Archive pour le Tag 'retrouver'

Réindustrialisation- Impossible de retrouver les 2, 5 millions d’emplois détruits

Réindustrialisation- Impossible de retrouver les 2, 5 millions d’emplois détruits

Nommé par Bercy à la tête d’une nouvelle mission pour plancher sur la réindustrialisation à l’horizon 2035, l’expert Olivier Lluansi mise beaucoup sur les territoires pour accélérer la transition écologique. A l’occasion de la semaine de l’industrie, le gouvernement veut enclencher la vitesse supérieure sur les investissements et les implantations d’usines. Mais la réindustrialisation pourrait se transformer en parcours du combattant.( dans la « Tribun »e)

Olivier Lluansi est enseignant à l’Ecole des Mines de Paris, senior Fellow ESCP Business School

Les ministères de l’Economie, des Finances et de l’Industrie viennent de vous mandater pour une mission sur l’industrie en 2035. En quoi va-t-elle consister ? Quelle est votre feuille de route ?

OLIVIER LLUANSI – Il y a aujourd’hui une volonté de réindustrialiser la France. La question est de savoir quels sont les objectifs et à quelles échéances. Le chiffre de 15% du PIB a été exprimé, mais sans échéance, tandis que l’industrie manufacturière est aujourd’hui à 10%. D’autres défendent un objectif de 12% à l’horizon 2035, comme le directeur de BpiFrance, Nicolas Dufourcq. Dans un scénario catastrophe, la part de l’industrie dans le PIB pourrait passer à 8%.

Notons aussi que, le PIB est un indicateur contesté, car il ne représente pas les aspects de bien-être ou d’impacts environnementaux. La mission élargit le champ des indicateurs. Elle doit prendre en compte des indicateurs sur la trajectoire carbone, le poids de l’économie circulaire à viser en 2035. L’autre volet important de cette mission est de travailler sur des leviers à renforcer comme le Made in France. Nous devons rendre nos premiers travaux à la fin du premier trimestre 2024.

Allez-vous intégrer l’objectif des 5 points de PIB supplémentaires dans votre feuille de route ?

Oui, nous allons intégrer ce scénario dans l’étude. Cependant, certains économistes soulignent que cet objectif est très ambitieux à l’horizon de 2035. Il faut aussi rappeler que l’objectif de 15% se rapproche de la moyenne européenne (16%). Or, dans une société qui se veut sobre, et dans une industrie avec des gains de productivité, est-ce que la référence européenne va rester à ce même niveau dans les 10 années à venir ?

Comment la politique industrielle devrait-elle se caractériser au cours de la prochaine décennie ?

Ce sujet doit être une réflexion collective avec des points d’accord et de divergence. Les grands axes actuels concernent les filières avec des comités stratégiques, l’innovation de rupture, la capacité de la France à exporter et à attirer des investissements étrangers. Si la France veut réussir le pari de la réindustrialisation, il faudra sans doute avancer sur la question des territoires, le Made in France, les innovations incrémentales et frugales

Quels seraient les secteurs et les filières à privilégier selon vous ?

A partir d’un héritage gaullo-pompidolien, la France a beaucoup mis l’accent sur les filières stratégiques. Mais quand on regarde de près, il y a des éléments stratégiques dans toutes les filières. Si on réfléchit plus en termes de territoires et d’écosystème, on peut même se dire qu’il serait bénéfique de produire en France des produits à moyenne, voire faible valeur ajoutée.

Dans le cadre de la mission, je souhaiterai poser la question de l’élargissement de la notion de filières stratégiques ou pas. Le vélo, le textile ou l’horlogerie ne sont pas des filières stratégiques. Or, ces secteurs ont d’indéniables potentiels, au niveau national ou d’un territoire. Comment réussir la renaissance industrielle au-delà des filières stratégiques ?

Comment réussir la réindustrialisation en limitant l’impact sur l’emploi dans le contexte du réchauffement climatique ?

Il faut avoir un discours de vérité sur l’emploi. Une réindustrialisation même réussie ne recréera pas les 2,5 millions d’emplois détruits depuis 1975. Dans certains scénarios déjà ambitieux, il faudrait s’attendre à une création nette de 300.000 à 400.000 emplois industriels pour un poids de l’industrie dans le PIB à 12% d’ici 2035. Et ce ne sont pas les mêmes emplois que ceux qui ont disparu. Si la France arrive à créer ces emplois dans les 10 ans à venir, ce sera un bon marqueur de la réindustrialisation.

La question est, par exemple, de savoir où vont se situer ces emplois. Est-ce que l’on continue à concentrer la création de valeur ajoutée autour des métropoles, comme on l’a fait en favorisant une économie tertiaire ? Est-ce que la politique industrielle doit comporter un volet sur l’aménagement du territoire ? Il ne faut pas forcément choisir l’un ou l’autre, mais essayer d’être bien équilibré. Si on regarde France 2030, 70% des lauréats sont à proximité des douze principales métropoles françaises. Il y a certes un effet « siège », mais aussi une logique : les start-ups, industrielles ou pas, fondées sur des innovations de rupture s’appuient sur la recherche et l’enseignement supérieur, lesquels sont principalement situés dans les métropoles. Et pourtant, il y a beaucoup de projets qui restent dans les cartons, dans les ETI et les PMI dans les territoires. Comment les activer pour équilibrer notre réindustrialisation ?

L’une des valeurs les plus importantes est la cohésion sociale et territoriale. Les efforts en matière de réindustrialisation ne se feront pas en opposant les filières stratégiques et les autres, les ruraux aux urbains, les villes moyennes aux grandes métropoles. On n’arrivera jamais à répartir l’effort nécessaire face aux défis qui sont les nôtres, avec le poison de la division.

Faut-il mieux parler de réindustrialisation ou de relocalisation ?

Je pense qu’il faut plutôt parler de renaissance industrielle. Nous vivons un changement de paradigme. On vivait auparavant dans un monde de mondialisation et de consommation, voire de consommation de masse. Les chocs géopolitiques récents ont remis en avant le thème de la souveraineté. L’environnement est devenu un thème phare en raison du dépassement des limites planétaires. Nous sommes en train de changer de projet de société. Dans l’histoire récente, un outil productif a toujours servi un projet de société. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, De Gaulle et Pompidou veulent rendre la France indépendante et plus moderne avec des grands groupes internationaux et grands programmes. Notre outil productif s’est calé sur ce projet politique.

A partir des années 1970, l’économie a basculé dans un monde beaucoup plus mondialisé et une société de consommation. La France a basculé dans une société post-industrielle. A l’époque, produire n’est plus une priorité nationale. La préférence est donnée aux services. Pour gagner en pouvoir d’achat, il est logique de délocaliser. La France a restreint son outil productif en répondant à son projet de société. Aujourd’hui, un nouvel outil productif va devoir répondre aux enjeux de souveraineté et d’environnement. Il va falloir faire des choix. La France ne va pas faire revenir l’industrie d’avant.

Comment rendre la réindustrialisation plus socialement acceptable dans les années à venir ?

La réindustrialisation va être une course d’obstacles. Le premier obstacle franchi est d’avoir arrêté d’opposer industrie et environnement. Depuis 2021, on a compris que l’on ne pouvait pas répondre aux enjeux environnementaux sans réindustrialiser pour des questions d’empreinte carbone par exemple. Le deuxième obstacle franchi est de mettre la réindustrialisation comme une priorité dans l’agenda politique. Pendant la campagne présidentielle de 2022, il y a eu un consensus politique sur cette question. En mai 2023, le président de la République Emmanuel Macron a consacré la réindustrialisation comme « la mère des batailles ». Il reste néanmoins quelques grandes barrières à franchir. Par exemple, la question de l’électricité décarbonée et de sa compétitivité : difficile de livrer une telle bataille sans mobiliser un atout maître, notre parc électronucléaire, en faveur de l’industrie. De même, la France est un pays de faible densité d’habitants par km2 : la disponibilité de foncier devrait aussi être un atout.

Par ailleurs, l’industrie a encore une image très négative. Déconstruire un imaginaire collectif est très compliqué. Mon sentiment est que l’on ne peut pas déconstruire l’image négative de l’industrie si on ne lui enlève pas quelques « sacs de plomb » qu’elle porte. Plusieurs enquêtes ont montré que 60% des jeunes ont une mauvaise image de l’industrie à cause des conditions de travail : pénibilité, management vertical, conditions peu compatibles pour assurer un équilibre vie pro-vie perso. Il faut avancer sur ces questions.

En parallèle, il faut un récit plus positif de notre industrie. L’industrie va nous permettre de reconquérir notre souveraineté, de répondre aux défis environnementaux, de faire de la cohésion sociale et territoriale. Il lui faut, peut-être, une nouvelle esthétique, puisqu’elle correspond à un nouveau projet de société. Il lui faut sans doute une autre place dans l’aménagement du territoire.

Enfin, l’acceptabilité doit passer par les territoires. Dans le programme Territoires d’industrie, on a associé les politiques et les industriels. On aurait pu associer les salariés et les habitants. Il est possible d’avoir une discussion collective sur le type d’industrie que les habitants sont prêts à accueillir si le sujet est bien amené. La réindustrialisation doit se faire autour d’un projet de territoire.

Dans le cadre de cette mission, quelles pourraient être les compétences à développer ?

ll est indispensable d’avoir des savoir-faire spécifiques dans l’industrie, des formations aux métiers industriels, et donc, des formations adaptées en quantité et en compétences. Toutefois, l’angle mort des débats est que les Français sont peu mobiles. Les salariés sont très attachés aux territoires sur lesquels ils travaillent. Il faut plus travailler sur les territoires pour les besoins du territoire avec les habitants du territoire. Il faut répondre aux besoins locaux des entreprises. A l’image du succès des écoles de production qui sont liées aux territoires. Les entreprises qui n’arrivaient pas à recruter se sont regroupées pour former des gens dont elles ont besoin.

La valeur la plus importante est la cohésion sociale et territoriale. Les efforts en matière de réindustrialisation ne se feront pas en opposant les ruraux aux urbains, les villes moyennes aux grandes métropoles. On n’arrivera jamais à répartir l’effort avec le poison de la division.

Le projet de loi industrie verte prévoit une simplification et une réduction des délais de procédures pour bâtir des usines. Quel regard portez-vous sur cette mesure ?

La simplification des textes est nécessaire. Mais nous avons eu peu de résultats en la matière jusqu’à présent. Les attentes de la société à l’égard des entreprises deviennent de plus en plus complexes. La société n’attend pas seulement de l’emploi et des résultats économiques. Elle souhaite aussi que les entreprises abordent la question de l’environnement, de l’inclusion, de la diversité et du bien-être au travail. La société imprime sur le monde économique une variété d’attentes parfaitement légitimes via des textes réglementaires.

La question est de savoir comment accompagner les chefs d’entreprise dans ce dédale ? Les fonctionnaires en charge d’appliquer la législation en sont les meilleurs connaisseurs. Nous devons leur faire confiance pour accompagner les porteurs de projets tout en gardant leur indépendance. C’est parfaitement possible, et cela se pratique dans d’autres pays.

La mise en parallèle des procédures prônée par la loi industrie verte exige que les fonctions publiques se fassent confiance, c’est un premier pas. Dans les Hauts-de-France, il y a un accord encore la Préfecture et la Présidence de région pour accorder une priorité aux projets industriels. Le traitement des dossiers industriels dans cette région respecte le droit. Mais cela va plus vite que dans d’autres régions. En se calant sur ces bonnes pratiques, il n’y a pas de raison pour que l’on n’y arrive pas à l’objectif fixé par cette loi.


Quel bilan tirez-vous de la mise en place de France 2030 ?

L’outil est nécessaire, indispensable pour nous repositionner sur les technologies de rupture et ses réalisations sont emblématiques, même s’il y a une lourdeur des procédures administratives dans la sélection des projets, selon une récente évaluation du comité de surveillance.

Le plan France 2030 permettrait d’augmenter la part de l’industrie de 0,5 point dans le PIB et créer de l’ordre de 100.000 emplois industriels, nous en avons aujourd’hui près de 3 millions. Est-ce que ce « seulement » +3% en emplois industriels est en phase avec nos ambitions de réindustrialisation ? Il faudra sans doute d’autres outils, complémentaires, pour une réindustrialisation à la hauteur des attentes.

Démocratie: Retrouver le sens de la délibération et du compromis

Démocratie: Retrouver le sens de la délibération et du compromis

 

Dans une tribune au « Monde », le spécialiste d’histoire politique invite à renouer avec la société de la délibération. C’est grâce à elle que, dans le passé, ont été conçues « les grandes lois constituant encore aujourd’hui le socle de notre vie démocratique ».

 

Il y a urgence de dépasser les affrontements stériles et caricaturaux. Témoin les débats actuels à l’Assemblée  plus proches du cirque que d’une réunion de responsables nationaux NDLR

 

« Je rêve d’un pays où l’on se parle à nouveau », disait Michel Rocard dans sa déclaration de politique générale, le 29 juin 1988. L’apôtre de la deuxième gauche, nommé à Matignon par François Mitterrand pour mener une politique d’ouverture, était à l’époque motivé par trois considérations. Primo, ses propres convictions, héritées de Pierre Mendès France, de la « nouvelle société » de Jacques Chaban-Delmas et des travaux d’intellectuels comme Pierre Rosanvallon, prônant une démocratie rénovée par la délibération permanente entre les pouvoirs publics, les agents de l’Etat, les élus des territoires, les corps intermédiaires et les citoyens.

Secundo, la prolongation de la campagne menée par François Mitterrand pour sa réélection, une campagne de rassemblement et de pacification face à la brutalité des « clans » chiraquiens et du FN. Tertio, et c’était l’urgence de l’heure, la nécessité de gérer une situation de majorité relative à l’Assemblée nationale, qui obligeait le premier ministre à négocier texte par texte des majorités d’idées, dans la discussion, la concession et le compromis, soit auprès du groupe communiste, soit auprès des centristes, ce que le juriste Guy Carcassonne, grand négociateur de ces accords alternatifs, appelait non sans humour « la majorité stéréo ».

 

Des similitudes s’imposent entre ce « moment Rocard » et la situation actuelle. La demande sociale de délibération n’a cessé de se manifester depuis quelques années, que soit par le succès de la « démocratie participative » mise en avant par Ségolène Royal dans sa campagne de 2007, au moment des Nuits debout en 2016 ou des « gilets jaunes » en 2018-2019. Dans les meetings de l’ancienne candidate à la présidentielle, sous les tentes parisiennes ou sur les ronds-points de la France oubliée, c’était à chaque fois la même frénésie de discussion, de débats, une volonté affirmée de retrouver les grands moments délibératifs de notre histoire, des clubs de la Révolution française, de 1848 ou de la Commune de Paris.

Retrouver le modèle d’assimilation pour lutter contre le séparatisme

Retrouver le modèle d’assimilation pour lutter contre le séparatisme

 

Face aux risques de séparatisme, le maire de Cannes explique dans le Figaro pourquoi seule l’assimilation permet de lutter contre le communautarisme et forger l’unité nationale. Celle-ci implique de prendre des mesures fortes: cesser l’immigration massive, cesser de nous flageller en permanence et édicter des règles fortes concernant l’affichage religieux dans l’espace public.

L’enjeu de la cohésion nationale conditionne l’avenir même de notre nation. Elle est cette «conscience morale» dont parlait Ernest Renan, qui se manifeste à travers «la possession en commun d’un riche legs de souvenirs» et aussi «le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis».

La nation unit un peuple et n’est pas, en République française, un simple agrégat de populations. Elle exige donc des étrangers qui veulent s’y fondre une démarche d’intégration puis d’assimilation.

Toutes les enquêtes montrent à quel point la France est aujourd’hui fracturée, menacée par des forces centrifuges. Et ce n’est pas le projet de loi visant à «conforter les principes républicains» porté par le gouvernement qui y changera quoi que ce soit.

Thierry Mariani (LR)° au FN pour retrouver un siège de parlementaire

 Thierry Mariani (LR)° au FN pour retrouver un siège de parlementaire

On ait que Mariani prône depuis un moment un rapprochement avec le FN. De ce point de vue,  il dit peut-être tout haut ce que certains à LR pensent tout bas. Il faut reconnaitre à Marinai d’avoir toujours défendu des thèses très réactionnaires voisines de celles de Marine Le Pen. Mais la vraie raion, c’est que le temps politique est inexorable et que Mariani battu lors des dernières élections a besoin de retrouver un poste de parlementaire. Il n’est pas certain de figurer en bonne place sur la liste LR car les places seront chères pour être élu avec le discrédit de Vauquiez. Du coup en 3è position sur la liste FN, Mariani serait assuré de ne pas se retrouver au chômage ! le responsable LR devra assumer publiquement son changement de cap, lui qui expliquait au JDD en 2013 que Marine Le Pen n’avait « aucune chance d’arriver au pouvoir » et qu’elle ne racontait « que des bêtises ». En 2015, il assurait encore que le FN avait « des positions de gauche archaïque sur le social ». Dans son interview du mois dernier, il notait plus sobrement des divergences de fond, « essentiellement le programme économique ». I ne serait pas le premier homme politique à vendre ses convictions pour un poste. Mariani et Le Pen se sont donc bien  rencontrés « 1h30″ fin février, précisait Le Parisien. Soit quelques jours avant le congrès de Lille du Front  et la diffusion de l’interview de l’élu de droite dans nos colonnes. « Pourquoi ne pourrait-on pas avoir au moins des discussions? », interrogeait-il. A Lille, un haut responsable du FN précisait déjà au JDD que ce dialogue avait commencé. Mais lundi, l’intéressé mettait en garde sur Twitter contre tout « emballement »… Sans démentir toutefois : « Tout est possible, rien n’est sûr… », glisse-t-il au Dauphiné.

 

 

Macron : une urgence, retrouver la confiance

Macron : une urgence, retrouver la confiance

 

 

On sait que la France doute, que l’environnement international est incertain et que le président de la république joue sa crédibilité sur sa capacité a d’abord rétablir la confiance. Une confiance qui pourrait donner ce petit point supplémentaire au PIB.  Le point qui permettrait d’inverser de manière significative le chômage et faciliterait un moindre déséquilibre des comptes publics. Macron  bénéficie d’un bon alignement des planètes avec une conjoncture qui semble un peu plus favorable qu’en 2016. Il ne faudrait pas grand-chose pour que le pays redresse son économie et renonce définitivement aux déclinisme. C’est le sens du message qu’à adressé  Macron dans sa première allocution au pays «Je sais que les Français et les Français attendent beaucoup de moi, ils ont raison car le mandat qu’ils me confient leur donne sur moi une exigence absolue. J’en suis pleinement conscient. Rien ne sera concédé à la facilité, ni au compromis, rien n’affaiblira ma détermination. Rien ne me fera renoncer à défendre à tout temps et en tout lieu les intérêts supérieurs de la France. J’aurais la volonté constante de réconcilier et rassembler l’ensemble des Français », a déclaré le nouveau chef de l’Etat. « Je convaincrai nos compatriotes que la puissance de la France n’est pas déclinante, mais que nous sommes à l’orée d’une extraordinaire renaissance, parce que nous tenons entre nos mains tous les atouts qui feront et qui font les grandes puissances du XXIe siècle », a-t-il ajouté. « Je ne céderai sur rien des engagements pris vis-à-vis des Français. Tout ce qui concourt à la vigueur de la France et à sa prospérité sera mise en œuvre. Le travail sera libéré, les entreprises seront soutenues, l’initiative sera encouragée. La culture et l’éducation par lesquels se construit l’émancipation, la création et l’innovation seront au cœur de mon action. Les Françaises et les Français qui se sentent oubliés par ce vaste mouvement du monde devront se voir mieux protégés. Tout ce qui fait de la France un pays sûr où l’on peut vivre sans avoir peur sera amplifié. La laïcité républicaine sera défendue, nos forces de l’ordre, nos renseignements, nos armés réconfortées », a-t-il ajouté, promettent également un « regain de vitalité démocratique » avec des « citoyens qui auront voix au chapitre ». «La division et la fracture qui parcourent notre société doivent être surmontées qu’elles soient économiques, sociales, politiques ou morales » (…) Dans ce combat, j’aurais besoin de chacun. La responsabilité de toutes les élites, politiques, économiques, sociales, religieuses, de tous les corps constitués de la nation français sera appelée, nous ne pouvons plus nous réfugier derrière des usages ou des habitudes parfois hors du temps » (…). « L’Europe dont nous avons besoin sera refondée et relancée car elle nous protège et nous permet de porter dans le monde nos valeurs ».  » « Nous aurons besoin d’une Europe plus efficace, plus démocratique, plus politique car elle est l’instrument de notre puissance et de notre souveraineté », a-t-il par ailleurs précisé.   »Le monde et l’Europe ont aujourd’hui plus que jamais besoin de la France. Ils ont besoin d’une France forte et sûre de son destin. Ils ont besoin d’une France qui porte haut la voix de la liberté et de la solidarité », a déclaré  Emmanuel Macron.

 

Rebsamen, le ministre du travail va retrouver un emploi

Rebsamen, le ministre du travail va retrouver un emploi

L’inversion de la courbe du chômage et pratiquement en cours ;  la preuve, le ministre du travail en charge de la question va bientôt retrouver un poste comme maire de Dijon. Il sait t bien entendu que son poste de ministre du travail est tout autant  éphémère qu’ inutile (une sorte de CDD) puisque cette fonction disparaîtra avec la défaite probable  de la gauche probable en 2017. Au moins un chômeur qui sera reclassé ! François Rebsamen, ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, a donc annoncé jeudi qu’il briguerait en août la mairie de Dijon (Côte d’Or), ce qui implique son départ du gouvernement. Ce proche de François Hollande, qui est resté conseiller municipal de base dans cette ville de Bourgogne qu’il a dirigée de 2001 à 2014, succèderait au maire socialiste Alain Millot, décédé le 27 juillet. Le conseil municipal de Dijon doit se réunir le 10 août pour élire en interne un nouveau maire, une formalité pour François Rebsamen, la gauche y étant majoritaire. « Il n’est pas possible de cumuler un mandat exécutif local et une fonction ministérielle. Donc si François Rebsamen est élu maire de Dijon, il sera remplacé », a-t-on déclaré dans l’entourage de François Hollande.  Le remplacement du ministre du Travail pourrait ne pas intervenir tout de suite, a-t-on précisé de même source.  Interrogé par Reuters, François Rebsamen a précisé qu’il était « bien sûr » d’accord avec le principe énoncé par l’Elysée mais qu’il lui faudrait, « devant les circonstances exceptionnelles, le temps d’assumer les obligations ministérielles prises avant de démissionner », le moment venu. Entré dans le gouvernement de Manuel Valls en avril 2014, François Rebsamen n’a pas réussi à endiguer la montée inexorable du chômage en France.

Vendanges 2014: du picrate en abondance, on va pouvoir picoler et retrouver le moral !

Vendanges 2014: du picrate en abondance, on va pouvoir picoler et retrouver le moral !

Au moins une bonne nouvelle, la vendange 2014 devrait être bonne et abondante. Enfin une courbe qui s’inverse. Et le royal  breuvage va peut-être permettre de sortir de la déprime ambiante. A défaut de résultats économiques, on pourra se refugier dans le divin liquide et oublier  la situation calamiteuse du pays. D’ailleurs pour remontre le moral des français, les députés toujours en veine de réglementation pourrait contraindre les foyers à picoler bien davantage. En moyenne seulement 12 % des français déclarent désormais consommer de l’alcool chaque jour. Une consommation en baisse depuis des années surtout celle de vin (au détriment de la bière notamment). Or la vin fait partie du patrimoine français et il convient d’encourager sa consommation. Avec une litre de picrate en moyenne par personne et par jour, on pourrait vraisemblablement inverser la courbe du moral des français, du coup redonner un cap, un projet, une euphorie pour ce pays le plus dépressif du monde. Sur le plan économique la substitution du vin à la bière permettrait de redresser la balance commerciale car la bière est surtout importée. Un bénéfice donc pour les grands équilibres financiers. Sans parler de la dimension sociétale nettement concernant ‘égalité homme femmes. Car les hommes sont 18% à consommer chaque jour de l’alcool contre 6% seulement pour les femmes (une injustice notoire!) ; l’égalité doit aussi concerner  l’absorbation de la vinasse ! De quoi faire aussi économiser des milliards à la sécu car le vin est un excellent substitut aux antidépresseurs. Le cru s’annonce donc  meilleur qu’en 2013. Ce vendredi 22 août, l’établissement public FranceAgrimer a indiqué tabler sur une récolte de 45,4 millions d’hectolitres pour la saison 2014 des vendanges, contre une estimation de 42,3 millions d’hectolitres l’an passé. « Après deux années de récoltes excessivement basses, on revient à quelque chose de plus normal (…). On part sous de bons auspices au démarrage de cette récolte », a déclaré Jérôme Despey, le président de la branche vins de FranceAgriMer, lors d’une conférence de presse à Montreuil.  La production est notamment attendue en hausse en Champagne.  Les vignes ont profité de meilleures conditions météo après deux années calamiteuses, ce qui est « important pour la filière car les stocks étaient très bas, avec des tensions sur l’approvisionnement dans toutes les régions », a souligné Jérôme Despey. « Cela va permettre de se repositionner en termes de compétitivité sur les marchés », estime-t-il. En outre, la qualité est au rendez-vous malgré les pluies de ces dernières semaines, selon lui. »A ce jour il n’y a pas d’inquiétudes dans les différents bassins de production sur l’état sanitaire, qui est bien maîtrisé par les vignerons », assure-t-il.  Mais la météo des prochaines semaines peut encore venir modifier ces prévisions. Les vendanges viennent juste de commencer dans le Languedoc-Roussillon (Chardonnay, Sauvignon, Muscat), en Corse et dans quelques parcelles en Provence. Elles s’étaleront jusqu’en octobre. La Champagne devrait voir sa production augmenter de 17% par rapport à la moyenne quinquennale, à 3,2 millions d’hectolitres, grâce à une météo favorable.  En Languedoc-Roussillon, elle devrait reculer de 8%, à cause d’un « printemps très chaud et sec suivi par des épisodes de grêle très importants dans l’Aude, l’ouest de l’Hérault et le Gard ». Dans le Bordelais, la récolte devrait revenir dans la moyenne quinquennale, à 5,5 millions, et rebondir de 40% par rapport à 2013, année désastreuse à cause de la grêle.  Ces prévisions, réalisées sur la base d’informations récoltées ces deux derniers jours auprès des professionnels, sont légèrement inférieures à celles publiées par le service statistique du ministère de l’Agriculture le 22 juillet (46,4 millions). La moyenne sur 2009-2013 est d’environ 45,6 millions d’hectolitres.

 

Lloyd’s : Un million d’euros pour retrouver les braqueurs du Carlton

Lloyd’s : Un million d’euros pour retrouver les braqueurs  du Carlton

Une information à un million d’euros. Lloyd’s, l’assureur de la maison Leviev, promet une telle récompense à qui permettra de retrouver les bijoux volés au Carlton, à Cannes, et dont la valeur a été estimée à plus de cent millions d’euros. La somme, offerte «à la première personne qui fournira des informations permettant de retrouver la marchandise, est sujette à certaines conditions», précise – sans plus de détails – le texte de l’annonce qui devrait être publié mercredi dans trois quotidiens paraissant en France, accompagné de la photo de quatre des bijoux dérobés. «Les personnes ayant des informations utiles peuvent contacter SW Associates: 06.10.95.05.64 (entre 18h00 et 19h00) ou envoyer un mail à l’adresse: reward1millionE@gmail.com», explique l’assureur. Le million d’euros sera offert «pro rata», c’est-à-dire en fonction des renseignements fournis et des bijoux qui seraient éventuellement retrouvés.  Selon une source proche de l’enquête, 72 pièces (bagues, rivières de diamants, pendentifs, …) , dont «34 d’exception» ont été dérobées par un homme armé et déterminé lors de l’exposition «Extraordinary diamonds» de la maison Leviev. Les pièces d’exception, qui valent «plusieurs millions de dollars chacune, étaient assurées, ce qui n’était pas le cas pour les autres, d’un montant avoisinant les 20.000 à 40.000 euros» pièce, avait alors précisé cette source. Jacques Lemoine, directeur du département Fine Arts chez le courtier Gras Savoye, estimait la semaine dernière que la maison Leviev devrait être remboursée. «Il s’agit d’un vol à main armé, la garantie contre ce type d’agression est acquise dans tous les contrats.» Selon ce dernier, «au bout d’un ou deux mois de recherche, la police est en mesure de donner un avis sur l’issue de l’enquête. Si elle estime que les bijoux ont peu de chances d’être retrouvés, l’assureur rembourse l’assuré.» Il ajoute que l’assureur ne peut en aucun cas participer à l’enquête, cela étant exclusivement du ressort de la police. Mais rien ne l’empêche de promettre une récompense pour aider à son avancement…

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol