Archive pour le Tag 'république'

Page 2 sur 10

Retraite: fin du régime de retraite des présidents de la République ?

Retraite: fin du régime de retraite des présidents de la République ?

Sans doute des motif politiciens, les socialistes ont déposé et fait adopter par la commission des finances de l’Assemblée nationale une modification des conditions de retraite des présidents de la république. Ces derniers n’auraient plus de régime particulier et serait donc affiliés au régime général de la sécurité sociale. Mais pas de changement pour les députés eux-mêmes!

De fait, au bout de deux mandats, 8 ans, , un député bénéficie d’une retraite de 1.368 € net, ce à quoi peut prétendre le reste de la population française au bout de 40 ans de cotisation. Cette pension des députés est calculée au prorata des annuités acquises dans la limite d’un plafond fixé à 42 ans pour l’année 2023.

Une mesure visant qui se comprend mais qui n’est pas sans arrière pensé politique. En plus il faut noter la contradiction entre cette proposition de modification du régime spécial des présidents de la république et le maintien dans le même temps du régime tout aussi spécial des députés.

Les députés de la commission des Finances ont voté lundi une mesure proposée par le PS pour supprimer le régime spécial de retraites des présidents de la République, sans garantie que la disposition soit conservée lors du recours au 49.3. La mesure, adoptée lors de l’examen du budget 2024 de l’État en commission, s’appliquerait aux présidents élus après le 1er avril 2022, comme Emmanuel Macron.

Fin 2019, en plein bras de fer autour d’une précédente tentative de réforme des retraites, l’Élysée avait indiqué qu’Emmanuel Macron renonçait par avance à sa future retraite de président de la République, équivalente au salaire d’un conseiller d’État, à l’époque 6220 euros bruts mensuels. Il serait ainsi le premier président à renoncer au bénéfice de la loi du 3 avril 1955.

Le gouvernement pourra écarter cet amendement quand il déclenchera l’arme constitutionnelle du 49.3 dans l’hémicycle pour l’adoption sans vote de ce volet dépenses du budget de l’État.

Respecter les lois de la république ou partir (Darmanin )

Respecter les lois de la république ou partir (Darmanin )

Lors de son intervention sur BFM, le ministre de l’intérieur a justifié sa politique et commenté ses propres déclarations. Il a réitéré son souhait pour qu’une nouvelle loi immigration soit voté par le parlement. Le problème évidemment c’est que 70 à 80 % des Français ne sont guère convaincus de l’intérêt et de l’efficacité d’une nouvelle loi.

Comment en effet appliquer strictement le principe évoqué par le ministre de l’intérieur : »Si quelqu’un n’est pas en conformité avec les valeurs de la République, on doit pouvoir l’expulser », a-t-il par exemple déclaré. « La loi empêche le ministre de l’Intérieur de faire son travail. »

Il a aussi demandé à ce que les services de police aient accès aux messageries cryptées comme Whatsapp ou Telegram des personnes radicalisées afin de mieux suivre et anticiper un possible passage à l’acte.

Dans son combat contre l’islamisme, Gérald Darmanin a rappelé que des mosquées en France étaient encore dans le viseur des autorités. « Une centaine de mosquées sur les 2.200 était soupçonnées ou radicalisées. On en a fermées beaucoup, temporairement et définitivement. Il y en a une trentaine sur 100 que nous suivons. Je n’aurai pas la main qui tremble pour les fermer. »

D’après lui, une « dizaine d’imams que nous suivons sont en cours d’expulsion ». Mais, le ministre a tenu a rappeler qu’il ne « confondait » pas « l’immense majorité des musulmans de France » avec les « radicalisés ».

Constitution de la Ve République : l’auberge Espagnole des politiques impuissants

Constitution de la Ve République : l’auberge Espagnole des impuissants

Presque éthylique chaque président de la république en difficulté politique cherche à détourner l’attention en envisageant de modifier la constitution pour la énième fois. Pas vraiment d’ailleurs une modification fondamentale mais des ajouts superfétatoires alors que les grands principes ne sont même pas respectés. Par exemple le rôle du Parlement ou même celui du Premier ministre renvoyé à des rôles accessoires. Cette fois, Macon président sans doute le plus impopulaire de toute la Ve République cherche n’importe quel motif pour obtenir un « oui » majoritaire à un référendum avec une question inutile du style « voulez-vous être plus heureux et plus libre ».

Parmi les sujets de référendum, il envisage d’inclure la question de l’IVG dans la constitution. Or ce droit qui découle de la loi Veil n’est contesté par personne ni dans son principe ni dans son application.

À ce compte si on continue d’inscrire des questions sociétales, tout va y passer c’est-à-dire tous les droits des différentes catégories de la société. La constitution va devenir une sorte d’auberge espagnole.

Pourtant dans de nombreux pays la constitution établit une fois pour toutes ne subit ensuite pratiquement aucune modification et la démocratie ne s’en porte pas plus mal.

En réalité, c’est parce que le pays connaît une profonde crise politique, économique, social et sociétal que le président cherche un cache-misère pour faire oublier les vrais problèmes en utilisant un artifice pour enfin dépasser les 25 % seulement des Français qui le soutiennent.

Et la constitution devient comme souvent l’artifice des présidents impuissants. Car c’est bien l’impuissance qui caractérise l’action d’un président de plus en plus isolé et politiquement considéré comme de plus en plus illégitime voire dangereux. En effet, on ne saurait autoriser le bricolage permanent de la démocratie des textes et les institutions qui l’encadrent.

Cirque juridique: DUPOND-MORETTI devant la cour de justice de la république

Cirque juridique: DUPOND-MORETTI devant la cour de justice de la république

Les règlements de compte entre certains membres de la justice et le ministre continuent avec la décision récente de renvoyer Éric Dupont Moretti devant la cour de justice de la république. Faut-il rappeler que cette cour de justice constitue une institution un peu particulière pour juger des délits des ministres et qu’elle est composée d’une majorité de politiques. Dans cette affaire tout le monde ce ridiculise : les magistrats, le ministre est au-delà de la justice tout entière

Pour preuve d’ailleurs la CJR n’a jamais prononcé de peine très grave. Un seul exemple lorsque Christine Lagarde est comparue pour l’affaire Tapie lui, on a jugé que l’octroi illégal de 400 millions à Tapie valait seulement un rappel à l’ordre de l’ancienne ministre des finances.

Il en sera de même évidemment avec le ministre de la justice d’autant qu’il s’agit d’une affaire complexe de règlements de comptes de procédures judiciaires. De quoi déconsidérer globalement encore un peu plus la justice.

Le futur procès du garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti pour prise illégale d’intérêts devant la Cour de justice de la République (CJR) est une situation « inédite » qui le « décrédibilise » et qui « par ricochet, affaiblit l’institution judiciaire toute entière », ont estimé vendredi les deux principaux syndicats de magistrats.

Eric Dupond-Moretti est soupçonné d’avoir profité de sa fonction de ministre pour régler des comptes avec des magistrats auxquels il s’était opposé dans sa première vie d’avocat.

Cirque juridico politique DUPOND-MORETTI devant la cour de justice de la république

Cirque juridico politique DUPOND-MORETTI devant la cour de justice de la république

Les règlements de compte entre certains membres de la justice et le ministre continuent avec la décision récente de renvoyer Éric Dupont Moretti devant la cour de justice de la république. Faut-il rappeler que cette cour de justice constitue une institution un peu particulière pour juger des délits des ministres et qu’elle est composée d’une majorité de politiques. Dans cette affaire tout le monde ce ridiculise : les magistrats, le ministre est au-delà de la justice tout entière

Pour preuve d’ailleurs la CJR n’a jamais prononcé de peine très grave. Un seul exemple lorsque Christine Lagarde est comparue pour l’affaire Tapie lui, on a jugé que l’octroi illégal de 400 millions à Tapie valait seulement un rappel à l’ordre de l’ancienne ministre des finances.

Il en sera de même évidemment avec le ministre de la justice d’autant qu’il s’agit d’une affaire complexe de règlements de comptes de procédures judiciaires. De quoi déconsidérer globalement encore un peu plus la justice.

Le futur procès du garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti pour prise illégale d’intérêts devant la Cour de justice de la République (CJR) est une situation « inédite » qui le « décrédibilise » et qui « par ricochet, affaiblit l’institution judiciaire toute entière », ont estimé vendredi les deux principaux syndicats de magistrats.

Eric Dupond-Moretti est soupçonné d’avoir profité de sa fonction de ministre pour régler des comptes avec des magistrats auxquels il s’était opposé dans sa première vie d’avocat.

Aimer la république : un objectif obsolète ?

Aimer la république : un objectif obsolète ?

Par
Claude Lelièvre

Historien

Répondant aux propos du ministre de l’éducation nationale, l’historien rappelle, dans une tribune au « Monde », que la valorisation de la figure de l’instituteur sous la IIIe République allait de pair avec sa mission de valorisation du régime. Une fonction difficilement transposable dans la France d’aujourd’hui.

Dans un entretien paru dans Le Monde le 14 octobre, le ministre de l’éducation nationale, Pap Ndiaye, a déclaré que « la République s’est refondée à la fin du XIXe siècle autour de l’école, en donnant une place centrale aux instituteurs qui jouissaient d’une respectabilité très forte, laquelle compensait d’ailleurs des rémunérations modestes. Un de mes souhaits est de leur redonner cette place (…) »

Pour ce qui est des « rémunérations modestes » des instituteurs à cette époque, Pap Ndiaye a tout à fait raison. Comme l’a écrit l’historien Antoine Prost, « en 1891, les traitements s’échelonnent entre 800 et 2 000 francs (or) par an alors que les ouvriers mineurs gagnent en moyenne 1 200 francs [Les avancements dans la carrière sont lents] et l’on voit des instituteurs rester pendant une dizaine d’années “stagiaires” à 800 francs par an… Les instituteurs de l’époque s’enfoncent dans une misère monotone et propre, mais accablante » (Histoire de l’enseignement en France, 1800-1967, Armand Colin, 1967).

Il faut aussi noter que les concours de recrutement des écoles normales ne connaissent pas une grande affluence : il n’y a eu par exemple que 2 848 candidats pour 1 598 places en 1888 et 2 228 candidats pour 1 325 places en 1892 (« Du recrutement des écoles normales », Revue pédagogique, 15 octobre 1893).

Ce sont pourtant ces jeunes normaliens du début des années 1880 qui ont été traités de « hussards noirs de la République » par Charles Péguy (1873-1914) dans les Cahiers de la Quinzaine du 16 février 1913. Il s’agissait des élèves-maîtres qu’il avait vus dans la classe de l’école annexe alors qu’il en était l’un des élèves en 1880. « Nos jeunes maîtres étaient beaux comme des hussards noirs de la République (…) : un long pantalon noir ; un gilet noir ; une longue redingote noire (…). Un bel uniforme porté par ces gamins qui étaient vraiment les enfants de la République. Par ces jeunes hussards de la République (…). Toutes les semaines, il en remontait un de l’Ecole normale vers l’école annexe. »

Faire aimer la république : un objectif obsolète ?

Faire aimer la république : un objectif obsolète ?

Par
Claude Lelièvre

Historien

Répondant aux propos du ministre de l’éducation nationale, l’historien rappelle, dans une tribune au « Monde », que la valorisation de la figure de l’instituteur sous la IIIe République allait de pair avec sa mission de valorisation du régime. Une fonction difficilement transposable dans la France d’aujourd’hui.

Dans un entretien paru dans Le Monde le 14 octobre, le ministre de l’éducation nationale, Pap Ndiaye, a déclaré que « la République s’est refondée à la fin du XIXe siècle autour de l’école, en donnant une place centrale aux instituteurs qui jouissaient d’une respectabilité très forte, laquelle compensait d’ailleurs des rémunérations modestes. Un de mes souhaits est de leur redonner cette place (…) »

Pour ce qui est des « rémunérations modestes » des instituteurs à cette époque, Pap Ndiaye a tout à fait raison. Comme l’a écrit l’historien Antoine Prost, « en 1891, les traitements s’échelonnent entre 800 et 2 000 francs (or) par an alors que les ouvriers mineurs gagnent en moyenne 1 200 francs [Les avancements dans la carrière sont lents] et l’on voit des instituteurs rester pendant une dizaine d’années “stagiaires” à 800 francs par an… Les instituteurs de l’époque s’enfoncent dans une misère monotone et propre, mais accablante » (Histoire de l’enseignement en France, 1800-1967, Armand Colin, 1967).

Il faut aussi noter que les concours de recrutement des écoles normales ne connaissent pas une grande affluence : il n’y a eu par exemple que 2 848 candidats pour 1 598 places en 1888 et 2 228 candidats pour 1 325 places en 1892 (« Du recrutement des écoles normales », Revue pédagogique, 15 octobre 1893).

Ce sont pourtant ces jeunes normaliens du début des années 1880 qui ont été traités de « hussards noirs de la République » par Charles Péguy (1873-1914) dans les Cahiers de la Quinzaine du 16 février 1913. Il s’agissait des élèves-maîtres qu’il avait vus dans la classe de l’école annexe alors qu’il en était l’un des élèves en 1880. « Nos jeunes maîtres étaient beaux comme des hussards noirs de la République (…) : un long pantalon noir ; un gilet noir ; une longue redingote noire (…). Un bel uniforme porté par ces gamins qui étaient vraiment les enfants de la République. Par ces jeunes hussards de la République (…). Toutes les semaines, il en remontait un de l’Ecole normale vers l’école annexe. »

Chiappa ,et ,Fonds ,Marianne ,: La ,république,des, copains ?

Chiappa et Fonds Marianne : La république des copains ?

«C’est un peu la République des copains», juge le sénateur Daniel Breuiller, dans le cadre de la commission d’enquête du Sénat à la sortie de l’audition de l’Union fédérative des Sociétés d’éducation physique et de préparation militaire (USEPPM). C’était la première à se retrouver sous le feu des projecteurs dans cette affaire : mise en cause par les enquêtes de Marianne et de France Télévisions, elle s’est vue accorder la part du lion (une promesse de 355.000 euros de subvention) du fonds destiné à la lutte contre la radicalisation en ligne, alors qu’elle n’était pas spécialiste de ces sujets. Elle a en outre dépensé plus de la moitié en salaires, alors que ses statuts le lui interdisent. Mercredi, son ancien président, Cyril Karunagaran, a été auditionné par le Sénat, et a confirmé les garanties accordées en avance par le cabinet Schiappa.

La commission d’enquête du Sénat sur le fonds Marianne animé par la minsitre Chiappa a reçu Cyril Karunagaran, responsable de l’utilisation des subventions dans l’association la mieux dotée. Novice en gestion de fonds public, à la tête d’une structure vidée de ses effectifs, il a laissé les sénateurs perplexes.

Son acolyte, Mohammed Sifaoui, journaliste controversé engagé contre l’islam radical, a brillé par son absence, invoquant un motif de santé. Sa défense était pourtant particulièrement attendue !

Fonds Marianne : La république des copains ?

Fonds Marianne : La république des copains ?

«C’est un peu la République des copains», juge le sénateur Daniel Breuiller, dans le cadre de la commission d’enquête du Sénat à la sortie de l’audition de l’Union fédérative des Sociétés d’éducation physique et de préparation militaire (USEPPM). C’était la première à se retrouver sous le feu des projecteurs dans cette affaire : mise en cause par les enquêtes de Marianne et de France Télévisions, elle s’est vue accorder la part du lion (une promesse de 355.000 euros de subvention) du fonds destiné à la lutte contre la radicalisation en ligne, alors qu’elle n’était pas spécialiste de ces sujets. Elle a en outre dépensé plus de la moitié en salaires, alors que ses statuts le lui interdisent. Mercredi, son ancien président, Cyril Karunagaran, a été auditionné par le Sénat, et a confirmé les garanties accordées en avance par le cabinet Schiappa.

La commission d’enquête du Sénat sur le fonds Marianne animé par la minsitre Chiappa a reçu Cyril Karunagaran, responsable de l’utilisation des subventions dans l’association la mieux dotée. Novice en gestion de fonds public, à la tête d’une structure vidée de ses effectifs, il a laissé les sénateurs perplexes.

Son acolyte, Mohammed Sifaoui, journaliste controversé engagé contre l’islam radical, a brillé par son absence, invoquant un motif de santé. Sa défense était pourtant particulièrement attendue !

Macron , Le président le plus mauvais gestionnaire de la Ve RépubliqueVe République

Macron , Le président le plus mauvais gestionnaire de la Ve République

Gérard Larcher, président du Sénat n’est pas tendre avec le gouvernement, notamment sur sa gestion des finances publiques tire en effet la sonnette d’alarme sur l’envolée de la dépense publique, qui, si elle n’était pas maîtrisée, risquerait de conduire à une situation similaire à celle de la Grèce.

Interview dans la Tribune

Peut-on à la fois baisser les impôts pour les classes moyennes et contenir les dépenses comme l’assure le ministre de l’Économie et des Finances ?

Le Président a annoncé lundi soir un geste en faveur des classes moyennes à hauteur de 2 milliards d’euros, je m’interroge sur le financement d’une telle mesure ! Nous avons à la fois le taux de dépense publique et le taux de prélèvements obligatoires les plus élevés de l’UE. Les Français ne jugent plus les services publics à la hauteur de leurs attentes. Cela révèle un sérieux problème d’efficacité de la dépense. En matière de logement par exemple, nous dépensons, en proportion du PIB, deux fois plus que la moyenne européenne tout en étant confrontés à un déficit de logements. Cela ne peut plus durer !

Dites-vous qu’Emmanuel Macron est le président le plus dépensier de la V République ?

Oui. Au cours du premier quinquennat, les dépenses publiques ont augmenté de 240 milliards dont 60 milliards hors COVID. Le gouvernement annonce une progression de 220 milliards pour les cinq ans à venir. La tendance est deux fois plus rapide que sous François Hollande. Il faut revenir à la raison.

Que pensez-vous des annonces de Gabriel Attal qui veut s’attaquer aux ultra-riches qui fraudent le fisc ?

Ne soyons pas dupes, c’est un clin d’œil à l’aile gauche et la volonté de s’attirer les grâces des classes moyennes. L’administration fiscale fait correctement son travail. En revanche, il est normal de demander éthique et morale à ceux qui ont bénéficié économiquement de la crise. Mais évitons d’être démagogues. Pour lutter contre la fraude sociale, nous avons voté au Sénat, en 2019, la carte vitale biométrique. Et on attend toujours…

Le président a donné cent jours à la Première ministre pour amorcer un consensus avec les forces politiques parlementaires. Vous y croyez ou bien est-ce qu’il gagne du temps faute de solution pour relancer son mandat ?

Nous avons de vraies différences sur la manière de gouverner, sur le régalien, sur la décentralisation, sur les dépenses publiques. Voilà pourquoi nous ne pouvons avancer que texte par texte, quand c’est l’intérêt du pays. On ne fait pas en cent jours ce qu’on n’a pas fait en six ans.

J’ajoute que le Président Macron a lui-même déclaré, dans les colonnes de vos confrères de l’Opinion, qu’il ne croyait pas aux coalitions, dont acte ! Le prochain test pour l’exécutif sera à l’automne avec le vote du budget 2024. Il faudra qu’il soit attentif aux exigences du Sénat.

Pourtant votre nom circule pour Matignon ?

En l’état de nos différences, je refuserais une telle proposition. Pour relancer le quinquennat avec une coalition, il faut un choc passant par une nouvelle élection – présidentielle ou législative -avec derrière un accord électoral et un contrat de gouvernement très clair.

Des membres de la gauche qui manifestent devant le siège de Renaissance en criant « Louis XVI on t’a décapité, Macron on peut recommencer ». Que dites-vous ?

Ce n’est pas acceptable.

Croyez-vous au retour du clivage droite/gauche en 2027 ou bien la tripartition de la vie politique entre le bloc de la décroissance (la Nupes), le bloc nationaliste et le bloc central est durablement installé ?

La vie politique a besoin de clarté sinon nous ouvrons un boulevard aux extrêmes. Nous assistons aux limites du « en même temps ». Ce « en même temps » de gauche et de droite a été mortifère pour notre démocratie. Le clivage droite/gauche réapparaît d’ailleurs naturellement quand il s’agit de la réforme des retraites ou celle de l’immigration.

Quel bilan tirez-vous des premiers mois de la présidence d’Éric Ciotti ?

Ce n’était pas mon candidat mais je trouve qu’il fait preuve de courage et de détermination. Je serai à ses côtés.

Aurélien Pradié a-t-il sa place dans votre mouvement ?

C’est à lui de le décider, mais à force de prendre des positions contraires à la majorité du parti, il devra se mettre en cohérence avec ses convictions.

Laurent Wauquiez sort du silence et trace des perspectives. Est-il le candidat naturel de la droite pour 2027 ?

Son entretien dans « Le Point » est très intéressant. Sa réflexion mûrit. Chacun sait que j’aurais aimé qu’il se positionne davantage sur les retraites. Est-il notre candidat naturel ? Il en a toutes les qualités mais l’urgence du moment n’est pas de savoir qui sera notre candidat. Quand on est à moins de 5% à l’élection présidentielle, il faut d’abord retrouver la confiance des électeurs. Ce que je sens profondément c’est que les Français ne croient plus à l’action politique et qu’elle ne change plus rien à leur vie. À nous de leur proposer un nouveau chemin.

Faut-il s’attendre à des bouleversements lors du prochain renouvellement sénatorial ?

Rien n’est jamais gagné. Je fais donc campagne pour éviter de mauvaises surprises. Il faut expliquer aux élus locaux notre action pour contrôler le gouvernement et les représenter. Beaucoup sont déconcertés par un exécutif qui avance à petit pas, sans boussole et sans majorité. Et puis, les Français sont perturbés par l’image dégradée de l’Assemblée nationale du fait de l’attitude de certains députés. Je crois que le Sénat est un pôle de stabilité dans notre République si ballotée en ce moment.

Société–Situation des tirailleurs sénégalais : une honte pour la république

Société–Situation des tirailleurs sénégalais : une honte pour la république


Les anciens tirailleurs Sénégalais privés de leur retraite militaire constitue une véritable honte pour la république. Les tirailleurs sénégalais qui recrutaient dans toute l’Afrique ont en effet servi le plus souvent de chair à canon lors de la dernière guerre ( et encore davantage lors de la première). Souvent même ils ont été incorporés de force et pendant des dizaines et des dizaines d’années la France s’ est refusée à leur attribuer la retraite qu’ils méritaient notamment aux motifs qu’ils n’habitaient plus en France.

Plus tard, Ces hommes ont combattu pour la France notamment en Indochine et en Algérie mais ont toujours été privés de leur retraite La France a été condamnée par les autorités européennes. Et ce n’est que maintenant alors qu’il ne reste pratiquement plus de soldats africains potentiellement bénéficiaires que l’allocation va être versée même si les intéressés retournent dans leur pays.

Ces hommes, ayant combattu pour la France notamment en Indochine et en Algérie, ont pu retourner au Sénégal en continuant à bénéficier de leur allocation minimum vieillesse de 950 euros par mois. Le gouvernement français leur a accordé une mesure dérogatoire pour leur permettre de terminer leurs retraites dans leur pays d’origine. Une aide exceptionnelle a également financé leur déménagement, leur vol retour et leur réinstallation.

Après un départ à l’aube, les neuf tirailleurs, portant d’élégants costumes ou des tenues traditionnelles en arborant fièrement leurs médailles militaires, ont rencontré le président sénégalais Macky Sall au palais présidentiel. Samedi, ils assisteront à une réception organisée à l’ambassade de France.

Situation des tirailleurs sénégalais : une honte pour la république

Situation des tirailleurs sénégalais : une honte pour la république

Les anciens tirailleurs Sénégalais privés de leur retraite militaire constitue une véritable honte pour la république. Les tirailleurs sénégalais qui recrutaient dans toute l’Afrique ont en effet servi le plus souvent de chair à canon lors de la dernière guerre ( et encore davantage lors de la première). Souvent même ils ont été incorporés de force et pendant des dizaines et des dizaines d’années la France est refusée à leur attribuer la retraite qu’ils méritaient notamment aux motifs qu’il n’habitait plus en France. Plus tard, Ces hommes ont combattu pour la France notamment en Indochine et en Algérie mais ont toujours été privés de leur retraite La France a été condamnée par les autorités européennes. Et ce n’est que maintenant alors qu’il ne reste pratiquement plus de soldats africains potentiellement bénéficiaires que l’allocation va être versée même si les intéressés retournent dans leur pays.

Ces hommes, ayant combattu pour la France notamment en Indochine et en Algérie, ont pu retourner au Sénégal en continuant à bénéficier de leur allocation minimum vieillesse de 950 euros par mois. Le gouvernement français leur a accordé une mesure dérogatoire pour leur permettre de terminer leurs retraites dans leur pays d’origine. Une aide exceptionnelle a également financé leur déménagement, leur vol retour et leur réinstallation.

Après un départ à l’aube, les neuf tirailleurs, portant d’élégants costumes ou des tenues traditionnelles en arborant fièrement leurs médailles militaires, ont rencontré le président sénégalais Macky Sall au palais présidentiel. Samedi, ils assisteront à une réception organisée à l’ambassade de France.

Politique : Une république de « stagiaires » dans la plupart des partis

Politique : Une république de « stagiaires » dans la plupart des partis

Ce qui semble caractériser la période, c’est la présences de nombre de responsables politiques assez transparents et incompétents. Bref, une sorte de sociologie de « stagiaires ». C’est d’abord le cas du gouvernement avec 42 ministres dont 90 % ou presque sont inconnus et ne servent d’ailleurs pas à grand-chose. Ceci vaut aussi pour les premiers ministres choisis par Macron qui a dessein prend un Premier ministre relativement pâle et sans expérience politique. C’est vrai aussi à l’Assemblée nationale où le parti du président peine à faire émerger quelques députés un peu conséquents. La plupart du temps, on a l’impression qu’il s’agit d’un parti de « stagiaires » sortis tout juste des instituts de formation politique sans grande conviction et sans expérience.

Malheureusement, dans les autres parties en souffrent aussi d’un sérieux manque de compétence et de charisme. C’est vrai à droite où Ciotti ne fait guère le poids chez les « républicains ». Mais c’est vrai aussi à gauche où les députés de la NUPES cachent souvent par leur agitation leur manque de connaissances sur les dossiers. Ils adoptent une posture davantage syndicale que politique. À l’extrême droite, c’est le grand silence qui permet de faire l’impasse sur les capacités réelles de gestion politique.

D’une façon générale, le personnel politique actuel n’est pas à la hauteur des enjeux. À commencer par le président de la république condescendant et immature, incapable de prendre la dimension de son rôle qui consiste surtout à assurer l’unité du pays. Comme un ado, il réagit au quart de tour et multiplie les bavures verbales et les contradictions.

Beaucoup de ces responsables politiques sont un peu jeunes pour prétendre diriger un pays. Il cumule trois insuffisances notoires : le manque de maturité , le manque d’expérience et le manque de compétence. Certes on ne saurait prétendre que c’était forcément mieux avant mais on doit quand même constater l’insuffisance actuelle de leaders à la fois charismatiques et d’une certaine épaisseur politique.

Démocratie: Une république de « stagiaires » dans la plupart des partis

Démocratie: Une république de « stagiaires » dans la plupart des partis

Ce qui semble caractériser la période, c’est la présences de nombre de responsables politiques assez transparents et incompétents. Bref, une sorte de sociologie de « stagiaires ». C’est d’abord le cas du gouvernement avec 42 ministres dont 90 % ou presque sont inconnus et ne servent d’ailleurs pas à grand-chose. Ceci vaut aussi pour les premiers ministres choisis par Macron qui a dessein prend un Premier ministre relativement pâle et sans expérience politique. C’est vrai aussi à l’Assemblée nationale où le parti du président peine à faire émerger quelques députés un peu conséquents. La plupart du temps, on a l’impression qu’il s’agit d’un parti de « stagiaires » sortis tout juste des instituts de formation politique sans grande conviction et sans expérience.

Malheureusement, dans les autres parties en souffrent aussi d’un sérieux manque de compétence et de charisme. C’est vrai à droite où Ciotti ne fait guère le poids chez les « républicains ». Mais c’est vrai aussi à gauche où les députés de la NUPES cachent souvent par leur agitation leur manque de connaissances sur les dossiers. Ils adoptent une posture davantage syndicale que politique. À l’extrême droite, c’est le grand silence qui permet de faire l’impasse sur les capacités réelles de gestion politique.

D’une façon générale, le personnel politique actuel n’est pas à la hauteur des enjeux. À commencer par le président de la république condescendant et immature, incapable de prendre la dimension de son rôle qui consiste surtout à assurer l’unité du pays. Comme un ado, il réagit au quart de tour et multiplie les bavures verbales et les contradictions.

Beaucoup de ces responsables politiques sont un peu jeunes pour prétendre diriger un pays. Il cumule trois insuffisances notoires : le manque de maturité , le manque d’expérience et le manque de compétence. Certes on ne saurait prétendre que c’était forcément mieux avant mais on doit quand même constater l’insuffisance actuelle de leaders à la fois charismatiques et d’une certaine épaisseur politique.

Politique-France: de plus en plus une république bananière

Politique-France: de plus en plus une république bananière


La France se gausse souvent des républiques bananières de pays en développement, malheureusement progressivement elle les rejoint.

On n’en a évidemment encore la confirmation avec la scandaleuse gestion de la réforme des retraites. Une réforme gérée à la va-vite et qui a été cadenassée au Parlement. Une réforme qui a ignoré les syndicats.

Une réforme qui va maintenant passer devant le conseil constitutionnel, lui-même composé surtout de politiques et non de juristes.

Sans parler de la question essentielle de l’émergence et du financement des campagnes des présidents de la république. Celle de Sarkozy mais aussi celle de macron. Les deux largement aidés financièrement par des lobbies voire des puissances étrangères.

Notons aussi la bizarrerie de la cour de justice de la république composée elle aussi essentiellement de politique qui passe rapidement l’éponge sur les faits reprochés ( exemple les 400 millions accordés à Tapie dont est responsable Christine Lagarde!

Ne parlons pas du Sénat, une chambre élue de manière indirecte qui ne représente pas le pays. Et pour cause la majorité est détenue par des « républicains » , alors que ce parti n’a recueilli que moins de 5 % des voix aux présidentielles. En plus un Sénat qui a eu l’audace de se prononcer contre les régimes spéciaux sauf celui du Sénat.

Pas étonnant, par exemple le président du Sénat touchera une retraite supérieure à 10 000 €!

12345...10



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol