Archive pour le Tag 'république'

Politique–Bayrou veut le regroupement avec la « République en march »e avant la disparition de Macron !

Politique–Bayrou  veut le regroupement avec la « République en march »e avant la disparition de Macron !

 

 

Politiquement Bayrou a sans doute raison de vouloir créer une sorte de parti unique entre le MoDem et la république en marche dans la mesure où le parti LREM pourrait bien disparaître en même temps que Macron soit en 2022 soit en 2027. Or le MoDem, lui possède une implantation sur le terrain et des élus qui lui permettraient sans doute de prendre la main sur le parti unifié. Macron en effet ne laissera pas un grand souvenir de son parti qui n’a jamais réussi à exister réellement ni à dégager des leaders crédibles autres que lui. C’était d’ailleurs la volonté de Macron : ne pas être ligoté par un parti pouvoir gouverner seul et sans partage avec qui que ce soit y compris d’ailleurs le Parlement

 

Bayrou a donc réaffirmé sa volonté de fonder une nouvelle structure politique avec le mouvement fondé par Emmanuel Macron. «Nous avons éprouvé le fait que l’organisation de la majorité ne suffisait pas, que nous pouvons faire mieux», a indiqué le président du MoDem, convaincu qu’elle «ne permet pas l’élan de conquête» pour l’élection présidentielle d’avril 2022. «C’est le moment de faire un pas en avant», a-t-il insisté. Notons enfin que Bayrou craint que la droite en particulier autour d’Édouard Philippe ne constitue un courant susceptible d’absorber aussi la république en marche.

Agnès Buzyn devant la Cour de Justice de la République

Agnès Buzyn devant la Cour de Justice de la République

Selon une information du Monde.fr, Agnès Buzyn, ancienne ministre de la Santé, est convoquée ce vendredi devant les juges d’instruction de la Cour de justice de la République (CJR) sur les chefs d’« abstention de combattre un sinistre » et de « mise en danger de la vie d’autrui » dans le cadre de la crise du ­Covid.

 

Encore une affaire qui risque de finir en eau de boudin pour deux raisons. La première est que la cour de justice de la république constitue une cour d’exception réservée aux ministres et composée en majorité de politiques.

 

Dans la plupart des cas, la cour de justice n’a prononcé que des peines très symboliques ou rien du tout. La seconde raison c’est que tout le gouvernement a été impliqué dans les erreurs de gestion de la crise sanitaire. Une sanction contre l’ancienne ministre de la santé risquerait de faire jurisprudence.( Rappelons-nous au départ l’affaire du masque par exemple que les responsables considéraient comme inutiles), puis le manque de masques quand il a été rendu obligatoire. De ce point de vue le ministre actuel de la santé a tenu des propos encore plus contradictoires que ceux d’ Agnès Buzin.

République dominicaine: une corruption à 100 millions !

République dominicaine: une corruption à 100 millions  !

 

 

On peut s’étonner qu’une procédure judiciaire ait été engagée pour un motif de corruption en République Dominicaine. Il fallait en effet solliciter la justice ce motif dans certains pays où la corruption cons situe une sorte de mode de régulation alors la vie économique s’écroulerait. En  République Dominicaine, l’affaire a pris une tournure judiciaire compte tenu du montant à savoir une centaine de millions concernant plusieurs responsables dont un ancien ministre des travaux publics.

Observons aussi que cette pratique particulière demeure encore un peu partout dans le monde dans le secteur des travaux publics où il est d’usage d’arroser des responsables  pour empocher des marchés. Dans certains pays en voie de développement, la pratique de corruption est d’autant plus facile qu’elle est largement ancrée dans la culture du plus haut niveau de l’État jusqu’au plus bas. Une sorte de fiscalité virtuelle qui permet d’améliorer le revenu des responsables et autres fonctionnaires mais qui en même temps pénalise en fait l’économie et le développement du pays.

Climat dans la Constitution: la « république en marche » se ridiculise

 

 

Les députés de la république en marche qui ne servent  pas à grand-chose persistent  et signent pour trouver un accord avec le Sénat une rédaction commune Sénat-assemblée concernant l’inscription des climats dans la constitution avec l’organisation d’un référendum.

 

Une opération purement symbolique et politique car les préoccupations climatiques figurent déjà dans la constitution. En outre un référendum constituerait une opération purement politique car évidemment très peu de gens en théorie répondraient non à une consultation de ce type.

Le problème est que la manipulation apparaît tellement grosse que précisément l’opinion pourrait se retourner et transformer ce référendum en consultation anti Macron. Les députés LREM ont cependant déposé vendredi 11 juin un amendement au projet de loi visant à inscrire le climat dans la Constitution, dans le but de trouver un terrain d’entente avec le Sénat à majorité de droite et permettre le référendum voulu par Emmanuel Macron.

«nous prenons acte du refus du Sénat de proposer aux Français la formulation de la Convention citoyenne mais nous continuons l’échange» a déclaré le jeune rapporteur. Et la nouvelle formulation «doit nous permettre de trouver la voix d’un accord avec le Sénat» lequel ne veut pas entendre parler du terme garantir qui en faites juridiquement d’ailleurs ne signifie pas grand-chose.

 

Une proposition un peu surréaliste du député sorti de nulle part sinon d’un inutile institut d’études politiques et militants politiques depuis seulement 2016! Bref la maladie chronique des députés en marche immature et irresponsable.

 

Quelle intégration des musulmans dans la République ?

Quelle intégration des musulmans dans la République ?

« Nous devons tout faire pour que nos concitoyens, musulmans ou pas, comprennent la dimension culturelle de l’islam, sa part dans l’histoire de notre pays, et ainsi surmonter la dimension politique portée par un islam dévoyé »explique dans l’Opinion Sadek Beloucif est candidat à la présidence de la Fondation de l’islam de France.

 

 

Candidat à la présidence de la Fondation de l’islam de France (FIF), Sadek Beloucif a été reçu récemment par le Bureau central des cultes du ministère de l’Intérieur pour présenter sa vision. Chef du service d’anesthésie-réanimation à l’hôpital Avicenne de Bobigny et président du Syndicat national des médecins, chirurgiens, spécialistes et biologistes des hôpitaux publics (Snam-HP), cet ancien membre du Conseil consultatif national d’éthique se confie sur le sens de sa candidature.

Pourquoi vous portez-vous candidat à la FIF dont vous dirigez le conseil d’orientation ?

Jean-Pierre Chevènement a porté ce projet sur ses fonts baptismaux. Les objectifs sont excellents : éducation sociale, aide à la recherche pour des doctorants, formation profane des imams, promotion de la laïcité et de la culture musulmane… La FIF est toutefois ensablée. Elle connaît un déficit de notoriété et de moyens financiers pour accomplir ses missions. Il faut combler ces lacunes avec autant d’humilité que de détermination. La FIF est un formidable outil qui, bien utilisé, peut servir la France et l’islam.

Que proposez-vous?

Les lettrés connaissent la FIF mais une grande partie de nos concitoyens n’en ont jamais entendu parler. La FIF doit être populaire. Elle doit parler aux Français non musulmans qui ne connaissent pas vraiment cette religion. Il faut s’adresser aussi aux Français musulmans, ceux de la majorité silencieuse, qui sont paisibles et qui ont une forte volonté d’intégration dans la communauté nationale. Certains, une petite minorité, sont tentés par un séparatisme. Sa réalisation marquerait la fin du projet d’intégration. Notre pays n’est pas communautariste mais a vocation à être universaliste. La religion relève du domaine privé, celui de l’intime. Lorsque Jean-Pierre Chevènement m’a demandé de prendre la tête du conseil d’orientation de la FIF, j’ai plaidé avec succès pour que des personnalités non musulmanes, fines connaisseuses de la culture d’islam, y entrent. Il est important que l’islam soit compris non seulement comme une foi mais aussi comme une question culturelle.

Quelle place doit avoir la FIF dans la structuration de l’islam de France ?

La FIF, par son expertise culturelle, va aider une telle structuration. L’islam de France doit comporter d’abord une instance « ordinale » (comme l’Ordre des avocats ou des médecins), ce que voulait représenter le Conseil français du culte musulman (CFCM). Celle-ci doit inclure des pouvoirs de « police du culte », même s’il n’y a pas, en islam sunnite, de clergé au sens hiérarchique du terme. Nous n’aurons pas l’équivalent d’un pape ou d’un grand rabbin. Mais nous aurons un Conseil des imams et nous avons une charte des principes pour l’islam de France, essentielle, car elle reprend les principes éthiques et républicains devant être approuvés par tous. Enfin, il faut aussi une instance de financement des fidèles pour le financement des aspects cultuels, un peu comme le denier du culte. Au sein de cet ensemble, la FIF a vocation à utiliser la culture pour promouvoir le dialogue au sein de la communauté nationale entre la République et les citoyens de culture musulmane, au bénéfice de tous les Français.

«La FIF doit être financée par une nouvelle génération de citoyens engagés acceptant de donner lors de leur déclaration de revenus à des organismes d’intérêt général et de bénéficier ainsi d’une part de réduction fiscale»

Les mécènes sont rares. Comment remédier à ce problème de financement?

D’abord faire appel à la générosité publique pour résoudre ce manque de notoriété et de moyens. D’autres fondations d’utilité publique aident à la lutte contre la pauvreté, la protection de l’enfance, la recherche médicale. La FIF doit être financée par une nouvelle génération de citoyens engagés acceptant de donner lors de leur déclaration de revenus à des organismes d’intérêt général et de bénéficier ainsi d’une part de réduction fiscale. Il faut aussi frapper aux portes des entreprises. Total est en train d’investir 17 milliards de dollars au Mozambique, pour un projet de grande ampleur, actuellement troublé par une minorité intégriste agissante. Nos champions de l’industrie ont tout intérêt à mieux connaître cette religion. Louis Vuitton possède plusieurs magasins à Singapour. Un tel développement mondial a forcément été réalisé en comprenant la culture locale… D’autres opportunités existent en sollicitant nos Grandes écoles de commerce et d’ingénieurs, les chambres de commerce, les conseils régionaux…

L’Association musulmane pour l’Islam de France (Amif) est destinée à mobiliser les ressources pour le financement du culte…

Son président, Hakim El Karoui, est un homme talentueux. Je l’ai invité l’année dernière au CFCM pour que l’on travaille ensemble à la réalisation d’un modèle de mobilisation des ressources financières (N.D.L.R. : taxes sur le pèlerinage et le halal notamment) pour financer le culte musulman. Nous sommes encore dans les discussions pour arriver à monter cette instance unifiée, commune pour tous les musulmans.

La peur de l’islam est instrumentalisée politiquement. Que faire?

Il faut que la France puisse résoudre cette nouvelle « question d’Orient » en interne pour pouvoir avancer. Plusieurs éléments montrent que nous sommes en train d’y arriver. Le modèle anglais est plus communautariste. La France, c’est une communauté de destins, une citoyenneté. Quand j’étais petit à l’école, on m’apprenait que le soleil ne se couche jamais sur l’Empire. La France est un condensé du monde. Pour être présente et influente dans les domaines politique, économique, culturel et sociétal, elle doit comprendre ses différentes racines. La marche des Beurs en 1983 a montré la volonté d’une génération montante d’être des Français à part entière. L’intégration de la communauté musulmane dans la République est un vecteur de « faire ensemble », plus difficile à réaliser que le simple « vivre ensemble ». Pour y contribuer, nous devons tout faire pour que nos concitoyens, musulmans ou pas, comprennent la dimension culturelle de l’islam, sa part dans l’histoire de notre pays et de notre civilisation, et ainsi parviennent à surmonter la dimension politique portée par un islam dévoyé.

Vous revendiquez votre appartenance à un humanisme éclairé?

Je ne sais pas si je suis un musulman éclairé. Je suis dans l’islam des familles. Je n’étale pas mon appartenance religieuse, mais je ne tais pas ma foi. On dit en islam : « ​Il ne faut pas que l’ignorant garde son ignorance et il ne faut pas que le savant garde pour lui seul sa science ​». Tout homme a un impératif de perfectionnement, d’apprentissage des cultures, de partage. C’est la raison d’être de l’association L’Islam au XXIe siècle que je préside. La situation est trop difficile pour que l’on ne fasse pas « ​société ensemble ​» quand on voit le traumatisme provoqué par les attentats. La FIF doit expliquer l’importance d’une citoyenneté commune, d’une part aux Français qui en ont parfois peur et d’autre part aux musulmans de France pour un islam pleinement inséré dans la République.

Comment jugez-vous le bilan du président actuel de la FIF, Ghaleb Bencheikh ?

C’est un homme de qualité, doté d’une finesse d’esprit, mais il est affaibli. La FIF a du mal à avancer, pâtit d’un déficit de notoriété et ne dispose pas des ressources financières suffisantes pour mener à bien ses projets. Elle manque d’indépendance et son président a voulu composer en attirant des financements de la Ligue islamique mondiale (N.D.L.R. : sous tutelle de l’Arabie saoudite)

Nouvelle carte d’identité français-anglais: Start-up Nation ou république française ?

Nouvelle carte d’identité français-anglais: Start-up Nation ou république française ?

 

Un collectif d’écrivains et d’artistes, parmi lesquels Jean Rouaud, Florence Delay, Jean-Marie Rouart ou Ernest Pignon-Ernest, critique, dans une tribune au « Monde », la nouvelle carte d’identité bilingue français-anglais. Ils préconisent plutôt que chaque région française choisisse, afin de les célébrer, l’une des vingt-six langues officielles de l’Union.

 

Tribune.

 

 La langue française a été littéralement laminée par cinquante ans de présence anglaise dans les instances européennes, en dépit de la promesse qu’Edward Heath avait faite à Georges Pompidou de respecter les langues fondatrices du marché commun, quand le premier ministre anglais, en 1973, en sollicitait l’entrée pour son pays.

Avec le Brexit, et dans la perspective de la présidence française de l’Union, en 2022, et alors que les fonctionnaires francophones de Bruxelles en sont réduits à signer une pétition pour « réclamer le droit de travailler en français », une opportunité de la dernière chance se présente : celle d’en finir avec les conduites vassales, par une immédiate et vigoureuse offensive du type pont d’Arcole…


A l’instant où l’Elysée annonçait, le 20 mars, des mesures « novatrices » en faveur de la langue française, survient une nouvelle carte nationale d’identité « bilingue » français-anglais, diffusée déjà dans trois départements ; or, à la différence de tout autre document administratif, y compris le passeport déjà rédigé en anglais, ou encore le passeport sanitaire, la « carte nationale d’identité » reste le seul document commun aux 65 millions de citoyens sans exception et qui, sous ces mots tellement chargés (nationale, identité), rapporte la caution de toutes les informations qu’elle contient aux données personnelles de chaque citoyen : un tel document constitue une ligne rouge symbolique.

La France, une variante locale du Commonwealth

Que l’on le veuille ou non, la traduction de l’intitulé et de ces données en anglais, totalement inutile sur le plan pratique, objective cinq messages dans l’ordre du symbolique : la France est un pays bilingue, comme le Canada ou le Cameroun (alors que la France est le seul pays francophone à déployer la langue française sur tout le territoire) ; le français n’est pas une langue internationale, quand la langue française est parlée sur les cinq continents.

Les 45 pays qui ont notre langue en partage apprécieront ; nous sommes une variante locale du Commonwealth, plutôt qu’un pays d’Europe (où l’anglais n’est plus la seule langue unique d’aucun des 26 Etats membres) ; la France est figurée en start-up nation, information que l’on pourrait substituer à République française, d’autant que la nouvelle carte se présente sur le modèle d’une carte de crédit, ou de carte de fidélité pour la boutique France…

Mais davantage encore, c’est l’Etat français lui-même, et non plus ces innombrables autocolonisés, unfrench et fiers de l’être, que Michel Serres appelait les « collabos de la pub et du fric », c’est l’Etat qui méprise la Constitution de la République (article II) et qui enfreint la loi Toubon (article 4) : est-il nécessaire de « traduire » carte nationale d’identité par « national identity card », trois mots français passés à l’anglais depuis Hastings ?

Un nouveau concept : la république écologique de Barbara Pompili !

Un nouveau concept : la république écologique de Barbara Pompili !

 

 

 

 

Une mini loi mais un méga discours de Pompili. Un discours en décalage avec la modestie du texte qui en fait n’a pas retenu grand chose de la convention citoyenne qui finalement s’est retournée contre Macron. Du coup, Pompili a eu la lourde tâche de présenter son projet ratatiné en le survendant avec l’excès habituel des écolos ; Pour preuve du peu d’intérêt des députés, la très maigre audience. Pourtant Pompili n’ pas hésité à employer le terme de république écologique qui doit sans doute se substituer à république française.

 

Un concept creux qui ne veut rien dire. On pourrait aussi bien affubler la république de qualificatif de démocratique, sociale, sociétale, économique, technologique, sanitaire, égalitaire etc . Le terme écologique n’apporte rien et la république qui doit évidemment prendre en compte aussi la dimension environnementale ne peut être réduite à la seule dimension écolo.

 

Barbara Pompili a défendu les contours de la «République écologique» qui doit prendre forme à travers les 69 articles du projet de loi, l’un des plus gros du quinquennat, qui sera examiné pendant trois semaines par les députés. L’ancienne députée EELV veut «une véritable bascule culturelle globale qui fera de l’écologie une réalité du quotidien».  Une expression plus adaptée que la république écologique !

 

La république des juges idéologues

La république des juges idéologues

Pour le chroniqueur de Marianne David Desgouilles, cette décision montre une politisation de certains juges et rend quasiment impossible un retour en politique de l’ex président.( Interview Le Figaro)

David Desgouilles est chroniqueur à Marianne. Il a publié Dérapage (éd. du Rocher, 2017) et Leurs guerres perdues, (éd. du Rocher, 2019).


Que pensez-vous de cette décision de justice dans l’affaire des écoutes?

 

David DESGOUILLES.-Compte tenu de ce que nous avions pu lire des débats lors du procès, on peut manifester de l’étonnement voire de la surprise. Comment cette affaire avait-elle vu le jour? Avec des écoutes téléphoniques obtenues avec la méthode très discutable dite «des filets dérivants». Dans cette affaire, on a espionné plusieurs avocats de façon tout à fait inquiétante au point que le garde des sceaux actuel avait à l’époque déposé plainte.

L’avocat Thierry Herzog est pourtant lourdement condamné à cinq ans d’interdiction professionnelle, notamment pour violation du secret professionnel. On aimerait que ce genre d’infraction puisse être aussi appliquée à ceux qui livrent des PV entiers d’interrogatoires au Monde ou à Mediapart.

La politisation de certains magistrats a été mise en lumière par l’affaire dite du « Mur des cons », mur sur lequel la tête de Nicolas Sarkozy était affichée.

Thierry Herzog a semble-t-il interjeté appel. Nicolas Sarkozy, lourdement condamné, devrait faire de même. On verra ce qu’en pensera la Cour d’appel, et éventuellement encore plus tard, la Cour de Cassation. Cette affaire est loin d’être terminée.

Ne s’agit-il pas d’une forme de justice politique?

Le PNF prête le flanc à cette accusation depuis sa création par François Hollande. La vitesse à laquelle François Fillon a été mis en examen en pleine campagne présidentielle reste dans les mémoires.

La politisation de certains magistrats a été mise en lumière par l’affaire dite du «Mur des cons», mur sur lequel, justement, la tête de Nicolas Sarkozy était affichée, avec beaucoup d’autres. Il y a vraiment un sujet et Eric Dupont-Moretti était justement à l’avant-garde pour le pointer lorsqu’il était avocat, ce qui n’a pas favorisé son bon accueil par les magistrats en tant que ministre de la Justice.

 

Depuis, il a forcément cherché à apaiser les tensions, ce que l’on peut comprendre. Mais cette question devra forcément être débattue pendant la prochaine campagne présidentielle.

Que ce soit sur les affaires, mais bien davantage encore, sur les censures des décisions gouvernementales, de la part notamment du Conseil d’État ou de cours internationales, on a un véritable problème démocratique à traiter. Ce qu’on appelle parfois abusivement «l’État de Droit» cache de plus en plus un gouvernement des juges a démocratique et idéologique, qui ne dit pas son nom.

L’humiliation de sa défaite dès le premier tour à la primaire lui avait fait comprendre qu’un retour classique était impossible.

Est-ce la fin de la carrière politique de Nicolas Sarkozy?

Comme je l’ai dit plus haut, il y aura appel. Mais Nicolas Sarkozy poursuivait-il réellement sa carrière politique? Contrairement à la période 2012-2016, où il n’avait pas renoncé à jouer le jeu partisan, reprenant la tête de son parti politique puis se portant candidat à la primaire, l’ex-président abordait la vie politique d’une tout autre manière, conseillant les uns et les autres ou tirant parfois quelques ficelles.

La situation ubuesque de le voir débattre avec ses anciens ministres et l’humiliation de sa défaite dès le premier tour à la primaire lui avaient fait comprendre qu’un retour classique était impossible, ce que lui conseillaient déjà Patrick Buisson et Henri Guaino après son échec en 2012.

En tant que président, sa seule possibilité de retour, c’était à la faveur d’une énorme crise, d’un chaos: émeutes généralisées dans les quartiers, par exemple, ou une nouvelle crise en plus grave du type de celle des Gilets jaunes. Avec le contexte de la pandémie et des crises qui vont lui succéder, ces perspectives ne sont d’ailleurs pas à écarter d’un revers de la main.

En quoi cette décision change la donne à droite? Quelles conséquences en vue de la présidentielle de 2022?

Elle ne la change pour les raisons que je viens de vous indiquer. Si Nicolas Sarkozy devait revenir comme un recours lors d’une crise confinant à la guerre civile, cette condamnation en première instance ne pèserait pas très lourd. Et si on vit une campagne présidentielle classique, Nicolas Sarkozy n’est clairement plus dans le jeu.

lslamisme et haine de la République

 lslamisme et haine de la République 

 

Mario Stasi,président de la Licra explique, dans une tribune au « Monde », pourquoi le projet de loi « confortant le respect des principes de la République » réaffirme, selon lui, les valeurs humanistes de la laïcité et permet de mieux combattre l’extrémisme religieux.

 

Notre Parlement discute d’un texte visant à conforter « les principes de la République ». Ce texte de loi est une réponse aux séparatismes culturel, confessionnel et politique qui fracturent lentement, et depuis longtemps, notre nation. Ce débat est, depuis plusieurs semaines, prétexte à hystérisation dans un pays fébrile et affaibli par la crise sanitaire.

Depuis plusieurs jours, les accusations pleuvent : ce texte serait « islamophobe », empruntant sans scrupule la même sémantique et les mêmes accusations qui ont pourtant servi à la justification des attentats contre Charlie Hebdo ou Samuel Paty [professeur assassiné en octobre 2020]. Ce texte serait un détournement de la loi de 1905 par des « laïcistes » vengeurs ou des « laïcards », empruntant, sans désemparer, au vocabulaire maurassien.

Ce texte, enfin, serait liberticide et porterait atteinte à la liberté religieuse des musulmans, ses contempteurs omettant à dessein que la République, c’est avant tout la « liberté absolue de conscience », même religieuse.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Islamisme, séparatisme : l’offensive payante des « laïcards »

Or, ce texte est une première réponse, attendue de longue date, à l’extrémisme religieux. Car il faut regarder les choses en face et dire les choses telles qu’elles sont : c’est l’idéologie séparatiste de l’islamisme qui a nourri la haine de la République, l’aversion pour la laïcité et a armé les consciences avant d’armer des bras.

Après près de 300 morts et des centaines de blessés, la moindre des choses, tout de même, était de dire aux défenseurs de la primauté de la loi religieuse sur la loi de la République que nous n’accepterons pas leur diktat. La moindre des choses était de rappeler que la laïcité n’est pas le problème, comme le prétendent les islamistes, mais la solution qui garantit une République au sein de laquelle le respect mutuel est la règle commune.

Pas d’autres réponses que la laïcité

Il y a évidemment les réponses immédiates liées aux circonstances, celles qui relèvent du démantèlement des officines impliquées, de près ou de loin, dans ces entreprises terroristes, et un écosystème islamiste qui s’est considérablement développé. Mais il y a aussi une réponse à apporter sur le long terme pour offrir à nos enfants une société plus unie, plus fraternelle, ancrée dans la liberté et dans l’émancipation.

Il n’y a pas d’autres réponses que la laïcité, sauf à renier ce que nous sommes. Si certains, dont je suis, considèrent que la transcendance enrichit l’âme humaine, cette appréciation relève de l’intimité de la conscience de chacun et ne saurait s’imposer aux autres. Seule la laïcité permet la liberté d’une construction harmonieuse et respectueuse des droits.

la Ve République en danger

la Ve République en danger

 

Françoise Fressoz, éditorialiste au « Monde » s’inquiète d’une forme d’activisme qui menace la Ve République

(Extrait)

 

 

Chronique. En écho aux secousses démocratiques que vivent les Etats-Unis ressurgit en France le débat autour de nos institutions. Jusqu’à la fin du quinquennat, François Bayrou se battra pour tenter d’imposer le scrutin proportionnel aux élections législatives de 2022. Constatant que les « démocraties hypermajoritaires » sont arrivées à un stade où elles créent de l’« affrontement » et de la « violence », le président du MoDem veut que les minorités soient mieux représentées à l’Assemblée nationale. « Comment comprendre que Marine Le Pen fasse 35 % à la présidentielle et 1 % des députés », s’étonnait-il dans L’Opinion, en décembre 2020.

La durée de la crise sanitaire liée au Covid-19, l’ampleur de l’endettement qu’elle fait naître, la profondeur de la crise économique et sociale engendrée par la récession imposent un minimum de cohésion nationale. « La proportionnelle est le seul moyen de former les larges rassemblements dont le pays a besoin », renchérissait le centriste dans Le Monde, le 22 décembre, inspiré par le modèle allemand de la coalition.

 

Sur l’analyse, difficile de lui donner tort et pourtant… comment oublier que la Ve République est née de l’échec de la IVe, de l’incapacité de cette dernière à rendre efficace le régime des partis et à résoudre le problème du moment qu’était la guerre d’Algérie ?

A ce jour, François Bayrou n’a pas remporté la bataille de la proportionnelle. En revanche, le constat qu’il dresse rejoint celui de beaucoup d’autres acteurs publics : « le prix à payer » pour la stabilité des institutions « n’a cessé de croître », déplore le sénateur LR Philippe Bas, dans une tribune au Monde, le 14 janvier. L’ancien secrétaire général de l’Elysée y dénonce la verticalité du pouvoir, le cantonnement du Parlement dans une simple fonction d’approbation, la méfiance de l’exécutif à l’égard du Sénat et la pauvreté du dialogue avec les élus locaux. Autant de maux diagnostiqués depuis longtemps mais qui, à force de s’aggraver, finissent par éroder « la vitalité de la démocratie ».

Procès en impuissance

Longtemps, le passage au quinquennat a fait figure de grand accusé. Tout se serait déréglé après la décision, validée par référendum en l’an 2000, de raccourcir de sept à cinq ans le mandat présidentiel pour l’aligner sur celui des députés. L’obsession, à l’époque, était d’éviter les cohabitations. Personne n’avait cependant anticipé que le scrutin présidentiel, précédant de quelques semaines l’élection des députés, allait tout régenter. Procédant de l’élection d’un homme, les membres de la majorité se trouvèrent ramenés au rôle de godillots, et ceux de l’opposition à celui de figurant.

Démocratie : la Ve République en ruine

Démocratie : la Ve République en ruine

 

L’ancien ministre de Jacques Chirac Philippe Bas Questeur du Sénat explique dans une tribune au « Monde » pourquoi la vitalité même de notre démocratie est en jeu.

TRIBUNE

La Ve République nous a apporté la stabilité gouvernementale. Nous serions fous de vouloir y renoncer. Le prix payé pour cette stabilité n’a cependant cessé de croître.

Le Parlement tend à être réduit à une fonction d’approbation. Toute critique irrite. Le Sénat, libre et indépendant, inspire à l’exécutif plus de méfiance que de reconnaissance. Le lien des élus nationaux avec les territoires a été distendu. Les forces de gouvernement, gagnées par l’usure, ont été « challengées » par un nouveau parti que n’épargne aucun des travers des anciens, arbre sans racines ni fruits. L’opposition est éclatée en mille morceaux. Le président s’est enfermé dans un face-à-face avec les extrêmes, comme si, entre eux et lui, il n’y avait plus rien. Et c’est ce « rien » qui hypothèque l’avenir.

Ce n’est plus la stabilité du gouvernement qui est en cause, mais la vitalité de la démocratie. Fondé sur la bipolarisation, mère de l’alternance, le système politique issu de la Ve République est en ruine. Seul subsiste le cadre institutionnel, qu’il faut rééquilibrer.

La réponse par la verticalité relève du contresens. Quand l’exécutif se fait jupitérien, les vertus du dialogue social et la quête d’un compromis national sont d’emblée récusées.

Au moindre grain de sable, ce ne sont plus le Parlement, les territoires ou les partenaires sociaux qui se dressent face au pouvoir, c’est la rue. La crainte qu’elle inspire est le plus sûr chemin vers l’immobilisme. L’indifférence que le président de la République, chargé de « veiller au respect de la Constitution », manifeste à l’égard des autres pouvoirs l’isole, compromet la réussite de son mandat et renforce les ennemis de la démocratie.

Scandale républicain

Cette indifférence méconnaît les exigences d’une République moderne dans une société de liberté ouverte au débat. En témoigne le projet avorté de révision constitutionnelle, dont le Parlement était la cible, comme si la France pâtissait encore d’un excès de parlementarisme, alors que c’est de l’hypertrophie de l’exécutif que nous souffrons.

Avec la convention citoyenne, le suffrage universel, fondement de la démocratie, a été supplanté par le tirage au sort. Un échantillon de 150 personnes, par nature, ne peut être représentatif. Ce curieux aréopage s’est pourtant vu attribuer des pouvoirs exorbitants, le chef de l’Etat s’étant engagé à reprendre « sans filtre » ses propositions. Réplique moderne des comités de salut public, les conventions citoyennes retournent contre la légitimité du suffrage universel une idéologie populiste forgée contre la monarchie de droit divin. On s’étonne que ce scandale républicain n’ait pas été dénoncé avec plus de vigueur et qu’il

 

La République en marche : bientôt les funérailles

La République en marche : bientôt les funérailles

Rien ne va plus dans ce pseudo parti de la république en marche. Un pseudo parti puisqu’il ne compte pas de militants ou de responsables et que tout repose sur le référent départemental, sorte de préfet du parti. Les défaites succédant aux défaites électorales, le parti vient de changer 70 préfets sur 130 afin de tenter de renouveler ces responsables sortis de nulle part et recrutés pour la plupart sur Internet.

 

Ces « préfets » du mouvement, comme ils sont surnommés, sont désignés par le siège national pour une durée de trois ans. Ceux remplacés aujourd’hui étaient donc arrivés aux manettes au début du quinquennat, voire avant l’élection d’Emmanuel Macron, à une époque où les marcheurs imaginaient encore que la bienveillance pouvait changer à elle seule le pays.

A seize mois de la prochaine présidentielle, un changement de cap s’impose. « Les référents passent du rôle de moteur à celui d’exécutant », résume Philippe Peruchon, qui vient de passer la main en Indre-et-Loire.

À noter que la désignation des nouveaux responsables d’une structure à la fois baroque et centralisée. En effet cette tâche incombe aux 12 membres de la « commission nationale des talents », parmi lesquels l’ex-ministre Sibeth Ndiaye et Jean-Marc Borello, délégué général adjoint de LREM.

En fait les prochaines élections locales (départementales et régionales) devraient constituer une sorte de funérailles pour le parti en marche qui devra changer de nom, de contenus et de dynamique si Macron veut être réélu. Adieu donc le recrutement par Internet et vivent les accommodements avec les partis classiques pour réunir les forces !

République centrafricaine : la France s’oppose aux Russes

République centrafricaine : la France s’oppose aux Russes

 

Clairement maintenant la France s’oppose aux Russes et aux tentatives des groupes armés de certains leaders politiques, dont M. François Bozizé, visant à faire obstruction à la mise en œuvre des accords de paix et à la tenue des élections selon le calendrier prévu et soutenu par la communauté internationale. La Russie qui fournit des armes et des mercenaires groupes armés tandis que la France soutient le président en exercice.

Dans un communiqué, le ministère des Armées a précisé qu’une patrouille composée de deux avions de chasse Mirage 2000D accompagnée d’un avion ravitailleur C135FR avait décollé en début d’après-midi de la base aérienne projetée de N’Djamena (Tchad) pour se reposer 4 heures plus tard sur cette même base.

“Ce survol ou – ‘démonstration de présence’ – a été réalisé à une altitude permettant de signaler et marquer la présence des avions de combat français”, a souligné le ministère.

A l’approche des élections présidentielle et législatives de dimanche, le Rwanda et la Russie ont déjà envoyé des troupes ces derniers jours pour aider le gouvernement à ramener le calme alors que les forces de sécurité et les casques bleus des Nations unies combattent des rebelles qui ont occupé certaines villes du pays et pris le contrôle de routes en dehors de Bangui, la capitale.

EELV a un problème avec la République (Hidalgo)

EELV a un problème avec la République (Hidalgo)

Il est évident que les écolos bobos ont un sérieux problème avec la république, notamment avec le concept de laïcité. La vérité c’est que la plupart des responsables d’Europe écologie les Verts sont des gauchistes notoires qui instrumentalisent la problématique écologie pour exister politiquement puisque les organisations politiques d’extrême-gauche ne sont plus du tout crédibles. Une sorte de reconversion qui explique positionnement d’Europe écologie les Verts.

Les écologistes d’EELV ont un « problème de rapport à la République » et « il doit être clarifié » déclare non sans raison Anne Hidalgo la mère de Paris.. Interrogée samedi 21 novembre sur BFMTV, Anne Hidalgo a prononcé une lourde charge contre ses partenaires politiques à gauche. La maire socialiste de Paris affirme qu’elle ne pourrait « pas être adhérente du parti des verts » alors qu’elle est « profondément écologiste », en raison justement de ce rapport jugé problématique à la République. Selon elle, « il y a du travail à faire chez eux pour être beaucoup plus au clair ».

Anne Hidalgo, partenaire d’EELV à la mairie de Paris, affirme avoir un « dialogue exigeant avec eux » sur ce lourd dossier. « Quand il y a quelque chose qui est de mon point de vue, non pas une entorse mais quelque chose qui révèle que ce rapport à la République n’est pas travaillé ou pas suffisamment clarifié, je le dis. Je le dis en privé, poursuit Anne Hidalgo, dans mes discussions avec les membres de ma majorité, que je respecte évidemment, avec lesquels je travaille. Et je le dis publiquement aussi. » Ils doivent, dit-elle, comme d’autres à gauche, « sortir de leurs ambiguïtés » sur la laïcité.

Cette semaine, lors du Conseil de Paris, une délibération a été mise au vote pour donner le nom d’une place à Samuel Paty, l’enseignement assassiné par un terroriste islamique en octobre dernier. Les écologistes ont voté mais avec réticence en prétextant un rappel assez malvenu au règlement du Conseil de Paris. En théorie, un nom de rue ou de place ne peut pas être attribué dans un délai de moins de 5 ans après le décès d’une personnalité.

Crise sanitaire–Macron a-t-il menti ? (Cour de justice de la République )

Crise  sanitaire–Macron a-t-il menti ?  (Cour de justice de la République )

La Cour de justice de la république s’interroge officiellement pour savoir si Macron a menti ou non à propos des pseudos consultations qu’il aurait eues avant sa déclaration à la télévision du 16 mars. Une lettre officielle a donc été adressée aux personnalités supposées consultées pour qu’elles apportent à la cour de justice de la république les preuves formelles de cette consultation.

En bref, la cour de justice de la république se demande si Macon a menti. Les juges de la commission d’instruction de la Cour de justice de la République (CJR) ont adressé, le 9 novembre, une requête officielle aux présidents de l’Assemblée nationale, ­Richard Ferrand, et du Sénat, Gérard Larcher, ainsi qu’aux ­anciens présidents de la ­République Nicolas Sarkozy et François Hollande.

 

Cette initiative s’inscrit dans l’enquête sur la gestion de l’épidémie de Covid-19, ouverte le 7 juillet pour « abstention de combattre un sinistre » à la suite d’une série de plaintes et visant l’ex-premier ministre Édouard Philippe et ses deux ministres de la Santé successifs, Agnès Buzyn et Olivier Véran. Selon le courrier de la CJR – que le JDD a pu consulter –, les juges s’intéressent aux discussions ­engagées par Emmanuel Macron au mois de mars, avant de décider du calendrier des élections municipales, perturbé par la pandémie.

Rappelant que le chef de l’État avait déclaré à la télévision, le 16 mars, « avoir consulté le président du Sénat, le président de l’Assemblée nationale et [ses] prédécesseurs », les juges demandent à chacun d’eux de « préciser par courrier si [lui]-même [a] été consulté sur ces problématiques et, dans l’affirmative, les dates et les natures de ces consultations ainsi que le positionnement qui était le [sien], tant au sujet du maintien du premier tour qu’à celui de la suppression du second ». En haut lieu et dans la macronie,  on s’interroge sérieusement sur la légalité de cette intervention de la cour de justice de la république dans la vie publique. Plus clairement, on considère que la cour de justice de la république n’est pas légitime à interroger des responsables cars ce serait contraire à la constitution !

« Ne pas se satisfaire de proclamer les valeurs de la République »

« Ne pas se satisfaire de proclamer les valeurs de la République »

Dans le cadre des récents débats sur la laïcité à l’école, Kamel Chabane, enseignant d’histoire-géographie au collège Gustave-Flaubert à Paris, raconte dans le Monde  la rencontre organisée entre ses élèves et Lassana Bathily, le « héros de l’Hyper Cacher ».

Après l’assassinat de notre collègue Samuel Paty, le vendredi 16 octobre, pour avoir montré à ses élèves des caricatures du prophète Mahomet et dans le choc provoqué par ce crime odieux, se repose la question de la transmission des valeurs et des principes de la République. Disons-le d’emblée, plutôt que de proclamer nos valeurs républicaines à longueur de journée, demandons-nous comment les faire vivre réellement, et comment, au quotidien, elles peuvent être transmises en classe.

C’est précisément ce que nous avons voulu faire en recevant au collège Gustave-Flaubert à Paris, vendredi 2 octobre, peu avant ce drame, Lassana Bathily. Le « héros de l’Hyper Cacher », comme il a parfois été surnommé bien malgré lui, a apporté son témoignage devant des élèves de 3e. Cette discussion s’est faite dans le cadre d’un cours d’enseignement moral et civique.

La venue de témoins est une pratique que nous connaissons, notamment en cours d’histoire dans lesquels nous avons déjà fait venir une survivante d’Auschwitz et un résistant, travaillé sur les colonies, la guerre d’Algérie, etc. A chaque fois les même objectifs : réfléchir et donner à voir les valeurs et les principes de la République (laïcité, citoyenneté, nationalité, fraternité…), dire l’histoire pour construire un passé commun et relancer la compréhension, la tolérance, et la cohésion nationale et sociale entre des jeunes venant d’horizons sociaux, économiques, culturels et religieux très variés.

Incarner les valeurs de la république

Ce 2 octobre, Lassana Bathily explique donc pendant deux heures à ces jeunes, bouche bée, comment et pourquoi, le 9 janvier 2015, lors de la prise d’otages à l’Hyper Cacher, où il travaillait, il a fait preuve d’un sang-froid exceptionnel en venant en aide à des clients, a risqué sa vie en les cachant et en quittant le magasin et a fourni de précieuses informations aux policiers avant leur assaut. Il explique que ces personnes étaient pour lui avant tout des êtres humains en danger, au-delà de leur sexe, de leur origine et de leur religion. L’humanité, dit-il, passe avant toutes autres considérations, y compris religieuses.

 

«Aimer la France, vouloir la République» – ( Cyril Benoit)

«Aimer la France, vouloir la République» – ( Cyril Benoit)

 

Une tribune de Cyril Benoit , Président de Vouloir la République, dans l’opinion

Les terroristes islamistes sont en guerre contre notre conception du monde, de la vie, des relations humaines. En France, comme ailleurs, ils se logent dans le vide laissé par la conscience affaiblie qu’un peuple a de lui-même, et partout où l’État et ses valeurs, les moyens de la solidarité, ont déserté. Ils veulent soumettre. Il était temps de regarder en face cette prise de contrôle rampante de la République.

Contre tout terrorisme, quel qu’il soit, il faut évidemment une réponse sécuritaire impitoyable. Mais face à la barbarie islamiste, c’est encore trop faible. Et ceux qui pensent rendre compte de la situation par un concept, comme celui de « séparatisme » qui paraît bien délicat pour les actes d’anéantissement perpétrés, ou répondre par un assaut de rhétorique martiale devant les caméras, ou même des lois d’exception, ne comprennent pas. La réponse substantielle exige des efforts acharnés et longs, pour supprimer les effets de trente années de complaisance et de fautes politiques. Elle exige de vouloir la République puissamment, constamment, sans douter de nous-mêmes.

 

La force première de la République, c’est l’école. Plus un enfant passe de temps à l’école, plus elle l’émancipe. La connaissance est une arme de construction massive. Elle libère. Tragiquement, une vision comptable, sans âme, a prétendu rationaliser l’école. Techno-libéraux comme socio-démocrates ont taillé dans le muscle premier de notre République, son cœur battant. Ainsi, ils ont laissé à d’autres la possibilité de détourner le sens de notre histoire. C’est tout le contraire qu’il aurait fallu faire. L’école, les enseignants doivent retrouver le respect, la considération, tous les moyens et une rémunération que justifient leur rôle. Je propose que soit organisée une convention nationale de l’école. Il ne s’agira pas d’un sondage de plus, d’une consultation fabriquée puis oubliée, mais d’une remontée sans filtre, établissement par établissement, pour que tous les acteurs de l’éducation témoignent de la vérité de la situation, et disent leurs solutions. A nous de les entendre pour leur donner, sans arguties ni mesquinerie, ce dont ils diront avoir besoin.

«Depuis la Révolution française, notre projet national repose sur le dessein d’émanciper les êtres de leur condition, et de combattre les tyrannies politico-religieuses qui encagent les peuples»

Service national universel. La deuxième force de la République, c’est la mobilisation de tous. Je propose d’instaurer un nouveau service national. Il s’agira de consacrer six mois à servir la nation. Universel, obligatoire, il concernera, sans dérogation, tous les jeunes français, femmes et hommes en tant qu’égaux. Le service national sera encadré par l’armée, institution d’ordre respectée de tous, pour que ces jeunes français vivent, mangent, travaillent ensemble, indépendamment de leur religion, de leur orientation sexuelle, de leur milieu social. Ces six mois seront consacrés, tour à tour, à trois piliers de notre République indivisible, laïque, démocratique et sociale : l’éducation, la protection et le soin, l’environnement. Nous construirons ainsi, une citoyenneté concrète, palpable, incontournable, qui fortifiera le travail de l’école. Nous contribuerons à relier les iles dispersées de l’archipel français, et refaire nation.

Fierté et volonté. La troisième force de la République, c’est la fierté. Depuis la Révolution française, notre projet national repose sur le dessein d’émanciper les êtres de leur condition, et de combattre les tyrannies politico-religieuses qui encagent les peuples. Il est impensable de continuer à faire ami-ami, pour des raisons mercantiles, avec des régimes qui haïssent ce dessein, et qu’ils laissent insidieusement attaquer pour que le monde revienne en arrière. Notre devoir est de rester Français. Aujourd’hui plus que jamais, on ne peut aimer la France sans vouloir la République.

Cyril Benoit est Président de Vouloir la République

« République : tenir ». ( François Jolivet et 39 députés)

« République : tenir ». ( François Jolivet et  39 députés)

Le député François Jolivet, ancien républicain rallié macron ainsi que 39 de ses collègues, appellent le peuple, après les attentats de Conflans-Sainte-Honorine et de Nice, à « faire bloc, sinon il est condamné à se diviser et dès lors, il en sera fini de notre idéal français »

Face aux menaces, la République doit tenir. La République n’est pas un acquis. Notre devoir est de la défendre et de la soutenir.

 

Née le 4 septembre 1870, à l’appel du peuple, elle a su traverser le temps. Les habitants de France en sont donc les héritiers et les dépositaires. La République nous oblige collectivement. 2020, comme 1870, exige une démonstration de force de l’attachement des Français à ses valeurs.

l’assassinat lâche et barbare de Samuel Paty, enseignant à Conflans-Sainte-Honorine, s’ajoutent aujourd’hui des meurtres et tentatives de meurtres dans la basilique Notre-Dame à Nice. Notre pays ne quitte pas l’horreur. Des êtres fanatisés par des esprits aux certitudes mortifères ont décapité un professeur de la République et des croyants catholiques. Ces actes odieux portent une force symbolique, celle de décrocher l’esprit du corps. L’esprit de Samuel Paty véhiculait les pensées libres d’un homme libre qui répandait la connaissance, la lumière, plus que la révélation. Les croyants catholiques pratiquaient librement le culte de leur choix, comme le permet la République.

Depuis bien des années dans notre pays, le radicalisme poursuit sa cavale sanglante dans le seul but d’imposer la religion comme un dogme aux semblants de versets de paix, mais empruntant le chemin de « versets sataniques ». Cela ne peut plus durer. Cette réalité montre que ces instigateurs du crime sont les ennemis des croyants qui pratiquent leur foi dans le respect de la loi. Déjà en 2016 à Nice, lors de l’attentat du 14 juillet, un tiers des victimes était de confession musulmane. Les islamistes radicaux tuent aussi les croyants musulmans. Comment ne pas penser que ces porteurs du « canif » de la radicalisation ne font pas cela uniquement à des fins personnelles, pour donner un sens morbide à leur pauvre existence ? Ils ne sont pas au service des autres, ils se servent des autres.

Notre République ressemble parfois à un colosse aux pieds d’argile, aujourd’hui menacée par des opportunistes qui aspirent à sa destruction. Comme le 4 septembre 1870, les Français doivent dire leur besoin de République car si elle vacillait, c’est le peuple qui perdrait son âme.

La République est devenue l’idéal de la France : « Liberté, Égalité, Fraternité ». Elle défend l’intérêt général, c’est-à-dire qu’elle s’occupe de l’autre plutôt que du « chacun pour soi ».

Le message républicain oblige ses ennemis à construire les abîmes de la division. Ils ont compris le vrai message de celle-ci, qui est l’unité pour tous. Les réseaux sociaux deviennent le bras armé de la radicalisation, la place du « faire croire » étant plus importante que du « faire connaître ». Les algorithmes deviennent des armes d’incitation massives et le « faire passer à l’acte » est à portée de clics des lâches assis devant leur clavier.

« Il faut faire revenir l’Etat partout où il a cédé, pour en finir avec le dogmatisme antirépublicain et rétablir la promesse d’émancipation »

Archipels à la dérive. Depuis les lois de décentralisation, la solidarité républicaine a reculé dans les quartiers, laissant la place à des prêcheurs radicaux ayant remplacé les services sociaux. En abandonnant ces quartiers, l’Etat a cédé. Leurs habitants n’ont comme seul salut, dans la difficulté, que de s’adresser à celles et ceux qu’ils rencontrent. Parfois, ils trouvent le radicalisme sur leur route. Celui-ci est devenu une expression de la solidarité territoriale, alimentée par l’argent de pays et d’organisations étrangères, ou par les ressources de la vente de stupéfiants et autres commerces illicites. Ces quartiers sont devenus des archipels à la dérive, et rendent captifs celles et ceux qui y vivent. Nos ennemis rusent et usent de nos insuffisances pour préserver leurs avantages et fracturer l’unité nationale.

Il faut faire revenir l’Etat partout où il a cédé, pour en finir avec le dogmatisme antirépublicain et rétablir la promesse d’émancipation. Cela passe par la nécessaire présence de services publics dans les quartiers, et le premier d’entre eux, le service d’aide sociale. La solidarité nationale doit revenir à l’Etat, plutôt que d’être démembrée dans 101 départements. Ce constat démontre à lui seul que nous avons 101 visions de la solidarité nationale et donc de la République.

La loi républicaine est un serment. Seul le peuple, par ses représentants et après un débat, peut la créer ou la modifier. La loi est le contraire d’une croyance. Elle permet à tout citoyen de croire ou de ne pas croire, et rend possible la construction d’une intime conviction qu’elle soit religieuse ou non. Le vivre ensemble n’est possible que si l’on accepte l’autre dans sa diversité, pour peu que celui-ci la respecte.

Les dérisoires débats visant à ériger la laïcité en valeur de la République sont mort-nés, et révèlent l’ignorance la concernant. La République n’a que trois valeurs : la liberté, l’égalité et la fraternité. Pour les faire vivre, il n’existe qu’un seul outil, qui se nomme « laïcité ». Elle ne doit pas être un sujet de réflexion, ni un problème, ni un enjeu politique, elle ne peut être mise au débat parce qu’elle est notre seule solution.

Naître en France, choisir la France, c’est accepter de faire partie de cette communauté unique. La diversité des êtres, unis dans un projet généreux et ambitieux, enrichit la société et permet de forger notre nation. Devenir un citoyen français est un apprentissage et impose des devoirs donnant des droits. Devenir un citoyen français, c’est accepter que l’école véhicule les valeurs de la République.

La République n’est personne, elle est tout le monde. Le peuple doit faire bloc, sinon il est condamné à se diviser et dès lors, il en sera fini de notre idéal français.

François Jolivet, député de l’Indre ; Alexandre Freschi, député du Lot-et-Garonne ; Blandine Brocard, députée du Rhône ; Michel Lauzzana, député du Lot-et-Garonne ; Aurore Bergé, députée des Yvelines ; Jean-Baptiste Moreau, député de la Creuse ; Francis Chouat, député de l’Essonne ; Sereine Mauborgne, députée du Var ; François Cormier-Bouligeon, député du Cher ; Anne-Christine Lang, députée de Paris ; Samantha Cazebonne, députée des Français établis hors de France ; Valérie Petit, députée du Nord ; Aude Bono-Vandorme, députée de l’Aisne ; Françoise Dumas, députée du Gard ; Sira Sylla, députée de Seine-Maritime ; Jean-Michel Mis, député de la Loire ; Claire Bouchet, députée des Hautes-Alpes ; Richard Ramos, député du Loiret ; Grégory Besson-Moreau, député de l’Aube ; Jean-Marc Zulesi, député des Bouches-du-Rhône ; Françoise Ballet-Blu, députée de la Vienne ; Fabien Lainé, député des Landes ; Mohamed Laqhila, député des Bouches-du-Rhône ; Cédric Roussel, député des Alpes-Maritimes ; Olivier Damaisin, député du Lot-et-Garonne ; Patrice Perrot, député de la Nièvre ; Sylvain Maillard, député de Paris ; Vincent Thiébaut, député du Bas-Rhin ; Dominique Da Silva, député du Val-d’Oise ; Pierre Henriet, député de Vendée ; Bertrand Sorre, député de la Manche ; Florence Provendier, députée des Hauts-de-Seine ; Stéphane Travert, député de la Manche ; Damien Adam, député de Seine-Maritime ; Stéphane Buchou, député de Vendée ; Jean-Claude Leclabart, député de la Somme ; Laurence Vanceunebrock, députée de l’Allier ; Stéphanie Rist, députée du Loiret ; Danièle Hérin, députée de l’Aude ; Yannick Haury, député de Loire-Atlantique

 

République : reconquérir le terrain perdu (Vincent Ledoux)

République : reconquérir le terrain perdu (Vincent Ledoux)

 

 

Vincent Ledoux, enseignant, député Agir du Nord estime nécessaire de reconquérir le terrain perdu de la république dans une chronique à l’Opinion.

 

Tribune

 

 

« Dieu en ligne ! C’est le titre donné par Isabelle Jonveaux à son ouvrage sur « les expériences et pratiques religieuses sur internet ». Car sur la toile comme sur les réseaux sociaux, on peut rencontrer l’âme sœur tout aussi bien que Dieu lui-même à travers de nombreuses offres spirituelles virtuelles ! Les autorités religieuses ont très vite témoigné un grand intérêt à ces nouveaux canaux et moyens d’expression, à commencer par le pape François lui-même, qui est le dirigeant le plus retweeté au monde. Benoît, son prédécesseur, avait lui aussi compris que les réseaux numériques pouvaient être de nouveaux et puissants espaces d’évangélisation et de partage de la foi. Un prosélytisme numérique totalement compatible avec les deux autres religions du Livre, le judaïsme et l’islam.

La sociologue des religions Isabelle Jonveaux a montré comment et combien les réseaux sociaux participaient de la construction identitaire, en renforçant le sentiment d’appartenance religieuse et en le rendant visible. Tout ce que l’on partage, publie — photos et textes —, les groupes auxquels on appartient, témoignent de notre identité en ligne, renforçant par là même notre appartenance à une communauté. Les réseaux sociaux sont ainsi très vite devenus de nouveaux chemins de Damas, pour le meilleur comme pour le pire. Un web religieux, immensément vaste et aux lisières ténébreuses.

Depuis plus d’un siècle en France, les religions ont reflué de l’espace public, où elles se donnaient à voir et exerçaient pouvoir, autorité et influence, vers la sphère privée. Cette sécularisation se trouve aujourd’hui contournée par Internet, qui offre aux expressions religieuses un espace discret mais visible. Paradoxalement, cette visibilité hors l’espace public offre une large dimension à ses utilisateurs et usagers et la possibilité de messages démultipliés en direction d’un public plus large que celui que la place publique offrait naguère.

« Il est devenu urgent d’améliorer et de renforcer la coopération avec les hébergeurs pour la rendre réellement efficace »

. Pour les tenants du mal, Internet est une énorme caisse de résonance, un porte-voix géant pour leurs discours haineux et leurs appels aux pires méfaits sous couvert de religion. Expulsé de France en 2012 pour avoir prêché l’antisémitisme, le port du voile intégral, le rejet de l’Occident et l’envoi dans des écoles coraniques à l’étranger des adolescents jugés difficiles ou en rupture avec le système éducatif français, l’imam d’origine malienne Almany Baradji compte aujourd’hui plus de 12 000 abonnés, une véritable petite ville ! Au passage, on peut s’interroger sur les « allers et retours au bled » de ces jeunes déscolarisés. Comment peuvent-ils réintégrer notre univers laïc et y adhérer sans réserve et sans doute, quand l’école coranique de leur pays d’origine familiale leur a inculqué la supériorité, en tout lieu et en tout temps, de la loi de Dieu sur celle des hommes ?

A l’instar de l’institution islamique sociale, plusieurs écoles coraniques (dont certaines ont été fermées administrativement) et mosquées ont créé des groupes WhatsApp pour partager les informations religieuses, les rassemblements, les avis de décès. Il suffit juste d’envoyer un message mentionnant votre identité à partir de votre compte WhatsApp pour intégrer le groupe en question. Ainsi, tout jeune disposant d’un smartphone peut intégrer un tel groupe afin d’appartenir à cette communauté, apprendre l’islam auprès d’imams sur lesquels l’Etat dispose de peu de moyens de contrôle. Après leurs cours au collège André Malraux, Djeneba, Leïla, Fatima et Ousmane se retrouvent virtuellement entre les mains de prédicateurs en totale opposition avec la laïcité à la française !

Pour Baradji et tant d’autres hélas, Internet offre un redoutable minbar (chaire d’une mosquée) à toile ouverte. Les Français l’ont si bien compris qu’ils jugent aujourd’hui efficace la création d’un délit de « prédication subversive et séditieuse » qui ciblerait, y compris en ligne, « toute prédication visant à imposer la loi religieuse au-dessus de la loi de la République ». Pour ce faire, ils demandent le renforcement des moyens dans le renseignement. Il est donc devenu urgent d’améliorer et de renforcer la coopération avec les hébergeurs pour la rendre réellement efficace.

Mais ces actions ne suffiront pas sans un véritable réarmement moral de la nation tout entière ! Car la situation que nous connaissons est bel et bien le résultat de notre faute collective, de nos petites lâchetés successives et de nos vils abandons. Nous ne croyons plus ou pas assez au projet des pères fondateurs de la République. Notre « foi républicaine » s’est attiédie, suivant en cela le courant de sécularisation des grandes religions, dont les éléments les plus radicaux dont l’islamisme est l’avatar le plus funeste trouvaient dans l’émergence d’Internet un canal dédié pour leur fabrique d’endoctrinement. C’est bien notre faute collective qui est responsable de la situation dans laquelle nous nous sommes placés.

« Après trente ans d’angélisme béat, il nous faut reconquérir le terrain abandonné naguère et que n’occupe plus seulement un esprit de revanche, mais un islamisme radical mortifère »

« Terre de mission ». Jeune professeur certifié en histoire-géographie il y a trente ans à Roubaix, j’ai tout de suite compris à l’époque combien le terrain était déjà perdu. Et ce sont les enfants des jeunes qui avaient à peine mon âge et à qui j’essayais tant bien que mal d’enseigner, qui sont aujourd’hui les élèves sur les bancs de nos collèges. A l’occasion de l’anniversaire de la triste affaire Malik Oussekine, mes élèves, dont certains portaient en classe la djellaba, m’apprenaient de quelle manière leur nouvelle génération issue de l’immigration professionnelle nous coloniserait désormais comme revanche de la colonisation française dans leurs pays d’origine au nord de l’Afrique !

A l’époque déjà, j’avais renoncé à emmener mes élèves visiter la magnifique église néogothique Saint-Martin sur la grand-place de Roubaix. Tout était compliqué ! J’étais très jeune, seul (malgré un corps professoral soudé), peu préparé et « armé » pour aborder cette véritable « terre de mission » totalement inconnue pour moi ! J’ose croire que la situation s’est nettement améliorée aujourd’hui, notamment grâce aux équipes « Valeurs de la République » mises en œuvre par Jean-Michel Blanquer.

Après trente ans d’angélisme béat, il nous faut reconquérir le terrain abandonné naguère et que n’occupe plus seulement un esprit de revanche, mais un islamisme radical mortifère. La puissance publique s’est considérablement dégradée et affaiblie à mesure du non-consentement d’une large partie de la population, la notion même de savoir est dévaluée et l’aliénation audiovisuelle s’est accrue, formant une mentalité très éloignée de notre tradition, contribuant à rendre problématique le maintien de la laïcité dans son format idéal. Car, comme nous le rappelle poétiquement, mais si justement Régis Debray, nous sommes tous des êtres « maisonnables ». Refonder la maison républicaine, c’est l’objet de la loi à venir, portée par notre ministre de l’Intérieur, Gerald Darmanin. Le chantier est vaste, le chemin sera long. Nous devons à la fois nous protéger contre les atteintes et les attaques des ennemis de la République sur le Net et aussi rebâtir les fondations de notre maison commune ! »

Des perquisitions symboliques par la Cour de justice de la République

Des perquisitions symboliques  par la Cour de justice de la République 

 

 

Les perquisitions engagées par la cour de la de justice de la république sont sans doute plus symboliques qu’efficaces. Vraisemblablement, on ne trouvera pas grand-chose dans les ordinateurs des membres du gouvernement enquêtés. D’ailleurs des preuves essentielles sont publiques.

 

Il suffit de se référer aux déclarations officielles quand les membres du gouvernement appuyés d’ailleurs par nombre d’experts scientifiques déclaraient  que le masque était inutile et même dangereux. La ministre de la santé en a rajouté une couche en essayant de dégager sa responsabilité et en  indiquant qu’elle avait prévenu le gouvernement des risques possibles.

 

De toute manière, les intéressés ne risquent pas grand-chose puisque la cour de justice de la république composée essentiellement de politiques( une bizarrerie juridique) n’a jamais condamné sérieusement quelqu’un. Par exemple dans l’affaire des 400 millions attribués indûment à tapie,  la cour de justice de la république a considéré que l’ancienne ministre des finances, Christine Lagarde, avait seulement fait preuve de légèreté. Une légèreté à 400 millions !

 

Ces perquisitions n’auront  sans doute un rôle symbolique en vue d’affirmer l’indépendance de la justice actuellement un peu secouée notamment celle du parquet national financier. Ceci étant,  la judiciarisation de la vie politique n’est pas forcément un progrès démocratique. Ce renvoi permanent aux juges ( conseil d’État, conseil constitutionnel, conseil européen etc.). hypothèque sérieusement le champ démocratique.

 

A l’origine de ces perquisitions se trouve la Cour de justice de la République, dont la commission d’instruction agit comme un juge d’instruction et mène les investigations. Une information judiciaire a en effet été ouverte le 7 juillet pour « abstention de combattre un sinistre ». Elle s’appuie sur l’article 223-7 du Code pénal : « Quiconque s’abstient volontairement de prendre ou de provoquer les mesures permettant, sans risque pour lui ou pour les tiers, de combattre un sinistre de nature à créer un danger pour la sécurité des personnes est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende ».

 

Au total, depuis le début de la crise du coronavirus, 90 plaintes contre des ministres ont été adressées à la CJR, seule instance habilitée à juger les membres du gouvernement pour l’exercice de leur fonction. Mais seules neuf d’entre elles, visant Olivier Véran, Edouard Philippe, Agnès Buzyn ou encore Sibeth Ndiaye, ont été jugées recevables.

En parallèle des investigations décidées par la Cour de justice de la République, une vaste enquête préliminaire sur la gestion de la crise du Covid-19 en France a également été ouverte début juin par le parquet de Paris et vise les éventuelles responsables non-membres du gouvernement..

12345



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol