Archive pour le Tag 'retombe'

Moral : le soufflet retombe ?

Moral : le soufflet retombe ?

 

 

 

Difficile de comprendre la brutale chute de moral des français en juin que révélerait un sondage IFOP commandé par un cabinet de com et d’audit de l’ancien conseiller de Sarkozy. Au mois un moyen de faire parler de cette boite de com. En effet ce sondage constaterait que seules 44% des personnes interrogées se déclarent optimistes pour la France fin juin, contre 52% un mois auparavant, au lendemain de l’élection présidentielle. Un sondage contradictoire avec celui de l’INSEE qui au contraire constatait que le moral des ménages s’est de nouveau amélioré en juin pour atteindre son plus haut niveau depuis juin 2007, la crainte du chômage reculant à son niveau le plus bas depuis la crise financière, a annoncé mercredi l’Insee dans un communiqué. D’ après l’Insee  en juin, l’opinion des ménages sur leur situation financière personnelle future s’est améliorée pour le deuxième mois consécutif (+ 2 points), basculant au-dessus de sa moyenne de long terme, soulignait  l’Insee. Concernant l’évolution de la situation économique en général, le solde d’opinion sur le niveau de vie futur en France a continué de grimper, gagnant 15 points après 7 points en mai. Il retrouve ainsi « un niveau inédit depuis mai 2007″, souligne l’Insee. A l’inverse dans le  sondage du cabinet no com   une majorité de Français se dit en outre pessimiste (53%) sur son avenir personnel et celui de ses proches, contre seulement 45% un mois plus tôt, selon cette enquête pour le cabinet No Com publiée dans le Journal du Dimanche. Un quart seulement des personnes interrogées (26%) pensent qu’elles vivront mieux dans une dizaine d’années, contre 44% d’un avis contraire et 30% pour qui ce sera « pareil qu’aujourd’hui ». A la question « croyez-vous que la France va réussir à se transformer dans les prochaines années ? », 47% répondent désormais positivement, contre 53% d’un avis contraire. Le rapport s’est inversé en un mois, avec 53% qui croyaient à la transformation de la France fin mai et 47% qui n’y croyaient pas. Si 58% des Français interrogés pensent que la transformation de la France aura des effets positifs pour le pays (contre 42%), ils sont aussi nombreux (50%) à penser que ces effets seront positifs ou négatifs pour eux et leurs proches. On objectera sans doute que des différences de méthodologie expliquent ces résultats. Des différences qui ne sont cependant peut-être pas dénuées de quelque arrière-pensée politique et économique. Dommage que les grands médias publient sans analyse, sans commentaire des sondages aussi contradictoires

Japon : Le commerce extérieur retombe dans le rouge

Japon : Le commerce extérieur retombe  dans le rouge

Le Japon enregistre un déficit en novembre, alors que ses exportations ont de nouveau reculé en valeur sur fond de ralentissement en Chine, a annoncé jeudi le ministère des Finances. Le solde s’est établi à 379,72 milliards de yens (2,85 milliards d’euros) sur la période, à comparer à un déficit de 898,82 milliards de yens un an plus tôt. La baisse conjuguée du commerce extérieur au Japon mais surtout en Chine constitue un indicateur inquiétant pour l’évolution de la croissance mondiale. La Chine enregistre en effet une baisse marquée des importations, en recul de 5,6% sur le mois. Les exportations elles aussi sont en baisse de 3,7% en novembre. La baisse des exportations de la Chine traduit un très net ralentissement de la demande notamment dans les pays développés. Cette baisse continue depuis des mois hypothèque d’une certaine manière les hypothèses de croissance internationale du coup les instituts économiques ne cessent de revoir à la baisse leurs prévisions. L’OCDE a baissé d’ailleurs  ses prévisions de croissance mondiale pour 2015 et 2016, comme elle l’avait déjà fait en septembre, se disant « profondément préoccupée » de la faiblesse du commerce international, dont la Chine est un pivot.  L’Organisation de coopération et de développement économiques par exemple attend désormais une croissance mondiale de 2,9% cette année, contre 3,0% espéré auparavant, puis 3,3% l’an prochain, contre 3,6% attendu auparavant. En France aussi on a revu à la baisse les perspectives. La Banque de France ne prévoit plus que 0,3% de croissance pour l’économie française au quatrième trimestre, contre 0,4% auparavant, dans sa deuxième estimation fondée sur son enquête mensuelle de conjoncture de novembre publiée mardi. Elle fait notamment état d’un repli de l’activité dans les services à destination des ménages (hébergement-restauration, activités récréatives) après les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis. La nouvelle prévision pour le quatrième trimestre est inférieure à celle de l’Insee dans sa dernière note de conjoncture publiée en octobre et à celle du dernier consensus des économistes interrogés par Reuters, qui se situent à +0,4%. L’enquête de conjoncture pour novembre fait apparaître une baisse d’un point de l’indicateur du climat des affaires dans l’industrie, à 98, comme dans les services, à 96, et une stabilité de l’indicateur pour le bâtiment à 96.

La SNCF retombe dans le rouge

La SNCF retombe dans le rouge

 

 

Annonce très alambiquée de Guillaume Pepy pour « emballer » le déficit de 2013. Il le justifie par une dépréciation financière du parc TGV, aussi par des travaux mais qui n’auront lieu qu’en 2014 (année  où les résultats seront aussi dans le rouge). Il n’a guère insisté en fait sur le facteur explicatif majeur, la baisse du trafic en particulier des TGV ; En cause évidemment le prix de ces TGV qui eux dépendent de coûts excessifs ; des couts structurels qui ne pourront être revus à la baisse de manière significative sans réforme profonde du rail, aussi de sa dette et de la politique des transports.  Résultat de la SNCF devrait être dans le rouge en 2013, du fait de la dépréciation des TGV, et 2014 connaîtra d’importants travaux, a annoncé le président de la SNCF Guillaume Pepy lundi 20 janvier au soir lors de ses voeux à la presse. « Nos commissaires aux comptes nous imposent ce qui s’appelle un test de valeur sur le parc des TGV (…) dont le montant, qui n’est pas aujourd’hui fixé, sera à déduire du résultat de la SNCF », a indiqué Guillaume Pepy, lors de ses voeux au siège de la compagnie ferroviaire à Saint-Denis. « Il y aura un résultat exceptionnel négatif qui viendra en déduction du résultat de l’année », a-t-il ajouté, faisant état d’un « résultat récurrent qui sera positif », mais plongera dans le rouge du fait de cette dépréciation du parc TGV. Les résultats financiers de la compagnie seront publiés le 13 février. Par ailleurs, « 2014 sera une année de travaux », a-t-il déclaré. En Ile-de-France par exemple, ils seront multipliés par 2,5 par rapport à 2012, « ça nous effraie ». Ces travaux auront un impact sur la circulation. Le président de la SNCF, évoquant le « rythme de transformation » de l’entreprise, s’est dit « décidé à l’accélérer ». Il souhaite notamment « produire moins cher », appliquer « les méthodes industrielles au chemin de fer », et continuer à « diminuer les coûts d’investissement », soulignant que « ce sont 150 millions d’euros que nous n’avons pas dépensés en 2013″. « Il faut faire baisser les coûts pour faire baisser les prix« , a-t-il ajouté. Par ailleurs, la marge opérationnelle du fret ferroviaire, qui était de -400 millions d’euros en 2010, devrait être de -170 millions d’euros en 2013, et passer à -120 millions en 2014. Un « nouveau modèle de TER » devrait également être proposé aux régions, en charge du transport régional, et dont plusieurs ont fait part de leur grogne envers la SNCF. Guillaume Pepy, à la tête de la SNCF depuis 2008, souhaite « un nouveau modèle de production, moins cher ». Il a également évoqué le cadre social harmonisé, qui concernera l’ensemble des entreprises ferroviaires, et pour lequel les négociations ont commencé : « notre obsession, c’est la préparation de la concurrence. La date relève des politiques. On met le paquet sur le cadre social harmonisé. (…) C’est la condition pour que le secteur s’en sorte ». Concernant les wagons-bars des TGV, qui ont changé de prestataire en novembre dernier, il a indiqué qu’il y a « encore des problèmes d’approvisionnement », mais s’est réjoui de la « fin du sandwich TGV ». Lequel ne saurait évidemment expliquer la baisse du trafic.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol