Archive pour le Tag 'revoit'

Climat : l’Allemagne revoit ses ambitions à la hausse

Climat : l’Allemagne revoit ses ambitions à la hausse

Sur fond d’élections en septembre et sous la pression des écologistes mais aussi de la Cour constitutionnelle au nom des « générations futures , l’Allemagne revoit  la hausse ses objectifs environnementaux. ».

 

L’Allemagne prévoit de réduire de 65 % au lieu de 55 % ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 par rapport à 1990, selon un accord conclu mercredi par les partis de la coalition gouvernementale menée par Angela Merkel.

«Les jeunes nous ont rappelé que nous allons trop lentement plutôt que trop vite», a commenté la Chancelière mercredi, la Cour «nous a dit de penser non seulement aux générations présentes mais aussi aux libertés des générations futures»

Le projet de loi qualifié « d’ambitieux » par le ministre des Finances, Olaf Scholz, sera présenté la semaine prochaine par le gouvernement. « Chaque génération prend maintenant ses responsabilités », a assuré le ministre, qui est également tête de liste SPD pour les élections de septembre prochain.

L’accord avance de cinq ans les échéances. Il prévoit une réduction de 88 % des gaz à effet de serre en 2040 et la « neutralité » climatique en 2045.

Alors que l’implantation des éoliennes fait toujours débat outre-Rhin, le nouveau plan doit notamment accélérer le développement des énergies renouvelables. Un autre point reste litigieux dans un pays où l’énergie est chère : l’évolution du prix du C02 sur l’essence et le fioul domestique.

Croissance européenne : la commission revoit en nette baisse les perspectives

Croissance européenne : la commission revoit en nette baisse les perspectives

 

 

La commission -comme tous les autres instituts- ne cesse de modifier ses perspectives économiques. Elle diminue un tout petit peu de 1 % la baisse attendue pour 2020. Une prévision qui sans doute sera d’ailleurs remise en cause avec l’accélération de la crise actuelle et le recours au confinement qui se met en place. Les deux derniers mois de l’année risquent d’être très affectés en matière d’activité.

Ce qui est important, c’est la tendance et cette tendance est mauvaise. En effet, après la contraction de l’économie de près de 8 % pour l’union économique en 2020, la commission a seulement prévu une reprise de 4,2 % en 2021 est de 3 % en 2022. Dans ses précédentes prévisions publiées en juillet, la Commission avait dit tabler sur une contraction de 8,7% cette année et sur une croissance de 6,1% l’an prochain.

Des prévisions tout à fait aléatoires d’où les précautions oratoires prises par la commission pour ces nouvelles annonces. « La Commission européenne prévient toutefois qu’en raison de la dégradation de la situation sanitaire liée à la pandémie de coronavirus, qui a obligé plusieurs pays européens à réinstaurer des mesures de confinement, les incertitudes et les risques sur la fiabilité de ses dernières prévisions automnales sont “exceptionnellement importants”.

Pour la France, la Commission table sur une contraction du produit intérieur brut (PIB) de 9,4% en 2020 avant un rebond de 5,8% en 2021 puis de 3,1% en 2022.

De son côté, le gouvernement français prévoit une baisse de l’ordre de 11% de l’activité économique du pays cette année.

L’Allemagne devrait connaître une contraction de 5,6% de son PIB cette année, selon les projections de la Commission, puis une croissance de 3,5% en 2021 et de 2,6% en 2022.

L’Espagne devrait être le pays européen le plus fortement impacté par la crise du coronavirus avec une contraction de 12,4% de son PIB cette année.

L’inflation en zone euro – que la Banque centrale européenne souhaite maintenir en deçà, mais proche, de 2% à moyen terme – devrait atteindre 0,3% cette année, puis grimper à 1,1% en 2021 et 1,3% en 2022.

Malgré l’ampleur de la récession, le chômage dans la zone euro n’augmentera qu’à 8,3% cette année contre 7,5% en 2019 grâce aux mesures de chômage partiel mises en oeuvre au début de la crise sanitaire.

Il s’élèvera à 9,3% en 2021, avant de retomber à 8,9% en 2022.

Selon les prévisions de la Commission, la pandémie devrait néanmoins peser lourdement sur les finances publiques. Le déficit budgétaire agrégé de la zone euro atteindra 8,8% du PIB en 2020, après un excédent de 0,6% en 2019, pour se réduire à 6,4% en 2021 et 4,7% en 2022.

La dette de la zone euro devrait être ainsi portée à 101,7% du PIB cette année contre 85,9% l’an dernier. Elle continuera d’augmenter pour atteindre 102,3% en 2021 et 102,6% en 2022.

Perspectives économiques : Sapin revoit tout à la baisse

 

 

Perspectives économiques : Sapin revoit tout à la baisse

 

Finalement Sapin ne refait pas le coup de l’inversion du chômage soutenue par lui alors ministre du travail pendant des mois alors que le chômage ne cessait de croitre. Cette fois aux finances, il reconnait que tout est en baisse dans les prévisions du gouvernement. La croissance, les réductions de déficits.  . Pour les 3% (objectif du pacte de stabilité européenne signé par Hollande)  de déficit, c’est même renvoyé parquement à l’après Hollande, en 2017 ! Le ministre des Finances a annoncé mercredi 10 septembre à l’occasion d’une conférence de presse à Bercy, les nouvelles perspectives économiques de la France. Celles-ci sont très en-deçà des hypothèses précédentes. Ainsi, le gouvernement table désormais sur une croissance de 0,4% en 2014 contre 1% précédemment, et de 1% en 2015 contre 1,5%. Michel Sapin a également indiqué que le déficit public atteindrait 4,4% cette année contre les 3,8% prévus précédemment. Il a annoncé que le déficit ne reviendrait sous la barre des 3% qu’en 2017, au lieu de 2015. Ces chiffres sont plus élevés qu’en 2013 lorsque le déficit n’avait pas dépassé les 4,2%. Par ailleurs, une semaine après avoir annoncé que l’objectif d’économie de 21 milliards d’euros en 2015 serait difficilement atteignable en raison de la faible inflation, le ministre des Finances s’est ravisé. En fait on ne les fera pas mais il ne faut pas le dire à Bruxelles ! Sous la pression de Bruxelles, Berlin mais également du FMI, Michel Sapin a indiqué que cet objectif était toujours maintenu…. sur le papier.

Croissance France : le FMI revoit à la baisse les prévisions

Croissance France : le FMI revoit à la baisse les prévisions

Finalement l’austérité en France n’aura pas permis à la croissance de vraiment repartir d’après le FMI ; seulement 0.7% pour le PIB en 2014 et 1.5% en 2015. (Prévisions encore même un peu optimiste puisque certains prévoient 0.5% et 1.3%). Du coup les objectifs de rééquilibrage budgétaire ne seront pas atteints.  Le Fonds monétaire international estime donc que la France va rater ses objectifs de réduction du déficit public en raison d’une croissance économique plus faible que prévu par l’exécutif. Dans son rapport annuel sur l’économie française publié jeudi, le FMI ajoute que les économies budgétaires prévues par le gouvernement risquent de ne pas être totalement réalisées en raison des résistances au sein de la population. Ses experts prévoient que le déficit public sera ramené à 4,0% du PIB cette année et 3,4% l’an prochain. Le gouvernement vise 3,8% fin 2014 avant d’atteindre la limite européenne de 3% fin 2015 comme il s’est engagé à le faire. Alors que le gouvernement prévoit une croissance économique de 1% cette année et de 1,7% l’an prochain, le FMI estime qu’elle n’atteindra que 0,7% cette année et 1,4% en 2015. L’Insee prévoit également une croissance du PIB de 0,7% cette année. La Cour des comptes estime quant à elle que le déficit risque d’atteindre 4,0% fin 2014, voire davantage si la croissance est inférieure à 1%. Le ministre des Finances, Michel Sapin, a déclaré jeudi à des journalistes qu’il maintenait sa prévision à 1% et qu’il fallait au moins attendre les chiffres de la croissance du deuxième trimestre, qui seront publiés le 14 août, avant d’envisager d’éventuellement la réviser. Le FMI est moins optimiste que le gouvernement sur la vitesse à laquelle la réduction du coût du travail promise aux entreprises générera de la croissance. Selon lui, le risque interne le plus important pour l’économie française est que la reprise de l’investissement ne se produise pas, alors que le gouvernement compte dessus. Saluant les 50 milliards d’euros d’économies prévus par l’exécutif sur les trois prochaines années, le FMI souligne que la résistance à ces mesures grandira au fur et à mesure qu’elles seront précisées. Le gouvernement doit déjà compter avec une fronde dans les rangs des parlementaires socialistes et le climat social s’est tendu ces dernières semaines avec plusieurs mouvements de grèves, dont ceux des cheminots et des taxis. « Les risques principaux sont que les projets initiaux soient dilués dans les budgets annuels successifs et que la réduction des transferts aux collectivités locales soit compensée par des coupes insoutenables dans les investissements, par une hausse des prélèvements ou une augmentation de la dette », explique Edward Gardner, chef de la mission du FMI pour la France. « Ceci saperait la stratégie de redressement budgétaire du gouvernement. »

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol