Archive pour le Tag 'resteront'

Production et échange :« Les chaînes de valeur mondiales resteront durablement perturbées »

Production et échange :« Les chaînes de valeur mondiales resteront durablement perturbées »

 

Alors que la pandémie de Covid-19 continue de peser sur le commerce mondial, l’inversion du rapport de force entre les entreprises et leurs fournisseurs, responsable de la hausse des coûts, pourrait devenir durable, estime Elvire Régnier Lussier, directrice des achats, dans une tribune au « Monde ».

 

 

Tribune.

 

 Aurions-nous prévu que la crise du Covid-19, qui avait déjà mis à mal les chaînes d’approvisionnement mondial des entreprises à l’hiver 2020, continuerait de perturber gravement l’ensemble de l’industrie mondiale ? Les entreprises ont bâti leurs budgets 2021 en tablant sur une crise qui ne devait durer que quelques mois, le temps que tout rentre dans l’ordre et que chacun reprenne sa vie d’avant. Mais les chaînes de valeur continuent à souffrir des effets de la crise sanitaire alors que l’économie connaît un fort rebond, avec une croissance mondiale qui devrait dépasser les 6 % en 2021. Cette situation risque de se prolonger et ce que les entreprises subissent aujourd’hui pourrait bien devenir leur nouvelle normalité.

Cela fait un an que chaque semaine réserve son lot de ruptures. Après la pénurie de plastique, de bois, puis la crise des conteneurs et le prix du transport maritime multiplié par six, voici la congestion des ports en raison des retards d’embarquement de marchandises accumulées depuis des mois. Et la crise de l’huile de palme. La production a été excellente cette année mais il manque les saisonniers pour récolter les noix dans une Indonésie et une Malaisie ravagées par le Covid. Cette main-d’œuvre bon marché que l’on croyait pléthorique, variable d’ajustement de nos économies mondialisées, devient une « denrée » rare…

Les chaînes de valeur, qui n’arrivent pas encore à reporter les hausses de coûts sur leurs clients, vont continuer à souffrir et plonger de nombreux acteurs dans la faillite. S’ajoutent à cela les répercussions attendues des coupures d’électricité en Chine liées au virage environnemental du gouvernement de Pékin. Si l’« usine du monde » décide de réduire la voilure, les industries occidentales, malgré leurs velléités de rapatriement des productions apparues au plus fort de la crise du Covid, vont à coup sûr rencontrer des difficultés majeures pour continuer à produire. En effet, après des années de dumping – et la destruction du tissu industriel des pays développés –, tous les fournisseurs sont aujourd’hui majoritairement chinois.

Il est illusoire d’espérer un prochain retour à la « normalité » de ces dernières décennies, celle d’une offre mondiale bien supérieure à la demande des entreprises occidentales et de relations commerciales fondées sur le seul rapport de force, le plus souvent au détriment des fournisseurs. Il va falloir inventer une façon plus équilibrée d’interagir dans nos relations commerciales. Les pénuries conduisent aujourd’hui les acheteurs à se retrouver face à des fournisseurs qui choisissent de livrer plutôt tel client qu’un autre en fonction de la qualité de la relation commerciale. Le temps des partenariats et de la création de valeur partagée est venu, entre des acteurs qui se seront choisis et se projetteront autour de l’élaboration de solutions durables. Il est possible que cela relance une période riche d’innovations, et peut-être même de progrès, au bénéfice des consommateurs et de la planète.

 

Les taux resteront bas (Fed)

Les taux resteront bas (Fed)

Comme le fût du canon, les taux resteront bas pendant un certain temps à indiqué  la présidente de la Banque centrale américaine (Fed). Le maintien de taux bas  est justifié par les incertitudes de la Banque centrale concernant d’une part le tassement de la croissance et des résultats de l’emploi très décevants. S’y ajoute un environnement international peu dynamique. Enfin la Fed attend pour prendre en compte les conséquences d’un éventuel Brexit. À noter aussi la mise en garde de la présidente de la banque centrale par rapport aux niveaux élevés des actions en décalage avec les résultats économiques. Les conséquences d. La Bourse de New York a clôturé en petite hausse mardi après les déclarations au Sénat de Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale, dont les investisseurs ont retenu le ton relativement optimiste sur l’économie, reléguant au second plan les interrogations suscitées par le référendum britannique de jeudi sur l’Union européenne. L’indice Dow Jones a gagné 24,86 points, soit 0,14%, à 17.829,73. Le Standard & Poor’s-500 a progressé de 5,65 points (+0,27%) à 2.088,90 et le Nasdaq Composite a pris 6,55 points (+0,14%) à 4.843,76. Lors de son audition semestrielle par la commission bancaire du Sénat, Janet Yellen a estimé que le scénario d’une récession aux Etats-Unis n’était pas le plus probable et elle a confirmé que les taux d’intérêt devraient rester bas « pendant un certain temps ». Elle a toutefois évoqué les risques de turbulences financières en cas de victoire du camp du « Leave » au référendum britannique de jeudi. « Le problème numéro un du marché est clairement le résultat du vote à venir au Royaume-Uni. Le sentiment général s’oriente dans le sens du ‘Remain’ et cela sert de soutien », a commenté Rick Meckler, président de LibertyView Capital Management. Plusieurs sondages publiés ces derniers jours ont en effet montré une remontée des intentions de vote en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l’UE mais d’autres donnent toujours le Brexit gagnant jeudi. Le rapport remis par la Fed au Congrès mardi note par ailleurs que les ratios cours/bénéfices des actions ont atteint un niveau « bien supérieur » à leur médiane des 30 dernières années, adoptant sur ce sujet un ton inhabituellement ferme.

(Avec Reuters)




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol