Archive pour le Tag 'Retraite'

Page 3 sur 14

Social -Retraite par capitalisation: la solution miracle

Social -Retraite par capitalisation: la solution miracle !!!


Un peu partout dans les médias, surtout ultra libéraux , on voit émerger des papiers en forme de plébiscite pour la retraite par capitalisation. L’appétit pour cette sorte de solution miracle est largement aiguisée par la perspective des 350 milliards que représente annuellement le budget retraite. Pour faire avaler la pilule, on présente la solution capitalisation comme un instrument collectif et en plus favorables aux plus pauvres. Le seul problème, c’est que les salaires sont déjà tellement bas que ceux qui sont les moins privilégiées ne pourront jamais consacrer une somme suffisante pour parvenir à une retraite suffisante par capitalisation même partielle. Les complémentaires retraites ne sont pas en effet des philanthropes. Sans parler évidemment des dangers de la volatilité des produits financiers sur lesquels seraient fondées la retraite par capitalisation Comble d’hypocrisie, on prévoit la garantie de l’État en cas de faillite des sociétés d’assurances retraite. Bref les profits financiers au privé quand la Bourse va bien et les déficits à l’Etat quand c’est l’inverse

un papier de l’Opinion sur le sujet intitulé la capitalisation, la solution (… Finale ? NDLR)

Le développement de la retraite par capitalisation collective n’est presque jamais évoqué en France. Notre journaliste Raphaël Legendre détaille son fonctionnement et explique les raisons d’un tabou bien français

Comment fonctionne le système de retraite par capitalisation ?

La retraite par répartition, c’est prendre de l’argent dans la poche des actifs pour financer directement les pensions des retraités. Le problème c’est qu’au fur et à mesure que le nombre de retraités augmente et augmente plus vite que le nombre d’actifs, le poids sur le pouvoir d’achat des actifs est de plus en plus lourd à porter.
Alors pour lever un peu de ce poids sur les épaules des actifs, on peut faire de la retraite par capitalisation. Ce sont les actifs qui épargnent eux-mêmes en vue de tirer une rente pour leur retraite.
Le grand débat qui devrait s’ouvrir et qui est absent aujourd’hui à l’Assemblée, c’est celui d’une capitalisation collective puisqu’aujourd’hui, seul un actif sur quatre a les moyens de mettre cette épargne de côté, en l’imposant à l’ensemble des actifs.
Encore une fois, au travers d’une cotisation collective et solidaire. Cela permettrait d’avoir une petite rente supplémentaire, notamment pour les plus modestes.

Pourquoi le sujet est-il tabou en France ?
Il y a deux grands tabous autour de la retraite par capitalisation en France qui sont finalement assez faciles à déconstruire. Le premier : le mythe de la fin de la solidarité intergénérationnelle. Notre système de retraite est issu du Conseil national de la Résistance et permet cette solidarité.
Ce sont les actifs qui payent pour les seniors qui ont aujourd’hui le droit de se reposer. Ces deux arguments sont facilement opposables.
D’abord parce qu’il n’a jamais été question d’abandonner le système de retraite par répartition. Le système par capitalisation ne viendrait qu’en complément d’un système par répartition bien sûr.
Encore une fois, pour ôter un peu du poids des cotisations actuelles sur le coût du travail sur les actifs. Une petite dose de 10, 15 ou 20 % de capitalisation laisserait un régime de 80 à 90 % par répartition.
Et pour répondre aux craintes d’un crash sur les marchés financiers qui viendrait obérer les retraites futures, des solutions existent. D’abord diversifier un maximum les placements entre obligations – pourquoi pas souveraines, très sûres – et actions, voire d’autres segments.
Et puis il existe des systèmes avec des garanties publiques qui font que quoi qu’il en soit, sur le long terme, la retraite par capitalisation est toujours beaucoup plus rentable – en moyenne historique autour des 8 % – que la retraite par répartition dont le rendement est plutôt autour de 2 %.

Certains pays comme la Suisse et les Pays-Bas l’ont adoptée. Est-ce une réussite ?
Oui, on peut le dire, c’est une réussite franche. Aucun des cotisants suisses ou des Pays-Bas ne se plaint de ce système. Ce sont des systèmes qui sont construits de la même manière sur trois piliers.
Le premier, celui d’une retraite minimale assurée par l’Etat qui oscille en général entre 1 000 et 2 000 euros, complétée par une tranche de capitalisation – en fonction des rendements dans chacun des pays.
Et puis un troisième pilier qui est une épargne privée pour compléter sa retraite. Les résultats sont plutôt très, très bons comparé à ce qu’on peut avoir en France.
Prenons l’exemple des Pays-Bas qui dépensent deux fois moins d’argent public que la France pour payer les retraites.
C’est 14 points de PIB d’argent public en France contre 7 % aux Pays-Bas. Alors que les retraites y sont 30 % supérieures au niveau des retraites françaises.
On entend ce chiffre par rapport au taux de remplacement, c’est-à-dire le niveau de pension par rapport au salaire quand on était actifs.
Il est de 30 % supérieur aux Pays-Bas de ce qu’il n’est en France. La solution vaut donc le coup qu’on s’y intéresse !

Retraite par capitalisation: la solution miracle

Retraite par capitalisation: la solution miracle !!!


Un peu partout dans les médias, surtout ultra libéraux , on voit émerger des papiers en forme de plébiscite pour la retraite par capitalisation. L’appétit pour cette sorte de solution miracle est largement aiguisée par la perspective des 350 milliards que représente annuellement le budget retraite. Pour faire avaler la pilule, on présente la solution capitalisation comme un instrument collectif et en plus favorables aux plus pauvres. Le seul problème, c’est que les salaires sont déjà tellement bas que ceux qui sont les moins privilégiées ne pourront jamais consacrer une somme suffisante pour parvenir à une retraite suffisante par capitalisation même partielle. Les complémentaires retraites ne sont pas en effet des philanthropes. Sans parler évidemment des dangers de la volatilité des produits financiers sur lesquels seraient fondées la retraite par capitalisation Comble d’hypocrisie, on prévoit la garantie de l’État en cas de faillite des sociétés d’assurances retraite. Bref les profits financiers au privé quand la Bourse va bien et les déficits à l’Etat quand c’est l’inverse

un papier de l’Opinion sur le sujet intitulé la capitalisation, la solution (… Finale ? NDLR)

Le développement de la retraite par capitalisation collective n’est presque jamais évoqué en France. Notre journaliste Raphaël Legendre détaille son fonctionnement et explique les raisons d’un tabou bien français

Comment fonctionne le système de retraite par capitalisation ?

La retraite par répartition, c’est prendre de l’argent dans la poche des actifs pour financer directement les pensions des retraités. Le problème c’est qu’au fur et à mesure que le nombre de retraités augmente et augmente plus vite que le nombre d’actifs, le poids sur le pouvoir d’achat des actifs est de plus en plus lourd à porter.
Alors pour lever un peu de ce poids sur les épaules des actifs, on peut faire de la retraite par capitalisation. Ce sont les actifs qui épargnent eux-mêmes en vue de tirer une rente pour leur retraite.
Le grand débat qui devrait s’ouvrir et qui est absent aujourd’hui à l’Assemblée, c’est celui d’une capitalisation collective puisqu’aujourd’hui, seul un actif sur quatre a les moyens de mettre cette épargne de côté, en l’imposant à l’ensemble des actifs.
Encore une fois, au travers d’une cotisation collective et solidaire. Cela permettrait d’avoir une petite rente supplémentaire, notamment pour les plus modestes.

Pourquoi le sujet est-il tabou en France ?
Il y a deux grands tabous autour de la retraite par capitalisation en France qui sont finalement assez faciles à déconstruire. Le premier : le mythe de la fin de la solidarité intergénérationnelle. Notre système de retraite est issu du Conseil national de la Résistance et permet cette solidarité.
Ce sont les actifs qui payent pour les seniors qui ont aujourd’hui le droit de se reposer. Ces deux arguments sont facilement opposables.
D’abord parce qu’il n’a jamais été question d’abandonner le système de retraite par répartition. Le système par capitalisation ne viendrait qu’en complément d’un système par répartition bien sûr.
Encore une fois, pour ôter un peu du poids des cotisations actuelles sur le coût du travail sur les actifs. Une petite dose de 10, 15 ou 20 % de capitalisation laisserait un régime de 80 à 90 % par répartition.
Et pour répondre aux craintes d’un crash sur les marchés financiers qui viendrait obérer les retraites futures, des solutions existent. D’abord diversifier un maximum les placements entre obligations – pourquoi pas souveraines, très sûres – et actions, voire d’autres segments.
Et puis il existe des systèmes avec des garanties publiques qui font que quoi qu’il en soit, sur le long terme, la retraite par capitalisation est toujours beaucoup plus rentable – en moyenne historique autour des 8 % – que la retraite par répartition dont le rendement est plutôt autour de 2 %.

Certains pays comme la Suisse et les Pays-Bas l’ont adoptée. Est-ce une réussite ?
Oui, on peut le dire, c’est une réussite franche. Aucun des cotisants suisses ou des Pays-Bas ne se plaint de ce système. Ce sont des systèmes qui sont construits de la même manière sur trois piliers.
Le premier, celui d’une retraite minimale assurée par l’Etat qui oscille en général entre 1 000 et 2 000 euros, complétée par une tranche de capitalisation – en fonction des rendements dans chacun des pays.
Et puis un troisième pilier qui est une épargne privée pour compléter sa retraite. Les résultats sont plutôt très, très bons comparé à ce qu’on peut avoir en France.
Prenons l’exemple des Pays-Bas qui dépensent deux fois moins d’argent public que la France pour payer les retraites.
C’est 14 points de PIB d’argent public en France contre 7 % aux Pays-Bas. Alors que les retraites y sont 30 % supérieures au niveau des retraites françaises.
On entend ce chiffre par rapport au taux de remplacement, c’est-à-dire le niveau de pension par rapport au salaire quand on était actifs.
Il est de 30 % supérieur aux Pays-Bas de ce qu’il n’est en France. La solution vaut donc le coup qu’on s’y intéresse !

Retraite par capitalisation: la solution miracle !!!

Retraite par capitalisation: la solution miracle !!!


Un peu partout dans les médias, surtout de droite, on voit émerger des papiers en forme de plébiscite pour la retraite par capitalisation. L’appétit pour cette sorte de solution miracle est largement aiguisée par la perspective des 350 milliards que représente annuellement le budget retraite. Pour faire avaler la pilule, on présente la solution capitalisation comme un instrument collectif et en plus favorables au moins favorisés. Le seul problème c’est que les salaires sont déjà tellement bas que ceux qui sont les moins privilégiées ne pourront jamais consacrer une somme suffisante pour parvenir à une retraite par capitalisation même partielle. Sans parler évidemment des dangers de la volatilité des produits financiers sur lesquels seraient fondées la retraite par capitalisation.

un papier de l’Opinion sur le sujet intitulé la capitalisation, la solution (… Finale ? NDLR)

Le développement de la retraite par capitalisation collective n’est presque jamais évoqué en France. Notre journaliste Raphaël Legendre détaille son fonctionnement et explique les raisons d’un tabou bien français

Comment fonctionne le système de retraite par capitalisation ?

La retraite par répartition, c’est prendre de l’argent dans la poche des actifs pour financer directement les pensions des retraités. Le problème c’est qu’au fur et à mesure que le nombre de retraités augmente et augmente plus vite que le nombre d’actifs, le poids sur le pouvoir d’achat des actifs est de plus en plus lourd à porter.
Alors pour lever un peu de ce poids sur les épaules des actifs, on peut faire de la retraite par capitalisation. Ce sont les actifs qui épargnent eux-mêmes en vue de tirer une rente pour leur retraite.
Le grand débat qui devrait s’ouvrir et qui est absent aujourd’hui à l’Assemblée, c’est celui d’une capitalisation collective puisqu’aujourd’hui, seul un actif sur quatre a les moyens de mettre cette épargne de côté, en l’imposant à l’ensemble des actifs.
Encore une fois, au travers d’une cotisation collective et solidaire. Cela permettrait d’avoir une petite rente supplémentaire, notamment pour les plus modestes.

Pourquoi le sujet est-il tabou en France ?
Il y a deux grands tabous autour de la retraite par capitalisation en France qui sont finalement assez faciles à déconstruire. Le premier : le mythe de la fin de la solidarité intergénérationnelle. Notre système de retraite est issu du Conseil national de la Résistance et permet cette solidarité.
Ce sont les actifs qui payent pour les seniors qui ont aujourd’hui le droit de se reposer. Ces deux arguments sont facilement opposables.
D’abord parce qu’il n’a jamais été question d’abandonner le système de retraite par répartition. Le système par capitalisation ne viendrait qu’en complément d’un système par répartition bien sûr.
Encore une fois, pour ôter un peu du poids des cotisations actuelles sur le coût du travail sur les actifs. Une petite dose de 10, 15 ou 20 % de capitalisation laisserait un régime de 80 à 90 % par répartition.
Et pour répondre aux craintes d’un crash sur les marchés financiers qui viendrait obérer les retraites futures, des solutions existent. D’abord diversifier un maximum les placements entre obligations – pourquoi pas souveraines, très sûres – et actions, voire d’autres segments.
Et puis il existe des systèmes avec des garanties publiques qui font que quoi qu’il en soit, sur le long terme, la retraite par capitalisation est toujours beaucoup plus rentable – en moyenne historique autour des 8 % – que la retraite par répartition dont le rendement est plutôt autour de 2 %.

Certains pays comme la Suisse et les Pays-Bas l’ont adoptée. Est-ce une réussite ?
Oui, on peut le dire, c’est une réussite franche. Aucun des cotisants suisses ou des Pays-Bas ne se plaint de ce système. Ce sont des systèmes qui sont construits de la même manière sur trois piliers.
Le premier, celui d’une retraite minimale assurée par l’Etat qui oscille en général entre 1 000 et 2 000 euros, complétée par une tranche de capitalisation – en fonction des rendements dans chacun des pays.
Et puis un troisième pilier qui est une épargne privée pour compléter sa retraite. Les résultats sont plutôt très, très bons comparé à ce qu’on peut avoir en France.
Prenons l’exemple des Pays-Bas qui dépensent deux fois moins d’argent public que la France pour payer les retraites.
C’est 14 points de PIB d’argent public en France contre 7 % aux Pays-Bas. Alors que les retraites y sont 30 % supérieures au niveau des retraites françaises.
On entend ce chiffre par rapport au taux de remplacement, c’est-à-dire le niveau de pension par rapport au salaire quand on était actifs.
Il est de 30 % supérieur aux Pays-Bas de ce qu’il n’est en France. La solution vaut donc le coup qu’on s’y intéresse !

Quel rapport entre âge de la retraite et santé


Quel rapport entre âge de la retraite et santé

En attendant l’examen des amendements portant sur le recul de l’âge légal de 62 à 64 ans, les députés d’opposition ont fait échec à la proposition gouvernementale de création d’un index senior, au grand dam des ministres en charge du dossier. L’idée était d’obliger les entreprises à publier leurs statistiques d’embauche de salariés en fin de carrière pour les inciter à embaucher ou garder en emploi des salariés plus âgés, sans toutefois les y contraindre, en réponse à des craintes pour l’emploi des seniors. Des participants au débat, pensifs quant à l’utilité du dispositif, ont notamment avancé que les travailleurs seniors ont un risque assez élevé de se retrouver en congés maladie de longue durée ou en situation d’invalidité.

C’est sur ce point que nos travaux récents ont porté, proposant une évaluation des effets de la réforme de 2010 sur les absences maladie des seniors.
Une équation financière pas systématiquement positive

La principale mesure de cette réforme avait été l’augmentation de 2 ans des âges légaux, d’ouverture des droits comme d’annulation de la décote. Ils sont passés respectivement de 60 et 62 à 62 et 64 ans, et ce, dans un délai remarquablement court, 5 ans.

Étaient visées une réduction de la charge des pensions et une augmentation du taux d’activité des seniors pour limiter le déficit des caisses d’assurance-retraite. Le nouveau texte a, de fait, induit une augmentation des taux d’activité des seniors. Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), la proportion des personnes âgées de 60 ans en emploi s’est accrue de 17 points de pourcentage pour les hommes et de 16 points pour les femmes tandis que la proportion au chômage s’est accrue de 7 et 6 points de pourcentages, respectivement.

En fin de carrière, cette hausse du chômage est même mesurée à 13 points de pourcentages par d’autres études. Combiné à une hausse de l’invalidité de 6 points, cela pèse sur les régimes d’assurance sociale alternatifs à la retraite. La Cour des comptes n’a pas manqué de le relever dans un rapport de 2019. Elle pointe une croissance notable des dépenses pour le risque maladie : dans les années qui ont suivi la réforme, le coût des indemnités journalières liées à l’absence pour maladie a augmenté en moyenne chaque année de 4,2 % pour atteindre 8 milliards d’euros en 2017. Une part non négligeable de cette hausse est attribuée au vieillissement de la population des salariés.

En même temps qu’elle prolonge la durée de cotisations à l’assurance-retraite, l’allongement de la vie semble en même temps augmenter, dans une moindre mesure toutefois, d’autres dépenses. Au-delà d’un enjeu financier pour des organismes publics, c’est aussi, pour les entreprises, des absences plus fréquentes de salariés qu’il leur faut pallier.
Des arrêts maladie plus fréquents, plus longs et plus nombreux après 60 ans

Pour le documenter, nous avons, dans nos travaux, mobilisé une base de données administratives dans laquelle les mêmes individus sont suivis sur plusieurs années : le panel Hygie sur la période 2005-2015, mis en place par l’Irdes après un appel d’offres de la Drees, direction statistique du ministère de la Santé. Il combine des données administratives de la Caisse nationale de l’assurance vieillesse avec celles de la Caisse nationale de l’assurance maladie.
Pour mesurer l’impact d’un décalage de l’âge légal de départ sur la fréquence des absences maladie, il faudrait pouvoir observer ce qui se serait passé chez ceux qui ont pu prendre leur retraite à 60 ans s’ils avaient travaillé jusqu’à l’âge 62 ans, ce qui est impossible. On peut néanmoins trouver moyen de trouver une approximation pour cet élément de comparaison que l’on appelle, en statistique, le contre-factuel.

En comparant les toutes premières générations concernées par la retraite à 62 ans (les individus nés entre 1952 et 1954) avec les toutes dernières à y avoir échappé (1946-1951), on peut ainsi réduire un certain nombre de biais. On peut en effet supposer plus de ressemblance entre la trajectoire réelle des individus nés en 1952 avec celle, fictive, des individus nés en 1950 que si l’on comparait les générations 1940 et 1958.
L’idée est la suivante. Avec des départs en retraite, une génération voit logiquement le nombre d’individus concernés par un ou plusieurs arrêts maladie chuter (puisqu’on n’est pas arrêté pour maladie lorsque l’on est retraité). Cela survient à 60 ans avant l’entrée en vigueur de la réforme de 2010, à 62 ans après. Si l’on compare donc nos deux groupes entre 60 et 62 ans, l’un aura connu cette chute et pas l’autre. La différence s’expliquera donc a priori largement par un décalage de l’âge légal.

La méthode dite de « régression avec discontinuité ». Author provided
Pour rendre les deux groupes aussi comparables que possible du point de vue de leurs caractéristiques individuelles, toute autre que l’âge de départ en retraite, on va également tenir compte de ces dernières dans nos calculs. Parmi ces caractéristiques figurent le salaire des individus, le temps qu’ils ont passé au chômage durant l’ensemble de la carrière ou encore leur catégorie socioprofessionnelle.

Nous avons ainsi pu mettre en regard entre nos deux groupes, la probabilité de connaître au moins un arrêt de travail sur une année, la durée annuelle cumulée d’arrêts-maladie et le nombre d’épisodes d’arrêts-maladie dans l’année d’observation. Les analyses économétriques confirment bien que la hausse de l’âge d’ouverture des droits explique une large part de l’augmentation significative de la probabilité, après 60 ans, d’être arrêté pour maladie sur une année de l’ordre de 1,7 point de pourcentage. Le nombre annuel cumulé de jours d’arrêt augmenterait, lui, d’un peu plus d’un jour et le nombre annuel d’arrêts maladie, de 0,02.

De manière générale, une grande hétérogénéité apparaît au-delà de ces moyennes. Il s’avère notamment que la réforme des retraites de 2010 a effectivement eu un effet plus fort sur la probabilité d’arrêt pour les individus considérés en mauvaise santé et ayant connu des événements de santé comme les accidents de travail et maladies professionnelles conduisant à des absences maladie de longue durée par le passé (hausse de 2,2 points de pourcentage contre 1,2 point de pourcentage pour ceux en bonne santé). L’effet de la réforme sur le nombre de jours annuel de maladie est également plus important pour ces individus en mauvaise santé avant le report de l’âge légal d’ouverture des droits entraînant une augmentation de 1,8 jour environ.
Les différences semblent, en outre, plus marquées pour les femmes que pour les hommes s’agissant de la probabilité d’arrêt ou du nombre d’épisodes d’arrêt. Elles restent toutefois moins importantes en ce qui concerne le nombre annuel de jours d’arrêt.

Pareilles observations suggèrent l’importance pour des projets d’évolution des paramètres de retraite, comme la réforme en débat actuellement, de mesures permettant de tenir compte de l’hétérogénéité des situations parmi la population active, avec une prise en compte de la pénibilité et de l’état de santé des salariés. Cela peut passer par des mesures de prévention, une amélioration des conditions de travail ou par une possibilité laissée aux salariés fragilisés par leur état de santé ou par leur parcours professionnel d’accéder à la retraite plus tôt. Il pourrait aussi s’agir d’assouplir le temps de travail des seniors, avec des possibilités de départs progressifs à la retraite, et de les affecter aux postes les moins pénibles.

Rappelons enfin qu’un recul de l’âge de départ n’influence pas seulement les absences maladie des seniors : il induit également un effet de déversement vers d’autres dispositifs alternatifs de protection sociale tels que le chômage ou l’invalidité. Seule la prise en compte de l’ensemble de ces effets éclairerait le décideur public quant à l’ensemble des retombées de réformes telles que celle actuellement en débat.

dans the Conversation par
Mohamed Ali Ben Halima
Maître de conférences, économiste santé au travail, MESuRS, CEET, Conservatoire national des arts et métiers (CNAM)

Ali Skalli
Maître de conférences de sciences économiques, Laboratoire d’Economie Mathématique et de Microéconomie Appliquée (LEMMA), Université Paris 2 Panthéon-Assas

Malik Koubi
Chercheur associé au Centre d’études de l’emploi et du travail (CEET), Conservatoire national des arts et métiers (CNAM)

Mécontentement social et retraite : surtout un ras-le-bol contre le gouvernement

Mécontentement social et retraite : surtout un ras-le-bol contre le gouvernement


Une nouvelle manifestation et des grèves a eu lieu jeudi 16 février. Une mobilisation surtout centrée sur cette France des sous-préfectures notamment à Albi où ont défilé les leaders de la CGT et de la CFDT, Philippe Martinez et Laurent Berger.

La dernière mobilisation a été moins forte que les autres ; par contre, l’opinion publique est toujours en faveur du rejet de la réforme. D’une certaine manière même, plus le gouvernement tente de s’expliquer et plus l’opposition au projet du gouvernement se renforce.

Témoin le nouveau sondage d’Elabe. Dans ce contexte, on ne s’étonnera pas de l’impopularité du projet de réforme en soi. 67% des Français le repoussent, tandis que 32% se disent favorables à la vision de l’exécutif.

Les plus véhéments critiques du texte émargent au sein des 18-24 ans – avec un taux de 77% d’opposition au projet, après un bond de 14 points en une semaine -, et des ouvriers (80%, en progression de sept points). 7 actifs sur dix, plus globalement, ont la même position, comme 53% des retraités.

Il faut dire que 72% des Français trouvent la feuille de route qui leur est présentée « injuste », 63% – en hausse de cinq points – condamnent même son « inefficacité », tandis que 55% d’entre eux estiment même qu’elle n’est « pas nécessaire ».

Jean-Claude Ducatte , président du cabinet de conseil EPSY, les gens qui défilent depuis plusieurs semaines ne manifestent pas seulement contre la réforme. Ils expriment aussi un “ras-le-bol » général contre le gouvernement. Si l’on suit cette logique, les prochaines manifestations seront donc un succès si elles intensifient le mécontentement, faisant ainsi augmenter le nombre de Français opposés non seulement à la réforme, mais aussi au gouvernement. Cela le mettrait en difficulté lors des élections à venir, poursuit le spécialiste.

La communication reste une arme essentielle pour les syndicats comme pour le gouvernement. Mais les syndicats disposent d’une arme encore plus puissante: l’opinion publique.
Au-delà des chiffres, c’est l’opinion publique qui compte estime Jean-Claude Ducatte.

Si trois millions de personnes descendent dans la rue, la Première ministre Elisabeth Borne sort, estime Jean-Claude Ducatte, président du cabinet de conseil EPSY. Une hypothèse peu probable pour l’instant.

Mais pour Jean-Claude Ducatte, l’essentiel n’est pas dans les chiffres, pas dans ceux-là en tout cas.

Pour Jean-Claude Ducatte, les gens qui défilent depuis plusieurs semaines ne manifestent pas seulement contre la réforme. Ils expriment aussi un “ras-le-bol » général contre le gouvernement. Si l’on suit cette logique, les prochaines manifestations seront donc un succès si elles intensifient le mécontentement, faisant ainsi augmenter le nombre de Français opposés non seulement à la réforme, mais aussi au gouvernement. Cela le mettrait en difficulté lors des élections à venir, poursuit le spécialiste.

Sondage réforme retraite : toujours 68 % des Français opposés

Sondage réforme retraite : toujours 68 % des Français opposés

Selon la dernière vague de l’étude Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro, 68% des sondés affichent leur solidarité avec les opposants au texte. Malgré des cortèges de plus en plus clairsemés, un citoyen sur deux (52%) considère d’ailleurs que la contestation, loin de s’essouffler, «se maintient à un haut niveau».

De quoi sans doute rassurer les adversaires du gouvernement, qui se sont donné rendez-vous le 7 mars prochain pour «mettre la France à l’arrêt». Si un tel durcissement devait se produire, comme le souhaite l’intersyndicale afin d’engager le bras de fer avec l’exécutif, quelque 59% des Français approuveraient ces blocages. Et pour cause, il s’agit selon eux du «seul moyen de faire reculer» Emmanuel Macron et Élisabeth Borne, qui ont décidé d’imposer un temps législatif programmé à l’examen de leur projet de loi.

Plus de la moitié du pays (55%) impute la responsabilité à l’exécutif à propos de l’échec du débat à l’Assemblée nationale.

Retraite par capitalisation: la solution !!!

Retraite par capitalisation: la solution!!!


Un peu partout dans les médias, surtout de droite, on voit émerger des papiers en forme de plébiscite pour la retraite par capitalisation. L’appétit pour cette sorte de solution miracle est largement aiguisée par la perspective des 350 milliards que représente annuellement le budget retraite. Pour faire avaler la pilule, on présente la solution capitalisation comme un instrument collectif et en plus favorables au moins favorisés. Le seul problème c’est que les salaires sont déjà tellement bas que ceux qui sont les moins privilégiées ne pourront jamais consacrer une somme suffisante pour parvenir à une retraite par capitalisation même partielle. Sans parler évidemment des dangers de la volatilité des produits financiers sur lesquels seraient fondées la retraite par capitalisation.

un papier de l’Opinion sur le sujet intitulé la capitalisation, la solution (… Finale ? NDLR)

Le développement de la retraite par capitalisation collective n’est presque jamais évoqué en France. Notre journaliste Raphaël Legendre détaille son fonctionnement et explique les raisons d’un tabou bien français

Comment fonctionne le système de retraite par capitalisation ?

La retraite par répartition, c’est prendre de l’argent dans la poche des actifs pour financer directement les pensions des retraités. Le problème c’est qu’au fur et à mesure que le nombre de retraités augmente et augmente plus vite que le nombre d’actifs, le poids sur le pouvoir d’achat des actifs est de plus en plus lourd à porter.
Alors pour lever un peu de ce poids sur les épaules des actifs, on peut faire de la retraite par capitalisation. Ce sont les actifs qui épargnent eux-mêmes en vue de tirer une rente pour leur retraite.
Le grand débat qui devrait s’ouvrir et qui est absent aujourd’hui à l’Assemblée, c’est celui d’une capitalisation collective puisqu’aujourd’hui, seul un actif sur quatre a les moyens de mettre cette épargne de côté, en l’imposant à l’ensemble des actifs.
Encore une fois, au travers d’une cotisation collective et solidaire. Cela permettrait d’avoir une petite rente supplémentaire, notamment pour les plus modestes.

Pourquoi le sujet est-il tabou en France ?
Il y a deux grands tabous autour de la retraite par capitalisation en France qui sont finalement assez faciles à déconstruire. Le premier : le mythe de la fin de la solidarité intergénérationnelle. Notre système de retraite est issu du Conseil national de la Résistance et permet cette solidarité.
Ce sont les actifs qui payent pour les seniors qui ont aujourd’hui le droit de se reposer. Ces deux arguments sont facilement opposables.
D’abord parce qu’il n’a jamais été question d’abandonner le système de retraite par répartition. Le système par capitalisation ne viendrait qu’en complément d’un système par répartition bien sûr.
Encore une fois, pour ôter un peu du poids des cotisations actuelles sur le coût du travail sur les actifs. Une petite dose de 10, 15 ou 20 % de capitalisation laisserait un régime de 80 à 90 % par répartition.
Et pour répondre aux craintes d’un crash sur les marchés financiers qui viendrait obérer les retraites futures, des solutions existent. D’abord diversifier un maximum les placements entre obligations – pourquoi pas souveraines, très sûres – et actions, voire d’autres segments.
Et puis il existe des systèmes avec des garanties publiques qui font que quoi qu’il en soit, sur le long terme, la retraite par capitalisation est toujours beaucoup plus rentable – en moyenne historique autour des 8 % – que la retraite par répartition dont le rendement est plutôt autour de 2 %.

Certains pays comme la Suisse et les Pays-Bas l’ont adoptée. Est-ce une réussite ?
Oui, on peut le dire, c’est une réussite franche. Aucun des cotisants suisses ou des Pays-Bas ne se plaint de ce système. Ce sont des systèmes qui sont construits de la même manière sur trois piliers.
Le premier, celui d’une retraite minimale assurée par l’Etat qui oscille en général entre 1 000 et 2 000 euros, complétée par une tranche de capitalisation – en fonction des rendements dans chacun des pays.
Et puis un troisième pilier qui est une épargne privée pour compléter sa retraite. Les résultats sont plutôt très, très bons comparé à ce qu’on peut avoir en France.
Prenons l’exemple des Pays-Bas qui dépensent deux fois moins d’argent public que la France pour payer les retraites.
C’est 14 points de PIB d’argent public en France contre 7 % aux Pays-Bas. Alors que les retraites y sont 30 % supérieures au niveau des retraites françaises.
On entend ce chiffre par rapport au taux de remplacement, c’est-à-dire le niveau de pension par rapport au salaire quand on était actifs.
Il est de 30 % supérieur aux Pays-Bas de ce qu’il n’est en France. La solution vaut donc le coup qu’on s’y intéresse !

Grogne sociale et retraite : surtout un ras-le-bol contre le gouvernement

Grogne sociale et retraite : surtout un ras-le-bol contre le gouvernement


Une nouvelle manifestation et des grèves a eu lieu jeudi 16 février. Une mobilisation surtout centrée sur cette France des sous-préfectures notamment à Albi où ont défilé les leaders de la CGT et de la CFDT, Philippe Martinez et Laurent Berger.

La mobilisation a été moins forte que samedi dernier ; par contre, l’opinion publique est toujours en faveur du rejet de la réforme. D’une certaine manière même, plus le gouvernement tente de s’expliquer et plus l’opposition au projet du gouvernement se renforce.

Témoin le nouveau sondage d’Elabe. Dans ce contexte, on ne s’étonnera pas de l’impopularité du projet de réforme en soi. 67% des Français le repoussent, tandis que 32% se disent favorables à la vision de l’exécutif.

Les plus véhéments critiques du texte émargent au sein des 18-24 ans – avec un taux de 77% d’opposition au projet, après un bond de 14 points en une semaine -, et des ouvriers (80%, en progression de sept points). 7 actifs sur dix, plus globalement, ont la même position, comme 53% des retraités.
Il faut dire que 72% des Français trouvent la feuille de route qui leur est présentée « injuste », 63% – en hausse de cinq points – condamnent même son « inefficacité », tandis que 55% d’entre eux estiment même qu’elle n’est « pas nécessaire ».

Jean-Claude Ducatte , président du cabinet de conseil EPSY, les gens qui défilent depuis plusieurs semaines ne manifestent pas seulement contre la réforme. Ils expriment aussi un “ras-le-bol » général contre le gouvernement. Si l’on suit cette logique, les prochaines manifestations seront donc un succès si elles intensifient le mécontentement, faisant ainsi augmenter le nombre de Français opposés non seulement à la réforme, mais aussi au gouvernement. Cela le mettrait en difficulté lors des élections à venir, poursuit le spécialiste.

La communication reste une arme essentielle pour les syndicats comme pour le gouvernement. Mais les syndicats disposent d’une arme encore plus puissante: l’opinion publique.
Au-delà des chiffres, c’est l’opinion publique qui compte estime Jean-Claude Ducatte.

Si trois millions de personnes descendent dans la rue, la Première ministre Elisabeth Borne sort, estime Jean-Claude Ducatte, président du cabinet de conseil EPSY. Une hypothèse peu probable pour l’instant.

Mais pour Jean-Claude Ducatte, l’essentiel n’est pas dans les chiffres, pas dans ceux-là en tout cas.

Pour Jean-Claude Ducatte, les gens qui défilent depuis plusieurs semaines ne manifestent pas seulement contre la réforme. Ils expriment aussi un “ras-le-bol » général contre le gouvernement. Si l’on suit cette logique, les prochaines manifestations seront donc un succès si elles intensifient le mécontentement, faisant ainsi augmenter le nombre de Français opposés non seulement à la réforme, mais aussi au gouvernement. Cela le mettrait en difficulté lors des élections à venir, poursuit le spécialiste.

Age de la retraite et santé

Age de la retraite et santé

En attendant l’examen des amendements portant sur le recul de l’âge légal de 62 à 64 ans, les députés d’opposition ont fait échec à la proposition gouvernementale de création d’un index senior, au grand dam des ministres en charge du dossier.
L’idée était d’obliger les entreprises à publier leurs statistiques d’embauche de salariés en fin de carrière pour les inciter à embaucher ou garder en emploi des salariés plus âgés, sans toutefois les y contraindre, en réponse à des craintes pour l’emploi des seniors. Des participants au débat, pensifs quant à l’utilité du dispositif, ont notamment avancé que les travailleurs seniors ont un risque assez élevé de se retrouver en congés maladie de longue durée ou en situation d’invalidité.

C’est sur ce point que nos travaux récents ont porté, proposant une évaluation des effets de la réforme de 2010 sur les absences maladie des seniors.
Une équation financière pas systématiquement positive

La principale mesure de cette réforme avait été l’augmentation de 2 ans des âges légaux, d’ouverture des droits comme d’annulation de la décote. Ils sont passés respectivement de 60 et 62 à 62 et 64 ans, et ce, dans un délai remarquablement court, 5 ans.

Étaient visées une réduction de la charge des pensions et une augmentation du taux d’activité des seniors pour limiter le déficit des caisses d’assurance-retraite. Le nouveau texte a, de fait, induit une augmentation des taux d’activité des seniors. Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), la proportion des personnes âgées de 60 ans en emploi s’est accrue de 17 points de pourcentage pour les hommes et de 16 points pour les femmes tandis que la proportion au chômage s’est accrue de 7 et 6 points de pourcentages, respectivement.

En fin de carrière, cette hausse du chômage est même mesurée à 13 points de pourcentages par d’autres études. Combiné à une hausse de l’invalidité de 6 points, cela pèse sur les régimes d’assurance sociale alternatifs à la retraite. La Cour des comptes n’a pas manqué de le relever dans un rapport de 2019. Elle pointe une croissance notable des dépenses pour le risque maladie : dans les années qui ont suivi la réforme, le coût des indemnités journalières liées à l’absence pour maladie a augmenté en moyenne chaque année de 4,2 % pour atteindre 8 milliards d’euros en 2017. Une part non négligeable de cette hausse est attribuée au vieillissement de la population des salariés.

En même temps qu’elle prolonge la durée de cotisations à l’assurance-retraite, l’allongement de la vie semble en même temps augmenter, dans une moindre mesure toutefois, d’autres dépenses. Au-delà d’un enjeu financier pour des organismes publics, c’est aussi, pour les entreprises, des absences plus fréquentes de salariés qu’il leur faut pallier.
Des arrêts maladie plus fréquents, plus longs et plus nombreux après 60 ans

Pour le documenter, nous avons, dans nos travaux, mobilisé une base de données administratives dans laquelle les mêmes individus sont suivis sur plusieurs années : le panel Hygie sur la période 2005-2015, mis en place par l’Irdes après un appel d’offres de la Drees, direction statistique du ministère de la Santé. Il combine des données administratives de la Caisse nationale de l’assurance vieillesse avec celles de la Caisse nationale de l’assurance maladie.
Pour mesurer l’impact d’un décalage de l’âge légal de départ sur la fréquence des absences maladie, il faudrait pouvoir observer ce qui se serait passé chez ceux qui ont pu prendre leur retraite à 60 ans s’ils avaient travaillé jusqu’à l’âge 62 ans, ce qui est impossible. On peut néanmoins trouver moyen de trouver une approximation pour cet élément de comparaison que l’on appelle, en statistique, le contre-factuel.

En comparant les toutes premières générations concernées par la retraite à 62 ans (les individus nés entre 1952 et 1954) avec les toutes dernières à y avoir échappé (1946-1951), on peut ainsi réduire un certain nombre de biais. On peut en effet supposer plus de ressemblance entre la trajectoire réelle des individus nés en 1952 avec celle, fictive, des individus nés en 1950 que si l’on comparait les générations 1940 et 1958.
L’idée est la suivante. Avec des départs en retraite, une génération voit logiquement le nombre d’individus concernés par un ou plusieurs arrêts maladie chuter (puisqu’on n’est pas arrêté pour maladie lorsque l’on est retraité). Cela survient à 60 ans avant l’entrée en vigueur de la réforme de 2010, à 62 ans après. Si l’on compare donc nos deux groupes entre 60 et 62 ans, l’un aura connu cette chute et pas l’autre. La différence s’expliquera donc a priori largement par un décalage de l’âge légal.

La méthode dite de « régression avec discontinuité ». Author provided
Pour rendre les deux groupes aussi comparables que possible du point de vue de leurs caractéristiques individuelles, toute autre que l’âge de départ en retraite, on va également tenir compte de ces dernières dans nos calculs. Parmi ces caractéristiques figurent le salaire des individus, le temps qu’ils ont passé au chômage durant l’ensemble de la carrière ou encore leur catégorie socioprofessionnelle.

Nous avons ainsi pu mettre en regard entre nos deux groupes, la probabilité de connaître au moins un arrêt de travail sur une année, la durée annuelle cumulée d’arrêts-maladie et le nombre d’épisodes d’arrêts-maladie dans l’année d’observation. Les analyses économétriques confirment bien que la hausse de l’âge d’ouverture des droits explique une large part de l’augmentation significative de la probabilité, après 60 ans, d’être arrêté pour maladie sur une année de l’ordre de 1,7 point de pourcentage. Le nombre annuel cumulé de jours d’arrêt augmenterait, lui, d’un peu plus d’un jour et le nombre annuel d’arrêts maladie, de 0,02.

De manière générale, une grande hétérogénéité apparaît au-delà de ces moyennes. Il s’avère notamment que la réforme des retraites de 2010 a effectivement eu un effet plus fort sur la probabilité d’arrêt pour les individus considérés en mauvaise santé et ayant connu des événements de santé comme les accidents de travail et maladies professionnelles conduisant à des absences maladie de longue durée par le passé (hausse de 2,2 points de pourcentage contre 1,2 point de pourcentage pour ceux en bonne santé). L’effet de la réforme sur le nombre de jours annuel de maladie est également plus important pour ces individus en mauvaise santé avant le report de l’âge légal d’ouverture des droits entraînant une augmentation de 1,8 jour environ.
Les différences semblent, en outre, plus marquées pour les femmes que pour les hommes s’agissant de la probabilité d’arrêt ou du nombre d’épisodes d’arrêt. Elles restent toutefois moins importantes en ce qui concerne le nombre annuel de jours d’arrêt.

Pareilles observations suggèrent l’importance pour des projets d’évolution des paramètres de retraite, comme la réforme en débat actuellement, de mesures permettant de tenir compte de l’hétérogénéité des situations parmi la population active, avec une prise en compte de la pénibilité et de l’état de santé des salariés. Cela peut passer par des mesures de prévention, une amélioration des conditions de travail ou par une possibilité laissée aux salariés fragilisés par leur état de santé ou par leur parcours professionnel d’accéder à la retraite plus tôt. Il pourrait aussi s’agir d’assouplir le temps de travail des seniors, avec des possibilités de départs progressifs à la retraite, et de les affecter aux postes les moins pénibles.

Rappelons enfin qu’un recul de l’âge de départ n’influence pas seulement les absences maladie des seniors : il induit également un effet de déversement vers d’autres dispositifs alternatifs de protection sociale tels que le chômage ou l’invalidité. Seule la prise en compte de l’ensemble de ces effets éclairerait le décideur public quant à l’ensemble des retombées de réformes telles que celle actuellement en débat.

dans the Conversation par
Mohamed Ali Ben Halima
Maître de conférences, économiste santé au travail, MESuRS, CEET, Conservatoire national des arts et métiers (CNAM)

Ali Skalli
Maître de conférences de sciences économiques, Laboratoire d’Economie Mathématique et de Microéconomie Appliquée (LEMMA), Université Paris 2 Panthéon-Assas

Malik Koubi
Chercheur associé au Centre d’études de l’emploi et du travail (CEET), Conservatoire national des arts et métiers (CNAM)

« Sciences »": la retraite à 80 ans à l’horizon 2070 ?

« Sciences »": la retraite à 80 ans à l’horizon 2070 ?

Un curieux papier de la Tribune qui évoque la possibilité de pousser la retraite jusqu’à 72 ans voir 80 ans.

Un papier surtout fondé sur une approche comptable et qui fait abstraction de la problématique sociétale, une réflexion bâtie sur des fondements davantage scientistes que scientifiques. En effet, l’absence de maladie par exemple ne garantit pas forcément un état de bien-être physique, moral et social. NDLR

Alors que les débats font rage en France autour du relèvement de l’âge de départ à la retraite à 64 ans et sur l’allongement de la durée de cotisation, il existerait, du point de vue de la science, un tout autre scénario. « Si les recherches sur la lutte contre le vieillissement tiennent leurs promesses, en 2070, l’âge de départ à la retraite pourrait être porté à 72 ans », voire 80 ans pronostique ainsi dans une récente note le cabinet d’études Astérès. Celui-ci s’appuie sur les dernières recherches scientifiques qui anticipent un allongement de l’espérance de vie, jusqu’à +41%, suite à des tests menés sur des animaux en laboratoires. Ainsi, – selon une projection très optimiste du cabinet -, les maladies liées à la vieillesse (tumeurs, maladies endocriniennes, du système nerveux, cardio-vasculaires, ou de l’appareil digestif) disparaîtront ou, du moins, seront repoussées d’une trentaine d’années.

Dans ce scénario qui semble inspiré d’un film de science-fiction, il faudrait ainsi travailler jusqu’à 72 ans « pour que le ratio cotisants / retraités soit égal à celui anticipé par le scénario de référence », soit amené à 1,3, le ratio qui aurait été obtenu dans le scénario central de l’Insee avec un départ à la retraite à 64 ans, selon les calculs d’Asterès.

Cette hypothèse de la vieillesse tardive est d’autant plus incongrue qu’actuellement en France, à partir de 70 ans, l’employeur peut, s’il le souhaite, décider de mettre à la retraite d’office un salarié. Autre paradoxe, si partout en Europe la tendance est à l’allongement de la vie de salarié, en 2070, la moyenne européenne demeure toutefois à 67 ans, selon un rapport de la Commission européenne. Dans les deux cas, on est donc encore loin d’envisager 72 ans et plus.

Une certitude toutefois, l’Europe vieillit à vitesse grand V. En 1950, pour une personne âgée de 65 ans, il y avait 11,7 travailleurs actifs. Or, en 2022, ce ratio est tombé à 7 en moyenne dans le monde. Pire, des pays « super âgés » tels que l’Italie, le Japon, la Corée du Sud, vont connaître un fossé « dramatique », prévient une autre étude de McKinsey. Résultat, « le nombre de centenaires en 2070 serait multiplié par 10, déséquilibrant le régime des retraites (…) Pour conserver le ratio actuel, soit 1,722, il faudrait porter l’âge de départ à la retraite à 78 ans. Ce ratio serait amené à baisser à mesure que la population vieillit », justifie Asterès.

Mais la théorie du vivre longtemps est-elle toujours aussi crédible ? En France, en dehors des effets de la crise Covid, l’espérance de vie est en effet en pleine stagnation, selon l’Insee début 2023. Les hommes gagnent en effet seulement 0,1 an d’espérance de vie et celle des femmes ne progresse pas et baisse de 0,4 an par rapport à 2019, année de référence avec la pandémie.

Face à ces tensions sur l’équilibre des comptes des caisses de retraite, une solution émerge pour faire accepter potentiellement de travailler plus longtemps. Selon Asterès, la science prouve en effet qu’il sera possible de « réinitialiser » à multiples reprises l’âge du corps.

« Maladies cardio-neurovasculaires, cancers, maladies neurologiques, diabète de type 2 ou arthrose (…) certains scientifiques pensent pouvoir s’attaquer simultanément à toutes ces maladies et améliorer significativement l’espérance de vie en bonne santé », justifie le cabinet.

« Asterès fait l’hypothèse que ces expériences (menées sur des animaux) sont transposables aux êtres humains et qu’un traitement anti-vieillesse sûr sera disponible », assume ce cabinet privé qui a notamment indiqué avoir compilé plusieurs publications scientifiques d’un professeur de génétique de Harvard.

Mais si on estime que le nombre de seniors (âgés de 65 ans et plus) va doubler pour atteindre 1,6 milliard d’individus d’ici 2050, selon les Nations Unies, il n’est pour autant pas certain que tous le soit en parfaite santé. D’autres publications montrent en effet que la vie peut être certes allongée bien au-delà de 80 ans, mais pas forcément en bonne santé; note une étude du cabinet McKinsey de novembre 2022.

Aussi, seuls 9% des hommes nés aujourd’hui et 16% des femmes peuvent espérer atteindre l’âge de la retraite en bonne santé, selon un étude britannique de The Institute for Public Policy Research (IPPR) de 2022. Outre-Manche, l’âge de départ à la retraite a été repoussé à 67 ans en 2028.

En creux, se pose enfin la question de la pénibilité d’un emploi. En France le débat s’enflamme depuis que le gouvernement a refusé de réintégrer dans sa réforme les trois facteurs de pénibilité dits « ergonomiques » (ports de charges lourdes, postures pénibles, vibrations mécaniques) exclus du compte en 2017. Ces critères sont « extrêmement difficiles à mesurer individuellement », a fait valoir le ministre du Travail, Olivier Dussopt.

A cela s’ajoute en plus la catégorie dite des « carrières longues » caractérisées par un une entrée très précoce dans la vie active pour un salarié. Le gouvernement tente là aussi de prendre en compte un individu qui aurait sollicité ses capacités jeunes, plutôt qu’un autre qui aurait commencé plus tardivement. Là dessus, la science devra aussi répondre au cas par cas. Face au travail, la ligne de vie d’un actif en bonne santé semble encore aléatoire.

Les débats sur l’âge de départ à la retraite en Europe soulèvent de nouveaux débats autour du « bien vieillir ». Dans une étude publiée en novembre 2022, la branche santé du cabinet de conseil McKinsey (The McKinsey Health Institute) a identifié six changements pour « permettre aux gouvernements, aux entreprises de tous les secteurs, aux organismes sans but lucratif, aux intervenants en santé et en bien-être et aux particuliers d’améliorer le vieillissement en santé ».

D’abord, il faut « investir dans la promotion d’un vieillissement sain ». Par exemple, les pays européens investissent, en moyenne, 2,8 % de leur budget de santé dans la prévention. Si le chemin vers un vieillissement sain commence à l’âge adulte, il y a beaucoup à faire pour les personnes âgées. Il convient de concentrer davantage d’efforts de prévention sur les pathologies liées à l’âge, telles que la démence et les déficiences sensorielles, précise McKinsey. Les cinq autres leviers du bien vieillir sont :« améliorer les mesures de la santé et obtenir de meilleures données, étendre les interventions dont il est prouvé qu’elles favorisent le vieillissement en bonne santé, accélérer l’innovation dans l’écosystème du vieillissement en bonne santé, libérer le potentiel de toutes les industries pour favoriser le vieillissement en santé, et enfin, donner aux personnes âgées les moyens et la motivation nécessaires pour vivre pleinement leur potentiel. »

Science « approximative »: la retraite à 70 ou 80 ans à l’horizon 2070 ?

Science « approximative »: la retraite à 70 ou 80ans à l’horizon 2070 ?

Un curieux papier de la Tribune qui évoque la possibilité de pousser la retraite jusqu’à 72 ans voir 80 ans.

Un papier surtout fondé sur une approche comptable et qui fait abstraction de la problématique sociétale, une réflexion bâtie sur des fondements davantage scientistes que scientifiques. En effet, l’absence de maladie par exemple ne garantit pas forcément un état de bien-être physique, moral et social. NDLR

Alors que les débats font rage en France autour du relèvement de l’âge de départ à la retraite à 64 ans et sur l’allongement de la durée de cotisation, il existerait, du point de vue de la science, un tout autre scénario. « Si les recherches sur la lutte contre le vieillissement tiennent leurs promesses, en 2070, l’âge de départ à la retraite pourrait être porté à 72 ans », voire 80 ans pronostique ainsi dans une récente note le cabinet d’études Astérès. Celui-ci s’appuie sur les dernières recherches scientifiques qui anticipent un allongement de l’espérance de vie, jusqu’à +41%, suite à des tests menés sur des animaux en laboratoires. Ainsi, – selon une projection très optimiste du cabinet -, les maladies liées à la vieillesse (tumeurs, maladies endocriniennes, du système nerveux, cardio-vasculaires, ou de l’appareil digestif) disparaîtront ou, du moins, seront repoussées d’une trentaine d’années.

Dans ce scénario qui semble inspiré d’un film de science-fiction, il faudrait ainsi travailler jusqu’à 72 ans « pour que le ratio cotisants / retraités soit égal à celui anticipé par le scénario de référence », soit amené à 1,3, le ratio qui aurait été obtenu dans le scénario central de l’Insee avec un départ à la retraite à 64 ans, selon les calculs d’Asterès.

Cette hypothèse de la vieillesse tardive est d’autant plus incongrue qu’actuellement en France, à partir de 70 ans, l’employeur peut, s’il le souhaite, décider de mettre à la retraite d’office un salarié. Autre paradoxe, si partout en Europe la tendance est à l’allongement de la vie de salarié, en 2070, la moyenne européenne demeure toutefois à 67 ans, selon un rapport de la Commission européenne. Dans les deux cas, on est donc encore loin d’envisager 72 ans et plus.

Une certitude toutefois, l’Europe vieillit à vitesse grand V. En 1950, pour une personne âgée de 65 ans, il y avait 11,7 travailleurs actifs. Or, en 2022, ce ratio est tombé à 7 en moyenne dans le monde. Pire, des pays « super âgés » tels que l’Italie, le Japon, la Corée du Sud, vont connaître un fossé « dramatique », prévient une autre étude de McKinsey. Résultat, « le nombre de centenaires en 2070 serait multiplié par 10, déséquilibrant le régime des retraites (…) Pour conserver le ratio actuel, soit 1,722, il faudrait porter l’âge de départ à la retraite à 78 ans. Ce ratio serait amené à baisser à mesure que la population vieillit », justifie Asterès.

Mais la théorie du vivre longtemps est-elle toujours aussi crédible ? En France, en dehors des effets de la crise Covid, l’espérance de vie est en effet en pleine stagnation, selon l’Insee début 2023. Les hommes gagnent en effet seulement 0,1 an d’espérance de vie et celle des femmes ne progresse pas et baisse de 0,4 an par rapport à 2019, année de référence avec la pandémie.

Face à ces tensions sur l’équilibre des comptes des caisses de retraite, une solution émerge pour faire accepter potentiellement de travailler plus longtemps. Selon Asterès, la science prouve en effet qu’il sera possible de « réinitialiser » à multiples reprises l’âge du corps.

« Maladies cardio-neurovasculaires, cancers, maladies neurologiques, diabète de type 2 ou arthrose (…) certains scientifiques pensent pouvoir s’attaquer simultanément à toutes ces maladies et améliorer significativement l’espérance de vie en bonne santé », justifie le cabinet.

« Asterès fait l’hypothèse que ces expériences (menées sur des animaux) sont transposables aux êtres humains et qu’un traitement anti-vieillesse sûr sera disponible », assume ce cabinet privé qui a notamment indiqué avoir compilé plusieurs publications scientifiques d’un professeur de génétique de Harvard.

Mais si on estime que le nombre de seniors (âgés de 65 ans et plus) va doubler pour atteindre 1,6 milliard d’individus d’ici 2050, selon les Nations Unies, il n’est pour autant pas certain que tous le soit en parfaite santé. D’autres publications montrent en effet que la vie peut être certes allongée bien au-delà de 80 ans, mais pas forcément en bonne santé; note une étude du cabinet McKinsey de novembre 2022.

Aussi, seuls 9% des hommes nés aujourd’hui et 16% des femmes peuvent espérer atteindre l’âge de la retraite en bonne santé, selon un étude britannique de The Institute for Public Policy Research (IPPR) de 2022. Outre-Manche, l’âge de départ à la retraite a été repoussé à 67 ans en 2028.

En creux, se pose enfin la question de la pénibilité d’un emploi. En France le débat s’enflamme depuis que le gouvernement a refusé de réintégrer dans sa réforme les trois facteurs de pénibilité dits « ergonomiques » (ports de charges lourdes, postures pénibles, vibrations mécaniques) exclus du compte en 2017. Ces critères sont « extrêmement difficiles à mesurer individuellement », a fait valoir le ministre du Travail, Olivier Dussopt.

A cela s’ajoute en plus la catégorie dite des « carrières longues » caractérisées par un une entrée très précoce dans la vie active pour un salarié. Le gouvernement tente là aussi de prendre en compte un individu qui aurait sollicité ses capacités jeunes, plutôt qu’un autre qui aurait commencé plus tardivement. Là dessus, la science devra aussi répondre au cas par cas. Face au travail, la ligne de vie d’un actif en bonne santé semble encore aléatoire.

Les débats sur l’âge de départ à la retraite en Europe soulèvent de nouveaux débats autour du « bien vieillir ». Dans une étude publiée en novembre 2022, la branche santé du cabinet de conseil McKinsey (The McKinsey Health Institute) a identifié six changements pour « permettre aux gouvernements, aux entreprises de tous les secteurs, aux organismes sans but lucratif, aux intervenants en santé et en bien-être et aux particuliers d’améliorer le vieillissement en santé ».

D’abord, il faut « investir dans la promotion d’un vieillissement sain ». Par exemple, les pays européens investissent, en moyenne, 2,8 % de leur budget de santé dans la prévention. Si le chemin vers un vieillissement sain commence à l’âge adulte, il y a beaucoup à faire pour les personnes âgées. Il convient de concentrer davantage d’efforts de prévention sur les pathologies liées à l’âge, telles que la démence et les déficiences sensorielles, précise McKinsey. Les cinq autres leviers du bien vieillir sont :« améliorer les mesures de la santé et obtenir de meilleures données, étendre les interventions dont il est prouvé qu’elles favorisent le vieillissement en bonne santé, accélérer l’innovation dans l’écosystème du vieillissement en bonne santé, libérer le potentiel de toutes les industries pour favoriser le vieillissement en santé, et enfin, donner aux personnes âgées les moyens et la motivation nécessaires pour vivre pleinement leur potentiel. »

Réforme des retraites-l’escroquerie des 1200 € de retraite minimum pour tous

Réforme des retraites-l’escroquerie des 1200 € de retraite minimum pour tous

La promesse du gouvernement d’accorder 1200 € de retraite est un mensonge manifeste car la mesure ne va bénéficier qu’à une minorité. Et en plus s’agit de 1200 € bruts et non nets.

L’objectif de 1 200 euros « ne concerne que les personnes qui ont une carrière complète cotisée à temps plein au smic », résume sur franceinfo l’économiste Nathalie Chusseau. Dans ce scénario, le montant du Mico sera revalorisé de 100 euros et atteindra 847,57 euros bruts. Ce qui reste encore éloigné de la cible de 1 200 euros. Pour y parvenir, l’exécutif inclut la pension complémentaire. Or, les actifs qui ont travaillé une partie de leur carrière à temps partiel cumulent moins de points de retraite complémentaire. Leur pension complémentaire étant plus faible, il leur sera plus difficile d’atteindre 1 200 euros.

Même dans le cas d’un actif à temps plein, qui bénéficierait du minimum contributif 847,57 euros, l’économiste Nathalie Chusseau doute que le montant de la pension complémentaire permette de percevoir 1 200 euros.

« Dans ce scénario, on fait donc comme si la pension complémentaire pour une personne à temps plein au Smic était de 350 euros – ce qui est loin d’être vérifié. »

« Des personnes avec une carrière complète ne seront donc pas garanties d’avoir 1 200 euros », abonde Michaël Zemmour sur France Inter. Enfin, ajoutons que tous ces montants sont exprimés en brut. Plusieurs types de prélèvements sociaux, dont la contribution sociale généralisée (CSG), s’appliquent aux pensions de retraite.

Au total, 1,8 million de retraités actuels « bénéficieront ainsi d’une augmentation de leur pension », selon l’étude d’impact du projet de loi, et « entre 180 000 et 200 000″ futurs retraités seront chaque année concernés. Mais dans des proportions diverses. Ni l’étude d’impact, ni les membres du gouvernement ne précisent le nombre de personnes qui en bénéficiera pleinement. Dans le détail, l’étude d’impact estime que le gain moyen pour les retraités actuels sera en réalité de 678 euros bruts par an, soit 56,5 euros par mois. « Cette hausse sera supérieure pour les femmes », qui gagneront en moyenne 63,5 euros de plus par mois, contre 44,91 euros pour les hommes, ajoute le document.

Retraites- L’escroquerie des 1200 € de retraite minimum pour tous

Retraites- L’escroquerie des 1200 € de retraite minimum pour tous

La promesse du gouvernement d’accorder 1200 € de retraite est un mensonge manifeste car la mesure ne va bénéficier qu’à une minorité. Et en plus s’agit de 1200 € bruts et non nets

L’objectif de 1 200 euros « ne concerne que les personnes qui ont une carrière complète cotisée à temps plein au smic », résume sur franceinfo l’économiste Nathalie Chusseau. Dans ce scénario, le montant du Mico sera revalorisé de 100 euros et atteindra 847,57 euros bruts. Ce qui reste encore éloigné de la cible de 1 200 euros. Pour y parvenir, l’exécutif inclut la pension complémentaire. Or, les actifs qui ont travaillé une partie de leur carrière à temps partiel cumulent moins de points de retraite complémentaire. Leur pension complémentaire étant plus faible, il leur sera plus difficile d’atteindre 1 200 euros.

Même dans le cas d’un actif à temps plein, qui bénéficierait du minimum contributif 847,57 euros, l’économiste Nathalie Chusseau doute que le montant de la pension complémentaire permette de percevoir 1 200 euros.

« Dans ce scénario, on fait donc comme si la pension complémentaire pour une personne à temps plein au Smic était de 350 euros – ce qui est loin d’être vérifié. »

« Des personnes avec une carrière complète ne seront donc pas garanties d’avoir 1 200 euros », abonde Michaël Zemmour sur France Inter. Enfin, ajoutons que tous ces montants sont exprimés en brut. Plusieurs types de prélèvements sociaux, dont la contribution sociale généralisée (CSG), s’appliquent aux pensions de retraite.

Au total, 1,8 million de retraités actuels « bénéficieront ainsi d’une augmentation de leur pension », selon l’étude d’impact du projet de loi, et « entre 180 000 et 200 000″ futurs retraités seront chaque année concernés. Mais dans des proportions diverses. Ni l’étude d’impact, ni les membres du gouvernement ne précisent le nombre de personnes qui en bénéficiera pleinement. Dans le détail, l’étude d’impact estime que le gain moyen pour les retraités actuels sera en réalité de 678 euros bruts par an, soit 56,5 euros par mois. « Cette hausse sera supérieure pour les femmes », qui gagneront en moyenne 63,5 euros de plus par mois, contre 44,91 euros pour les hommes, ajoute le document.

Retraite L’escroquerie des 1200 € de retraite minimum pour tous

Retraite L’escroquerie des 1200 € de retraite minimum pour tous


La promesse du gouvernement d’accorder 1200 € de retraite est un mensonge manifeste car la mesure ne va bénéficier qu’à une minorité. Et en plus s’agit de 1200 € bruts et non nets

L’objectif de 1 200 euros « ne concerne que les personnes qui ont une carrière complète cotisée à temps plein au smic », résume sur franceinfo l’économiste Nathalie Chusseau. Dans ce scénario, le montant du Mico sera revalorisé de 100 euros et atteindra 847,57 euros bruts. Ce qui reste encore éloigné de la cible de 1 200 euros. Pour y parvenir, l’exécutif inclut la pension complémentaire. Or, les actifs qui ont travaillé une partie de leur carrière à temps partiel cumulent moins de points de retraite complémentaire. Leur pension complémentaire étant plus faible, il leur sera plus difficile d’atteindre 1 200 euros.

Même dans le cas d’un actif à temps plein, qui bénéficierait du minimum contributif 847,57 euros, l’économiste Nathalie Chusseau doute que le montant de la pension complémentaire permette de percevoir 1 200 euros.

« Dans ce scénario, on fait donc comme si la pension complémentaire pour une personne à temps plein au Smic était de 350 euros – ce qui est loin d’être vérifié. »

« Des personnes avec une carrière complète ne seront donc pas garanties d’avoir 1 200 euros », abonde Michaël Zemmour sur France Inter. Enfin, ajoutons que tous ces montants sont exprimés en brut. Plusieurs types de prélèvements sociaux, dont la contribution sociale généralisée (CSG), s’appliquent aux pensions de retraite.

Au total, 1,8 million de retraités actuels « bénéficieront ainsi d’une augmentation de leur pension », selon l’étude d’impact du projet de loi, et « entre 180 000 et 200 000″ futurs retraités seront chaque année concernés. Mais dans des proportions diverses. Ni l’étude d’impact, ni les membres du gouvernement ne précisent le nombre de personnes qui en bénéficiera pleinement. Dans le détail, l’étude d’impact estime que le gain moyen pour les retraités actuels sera en réalité de 678 euros bruts par an, soit 56,5 euros par mois. « Cette hausse sera supérieure pour les femmes », qui gagneront en moyenne 63,5 euros de plus par mois, contre 44,91 euros pour les hommes, ajoute le document.

Le mensonge des 1200 € de retraite minimum pour tous

Le mensonge des 1200 € de retraite minimum pour tous

La promesse du gouvernement d’accorder 1200 € de retraite est un mensonge manifeste car la mesure ne va bénéficier qu’à une minorité. Et en plus s’agit de 1200 € bruts et non nets

L’objectif de 1 200 euros « ne concerne que les personnes qui ont une carrière complète cotisée à temps plein au smic », résume sur franceinfo l’économiste Nathalie Chusseau. Dans ce scénario, le montant du Mico sera revalorisé de 100 euros et atteindra 847,57 euros bruts. Ce qui reste encore éloigné de la cible de 1 200 euros. Pour y parvenir, l’exécutif inclut la pension complémentaire. Or, les actifs qui ont travaillé une partie de leur carrière à temps partiel cumulent moins de points de retraite complémentaire. Leur pension complémentaire étant plus faible, il leur sera plus difficile d’atteindre 1 200 euros.

Même dans le cas d’un actif à temps plein, qui bénéficierait du minimum contributif 847,57 euros, l’économiste Nathalie Chusseau doute que le montant de la pension complémentaire permette de percevoir 1 200 euros.

« Dans ce scénario, on fait donc comme si la pension complémentaire pour une personne à temps plein au Smic était de 350 euros – ce qui est loin d’être vérifié. »

« Des personnes avec une carrière complète ne seront donc pas garanties d’avoir 1 200 euros », abonde Michaël Zemmour sur France Inter. Enfin, ajoutons que tous ces montants sont exprimés en brut. Plusieurs types de prélèvements sociaux, dont la contribution sociale généralisée (CSG), s’appliquent aux pensions de retraite.

Au total, 1,8 million de retraités actuels « bénéficieront ainsi d’une augmentation de leur pension », selon l’étude d’impact du projet de loi, et « entre 180 000 et 200 000″ futurs retraités seront chaque année concernés. Mais dans des proportions diverses. Ni l’étude d’impact, ni les membres du gouvernement ne précisent le nombre de personnes qui en bénéficiera pleinement. Dans le détail, l’étude d’impact estime que le gain moyen pour les retraités actuels sera en réalité de 678 euros bruts par an, soit 56,5 euros par mois. « Cette hausse sera supérieure pour les femmes », qui gagneront en moyenne 63,5 euros de plus par mois, contre 44,91 euros pour les hommes, ajoute le document.

12345...14