Archive pour le Tag 'réseaux'

Page 2 sur 5

Mea culpa de l’Elysée : pas de coupure réseaux sociaux en France…… comme en Chine ou en Russie ?

Mea culpa de l’Elysée : pas de coupure réseaux sociaux en France…… comme en Chine ou en Russie ?


Preuve supplémentaire que Macron semble complètement désemparé par rapport à la profondeur et à l’ampleur de la crise des quartiers, le président avait déclaré être prêt à fermer les réseaux sociaux. Exactement ce qui se passe dans les pays de dictature comme la Chine, la Russie ou encore l’Iran. Sans parler des difficultés techniques à moins de fermer complètement Internet. Mieux vaudrait sans doute une mesure plus structurelle et courageuse visant à interdire strictement l’anonymat qui favorise le déversement d’ordures et de haines.

« Nous avons besoin d’avoir une réflexion sur l’usage des réseaux sociaux chez les plus jeunes. [...] Sur les interdictions que l’on doit mettre. [...] Et quand les choses s’emballent, il faut peut-être se mettre en situation de les réguler ou de les couper. Il ne faut surtout pas le faire à chaud, et je me félicite qu’on n’ait pas eu à le faire », a résumé Emmanuel Macron face aux élus, selon les informations de BFMTV. Par parenthèse on voit mal l’intérêt de les fermer à froid!

« Mais je pense que c’est un vrai débat que l’on doit avoir. Parce que quand ça devient un instrument de rassemblement ou pour essayer de tuer, c’est un vrai sujet », a ajouté le chef de l’État
TikTok et Snapchat pointés du doigtCes menaces font suite à l’utilisation de Snapchat, TikTok ou Telegram par les émeutiers, pour filmer certains actes violents, certains pillages, ou, dans une mesure qui reste difficile à quantifier, organiser des rassemblements illégaux.

Finalement Macon revient sur cette hypothèse et déclare ne plus avoir l’intention de fermer des réseaux sociaux!

Couper les réseaux sociaux en France…… comme en Chine ou en Russie ?

Couper les réseaux sociaux en France…… comme en Chine ou en Russie ?


Preuve supplémentaire que Macron semble complètement désemparé par rapport à la profondeur et à l’ampleur de la crise des quartiers, le président a déclaré être prêt à fermer les réseaux sociaux. Exactement ce qui se passe dans les pays de dictature comme la Chine, la Russie ou encore l’Iran. Mieux vaudrait sans doute une mesure plus structurelle et courageuse visant à interdire strictement l’anonymat qui favorise le déversement d’ordures et de haine.

« Nous avons besoin d’avoir une réflexion sur l’usage des réseaux sociaux chez les plus jeunes. [...] Sur les interdictions que l’on doit mettre. [...] Et quand les choses s’emballent, il faut peut-être se mettre en situation de les réguler ou de les couper. Il ne faut surtout pas le faire à chaud, et je me félicite qu’on n’ait pas eu à le faire », a résumé Emmanuel Macron face aux élus, selon les informations de BFMTV.Par parenthèse on voit mal l’intérêt de les fermer à froid!

« Mais je pense que c’est un vrai débat que l’on doit avoir. Parce que quand ça devient un instrument de rassemblement ou pour essayer de tuer, c’est un vrai sujet », a ajouté le chef de l’État
TikTok et Snapchat pointés du doigtCes menaces font suite à l’utilisation de Snapchat, TikTok ou Telegram par les émeutiers, pour filmer certains actes violents, certains pillages, ou, dans une mesure qui reste difficile à quantifier, organiser des rassemblements illégaux.

s.

Réseaux sociaux : mettre fin à l’anonymat

Réseaux sociaux : mettre fin à l’anonymat

Par Philippe Boyer, directeur relations institutionnelles et innovation à Covivio.


Certaines images d’archives de l’INA montrent que, durant les évènements de Mai-68, lors des assemblées générales de grévistes, à un moment donné ou à un autre, la question déboulait lorsqu’une personne inconnue prenait la parole : « D’où parles-tu camarade ? », lui demandait-on alors. Par cette interpellation directe, l’orateur était sommé de justifier sa position de « classe », et donc sa légitimité à s’exprimer. Avec le numérique et singulièrement les réseaux sociaux, ce « D’où parles-tu camarade ? » s’est transformé en « Vas-y camarade : profite, exprime-toi autant que tu veux… tu as et tu es la parole ! ».

C’est un fait : nous sommes désormais noyés dans un flot ininterrompu de paroles, au point, parfois, d’espérer un peu de silence…
Bien sûr, on ne cédera pas à ce trop facile « c’était mieux avant… » au point d’oublier que ce sont ces outils numériques qui ont notamment permis à la parole de se libérer : #MeToo, #BlackLivesMatter, #OccupyWallStreet, #JeSuisCharlie ou, plus récemment #MahsaAmini … des milliards de prises de paroles pour exprimer une indignation et faire bouger l’ordre établi.

Avec la révolution numérique, tout ou presque est devenu parole. Nous, les humains, avons d’ailleurs perdu ce privilège de la parole depuis que les machines interagissent sans cesse avec nous : réfrigérateurs, voitures, livres, journaux (à défaut de la lire, cette chronique peut être écoutée) : sans jeu de mots, tout nous parle.
Outre que tout cela génère une cacophonie assourdissante qui a pour résultat de rendre impossible toute tentative de hiérarchisation de l’information, ce magma de mots, de sons et d’images (vidéos, smileys, SMS…) a pour effet de banaliser la parole et, par voie de conséquence, d’étouffer le débat.

On se parle sans s’écouter, on se parle entre soi, on parle pour exclure, on parle pour ne rien dire… bref, trop de paroles tue la parole, selon la formule connue, en écho à la thèse de l’ouvrage récent de Monique Atlan et Roger-Pol Droit, « Quand la parole détruit [1] ».

Ne rêvons pas : on ne refermera plus cette boîte de Pandore, qui, grâce à la palette d’outils numériques à la disposition du plus grand nombre, permet à cette parole de triompher voire de se transformer en arme lorsque celle-ci se mue en injure, complotisme, calomnie ou haine de l’autre.
Alors comment tenter de réguler cette parole ou, à défaut, essayer de la canaliser ? Bien sûr, il y a la vision idéale d’un Socrate pour qui le « dialogue » (« dia » : à-travers et « logos » : parole) permet d’exercer sa raison grâce à l’échange et à l’objection. Nous n’en sommes malheureusement plus là…

Il faut donc réfléchir à d’autres formes de maîtrise de la parole, non pour censurer mais pour faire en sorte que les débordements liés aux outils numériques soient contenus.

Dans son dernier ouvrage, la philosophe Monique Canto-Sperber [2] avance l’idée que la liberté d’expression, héritée de grandes lois au XIXe siècle – en France, avec notamment la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse -, repose sur le principe que ceux qui avaient accès à la parole, pouvaient certes critiquer, contester… mais que leurs interventions dans le débat public se faisait en cohérence avec « un langage et des valeurs communes » [3].

C hacun a les moyens de s’exprimer, mais les paroles les plus extrêmes sont valorisées par les algorithmes avec pour conséquence que la parole devient assassine et, partant, que l’écoute, les nuances et le débat n’existent plus. Et de conclure que la liberté d’expression est « un droit qui doit être limité si son emploi cause un dommage ».
L’une des pistes consisterait donc à réfléchir à des actions destinées à définir ce qui est/serait admissible ou pas en termes de paroles et de liberté d’expression. Constat a priori logique mais pas simple à mettre en œuvre à l’ère du numérique, et cela, dans un État de droit.

L’autre piste pour tenter de canaliser cette parole débridée, qui débouche souvent sur des formes de violence verbale, consiste à miser, voire imposer un plus haut niveau de responsabilisation des grandes plateformes. Concrètement, il faudrait règlementer en faveur de la fin de l’anonymat.

En le faisant, on pourra tout autant s’exprimer mais on ne pourra plus le faire en toute impunité, en se cachant derrière un pseudonyme. Certes, la fin d’un anonymat généralisé qui déresponsabilise utilisateurs et diffuseurs n’est pas pour demain, mais cette idée connaît néanmoins de réelles avancées.

Contraints de se réinventer et à appliquer les réglementations imposées par les États, et singulièrement l’Union Européenne (RGPD, DSA, DMA : ces sigles comme autant d’initiatives de l’UE pour réglementer le Far-West numérique), les GAFA tendent de plus en plus à proposer à leurs utilisateurs de nouveaux services payants qui passent par des contraintes d’identification.

Outre que ces identifications individuelles s’avéreraient, à long terme, plus rentables que les formules qui reposent sur la gratuité et l’anonymat, elles permettraient à ces plateformes d’avoir le beau rôle : avoir été à l’origine d’une maîtrise du niveau de violences verbales sans toucher à la sacro-sainte liberté d’expression et tout en générant plus de bénéfices.
En soi, un idéal à atteindre qui permettrait de faire en sorte que la parole ne tue plus, et que l’on sache enfin d’où parle ce camarade…
___
NOTE
1 Monique Atlan et Roger-Pol Droit, « Quand la parole détruit », Éditions de l’Observatoire (décembre 2022).
2 Monique Canto-Sperber, « Sauver la liberté d’expression », Éditions Albin Michel (avril 2021).
3 https://www.lepoint.fr/postillon/canto-sperber-la-liberte-d-expression-releve-du-juste-pas-du-bien-24-04-2021-2423560_3961.php

Responsabilisation des réseaux sociaux : pour la fin de l’anonymat

Responsabilisation des réseaux sociaux : pour la fin de l’anonymat

Par Philippe Boyer, directeur relations institutionnelles et innovation à Covivio.


Certaines images d’archives de l’INA montrent que, durant les évènements de Mai-68, lors des assemblées générales de grévistes, à un moment donné ou à un autre, la question déboulait lorsqu’une personne inconnue prenait la parole : « D’où parles-tu camarade ? », lui demandait-on alors. Par cette interpellation directe, l’orateur était sommé de justifier sa position de « classe », et donc sa légitimité à s’exprimer. Avec le numérique et singulièrement les réseaux sociaux, ce « D’où parles-tu camarade ? » s’est transformé en « Vas-y camarade : profite, exprime-toi autant que tu veux… tu as et tu es la parole ! ».

C’est un fait : nous sommes désormais noyés dans un flot ininterrompu de paroles, au point, parfois, d’espérer un peu de silence…
Bien sûr, on ne cédera pas à ce trop facile « c’était mieux avant… » au point d’oublier que ce sont ces outils numériques qui ont notamment permis à la parole de se libérer : #MeToo, #BlackLivesMatter, #OccupyWallStreet, #JeSuisCharlie ou, plus récemment #MahsaAmini … des milliards de prises de paroles pour exprimer une indignation et faire bouger l’ordre établi.

Avec la révolution numérique, tout ou presque est devenu parole. Nous, les humains, avons d’ailleurs perdu ce privilège de la parole depuis que les machines interagissent sans cesse avec nous : réfrigérateurs, voitures, livres, journaux (à défaut de la lire, cette chronique peut être écoutée) : sans jeu de mots, tout nous parle.
Outre que tout cela génère une cacophonie assourdissante qui a pour résultat de rendre impossible toute tentative de hiérarchisation de l’information, ce magma de mots, de sons et d’images (vidéos, smileys, SMS…) a pour effet de banaliser la parole et, par voie de conséquence, d’étouffer le débat.

On se parle sans s’écouter, on se parle entre soi, on parle pour exclure, on parle pour ne rien dire… bref, trop de paroles tue la parole, selon la formule connue, en écho à la thèse de l’ouvrage récent de Monique Atlan et Roger-Pol Droit, « Quand la parole détruit [1] ».

Ne rêvons pas : on ne refermera plus cette boîte de Pandore, qui, grâce à la palette d’outils numériques à la disposition du plus grand nombre, permet à cette parole de triompher voire de se transformer en arme lorsque celle-ci se mue en injure, complotisme, calomnie ou haine de l’autre.
Alors comment tenter de réguler cette parole ou, à défaut, essayer de la canaliser ? Bien sûr, il y a la vision idéale d’un Socrate pour qui le « dialogue » (« dia » : à-travers et « logos » : parole) permet d’exercer sa raison grâce à l’échange et à l’objection. Nous n’en sommes malheureusement plus là…

Il faut donc réfléchir à d’autres formes de maîtrise de la parole, non pour censurer mais pour faire en sorte que les débordements liés aux outils numériques soient contenus.

Dans son dernier ouvrage, la philosophe Monique Canto-Sperber [2] avance l’idée que la liberté d’expression, héritée de grandes lois au XIXe siècle – en France, avec notamment la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse -, repose sur le principe que ceux qui avaient accès à la parole, pouvaient certes critiquer, contester… mais que leurs interventions dans le débat public se faisait en cohérence avec « un langage et des valeurs communes » [3].

C hacun a les moyens de s’exprimer, mais les paroles les plus extrêmes sont valorisées par les algorithmes avec pour conséquence que la parole devient assassine et, partant, que l’écoute, les nuances et le débat n’existent plus. Et de conclure que la liberté d’expression est « un droit qui doit être limité si son emploi cause un dommage ».
L’une des pistes consisterait donc à réfléchir à des actions destinées à définir ce qui est/serait admissible ou pas en termes de paroles et de liberté d’expression. Constat a priori logique mais pas simple à mettre en œuvre à l’ère du numérique, et cela, dans un État de droit.

L’autre piste pour tenter de canaliser cette parole débridée, qui débouche souvent sur des formes de violence verbale, consiste à miser, voire imposer un plus haut niveau de responsabilisation des grandes plateformes. Concrètement, il faudrait règlementer en faveur de la fin de l’anonymat.

En le faisant, on pourra tout autant s’exprimer mais on ne pourra plus le faire en toute impunité, en se cachant derrière un pseudonyme. Certes, la fin d’un anonymat généralisé qui déresponsabilise utilisateurs et diffuseurs n’est pas pour demain, mais cette idée connaît néanmoins de réelles avancées.

Contraints de se réinventer et à appliquer les réglementations imposées par les États, et singulièrement l’Union Européenne (RGPD, DSA, DMA : ces sigles comme autant d’initiatives de l’UE pour réglementer le Far-West numérique), les GAFA tendent de plus en plus à proposer à leurs utilisateurs de nouveaux services payants qui passent par des contraintes d’identification.

Outre que ces identifications individuelles s’avéreraient, à long terme, plus rentables que les formules qui reposent sur la gratuité et l’anonymat, elles permettraient à ces plateformes d’avoir le beau rôle : avoir été à l’origine d’une maîtrise du niveau de violences verbales sans toucher à la sacro-sainte liberté d’expression et tout en générant plus de bénéfices.
En soi, un idéal à atteindre qui permettrait de faire en sorte que la parole ne tue plus, et que l’on sache enfin d’où parle ce camarade…
___
NOTE
1 Monique Atlan et Roger-Pol Droit, « Quand la parole détruit », Éditions de l’Observatoire (décembre 2022).
2 Monique Canto-Sperber, « Sauver la liberté d’expression », Éditions Albin Michel (avril 2021).
3 https://www.lepoint.fr/postillon/canto-sperber-la-liberte-d-expression-releve-du-juste-pas-du-bien-24-04-2021-2423560_3961.php

Réseaux sociaux : pour la responsabilisation et la fin de l’anonymat

Réseaux sociaux : pour la responsabilisation et la fin de l’anonymat

Par Philippe Boyer, directeur relations institutionnelles et innovation à Covivio.

Certaines images d’archives de l’INA montrent que, durant les évènements de Mai-68, lors des assemblées générales de grévistes, à un moment donné ou à un autre, la question déboulait lorsqu’une personne inconnue prenait la parole : « D’où parles-tu camarade ? », lui demandait-on alors. Par cette interpellation directe, l’orateur était sommé de justifier sa position de « classe », et donc sa légitimité à s’exprimer. Avec le numérique et singulièrement les réseaux sociaux, ce « D’où parles-tu camarade ? » s’est transformé en « Vas-y camarade : profite, exprime-toi autant que tu veux… tu as et tu es la parole ! ».

C’est un fait : nous sommes désormais noyés dans un flot ininterrompu de paroles, au point, parfois, d’espérer un peu de silence…
Bien sûr, on ne cédera pas à ce trop facile « c’était mieux avant… » au point d’oublier que ce sont ces outils numériques qui ont notamment permis à la parole de se libérer : #MeToo, #BlackLivesMatter, #OccupyWallStreet, #JeSuisCharlie ou, plus récemment #MahsaAmini … des milliards de prises de paroles pour exprimer une indignation et faire bouger l’ordre établi.

Avec la révolution numérique, tout ou presque est devenu parole. Nous, les humains, avons d’ailleurs perdu ce privilège de la parole depuis que les machines interagissent sans cesse avec nous : réfrigérateurs, voitures, livres, journaux (à défaut de la lire, cette chronique peut être écoutée) : sans jeu de mots, tout nous parle.
Outre que tout cela génère une cacophonie assourdissante qui a pour résultat de rendre impossible toute tentative de hiérarchisation de l’information, ce magma de mots, de sons et d’images (vidéos, smileys, SMS…) a pour effet de banaliser la parole et, par voie de conséquence, d’étouffer le débat.

On se parle sans s’écouter, on se parle entre soi, on parle pour exclure, on parle pour ne rien dire… bref, trop de paroles tue la parole, selon la formule connue, en écho à la thèse de l’ouvrage récent de Monique Atlan et Roger-Pol Droit, « Quand la parole détruit [1] ».

Ne rêvons pas : on ne refermera plus cette boîte de Pandore, qui, grâce à la palette d’outils numériques à la disposition du plus grand nombre, permet à cette parole de triompher voire de se transformer en arme lorsque celle-ci se mue en injure, complotisme, calomnie ou haine de l’autre.
Alors comment tenter de réguler cette parole ou, à défaut, essayer de la canaliser ? Bien sûr, il y a la vision idéale d’un Socrate pour qui le « dialogue » (« dia » : à-travers et « logos » : parole) permet d’exercer sa raison grâce à l’échange et à l’objection. Nous n’en sommes malheureusement plus là…

Il faut donc réfléchir à d’autres formes de maîtrise de la parole, non pour censurer mais pour faire en sorte que les débordements liés aux outils numériques soient contenus.

Dans son dernier ouvrage, la philosophe Monique Canto-Sperber [2] avance l’idée que la liberté d’expression, héritée de grandes lois au XIXe siècle – en France, avec notamment la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse -, repose sur le principe que ceux qui avaient accès à la parole, pouvaient certes critiquer, contester… mais que leurs interventions dans le débat public se faisait en cohérence avec « un langage et des valeurs communes » [3].

C hacun a les moyens de s’exprimer, mais les paroles les plus extrêmes sont valorisées par les algorithmes avec pour conséquence que la parole devient assassine et, partant, que l’écoute, les nuances et le débat n’existent plus. Et de conclure que la liberté d’expression est « un droit qui doit être limité si son emploi cause un dommage ».
L’une des pistes consisterait donc à réfléchir à des actions destinées à définir ce qui est/serait admissible ou pas en termes de paroles et de liberté d’expression. Constat a priori logique mais pas simple à mettre en œuvre à l’ère du numérique, et cela, dans un État de droit.

L’autre piste pour tenter de canaliser cette parole débridée, qui débouche souvent sur des formes de violence verbale, consiste à miser, voire imposer un plus haut niveau de responsabilisation des grandes plateformes. Concrètement, il faudrait règlementer en faveur de la fin de l’anonymat.

En le faisant, on pourra tout autant s’exprimer mais on ne pourra plus le faire en toute impunité, en se cachant derrière un pseudonyme. Certes, la fin d’un anonymat généralisé qui déresponsabilise utilisateurs et diffuseurs n’est pas pour demain, mais cette idée connaît néanmoins de réelles avancées.

Contraints de se réinventer et à appliquer les réglementations imposées par les États, et singulièrement l’Union Européenne (RGPD, DSA, DMA : ces sigles comme autant d’initiatives de l’UE pour réglementer le Far-West numérique), les GAFA tendent de plus en plus à proposer à leurs utilisateurs de nouveaux services payants qui passent par des contraintes d’identification.

Outre que ces identifications individuelles s’avéreraient, à long terme, plus rentables que les formules qui reposent sur la gratuité et l’anonymat, elles permettraient à ces plateformes d’avoir le beau rôle : avoir été à l’origine d’une maîtrise du niveau de violences verbales sans toucher à la sacro-sainte liberté d’expression et tout en générant plus de bénéfices.
En soi, un idéal à atteindre qui permettrait de faire en sorte que la parole ne tue plus, et que l’on sache enfin d’où parle ce camarade…
___
NOTE
1 Monique Atlan et Roger-Pol Droit, « Quand la parole détruit », Éditions de l’Observatoire (décembre 2022).
2 Monique Canto-Sperber, « Sauver la liberté d’expression », Éditions Albin Michel (avril 2021).
3 https://www.lepoint.fr/postillon/canto-sperber-la-liberte-d-expression-releve-du-juste-pas-du-bien-24-04-2021-2423560_3961.php

Société- Les jeunes intoxiqués par les contrevérités scientifiques des réseaux sociaux

Société- Les jeunes intoxiqués par les contrevérités scientifiques des réseaux sociaux

 

Pour les 18-24 ans, Selon un sondage sondage Ifop, seulement un sur trois pense que « la science apporte à l’homme plus de bien que de mal » alors qu’il y a cinquante ans, ils étaient plus d’un sur deux (55 %) à le penser.

À l’inverse, les pseudo-sciences ont connu un essor incroyable à mesure que se sont développés les réseaux sociaux. 59 % croient en au moins une superstition à caractère occulte, contre 21 % pour les plus âgés.

59 % croient en au moins une superstition à caractère occulte, contre 21 % pour les plus âgés.

L’adhésion la plus forte va à des sujets qui sont au cœur de notre réalité d’aujourd’hui. C’est l’idée d’un réchauffement climatique naturel ou de la toxicité des vaccins ARN Messager pour les enfants. Comme si ce qui suscitait le plus de croyance anti-scientifique, c’était justement ce qui nous imposait un changement dans notre quotidien.

 Ce sondage pose  ensuite, à juste titre, la question des réseaux sociaux. Elle n’est pas neutre. L’idée complotiste selon laquelle les Américains ne sont jamais allés sur la Lune progresse par exemple, car les plateformes et notamment TikTok ne jouent pas du tout le même rôle que les médias de référence, qui sont souvent le reflet d’un certain consensus scientifique. Sur les réseaux, on y détricote une vérité autorisée, admise par tous, pour en proposer une autre qu’on s’efforcera de partager au sein d’une bulle d’amis.

L’enquête a donc raison de s’inquiéter du fait que par exemple un quart des jeunes croient qu’on puisse avorter avec des produits à base de plante. Mais en même temps, on peut regretter qu’elle mélange des notions très différentes. On peut par exemple croire en Dieu sans être créationniste, donc tout en adhérant à la théorie de l’évolution des espèces. Ou bien croire à l’astrologie ou même au mauvais œil tout en donnant toute sa place à la science. En fait, les jeunes sont surtout en devenir. Ce qui inquiète, c’est donc moins qu’ils s’associent à quelque chose de scientifiquement faux que le fait qu’il le tienne durablement pour vrai.

 

En règle générale, 69 % des jeunes sont d’accord avec au moins une des affirmations proposées par les réseaux sociaux . Plus de deux tiers du panel ! Et le résultat monte à 81 % chez les jeunes qui consultent les réseaux sociaux plusieurs fois par jour.

Les jeunes intoxiqués par les contrevérités scientifiques des réseaux sociaux

Les jeunes intoxiqués par les contrevérités scientifiques des réseaux sociaux

 

Pour les 18-24 ans, Selon un sondage sondage Ifop, seulement un sur trois pense que « la science apporte à l’homme plus de bien que de mal » alors qu’il y a cinquante ans, ils étaient plus d’un sur deux (55 %) à le penser.

À l’inverse, les pseudo-sciences ont connu un essor incroyable à mesure que se sont développés les réseaux sociaux. 59 % croient en au moins une superstition à caractère occulte, contre 21 % pour les plus âgés.

59 % croient en au moins une superstition à caractère occulte, contre 21 % pour les plus âgés.

L’adhésion la plus forte va à des sujets qui sont au cœur de notre réalité d’aujourd’hui. C’est l’idée d’un réchauffement climatique naturel ou de la toxicité des vaccins ARN Messager pour les enfants. Comme si ce qui suscitait le plus de croyance anti-scientifique, c’était justement ce qui nous imposait un changement dans notre quotidien.

 Ce sondage pose  ensuite, à juste titre, la question des réseaux sociaux. Elle n’est pas neutre. L’idée complotiste selon laquelle les Américains ne sont jamais allés sur la Lune progresse par exemple, car les plateformes et notamment TikTok ne jouent pas du tout le même rôle que les médias de référence, qui sont souvent le reflet d’un certain consensus scientifique. Sur les réseaux, on y détricote une vérité autorisée, admise par tous, pour en proposer une autre qu’on s’efforcera de partager au sein d’une bulle d’amis.

L’enquête a donc raison de s’inquiéter du fait que par exemple un quart des jeunes croient qu’on puisse avorter avec des produits à base de plante. Mais en même temps, on peut regretter qu’elle mélange des notions très différentes. On peut par exemple croire en Dieu sans être créationniste, donc tout en adhérant à la théorie de l’évolution des espèces. Ou bien croire à l’astrologie ou même au mauvais œil tout en donnant toute sa place à la science. En fait, les jeunes sont surtout en devenir. Ce qui inquiète, c’est donc moins qu’ils s’associent à quelque chose de scientifiquement faux que le fait qu’il le tienne durablement pour vrai.

 

En règle générale, 69 % des jeunes sont d’accord avec au moins une des affirmations proposées par les réseaux sociaux . Plus de deux tiers du panel ! Et le résultat monte à 81 % chez les jeunes qui consultent les réseaux sociaux plusieurs fois par jour.

Sortir de la drogue des réseaux « sociaux »

Sortir de la drogue des réseaux « sociaux »

 

 

Etudes et témoignages s’accumulent pour démontrer la dangerosité d’un usage immodéré des réseaux sociaux, pour les jeunes en particulier. Un phénomène dans lequel les géants du Web ont une grande responsabilité, explique dans sa chronique Philippe Bernard, éditorialiste au « Monde ».

 

C’était à la mi-août juste après le dîner dans un refuge de montagne des Hautes-Alpes. Les bols de soupe en Duralex avaient été empilés et le gratin de crozets raclé jusqu’à la dernière miette dans les plats en inox par des randonneurs affamés. La nuit allait tomber, mais, avant de gagner les dortoirs, les occupants du lieu posé dans un site somptueux sont restés un moment autour des tables de bois, comme pour goûter encore un peu le plaisir d’être ensemble dans cet endroit hors du monde.

Et c’est là que le miracle s’est produit. Un groupe d’adolescents a sorti un jeu de tarot, leurs aînés un plateau de Scrabble, un atelier de massage cervical s’est improvisé sur un banc et, surtout, les conversations ont redoublé. Un vrai déluge de sociabilité. Une scène digne de Retour vers le futur, plongée collective vers une époque pré-smartphone où l’idée de communiquer avec les autres avec un boîtier plutôt qu’avec son voisin ne venait à personne.

Les écrans n’avaient pas disparu par enchantement. Le refuge, seulement alimenté en électricité par quelques panneaux solaires et une turbine à eau, ne permet pas la recharge des portables. D’ailleurs, le réseau n’y passe pas. Bien nommé, le « refuge » serait-il l’un des derniers sanctuaires de la « vie ensemble » délivrée de la dictature du numérique ?

On repensait à ce moment de magie collective en altitude en lisant le préoccupant dossier de L’Obs sur le stress et l’anxiété qui pourrissent la vie de bien des lycéens et submergent les services de pédopsychiatrie. « Les réseaux sociaux mettent une pression inédite sur les adolescents. Ils sont constamment assujettis à l’angoisse de l’image, se doivent de mettre en scène leur vie quitte à la fantasmer. (…) Ils n’ont plus le droit d’être moyens, y témoigne Laurent Pinel, psychiatre spécialisé dans la prise en charge des lycéens et étudiants. La perte de sens et le manque de confiance dont souffrent nos patients sont en grande partie liés à la numérisation et (…) à une forme de déshumanisation de leurs relations sociales. » Le médecin, dont les malades sont astreints à un sevrage du téléphone portable, conseille aux parents de « réintroduire des activités partagées sans écran », un peu comme dans un refuge de montagne.

Paul, un collégien nantais emporté par la spirale addictive d’Instagram, réseau de partage de photos, qui incite à guetter sans cesse des signes de reconnaissance quitte à infliger de lourdes humiliations, a dû être hospitalisé en psychiatrie. A 13 ans, il y était connecté douze heures par jour. « On parle de réseau “social”, s’indigne son père dans le documentaire percutant que vient de diffuser Arte. Mais Paul, ça l’a complètement enfermé. Il est presque obligé de réapprendre à vivre avec les autres. »

Réseaux sociaux : L’arnaque de Twitter !

Réseaux sociauxL’arnaque de Twitter !

Twitter aurait privilégié la progression du nombre d’utilisateurs au lieu de la lutte contre les comptes de spams, selon le document d’un lanceur d’alerte. Il ne s’agit pas d’une véritable surprise quand on sait que les revenus de ce réseau dit social (et ceux  des concurrents) sont fondés  sur les recettes de la publicité qui dépendent du volume d’utilisateurs).

Twitter a induit les régulateurs américains en erreur concernant sa capacité à se défendre contre les pirates informatiques et les comptes de spam, selon une plainte déposée par ce lanceur d’alerte.

L’ancien chef de la sécurité du réseau social, Peiter Zatko, a indiqué dans sa plainte que Twitter avait affirmé à tort avoir un plan solide en matière de sécurité.

La plainte a été déposée le mois dernier auprès de l’organisme américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers, du département de la Justice, ainsi qu’auprès de la FTC (Federal Trade Commission).

Twitter aurait privilégié la progression du nombre d’utilisateurs au lieu de la lutte contre les comptes de spams, selon le document.

Ces accusations interviennent alors que Twitter a intenté un procès contre Elon Musk pour violation du contrat de rachat du réseau social pour 44 milliards de dollars (44 milliards d’euros).

Le patron de Tesla a mis fin début juillet à l’accord de rachat de Twitter, accusant le groupe d’avoir manqué à ses obligations contractuelles en fournissant notamment des données erronées ou incomplètes sur le nombre de faux comptes, des accusations rejetées par le réseau social.

 

« Réseaux sociaux- »Twitter et autres : 80 % de faux comptes ?

« Réseaux sociaux- »Twitter et autres   : 80 % de faux comptes ? 

Les bots* sont-ils à l’origine du déclin de notre monde numérique ? Il est plausible que plus de 80 % des comptes Twitter soient en fait des faux – et Twitter n’est pas le seul réseau social à être concerné. Voici pourquoi… Par Dan Woods, Global Head of Intelligence chez F5. (la Tribune)

*Un bot informatique est un agent logiciel automatique ou semi-automatique qui interagit avec des serveurs informatiques. Un bot se connecte et interagit avec le serveur comme un programme client utilisé par un humain, d’où le terme « bot », qui est la contraction par aphérèse de « robot »

 

 

À ce stade, nous sommes nombreux à avoir entendu parler de l’échec de l’acquisition et de l’affaire juridique qui se profile entre Twitter, une société qui n’a pas cherché à être achetée, et Elon Musk, qui a annulé son offre d’achat de la société.

Au centre de ce conflit se trouve le trafic de robots. Il est presque certain que le trafic de robots de Twitter est beaucoup plus important que ce qui est exprimé publiquement et de ce que les équipes imaginent en interne. En toute honnêteté, c’est probablement le cas pour toutes les organisations qui sont ciblées par des bots malveillants ou indésirables mais qui n’utilisent pas les meilleures technologies pour les éliminer.

 

Dans le cas de Twitter, l’une des principales motivations est d’obtenir la création de nouveaux comptes. On a l’impression que plus une personne a de followers, plus ses tweets sont intéressants, et en effet, les comptes ayant le plus de followers ont tendance à être plus influents.

Ce modèle peut alors devenir préoccupant dès lors qu’il vise à amplifier l’influence. Imaginez l’influence que vous pourriez avoir en contrôlant automatiquement des millions de comptes Twitter qui interagissent avec les comptes réels de personnalités publiques et de citoyens privés. Cette situation est susceptible d’attirer des acteurs étatiques très motivés disposant de ressources pratiquement illimitées.

Non seulement l’incitation est énorme sur Twitter, mais il existe aussi des moyens. Il existe d’innombrables services sur Internet (y compris les marketplaces du dark/deep web) qui proposent des comptes Twitter, des followers, des likes et des retweets contre rémunération.

Pour moins de 1 000 dollars, il est possible d’obtenir près de 100 000 followers, qui retweetent tout et n’importe quoi. Ces comptes ont des noms tels que TY19038461038, et ils suivent beaucoup d’autres comptes.

Créer un compte Twitter en utilisant l’automatisation est particulièrement facile. En y regardant d’un peu plus près, il est possible d’écrire un script qui crée automatiquement des comptes Twitter. Sans pour autant changer d’adresse IP ni le nom du compte.

Il y a quelques années, un réseau social américain a déployé une stratégie de défense contre les robots et a découvert que 99 % de son trafic de connexion était automatisé.

En fait, 80 à 99 % du trafic est automatisé sur de nombreuses applications. Ces résultats ne sont pas un cas isolé – ils sont communs à de nombreuses organisations (commerçants, institutions financières, sociétés de télécommunications et entreprises de restauration rapide, pour n’en citer que quelques-unes).

La nouvelle a bien sûr été dévastatrice pour l’entreprise. Elle savait qu’elle avait un problème de bot, mais n’avait jamais imaginé qu’il était aussi grave. Les conséquences ont rapidement été ressenties. Seule une infime partie de leurs comptes clients étaient de véritables clients humains. La majeure partie était des robots

 

Pour les réseaux sociaux, le nombre d’utilisateurs actifs quotidiens (DAU), qui est un sous-ensemble de tous les comptes, joue un rôle important dans l’évaluation. La révélation que leur DAU ne représentait qu’une fraction de ce qu’elles pensaient a entraîné une baisse significative de leur valeur.

Aurait-il alors été préférable pour les actionnaires de cette entreprise de ne jamais apprendre la vérité et de se contenter d’affirmer que leur problème de bots était inférieur à 5 % ? Sans aucun doute, oui.

Cette pression ne s’applique pas seulement aux sites de réseaux sociaux dont la valorisation est déterminée par le nombre de DAU. Elle s’applique également aux entreprises qui vendent des produits à forte demande dont les stocks sont limités, comme des billets de concert, des baskets, des sacs à main de marque ou le prochain iPhone.

Lorsque ce type de produits sont vendus en quelques minutes à des robots, pour être ensuite revendus à des prix très élevés, cela créé un mécontentement des clients, mais l’entreprise parvient à écouler rapidement l’ensemble de son stock et alors, rien n’est fait pour maitriser ce procédé.

Dans ces cas, une entreprise peut vouloir donner l’impression qu’elle fait tout ce qu’elle peut pour arrêter les bots alors qu’en réalité, elle ne fait pas grand-chose.

Selon le volume et la vitesse de l’automatisation que nous observons aujourd’hui, la sophistication des bots et le manque relatif de contre-mesures, on peut facilement faire la conclusion suivante : selon toute vraisemblance, plus de 80 % des comptes Twitter sont en fait des bots.

Sans nul doute, Twitter essaie d’empêcher toute automatisation indésirable sur sa plateforme, comme toutes les entreprises. Mais il est probable qu’il s’agisse d’une automatisation très sophistiquée de la part d’acteurs extrêmement motivés. Dans ces circonstances, la lutte contre les bots n’est pas une mince affaire. Elle nécessite des outils tout aussi sophistiqués.

Cependant, il y a quelque chose de beaucoup plus important en jeu ici. Le problème des bots est plus important que les recettes publicitaires, le cours de l’action ou la valorisation d’une entreprise. Ne pas lutter contre l’usage de bots, menace l’ensemble des fondements de notre monde numérique.

Permettre aux bots de proliférer conduit à une fraude massive qui coûte des milliards. Cela permet aux nations et aux organisations malveillantes de diffuser de fausses informations, d’influencer les processus politiques voire même de créer de potentiels conflits.

Si nous voulons, en tant que société, continuer à bénéficier de toutes les connaissances, de tous les divertissements et des autres avantages que nous offre l’internet et notre monde mobile et connecté, nous devons faire quelque chose contre le trafic automatisé en ligne. La seule façon de lutter contre les bots est de mettre en place notre propre automatisation hautement sophistiquée.

Réseaux sociaux : des internautes davantage politisés ?

Réseaux sociaux : des internautes davantage politisés ?

Un article intéressant mais qui ne prouve nullement que les internautes qui s’expriment sur les réseaux sociaux sont davantage politisés -au sens militant- que les autres.

 

On note un surinvestissement sur les réseaux sociaux de citoyens s’exprimant des préférences politiques plus polarisées que l’électorat dans son ensemble. Par Marie Neihouser, Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées; Felix-Christopher von Nostitz, Institut catholique de Lille (ICL); François Briatte, Institut catholique de Lille (ICL); Giulia Sandri, Institut catholique de Lille (ICL) et Tristan Haute, Université de Lille.

 

 

Les usages électoraux d’Internet et des réseaux sociaux ont été particulièrement scrutés lors de la campagne d’avant premier tour. De nouvelles plates-formes, telles que TikTok ou Twitch, ont été fortement investies afin de toucher les plus jeunes, et certains candidats semblent y avoir été plus performants que d’autres – notamment Jean-Luc Mélenchon et Éric Zemmour. À cet égard, des études montrent que l’activisme sur Internet se structure souvent sur des bases idéologiques et est plus élevé aux extrêmes de l’échiquier politique. D’où une question : les citoyens actifs sur Internet sont-ils politiquement plus radicaux que l’ensemble des électeurs ?

Les citoyens actifs sur Internet sont-ils plus radicaux ?

En France, les usages électoraux d’Internet et des réseaux sociaux se sont développés depuis la présidentielle de 2012. Ils restent cependant relativement minoritaires.

 

Les commentaires à la suite de messages de candidats restent relativement peu nombreux tant sur Twitter que sur Facebook. Ainsi, si Jean-Luc Mélenchon récolte respectivement 23 491 et 126 465 commentaires, ce qui en fait le candidat le plus commenté, ces chiffres restent relativement modestes si on les rapporte au nombre d’inscrits sur les listes électorales, ou même au nombre de personnes inscrites sur les réseaux sociaux en France (40 millions d’utilisateurs mensuels de Facebook, 8 sur Twitter, 22 sur Instagram, 50 sur YouTube).

Surtout, certains candidats ne récoltent que quelques centaines de commentaires – ou même moins. Même si l’on regarde le nombre de likes, pratique moins coûteuse pour les internautes que le commentaire, les réactions aux messages des candidats restent relativement rares, a fortiori lorsqu’on les compare à leurs nombres d’abonnés. Pour ne prendre que quelques exemples, les likes recueillis par Emmanuel Macron sur Twitter durant la première semaine de janvier ne représentent que 2,6 % de ses abonnés, ceux reçus par Jean-Luc Mélenchon 4,4 %, ceux reçus par Marine Le Pen 1,8 %, et ceux reçus par Anne Hidalgo 0,8 %.

Reste que certains candidats suscitent plus de réactions que d’autres, et qu’à l’exception du cas particulier du président sortant, les candidats recueillant le plus d’interactions (likes et commentaires) sont les candidats d’extrême droite (Marine Le Pen, Eric Zemmour, Nicolas Dupont-Aignan) et Jean-Luc Mélenchon, ce qui tend à accréditer l’idée que les citoyens mobilisés sur Internet exprimeraient des choix électoraux plus radicaux et plus polarisés que la population électorale générale.

On sait que les citoyens politiquement actifs sur Internet présentent différentes caractéristiques : ils sont plus intéressés par la politique, plus diplômés, et plus jeunes que la moyenne. Hormis en termes d’âge, ils ressemblent en réalité beaucoup aux citoyens actifs « hors ligne ». Ces pratiques politiques s’imbriquent d’ailleurs fortement : en 2012, par exemple, les électeurs ayant participé à un meeting étaient aussi parmi les plus actifs sur Internet.

Mais l’on sait aussi – et surtout – que, après avoir contrôlé par le sexe, l’âge, le niveau de diplôme, la situation professionnelle et l’intérêt pour la politique, les individus politiquement actifs sur Internet en 2012, ceux qui ont consulté le site ou la page Facebook d’un candidat lors des élections régionales de 2015, ou encore ceux qui ont suivi un candidat sur Internet lors de la campagne présidentielle de 2017, sont soit sensiblement plus à gauche, soit, pour une part plus faible, plus à droite, que le reste des citoyens. C’est en particulier le cas lorsque l’intensité de l’activisme sur Internet est plus faible, comme lors des régionales de 2015.

Si Facebook semble autant mobilisé à l’extrême droite que par les individus se déclarant très à gauche, on note cependant des différences concernant tous les autres réseaux sociaux, qui sont bien plus utilisés à l’extrême droite.

L’écart est très important sur Twitter : seuls 2,5 % des individus se déclarant très à gauche affirment avoir consulté, partagé, « liké » ou commenté du contenu sur cette plate-forme dans les sept jours précédant l’enquête. Ce chiffre est quatre fois plus élevé chez ceux qui se positionnent très à droite (12 %), soulignant possiblement en miroir l’activisme intense des soutiens d’Éric Zemmour sur cette plate-forme.

Notons, enfin, que la sociologie des organisations partisanes offre une piste d’explication complémentaire à celle esquissée ci-dessus : contrairement aux partis structurés en courants ou tendances, les partis d’extrême droite, plus centralisés et constitués autour d’un leader charismatique, ont peut-être moins de difficulté à concevoir un discours unitaire et à le faire diffuser sur Internet par leurs bases militantes.

Sur la base de ces résultats, et bien qu’il faille relativiser l’influence des réseaux sociaux sur le résultat final d’une élection, on peut s’attendre à ce que les électeurs soutiens d’Emmanuel Macron se mobilisent moins fortement sur Internet que les électeurs d’extrême droite – alors même qu’il est le président sortant et que sa stratégie numérique tiendra compte de ce paramètre. De même, lors des élections législatives, on peut s’attendre à nouveau à un sur-investissement des réseaux sociaux par les citoyens exprimant des préférences politiques plus polarisées que l’électorat dans son ensemble.

________

Par Marie Neihouser, Chercheuse en science politique, Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées ; Felix-Christopher von Nostitz, Research and Teaching Assistant in Political Science, Institut catholique de Lille (ICL) ; François Briatte, Assistant Lecturer in Political Science, Institut catholique de Lille (ICL) ; Giulia Sandri, Professeur en science politique, ESPOL, Université Catholique de Lille, Institut catholique de Lille (ICL) et Tristan Haute, Maître de conférences, Université de Lille.

Cet article a été co-publié dans le cadre du partenariat avec Poliverse qui propose des éclairages sur le fonctionnement et le déroulement de la présidentielle.

Marie Neihouser, Felix-Christopher von Nostitz, François Briatte, Giulia Sandri et Tristan Haute

Démocratie : Obama veut réguler les réseaux sociaux

 

L’ex chef d’État (2009-2017) s’est étendu sur le phénomène de la désinformation, et s’est reproché de ne pas avoir suffisamment réalisé «à quel point nous étions devenus réceptifs aux mensonges et aux théories du complot» avant l’élection de Donald Trump, qui lui a succédé. «Poutine n’a pas fait ça. Il n’a pas eu besoin. Nous nous le sommes fait à nous-mêmes», a-t-il ajouté, évoquant les campagnes de manipulation des électeurs orchestrées depuis la Russie. «Nous venons de voir un président en exercice nier des résultats électoraux clairs et aider à inciter une insurrection violente contre la capitale de la nation», a-t-il assené, en référence à Donald Trump, qui n’a pas reconnu la victoire de Joe Biden fin 2020, et a encouragé ses partisans avant l’assaut du Capitole le 6 janvier 2021, qui a fait plusieurs morts. «Ce doit être notre sonnette d’alarme pour réagir.»

Barack Obama a donc appelé à une réforme des lois qui gouvernent les réseaux sociaux, pour qu’ils soient plus responsables et plus transparents, expliquant que le problème au cœur de la désinformation était moins «ce que les gens publient» que «les contenus que ces plateformes promeuvent». La preuve selon lui qu’elles ne sont pas «neutres» et que les algorithmes devraient être soumis à des contrôles de sécurité par une autorité de régulation, au même titre que les voitures, aliments et autres produits de consommation. Il a ensuite détaillé une série de valeurs qui devraient à son avis guider la modération des contenus, comme le renforcement de la démocratie et le respect des différences. «Les outils ne nous contrôlent pas. Nous pouvons les contrôler», a-t-il conclu.

 

La dépendance maladive aux réseaux sociaux

La dépendance maladive aux réseaux sociaux

Dérivé du verbe anglais « to scroll », « faire défiler », ce mot désigne la consultation compulsive d’informations anxiogènes, un comportement né de la rencontre entre la curiosité humaine et les produits des plates-formes numériques. ( Par Marion Dupont du « Monde »)
En bon français la dépendance maladive aux réseaux sociaux NDLR

 

 

Histoire d’une notion.

 

Dans les transports, dans la file d’attente du supermarché, dans l’ascenseur, dans le confort d’un canapé ou l’intimité d’un lit, les contenus défilent d’un mouvement machinal du pouce ou de l’index quasi automatique. Sur Facebook, Instagram, TikTok ou Twitter, ils s’égrènent inexorablement : images de la guerre en Ukraine, chiffres de la pandémie de Covid-19, articles déchiffrant le dernier rapport du GIEC, commentaires alarmés sur l’état du paysage politique. Le plus souvent, aucune émotion ne transparaît sur le visage de l’utilisateur ; mais, en son for intérieur, la curiosité ou l’ennui le cèdent parfois à l’appréhension, voire à l’angoisse la plus pure. Qu’importe : il continue. Cette consultation compulsive a désormais un nom : le doomscrolling, c’est-à-dire le fait – ou le sentiment – de ne pas pouvoir s’empêcher de faire défiler indéfiniment des contenus multimédias anxiogènes.

Le mot dérive du verbe anglais to scroll, signifiant « faire défiler un contenu sur un écran », un terme aujourd’hui employé si couramment que sa version francisée, « scroller », est entrée dans le dictionnaire Robert en 2020. Les phobiques des anglicismes peuvent se rassurer : to scroll provient originellement d’un emprunt à l’ancien français « escroe » (« rouleau ») – il s’agissait, pour les locuteurs du Moyen Age, de décrire l’action de dérouler un parchemin pour le lire.

C’est dans les années 1970-1980 que le milieu naissant des jeux vidéo reprend le terme et s’en sert comme d’une métaphore pour décrire la manière de faire apparaître des éléments à l’écran, selon un défilement horizontal ou vertical : le scroll devient, dès lors, un élément essentiel des interfaces numériques. Or, quelques dizaines d’années plus tard, avec l’émergence des réseaux sociaux et de leur modèle d’accumulation de contenus, l’action de scroller acquiert une dimension potentiellement infinie. C’est cette sensation de page sans fin que vient d’abord décrire le mot doomscrolling, qui signifie littéralement « scroller jusqu’à la fin des temps » ou « jusqu’à sa perte » (doom).

Pourquoi cette incapacité à s’autoréguler semble-t-elle si partagée ? « Le modèle économique des entreprises type réseaux sociaux est basé sur le temps passé par les utilisateurs sur les plates-formes, car c’est cette durée d’attention qui sera valorisée auprès des annonceurs publicitaires, détaille Nicolas Nova, anthropologue du numérique. Celles-ci ont donc un fort intérêt à trouver, dans la conception des interfaces, des mécanismes incitant les utilisateurs à rester le plus longtemps possible. Cet intérêt explique le recours au format du scrolling infini, mais aussi le mécanisme de récompense variable (analogue à celui des machines à sous des casinos) mis en place par les algorithmes, ou le fait de survaloriser la répétition de certains types de contenus suscitant particulièrement l’intérêt, comme les informations négatives ou les titres racoleurs. » La sensation de doomscrolling naît ainsi de la rencontre entre la nature curieuse des êtres humains et les nouvelles interfaces produites par les entreprises numériques capitalistes.

Russie: La bataille de communication via les réseaux sociaux

Russie: La bataille de communication via les réseaux sociaux

Dans sa chronique, le journaliste du « Monde » Alexandre Piquard constate que Vladimir Poutine et Volodymyr Zelensky sont d’accord pour stopper réseaux sociaux et services en ligne en Russie, mais pas pour les mêmes raisons. Mais cela inquiète un collectif d’ONG, qui lutte contre le contrôle de l’information par les autorités russes.

 

Chronique.

 

 Louis Vuitton, Coca-Cola, McDonald’s, Volkswagen, Boeing, Shell, Adidas, Ikea, Goldman Sachs… Depuis le début de la guerre en Ukraine, la liste des multinationales ayant arrêté leurs activités en Russie ne cesse de s’allonger. Ces centaines d’entreprises appliquent parfois des sanctions économiques européennes ou américaines, mais elles agissent aussi de façon volontaire et préventive, pour afficher leur opposition au régime de Vladimir Poutine.

Pourtant, dans le domaine de la technologie, des réseaux sociaux et des services en ligne, la bataille se joue à front renversé : les géants du numérique tentent plutôt de maintenir leurs plates-formes en Russie. Et le leader du Kremlin cherche au contraire à les limiter ou à les interdire. Vladimir Poutine a ainsi déjà fait bloquer Facebook, puis sa filiale Instagram, en représailles à la suspension des comptes des médias d’Etat russes RT et Sputnik.

Pour les dirigeants concernés, la justification de l’exception de la tech est évidente. Ces services sont des moyens de communication. Et ils participent à la liberté d’expression, qui échappe à la pure logique économique et marchande. « Les réseaux sociaux sont mauvais pour les dictateurs, c’est pour cela que Poutine nous a débranchés », a expliqué à la chaîne CNBC Sheryl Sandberg, numéro deux de Meta, maison mère de Facebook et Instagram.

« En Russie, les citoyens ordinaires utilisent les applications de Meta pour s’exprimer et se mobiliser. Nous voulons qu’ils puissent continuer à faire entendre leur voix », a renchéri le directeur des affaires publiques, Nick Clegg. Google avait, lui, fait savoir que son moteur de recherche ou sa plate-forme de vidéo YouTube « restaient en ligne en Russie pour continuer à y fournir de l’information ».

Pour autant, les dirigeants ukrainiens, le président Volodymyr Zelensky en tête, ont cherché à remettre en cause ce raisonnement. Et à bousculer les géants du numérique. Fin février, le gouvernement du pays envahi a appelé Google et Meta à couper tous leurs services en Russie, de même que Netflix sa plate-forme de vidéo, ou Apple son magasin d’applications sur iPhone. Kiev sur la même ligne que Moscou ? C’est paradoxal…

« Notre but n’est pas de bloquer les sources d’information des Russes, mais de mobiliser les gens jeunes, proactifs et intelligents », a justifié sur Twitter le très actif ministre du numérique, Mykhaïlo Fedorov. L’idée de « blocus numérique » vise à rendre la vie des citoyens russes si désagréable qu’ils remettent en question la guerre en Ukraine et cessent d’être « complices par leur silence », a-t-il expliqué au New York Times.

« Toxic Data », remède contre les réseaux sociaux sulfureux

« Toxic Data », remède contre les réseaux sociaux sulfureux

David Chavalarias propose une analyse critique de l’influence de Twitter ou Facebook sur les opinions politiques. ( Le Monde)

analyse . 

 

Au premier abord, le lecteur se dira sans doute qu’il a déjà lu et entendu ces lamentos sur l’effet néfaste des réseaux sociaux sur le débat public et sur les risques d’influence des opinions par certains groupes d’intérêt. D’autant plus qu’avec la guerre en Ukraine et la campagne présidentielle française, l’époque est propice à ce genre de suspicions.
Mais si dans son livre, Toxic Data, l’agrégé de mathématiques David Chavalarias propose en effet une critique de plus contre les Gafam, les ingérences russes ou chinoises, son analyse est par plusieurs points assez originale.

Les illustrations centrales en couleurs, que sans doute peu de lecteurs ont déjà vues, témoignent déjà d’un regard différent sur ces thèmes. On y voit des nuées de points en tas, ou bien dispersés, reliés entre eux plus ou moins fortement. C’est ce que l’auteur, mathématicien de formation, appelle un « macroscope » : un dispositif d’étude à grande échelle de ce qui se passe sur un réseau social comme Twitter et qui permet, par la collecte et l’étude de millions de tweets, de voir d’où part une information, comment un mot-clé circule, comment se forment les communautés politiques, et les voir éclater, se recomposent ou se rapprochent d’une autre…

En spécialiste des systèmes complexes, dont les réseaux sociaux font partie, il défend l’idée que pour mieux corriger les effets négatifs de ces ogres numériques sur les opinions il convient d’abord de disposer des outils pour les « voir ».

Plusieurs exemples montrent l’intérêt d’une telle approche. Ce « politoscope », comme il a été baptisé, a permis d’éclairer le fait que le terme « islamo-gauchisme », repris par des ministres, est bien un concept venu de l’extrême droite. Il aide aussi à repérer quels camps diffusent le plus de fausses informations. Il documente l’émergence de la communauté antivax et antipasse sanitaire.

Les comportements sociaux de chambre d’échos, de bulles de filtre, de polarisation, d’astroturfing, etc., sont bien sûr présents mais vus à l’aune de la science des réseaux et des sciences cognitives, ce qui permet de mieux les comprendre. L’un de ces résultats, tiré d’un théorème mathématique de 1976, est même assez déprimant : plus les interactions sociales sont fortes, plus le comportement collectif est imprévisible aux yeux des individus (rendant instables les situations), mais plus l’entité qui a les informations sur ces interactions peut les prévoir…

Très inquiet de ces influences sur la santé de nos démocraties et conscient que les choix se jouent parfois à un nombre de voix largement atteignable par des influenceurs, l’auteur esquisse 18 propositions pour éviter les dérèglements. Certaines sont de bon sens : vérifier ses sources, savoir se déconnecter… D’autres sont difficiles à réaliser, comme « surveiller » les algorithmes, « redonner les données au peuple »… D’autres encore sont plus inattendues, comme le recours au jugement majoritaire pour les élections, ou les « preferendums », qui permettent de nuancer le contenu des votes et éviter les jugements binaires et l’inévitable polarisation.

12345