Archive pour le Tag 'retour'

Page 6 sur 9

120 morts à Bagdad : le retour de la plus totale barbarie

120 morts à Bagdad : le retour de la plus totale barbarie

 

L’humanité est sans doute en train de sécréter une nouvelle espèce humaine très proche de l’animal « homo barbarus». L’homo sapiens avait triomphé de l’homme de Neandertal en particulier grâce à son intelligence, la nouvelle espèce elle pourrait triompher grâce à son immonde et cruelle bêtise. Une espèce maintenant répandue dans tout les pays du monde ou presque et qui entend soumettre toutes les populations à ses règles religieuses et sociétales. Le moyen utilisé n’est évidemment pas la démocratie mais la tuerie systématique, bête et aveugle. Dernier exemple en date, près de 120 personnes ont été tuées et quelque 200 autres blessées dans deux attentats qui ont visé des quartiers populaires de Bagdad dans la nuit de samedi à dimanche, alors que les habitants étaient rassemblés pour célébrer le ramadan, selon un bilan fourni par la police et les services médicaux. L’attentat le plus meurtrier, revendiqué par le groupe extrémiste sunnite Etat islamique dans un communiqué diffusé par ses partisans sur les réseaux sociaux, a eu lieu vers minuit dans le secteur commerçant de Karrada. Un camion réfrigéré chargé d’explosifs a été actionné, faisant 115 morts et 200 blessés. L’EI a dit qu’il s’agissait d’un attentat suicide. Karrada est un quartier à majorité chiite où vit également une petite communauté chrétienne et qui abrite aussi plusieurs mosquées sunnites. Il est de plus en plus clair que l’État islamique qui accumule les défaites militaires sur le terrain à décidé de faire du terrorisme au plan mondial sa principale stratégie. Les activistes « cherchent à effacer leur humiliante défaite de Falloudja », a déclaré Djassim al Bahadli, ancien officier de l’armée reconverti en expert des questions de sécurité à Bagdad. « C’était une erreur pour le gouvernement de penser que la source des attentats était confinée à une seule région », a-t-il ajouté. « Il y a des cellules dormantes qui opèrent indépendamment les unes des autres. » Malheureusement le monde compte suffisamment d’abrutis, de sectaires, de ratés pour alimenter cette stratégie de terreur qui donne une légitimité religieuse à la violence d’êtres barbares.

Retour du Royaume-Uni dans l’Union européenne ?

Retour du   Royaume-Uni dans l’Union européenne ?

Après l’émotion du brexit  2 scénarios sont envisages. Le scénario préféré de François Hollande c’est de mettre à l’écart rapidement et définitivement le Royaume-Uni. Un scénario qu’on explique par la nécessité de mettre fin aux incertitudes qui mettent  en cause la confiance aussi bien des investisseurs que des ménages. Reste que ce scénario est peu envisageable. Le Royaume-Uni ne pourra être exclu rapidement et définitivement de l’union européenne. D’abord parce que c’est le Royaume-Uni qui détient les clés pour la procédure du divorce. Or les élites britanniques y compris celles qui ont milité en faveur du brexit ont été très surprises du résultat et n’avait pas préparé de plan B. Du coup Cameron va gagner quelques mois en restant au pouvoir. Pendant cette période qui durera jusqu’à l’automne il n’a nulle intention d’engager la négociation avec l’union européenne. Il en confie le soin à son successeur qui sera désigné vers octobre. Ce successeur ne sera sans doute guère pressé de quitter rapidement l’union européenne. La négociation risque de durer des mois voire des années alimentant en même temps la période d’incertitude voir la déstabilisation de l’économie européenne. Personne n’a grand-chose à gagner dans une rupture totale avec la Grande-Bretagne, ni l’économie britannique ni l’économie européenne. Plus globalement la puissance de l’Europe se trouvera affectée  dans beaucoup de domaines. Certes on objectera à juste titre que les Britanniques n’ont jamais vraiment joué le jeu avec l’Europe avec une posture ambiguë : un pied dedans, un pied dehors. En plus en privilégiant de manière outrageuse les intérêts du Royaume-Uni. De toute manière la clarification avec la Grande-Bretagne quant à son implication dans le projet européen était nécessaire, elle se fera sans doute mais peut-être pas dans le cadre d’un scénario de rupture totale. En effet les Allemands sont peu favorables à cette rupture et souhaiterait sans doute une solution qui permette de maintenir des liens économiques forts avec la Grande-Bretagne. De ce point de vue l’avenir est loin d’être encore écrit et il se pourrait bien que le Royaume uni soit convié à des élections générales afin de préparer un nouvel accord avec l’union économique européenne. Un scénario en tout cas espéré par l’Allemagne aussi bien chez des libéraux que chez les sociaux démocrates du SPD. « Peu de choses durent pour l’éternité », a déclaré samedi à Berlin Sigmar Gabriel, le vice-chancelier allemand, lors d’une conférence du Parti social-démocrate dont il est président. « Je suis sûr que ceci est un épisode et non pas une époque ». Sigmar Gabriel semble convaincu : un jour ou l’autre, le Royaume-Uni reviendra dans l’Union européenne (UE). « Peu de choses durent pour l’éternité », a déclaré samedi à Berlin le vice-chancelier allemand lors d’une conférence du Parti social-démocrate (SPD), dont il est président. La chancellerie aimerait ne pas en arriver là, semble-t-il, et continue de vouloir laisser le temps de la réflexion à Londres avant de notifier l’article 50 qui enclenche les négociations de sortie de l’UE. « Les Britanniques doivent décider si et quand ils notifient leur demande de sortie », juge ce samedi dans le magazine « Der Spiegel » Peter Altmaier, le bras droit d’Angela Merkel. Sigmar Gabriel, qui devrait affronter la chancelière conservatrice aux élections de septembre 2017, ne veut pas laisser trop de temps à Londres mais s’attaquer à une « refondation de l’UE ». Parmi ses propositions : une réforme du Pacte de stabilité et de croissance « pour en faire un pacte de croissance » et une adaptation du marché unique pour qu’il « protège » les travailleurs.

Retour de l’uniforme à l’école (Copé)

Retour de  l’uniforme à l’école (Copé)

C’est notamment la proposition de Copé qui tente de se faire une petite place dans le cadre des primaires de la droite ;  une proposition qui s’inscrit dans son souhait de voir l’autorité rétablie dans le pays. Cette question du retour de l’uniforme à l’école n’est pas forcément idiote. Il s’agit bien d’un retour puisque pendant longtemps les élèves de primaire ont porté la blouse grise. À noter que cet uniforme est la règle dans nombre de pays notamment anglo-saxons et en Afrique y compris francophone. Certes cette mesure sera insuffisante elle seule pour rétablir le lien avec les valeurs républicaines, il faudra bien autre chose a commencer sans doute par l’attitude de nombre de parents qui ont perdu l’habitude de dire bonjour, merci et pour qui le concept de citoyen n’a plus vraiment de sens. Il faut bien reconnaître que Copé n’est sans doute pas le mieux placé pour parler des valeurs compte tenu en  particulier des liens sulfureux qu’il a entretenus pendant longtemps avec certains proches impliqués dans les magouilles de Pygmalion. La primaire de la droite n’aura lieu que fin novembre mais les candidats sont déjà lancés dans la campagne. Nicolas Sarkozy, qui ne s’est toujours pas déclaré officiellement, a tenu un discours lors d’un meeting à Saint-André-lez-Lille dans le Nord. Le président des Républicains y a déclaré que « l’immigration massive et le communautarisme ont créé une prise de conscience du fait qu’il y avait quelque chose qui ne tournait plus rond en France ».  Ce discours a pris des airs de meeting de campagne au grand désespoir de ces rivaux déclarés. Parmi eux, Jean-François Copé a aussi commencé à détailler son programme. Dans un post sur son blog mercredi 8 juin intitulé, « Remobiliser la nation : transmettons la fierté d’être Français », l’ancien chef de l’UMP propose « des mesures simples qui visent à redonner l’amour de la France, l’amour de la collectivité, le sentiment de partager une communauté de destin« . Le candidat à la primaire de la droite propose de rendre obligatoire le lever de drapeau à l’école qui se fera « une fois par semaine », de rendre obligatoire le chant de la Marseillaise et le port de l’uniforme dans les écoles publiques. Jean-François Copé explique « qu’il ne s’agit évidemment pas de transformer les écoles en casernes (…) mais d’assumer sans complexe qu’on a trop reculé sur le patriotisme et l’amour de la France (…) C’est à l’Éducation nationale de prendre ses responsabilités en élevant aussi au patriotisme ».  Invité de RTL vendredi 10 juin, Jean-François Copé a confirmé ses intentions. «  »La question de la nation, la question de la République est capitale. Ce que les gens demandent, c’est le retour du commandement. Il faut complètement modifier la manière de gouverner. Par ordonnance, on prend les 15 décisions qui vont débloquer le pays. Parmi celles-ci, il y a des mesures sur l’identité, la nation, la remobilisation de la République. »

 

(Avec RTL)

Sarkozy : retour à l’identité nationale

Sarkozy : retour à l’identité nationale 

 

Mis à mal dans les sondages Sarko renoue avec ses slogans identitaires. Sans doute une manière de déborder par la droite ses concurrents à la primaire avec le risque évidemment d’un bénéfice indirect pour le front national qui pourra encore considérer que l’original sur ce terrain vaut mieux qu’une pâle copie. La preuve en tout cas de la fébrilité de Sarko dont la candidature n’est pas certaine tellement les sondages sont bas le concernant (75 % des Français environ ne souhaitent pas qu’il se représente).  Nicolas Sarkozy a appelé mercredi soir le « peuple de France » au « réveil de la Nation » dans un discours où il a renoué avec son thème de campagne favori, la défense de l’identité nationale et de l’autorité de la Nation mis à mal par le « renoncement des élites». Dès ses premiers mots, l’ancien chef de l’Etat a donné le ton de ce qui sera sa candidature, toujours non déclarée, pour l’investiture présidentielle à droite, déclarant: « Je suis Français, vous êtes Français, nous sommes Français, c’est une chance, c’est un privilège ! ». « La France c’est un corps, c’est un esprit, c’est une âme », a-t-il clamé, en vantant « l’amour charnel de la patrie ». Nicolas Sarkozy avait déjà développé ce thème lors de sa campagne victorieuse de 2007 et récidivé en 2012 sous l’influence de son conseiller Patrick Buisson en liant systématiquement cette problématique à l’immigration. Il entend en faire cette fois un axe majeur de sa compétition avec Alain Juppé, toujours en tête des sondages pour la course à la primaire de droite, quitte à s’exposer une nouvelle fois aux accusations de marcher sur les plates-bandes du Front national. Un petit millier de personnes avaient fait le déplacement pour l’écouter mercredi près de Lille, avec au premier rang le sénateur-maire de Troyes François Baroin. Cette figure du chiraquisme a annoncé dimanche son ralliement au président des Républicains même s’il n’a jamais caché ses réserves à l’égard des discours identitaires. Le président LR de la région Hauts de France, Xavier Bertrand, ne s’est en revanche pas montré mercredi. Dans un discours dont il soigneusement suivi le texte, Nicolas Sarkozy a enfoncé le clou : « La France n’est-elle pas en train de se dissoudre, de s’effacer, de disparaître à coup de renoncement, de lâcheté, de reculs, de démissions ? (…) La France restera-t-elle la France ? ». « Pourquoi, dans une société multiculturelle, tout le monde aurait-il le droit de cultiver sa différence, tout le monde sauf la majorité, tout le monde sauf le peuple français qui commettrait un crime contre l’altérité en voulant demeurer lui même », s’est-il interrogé. L’ancien président de la République a stigmatisé dans la foulée la « tyrannie des minorités qui fait chaque jour davantage reculer la République », visant pêle-mêle les lycéens, les « zadistes », ceux qui bloquent les raffineries ou encore les casseurs devant lesquels, selon lui, l’Etat a renoncé, autant que les islamistes radicaux,

(Avec Reuters)

Sondage Sarkozy : 80% contre son retour

Sondage Sarkozy : 80% contre son retour

 

.78% des Français ne souhaitent donc toujours pas la candidature de Nicolas Sarkozy à la présidentielle selon un sondage Odoxa pour iTélé. Et pire pour le président des Républicains: la vague de désamour des Français à son égard est stable depuis décembre 2015. Seulement 21% souhaitent sa candidature à l’élection présidentielle de 2017. Le rebond espéré et attendu n’a pas eu lieu. Chez les sympathisants de la droite, seuls 39% souhaitent sa candidature. Et chez Les Républicains, c’est à peine mieux avec 50% voulant sa présence à la prochaine élection présidentielle contre quasiment autant (49%) ne la souhaitant pas. Nicolas Sarkozy réussit à polariser encore l’électorat de gauche avec 92% de rejet. Les Français veulent du neuf, une personne qui n’a pas encore été aux affaires. Ou alors une personne qui l’a été, comme Alain Juppé, Premier ministre contesté il y a une vingtaine d’années, mais dont ils ont oublié le bilan. Si bien que pour 59% des personnes interrogées Nicolas Sarkozy ne ferait pas mieux que François Hollande, englué dans les manifestations et blocages demandant le retrait de la loi travail. Seul un Français sur 4 estime qu’il aurait fait mieux et 15% pense qu’il aurait fait pire. Même si on se concentre sur l’électorat de droite, 49% estime qu’il aurait fait mieux que François Hollande, malgré l’impopularité record du président de la République. Les Français n’ont cessé à rejeter Nicolas Sarkozy depuis son retour en politique. Alors qu’ils étaient 37% à souhaiter sa candidature en 2013, ils n’étaient plus que 33% en décembre 2014, puis 26% en mai 2015 et donc 21% fin mai 2016.

La gauche de la gauche veut le retour de la droite (Valls)

La gauche de la gauche veut le retour de la droite (Valls)

 

 

Valls n’a sans doute pas tort  de considérer que la gauche de la gauche (frondeur du PS compris) préfère le retour de la droite au maintien de la ligne politique actuelle et à Hollande. D’une certaine manière, le fossé est trop important entre la ligne sociale libérale incarnée par le gouvernement et Hollande et ceux qui se réclament d’une ligne socialiste traditionnelle souvent d’ailleurs archaïque. De ce point de vue une cure d’opposition ne serait sans doute pas inutile au parti socialiste pour théoriser la ligne idéologique dans laquelle s’inscrit la pratique du gouvernement. A  moins d’une scission du PS qui est une hypothèse envisageable tellement les positions sont maintenant éloignées ; cette cure d’opposition éventuellement salutaire s’imposera de toute manière car l’usure du pouvoir s’ajoute aux contradictions idéologiques. Manuel Valls est l’invité de l’émission Bibliothèque Médicis diffusée vendredi soir sur Public Sénat. Le Premier ministre dit ne pas exclure d’utiliser l’article 49.3 pour faire adopter la loi Travail. Il revient aussi sur les divisions au sein de la gauche et sur son rôle à Matignon. C’est une émission culturelle, mais dans l’entretien qu’il accorde à l’émission Bibliothèque Médicis* sur Public Sénat, Manuel Valls parle aussi beaucoup politique. Le Premier ministre revient notamment sur la loi Travail examinée en ce moment à l’Assemblée nationale.  »C’est un texte important. L’immense majorité des députés socialistes soutient ce texte, mais ceux qui ont une autre conception du dialogue social veulent voter contre », estime-t-il, affirmant que « ce texte doit passer ». Avec le 49.3? « Il ne faut jamais renoncer à un moyen constitutionnel », affirme Manuel Valls, pour qui deux points du projet de loi sont essentiels : « les nouveaux droits pour les salariés » avec le compte personnel d’activité (CPA) et la négociation dans l’entreprise. « C’est le cœur du texte. » Interrogé par Jean-Pierre Elkabbach, dans l’annexe de la bibliothèque du Sénat, le Premier ministre évoque la nécessité du compromis. « Nous avons besoin de compromis et tout le débat que nous avons avec la loi portée par Myriam El Khomri montre bien qu’il y a des conceptions différentes au sein de la gauche sur ce que doit être le compromis », juge Manuel Valls. Justement, ce dernier s’adresse aux frondeurs, aux écologistes et à l’extrême gauche, critiques envers la politique menée. « Nous sommes dans un moment de clarification. Nous ne pouvons pas essayer en permanence de tenir tous les bouts à la fois », déclare le chef du gouvernement. « Eux, ce qu’ils veulent c’est l’échec de la gauche, du quinquennat de François Hollande. […] Ils veulent le retour de la droite. C’est plus confortable d’être dans l’opposition, dans la proclamation, de ne pas être dans l’exercice des responsabilités », ajoute-t-il, très critique, défendent une « gauche profondément républicaine, patriote, réformiste ». (Avec JDD)

Air France: retour aux turbulences avec le refus du SNPL

Air France: retour aux turbulences  avec le refus du SNPL

 

 

Décidément Air France est loin d’être sorti de l’auberge du corporatisme avec le refus signifié par le premier syndicat de pilotes le SNPL qui s’oppose au  plan d’amélioration de la productivité. Autant dire que la compagnie risque de retrouver ses difficultés récurrentes à résister sur un marché très concurrentiel. En clair les pilotes refusent de travailler davantage alors qu’au plan mondial l’heure de durée de travail est l’une des plus faibles (surtout si l’on tient compte du niveau relativement satisfaisant des rémunérations). L’exemple même d’une grande entreprise française performante  techniquement mais gangrené le corporatisme, le gauchisme et l’indigence de la concertation.  Le projet Perform 2020, présenté par la direction et ouvert à la signature jusqu’au 2 mai, prévoit notamment une baisse de la rémunération à l’heure de vol.  Le projet, qui vise à «coller à la saisonnalité» de l’activité d’Air France, comprend une baisse de la rémunération à l’heure de vol, qui serait compensée, selon la direction, par l’augmentation du temps de travail. La part variable des pilotes repose en effet sur le nombre d’heures effectuées. Le texte fixe par ailleurs l’objectif d’atteindre «plus de 3.900 pilotes à fin 2020», contre près de 3.700 anticipés mi-2016, par le biais de «plus de 600 embauches» dans l’intervalle, dont «au moins 50» avant la fin d’année, selon le PDG d’Air France Frédéric Gagey.

Travail : «Oui au retour au 19e siècle » Hervé Novelli

Travail : « retour au  19e siècle » Hervé Novelli

Beaucoup en rêvait de ce retour au XIXe siècle mais ils n’osaient pas le dire très clairement,  cette fois c’est l’ancien ministre Hervé Novelli qui le proclame tout haut : il faut revenir aux conditions sociales du XIXe siècle c’est-à-dire passer du statut de salariat à celui de journalier ! Le tout grâce à l’alibi du numérique. Celui qui a été à l’origine du statut d’auto entrepreneur se prend à rêver d’une généralisation de ce statut. Faudrait-il rappeler à Novelli qu’en moyenne le revenu d’un auto entrepreneur est inférieur à 500 € mensuels. Encore un effort et peut-être pourrait-on envisager une sorte d’économie collaborative où  les travailleurs ne seraient plus rémunérés du tout. Hervé Novelli n’a jamais inventé la lune mais peut-être pense-t-il avoir trouvé la martingale pour éviter de payer les salariés.

 

 

(Interview la tribune) – Depuis 2007, l’engouement pour l’entrepreneuriat est très fort. Est-ce un effet de mode ?

Hervé NOVELLI - Je ne le crois pas. La société se transforme. Le salariat n’est plus la seule règle. Une fois de plus, l’Histoire fait son apparition dans notre quotidien. La société du XXIème siècle ressemblera à celle du XIXème siècle, époque pendant laquelle les citoyens louaient leur force de travail. Simplement, la plateforme Internet a remplacé la place du village, sauf que l’offre et la demande ne se rencontrent plus au niveau local mais au niveau mondial.

La fin du salariat est-elle programmée ?

Qui le sait ? Il ne faut pas être manichéen. En revanche, il faut préparer l’avenir en créant des outils, notamment dans le domaine de la protection sociale, qui permettent au salariat et au travail indépendant de coexister pendant les prochaines décennies.

Beaucoup de citoyens optent pour l’entrepreneuriat par défaut.

C’est un fait. Mais où est le problème ? Le travail indépendant est une bouée de sauvetage pour les demandeurs d’emplois. C’est la raison pour laquelle il faut soutenir vaille que vaille les initiatives individuelles.

L’écosystème en place est-il efficace ?

Les corps intermédiaires sont à mon sens dépassés. Ils n’ont pas compris que les enjeux liés à l’émergence rapide du travail indépendant que facilitent les nouvelles technologies. Les partenaires sociaux se posent encore des questions sur leur représentativité… les réseaux consulaires sont inefficaces. Fort de ce constat, et convaincu de la puissance des réseaux, j’ai créé avec plusieurs associés WikiPME, une plateforme Internet dont l’ambition est de fédérer de façon numérique l’ensemble de la communauté entrepreneuriale de notre pays.

Que propose WikiPME ?

Nous avons décidé de canaliser les problématiques des entrepreneurs afin de leur mettre à dispositions des conseils d’experts et des services pour développer son et optimiser ses coûts notamment dans le domaine du financement, mais aussi des mises en relation entre PME au-travers d’une place de marché géolocalisée. Enfin un espace d’expression proposant des informations dans le domaine de l’innovation et des tribunes éditoriales qui commentent l’actualité des entrepreneurs. En quelques clics, vous pouvez retrouver une PME avec qui l’on peut envisager de lancer un projet export ou un projet innovant.

Ces services sont gratuits ?

Notre plateforme est gratuite et le restera. Nous avons adopté le même modèle que LinkedIn, auquel nous croyons : il s’agit de conserver une offre gratuite, proposant des services fonctionnels et facilitant le développement des entreprises de nos membres, enrichissant leurs business, augmentant leur visibilité et à terme, y ajouter des fonctionnalités payantes. Un modèle freemium en somme.

Combien d’entrepreneurs ont-ils adhéré à cette communauté ?

Actuellement, 20.000 entrepreneurs nous ont rejoints, je les remercie une nouvelle fois, car comme le nom l’indique, il s’agît d’un Wiki (Collaboratif) et nos membres nous aident et enrichissent quotidiennement notre communauté. Nous espérons rassembler 100.000 membres d’ici la fin de l’année.

Qui sont vos soutiens ?

Outre les cinq associés, une dizaine de grands comptes participent à l’aventure. Ceux-ci en plus d’un soutien financier, nous accompagnent, nous mettent à disposition des services innovants destinés à nos membres et renforcent la communauté. De plus, nous sommes en passe de finaliser une levée de fonds, comme il l’avait été dit en novembre. Nous avons levé plus d’1 million d’euros qui permettra à WikiPME de passer rapidement à la vitesse supérieure, et d’étendre notre réseau.

Cette expérience a-t-elle un objectif politique ?

Je ne pense pas que les entrepreneurs doivent faire de la politique. Ce n’est pas une bonne idée. Plutôt, ce n’est plus une bonne idée. En tant que chef d’entreprise, j’ai pu faire avancer mes idées dans ce domaine. Mais Les temps ont changé. Aujourd’hui, je crois davantage à la puissance de feu des réseaux. Ce sont eux qui ont fait reculer le gouvernement sur le projet de loi El-Khomri. C’est le mouvement des Pigeons qui a fait plier Bercy sur la taxation des plus-values de cession en 2013. Avec WikiPME, nous espérons bien faire avancer les valeurs portées par l’entrepreneuriat lors de la prochaine campagne présidentielle, mais aucunement interférer dans la vie politique en se posant en syndicat entrepreneurial, ou encore moins comme un parti. Nous sommes des délégués de classe qui aspirent à porter haut et fort les messages des entrepreneurs.

 

Ubériser l’emploi, une solution pour le chômage (Julien Pérona,) …..ou le retour au statut de journalier

Ubériser l’emploi, une solution pour le chômage (Julien Pérona,) …..ou  le retour au statut de journalier

 

Ubériser  l’emploi ou transformer les salariés en. Travailleurs indépendants,  la solution de Julien Pérona, fondateur d’AddWorking, agence d’emploi digitale spécialisée dans le «hors salariat» ;  un nouveau concept donc qui vise à concevoir le travail par mission, autant dire que c’est le retour au statut de journalier d’il y a un siècle.  Des salariés devenant Auto entrepreneurs, le rêve de certains qui veulent supprimer le salariat et ses contraintes économiques et sociales L’intermédiation numérique justifierait ce changement de statut. Revenons d’abord sur la définition que donne Wikipedia à la définition de journalier :  « Les termes de  brassier » et  manouvrier » (terme qui a perduré avec « manœuvre ») ont un sens proche et désignent également des ouvriers agricoles pauvres ; les deux mots indiquent une personne qui loue sa force physique, ses bras ou ses mains, et qui donc ne possède pas de train de culture (charrue et animaux de trait, bœufs, cheval ou mulet). Les journaliers et manouvriers existaient aussi dans les villes, pratiquant une multitude de petits métiers et louant là leurs bras à la journée. Celui qui s’en sortait le mieux était celui qui réussissait à se faire embaucher régulièrement, même si les salaires étaient minimes. ». En France le nombre d’autos entrepreneur ne cesse de progresser en raison notamment de la situation du chômage. Mais pour quel revenu ? Une enquête de 2011 effectuées par l’INSEE donne des éléments de réponse : «C’est une enquête INSEE qui révèle le revenu moyen d’un auto-entrepreneur en 2011. Alors même que le régime connaît un franc succès dans tous les secteurs d’activité ou il est éligible, les autoentrepreneurs semblent, globalement, avoir du mal à se générer un revenu décent. Explications.5430 euros par an : c’est le revenu moyen d’un auto-entrepreneur en 2011, année où ils étaient 416.000. Difficile d’en vivre, c’est certainement pour cette raison qu’un tiers d’entre eux préfèrent conserver un emploi en parallèle. A noter qu’un auto-entrepreneur sur quatre a empoché moins de 900 euros par an en 2011 ». Il s’agit bien entendu d’une moyenne qui cache beaucoup de disparités. Même si on actualise ce chiffre cela correspond à un salaire d’environ  500 € par mois. On objectera que beaucoup ne travaillent pas à plein temps mais même ceux qui font les mêmes horaires qu’un salarié voire davantage ont des difficultés à dégager un revenu satisfaisant. Un monde d’autoentrepreneurs peut a priori faire rêver car il supprime le lien de subordination vis-à-vis du patron mais du coup on lui substitue une autre subordination celle du client mais en réalité celle d’une nouvelle intermédiation type Uber. L’outil numérique n’est qu’un prétexte pour réduire la rémunération aussi pour supprimer les couvertures sociales (santé, retraite, chômage). En même temps qu’on transfère les charges sociales, on  transfère aussi souvent les charges de capital. Un phénomène bien connu dans le transport routier quand certaines entreprises avaient transformé leurs salariés en sous-traitants devant y compris investir dans l’achat d’un camion et hypothéquer leur maison. Ce monde de nouveaux  journaliers est évidemment une vision ultra libérale. Certes il faut sans doute encourager la création d’entreprise y compris celles d’auto entrepreneurs sous réserve toutefois de réguler les conditions de concurrence afin d’une part que les intéressés puissent dégager des revenus immédiats convenables mais aussi afin de ne pas hypothéquer les équilibres de la protection sociale (même si cette dernière mérite d’être réformée sérieusement). Pour autanat concevoir le travail par mission nous ramènerait à 100 ou 200 ans en arrière.

 

Interview le Figaro :

Retour à la bouteille consignée ?

Retour à la bouteille consignée ?

 

Il y a maintenant plus de 40 ans que le principe de la bouteille consignée à disparu, ce qui entraîne d’énormes gâchis  de manière matière et augmente de façon notable le bilan énergétique et les émissions polluantes, en cause  le coût du transport des emballages vides et le règne du plastique. Disparue depuis plus de 40 ans, la consigne cependant renaît à Marseille forme modeste mais intéressante avec une appli de géolocalisation. Chaque objet déposé dans des conteneurs connectés permet de gagner des cadeaux chez les commerçants ou d’en faire don à des associations. Recycler ses déchets de verre pour gagner des points cadeaux: c’est l’idée derrière le projet Cliink, lancé dans la région marseillaise, et dont les promoteurs espèrent réinventer la « consigne moderne ». « En France, la consigne – le remboursement d’une petite somme d’argent quand le client rapporte une bouteille – a disparu depuis 1975″, explique Sébastien Delannoy, un responsable du projet. Avec Cliiink, « on réintroduit une sorte de consigne moderne », pour les bouteilles et tout autre contenant en verre, poursuit-il. Première étape, prendre une carte via internet et télécharger l’application « trouver un conteneur » sur son téléphone portable ou une carte spécifique. Deuxième étape, passer son téléphone, ou la carte, devant une borne fixée sur le conteneur. Au moment où le verre est jeté dans le conteneur, le système, doté d’un capteur, identifie le déchet et déclenche le gain de points. Comme dans les conteneurs de recyclage de plastique de Reco France, les objets de verre jetés donnent droit à des points échangeables contre des cadeaux chez des commerçants partenaires.

Pour le retour de la conscription (Mélenchon)

Pour le retour de la conscription (Mélenchon)

 

 

 

Jean-Luc Mélenchon propose le retour de la construction considérant que la mobilisation des militaires pour assurer la protection intérieure est à la fois casse et épuisante pour les forces armées. Jean-Luc Mélenchon a sans doute raison de ce point de vue mais il conviendrait sans doute d’aller plus loin et de demander clairement le retour du service militaire. Un service réduit dans le temps mais un service obligatoire non seulement pour assurer la sécurité intérieure mais y compris pour intervenir sur le théâtre des opérations extérieures si nécessaire. On mesure bien en effet toutes les limites de la guerre dite technologique. La principale menace aujourd’hui, c’est le terrorisme qui sévit dans le monde entier ; de ce point de vue les armes sophistiquées notamment aériennes sont insuffisantes pour lutter avec efficacité contre ce périple. Au plan intérieur, ces armes sophistiquées sont à peu près inopérante et la stratégie doit reposer sur la présence physique de force de surveillance et de leur on peut être en désaccord avec nombre de positions de Jean-Luc Mélenchon mais sur ce point il a au moins le mérite de faire preuve de courage par rapport aux principaux autres candidats de 2017 qui par peur de perdre des voix n’osent pas aborder cette question voient leur à travers un ersatz de service national pour aider les petits vieux à traverser la rue. La problématique n’est pas seulement sécuritaire elle est aussi sociétale pour permettre le brassage des populations et une meilleure appropriation des valeurs citoyennes. «La menace terroriste il faut la traiter avec sérieux, sans gesticuler et en étant efficace», estime Jean-Luc Mélenchon invité sur iTélé ce dimanche soir. Et s’il est des «gesticulations» qui ne trouvent pas grâce à ses yeux, ce sont les patrouilles de militaires dans les rues des grandes villes françaises, instaurées dans le cadre du plan Vigipirate et renforcées depuis les attentats du 13 novembre. Selon le candidat à la prochaine élection présidentielle, les forces de l’ordre et de sécurité ont besoin de «plus de présence humaine», un apport qui serait dévolu à faire de l’infiltration, de la filature ou de la surveillance. Et pour libérer des forces à cet effet, le fondateur du Parti de gauche propose de rétablir une forme de conscription des jeunes Français dans le cadre d’une garde citoyenne dont les contours restent à préciser. «Les militaires dans les rues, j’ai l’honneur de vous dire que tout ceci ne sert à rien à part épuiser nos hommes et le matériel pour rien, car l’armée dans la rue ça ne change rien au problème de la menace terroriste», estime l’eurodéputé. «Sans vouloir inquiéter ceux qui nous écoutent, les points de faiblesse de la France ne sont pas dans les marchés de Noël, les points décisifs sont à d’autres endroits que l’on connaît et pour lesquels il faut un personnel nombreux pour assurer la surveillance et la protection», ajoute-t-il. «Tous les spécialistes de la sécurité savent que ça remplit la fonction de rassurer les populations, mais l’efficacité militaire et antiterroriste est égale à zéro. Par contre, l’épuisement des hommes, le nombre d’heures gaspillées pour rien… Ces gens-là sont des professionnels de la chose militaire, c’est un gâchis de les utiliser à cette tâche qui n’est pas la leur.  Ce constat posé, Jean-Luc Mélenchon avance une proposition: «Je suis pour que tout les jeunes Français et toutes les jeunes françaises soient appelés à participer à ce que l’on appellera ou une garde nationale ou une garde républicaine, et fassent le don du temps». Dans la bouche d’un responsable de la gauche radicale, où l’antimilitarisme reste une valeur de consensus, la proposition peut au premier abord surprendre. Elle n’est pourtant pas totalement neuve pour Mélenchon qui s’inspire d’une idée de son ancien bras droit, François Delapierre, décédé en juin 2015. Comme évoqué sur France 3 le 1er février dernier, il souhaite voir cette garde de conscrits consacrée aux «tâches de sécurité et de sûreté intérieures». «Hier, on mobilisait pour aller à l’armée. Je ne serais pas hostile au fait que l’on mobilise pour aller dans une garde nationale qui aurait des tâches de cette nature», avait déclaré Jean-Luc Mélenchon. Face à l’explosion de la menace terroriste en 2015, l’idée de rétablir un service militaire ou un dispositif similaire trotte dans l’esprit de nombreux responsables politiques. Dans Le Figaro du 23 novembre dernier, Xavier Bertrand, alors candidat Républicain à la présidence de la région Nord-Picardie, réclamait un service obligatoire de 6 mois. Dans une enquête publiée le 1er décembre 2015, un collectif de 80 parlementaires étiquetés souverainistes de droite et de gauche s’était aussi prononcé pour le rétablissement de la conscription, selon LCP.

Start-ups technologiques : attention retour de bâton

Start-ups technologiques : attention retour de bâton

 

Les nouvelles start-ups technologiques sont évidemment à la mode, certaines start-ups apportent réellement des innovations et créent de la valeur ajoutée tandis que d’autres  se limitent  à pomper celle des autres en précarisant au passage le travail. Ces derniers temps certaines start-ups dites technologiques ont vu leur valorisation exploser. Mais ces entreprises – devraient bientôt connaître un retour de bâton. En cause la recherche de rendement irraisonné pour compenser dés placements qui ne sont plus rémunérateurs  du fait de  baisse de taux d’intérêt.  L’une des illustrations les plus frappantes en est la multiplication et la valorisation des « licornes », ces entreprises jeunes et pas encore cotées dont la valorisation dépasse le milliard de dollars. Tandis qu’on en comptait 4 pour une valeur globale de 13 milliards de dollars en 2009, elles seraient aujourd’hui 124 pesant 468 milliards de dollars. Les levées de fonds record sur la base de valorisations astronomiques semblent s’enchaîner à un rythme effréné. Cette recherche de haut rendement pourrait se justifier si les entreprises dites technologiques apportaient une réelle innovation et si la croissance était au rendez-vous. Encore une fois si certaines start-ups technologiques apportent une réelle innovation, d’autres ne sont que de simples applications Internet qui se contentent de détourner la valeur ajoutée d’opérateurs déjà sur le marché (qui sont les vrais créateurs de cette valeur ajouté). Des applications qui par ailleurs rendent possible un détournement des contraintes fiscales et sociales. L’exemple le plus récent concerne Uber pour le transport des personnes ;  encore plus récemment Uber vient de s’attaquer sur le même modèle économique au transport express de la même manière Uber ou d’autres start-ups numériques pourraient s’interposer entre les processus de production et de distribution concernant notamment certains autres marchés des particuliers. À terme certaines start-ups qui n’apportent pas de réelle valeur ajoutée(ou à valeur ajoutée faible)  pourraient donc avec la crise financière voir leur valorisation s’écrouler surtout aussi si les pouvoirs publics mettent en place une régulation visant à empêcher les détournements de réglementation fiscale ou sociale.

Migrants : retour vers la Syrie ?

Migrants : retour vers la Syrie ?

 

Un mini sommet des chefs d’État de l’Allemagne, de la Turquie, des Pays-Bas,  de la France et de l’Autriche pour envisager le retour des migrants vers la Syrie de sauver Schengen. Il s’agit d’abord de bloquer les migrants en Turquie voire de rapatrier certains qui sont parvenu à atteindre l’Europe. De toute évidence il y a un revirement certain de la politique européenne d’immigration. En cause les différentes mesures prises par certains pays avec le rétablissement des frontières qui risquent de faire exploser Schengen. Aussi les réactions négatives en Allemagne vis-à-vis de la politique d’accueil des réfugiés de la part de  Merkel. Le contrat discuté ces derniers jours entre Bruxelles et Ankara va beaucoup plus loin que le «pacte» négocié en novembre. Il s’agissait alors pour la Turquie d’immobiliser chez elle 2,5 millions de Syriens, en échange d’une assistance humanitaire européenne de 3 milliards d’euros.  Avec quelques alliés, l’Allemagne veut forcer la marche: obtenir de la Turquie qu’elle reprenne ceux qui arrivent illégalement en Grèce, en échange d’un mécanisme qui organiserait dès cette année l’accueil direct en Europe de dizaines de milliers de demandeurs d’asiles hébergés dans les camps turcs. Il s’agirait de remplacer un trafic dangereux, à la merci des passeurs, par une organisation solide, prévisible et co-gérée par Ankara, le HCR et le pays d’accueil final. «Il n’est pas inconcevable qu’un réfugié parvenu en Grèce après avoir traversé la mer Égée soit ainsi renvoyé sans délai en Turquie, avant de revenir en Europe plus tard, par la voie légale», confie un négociateur.  Le week-end dernier, le premier ministre Manuel Valls refusait par avance tout mécanisme permanent, affirmant que l’Europe «ne peut pas accueillir davantage de réfugiés». À l’automne, le président Hollande s’était pourtant dit favorable au projet initial de la chancelière.

Voitures d’occasion: le retour de la prime à la casse ?

Voitures d’occasion: le retour de la prime à la casse ?

Pour relancer l’industrie automobile les professionnels du secteur n’ont rien trouvé de mieux que de proposer une prime à la casse mais en s’appuyant sur des motifs écologiques. Il s’agirait d’inciter les Français à renouveler davantage le parc pour diminuer la consommation de carburant et donc les émissions polluantes. Pas sûr cependant que le bilan écologique global soit très bénéfique. Se débarrasser d’une automobile qui pourrait encore durer une plusieurs années pour économiser à peine 1 l de carburant ne sera pas nécessairement une opération positive pour l’environnement si l’on fait le bilan environnemental total incluant la production du véhicule et sa consommation. La préoccupation n’est certainement pas écologique mais économique. Ce qu’on reproche au parc actuel c’est de compter encore 10 millions de véhicules de plus de 10 ans pour résumer le lobby automobile veut surtout une prime à la casse écologique Les 110.000 entreprises du secteur vont donc  réclamer cette semaine au ministre de l’Économie des mesures musclées dont, entre autres, le retour d’une prime à la casse. La priorité : stopper le vieillissement d’un parc qui rend les efforts en matière de pollution quasiment vains. « Demander aux constructeurs de lancer des modèles plus propres n’est pas suffisant. La priorité est d’aider à remplacer les véhicules de plus de 10 ans », martèle Francis Bartholomé, président du Comité national des professions de l’automobile, le CNPA, qui fait un constat accablant : la France compte 10 millions de véhicules de plus de 10 ans. Et ces voitures continuent d’animer l’essentiel du marché de l’occasion avec 5,6 millions de transactions l’an dernier. Et pour persuader le gouvernement le lobby automobile ajoute un vernis social à la prime à la casse. Dans le même esprit on pourrait aussi proposer une prime à la casse des logements anciens afin de relancer le bâtiment…et pour des motifs écologiques aussi !

Le retour des journalistes !

Le retour des journalistes !

 

Depuis presque une quinzaine de jours les journalistes des grands médias semblent avoir disparu. Même aujourd’hui 4 janvier il convient de fouiller pour dénicher des informations et des analyses un peu approfondies. Pendant cette trêve des confiseurs qui a largement débordé les fêtes il a fallu ce contenter des dépêches des agences, des lobbys et du gouvernement. La presse écrite a perdu pendant cette période la moitié de son épaisseur. La plupart des éditorialistes étaient absents et on a sollicité largement le banc des remplaçants. Du coup on a déversé en direction de l’opinion un flot d’informations plus ou moins contradictoires qui a fait office de ligne éditoriale. Maintenant qu’ils sont revenus de Marrakech, des Antilles ou d’ailleurs les journalistes vont peut-être se remettre au travail avec un peu de sérieux et remettre leur pendule à l’heure de 2016. Exemple de décalage temporel sur le site d’un très grand média : on annonce encore qu’un sondage prévoit le FN en tête au premier tour des élections régionales ! Au cours des fêtes de fin d’année les lecteurs encore fidèles à la presse écrite ont pu constater que leurs journaux avaient diminué le volume de moitié, mais toujours au même prix ! On le sait depuis l’instauration des 35 heures les Français en moyenne prenne un mois de vacances supplémentaires par an. Exténués  sans doute les journalistes ont vite adopté cette nouvelle pratique sociétale qui consiste à mettre entre parenthèses l’économie du pays pendant cette période. Ce qui vaut pour la presse écrite vaut également pour la télévision ou les grands sites informatiques dont certains ont même gardé la même une pendant des jours. Cette quasi absence des grands médias pendant les fêtes est révélatrice de la dégradation du rapport au travail dans notre cher pays. Osons une hypothèse : peut-être s’agit-il du facteur explicatif concernant le différentiel de croissance (et donc de richesse nationale) entre la France et les pays et les autres pays de l’Europe. Aussi la cause de l’ampleur du chômage. 

Russie : retour à la guerre froide ? Pourquoi ?

 

Russie : retour à la guerre froide ? Pourquoi ?

 

Dans un document sur la sécurité nationale, Poutine signe le retour à la guerre froide. On peut s’étonner que cette prise de position officielle intervienne au moment même où commencer à s’amorcer un embryon de coalition internationale contre l’État islamique. Un État islamique qui vise évidemment les pays occidentaux mais aussi  les zones russes musulmanes aux velléités indépendantistes. Plusieurs facteurs explicatifs à ce changement de posture de Poutine. La Russie n’apprécie toujours pas que des sanctions soient toujours prises par l’Europe suite à l’affaire de l’Ukraine ; il y a aussi  la dégradation de la situation économique interne. En effet la Russie connaît une assez grave récession qui s’ajoute à l’écoulement du prix des matières premières (gaz et pétrole)  et qui prive ainsi le pays de ressources importantes. Nombreux d’acteurs économiques russes s’inquiètent  de cette crise. Du coup pour décaler l’objet du mécontentement, Poutine se recentre sur une posture nationaliste, posture qui pourrait encore lu être favorable électoralement dans la perspective des élections de 2018. L’OTAN  est par ailleurs accusé d’entretenir des relations conflictuelles entre la Russie et l’Ukraine. Autre point de friction celui de la Syrie alliée traditionnelle de la Russie et où les occidentaux interviennent militairement( et diplomatiquement pour obtenir le départ de Bachar al-Assad) Repris de la guerre froide, c’est ce qui ressort d’un document sur la stratégie de sécurité nationale signé par le Président Vladimir Poutine le soir du Nouvel an, qui amende une précédente version de 2009. “Et c’est le dernier signe en date de la détérioration des relations entre Moscou et l’Occident”, analyse le Financial Times.  [Ces propos] résonnent de plus en plus fort dans la rhétorique anti-Occident employée par Vladimir Poutine ces deux dernières années, depuis que les relations entre la Russie et l’Ouest se sont aigries avec l’annexion de la Crimée et la guerre dans l’Est de l’Ukraine”, ajoute le quotidien britannique. Le document liste une série de plaintes de la Russie contre l’Otan, notamment “l’intensification des activités militaires des pays membres”, “l’extension des alliances”, et “le déplacement d’infrastructures militaires à proximité de la frontière russe”.  De fait, ce texte marque un tournant : que ce soit dans la version de 2009 ou dans un document stratégique rédigé il y a un an, Moscou, tout en critiquant la stratégie américaine et les manœuvres de l’Otan, se gardait bien de les qualifier d’ennemis.  Le document reprend par ailleurs les critiques russes vis-à-vis des printemps arabes et des soi-disant révolutions à l’est de l’Europe : »La pratique qui consiste à renverser des régimes politiques légitimes se répand, provoquant de l’instabilité et des conflits

Plus fort que Star Wars : le retour de Tapie en politique !

Plus fort que Star Wars : le retour de Tapie en politique !

 

On a les héros qu’on mérite ;  aux États-Unis sous l’impulsion d’une action marketing qui confine à l’intox  généralisée des médias, Disney a imposé l’un de ces produits vedettes « star Wars». Les moyens français sont évidemment disproportionnés par rapport aux Américains du coup,  l’actualité française a dû modestement se contenter du retour de la force « frenchie », c’est-à-dire du retour de Tapie en politique. Un nouvel épisode de la saga intersidérale qui dure depuis maintenant plus de 20 ans où le héros de la force trouble  parvient alternativement au sommet de la gloire médiatique, politique et financière puis retombe dans le trou noir des atomes glauques  la soupe politicienne. C’est chaque fois le même scénario « je suis le meilleur, la politique m’a tué, je suis ruiné » mais le héros à chaque fois se réveille et trouve la force de rebondir ainsi après avoir été condamné par les forces obscures des galaxies judiciaires ; et cette fois l’épisode Tapie 2016 est plus fort que tous les autres ; il promet tout, de combattre le système politique en place, de régler ses comptes avec ceux qui l’ont honteusement pillé, de supprimer définitivement et totalement le chômage, de rétablir le lien entre le peuple et la démocratie. Ce sursaut du héros mériterait mieux que les brèves que les grands médias lui ont consacrées. En effet l’événement est exceptionnel extraterrestre, sidéral pas seulement un changement de civilisation mais un autre ordre des planètes. Il n’y a pas de qualificatif adapté pour louer le courage exceptionnel de ce héros bien de chez nous qui mériterait aussi une reconnaissance internationale. Pourquoi pas le prix Nobel de la paix, ou de l’économie ou encore un Oscar à Hollywood.  . Là ou des technocrates ont mis des mois et des années pour aboutir à pas grand-chose Nanar, lui, en quelques jours va régler la question du chômage des jeunes. En même temps, il  peut mettre quelques bâtons dans les roues des grands leaders politiques candidats  en 2017 afin sans doute de monnayer son appui politique pour sauver son propre emploi de roi de l’embrouille, de la magouille et de la carambouille. Il a encore du Peps notre héros français. Il a 70 balais mais les fait à peine car la moumoute est solidairement fixée, les dents sur pivots toujours affutés, la main un peu plus tremblante mais la gestuelle toujours aussi dramatique et le sourire ravageur, entre contentement et envie de mordre, Bref la culture française face à la culture de consoles des ex ados américains, toujours nostalgiques d’une guèrre des étoiles du passé. En exclusivité  le discours divin  très théâtralisé du héros national (et international) :

« J’ai décidé de revenir en politique », dit-il en estimant que le résultat des élections régionales est « incontestablement un signal d’alarme qui doit alerter tous ceux qui ont l’envie et la compétence d’apporter des réponses aux problèmes du pays. Personne ne peut contester mes succès passés face au FN, notamment aux européennes de 1994, quand je l’avais ramené, comme je l’avais promis, à 10 % des voix. C’est toujours faisable à condition d’adopter les bonnes méthodes », assure-t-il. Selon lui, « il faut que les hommes politiques cessent de parler des conséquences, du mal de vivre de ces Français qui votent FN, et qu’ils apportent des remèdes aux causes de leurs problèmes ». Parmi ceux-ci, figure le chômage des jeunes, « un combat que je veux reprendre aujourd’hui ». « J’affirme qu’en capitalisant intelligemment tout ce qui est dépensé à tort et à travers, on aurait de quoi donner un travail à tous les jeunes qui le souhaitent et qui devront l’accepter », assure Bernard Tapie. Que dire après cela sinon Amen !

Ménard: le retour de la milice à Béziers

Ménard:  le retour de la milice à Béziers

 

Ménard qui ferait tout pour montrer son cul et pour qu’on parle de lui chaque semaine cette fois lance sa milice municipale. Un concept qui rappelle des heures sombres. Ménard confond en effet l’implication de la population dans un service de renseignements élargi (et discret)  et la présence de troupes dans la rue. Ménard n’est pas à une contradiction près il constate à la fois que le pays est dans une situation de guerre et propose de déployer dans la rue une milice non armée. Bref du cirque médiatique auquel nous a habitué Ménard, personnage sulfureux surtout préoccupé de son image personnelle et du buzz qui peut la soutenir. Béziers met donc en place une équipe de bénévoles (pompiers, policiers, gendarmes, militaires à la retraite) pour appuyer la police municipale. Les treize conseillers municipaux d’opposition ont rejeté cette proposition du maire Robert Ménard, proche du Front national. Mais ça n’a pas suffi : « C’est simplement la mise en place de la délation, de la dénonciation et de la suspicion permanente », explique Aimé Couquet, qui s’y est opposé. Cette équipe de bénévoles non armés en uniforme bleu (pourquoi pas en noir !) est censée patrouiller dans les rues de Béziers, signaler tout acte suspect, et surveiller des bâtiments. Le préfet de l’Hérault y est opposé, comme le syndicat de défense des policiers municipaux, et pourrait saisir le tribunal administratif. « Chiche« , répond Robert Ménard qui met en avant la sécurité des Biterrois après les attentats. « On a besoin de plus de monde parce qu’on est dans une situation extraordinaire. (…) On est en guerre dans ce pays », justifie le maire.

Smart : retour aux 39 heures

Smart : retour aux 39 heures

 

 

Encore un scrutin qui contredit l’avis des syndicats majoritaires puisque les salariés de Smart ont accepté de revenir aux 39 heures ;  Des salariés qui de toute évidence font preuve d’une plus grande maturité économique que les représentants du personnel ce qui en soi n’est pas une découverte mais pose la question des compétences notamment économiques de ceux  qui ont en charge de représenter les intérêts des salariés. Plus de 90% des 800 salariés de l’usine Smart de Hambach (Moselle), filiale du groupe allemand Daimler, ont accepté de revenir aux 39 heures par le biais d’un avenant à leur contrat de travail, a annoncé mardi la direction dans un communiqué. Ils n’étaient que 56,1% à se prononcer pour cette augmentation de 12% de la durée du travail, prévue jusqu’en 2020, en contrepartie d’une augmentation de 6% des salaires et d’une garantie de maintien de l’emploi, lors d’un référendum consultatif organisé par la direction de l’entreprise automobile le 11 septembre dernier. Alors que deux syndicats, la CFE-CGC et la CFTC, acceptaient alors de signer l’accord proposé par la direction, la CGT et la CFDT, majoritaires, le dénonçaient, contraignant la direction à passer par des avenants individuels au contrat de travail pour parvenir à ses fins. « Je suis très fière de notre équipe Smart de Hambach qui a montré un engagement très fort pour améliorer la compétitivité de notre site de production », déclare dans un communiqué Annette Winckler, responsable de la division Smart au sein du groupe Daimler.

Canal + retour des Guignols : l’humour façon Bolloré tombe à plat

Canal + retour des Guignols : l’humour façon Bolloré tombe à plat

 

Pas de quoi vraiment s’enthousiasmer de cette nouvelle version des guignols à la mode Bolloré. Au menu du jour surtout l’extrême droite et les élections régionales ;  pas forcément mauvais thème mais le traitement tombe à plat au mieux on ne rit pas au pire on s’ennuie. Bolloré avait pourtant prévenu il n’aime pas la satire excessive ni les thèmes trop politiques (notons que Sarkozy a été relativement épargné dans cette première émission). Bolloré est sans doute un chef d’entreprise très habile mais il n’est pas certain qu’il ait le profil idéal pour gérer une chaîne comme Canal+ qui a fait de la tonalité subversive un des axes de sa ligne éditoriale. Pas étonnant dès lors Canal+ perde des s’abonnés. Le Grand journal avait déjà déçu, la nouvelle version des guignols s’inscrit sans doute dans le même effritement de l’audience. D’une manière plus générale on peut s’interroger pour savoir s’il est bien opportun qu’un patron de grands groupes économiques s’approprie ainsi une chaîne de télévision. Une question évidemment qui concerne aussi d’autres médias.

1...456789



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol