Archive pour le Tag 'retourne'

Accord UE-Mercosur : Macron retourne sa veste

Accord UE-Mercosur : Macron retourne sa veste

Jusque là, Macron s’était montré particulièrement prudent vis-à-vis du projet d’accord commercial Mercosur entre l’Union européenne et les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay. Il avait même indiqué qu’il s’opposerait à cet accord s’il ne prenait pas en compte la problématique agricole française. Évidemment une simple précaution oratoire car Macron a toujours été favorable à tous les accords commerciaux très libéraux. En clair, on va sans doute sacrifier une partie de la production agricole française pour mieux exporter certains biens manufacturiers. La concurrence sur les produits agricoles risque d’être faussée compte tenu des conditions de production dans les pays d’Amérique du Sud sans parler évidemment de la qualité de produits poussés aux OGM et-ou  aux engrais et aux pesticides. De toute façon cet accord va entrer en vigueur avant même la ratification par chacun des pays membres de l’union économique. Une ratification qui demandera des mois et des années tandis que le traité lui sera immédiatement applicable. Pour se rendre compte du marché de dupes du Mercosur, il suffit de lire avec attention les déclarations particulièrement floues de Macron :“Je considère que cet accord à ce stade est bon compte tenu du fait que les demandes que nous avions formulées ont été intégralement prises en compte par les négociateurs”, a estimé le chef de l’Etat français lors d’une conférence de presse à Osaka, au Japon, à l’issue du sommet du G20.“Cet accord reconnaît nos indications géographiques”, il fait référence au “respect explicite de l’accord de Paris” sur le climat, il respecte nos “normes environnementales et sanitaires” et “les premiers éléments dont nous disposons indiquent” que les préoccupations en matière de protection des filières sensibles “ont été prises en compte”, a-t-il précisé.“Il faut maintenant vérifier tout cela dans les phases à venir, ça va dans la bonne direction, mais nous serons très vigilants sur toutes les rédactions finales, sur le processus de ratification et surtout sur le processus de suivi”, a-t-il poursuivi.“Quelques semaines après l’élection européenne, inacceptable signature d’un accord Mercosur-UE qui va exposer les agriculteurs européens à une concurrence déloyale et les consommateurs à une tromperie totale”, a dénoncé la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, sur Twitter.Pour la Confédération paysanne, il est “inadmissible de voir l’UE valider” cet “accord mortifère”. “Sacrifice de l’agriculture et de l’élevage sur l’autel d’un commerce cannibale et d’une course folle à la croissance au détriment du climat, de la planète et des hommes”, a-t-elle écrit sur Twitter.“A quoi bon demander en France et en Europe une montée en gamme en termes de qualité et de respect de l’environnement si c’est pour importer des produits contraires à cet effort?”, s’est interrogé pour sa part le syndicat Jeunes agriculteurs.

 

Négociations avec les USA : Macron retourne sa veste

Négociations avec les USA : Macron retourne sa veste

Après avoir été partisan d’un accord commercial avec les États-Unis, Macron fait volte-face sans doute en raison de la proximité des élections européennes. Macron a d’abord milité pour cet accord, ensuite il a adouci sa position en demandant que l’agriculture en soit exclue, enfin en perdition dans les sondages, Macron se voit maintenant contraint de voter contre l’ouverture des négociations La France votera contre l’ouverture de négociations commerciales entre l’Union européenne et les Etats-Unis. Cela en prétextant un contexte de menaces commerciales répétées de Donald Trump et de la sortie annoncée des Etats-Unis de l’Accord de Paris sur le climat “La France ne veut pas de guerre commerciale ou de tension avec les Etats-Unis” mais ne peut rompre son engagement de lutter contre le changement climatique et juge que céder aux pressions américaines n’est pas une bonne idée, a insisté la source, jugeant probable que la France soit le seul pays européen à s’opposer à l’ouverture des négociations. Les Européens ont convenu provisoirement jeudi d’ouvrir officiellement ces négociations, une décision censée détendre les relations entre les deux premiers blocs économiques de la planète. La décision doit être maintenant soumise à l’approbation de chaque pays à l’échelon ministériel. Les ministres de l’Agriculture de l’UE se rencontreront lundi à Bruxelles. L’opposition de la France sera notifiée jeudi soir aux autorités européennes. Elle n’empêchera pas l’ouverture des négociations, si les Etats-Unis le souhaitent également, la décision se prenant côté européen à la majorité qualifiée. La Commission européenne, qui coordonne la politique commerciale de l’Union, a sollicité deux mandats de négociation, le premier en vue de réduire les droits sur les biens industriels et le second destiné à aider les entreprises à prouver que leurs produits sont conformes aux normes de l’UE ou à celles des Etats-Unis. La France s’opposera aux deux mandats, a-t-on précisé. Le président américain avait accepté en juillet de surseoir à l’imposition de droits de douane punitifs sur les voitures importées de l’Union européenne. Toutefois, des droits de douane continuent de s’appliquer sur l’acier et l’aluminium importés de l’Union et Donald Trump a menacé mardi d’imposer des droits de douane sur 11 milliards de dollars de produits européens, arguant de l’impact négatif des subventions européennes accordées à Airbus.“Nous ne sommes jamais rentrés dans l’idée qu’il fallait faire montre de faiblesse pour s’attirer les faveurs de monsieur Trump”, a poursuivi la source. “L’idée que, par des concessions, en cédant à la pression, on améliorera notre situation vis-à-vis des Etats-Unis n’est pas une bonne idée.”“Nous disons que, dans le contexte de menaces commerciales, encore ces derniers jours avec Boeing-Airbus, on ne va pas récompenser les Etats-Unis”, a-t-elle encore déclaré. La vérité n’est sans doute pas d’ordre commercial mais politique. Macron cherche à regagner une popularité perdue qui à prendre à revers ses propres orientations et à s’isoler au sein de l’Europe.

 

Retournement économique : Qui a retourné Hollande ?

Retournement économique : Qui a retourné Hollande ?

 

Nouvelle vision de Hollande avec le « retournement « qui arrive ; il y a déjà eu l’inversion, sorte de retournement mais en matière de chômage, une inversion qui s’est traduite par une aversion à l’égard du visionnaire Président. Cette fois c’est le retournement, autrement dit l’inversion de la courbe de la croissance. Le président champion du slalom sémantique opère donc un contournement des difficultés et des réalités en sollicitant la rhétorique déjà connue « du bout du tunnel ». Demain ça ira mieux, en plus avec le rasage gratis puisqu’il promet moins dimpôts. A force de contournement, Hollande tourne en rond, il affirme pourtant qu’il ne change pas de cap ! Comme disait l’éloquent Edgard Faure » ce n’est pas le vent qui tourne, c’est la girouette ». A moins qu’il ne s’agisse que d’une illusion linguistique. En effet hier c’était ‘ « le changement c’est maintenant », en fait il n’y a pas une grande différence entre changement, ou retournement ; à ne pas confondre évidemment avec contournement ou pire détournement qui pourrait signifier déviation, concussion, vol ou corruption. Pas de crainte à avoir puisque Hollande l’a dit « Moi Président, je serai exemplaire ». Un exemplaire unique on l’espère. ! Qui a donc retourné ainsi Hollande ? Une voyante d’après Mélenchon, toujours d’humeur grinçante ; Un cireur de pompes type Morelle ? Les sondages peut-être qui le mettent à 18% sur l’échelle de Richter du séisme politique ? On ne sait pas très bien ce qu’a retourné Hollande en matière d’économie mais ce qui est  certain , c’est qu’il a retourné sa veste (mais pas les manches, dommage !).

Syrie : Hollande retourné par Merkel

Syrie : Hollande retourné par Merkel

 

Le va-t-en-guerre Hollande se retrouve bien seul, surtout depuis les hésitations d’Obama et le refus de a Grande Bretagne de s’impliquer dans la guerre ; En fait hollande a déjà changé de discours jeudi ; la réalité : il a été retourné par Merkel qui lui a fait comprendre les conséquences néfastes d’une riposte violente et  précipitée ; la presse a peu rendu compte de l’initiative de Merkel qui a pris directement contact avec Poutine ; vraisemblablement pour le rassurer sur les modalités et le calendrier. Merkel en campagne électorale et soutenue par son opinion publique mais qui n’a nul besoin ‘un mandat pour parler au nom de l’Europe ; Hollande a donc commencé à s’aligner (comme d’habitude) ; et « Le vote du Parlement britannique exprime un mouvement de sagesse dont les dirigeants français devraient s’inspirer », affirme d’ailleurs Bayrou-vendredi dans un communiqué. La motion gouvernementale britannique a été rejetée par 285 députés contre 272.  Ce vote, selon François Bayrou, donne « la vraie dimension des risques encourus par les promoteurs d’une intervention armée de l’Occident ».  Selon le président du Mouvement démocrate, « l’annonce d’une opération armée sans mandat des Nations-Unies apparaissait très dangereuse», avant même « la conclusion des experts de l’ONU sur l’affaire des armes chimiques, avant que ne soit apportée une preuve des responsabilités ».   »Il existe une large gamme de pressions, de rétorsions, de sanctions et un tribunal international pour répondre, si elles sont prouvées » aux « exactions » de Bachar Al Assad, dont nul ne songe à l’ »exonérer » de « ses responsabilités », a-t-il ajouté.

 

« Pigeons » : Hollande retourne sa veste

« Pigeons » : Hollande retourne sa veste

.  L’opération reconquête des milieux de l’entreprise se poursuit pour le chef de l’Etat. A trois jours des défilés syndicaux du 1er mai, c’est aux patrons que François Hollande va, en effet, s’adresser, ce lundi 29 avril après-midi, lors d’un discours de conclusion des Assises de l’entreprenariat. Une façon de leur demander d’investir et d’embaucher alors que le chômage vient encore d’augmenter pour la 5eme année consécutive.  Devant un partère de 300 chefs d’entreprises, il devrait annoncer des mesures en faveur de l’investissement et un régime fiscal favorable, comme l’avaient réclamé les « pigeons ». Sans remettre en cause l’intégration des gains réalisés lors des plus-values dans l’impôt sur le revenu, le président devrait dévoiler un système d’abattement fiscal plus favorable que celui prévu dans la loi de Finances pour 2013.   Selon Les Echos du 29 avril, deux régimes fiscaux seraient instaurés. Le premier, de droit commun, prévoirait des abattements jusqu’à 65%, l’abattement étant de 50% au bout de deux ans de détention.  Le second serait ouvert aux investisseurs dans des entreprises de moins de 10 ans, ainsi qu’à tous les bénéficiaires des exonérations actuelles (départ à la retraite, reclassements familiaux…). L’abattement maximum atteindrait 85 %. Ces régimes remplaceraient les mécanismes fiscaux existants qui varient selon le statut de l’investisseur, entrepreneurs ou non, ou le nombre de parts détenues dans le capital.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol