FMI

Une taxe provisoire sur les riches proposée par le FMI

Comme d’autres, le FMI propose la mise en place d’une taxe provisoire sur les plus riches pour financer les énormes dépenses des gouvernements qui font face au financement de la crise sanitaire. L’idée peut paraître pertinente et généreuse. Le seul problème pour des pays comme la France par exemple c’est que déjà le niveau de prélèvements obligatoires atteint des records avec 46 % du PIB consacré à l’impôt et 56 % du PIB aux dépenses.

La question est complexe car la taxation ne concernerait que ce qui aurait bénéficié de revenus supplémentaires (entreprises et particuliers) pendant la crise. Il faudrait en effet distinguer les bénéficiaires et les victimes ; ces dernières très nombreuses. Enfin et peut-être surtout, il faudrait s’assurer du caractère réellement provisoire de la nouvelle taxation. Or en France en particulier il est rare qu’une nouvelle taxation ne soit pas institutionnalisée pour toujours.

 

Notons aussi que les besoins financiers sont immenses et la France par exemple aurait besoin de  200 milliards par an de fiscalité nouvelle pour financer son déficit budgétaire covid. Un poids fiscal difficile à supporter sur une année et qui pourrait tuer la compétitivité et la croissance future.

 

Mieux vaudrait sans doute amortir sur le long terme l’endettement. Le  FMI recommande pourtant, comme il l’avait fait en octobre, la mise en place d’une fiscalité provisoire sur les revenus les plus élevés pour aider les gouvernements à répondre à ces besoins de financement. Prenant acte du fait que dans les économies avancées, il y a eu ces dernières années une érosion des revenus provenant de l’impôt sur les sociétés, Paolo Mauro, économiste au FMI a salué l’initiative internationale «pour parvenir à un accord» sur l’imposition d’une fiscalité minimale mondiale.

 

«Nous avons également constaté une érosion de l’imposition des revenus personnels pour les personnes se situant tout en haut de l’échelle des revenus», a-t-il ajouté. «Ainsi, dans les économies avancées, il y a une opportunité d’inverser» cette tendance en augmentant à la fois l’impôt sur le revenu des sociétés et des particuliers les plus riches, en éliminant les niches fiscales, en augmentant les impôts fonciers ou les droits de succession, a-t-il détaillé.

Le chef des affaires budgétaires du FMI Vitor Gaspar a de son côté défendu la vaccination tous azimuts. Plus de 1.000 milliards de dollars de recettes fiscales supplémentaires pourraient être générées d’ici 2025 à l’échelle mondiale si tous les pays parvenaient à maîtriser la pandémie plus tôt que prévu. Cela permettrait aussi «d’économiser des milliards supplémentaires dans les mesures d’aide» aux économies, observe le FMI dans son rapport sur la surveillance budgétaire publié mercredi dans le cadre des réunions de printemps. «La vaccination est donc plus que rentable, car elle offre un excellent rapport qualité-prix aux fonds publics investis pour accélérer la production et la distribution mondiales de vaccins», commentent les auteurs.

Un RSA  » jeunes » financé par les aînés riches ?

Un RSA  » jeunes » financé par les aînés riches ?

Collectif

Un collectif d’universitaires, parmi lesquels Thomas Piketty ou Camille Herlin-Giret, propose, dans une tribune au « Monde », de financer un RSA jeunes par une réforme de l’impôt sur les successions.

Tribune.

 

Les files de jeunes devant les épiceries solidaires ont fait douloureusement entrer la question de la précarité étudiante dans le débat public. Le cumul emploi-étude a longtemps permis à l’Etat de repousser la nécessaire refonte du système de bourses. Mais 36 % des étudiants salariés ont perdu leur emploi depuis mars 2020 et la situation des jeunes travailleurs qui ont basculé dans le chômage est tout aussi préoccupante : un jeune sur deux a réduit ses dépenses alimentaires ou sauté un repas au cours des six derniers mois.

Cela vient nous rappeler l’évidence : la place d’un étudiant ou d’une étudiante est sur les bancs de l’université, pas dans l’arrière-salle d’un restaurant. La pandémie n’a joué qu’un rôle d’exhausteur : la situation matérielle de nombreux jeunes était précaire, elle est désormais critique.

Il faut d’urgence étendre le revenu de base à la jeunesse, par le financement d’un RSA jeune ou, plus ambitieux, par la mise en place d’une allocation d’autonomie universelle. Durant cette crise, nous avons demandé des sacrifices immenses à notre jeunesse afin de sauver nos aîné(e)s. Il est temps que les plus fortuné(e)s de ces aîné(e)s contribuent à leur tour.

La majorité présidentielle a cru bon de défiscaliser toujours plus les donations du vivant, suivant une logique en apparence implacable : pour que le patrimoine circule plus tôt et que la jeunesse en profite, il faut rendre les donations particulièrement attractives sur le plan fiscal.

Elle oublie, ce faisant, qu’une telle mesure avantage uniquement la jeunesse qui échappe déjà largement à la précarité, et bénéficie également plus aux hommes – qui reçoivent plus souvent des donations – qu’aux femmes. Elle augmente donc les inégalités au sein d’une même génération plutôt que de les réduire. Plus largement, les règles d’imposition actuelles, par la multiplication des régimes dérogatoires, permettent à celles et ceux qui maîtrisent le mieux les rouages de l’impôt sur les successions de le contourner aisément.

Les ménages riches qui savent anticiper leur succession peuvent ainsi transmettre à leur progéniture plus de 1 million d’euros sans verser 1 centime à l’Etat.

Pourtant, si les inégalités de revenus sont grandes, les inégalités de patrimoine le sont bien plus. Le rapport entre les 10 % les plus riches et les 10 % les plus pauvres, mesuré par le rapport interdécile, est de 5 en matière de revenus, mais il atteint 211 pour les patrimoines, le fossé continuant actuellement de se creuser.

Oxfam: les émissions de CO2 des plus riches augmentent dans l’union européenne

Oxfam: les émissions de CO2 des plus riches augmentent dans l’union européenne

 

 

Selon une étude menée par Oxfam avec l’Institut de l’Environnement de Stockholm (SIE), les émissions de gaz à effet de serre des Européens à revenu faible et moyen ont baissé entre 1990 et 2015, tandis que celles des 10% les plus riches ont augmenté. «Alors que les émissions de l’UE liées à la consommation ont diminué d’environ 12%, et que les inégalités de revenus se sont accrues en Europe», les émissions annuelles des 50% les plus pauvres ont baissé de 24%, et celles des 40% de «revenus moyens» de 13%, indique l’ONG. Parallèlement, les émissions des 10% les plus riches ont augmenté de 3%, et celles des 1% les plus riches de 5%. Les 10% des Européens les plus riches ont été responsables de 27% des émissions, soit la même quantité que la moitié la plus pauvre de toute la population de l’UE, selon l’étude.

Climat: les plus riches sont plus polluants

Climat: les plus riches sont plus polluants

Un rapport de l’ONG Oxfam estime que ces 63 millions de personnes émettent deux fois plus de gaz à effet de serre que la moitié la plus pauvre de la population mondiale. En réalité, ce n’est pas une grande découverte , la plus grande partie de la pollution des populations aisées provient de leur rapport à la mobilité. En effet,  cette catégorie est particulièrement mobile, elle utilise tous les moyens de transport et notamment l’avion mais aussi largement et presque exclusivement les transports individuels. La critique est surtout dirigée vers la richesse des plus aisés, une critique écologique mais aussi sociale et politique. Le problème c’est qu’on voit mal comment agir pour réduire la mobilité des intéressés. Imposer une taxe supplémentaire sur le transport ne résoudrait sans doute rien car elle serait payée sans grand dommage pour la population concernée. Finalement une critique assez stérile car le vrai problème n’est pas forcément la pollution des plus riches mais la réduction de la pauvreté. Un discours un peu gauchisant qui n’apporte pas grand-chose.

 «Au cours des 20-30 dernières années, la crise climatique s’est amplifiée et le budget carbone mondial limité a été dilapidé au service d’une intensification de la consommation d’une population nantie, et non pour sortir des personnes de la pauvreté», dénonce Oxfam. Et les groupes qui «souffrent le plus de cette injustice sont les moins responsables de la crise climatique»: les plus pauvres et les générations futures, poursuit l’ONG, appelant les gouvernements du monde entier à rectifier le tir en plaçant justice sociale et lutte contre le climat au coeur des plans de relance économique post-Covid. «Il est clair que le modèle de croissance économique très émetteur de carbone et très inégalitaire des 20-30 dernières années n’a pas bénéficié à la moitié la plus pauvre de l’humanité», a dénoncé Tim Gore, expert de l’ONG.

Macron, le président des riches, se défend bien maladroitement

Macron,  le président des riches, se défend bien maladroitement

Devant un parterre de patrons, Emmanuel Macron s’est défendu bien maladroitement d’être le président des riches. Pourtant objectivement chacun sait bien qu’il a été soutenu et même poussé par les milieux financiers suite notamment à l’appui  de conseillers des princes que sont notamment Alain Minc , Pierre juillet et  Jacques Attali. De la même manière, qu’aujourd’hui, la clientèle électorale de Macron est celle des  plus favorisés, c’est-à-dire à droite. Il a pratiquement perdu tous les suffrages de gauche qui avait permis son élection et qui en même temps ont rendu son mandat aussi contradictoire et sulfureux. La défense de Macron ressemble en fait comme un aveu, en outre pas très heureux car il s’agissait de parler de la dynamique de l’économie devant les patrons de 500 entreprises de tailles intermédiaires (ETI), réunis pour la première fois à l’Elysée. Ce n’est pas la situation personnelle de Macron qui était l’objet  de cette réunion. Macron on s’est efforcé une nouvelle fois de justifier la suppression de l’ISF au motif qu’elle aurait permis de soutenir l’investissement en France  ce qu’ aucune étude n’a démontré. Même chose pour  la pertinence de la flatax quand on constate par exemple la hausse de  28 % des actions en 2019; une hausse  complètement décalée des investissements, des résultats des entreprises et même de leurs activités.

Citant la suppression partielle de l’ISF ou la flat tax, Emmanuel Macron, comme un évangéliste, a appelé ces entrepreneurs à avoir « le courage » de mener la « pédagogie collective » pour « lier les résultats (économiques) qui sont positifs dans les territoires à des mesures qui parfois n’ont pas été comprises et sont devenues impopulaires parce que personne n’a osé les défendre ». Il a également regretté le fait que « les gens adorent qu’on crée des emplois mais adorent taxer les gens qui les ont créés ».

« Je ne céderai rien », a-t-il assuré, face à « la démagogie » de « toutes les oppositions » qui « tapent sur ceux qui font des réformes en les caricaturant et en disant qu’ils font des réformes pour quelques uns ».

« On ne peut pas avoir une politique sociale si on n’a pas une politique productive » car « ça n’existe pas de répartir une richesse qu’on n’a pas créée » a-t-il poursuivi, avant d’ajouter:

« Je ne crois pas à l’affrontement et à la division », estimant que « la France réussira si elle agit d’un bloc ». Une défense maladroite avec des propos de bistrot, des évidences et l’utilisation d’un contexte social agité qui s’éloignent de la problématique de la compétitivité des ETI.

 

 

La catégorie des ETI a été créée en 2008 pour rassembler les entreprises qui ont entre 250 et 5000 salariés et dont le chiffre d’affaires n’excède pas 1,5 milliard d’euros. Plus du tiers de leurs salariés travaillent dans l’industrie manufacturière, 30% dans les services marchands et 23% dans le commerce.

 

Inégalités: toujours autant de riches malgré la fiscalité

Inégalités:  toujours autant de riches malgré la fiscalité

 

C’est le résultat de l’étude  annuelle du Crédit Suisse diffusée par Xerfi canal : avec plus de 2 millions de Français millionnaires en dollars, la France est peut-être loin du trio de tête composé des Etats-Unis, du Japon et de la Chine, mais elle est bien installée dans le top 10, aux coudes à coudes avec l’Allemagne. En cause évidemment, une fiscalité qualifiée de confiscatoire mais compensée par l’ingénierie fiscale d’évitement.

 

« En rapportant le contingent de millionnaires à la population pour gommer les effets de taille, la Suisse arrive en tête devant les Etats-Unis et les Pays-Bas. En Europe, l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne sont éjectés de ce nouveau classement. Quant à la France avec 3,2% de millionnaires elle glisse simplement du 6e au 9e rang. Et encore la méthodologie n’est pas favorable aux Français car si le patrimoine pris en compte reprend bien les actifs immobiliers et financiers net des dettes, il n’intègre pas les créances de retraites latentes alors que les actifs des fonds de pensions sont inclus. C’est surprenant, mais voici 5 éléments pour comprendre comment un pays qui a, soit disant, un problème avec les riches arrive à en produire autant et à un tel niveau de richesse. Le premier renvoie aux inégalités des revenus primaires. La France est une formidable machine à redistribuer, mais il ne faut pas perdre de vue que c’est sur fond de très grandes inégalités à la base. Si l’on se réfère à l’outil standard de mesure des inégalités, que constitue l’indice de Gini, les inégalités primaires de revenu avant impôt et transfert sont plus élevées en France que dans les pays nordiques comme la Suède ou le Danemark mais aussi que dans les pays anglo-saxons, Allemagne, Royaume-Uni et Etats-Unis. Bien entendu, l’Etat providence réduit ces inégalités mais il ne peut totalement les gommer au plus haut de la pyramide. Deuxième élément à intégrer : l’évolution des prix de l’immobilier.

Partout dans le monde, le taux de propriétaires augmente avec le niveau de richesse et l’immobilier constitue une part importante du patrimoine. Sa valorisation est donc un facteur déterminant pour entrer dans le club des millionnaires. En France, plus qu’ailleurs, les hauts revenus se concentrent sur une petite partie du territoire, dans les meilleurs quartiers des grandes métropoles et les régions stars (Haute-Savoie, Côte d’Azur, Lubéron..). La moyenne nationale des prix de l’immobilier n’a donc pas de sens et c’est Paris qui donne le LA : entre 2005 et le 2ème trimestre 2019, les prix se sont envolés de près de 100% dans la capitale. Il n’y a guère que Londres qui a suivi le rythme. En Belgique, en Allemagne (où le marché national est moins éclaté), la progression a été de 50% environ. Un cran en dessous les Pays-Bas et plus bas encore l’Espagne quasiment à zéro. Troisième élément, l’élitisme social des filières d’excellence qui renforce in fine la concentration des revenus et des patrimoines sur une petite partie de la population. Il y a près de cinquante fois plus d’enfants de cadres supérieurs que d’enfants d’ouvriers à Polytechniques, 20 fois plus dans les Ecoles normales supérieures, près de 16 à l’ENA et jusqu’à 8 environ dans les classes prépas alors qu’ils sont finalement moins nombreux que les fils et filles d’ouvriers.

Or non seulement ces formations sont gratuites (ou presque) mais les élèves sont en plus rémunérés. C’est le jackpot, le capital des parents qui sera transmis plus tard aux enfants n’est pas entamé et les étudiants entreront dans la vie active sans dette et accéderont aux postes les plus rémunérateurs du privé et du public avec de véritables rentes de situation. Et plus généralement, l’éducation gratuite, la santé gratuite, sont deux éléments qui protègent les fortunes contre les grands coûts ou accidents de la vie, contrairement à d’autres pays, et qui préservent par la suite les revenus de la propriété des riches et de leurs descendants. Avant dernier élément une fiscalité peu progressive : sur un total de 1 000 milliards d’euros de prélèvements obligatoires chaque année (y cotisations sociales donc), près de 75% sont payés par tous aux même taux, qu’ils soient riches ou pauvres (si l’on néglige toutefois, les éléments de progressivité des prélèvements sociaux au voisinage du SMIC ou de la CSG). A peine 90 milliards sont finalement issus de prélèvements réellement progressifs : l’impôt sur le revenus, les droits de succession et l’IFI. 5ème et dernier élément, si l’on ajoute à la faible progressivité, l’évitement fiscal, le taux d’imposition s’avère in fine décroissant pour le haut de la distribution des revenus. Cette baisse du taux global d’imposition chez les plus riches est due non seulement au poids décroissant des cotisations sociales et de l’impôt sur le revenu, mais aussi à l’utilisation de nombreuses niches et techniques d’optimisation fiscale. »

 

 

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

 

 

Impôts : Macron a surtout privilégié les riches selon l’Insee

Impôts : Macron a surtout privilégié les riches selon l’Insee

 

L’écart en pourcentage est faible concernant l’augmentation du pouvoir d’achat des plus riches (, 1,4% ), par rapport aux plus pauvres),( 1.1%) mais la différence est de taille en valeur absolue. Une progression de 180 € en moyenne pour les plus pauvres après les mesures fiscales de 2018 et de plus de 800 € pour les plus riches. Bref de la redistribution mais à l’envers. Pour parler clair Macron a récompensé surtout ceux qui avait voté pour lui sans parler des cadeaux spécifiques aux grandes entreprises qui ont financé sa campagne. Depuis son accession à la présidence en 2017, Emmanuel Macron a remplacé l’impôt de solidarité sur la fortune par un impôt sur la fortune immobilière et mis en place un prélèvement forfaitaire unique (“flat tax”) de 30% sur les revenus du capital.

Sous son impulsion, le gouvernement d’Edouard Philippe a également réduit la taxe d’habitation et transféré une partie des cotisations sociales vers la CSG (contribution sociale généralisée), une bascule qui a pénalisé les retraités, relève l’Insee.

L’effet consolidé de ces mesures a conduit à une hausse globale du niveau de vie de 1,1%, note l’Institut national de la statistique, mais cette augmentation s’est élevée à 1,4% pour les 10% de Français les plus aisés.

“Les mesures socio-fiscales mises en oeuvre en 2018 font augmenter le niveau de vie beaucoup plus fortement sur cette catégorie (+790 euros par an en moyenne), que pour le reste de la population (+130 euros à +230 euros en moyenne par an)”, souligne l’Insee.

Destinées en théorie à encourager l’investissement, la croissance et l’emploi, les réformes fiscales d’Emmanuel Macron ont également nourri son image de “président des riches” et alimenté la contestation des “Gilets jaunes”.

Fiscalité : Macron a surtout privilégié les riches selon l’Insee

Fiscalité : Macron a surtout privilégié les riches selon l’Insee

 

L’écart en pourcentage est faible concernant l’augmentation du pouvoir d’achat des plus riches (, 1,4% ), par rapport aux plus pauvres),( 1.1%) mais la différence est de taille en valeur absolue. Une progression de 180 € en moyenne pour les plus pauvres après les mesures fiscales de 2018 et de plus de 800 € pour les plus riches. Bref de la redistribution mais à l’envers. Pour parler clair Macron a récompensé surtout ceux qui avait voté pour lui sans parler des cadeaux spécifiques aux grandes entreprises qui ont financé sa campagne. Depuis son accession à la présidence en 2017, Emmanuel Macron a remplacé l’impôt de solidarité sur la fortune par un impôt sur la fortune immobilière et mis en place un prélèvement forfaitaire unique (“flat tax”) de 30% sur les revenus du capital.

Sous son impulsion, le gouvernement d’Edouard Philippe a également réduit la taxe d’habitation et transféré une partie des cotisations sociales vers la CSG (contribution sociale généralisée), une bascule qui a pénalisé les retraités, relève l’Insee.

L’effet consolidé de ces mesures a conduit à une hausse globale du niveau de vie de 1,1%, note l’Institut national de la statistique, mais cette augmentation s’est élevée à 1,4% pour les 10% de Français les plus aisés.

“Les mesures socio-fiscales mises en oeuvre en 2018 font augmenter le niveau de vie beaucoup plus fortement sur cette catégorie (+790 euros par an en moyenne), que pour le reste de la population (+130 euros à +230 euros en moyenne par an)”, souligne l’Insee.

Destinées en théorie à encourager l’investissement, la croissance et l’emploi, les réformes fiscales d’Emmanuel Macron ont également nourri son image de “président des riches” et alimenté la contestation des “Gilets jaunes”.

Suppression de l’ISF : le profit surtout aux 5% les plus riches

Suppression de l’ISF : le profit surtout aux 5% les plus riches

En fait ce sont surtout les plus riches,  c’est-à-dire environ 5 % de la population qui ont bénéficié du cadeau fiscal constitué notamment par la suppression de l’impôt sur la fortune. Une réforme qui avait été vendue par Macron pour prouver que c es cadeaux fiscaux permettraient aux capitaux de s’orienter vers l’investissement productif, qu’ils viendraient donc soutenir la croissance et l’emploi. Rien  de tout cela n’a pu être constaté même si l’évaluation de ce genre de dispositif est toujours difficile à effectuer. Ce qu’on a constaté par contre c’est   une  forte hausse des dividendes versés aux ménages fortunés. En revanche, la réforme n’aurait pas fait revenir les exilés fiscaux, mais elle aurait tout de même permis d’éviter certains départs. Les effets sur la croissance et sur l’emploi ne sont pas mesurables. De nouveaux travaux de recherche vont être menés, dont les résultats sont attendus pour 2021.

 

« Prendre aux territoires riches pour donner aux territoires pauvres »

« Prendre aux territoires riches pour donner aux territoires pauvres »

C’est le souhait de François Durovray, Président du département de l’Essonne dans une tribune au Monde (extraits)

 

«  Je me sens la responsabilité d’apporter une contribution à la résolution de la crise actuelle et de porter la voix des territoires. D’autant plus que mon territoire est un concentré des « trois France » : les intégrés, les invisibles, et les inutiles. Les désespérances à Boutervilliers et aux Tarterêts y côtoient l’excellence à Saclay. Ces situations sont intolérables dans un pays qui s’est construit sur le principe d’égalité. Ce que nous disent nos concitoyens, c’est qu’ils ne trouvent plus leur place dans le village et qu’ils n’acceptent pas de sortir de l’histoire. C’est un appel au politique avec un grand P car c’est à lui de définir un destin collectif par la conjugaison des destins individuels. La foule n’est pas le peuple : c’est au politique de faire société.  Or, la politique n’est pas seulement décriée. Elle est perçue inutile face aux puissances financières et médiatiques, face aux puissances étrangères qui se moquent des règles environnementales ou de concurrence. Je suis pour ma part convaincu qu’il ne peut exister de démocratie vivante sans pouvoir politique solide. Et les peuples voisins nous ont démontré qu’une démocratie inefficace conduit à la démocratie (un régime qui, sous l’apparence d’une démocratie, fonctionne en réalité comme une dictature). Parmi toutes les urgences posées dans le cadre du grand débat national, il en est une qui concerne la place de la politique dans notre société. Cette question peut être tranchée de deux façons. La première est de prendre le risque de la fuite en avant, en détricotant un peu plus la force d’une démocratie représentative par le gouvernement de l’émotion. La seconde est de saisir l’opportunité d’une refondation en s’appuyant sur nos fondamentaux. Notre pays s’est construit sur la force de trois niveaux de collectivités. Créations révolutionnaires, la commune et le département ont dans leur ADN la cohésion sociale et territoriale. Mais l’Etat les a amputés financièrement par la baisse des dotations et juridiquement par la réduction de leurs compétences. Plus récente, la région a dans son ADN la compétition et la croissance territoriale. Dans un pays ouvert comme la France, elle joue pleinement son rôle pour faire émerger des champions et créer de la richesse. L’Etat, qui devrait à la fois être garant de la cohésion et pleinement engagé dans la compétition, a quant à lui abandonné tout volontarisme politique … ».

Mais au-delà de la répartition des produits de la fiscalité, il y a la mode de la métropolisation qui  risque d’aboutir à un aménagement du territoire composé d’un côté d’une dizaine de villes de plus d’un million d’habitants concentrant une majorité d’emplois et de l’autre des zones en voie de régression voire  de désertification. Un non-sens non seulement économique et social mais aussi environnementale et sociétal. En effet l’hyper concentration qui génère effectivement une croissance endogène provoque aussi des dégâts humains et environnementaux catastrophiques. Les créations d’emplois se en effet concentrent depuis une dizaine d’années sur les aires urbaines de plus de 500.000 habitants, zones où l’on trouve les métiers les plus dynamiques – notamment les postes de cadres - au détriment des villes petites et moyennes, constate une étude de France Stratégie. Au total, c’est une douzaine de métropoles régionales qui se partagent quasiment la moitié (46%) des emplois, dont 22% pour Paris et 24% en province. Et ce marché de l’emploi à deux vitesses se creuse. La situation est inédite: entre en 1968 et 1999, la croissance de l’emploi profitait à l’ensemble du pays… avant que les territoires ne se différencient de plus en plus, et que la fracture ne se transforme en fossé entre 2006 et 2013. C’est durant cette période que les aires urbaines de plus de 500.000 habitants ont massivement créé des emplois alors que les villes moyennes, les petites villes et les communes isolées ont subi des pertes, observe l’organisme placé auprès du Premier ministre. Ce phénomène a un nom: la «métropolisation». Or cet aménagement du territoire qui privilégie l’hyper concentration autour de quelques centres conduits le reste à la désertification.  . La mode aujourd’hui est à la métropolisation, c’est à dire à la sururbanisation (qui constitue pourtant une  aberration environnementale) tandis que certaines  petites villes, des villages s’appauvrissent, des villes moyennes stagnent ou régressent. L’élément le plus significatif de cette désertification c’est la raréfaction de l’emploi. Du coup,  les populations sont contraintes de rechercher des embauches de plus en plus loin de leur domicile (20, 30, 50 kms). Jusqu’au  jour où elles décident de quitter leur zone d’habitat pour  rejoindre des zones plus riches en emplois. Pour preuve de cette désertification : la baisse dramatique de la valeur du patrimoine immobilier. Par manque de populations,  les services rétrécissent comme peau de chagrin. Le cœur de la problématique de la désertification, c’est la disparition de l’emploi qui génère mécaniquement la fermeture des commerces et des services. La réactivation des villes moyennes, des  zones rurales défavorisées passe d’abord par une  analyse fine des réalités et de leur évolution sur longue période (emploi, PIB,  population, services etc.) ; aussi  par une prise en compte des  typologies différenciées des zones dont l’approche globale masque les disparités. Au-delà,  il convient d’agir sur les  leviers susceptibles d’abord de fixer la population active existante et d’encourager la création d’emplois. Bien entendu une  commune ne peut, à elle seule, inverser ces tendances lourdes même si elle peut intervenir utilement dans le champ actuel  de sa  responsabilité. Beaucoup de communes se préoccupent de leur développement pour autant l’environnement défavorable limite leur action (fiscalité, réglementation, transport, équipements et services). En fonction de certains scénarios économiques, sociaux et démographiques, en 2040 certains villages se transformeront en zones pour retraités voire même disparaîtront (d’autant qu’à cette date un  Français sur trois aura plus de 60 ans). L’activité économique interagit sur la qualité et le niveau des services et réciproquement. Si on se préoccupe légitimement des équipements et des services publics, par contre le soutien à l’emploi et à l’économie locale en particulier est plus déficient. Or en fonction du rythme de destruction  des emplois locaux, ce devrait être aussi une priorité. Encore une  fois compte tenu de la mode de la « métropolisation » ‘ pas spécifique à la France, il y a fort à parier qu’on pourra attendre encore longtemps des mesures significatives pour le développement rural des zones défavorisées. On ne saurait se limiter  à quelques dispositions certes utiles mais très insuffisantes (couverture internet, bureau de poste, quelques services …peut-être.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol