Archive pour le Tag 'Réponse'

« Réponse à la crise sociale et la montée de la pauvreté»

« Réponse à la crise sociale et la montée de la pauvreté»

 

Nadia Hai , La ministre déléguée chargée de la Ville tente de justifier la politique du gouvernement pour gérer la crise sociale et la montée de la pauvreté . L’intéressée se réfère notamment au rapport Borloo de 2018 qui rappelons-le a été balayé publiquement d’un revers de main par Macron . La référence est donc un peu théorique. ( interview dans l’Opinion)

 

Quelles sont les conséquences de l’épidémie et du reconfinement dans les quartiers prioritaires de la ville ?

Nous faisons face à plusieurs niveaux de difficultés. Il y a tout d’abord la crise sanitaire, comme sur le reste du territoire national, même si je tiens à souligner que les mesures ne sont pas moins respectées dans les quartiers qu’ailleurs. La crise économique ensuite. Ces quartiers ont une concentration de contrats précaires, intérimaires et CDD. Les entreprises décident aujourd’hui de ne pas les renouveler et cela nous conduit vers une crise sociale. Les entrepreneurs et les indépendants font eux aussi face à des difficultés à cause des coups de rabot dans les dépenses des entreprises qui ont de graves conséquences sur leur activité et leurs revenus. Face à cette situation, le gouvernement a annoncé plusieurs mesures. Mais le confinement n’est pas une punition, contrairement à ce que peuvent dire certaines oppositions qui n’ont d’ailleurs pas de solutions à offrir. C’est une mesure obligatoire qui s’impose aujourd’hui à nous tous. Pas seulement en France mais partout ailleurs. Cela a été une décision difficile à prendre, même si nous voulons que la vie économique puisse continuer.

Comment comptez-vous aider leurs habitants face au risque de bascule dans la pauvreté ?

Nous avons annoncé des mesures de soutien aux ménages les plus fragiles, notamment une prime pour les bénéficiaires des APL. Mon prédécesseur avait débloqué 15 millions d’euros de fonds d’urgence pour les associations et l’achat de matériel informatique pour les écoliers à la maison. J’ai également annoncé il y a peu la création d’un fonds d’urgence pour les associations de proximité de 20 millions d’euros, car nous savons que ce sont elles qui peuvent réaliser le dernier kilomètre jusqu’aux publics les plus en retrait. Cette semaine, j’ai aussi annoncé une prime de 1 500 euros de trésorerie pour les entrepreneurs des quartiers. Cette mesure s’adresse à un public très large et nous visons les 5 000 bénéficiaires. Nous allons aussi agir sur l’emploi avec le doublement annoncé des personnes en contrat aidé, les parcours emploi compétences, dans les quartiers. Nous prenons ces mesures exceptionnelles car l’enjeu est bien d’éviter une crise sociale de grande ampleur dans les quartiers.

Les deux confinements ont montré l’urgence de la question du logement et de l’habitat, que comptez-vous faire ?

Nous allons poursuivre le programme de rénovation urbaine porté par nos prédécesseurs. Nous sommes arrivés à la fin du programme de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) et avons doublé l’enveloppe du nouveau pour atteindre les 10 milliards d’euros. Nous intervenons aussi dans la construction de logements neufs, en intégrant par exemple des balcons là où il n’y en a pas dans les programmes en cours de réalisation. Cela paraît anecdotique mais la crise a révélé que c’était indispensable. Pour cela, le secteur de la construction doit continuer à fonctionner. Les entreprises du BTP nous ont confirmé que si les consignes sanitaires sont strictement respectées, il n’y a pas de risque. Il s’agit non seulement de l’un des moteurs de la relance mais aussi d’une nécessité pour la poursuite des programmes de l’Anru. Il y a encore des copropriétés dégradées avec pour certaines des urgences qui ne peuvent pas attendre. Nous devons aussi actionner le levier du cadre de vie et de l’environnement. Créer des espaces verts, des jardins partagés, des espaces de travail et des tiers lieux. Nous avons mis un gros coup d’accélérateur avec l’ambition de repenser de nouveaux critères pour les projets à l’aune des conséquences de l’épidémie et du premier confinement au printemps.

Comment la politique de la ville doit-elle évoluer ?

La crise a eu pour effet de remettre beaucoup de choses à plat. Certaines peuvent être revues, même si nous sommes confortés dans nos choix de soutien et d’accompagnement économiques. Le rapport remis en 2018 par Jean-Louis Borloo à Emmanuel Macron a donné naissance à une feuille de route de la mobilisation nationale pour les habitants des quartiers qui s’en est beaucoup inspirée. J’ai décidé de créer un comité de suivi de cette feuille de route pour mieux tenir compte de l’évolution de la situation économique et sanitaire. On y retrouvera des personnalités qualifiées, des associations, des citoyens, des membres du conseil présidentiel des villes ainsi que des élus, maires et parlementaires, de la majorité comme de l’opposition. Je souhaite faire d’ici deux à trois mois un état de la situation de la mise en œuvre de l’ensemble des mesures prévues, pour voir ce qui marche ou ne marche pas et si besoin renforcer ou réorienter l’action du ministère.

 

 

Castex-Violence et drogue : une amende comme réponse !

Castex-Violence et drogue : une amende comme réponse !

 

 

Autant convenir que les orientations de Castex pour lutter contre la violence notamment sur fond de drogue ne sont pas du tout à la hauteur de l’enjeu. Pour résumer, la mesure essentielle est constituée par la perspective d’une amende en direction des consommateurs de stupéfiants.  Pas vraiment une réponse aux meurtres récents et aux scènes de crimes dans les quartiers : la policière écrasée, le chauffeur de bus assassiné ou encore le pompier volontairement atteint par balle. Sans parler des règlements de compte de bandes dans des quartiers qui ressemblent à Chicago. Parmi les autres mesures, il faut noter 60 policiers de plus à Nice, un ou deux emplois en plus pour l’action pénale dite proximité mais dans les tribunaux qui seront toujours aussi éloignés. Et pour la police municipale et le renforcement de son rôle : « on fera une étude » !

Le Premier ministre a en effet annoncé le lancement d’une expérimentation sur « l’extension des compétences de la police municipale ».

Des mesurettes complètement surdimensionnées par rapport à l’ampleur des violences. Pourquoi pas aussi une amende pour tout ce qui recouvre le concept d’incivilité évoquée par Macon et son gouvernement ; un concept d’incivilité qui comprend les crimes, les meurtres, les insultes et autres écarts anecdotiques comme criminels.

 

Le scandale est évidemment de qualifier d’incivilité des meurtres en plus souvent prémédités et organisés.  Les mesures prises par le premier ministre sont tellement insignifiantes  que les grands médias peinent en rendre compte.

 

Naomi Klein : « ll faut une réponse réponse audacieuse à la crise  » (Naomi Klein )

 

Naomi Klein  , , auteur de nombreux ouvrages à succès sur les dérives du capitalisme et le dérèglement climatique, la pandémie souligne à quel point les différentes crises que nous traversons sont imbriquées.

En 2007, la militante écologiste et anticapitaliste canadienne Naomi Klein publiait La Stratégie du choc : la montée d’un capitalisme du désastre (Actes Sud), un essai dans lequel elle analysait la façon dont pouvoirs et élites tentent de profiter des situations de crise. Son dernier livre, Plan B pour la planète. Le New Deal vert (Actes Sud)publié en novembre 2019, prône un changement radical pour atteindre la neutralité carbone en dix ans. Une idée qu’elle a défendue aux côtés du candidat à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine Bernie Sanders, qu’elle a soutenu jusqu’à ce qu’il se retire de la course, le 8 avril.

La journaliste, également professeure à l’université Rutgers (New Jersey), revient sur la façon dont l’épidémie due au coronavirus accroît les inégalités, et réagit aux manifestations de colère aux Etats-Unis après la mort de George Floyd, tué par des policiers à Minneapolis.

Comment expliquez-vous ce qui se passe actuellement aux Etats-Unis ? Cela vous paraît-il lié, d’une certaine façon, à la pandémie ou à la façon dont elle est gérée ?

Le racisme et les inégalités ont façonné la réponse à la crise du Covid-19. Tant qu’il apparaissait que tout le monde était en danger, les gouvernements étaient prêts à suspendre l’activité économique au nom de la santé humaine. Mais dès qu’il est apparu que les plus menacés par le virus étaient les pauvres, les Noirs, les personnes âgées ou handicapées – ceux que l’on considérait déjà comme des citoyens au rabais –, alors les appels à « relancer l’économie » sont devenus plus vifs. Les policiers de Minneapolis filmés en train d’étouffer tranquillement George Floyd, ça a été la goutte de trop.

Cette période est évidemment extrêmement inquiétante, mais je dois dire aussi que je suis impressionnée par le courage de tous ces jeunes qui sont dans la rue – car ce sont essentiellement des jeunes, de toutes origines. Ces personnes étaient chez elles depuis des mois et c’est pour mener ce combat pour la justice qu’elles brisent le confinement. On ne sait pas sur quoi il va déboucher mais c’est un moment extraordinaire.

Aujourd’hui, nous avons besoin de renflouer des entreprises mais nous devons surtout nous demander quel futur nous voulons bâtir. Tous ces combats dans lesquels nous sommes engagés, que ce soit le combat contre les violences policières, contre le dérèglement climatique ou pour une économie juste, sont liés.

 

«Crise: Soit une réponse européenne soit la récession »

 «Crise:  Soit une réponse européenne soit la  récession »

 

La confédération syndicale allemande DGB et les cinq centrales françaises CFDT, CFTC, CGT, FO et Unsa appellent, dans une déclaration commune, à une « convergence économique, fiscale et budgétaire des Etats membres de l’Union européenne » et demande une stratégie de relance qui aille « au-delà des 500 milliards d’euros annoncés par la France et l’Allemagne ».

Tribune. Particulièrement touchée, l’Europe doit faire face comme le reste du monde à la pandémie de Covid-19. Les mesures d’arrêt sévères mais nécessaires prises pour enrayer l’épidémie, ont mis nos sociétés et nos économies quasiment à l’arrêt. L’activité économique, la liberté de mouvement et de nombreuses autres activités ont été suspendues pour lutter contre la pandémie, et certains continuent à l’être.

Pour nous, organisations syndicales allemande et françaises, la santé des citoyens et des travailleurs en Europe était notre préoccupation principale lors de la prise de mesures de confinement. Aujourd’hui, alors qu’il s’agit d’assouplir ces mesures pour un retour progressif à l’activité économique, la santé de nos concitoyens et des travailleurs demeure une priorité absolue.

Incidents xénophobes

Les premières réactions lors de l’apparition du virus en Europe ont été surtout nationales. Les organisations syndicales DGB, CFDT, CGT, FO, CFTC et Unsa regrettent le manque de concertation entre les Etats membres au début de la pandémie qui a pu mener à la prise de décisions non coordonnées, voire au détriment les uns des autres.

Nous condamnons fermement les incidents xénophobes qui se sont produits à la frontière franco-allemande et qui nous rappellent avec effroi un des chapitres les plus sombres de notre histoire. Dans les régions frontalières, le sentiment d’incertitude face au coronavirus est particulièrement prononcé. Et pour cause : en temps normal, 40 000 travailleurs transfrontaliers du Grand-Est viennent travailler en Allemagne tous les jours.

Cependant, ni la fermeture des frontières, ni les contrôles aux points de passages ne peuvent contenir la propagation du virus. A l’heure actuelle, nous ne devons pas remettre en cause l’intégration économique et sociale des espaces frontaliers qui s’est créée au cours des dernières décennies.

Les conséquences des mesures prises par les Etats membres pour enrayer cette épidémie, d’une ampleur inédite, nécessitent une réponse sociale de haut niveau. Pour le DGB, la CFDT, la CGT, FO, la CFTC et l’Unsa, seule une réponse européenne ambitieuse pourra nous éviter des années de croissance morne, voire de récession avec une propagation du chômage et de la pauvreté.

 

Coronavirus : la réponse viendra de la mondialisation

Coronavirus : la réponse viendra de la mondialisation

Professeur de sociologie à l’université Paris-Diderot, Gérald Bronner est membre de l’Académie nationale de médecine, de l’Académie des technologies et de l’Institut universitaire de France. Spécialiste des croyances sociales, il est l’auteur de Déchéance de rationalité (Grasset, 2019) et de La Démocratie des crédules (PUF, 2013). Il va à contre-courant des reprises nationalistes estiment que la réponse au Corona virus viendra de la mondialisation.(Interview du Monde)

Chaque politique y va de son explication de la crise. Etes-vous surpris ?

Cette crise est inédite. Lorsque des êtres sociaux sont confrontés à un phénomène incertain et dramatique, en haut de l’Etat comme en bas de l’échelle sociale, il y a un immense besoin de sens. C’est une tentation anthropologique, un réflexe herméneutique d’interprétation du réel. Comment admettre qu’un accident biologique malheureux est à l’origine d’une immense catastrophe ? Les récits rendent un service intellectuel que le réel ne rend pas. Historiquement, les épidémies ont été lues comme une punition divine. Avec le coronavirus, le monde politique et religieux devient l’auberge espagnole de l’opportunisme idéologique.

La crise révèle la dépendance de la France à l’égard d’autres pays, pour les tests ou les médicaments. C’est un fait, pas une herméneutique. Cela diffère du discours selon lequel la nature nous adresse un ultimatum. Mais il faut prendre garde à la démagogie tirée des faits. Penser les conditions de notre indépendance alimentaire, énergétique, sanitaire est raisonnable. Dire qu’il faut se recroqueviller sur la souveraineté nationale, à l’inverse, est caduc puisque les questions épidémiques, écologiques, migratoires, financières sont transnationales. Ce qui a manqué, au contraire, est la coordination mondiale. Avec plus de coordination, la Chine n’aurait pas menti sur la maladie et les Européens auraient été attentifs aux informations des scientifiques asiatiques. Pourquoi chaque pays a-t-il utilisé des stratégies différentes ? Veut-on d’un monde où les nations se battent pour acheter du matériel vital aux populations ? Où chaque pays se met à stocker 1 milliard de masques ? C’est la lutte de tous contre tous qui aboutira au désintérêt collectif. La seule conclusion est d’avancer dans la coopération internationale.

C’est une mythologie. L’idée que le virus s’est répandu à cause de la mondialisation est une erreur. Si nos corps voyagent, la probabilité de diffusion de l’épidémie dans un temps court augmente. Mais dans l’histoire de l’humanité, la peste noire ou la grippe espagnole ont ravagé des populations entières. La différence, c’est qu’elles se répandaient en plus de temps, et que nous n’avions pas les moyens technologiques pour y faire face. La réponse au Covid-19 viendra de la mondialisation. Par la technologie : la médecine, le vaccin, le numérique. La science ne progresse que grâce aux interactions mondiales. Les chefs de service de réanimation français examinent en temps réel les données des études chinoises. Si le virus s’est propagé, c’est parce qu’un marché ne respectait pas les règles sanitaires que la modernité a inventées et diffusées par les échanges mondiaux, pas parce qu’il a été créé volontairement en laboratoire !

 

Les rationalistes sont démunis, ils n’ont à proposer que la formule de Nietzsche : «Laissez venir à moi le hasard». Le besoin de sens reflète la fébrilité de l’esprit humain, qui peine à accepter le hasard malheureux. Voilà pourquoi le complotisme, qui offre un récit en concurrence sur le marché cognitif, séduit un quart des Français. Cela dépasse les thèses conspirationnistes. Après l’accident nucléaire de Fukushima, la peur a été telle que les gens l’ont associé à un grand nombre de victimes, alors qu’il n’y a pas eu de mort. Une confusion narrative brouille la mémoire, et pousse une lecture du monde qui se coule dans des sillons établis. Le grand récit disponible, aujourd’hui, c’est celui de la décroissance et de la collapsologie.

Comment, dans la confusion ambiante, savoir qui a raison ?

Gare aux rétro-prévisionnistes : le futur est facile à prédire quand il est passé ! On peut faire crédit au gouvernement de l’incertitude ; la pandémie a donné lieu à une infodémie, une arborescence de données concurrentes. Mais si on avait regardé l’information auprès des meilleurs chercheurs, dans la revue Science, tout était là. Il était possible de comprendre que la méthode coréenne fonctionnait, comme il est compréhensible qu’on ne l’ait pas fait… En face, les propositions de Marine Le Pen sont à déplier sur le long cours : si on avait pratiqué une économie étatisée, aurait-on un système de santé résilient ? Si chaque nation s’était recroquevillée sur elle-même, aurait-on ce niveau de technologie et de recherche ? Mieux vaut être humble dans la crise plutôt que de dire « j’avais raison ».

 

Coronavirus: les réponse aux questions

Coronavirus: les réponse aux questions 

Par  William Dab, ancien directeur général de la santé, sur France info Pour lui, « potentiellement 100% » des Français pourraient être infectés par le coronavirus Covid-19 dans les prochaines semaines. L’épidémiologiste William Dab a livré une analyse froide et clinique de la situation lors de son passage à franceinfo.

@Miguech : Comment un médecin généraliste peut-il différencier une grippe d’un coronavirus, si les symptômes sont les mêmes ?

En faisant un test biologique. Cela dit, quand vous avez des signes d’infection respiratoire, il est indispensable de prendre les mêmes précautions d’hygiène que pour le coronavirus. Autrement dit, en l’absence de traitement spécifique, le fait de ne pas avoir un diagnostic précis ne change pas la conduite médicale.

@Mercedes diesel : Comment guérit-on les personnes infectées lorsque c’est possible ?

La maladie guérit spontanément dans la très grande majorité des cas. Les cas graves développent une insuffisance respiratoire qui peut justifier la mise sous respirateur artificiel.

Globalement, il y a très peu de virus pour lesquels on a des médicaments : herpès, hépatite (notamment C), etc. Les antibiotiques ne fonctionnent pas contre les virus.

@Tydo : Une personne contaminée peut-elle aussi contaminer ses animaux ?

On ne le sait pas.

@japy3810 : Sait-on combien de temps dure la contagiosité d’un corps après décès ? Existe-t-il des formalités particulières ?

On n’a pas de réponse formelle sur ce sujet, mais il est vraisemblable que les mesures d’hygiène universelles vis-à-vis des cadavres soient suffisantes.

@JB : Y a-t-il des cas de décès de jeunes (entre 20 et 50 ans) sans problème de santé pré-existant ?

Quelques-uns, dont le médecin chinois qui a donné l’alerte. Aucun en France, cependant.

@Chris : Comment se fait-il que ce virus soit si contagieux ?

C’est sûr qu’il est très contagieux. Mais les raisons, en particulier biologiques, qui expliquent pourquoi, ne sont pas connues.

@Slipcho7 : Est-on contagieux pendant la période d’incubation ?

Oui !

@Isa : J’ai entendu parler du cas d’une femme en Chine ayant contracté deux fois le coronavirus. Est-ce possible ? Est-ce qu’on ne développe pas d’anticorps pouvant nous protéger de ce virus ?

Oui, c’est possible. Il y a déjà quelques observations dans ce sens et il semble que le coronavirus n’entraîne pas toujours – ou pas tout de suite – la production d’anticorps.

@Liloop : Le coronavirus italien est-il différent (même légèrement) du coronavirus chinois ?

Pas que l’on sache.

@Loulous : Il est donc tout à fait possible d’attraper la grippe et le coronavirus ? L’un n’empêche pas l’autre ?

Tout à fait.

@gael : Peut-on également ne ressentir que de faibles symptômes ?

Oui, tout à fait. On peut même n’en ressentir aucun.

@Erwan : Combien de temps reste-t-on malade si l’on est contaminé ?

Une dizaine de jours quand il n’y a pas de complications. Cela peut prendre plus de temps s’il faut passer par la réanimation, par exemple.

@siloise : Le Covid-19 est-il plus ou moins létal que la grippe saisonnière ?

Le Covid-19 est au moins 10 fois plus létal que la grippe saisonnière.

@If : Comment désinfecter nos tables, bureaux et ordinateurs ? Le vinaigre suffit-il ?

Oui, le vinaigre ménager est un très bon désinfectant, ainsi que l’eau de Javel, ainsi que la plupart des produits d’hygiène ménagère.

@Cyberdav : La seule mesure efficace semble être le confinement. Pourquoi, en France, rechignons-nous à des mesures un peu plus drastiques et précoces ? On a l’impression qu’on a toujours un train de retard sur le virus…

Je ne partage pas ce point de vue : les premiers foyers ont été très bien maîtrisés, de même que le rapatriement des Français de Wuhan. Mais évidemment, quand le virus diffuse sur une grande partie du territoire, les mesures de confinement deviennent moins faisables, moins efficaces.

@Jdp : En fait-on assez pour nos parents et grands-parents à risques ?

C’est un vrai sujet, et chacun de nous devra veiller à protéger les membres de son entourage les plus fragiles, en prenant fréquemment de leurs nouvelles.

@Joyce : Si nous ne mettons pas nos mains sur notre bouche, on réduit le risque de contracter le coronavirus?

Oui, parmi les mesures importantes, il faut éviter de se toucher la bouche, le nez, les yeux avec les doigts.

@Noush : A partir de combien de personnes contaminées pouvons-nous considérer qu’il y a « cluster » ?

Dès deux personnes.

@Ondine : Les asthmatiques allergiques font-ils partie des personnes à risque ? 

Oui.

@Paris75016 : Des risques particuliers à signaler dans les piscines municipales ? Mon fils a des cours de natation et j’hésite.

Ce n’est pas un lieu considéré comme à risque élevé de contagion.

@JB : L’abus de gel hydroalcoolique peut-il le rendre moins efficace ?

Non.

@bibi : Quelles sont les préconisations pour les personnes qui sont sous immunosuppresseurs ?

Pour ces personnes-là, encore plus que pour les autres, l’hygiène des mains et le respect d’une distance d’au moins deux mètres avec les autres personnes sont extraordinairement importants.

@Lebucheron : Concernant les tests de dépistage, est-ce qu’ils sont systématiques ? Dans le cas contraire, l’épidémie peut-elle être sous-évaluée ?

Le dépistage ne peut pas être systématique : le nombre de tests est limité. Il faut donc les utiliser pour aider les médecins à faire un diagnostic précis. Un dépistage systématique n’est pas envisageable actuellement.

@Pacha : Que pensez-vous de la non-fermeture des écoles et des collèges ? L’hygiène avec des enfants est une gageure…

S’il est nécessaire de fermer des écoles, des salles de spectacle ou autres lieux de rassemblement, c’est une décision qui sera prise au cas par cas en fonction de la situation épidémique locale.

Fermer toutes les écoles, aujourd’hui, en France, n’aurait pas de sens et déstabiliserait toute la vie du pays. William Dab à franceinfo

Pour l’instant, ce n’est pas nécessaire de l’envisager. Mais ça ne veut pas dire que nous n’y aurons pas recours dans les jours ou semaines qui viennent.

@Popi : Comment se fait-il que l’épidémie commence surtout dans les petits villages et en grande banlieue ? Les rassemblements n’y contribuent pas tant que ça, visiblement !

L’épidémie commence là où des cas dits « super-contaminateurs » arrivent. S’ils arrivent dans un village, comme dans l’Oise, c’est là que les premiers foyers vont apparaître. On ne sait pas pourquoi certains malades sont plus contagieux que d’autres.

@DRouen : Les personnes avec des pathologies respiratoires ont-elles davantage de risques de contracter le Covid-19 ?

Il n’y a pas plus de risques de le contracter, mais d’avoir une forme grave, oui. Toutes les études médicales à ce jour soulignent que les porteurs de maladies chroniques ou que les personnes âgées sont à risque élevé de complications.

@Marine : Avez-vous des infos récentes sur les risques pour les femmes enceintes et leurs bébés ? C’est mon cas et j’ai l’impression qu’il n’y a pas beaucoup d’infos sur le sujet, les scientifiques ne veulent pas trop se mouiller ? Merci !

Nous n’avons pas d’informations sur les effets particuliers qui pourraient survenir pour les femmes enceintes, puisque nous n’avons pas eu de cas à étudier.

@Monique : J’ai 75 ans et je dois accompagner ma petite-fille de 18 ans, asthmatique, en consultation pneumologie demain à Cochin. Outre le masque et gel, quelles précautions prendre ?

Il faut se laver les mains dès qu’on a été dans une situation où on a pu être en contact avec le virus.

@guisella29 : Je suis vaccinée contre la grippe, cela me protège-t-il contre le coronavirus ?

Non, le vaccin contre la grippe ne protège pas du tout du Covid-19.

Sur la situation dans les autres pays

@Blandine : Pourquoi l’Italie est-elle touchée à ce point ?

Parce qu’il y a eu un retard à la mise en œuvre des mesures d’isolement du premier foyer. A partir de là, le virus a diffusé assez rapidement.

@Ktg : Savons-nous si le confinement complet dans certaines villes chinoises a réellement ralenti la propagation ?

Oui, c’est évident.

@Marco : Compte tenu de la faiblesse des infrastructures médicales, que peut-on craindre pour l’Afrique ?

On peut craindre une flambée épidémique incontrôlable pour l’Afrique, ainsi qu’un mauvais pronostic pour les malades les plus graves qui n’auront pas accès à des soins de qualité.

@MZ : Pourquoi y a-t-il deux fois plus de cas en Corée qu’en Italie, mais trois fois moins de morts ? Les taux de mortalité semblent très variables selon les pays…

Ces comparaisons internationales sont difficiles à faire. La capacité des différents pays à diagnostiquer les cas diffère. La surveillance épidémiologique aussi.

Les seules données constantes, c’est que 98% des malades guérissent, et que la mortalité est actuellement entre 2% et 3%.William Dabà franceinfo

@Lorris : L’Allemagne incite ses citoyens à faire des réserves de nourriture et d’eau. Est-ce une mesure exagérée ?

Il n’est pas exagéré, en toutes circonstances, d’avoir chez soi un peu de réserves sanitaires. Notamment pour des produits peu périssables. Mais il serait tout à fait exagéré de se mettre à constituer d’énormes stocks chez soi.

@Charlotte : Comment expliquez-vous que des jeunes soignants en Chine soient décédés du Covid-19 ?

Au début de la maladie, quand on ne connaissait pas bien les modes de contamination, les soignants ne se sont pas suffisamment protégés.

@Cybmatt : Pourquoi l’OMS refuse-t-elle de parler de pandémie ? En Allemagne, ce terme commence à être utilisé plutôt qu’épidémie…

Pour les épidémiologistes, il est évident que nous sommes en pandémie. L’OMS est une organisation intergouvernementale, et son directeur général agit sur la base des votes de 193 pays. Par conséquent, il y a une dimension diplomatique qui intervient dans les décisions de l’OMS. Cela dit, ce point n’est pas très important : ce qui compte, ce ne sont pas les mots, mais que l’on sache que le virus est là, qu’il se propage et que l’on doit adopter des mesures protectrices qui sont les mêmes, peu importe que l’OMS déclare ou non la pandémie.

Sur ce qui nous attend dans les prochains mois

@Bob : Avons-nous une estimation de durée de cette épidémie ? Le printemps va-t-il aider à la ralentir ?

Non, nous ne pouvons pas savoir. De façon générale, les coronavirus sont sensibles à la chaleur. Mais tant que le niveau de température est modéré (jusqu’à 25 °C), on ne peut pas compter sur ce facteur pour casser l’épidémie.

@ebe : Doit-on être totalement pessimiste face à l’avenir proche ?

Totalement pessimiste, non. Il y a des facteurs défavorables, en particulier le fait que la contagion existe pendant la période d’incubation, et que la mortalité est environ 10 fois plus forte que celle de la grippe. Mais il y a aussi des facteurs d’optimisme : un énorme effort de recherches à l’international et les mesures d’hygiène bien connues qui sont efficaces et permettent de se protéger. Il ne sert à rien de faire des pronostics. Chacun doit se tenir informé auprès de sources crédibles, être rigoureux pour soi et ses proches dans l’application des mesures d’hygiène. Si celles-ci sont largement appliquées, on sera en mesure de limiter les dégâts de cette épidémie. On peut ajouter que nous avons un excellent dispositif de surveillance, qui nous permet de connaître quasiment en temps réel l’évolution de cette épidémie.

@Nico : Avez-vous des modèles de propagation ? Que disent-ils pour la France ?

Oui, il y a des modèles qui ont été construits à partir des données de Chine et de Singapour, la situation italienne permettra de vérifier si ces modèles fonctionnent. Pour l’instant, comme nous avons encore très peu de recul, il n’est pas possible de dire s’ils s’appliqueront à la situation française.

@thomas : Est-ce que la principale crainte, c’est la mutation du virus ?

C’est en effet une crainte, mais il est difficile de dire que c’est la principale. Cette mutation pourrait être défavorable, mais aussi favorable.

La principale crainte, c’est que les gens accordent trop d’importance aux ‘fake news’ et ne se protègent pas correctement.William Dabà franceinfo

@Dims : S’il y a passage au stade 3 de l’épidémie, que se passera-t-il réellement ? 

On ne le sait pas. Le stade 3 offre aux pouvoirs publics une vaste gamme d’outils de lutte contre l’épidémie. Aucun de ces outils ne sera mis en œuvre systématiquement, mais ils le seront si la situation le justifie. Cette situation peut être différente d’une zone à une autre du pays.

@Gregory : Comment sait-on que le « pic » de l’épidémie est atteint ?

Quand le nombre de nouveaux cas diminue.

@Jérémie : A partir de quand pensez-vous que le stade 3 va être activé ?

C’est une question d’heures.

@gr : D’après ce que l’on sait de la propagation du Covid-19, quelle est la fraction de la population qui devrait être infectée par ce virus ?

Potentiellement 100%.

@Marc : Où en est-on de la recherche sur un vaccin ? J’ai lu que les Israéliens pourraient trouver un vaccin d’ici deux mois…

Une recherche de très haut niveau est évidemment très active dans plusieurs pays, donc il est possible qu’une solution rapide soit trouvée. Pour autant, nous n’avons pas de modèle de vaccin contre les coronavirus en général. Quand on l’aura, il faudra ensuite le tester : chez l’animal, puis chez l’homme, ce qui prendra plus de deux mois. Le plus vraisemblable, c’est qu’il faudra vivre cette crise épidémique sans solution vaccinale.

Sur la forte médiatisation de l’épidémie

@Armance31 : Ne pensez-vous pas qu’une telle médiatisation de ce virus entraîne la panique et la psychose parmi la population ? Est-ce vraiment justifié ? Proportionnellement au nombre d’habitants, le nombre de cas est dérisoire…

William Dab: Ce raisonnement est dangereux. Le nombre de cas aujourd’hui ne dit rien de ce qu’il sera dans une semaine ou dans un mois. Ce qui crée la panique, c’est le manque d’informations. On ne peut pas à la fois dire qu’au moment de l’incendie de Lubrizol, la population n’a pas été suffisamment informée, et aujourd’hui, que la population est trop informée vis-à-vis d’une menace difficile à caractériser, mais qui pourrait être grave.

@Dom66 : Pourquoi s’inquiéter du coronavirus ? Les enfants ne sont pas ou peu affectés, pas « d’explosion » du nombre de cas à Paris malgré la promiscuité dans les transports, le brassage de populations venant de tous pays… Calmons-nous !

Sur les enfants, il ne faut pas conclure trop vite : il est possible que la maladie donne très peu de symptômes et que, par conséquent, les cas passent inaperçus. En Chine, l’épidémie a commencé à diffuser chez les adultes, il est donc assez logique que nous n’ayons pas constaté beaucoup de cas chez les enfants, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y en aura pas. Sur les transports et le nombre de cas à Paris, la situation est très évolutive. Le fait qu’il n’y ait pas, ou peu, de cas à Paris ne préjuge pas de ce qu’il va se passer, ne serait-ce que la semaine prochaine.

Coronavirus : Le G20 veut une réponse mondiale

Coronavirus  : Le G20 veut une  réponse mondiale

 

Curieusement alors que l’OMS depuis le début de la crise ne cesse de s’enfoncer dans l’immobilisme et les contradictions en alignant sa stratégie sur celle des discours officiels de la Chine, c’est le G20 normalement préoccupé de problèmes économiques qui lancent un cri d’alarme. Le G20 réclame une véritable stratégie coordonnée. L’enjeu économique est d’importance, il pourrait affecter la croissance dans des proportions non négligeables alors que la tendance était déjà à la baisse en 2020 et que beaucoup de pays risque de tutoyer la stagnation voire la récession. Officiellement sans doute pour ne pas affoler les acteurs, le G20 reprend les évaluations de certains experts notamment du FMI qui estiment que l’épidémie de coronavirus devrait amputer la croissance économique mondiale de 0,1 point de pourcentage cette année. Une évaluation tout à fait approximative et même impossible à effectuer. Premièrement, ‘il faudrait prendre en compte la durée de l’épidémie qui peut aussi bien s’arrêter en avril qu’en juillet voir au-delà. Deuxièmement parce que les effets de désorganisation des chaînes d’approvisionnement et de distribution sont aujourd’hui aussi impossibles à quantifier. On pourrait tout aussi bien atteindre une baisse de la croissance mondiale de 1% d’après d’autres experts .

Pour la Chine, d’où est partie l’épidémie, la directrice générale du FMI Kristalina Georgieva a précisé que dans le scénario de base actuellement privilégié par le FMI, l’activité économique devrait revenir à la normale dans le courant du deuxième trimestre. Ce qu’évidemment l’intéressé ne sait pas du tout et pour cause même les experts de la santé ignorent totalement l’ampleur et la durée de la pandémie. Évidemment le G20, comme le FMI comme toutes les institutions nationales et internationales, passent leur temps à rassurer les acteurs :

“L’impact sur l’économie mondiale serait relativement mineur et éphémère”, a poursuivi Kristalina Georgieva qui s’exprimait devant les ministres des Finances et les banquiers centraux des pays du G20 réunis ce week-end à Ryad. Mais le Fonds continue de travailler sur des scénarios plus sombres, avec une incidence prolongée et plus généralisée de l’épidémie.

La coopération globale est essentielle pour contenir la propagation du Covid-19, a souligné Kristalina Georgieva, ajoutant qu’il était impératif de reconnaître le risque potentiel pour les Etats dont les systèmes de santé présentent des faiblesses.

Gestion de l’ immigration: les quotas, réponse trop partielle

Gestion de l’ immigration: les quotas, réponse trop partielle

 

Il y a évidemment des arrière-pensées politiques derrière ce débat relativement bâclé de l’assemblée nationale. Première observation, le thème est très mal choisi, pour preuve il n’aboutit qu’à une mini proposition du Premier ministre- qui porte sur 250 000 personnes environ quand les seuls visas touristiques représentent  environ 3.5 millions de personnes (pas tous évidement des immigrés) et qu’il faut ajouter les autres filières. Or cette proposition de quota concernera l’immigration légale quand la vraie question est celle de l’immigration illégale autrement plus importante (400 000 ?). Par ailleurs et surtout, la question centrale n’est pas celle de l’immigration mais celle de l’intégration qui vise une population d’origine étrangère beaucoup plus large dont trop ne parviennent pas à s’intégrer. Mais cette question bien traitée dans le rapport Borloo notamment à travers les banlieues a été balayée d’un revers de main par Macron qui a même humilié en public son auteur. La menace vient surtout du refus d’une partie de la population d’origine étrangère d’accepter les règles et les valeurs républicaines. Tout cela sur fond de communautarisme, de radicalisme, de pauvreté, de dérive religieuse et de trafic de drogue. Un thème donc très mal posé et traité uniquement en prévision des prochaines échéances électorales. En outre, une question pleine d’hypocrisie car la mise à l’index des étrangers permet de faire l’impasse sur le problème de l’intégration d’une partie de la population aujourd’hui devenue française. Dernière observation, les quotas même sur-le-champ réduit de l’immigration légale ne répondent pas à l’enjeu :

En 2018, 256.000 entrées régulières (90.000 par la voie de l’immigration familiale, 83.000 étudiants, 33.000 pour des motifs économiques).

“La question d’un pilotage par objectifs de l’admission au séjour n’est pas ‘taboue’. Je n’ai pas peur de réfléchir à l’idée de ‘quotas’”, a souligné Edouard Philippe, évoquant la possibilité de “fixer chaque année des objectifs d’attraction de compétences rares et de talents». On est loin de l’enjeu ! Et ne parlons pas de l’impasse sur l’aide au développement, le levier le plus fondamental pour maintenir les populations sur place.

Immigration: les quotas, réponse trop partielle

Immigration: les quotas, réponse trop partielle

 

Il y a évidemment des arrière-pensées politiques derrière ce débat relativement bâclé de l’assemblée nationale. Première observation, le thème est très mal choisi, pour preuve il n’aboutit qu’à une mini proposition du Premier ministre- qui porte sur 250 000 personnes environ quand les seuls visas touristiques représentent  environ 3.5 millions de personnes (pas tous évidement des immigrés) et qu’il faut ajouter les autres filières. Or cette proposition de quota concernera l’immigration légale quand la vraie question est celle de l’immigration illégale autrement plus importante (400 000 ?). Par ailleurs et surtout, la question centrale n’est pas celle de l’immigration mais celle de l’intégration qui vise une population d’origine étrangère beaucoup plus large dont trop ne parviennent pas à s’intégrer. Mais cette question bien traitée dans le rapport Borloo notamment à travers les banlieues a été balayée d’un revers de main par Macron qui a même humilié en public son auteur. La menace vient surtout du refus d’une partie de la population d’origine étrangère d’accepter les règles et les valeurs républicaines. Tout cela sur fond de communautarisme, de radicalisme, de pauvreté, de dérive religieuse et de trafic de drogue. Un thème donc très mal posé et traité uniquement en prévision des prochaines échéances électorales. En outre, une question pleine d’hypocrisie car la mise à l’index des étrangers permet de faire l’impasse sur le problème de l’intégration d’une partie de la population aujourd’hui devenue française. Dernière observation, les quotas même sur-le-champ réduit de l’immigration légale ne répondent pas à l’enjeu :

En 2018, 256.000 entrées régulières (90.000 par la voie de l’immigration familiale, 83.000 étudiants, 33.000 pour des motifs économiques).

“La question d’un pilotage par objectifs de l’admission au séjour n’est pas ‘taboue’. Je n’ai pas peur de réfléchir à l’idée de ‘quotas’”, a souligné Edouard Philippe, évoquant la possibilité de “fixer chaque année des objectifs d’attraction de compétences rares et de talents». On est loin de l’enjeu ! Et ne parlons pas de l’impasse sur l’aide au développement, le levier le plus fondamental pour maintenir les populations sur place.

Violences « Gilets jaunes »: une réponse ambigüe

Violences « Gilets jaunes »: une réponse ambigüe

La réponse du gouvernement après les violences qui se sont produites notamment Champs-Élysées apparaît à la fois molle et ambiguë. Ambiguë d’abord, parce qu’elle désigne Le préfet de Paris Michel Delpuech comme principal responsable des dysfonctionnements. Cela pour le remplacer par le préfet d’Aquitaine qui il faut bien le constater n’a pas mieux réussi à endiguer les débordements à Bordeaux. La seconde ambiguïté tient à l’interdiction des manifestations sur certaines artères en cas de présence de casseurs. Le risque est de déplacer géographiquement les violences sans pour autant pouvoir les empêcher. Enfin on va augmenter l’amende pour participation à des manifestations interdites Dès samedi prochain, les manifestations dans les quartiers les plus touchés par les violences, comme les Champs-Elysées à Paris, la place Pey-Berland à Bordeaux et la place du Capitole à Toulouse, seront donc interdites si des éléments radicaux sont présents. Les forces de l’ordre “procéderont à la dispersion immédiate de tous les attroupements”, a dit Edouard Philippe. Le montant de la contravention encourue pour participation à une manifestation interdite, 38 euros actuellement, sera quant à lui “nettement augmenté”. Concernant la doctrine de maintien de l’ordre, qui avait déjà été modifiée après les violences du 1er décembre sur les Champs-Elysées, elle n’a “pas été correctement exécutée”, a reconnu Edouard Philippe, et sera donc renforcée. “Pour obtenir l’efficacité sur le terrain que nous n’avons pas obtenue samedi”, le maintien de l’ordre va être “réorganisé en accordant une plus grande autonomie aux forces sur le terrain qui seront à Paris “placées sous un commandement unifié et dotées d’une large capacité d’initiative”, a-t-il précisé.

Les détachements d’action rapide vont être transformés en unités anticasseurs “dotées d’une capacité de dispersion et d’interpellation” susceptible d’intervenir rapidement. Les annonces du Premier ministre, notamment le limogeage du préfet de Paris, ont été accueillies avec scepticisme par l’opposition de droite. Pour Damien Abad, vice-président des Républicains, “celui dont la responsabilité doit être engagée, c’est le ministre de l’Intérieur, ce n’est pas le préfet de police de Paris, qui est fusible idéal, un lampiste”.

« La foule haineuse » : la réponse à « Macron démission »

« La foule haineuse » : la réponse à « Macron démission »

Inutile de le cacher, Macron son entourage et certains nantis ont eu très peur d’une possible insurrection. Une insurrection pourtant très virtuelle puisque même ceux qui avaient exprimé l’intention de se rendre à l’Élysée voulaient simplement se faire écouter. Or quand on mène une insurrection et qu’on pénètre dans les hauts lieux du pouvoir ce n’est pas pour se faire écouter, ni échanger mais pour abattre le pouvoir lui-même. On se souvient que Macron et ses amis avaient fait preuve d’une grande fébrilité. Le soir de la manifestation du 8 décembre Macron avait d’ailleurs adressé de chaleureux remerciements aux forces de l’ordre comme pour les féliciter d’avoir sauvé son trône. Par ailleurs Macron n’a guère apprécié ce slogan répété partout sur les ronds-points : « macro » démission ». Un slogan qui remet en cause l’ordre établi. Une attaque évidemment vis-à-vis du fonctionnement démocratique mais aussi à l’égard  de la personne même de Macron. Lequel a trouvé opportun de régler ses comptes lors de son allocution de fin d’année en traitant les intéressés de foule haineuse avec un amalgame de reproches pour justifier la violence de la réplique présidentielle. Une réplique pas forcément très opportune au moment de prononcer des vœux qui se caractérisent normalement par un appel à l’unité et par la compassion à l’égard de ceux qui souffrent.

 

Réforme union européenne : réponse minimaliste de Merkel à Macron

Réforme union européenne : réponse minimaliste de Merkel à Macron

Macron avait fait de la réforme de l’union européenne et de la zone euro l’une de ses priorités stratégique. Il a fait de nombreux discours sur le sujet et  a rencontré Merkel a plusieurs reprises. Cette dernière a mis du temps pour répondre et de manière assez minimaliste. Pour résumer Macron voulait davantage d’intégration là où il y aura quelques coopérations supplémentaires. Sur la zone euro, pas question de budget commun, d’un parlement ou d’un ministre. Dur l’union, il y aura un mini fonds monétaire européenne  en fait le MES qui sera transformé mais pas de  raie solidarité financière. L’Allemagne se refuse à payer pour les pays et les banques mal gérées.   Dans un entretien accordé au Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung, la chancelière clarifie la position de l’Allemagne sur un certain nombre de points essentiels.

* Elle soutient l’idée de transformer le mécanisme européen de stabilité (MES), dispositif de gestion des crises financières, en un Fonds monétaire européen (FME) qui pourrait proposer des prêts à court terme aux pays en difficulté économique.

Elle précise que le FME serait en mesure d’évaluer la viabilité de la dette des Etats membres et “des instruments nécessaires pour la rétablir si nécessaire”, un assentiment à la restructuration de la dette à laquelle la France est opposée.

* Elle soutient l’introduction par étapes d’un budget d’investissement de la zone euro à un niveau à deux chiffres bas en milliards qui pourrait faire partie du budget de l’Union européenne ou lui être extérieur.

* Elle plaide pour des critères communs en matière de droit d’asile, pour une police européenne des frontières et pour une agence pan-européenne des migrations qui évaluerait les demandes d’asile. Plus important, elle soutient un “système flexible” dans lequel les pays qui refusent l’accueil de migrants sur leur territoire pourraient être exemptés en échange de contributions dans d’autres domaines.

* Elle soutient l’idée d’Emmanuel Macron d’une force d’intervention européenne avec une “culture militaire stratégique commune”, ouvrant la porte à une participation plus active de l’Allemagne dans le secteur de la défense. Pour résumer Merkel fait minimum syndical pour répondre à Macron, un minimum qui lui est aussi imposé par l’environnement qui exiger une communauté de pensée sur certains sujets actuels  (taxes des Etats Unis et situation en Italie notamment)

En réponse à Mélenchon, le drapeau européen sera reconnu

En réponse à Mélenchon, le drapeau européen sera reconnu

 

 

Toujours aussi provocateur et même indécent Mélenchon avait déclaré lors de son entrée à l’assemblée nationale : »Franchement, on est obligé de supporter ça ? », en montrant le drapeau européen installé derrière le perchoir.  »C’est la République française ici, ce n’est pas la Vierge Marie. Je ne comprends pas ». Du coup,  Macron a annoncé qu’il ferait une « déclaration » pour que le drapeau européen ne puisse pas être « enlevé de l’hémicycle » de l’Assemblée Nationale. La semaine dernière, les députés de la France Insoumise déposaient un amendement prévoyant que « seuls peuvent être présents dans l’hémicycle le drapeau tricolore (…) et le drapeau de l’Organisation des Nations unies. » Il est sous-entendu que le drapeau étoilé de l’Union européenne serait enlevé. Les députés mélenchonistes devaient défendre à nouveau leur proposition lors de l’examen du projet de réforme du règlement de l’Assemblée.  Emmanuel Macron a répondu aujourd’hui. « Au moment où certains en France ont des débats où on se rétrécit et voudraient enlever le drapeau européen, je veux vous dire que lors du prochain conseil européen (la semaine prochaine, ndlr), j’affirmerai officiellement que la France reconnaît le statut de l’hymne européen et du drapeau européen, ce qui ne permettra pas à certains d’enlever le drapeau européen de l’hémicycle français ou de tout autre lieu », a-t-il dit.

Attaque de Le Pen contre la justice : réponse des magistrats

Attaque de le Pen contre la justice : réponse des magistrats

Marine Le Pen, dont le parti est visé par plusieurs enquêtes judiciaires, s’en est pris aux magistrats dimanche 26 février, lors de son premier grand meeting de campagne au Zénith de Nantes, affirmant qu’ils n’étaient pas là pour « inventer » la loi. La candidate du FN a également promis que la formation des magistrats sera « revue » ne supportant plus « le laxisme qui prévaut dans la magistrature ». Sur franceinfo lundi 27 février, Clarisse Taron, la présidente du Syndicat de la magistrature, ancré à gauche, a dénoncé des « pressions » et des « menaces à peine voilées » contre l’institution judiciaire.  Clarisse Taron répond sur France info  aux « menaces à peine voilées » de M. Le Pen « si on veut une justice sereine, on doit se garder de ce genre de propos.

 

Franceinfo : Comment réagissez-vous aux attaques des magistrats formulées par Marine Le Pen, dimanche à Nantes ?

Clarisse Taron : On n’est pas surpris de ces attaques. Nous sommes d’accord sur le fait que les magistrats ne sont pas là pour inventer des lois mais pour les appliquer et qu’ils doivent le faire en toute indépendance. Maintenant, on est surpris des menaces à peine voilées qui sont formulées par Marine Le Pen. Il s’agit d’exercer des pressions sur l’institution judiciaire. Si on veut une classe politique irréprochable, on doit en premier lieu, se conformer à cet idéal [après le refus de Marine Le Pen de se rendre mercredi dernier à une convocation de la police dans l'enquête sur les assistants parlementaires du Front national au Parlement européen].

Marine Le Pen, qui réclame uen pause judicaire, n’a pas toujours été partisane de tels temps morts de la justice comme le montre une vidéo de France 2 datée 30 janvier 2004, dans laquelle elle s’offusque d’une affaire d’emploi fictif visant Alain Juppé. «Tout le monde a piqué de l’argent dans la caisse, sauf le Front national. Et on trouve ça normal? Oh ben non, ce n’est pas très grave, à la limite, les Français en ont marre. Mais les Français n’en ont pas marre d’entendre parler des affaires, ils en ont marre qu’il y ait des affaires. Ils en ont marre de voir des élus qui détournent de l’argent. C’est scandaleux!», s’indignait alors la présidente du FN.

 

 

 

Brexit: « Le référendum mauvaise réponse à un vrai problème »

Brexit: « Le référendum mauvaise réponse à un vrai problème »

 

Dans une interview à Challenges Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert Schuman, considère que le recours à un référendum est une mauvaise solution pour redonner une légitimité au projet européen. Un avis sans doute pertinent quand on sait que la plupart des référendums non précédés d’un débat approfondi sont instrumentalisés par les populistes,  les démagogiques, les  nationalistes voir les racistes pour détourner l’objet de la consultation. Avant de dire oui ou non encore faudrait-il comprendre les enjeux dont  la complexité échappe au plus grand nombre faute de débat suffisant. Extrait de l’interview

Au lendemain du « Brexit », le ministre de l’Economie Emmanuel Macron et le candidat à la primaire de droite Bruno Le Maire évoquent l’idée d’un référendum sur le projet européen pour relégitimer la construction européenne, qu’en pensez-vous?

C’est une mauvaise réponse à un vrai problème. Depuis plusieurs années, l’Europe est devenue le bouc émissaire des partis populistes. Elle est le symbole facile de la coupure entre les élites et les populations. En France, Marine Le Pen a imposé l’idée d’un référendum à travers sa proposition de sortie de l’euro. Les responsables politiques, qui soutiennent l’organisation d’un référendum sur le projet européen, tombent dans son piège. N’oublions pas la maxime de Jean-Jacques Rousseau: « La volonté générale est toujours droite, mais le jugement qui la guide n’est pas toujours éclairé ».

Difficile pour autant de ne jamais consulter le peuple sur la construction européenne…

Bien sûr, mais il y a d’autres moyens que le référendum! Dans une démocratie représentative, les candidats exposent leurs programmes avant les élections et les électeurs votent en conséquence. Durant la campagne de 2007, deux ans après le « non » français à la Constitution européenne, Nicolas Sarkozy avait clairement annoncé qu’il renégocierait un traité et le ferait ratifier par les parlementaires, ce qu’il a fait. Après le choc du « Brexit« , j’espère que la question européenne sera au cœur de la campagne présidentielle de 2017 et que tous les candidats afficheront nettement leur projet. Cela permettra au prochain Président d’avoir les coudées franches.

N’y a-t-il pas un risque que le débat sur l’Europe dérape au fur et à mesure de la campagne?

Il y a toujours un risque de dérapage, mais c’est encore plus risqué de passer la question européenne sous silence. Cela conforte l’impression dans l’opinion que les responsables politiques français subissent plus qu’ils ne maîtrisent la construction européenne. Il est temps que les gouvernants français assument leurs choix et s’investissent dans les institutions communautaires. Il est anormal que les ministres français soient si peu présents dans les réunions officielles avec leurs homologues européens. Ou que les gouvernements successifs appellent à la création d’un Trésor de la zone euro alors qu’il suffirait qu’Emmanuel Macron demande à la directrice du Trésor française de passer deux jours par semaine à Berlin pour que cela existe. Les politiques français ne doivent plus être des commentateurs mais des acteurs de l’Europe.

Crise : quelle régulation ? Une réponse à Madame Lagarde

 

Crise : quelle régulation ?  Une réponse à Madame Lagarde

 

 

 

Une interview d’Hubert Rodarie, DGD de SMA est co-animateur du programme «Normes de la Finance» à la Chaire éthique et finance de la MSH dans le Figaro qui pose la question de l’évolution des normes suite à la déclaration de Christine Lagarde sur l’Etat de l’économie mondiale. Un propos qu’on peut contester mais qui mérite d’être entendu notamment par rapport au transfert de la valeur ajoutée vers le trou de la dette. :

 

 

« Dans une interview au Figaro, le 19 avril dernier, Christine Lagarde dresse constate que «les cicatrices de la crise de 2008-2009 n’ont pas été toujours bien traitées». Que veut-elle dire? La directrice générale du FMI cite les créances douteuses des banques, le manque de réformes structurelles des États et des législations sociales et la politique budgétaire. Seraient-ce les vraies raisons «du manque de croissance de l’économie mondiale?» La réponse est non. Huit ans après, ce sont, hélas, les raisons toujours agissantes de la crise de 2008 qui expliquent la stagnation actuelle ; et non l’absence de traitement des conséquences.

 

Voici quelques années, nous pointions comme «macro-cause» des divers dérèglements l’implantation répétée dans l’économie mondiale d’un dispositif économique global que l’on peut qualifier de ricardien, car on invoque souvent David Ricardo (1772-1823) pour le justifier. Pour stimuler les échanges on organise des déséquilibres durables de coûts de production entre deux zones économiques et monétaires. Pour cela, on empêche ou freine le mécanisme des changes de faire son travail d’équilibrage.

Depuis soixante ans, cette construction politico-économique a été implantée plusieurs fois. Depuis 1998, la Chine en bénéficie. Mais ce système produit des effets néfastes qui ne sont ni maîtrisés, ni maîtrisables. Les crises récurrentes le prouvent. Ainsi, l’accumulation de dettes de toutes natures s’est révélée comme l’effet néfaste majeur de ce système. En 2008, ce phénomène a été démontré ; en 2015 il persiste toujours comme le montrent plusieurs études. Il faut donc conclure que ce processus d’endettement, sans frein ni fin, constitue le marqueur des effets néfastes du dispositif actuel et que la dette globale devient le trou noir de l’économie mondiale dans lequel bascule peu à peu la valeur ajoutée créée dans le monde.

Mais la dynamique impulsée à l’activité mondiale depuis 1998 par la stimulation des échanges avec la Chine s’étouffe aujourd’hui sous le poids de ses conséquences non voulues. Les politiques monétaires, comme les autres mesures, ne sont que des actions de retardement de cette asphyxie programmée. La loi dite de modération universelle s’impose inexorablement:

Depuis 2008, rien n’a vraiment changé. Il n’y a aucune remise en cause des paradigmes qui justifient les organisations actuelles. Tous les maux subis sont attribués, comme le fait Mme Lagarde, à des fautes ou à des erreurs politiques. Puisqu’on ne veut tarir la source des dettes, il est décrété que pour en éliminer les risques, il convient d’édicter plus de normes et de règles. On nous dit que le danger réside dans la transgression de la norme, l’absence de régulation, ou l’échec des contrôles. Le système se referme sur lui-même. Cette vision du risque est un appauvrissement intellectuel. Elle réduit le risque en confondant fraude et accident, faute et danger. Cette vision du risque écarte l’incertitude, nie le temps et ce qu’il apporte en changements de contexte et en surprises. Elle est erronée. Surtout, chacun voit que l’ordre s’est en réalité inversé: la norme n’est plus un outil au service des acteurs économiques, mais une matière en soi qui structure et modèle l’activité économique. Ce qui oblige à poser la question de la responsabilité même des modèles d’activité et des régulations globales dans l’arrivée des crises économiques. Question à poser à Mme Lagarde, au FMI et aux autres régulateurs du système financier et économique. Pour retrouver la croissance, ne faut-il pas rompre avec les dispositifs ricardiens? Ne faudrait-il pas enfin quitter cette mentalité marquée par l’impératif de la reconstruction des années 1950 qui les justifiait? Maintenant que les grands pays communistes ont rejoint les autres, et l’arrivée de la Chine et du yuan au cœur du FMI en sont le symbole, ne serait-ce pas le moment de reconstruire un ordre économique et monétaire international qui favorise des échanges équilibrés? Un ordre et une régulation pour des temps de la maturité. »

La France n’est pas une race (réponse à Morano)

La France n’est pas une  race (réponse à Morano)

 

 

Volée de bois vert pour Morano suite à ses propos racistes. Curieux  cette haine de l’autre surtout quand on est soi-même descendante d’immigré. Morano dont la mère était la fille d’un maçon piémontais ! Un peu comme Sarkozy qui donne des brevets de citoyenneté français quand lui même est fils de hongrois et dont le père parle à peine le français. Visiblement ces personnages sont mal dans leurs godasses et ils ont en commun la vulgarité, la haine et la bêtise. Trois qualificatifs qui conviennent parfaitement à Morano qui porte jusque dans son  visage sa grossièreté et son fanatisme imbécile. Davantage le profil d’uen marchande de poissons que d’une  femme d’Etat. Pas étonnant c’est aussi un le produit de l’oligarchie, non seulement elle na pratiquement jamais travaillé mais en définitive ne dispose que d’un vague diplôme de communication. Pas de quoi compenser vraiment son déficit initial de culture dont elle n’est pas responsable mais qui ne saurait l’autoriser à s’ériger en philosophe de bistrot mal fréquenté.  « La France, ce n’est pas une race. La France, ce n’est pas une couleur. La France, ce n’est pas une religion. La France, c’est une identité multiple qui doit être fière de ses racines », a-t-il dit dans un discours prononcé lundi à Avignon. Ses mots ont fait écho à ceux prononcés quelques heures plus tôt sur BFM TV par Bruno Le Maire, candidat à la primaire des Républicains pour la présidentielle de 2017. « La France, ce n’est pas une race. La France, ce n’est pas une religion, la France (…) n’est pas une couleur de peau. La France c’est une idée, c’est des principes, c’est des valeurs essentielles, l’égalité homme-femme, la laïcité, notre histoire, notre mémoire, notre langue », a-t-il déclaré. L’ancien Premier ministre Alain Juppé a lui aussi réagi lors d’une conférence de presse à Bordeaux.   »La nation ne se définit pas par une race », a-t-il dit en refusant toutefois de dire si Nadine Morano avait toujours sa place chez Les Républicains : « Je ne suis pas le grand excommunicateur, ni le grand inquisiteur. Je défends mes valeurs, voilà. » Sébastien Huyghe, porte-parole des Républicains, a dit lundi lors d’un point de presse que Nadine Morano n’était « pas habilitée à parler au nom de notre famille politique ». Il a déploré une « expression malheureuse » à laquelle les Républicains ne s’ »associent pas ». Mais Nadine Morano ne sera pas sanctionnée car elle s’exprimait en son nom, a-t-il précisé. Philippe Richert, candidat des Républicains à la présidence de la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, dont Nadine Morano est co-listière, a diplomatiquement fait connaître son désaccord dans un communiqué. « Les propos attribués au général de Gaulle (…) ne peuvent pas être utilisés en dehors du contexte historique qui était celui de l’époque. La connotation et la charge des mots ont considérablement changé en un demi-siècle », a-t-il écrit. Nadine Morano a publié lundi soir un communiqué dans lequel elle ne retire pas un mot de ses propos, qualifiant la polémique de « tempête dans un petit verre de liqueur » De humour ? Comme le reste,  plus qu’approximatif et pathétique !!

 

Rachida Dati : des insultes mais pas de réponse !

Rachida Dati : des insultes mais pas de réponse !

 

Après avoir insulté la journaliste Élise Lucé Rachida Achille Dati avec la suprême élégance qui la caractérise persiste et signe. Pas question de répondre aux actions de lobbying qu’elle mène pour le compte de l’entreprise Engie (ex-GDF Suez).  en Europe en prétextant le caractère douteux de l’émission qu’anime Élise Lucé (info du Figaro).  Dans le cadre d’une enquête pour Cash Investigation sur les voyages présidentiels, la journaliste de France 2 a tenu à en savoir plus sur les relations qu’a entretenues l’ancienne garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy avec le groupe Engie (ex-GDF Suez). Dans un extrait dévoilé la semaine dernière, l’eurodéputée n’a guère apprécié d’être suivie par un caméraman et la journaliste et n’a pas hésité à qualifier la carrière de cette dernière de «pathétique». Dimanche, invitée des Dessous de l’écran sur RTL, Élise Lucet est revenue sur cette séquence. «Moi je suis là pour poser des questions et toute l’équipe de Cash Investigation aussi. On a demandé à Rachida Dati pendant des mois une interview en bonne et due forme dans un bureau, tranquillement, on voulait lui poser des questions qui nous semblent importantes», s’est justifiée la journaliste. Et de poursuivre: «Parce qu’en marge de cet extrait, ce qu’il faut savoir c’est qu’elle a fait l’objet d’une enquête au Parlement européen, qu’elle est soupçonnée de corruption parce qu’elle est intervenue, elle a fait voter à plusieurs reprises des amendements qui sont totalement en faveur des industries gazières notamment et que d’autre part on la soupçonne d’être employée par Gaz de France. […] Si c’était le cas, ça serait un cas réel de corruption donc c’est quelque chose de très grave. C’est la raison pour laquelle on va jusqu’à la poursuivre dans les couloirs du Parlement européen».  Vraisemblablement peu vexée par la femme politique, Élise Lucet déplore une telle réaction de sa part. «Moi qu’elle me réponde comme ça, j’ai envie de dire que nous, on tient notre place de journaliste, à elle de tenir sa place d’élue. Si elle pense que c’est la manière dont elle doit tenir sa place d’élue et bien les citoyens jugeront», a déclaré la journaliste n’espérant pas «une seconde» des excuses de la part de Rachida Dati. «Moi j’attends des réponses, des excuses ça m’est égal», a-t-elle ajouté. «Elle aurait pu nous répondre très calmement: “Je n’ai pas envie de répondre à votre question”. Pourquoi le fait-elle avec cet empressement, cette agressivité», s’est interrogée la journaliste qui réfute toute mise en scène: «Si elle marchait doucement, je marcherais doucement aussi, ce n’est pas moi qui la poursuis c’est elle qui court». De son côté, samedi matin sur Europe 1, Rachida Dati a reconnu avoir été «véhémente» avec Élise Lucet mais «ne regrette rien» pour autant. «Si je n’ai pas envie de répondre à quelqu’un dont les méthodes – le harcèlement et les accusations – sont scandaleuses, je n’ai pas à y répondre. Je suis libre», a ajouté l’élue. «Faire du teasing avec un montage douteux pour attirer des téléspectateurs sur émission qui ne révèle rien et qui n’a aucun intérêt, c’est un peu facile», a conclu Rachida Dati.

Attentats Tunis :encore un acte de fous et une réponse internationale mal adaptée

Attentats Tunis :encore un acte de fous et une réponse internationale mal adaptée

 

 

La Tunisie victime du terrorisme le plus aveugle . Touchée dans sa chair et dans son économie. Un pays qui tente de prouver que la démocratie a un sens dans cette région. Visée pour cela par ceux qui veulent imposer un stupide califat et la charia. Un pays qui vit du tourisme qui représente 7% de son PIB et emploie 400 000 personnes. Un coup très dur pour l’économie, pour le chômage et va faire croître le réservoir  de djihadistes. Déjà les plus nombreux après l’Arabie saoudite, les djihadistes tunisiens représentent  un danger mortel pour le pays d’autant que les forces de sécurité ne sont pas du tout à la hauteur de l’enjeu dans ce pays si hospitalier. Ils  ont frappé au nom de leur croyance totalitaire , ils ont tué, au nom surtout de leur violence et de leurs troubles mentaux. Une situation qui se reproduit trop souvent dans le monde et vis-à-vis de laquelle la coalition internationale encore paraît bien peu   coordonnée ,  bien mal adaptée, trop peu déterminée. Même en France les mesures prises ne correspondent pas du tout à l’enjeu. Au-delà de l’apparence pathétique des mots, c’est le vide presqu’absolu pour lutter avec efficacité contre le terrorisme. On va sans doute attendre les prochains attentats pour peut-être réagir…. un peu.  Au moins 17 étrangers, dont deux Français, et deux Tunisiens ont donc  été tués mercredi à Tunis par des hommes armés qui ont ouvert le feu sur des touristes à leur arrivée devant le musée du Bardo, avant de s’y retrancher avec des otages. Le président Béji Caïd Essebsi a imputé la responsabilité de l’attaque à des islamistes. « Deux ont déjà été identifiés. Nous savons que ce sont les extrémistes toujours, ce qu’on appelle Ansar al Charia, ce qu’on appelle les salafistes djihadistes », a-t-il déclaré sur France 24.   »C’est un acte sans précédent dans l’histoire de la Tunisie, c’est une catastrophe pour nous, nous avons eu beaucoup de victimes parmi les amis étrangers qui visitaient la Tunisie comme touristes », a ajouté le chef de l’Etat.  Deux Français ont trouvé la mort dans l’attaque et sept autres ont été blessés, dont l’un reste dans un état grave, a déclaré l’Elysée. Cinq Japonais, quatre Italiens, deux Colombiens, deux Espagnols, un Australien et un Polonais ont également péri, selon les autorités des pays concernés.  Deux heures après le début de l’attaque, les forces de l’ordre ont donné l’assaut. L’opération, qui a coûté la vie à deux assaillants et à un policier, a permis de libérer tous les captifs. « Deux terroristes déguisés en militaires ont pénétré dans l’enceinte du Parlement, puis dans le musée où ils se sont attaqués aux touristes », a déclaré Habib Essid.  Il s’agit de l’attentat le plus meurtrier commis contre des touristes en Tunisie depuis celui du 11 avril 2002 contre une synagogue de l’île de Djerba. Revendiqué par Al Qaïda, il avait fait 21 morts, pour la plupart des touristes allemands et français. L’Union européenne a proposé son aide aux autorités de Tunis, par la voix de la Haute Représentante de l’UE pour la politique étrangère: « L’UE est décidée à recourir à tous les moyens à sa disposition pour soutenir pleinement la Tunisie dans son combat contre le terrorisme et la réforme du secteur de la sécurité », a déclaré Federica Mogherini.  Les Etats-Unis ont promis de « soutenir les efforts du gouvernement tunisien pour faire avancer une Tunisie sûre, prospère et démocratique ».  Plusieurs organisations extrémistes, dont Ansar al Charia, sont apparues en Tunisie depuis la « révolution du jasmin » qui a mis fin au règne du président Zine ben Ali en janvier 2011. Les autorités estiment en outre à 3.000 le nombre de Tunisiens qui ont rejoint les rangs de groupes djihadistes à l’étranger et craignent que certains ne rentrent pour commettre des attentats dans leur pays.

 

Réponse à Mélenchon : « Merkel plus fort que Napoléon » (Schäuble)

Réponse à Mélenchon : « Merkel plus fort que Napoléon » (Schäuble)

 

Si la presse allemande a répondu presque aussi vertement à Mélenchon qui demandait à Merkel  « de la fermer » à propos de la France, le  gouvernement allemand , lui a plutôt employé la manière  diplomatique avec humour. Témoin cette déclaration de Schäuble, le ministre des finances  « Merkel est plus fort que Napoléon », allusion à Sarkozy souvent représenté en empereur en Allemagne et qui a essuyé un refus pour sa rencontre avec Merkel. Un des plus ardents défenseurs de Merkel, le ministre allemand des finances, Wolfgang Schäuble, a donc  loué le style de gouvernement de la Chancelière, moins spectaculaire mais « bien plus efficace que Napoléon », a-t-il déclaré dans la Süddeutsche Zeitung. Pourquoi cette référence historique et visait-il quelqu’un dans le contexte actuel ? Nicolas Sarkozy, souvent croqué en Napoléon par les caricaturistes et dont le style est l’anti-modèle de la Chancelière ? Nul ne le sait. En tout cas, le nouvel homme fort de l’UMP, qui espérait pouvoir s’afficher à côté de Mme Merkel lors du congrès de la CDU et y prononcer un discours, a été prié ces derniers jours par Berlin de rester à la maison.

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol