Archive pour le Tag 'revisité'

Epicerie musulmane sexiste ou le Coran revisité

Epicerie musulmane sexiste ou le Coran revisité

Des jours d’ouverture pour les hommes et des jours d’ouverture pour les femmes, c’est le Coran revisité par un néo converti, épicier de son métier. Interrogé sur son  interprétation ésotérique de textes, intéressé a déclaré sur France info «  ce doit être dans le Coran », sans doute comme l’interdiction  aux femmes de conduire uen automobile pratiquée en Arabie saoudite !  Et pourquoi pas un trottoir pour les hommes, un autre pour les femmes ? Si les intégristes sont dangereux, parmi eux les néo convertis le sont encore davantage d’autant que pour la plupart ils n’ont aucune vraie culture religieuse. Cette provocation nourrit en fait le climat d’intolérance et de rejet et réalimente les extrémismes de tous les  bords. Pas étonnant que dans un sondage les Françàis  que la religion musulmane certes considérée comme pacifiste  a quand même tendance à s’afficher un peu trop.  Une épicerie musulmane a donc crée la polémique à Bordeaux. Les propriétaires ont décidé d’ouvrir leur établissement du lundi au vendredi pour les hommes et du samedi au dimanche pour les femmes, pour éviter que les deux sexes ne se croisent. Le maire Alain Juppé réclame que la justice se saisisse du dossier.  La polémique est partie d’une affichette. Sur la vitrine de cette épicerie musulmane, dans le quartier populaire de Saint-Michel, à Bordeaux, l’affichette indiquait les jours d’ouverture pour « les frères » et pour « les soeurs« . En d’autres termes, les hommes pouvaient entrer dans la boutique du lundi au vendredi et les femmes du samedi au dimanche. Une pratique illégale, passible de sanction pénale, mise en place pour éviter que les deux sexes ne se croisent. Les propriétaires, un couple de jeunes Français converti à l’Islam, ont décidé ce lundi de retirer cette affichette devant l’ampleur des réactions. Alain Juppé le maire de Bordeaux a, par exemple, demandé à ce que la justice se saisisse du dossier ce lundi. « La liberté de religion dans notre pays est garanti par la République mais elle s’exerce dans le cadre des lois de la République et donc prétendre discriminer l’entrée dans un commerce est en contradiction avec ces lois, » a réagi le maire de Bordeaux.

 

Chine : 2,7 milliards , fortune du Premier minsitre ou le communisme revisité

Chine : 2,7 milliards , fortune du Premier minsitre ou le communisme revisité

Wen Jiabao aime souvent rappeler ses origines modestes. Mais les révélations du New York Times, selon lesquelles la fortune du Premier ministre chinois est estimée au moins à 2,7 milliards de dollars, risquent d’écorner cette image. « L’examen de registres d’entreprises et de documents juridiques indique que les proches du Premier ministre, dont certains ont le don de la négociation, y compris sa femme, contrôlent des actifs pour une valeur d’au moins 2,7 milliards de dollars », soit 2,1 milliards d’euros, écrit le New York Times. La mère, les frères et sœurs et les enfants de Wen Jiabao auraient ainsi accumulé l’essentiel de leur fortune après sa nomination au poste de vice-Premier ministre en 1998, et avant qu’il soit promu à la tête du gouvernement en 2003. La famille du chef du gouvernement possèderait ainsi des intérêts diversifiés dans des banques, des bijouteries, des stations touristiques, des compagnies de télécommunication et des projets d’infrastructure, en recourant parfois à des entités offshore. Dans beaucoup de ces investissements, certaines des puissantes sociétés d’Etat chinoises jouent un rôle prépondérant. Leurs décisions dépendent souvent des agences gouvernementales supervisées… par Wen Jiabao.  Aujourd’hui âgée de 90 ans, Yang Zhiyun, la mère du Premier ministre, aurait investi, il y a cinq ans, au nom de « Mme Yang » dans une société chinoise de services financiers, pour un montant de 120 millions de dollars. Son frère cadet, qui possède une entreprise de traitement des déchets, a bénéficié lui de plus de 30 millions de dollars de contrats attribués par l’Etat, selon le quotidien américain. La femme de Wen Jiabao, Zhang Beili, surnommée « la reine des diamants » par le New York Times, a elle fait fortune dans les pierres précieuses, un secteur strictement régulé par l’Etat. Quant au fils unique du couple, Wen Yunsong, il a connu une réussite fulgurante en revendant son entreprise de technologie à la famille d’un magnat de Hong Kong, puis en fondant une société de capital-investissement devenue l’une des plus importantes de Chine. Parmi ses associés, figure le gouvernement de Singapour.

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol