Archive pour le Tag 'Résister'

Politique -Corse: résister à l’extrêmisme

 

Politique -Corse: résister à l’extrêmisme 

 

Alors que la tension ne retombe pas depuis l’assassinat d’Yvan Colonna, Jean-Charles Orsucci, le maire (LRM) de Bonifacio, salue la volonté de dialogue du gouvernement. Dans une tribune au « Monde », il assure le président du conseil exécutif de Corse de son soutien « pour trouver la voie de l’apaisement ».

 

Tribune.

Je suis né à Aulnay-sous-Bois au début des années 1970. Je suis le fils de deux fonctionnaires corses qui n’aspiraient qu’à retrouver leur île natale, le dernier d’une fratrie dont l’enfance a baigné dans la nostalgie d’une Corse idéalisée en vacances.

Revenu à l’âge de l’adolescence à Bonifacio (Corse-du-Sud), mon berceau familial, j’y ai grandi durant les années difficiles que connut notre région.

J’ai étudié à l’université de Corse, où j’ai connu mes premiers débats enfiévrés sur l’autonomie et les manières turbulentes de les exprimer. J’y ai forgé ma conscience politique propre où mêlent la ferme assurance de faire partie d’un petit peuple fier et l’idéal républicain, ouvert et tolérant, cher à mon mentor, Michel Rocard.

Je me définis comme corse par mes origines et français par ma naissance. Je suis la synthèse complexe de cette double filiation et je ne compte renoncer ni à l’une ni à l’autre.

Comme tous les Corses, j’ai été horrifié par l’assassinat abject du préfet Claude Erignac [le 6 février 1998, à Ajaccio], que rien ne peut justifier. J’ai défilé au lendemain de ce drame avec 40 000 compatriotes pour exprimer ma plus profonde désapprobation et mon rejet de cette violence.

Mais j’ai aussi été meurtri par la culpabilisation générale et la responsabilité collective que certains ont voulu nous imputer après ce crime : aux yeux de certains, les Corses étaient tous coupables. Ces faux procès, ces accusations injustes, ont instillé le poison d’une incompréhension réciproque.

Je suis devenu maire de Bonifacio en 2008, puis conseiller à l’Assemblée de Corse en 2010. Fidèle à mon engagement politique, je n’ai eu de cesse d’œuvrer pour trouver une issue politique pacifiée aux problèmes que rencontrent les Corses : la pauvreté, la précarité, les difficultés à accéder à l’emploi et à la propriété, la vie chère.

Figurent aussi des abcès plus symboliques, comme le rapprochement des prisonniers corses près de leur famille, conformément à la loi. A cet égard, j’ai participé à l’écriture et au vote de plusieurs délibérations demandant que soit respecté ce droit que l’on reconnaît ailleurs aux tueurs d’enfants ou aux assassins djihadistes. En retour, un silence méprisant nous a été opposé, ou le maintien abusif d’un statut de « détenu particulièrement signalé » (DPS) (on a vu ce qu’il en était [c’était le cas d’Yvan Colonna]). Tout cela a été mal vécu.

Aussi, lorsque le 2 mars, un terroriste salafo-islamiste a tenté d’assassiner Yvan Colonna [mort le 21 mars], j’ai immédiatement craint et anticipé un embrasement en Corse. Yvan Colonna ne devait pas mourir en prison et certainement pas de cette façon horrible.

Immigration : résister à l’odieux chantage de Loukachenko

Immigration : résister à l’odieux chantage  de Loukachenko

 

 

Un papier du Monde dénonce l’odieux chantage de la Biélorussie qui attire les immigrés à la frontière de l’Europe pour déstabiliser l’Union Européenne

 

Le  dirigeant biélorusse Alexandre Loukachenko a organisé depuis l’été des filières aériennes pour attirer les migrants et demandeurs d’asile du Moyen-Orient vers son pays en leur faisant miroiter un passage vers l’Union européenne (UE).

Une fois en Biélorussie, ils sont activement poussés à franchir illégalement la frontière avec la Lituanie et la Pologne. Beaucoup sont alors repoussés et quelque 2 000 d’entre eux sont actuellement bloqués dans la forêt glaciale entre les deux frontières. Sur le terrain, la situation humanitaire est dramatique ; au moins huit personnes sont déjà mortes.

 

Il s’agit, clairement, d’une agression contre les pays frontaliers qui abritent l’opposition biélorusse en exil et, au-delà, contre l’UE. Les dirigeants européens ont finalement pris la mesure de cette opération qu’ils qualifient à présent d’« attaque hybride », une expression utilisée par les Baltes depuis le début mais que Bruxelles jugeait excessive.

En visite à Washington, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, s’en est entretenue avec le président Joe Biden. « Il ne s’agit pas d’une crise migratoire, a-t-elle dit. Il s’agit d’une tentative de déstabilisation menée par un régime autoritaire contre ses voisins démocratiques. C’est l’ensemble de l’UE qui est défiée. »


Que peut faire l’UE ? Prendre une nouvelle série de sanctions contre Minsk, avec toutes leurs imperfections. Soulever la question à l’ONU, comme l’ont fait la France, l’Irlande et l’Estonie, jeudi 11 novembre, en convoquant une réunion d’urgence du Conseil de sécurité, qui s’est soldée par une déclaration conjointe des Occidentaux demandant à la Biélorussie de cesser. Agir auprès des compagnies aériennes impliquées. Aller voir les dirigeants des pays de départ, quand c’est possible, pour obtenir qu’ils ne se rendent pas complices de ce trafic humain : c’est ce qu’a entrepris le commissaire européen Margaritis Schinas.

Le vrai levier, cependant, se trouve à Moscou. La chancelière Angela Merkel a appelé deux fois en deux jours le président Vladimir Poutine, qui a commencé par lui répondre de s’adresser directement à Loukachenko – dont l’UE ne reconnaît pas la légitimité. Les propos publics du chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, illustrent le parfait cynisme de Moscou dans l’affaire : il est clair que l’embarras dans lequel cette crise plonge l’UE fait le jeu du Kremlin.

L’Europe ne doit pas céder à l’intimidation ni aux menaces de Loukachenko de couper la fourniture de gaz russe qui transite par son pays. Une attitude de fermeté, y compris sur la protection des frontières de l’UE, est la seule possible. Dans l’immédiat, un impératif s’impose d’urgence : résoudre la désastreuse situation humanitaire à la frontière polonaise, avec l’aide du Haut-Commissariat aux réfugiés, pour éviter un drame de plus grande ampleur. Cela implique que Varsovie accepte de coopérer avec les structures européennes, malgré ses différends avec Bruxelles. La Pologne ne peut surmonter cette crise qu’avec l’UE. Car si la souveraineté de l’Europe est menacée, la sienne ne vaudra plus grand-chose.

Résister quand tout s’effondre

 Résister quand tout s’effondre

Pour l’autrice de « La Langue géniale », invitée du prochain Forum philo « Le Monde » Le Mans, l’Enée de Virgile est le héros vers qui se tourner en période de crise.

 

 

Elle est passée, presque du jour au lendemain, de l’ombre à la lumière. L’immense succès mondial de La Langue géniale (Les Belles Lettres, 2018), traduit en vingt-sept langues, a fait d’Andrea Marcolongo une star inattendue. La jeune professeure de grec ancien a montré depuis que cette révélation n’était pas un feu de paille. De livre en livre, explorant de grandes œuvres de l’Antiquité, elle a imposé un style très personnel, alliant érudition sans faille et sensibilité à fleur de peau. Son nouvel essai, L’Art de résister, scrute l’Enéide, de Virgile (70-19 av. J.-C.), en l’éclairant d’une lumière contemporaine.

Ce poème épique, il faut le rappeler, enseigne à endurer les crises : sortant de Troie en flammes avec son jeune fils et son père impotent, Enée doit traverser la Méditerranée à la recherche d’une nouvelle patrie. Après sept années d’épreuves, il fait naufrage à Carthage, où il s’éprend de la reine Didon. Elle se suicide quand Enée la quitte pour poursuivre sa mission. Arrivé en Italie, il mène une longue guerre ouvrant la voie à la fondation de Rome.

Virgile est célèbre, mais pas populaire. Pour quelles raisons ?

Comme presque tout le monde, j’ai rencontré Virgile pour la première fois au lycée. Et je l’ai retrouvé évidemment à l’université au cours de mes études de lettres classiques. Mais je n’avais jamais véritablement ressenti ce qu’Enée et l’Enéide avaient d’admirable. C’est toujours Homère que l’on aime, c’est à Ulysse, ou Achille que l’on s’attache. Jamais, autour de moi, je n’ai entendu personne dire qu’Enée était son héros préféré ! Même s’il a fondé l’Italie, et préparé l’essor de l’Empire romain, il n’est pas vraiment admiré, ne suscite aucune ferveur.

Alors, comment l’avez-vous redécouvert, et lu avec d’autres yeux ?

Je travaillais déjà à ce livre quand la pandémie et le confinement m’ont fait comprendre que le poème de Virgile, qui évoque avant tout une histoire collective, la vie d’un peuple, et pas simplement celle d’un héros, se perçoit très différemment dans une période de crise. Quand tout va bien, que le monde est stable et que le bien-être et la sécurité règnent, on préfère Homère. Quand des malheurs s’annoncent et que la peur s’installe, c’est vers Virgile qu’on peut se tourner, parce qu’Enée est le héros qui enseigne à se tenir debout malgré tout, à résister quand tout s’effondre.


Cet « art de résister » dont Enée constitue selon vous le modèle, en quoi consiste-t-il ?

Etre sérieux, faire ce qui doit être fait, sans céder à l’abattement, à la douleur, au désespoir. C’est pourquoi ce n’est pas un héros spectaculaire ni éclatant. Il remplit sa mission, quoi qu’il advienne. Si on le lit dans une période où tout va bien, on pourra lui reprocher d’être terne, austère, et même plutôt triste, incapable par exemple de vivre sa passion amoureuse. En revanche, quand tout va mal, on admire sa grandeur, qui consiste avant tout à ne pas agir pour lui-même mais pour les siens – son vieux père, son fils, son peuple – et pour leur avenir. Il traverse toutes les souffrances du présent pour préserver un futur différent. C’est un héros pour temps de crise. Virgile l’a conçu à un tournant de l’histoire de Rome, le déclin de la République et la naissance de l’Empire. Dante l’a magnifié à un moment où les cités italiennes traversaient une crise politique majeure. Nous le retrouvons dans les effondrements qui nous menacent.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol