Archive pour le Tag 'repris'

Ascoval repris par British Steel

Ascoval repris  par British Steel

 

 

 

Bonne nouvelle et contradiction du Brexit, c’est British Steel qui est le  repreneur de l’aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord), en redressement judiciaire depuis novembre 2017, .une reprise de la totalité de l’emploi.  British Steel envisage d’investir 45 à 50 millions d’euros à court terme à Saint-Saulve, l’Etat et les collectivités apportant 47 millions, pour un plan de financement total de 150 à 200 millions d’euros, selon Cédric Orban, président d’Ascoval. Selon l’intersyndicale, l’entreprise d’outre-manche envisage de porter rapidement la production du site à 600 ou 700.000 tonnes par an en vue, notamment, d’approvisionner son usine de rails ferroviaires d’Hayange, en Moselle. British Steel, deuxième sidérurgiste britannique, appartient au fonds d’investissement londonien Greybull Capital, géré notamment par des financiers d’origine française. Il est né en 2016 de la reprise des produits longs européens de Tata Steel.

Areva : les réacteurs repris par EDF.. et payés chers par le contribuable

Areva : les réacteurs repris par EDF.. et payés chers par le contribuable

 

 

Une opération qui va couter encore cher au contribuable car il va falloir recapitaliser Areva ; finalement payer les erreurs de gestion de l’ancienne patronne parvenue à la tête d’Areva grâce à son  passage dans les cabinets ministériels et surtout son rôle de sherpa auprès de Mitterrand. Contrairement à Kerviel , elle , elle ne sera pas inquiétée ( elle a même touché uen indemnité de 1.5 millions pour sa gestion désastreuse !) et on la voit encore pérorer sur la politique énergétique !  L’Etat français a validé mercredi le projet de reprise par EDF de l’activité réacteurs nucléaires d’Areva, confirmant le scénario d’une refonte radicale de la filière qui circulait depuis plusieurs mois. Il a également annoncé son intention de recapitaliser Areva « en investisseur avisé, à la hauteur nécessaire ». Le groupe nucléaire public, qui a accusé une perte de 4,8 milliards d’euros en 2014, a lancé un plan de sauvetage incluant un milliard d’euros d’économies sur trois ans et jusqu’à 6.000 suppressions de postes.  Selon des estimations d’analystes et des sources au fait du dossier, les besoins d’Areva s’élèvent à un niveau compris entre 5 et 7 milliards d’euros d’ici à fin 2017. « Sous réserve de la conclusion d’un accord de partenariat stratégique global avec Areva, EDF a vocation à devenir actionnaire majoritaire de la filiale commune Areva NP, qui rassemble les activités industrielles de construction de réacteurs, d’assemblage de combustible et de services à la base installée », a annoncé l’Elysée dans un communiqué. La présidence de la République, après une réunion interministérielle sur le sujet qui s’est tenue mercredi matin autour de François Hollande, a précisé qu’Areva conserverait dans sa filiale NP « une participation stratégique avec un pacte d’actionnaires ». Toujours selon l’Elysée, Areva et EDF prévoient de finaliser les principes de ce projet « dans un délai d’un mois ». L’Etat français détient environ 87% du capital d’Areva et 84,5% de celui d’EDF.

 

 

Irak : Mossoul repris aux djihadistes

Irak : Mossoul repris aux djihadistes

 

 

 

Avec l’appui des Etats-Unis, les forces irakiennes et kurdes ont repris le contrôle du barrage de Mossoul, dans le nord de l’Irak, a confirmé Barack Obama, lundi 18 août. Le président américain, qui s’exprimait à la Maison Blanche, a estimé que ce succès démontrait la capacité des forces kurdes et de l’armée irakienne à travailler ensemble contre les djihadistes de l’Etat islamique qui, selon lui, constituent une menace pour l’Irak et pour toute la région.  Les responsables irakiens ont salué ce qu’ils considèrent comme une victoire stratégique et annoncé que le prochain objectif était de reprendre la ville de Mossoul, la plus importante cité du nord de l’Irak, située à 40 km en aval de l’installation hydroélectrique. « Reprendre le barrage a pris plus de temps que prévu car l’Etat islamique avait posé des mines antipersonnel », a déclaré Hochiar Zébari, ministre des affaires étrangères sortant et membre de la communauté kurde, précisant que les forces kurdes avaient bénéficié d’un appui aérien américain. « La nouvelle tactique consistant à lancer des attaques rapides tenues secrètes s’est avérée efficace et nous sommes décidés à continuer à la mettre en œuvre avec l’aide des renseignements fournis par les Américains. La prochaine étape est Mossoul », a annoncé pour sa part Sabah Nouri, porte-parole de l’unité antiterroriste irakienne. Avec la prise, le 7 août, du barrage hydroélectrique de Mossoul, les djihadistes avaient infligé un revers sans précédent aux autorités irakiennes. Ils pouvaient ainsi contrôler l’alimentation en eau et électricité de la région ou encore faire exploser la structure peu solide. Les 12 milliards de mètres cubes retenus par le barrage pourraient inonder deux villes et tuer des dizaines de milliers de personnes, selon un rapport d’ingénieurs américains rédigé en 2007 et rendu public par le Washington Post.

 

 

Mory Ducros: moins de 2.000 emplois sur 7000 repris ?

Mory Ducros: moins de 2.000 emplois  sur 7000 repris ?

2000 salariés pourraient être repris par l’actuel actionnaire sur 7000 (5000 chez Mory et 2000 chez les sous-traitants). Une agence sur deux serait condamnée (85 actuellement). C’est la plus grosse faillite depuis Moulinex. Une reprise sans doute satisfaisante sur le plan social (en partie évidemment) mais hypothétique sur le plan économique. L’actionnaire principal n’est pas vraiment du métier et n’a pas fait preuve jusque là d’une grande pertinence de gestion, par ailleurs le secteur est particulièrement concurrencé et globalement l’offre est structurellement surabondante. Sans parler des prix de dumping de certaines entreprises pour conquérir (ou maintenir) des parts de marché. De toute évidence, si la conjoncture ne s’améliore  pas rapidement (ce n’est pas prévu en 2014), il y aura encore des dégâts dans le  secteur.  L’offre d’Arcole Industries, actionnaire principal de Mory Ducros, est désormais connue. Et elle devrait laisser un goût amer aux salariés, suspendus à la décision du tribunal de commerce de Pontoise, le 31 janvier prochain. Arcole Industries propose en effet de reprendre moins de 2.000 salariés sur les 5.000 de l’entreprise en redressement, ont annoncé deux syndicats, mercredi 8 janvier. « L’offre globale déposée par Arcole Industries aura un volume d’emploi inférieur à 2.000 salariés sur les 5.000 de l’entreprise, sans compter les 2.000 salariés issus de la sous-traitance qui ne font pas partie de l’offre d’Arcole Industries », écrit dans un communiqué la fédération CFDT des transports. Outre cette offre, trois offres de reprises partielles ont été déposées, confirme le syndicat. La direction, elle, informera précisément les représentants du personnel sur les offres de reprise déposées jeudi. Selon Force Ouvrière, joint par l’AFP, Arcole propose de reprendre 43 agences sur 85, soit 1.900 emplois au total. Si les offres complémentaires portent sur des agences différentes de celles que propose de reprendre Arcole, davantage d’emplois pourraient être préservés, selon la CFDT.  Le syndicat souligne qu’il « examinera si les trois offres partielles peuvent être complémentaires de l’offre globale permettant d’améliorer ainsi le nombre d’emplois sauvegardés ».

 

Mali : l’aéroport de Kidal, dernier bastion islamiste repris

Mali : l’aéroport de Kidal, dernier bastion islamiste repris

Après Gao et Tombouctou, la troisième et dernière grande ville du nord malien, Kidal, serait entre les mains des troupes françaises. Ce mercredi matin, un avion français s’est posé sur l’aérodrome de la ville toute proche de la frontière avec l’Algérie.  L’arrivée de soldats français à Kidal intervient juste après la reconquête sans beaucoup de résistance, aux côtés de l’armée malienne, des deux plus grandes villes du Nord du Mali, Gao et Tombouctou.  Les trois villes étaient aux mains de groupes islamistes armés qui y ont multiplié les exactions depuis plus de neuf mois. Kidal se trouve à 1.500 km de Bamako était le fief d’Ansar Dine (Défenseurs de l’islam), un groupe islamiste armé allié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Selon une source de sécurité malienne, les principaux responsables des groupes islamistes, se sont réfugiés dans les montagnes près de la frontière algérienne.  Les islamistes ne sont pas les seuls à avoir fui. Plusieurs centaines de personnes ont quitté Kidal vers des villages plus au nord, vers l’Algérie, selon le Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU, qui explique que l’accès à la nourriture et aux biens de première nécessité a été sérieusement affecté par la guerre et par la fermeture de la frontière.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

Mali: Diabali et konna repris

Mali: Diabali et konna repris

 

Les soldats maliens et français ont repris ce vendredi la ville de Diabali, à 400 km au nord de Bamako, tombée lundi aux mains de combattants islamistes, ont indiqué une habitante de la ville, membre du conseil municipal et une source de sécurité régionale. «Diabali est libérée, les islamistes sont partis, les militaires français et maliens sont entrés dans la ville», a déclaré cette élue. Une source sécuritaire régionale a confirmé que Diabali était désormais sous le contrôle des forces françaises et maliennes. Diabali avait été prise lundi par des islamistes, apparemment dirigés par l’Algérien Abou Zeid, un des chefs d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). La localité a été bombardée à plusieurs reprises mardi par l’aviation française, mais les islamistes ne l’avaient pas pour autant totalement quittée et, selon divers témoignages, ils cherchaient à se fondre dans la population dont ils se servent comme bouclier. «Depuis l’attaque des Français nous savons qu’ils ont rasé leurs barbes, rallongé leurs pantalons, ils se déguisent, tentent de se fondre dans la population», avait expliqué le capitaine malien Cheickné Konaté. Des combats rapprochés ont notamment opposé mercredi soldats français des forces spéciales et combattants islamistes à Diabali, selon deux sources de sécurité. Dans cette zone, «nous avons les groupes les plus durs, les plus fanatiques, les mieux organisés, les plus déterminés et les mieux armés», avait indiqué leministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian. «On a affaire à plusieurs centaines, plus d’un millier – 1.200, 1.300 -, de terroristes dans la zone, avec peut-être des renforts demain», selon lui. Plus tôt dans la journée, l’armée malienne avait affirmé avoir repris jeudi «le contrôle total» de Konna (centre), une localité à 700 km de Bamako, tombée le 10 janvier aux mains des combattants islamistes, ce qui avait précipité l’intervention française.  «Les combats les plus importants se sont déroulés à Ndégué, à 20 km de Konna. Nous avons écrasé l’ennemi», a assuré à l’AFP le colonel Didier Dakouo, qui dirige les forces maliennes dans le secteur. Plus de 1.400 soldats français sont ainsi déjà présents au Mali, un chiffre qui devrait prochainement atteindre 2.500 hommes, selon Paris.

 

GM Strasbourg: repris par le belge Punch, jusqu’à quand ?

GM Strasbourg: repris par le belge Punch, jusqu’à quand ?

GM Strasbourg racheté, une bonne et une mauvaise nouvelle. Une bonne nouvelle, c’est une usine en moins qui fermera cette année, une mauvaise, l’acquéreur est une P¨ME de 400 salariés qui risque ne n’avoir pas la stature économique suffisante pour sauver définitivement l’entreprise. General Motors a confirmé avoir trouvé un accord avec la société belge Punch Metals  International, qui s’engage à racheter le site de GM Strasbourg sans supprimer d’emplois, selon un communiqué du constructeur automobile américain diffusé samedi dans la capitale alsacienne.. Le constructeur américain précise dans ce document daté de Detroit que « l’acquéreur s’engage à ce que tous les emplois du site soient maintenus ».  L’usine de production et le centre de recherche et développement de Strasbourg, spécialisés dans la construction de boîtes de vitesses, emploient un millier de salariés.  L’accord est encore soumis à une « procédure administrative habituelle qui devrait  s’achever début 2013″, précise GM.  L’engagement entre les deux parties prévoit « un accord d’approvisionnement à long terme avec ZF », que GM présente comme un « leader sur le marché des équipementiers automobiles ».  Ce groupe allemand sera le principal client de Punch, avec lequel il développera un nouveau projet de boîte 8 vitesses à partir de 2014.  C’est bien un accord tripartite car ZF, qui est cité, a donné des garanties » financières, a indiqué à l’AFP Jean-Marc Ruhland, délégué CFDT du site strasbourgeois.  Quant à General Motors, « ils resteront client chez nous jusqu’à fin 2014″, explique le syndicaliste, afin de maintenir un rythme de production suffisant pour maintenir l’emploi.  La vente effective de GM Strasbourg devrait intervenir le 3 janvier. La chambre de commerce du tribunal de grande instance de Strasbourg doit valider alors l’offre de reprise.   »L’Etat français et le CE auront un droit de regard pendant cinq ans », a précisé le délégué CFDT.  GM avait annoncé début mai son intention de vendre le site. Le constructeur américain avait déjà cédé son usine alsacienne en 2009, avant de la racheter un an plus tard pour un euro symbolique.  Promettant de ne pas licencier, GM avait alors obtenu d’importants sacrifices de la part des employés: gel des salaires sur deux ans, pas d’intéressement jusqu’en 2013 et une renonciation à plus d’un tiers des 16 jours de RTT actuels.  Fondé il y a 25 ans, le groupe industriel belge Punch Metals International compte environ 440 salariés répartis sur cinq sites en Europe, dont deux en France.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol