Archive pour le Tag 'restaurants'

Réouverture des relais restaurants routiers

Réouverture des relais restaurants routiers

Dès samedi, environ 250 relais routiers seront réouverts par arrêtés préfectoraux de 18h à 10h, pour les conducteurs routiers, sur présentation de leur carte professionnelle (FCOS ou FIMO)» vient de décider le gouvernement.

Cette décision a été «accueillie comme une première victoire pour les conditions de travail et d’hygiène de ces héros, qui assurent la continuité de l’économie du pays», ont déclaré ces organisations dans un communiqué commun. Ces dernières réclamaient la réouverture immédiate des restaurants relais, fermés depuis le début du confinement. «Aujourd’hui, sur les autoroutes, il n’y a que des sandwichs cellophanes. Sur les nationales et départementales, certains relais sont ouverts mais ils proposent des plateaux-repas froids. Donc à l’approche de l’hiver, nos collègues vont devoir manger froid, dans leurs véhicules, sans accès aux sanitaires et surtout, sans cet esprit de famille qui caractérise les relais. C’est inacceptable», dénonçait ainsi auprès du Figaro Patrick Blaise, secrétaire général de la CFDT route.

Couvre-feu : la mort des restaurants

Couvre-feu : la mort des restaurants

 

Avec les mesures restrictives déjà prises, on prévoyait une faillite de 20 à 30 % dans l’hôtellerie restauration. Le couvre-feu décidé par le président de la république sonne le glas de nombre d’établissements et les faillites pourraient atteindre  40 à 50 % du secteur . Il n’y aura pas que les bars, restaurants hôtels qui sont touchés mais toute une filière qui travaille  notamment en amont ( service, production, transport etc. ).

Plus d’un million de 1 003 300 salariés travaillent dans le secteur de l’hébergement et de la restauration en France métropolitaine , ce qui représente 5,6% de l’emploi salarié marchand non agricole. Ce secteur regroupe 171 970 établissements, soit 9,5% des établissements. Le nombre d’emplois dans le secteur de l’hébergement et de la restauration a fortement progressé sur la période 2005-2017 (hausse de plus de 25%). L’emploi a connu une croissance plus rapide que l’ensemble des secteurs jusqu’au premier trimestre de l’année 2008, puis a connu une moindre baisse pendant la crise de 2008

Plus des trois quarts des salariés du secteur (77,7%) travaillent dans la restauration (83,6% des établissements), l’hébergement représentant moins d’un quart des salariés pour moins d’un établissement sur cinq du secteur. Alors que le secteur de la restauration n’a jamais connu de baisse de ses effectifs au cours des dernières années, même pendant les périodes de crise, celui de l’hébergement a oscillé depuis 2005 entre période de hausse modérée d’activité et période de légère baisse en 2008-2009 et 2013-2014. C’est la restauration qui porte la quasi-totalité des hausses des effectifs salariés

Un recours important aux CDD et aux emplois saisonniers

Comme dans l’ensemble de l’économie, la très grande majorité des salariés de l’hébergement et de la restauration, hors intérim, sont en CDI (82,1% contre respectivement 88,2%). Toutefois, le recours aux CDD et aux apprentis est plus important dans ce secteur (14,6% de CDD contre 10,1% pour l’ensemble des secteurs et 3,3% d’apprentis contre 1,6%). C’est surtout dans l’hébergement que le recours aux CDD est élevé puisqu’il représente plus d’un contrat sur cinq (22,2%). 1. Source : Acoss. Cette statistique porte sur les salariés directement employés par les établissements du secteur de l’hébergement et la restauration. Elle n’inclut pas les travailleurs intérimaires (employés par les établissements du travail temporaire) mis à disposition d’entreprises du secteur. L’enquête Besoins en Main d’Œuvre (BMO) 2017 montre d’ailleurs que près de 60% des projets de recrutement du secteur sont saisonniers. Pour le premier semestre de l’année 2017, près de 20% des offres d’emploi déposées à Pôle emploi pour les métiers de l’hôtellerie et la restauration sont des contrats de travail saisonnier, contre 3,8% pour l’ensemble des métiers. En 2016, l’emploi intérimaire représente 1,1% de l’ensemble des salariés travaillant pour le secteur de l’hébergement et de la restauration. Ce taux de recours à l’intérim est inférieur à celui observé dans l’ensemble de l’économie (4,1%) ainsi que dans le secteur tertiaire (2,3%)

L’instauration d’un couvre-feu dans plusieurs métropoles françaises, dont Paris, ainsi que l’appel du gouvernement à limiter les déplacements et les rencontres a mis un nouveau coup de massue à ces professionnels déjà rudement éprouvés. En termes d’emploi au moins 300 000 postes pourraient être supprimés.

«Cette décision équivaut à une fermeture de nos établissements», ont immédiatement réagi plusieurs organisations représentatives de l’hôtellerie-restauration, dont le Syndicat de la restauration thématique (SNRTC), le Groupement des indépendants hôtellerie et restauration (GNI) et l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih).

Coronavirus : Paris sauve ses restaurants … et ceux de Marseille

Coronavirus : Paris sauve ses restaurants … et ceux de Marseille

 

 

 

Depuis le 25 septembre environ les critères d’évaluation concernant la dangerosité du virus montre que Paris et sa région se situe en zone d’alerte maximale. Si on  avait appliqué les règles de Marseille, on aurait fermé un certain nombre d’établissements notamment les bars et les restaurants.

Une hypothèse qui n’a pas été retenue et qui du coup interroge sur les décisions restrictives imposées à Marseille. Des restrictions qui vont sauter (pour les restaurants)  pour des questions d’équité entre Paris et Marseille. Matignon a donc annoncé dimanche soir que Paris passait en « zone d’alerte maximale », synonyme de nouvelles restrictions. Mais les restaurants pourront rester ouverts avec un protocole sanitaire renforcé.
Les nouvelles « mesures contraignantes », qui concernent Paris mais aussi les trois départements de la petite couronne, entreront en vigueur mardi et seront détaillées lundi lors d’une conférence de presse à 11H30 par la maire de Paris Anne Hidalgo et le préfet de police Didier Lallement.

Elles dureront au moins 15 jours et devraient notamment entraîner la fermeture des bars et cafés. Les restaurants en revanche pourront rester ouverts, à Paris mais aussi partout en France, y compris à Aix-Marseille où ils avaient dû baisser le rideau il y a une semaine. Le gouvernement suit en effet l’avis du Haut Conseil de Santé Publique qui a validé dimanche le protocole sanitaire renforcé proposé par les professionnels du secteur et qui sera applicable dans les zones d’alerte maximale ainsi que dans les zones d’alerte renforcée.

Là-aussi, les modalités de ce protocole seront détaillées lundi par les ministres compétents. Selon l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie des Bouches-du-Rhône, les restaurateurs devront notamment recenser leurs clients pour les contacter après coup en cas de besoin, garder 1,5 mètre entre chaque table et rendre obligatoire le paiement à table, mais aussi fermer leurs établissements à 22h.

Matignon a également annoncé que les salles ou amphithéâtres des universités ne pourraient, à partir de mardi, être remplis qu’à 50% de leur capacité au maximum en zones d’alerte renforcée et maximale.

Le taux d’incidence dépassait ainsi toujours la barre des 250 pour 100.000 habitants à Paris et le seuil critique des 100 chez les plus de 65 ans. Quant au taux d’occupation des lits en réanimation pour les patients atteints de Covid-19, il s’élevait lui aussi au-dessus du seuil d’alerte maximale de 30% en Ile-de-France, selon les chiffres de l’Agence régionale de santé (ARS).

Selon la principale organisation patronale de l’hôtellerie, l’Umih, environ 15% des 220.000 entreprises du secteur – cafés, bars, hôtels, restaurants, brasseries, discothèques – pourraient mettre la clé sous la porte dans les mois à venir en France, et 220 à 250.000 salariés se retrouver au chômage.

« On est contents pour les restaurants, même si jeter l’opprobre sur notre profession en disant que c’est un haut lieu de contamination, alors que les centres commerciaux et les transports en commun sont très fréquentés, et qu’on a organisé la Nuit blanche à Paris ce week-end, ça interroge », a réagi auprès de l’AFP Franck Delvau, le président de l’Umih Paris Ile-de-France.

 

Bars, restaurants etc.: une vague de faillites sans précédent

Bars, restaurants etc.: une vague de faillites sans précédent

 

Globalement les dernières mesures restrictives vis-à-vis des bars et des restaurants pourraient conduire à la fermeture définitive de 20 à 30 % des établissements. Pour Marseille, c’est assurément une condamnation à mort des établissements qui ne disposent pas d’une assise financière suffisante. Ailleurs la législation et l’ambiance anxiogène vont aussi plomber l’activité Beaucoup auront de la peine à résister à une crise sans précédent qui les a privé d’une grande partie de leur chiffre d’affaires alors que les charges pour une partie continue de courir. Dans le nouveau dispositif à Paris les  établissements ne proposant pas de nourriture devront baisser leur rideau à 22h, dernier délai. Seuls pourront rester ouverts les restaurants disposant d’une licence de grande restauration. Le respect des gestes barrières et protocoles sanitaires devra être assuré.

La préfecture annonce en outre l’interdiction de la vente d’alcool à emporter, ainsi que de la consommation d’alcool sur la voie publique, à partir de 22h et jusqu’à 6h du matin. Il sera également interdit, sur cette même tranche horaire, de diffuser de la musique sur la voie publique ou de la musique «audible depuis la voie publique» : un moyen de lutter contre les fêtes sauvages dans les habitations.

Bars, restaurants: la mort prochaine de 30 % des établissements

Bars, restaurants: la mort prochaine de 30 % des établissements

 

Globalement les dernières mesures restrictives vis-à-vis des bars et des restaurants pourraient conduire à la fermeture définitive de 20 à 30 % des établissements. Pour Marseille, c’est assurément une condamnation à mort des établissements qui ne disposent pas d’une assise financière suffisante. Ailleurs la législation et l’ambiance anxiogène vont aussi plomber l’activité Beaucoup auront de la peine à résister à une crise sans précédent qui les a privé d’une grande partie de leur chiffre d’affaires alors que les charges pour une partie continue de courir. Dans le nouveau dispositif à Paris les  établissements ne proposant pas de nourriture devront baisser leur rideau à 22h, dernier délai. Seuls pourront rester ouverts les restaurants disposant d’une licence de grande restauration. Le respect des gestes barrières et protocoles sanitaires devra être assuré.

La préfecture annonce en outre l’interdiction de la vente d’alcool à emporter, ainsi que de la consommation d’alcool sur la voie publique, à partir de 22h et jusqu’à 6h du matin. Il sera également interdit, sur cette même tranche horaire, de diffuser de la musique sur la voie publique ou de la musique «audible depuis la voie publique» : un moyen de lutter contre les fêtes sauvages dans les habitations.

Cafés, restaurants, tourisme … ça va repartir mais doucement

Cafés, restaurants, tourisme … ça va repartir mais doucement

L’activité de secteur victimes de fermeture administrative va forcément repartir puisque le chiffre d’affaires était souvent proche de zéro pendant la période de confinement. Le problème c’est que le redémarrage risque d’être progressif. D’abord parce qu’il n’est pas certain que les chefs d’entreprises puissent supporter la totalité des charges de personnel habituel avec une clientèle plus réduite. Ensuite parce que cette même clientèle ne va peut-être pas se précipiter dans certain lieux qui en dépit des mesures d’hygiène comporteront des risques de confinement. Globalement en dépit des efforts des commerçants, on va manquer de place et de moyens pour faire respecter des règles d’hygiène particulièrement rigoureuses et complexes . le déconfinement risque d’abord de profiter aux lieux naturels, jardins, terrasses et autre espaces publics.

De la même manière les transports publics n’ont pas retrouvé immédiatement leur clientèle habituelle pour les raisons déjà évoquées précédemment.

Pour permettre ces déplacements, le secrétaire d’Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a annoncé dimanche que « 100% de l’offre » de la SNCF serait commercialisée à partir de la « mi-juin », avec la levée de la restriction d’un siège sur deux occupé. À noter que paradoxalement il n’y aura pas de restriction d’espace pour le transport aérien ! Un avantage pour compagnie mais sans doute une inquiétude pour certains voyageurs.

En revanche, l’attestation pour prendre les transports en commun aux heures de pointe en Ile-de-France sera obligatoire « au moins jusqu’au 22 juin« .

Parallèlement aux incertitudes concernant la reprise des activités de loisirs et de tourisme se pose la question de la reprise de l’emploi qui n’est pas forcément compatible avec une prise en compte d’objectifs de d’environnement et de maintien du pouvoir d’achat, donc de consommation et de croissance.

Déconfinement: dans les zones vertes, les restaurants vont reprendre du service

Déconfinement: dans les zones vertes, les restaurants vont reprendre du service

Les premiers établissements rouvriront le 2 juin, avec au moins un mètre entre chaque client. Un protocole sanitaire a été signé entre les professionnels du secteur et les autorités.

Les restaurateurs se préparent à reprendre leur activité, en supprimant des tables. Dans les zones vertes, les premiers rouvriront le 2 juin ; les autres attendent toujours d’être fixés sur leur sort. L’espace à réserver entre chaque client était devenu l’enjeu numéro un de la réouverture. Pour des raisons sanitaires, le gouvernement plaidait pour deux mètres, soit un périmètre de 4 mètres carrés par client, comme dans les bureaux. Sous la pression des professionnels, représentés par Sébastien Bazin, le PDG d’Accor, l’espace a été réduit à un mètre.

Un accord a été trouvé ce week-end. Il ouvre la voie à une reprise, même difficile. «Depuis le début, les restaurateurs proposent un mètre de distance entre chaque client, confie Hubert Jan, responsable restauration à l’Umih. Le Conseil scientifique avait fait pression sur le gouvernement pour que ce soit 2 mètres. Cette obligation empêchait les professionnels de rouvrir, en les tuant économiquement. Le bon sens des uns et des autres l’a emporté.»

Malgré leurs différences, petits indépendants comme grands groupes ont proposé un protocole de déconfinement commun, avec des règles de bonne conduite sanitaire. Ce document de 10 pages, signé par les autorités et les professionnels, et que s’est procuré Europe 1, vient confirmer cette distance d’un mètre. Chaque tablée (de 10 personnes maximum) devra être servie par un même membre du personnel, qui devra se laver les mains toutes les 30 minutes ou porter des gants. Pour les menus, la version papier devra être évitée au maximum, selon le document, qui suggère de recourir à un support numérique, une présentation orale ou encore une ardoise maintenue à distance. Les clients seront tenus de se désinfecter les mains s’ils n’ont d’autre choix que de toucher la version papier. Les buffets seront autorisés, sous réserve de la mise en place d’un sens de circulation et d’un marquage au sol. Il en va de même aux toilettes, «où les distances de sécurité devront être clairement matérialisées en cas de file d’attente», explique Europe 1. Un référent Covid-19 chargé de veiller à l’application de ces règles devra être nommé.

La restauration avec service à table est essentiellement constituée de petits établissements: 90 % de l’activité est réalisée par des entreprises de moins de dix salariés, qui disposent de petites surfaces. «Avec un mètre de distance, on peut estimer que les professionnels perdront entre 40 et 50 % de chiffre d’affaires, calcule Hubert Jan. Les restaurateurs qui sont dans les zones touristiques vont pouvoir rouvrir. Dans les grandes zones urbaines comme Paris, beaucoup attendront septembre.»

 

 

 

Beaucoup d’emplois sont en jeu. À elle seule, la profession emploie 830.000 personnes dans 206.800 cafés, bars et restaurants. À l’arrêt depuis le 14 mars, elle vit sous perfusion d’aides (chômage partiel, prêts garantis par l’État, reports et annulations de charges…). Le plan de relance à 18 milliards d’euros du gouvernement doit permettre d’éviter des faillites. Mais il y en aura.

Unmute

Cafés et restaurants: réouverture le 2 juin ?

afés et restaurants: réouverture le 2 juin ?

Édouard Philippe doit l’annoncer officiellement lundi 25 mai

Un accord est en passe d’être trouvé ce dimanche 24 mai pour les zones vertes. Le sujet qui posait problème depuis des jours, c’est l’obligation de laisser au moins deux mètres entre chaque client. Cela représente un périmètre de 4 mètres carré, comme dans les bureaux ou les entreprises. Cela revient à accueillir seulement un quart de la clientèle, ce qui n’est pas rentable pour les restaurateurs.

Cette obligation est désormais enterrée. Les professionnels ont calculés qu’avec 50 % d’occupation des tables ainsi que les aides de l’État pour financer le chômage partiel et l’exonération de charges sur toute la période de confinement, les restaurants pourront rouvrir en zone verte à partir du 2 juin.

Très forte chute dans les hôtels-restaurants à Paris

Très forte chute dans les hôtels-restaurants à Paris

Conséquence des attentats, les réservations accusent une chute de 30% à 40% dans les hôtels et les restaurants parisiens pour les fêtes de fin d’année, plombées par la chute du tourisme après les attentats du 13 novembre, selon les estimations de l’Union des métiers de l’industrie hôtelière (UMIH). « Les réservations pour le week-end de fin d’année sont en baisse de 30% à 40% », a déclaré à Reuters Evelyne Maes, présidente de l’UMIH-Paris Ile-de-France, précisant que les estimations concernaient les hôtels de une à quatre étoiles. Pour les restaurants, la baisse est du même ordre, a-t-elle ajouté. Après une courte embellie liée à la conférence de Paris sur le climat, l’hôtellerie parisienne se prépare à des mois difficiles, en particulier dans les établissements haut de gamme où la chute devrait atteindre 50% en décembre.

Consommation: vacances, voitures, restaurants, vêtements victimes

Consommation: vacances, voitures, restaurants, vêtements victimes

Moins de gaspillages sans doute, c’est bien,  mais malheureusement davantage de chômage avec ces diminutions de consommations. En cause le pouvoir d’achat, la fiscalité et peut-être surtout la certitude que la crise ne fait que commencer. Les Français ont diminué avec la crise leur budget consommation, surtout les dépenses de loisirs mais pas seulement: sont également concernés les achats de vêtements, les dépenses chez le coiffeur, les frais médicaux ou encore les assurances, selon une étude publiée par Pitney Bowes.  45% des personnes interrogées en janvier-février sur la base d’un échantillon représentatif de la population française adulte ont indiqué avoir réduit « significativement durant ces deux dernières années » leurs dépenses dans des restaurants.  41% ont diminué les frais de vacances et de voyages, 40% les achats de vêtements, 22% les dépenses de coiffeur, 22% le budget de changement de voiture, 20% les frais de cinéma, 14% les travaux de bricolage et de rénovation, 14% les achats de chaussures, 12% les abonnements à des chaînes de sport ou de cinéma, 11% les assurances, 10% les frais dentaires, 10% les concerts.  Viennent ensuite les sacs à main (8%), les abonnements à un gymnase (8%), les sorties au théâtre (6%), les frais de taxis (6%), les spectacles d’évènements sportifs (5%), les cotisations retraite (3%) et les dépenses de baby-sitting (3%), selon cette étude réalisée en ligne et diffusée par Pitney Bowes, une société qui fournit logiciels, équipements et services aux entreprises.  Les priorités diffèrent un peu lorsqu’on interroge les sondés sur les domaines dans lesquels ils comptent à nouveau dépenser davantage « lorsque la situation se sera améliorée ». Comme si les nouveaux arbitrages liés à la crise étaient voués à laisser des traces durables. Exemple: 22% ont baissé leurs dépenses de coiffeur depuis deux ans et seuls 13% comptent les augmenter à nouveau quand cela ira mieux…  Le premier poste budgétaire voué à être revu en hausse « lorsque la situation se sera améliorée » est celui des vacances et des voyages (62%), devant les achats de vêtements (40%) et les sorties au restaurant (39%).  Suivent le changement de voiture (28%), les frais dentaires (15%), le bricolage et les rénovations (14%), les chaussures (14%), le coiffeur (13%), les abonnements à des chaînes de sport ou de cinéma (12%), les concerts (9%), les cotisations retraite (7%), le théâtre (6%), les assurances (5%), le cinéma (4%), l’abonnement à un gymnase (4%), les sacs à main (3%), les évènements sportifs (3%), les dépenses de baby-sitting (2%) et les taxis (1%).

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol