Archive pour le Tag 'replonge'

Bayer replonge en Bourse après la décision de la justice américaine

Bayer replonge en Bourse après la décision de la justice américaine

 

Il est pour le moins curieux que la justice américaine ait attendue début août 2018 pour sanctionner le Roundup  de Monsanto. C’est-à-dire peu après la vente de Monsanto à l’allemand Bayer pour la modique somme de 63 milliards de dollars. Monsanto connaissait parfaitement les innombrables procédures judiciaires engagées à son encontre non seulement contre le RoundUp mais aussi contre les herbicides  de Dicamba. Ou bien la justice américaine est particulièrement machiavélique ou bien la société Byerllet est particulièrement naïve, peut-être les deux hypothèses peuvent-elles être retenues. On sait par ailleurs que les relations économiques entre l’Allemagne et les États-Unis sont actuellement particulièrement détestables. Le président américain n’est certainement pas contrarié par les sanctions boursières qui affectent Bayer. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que les États-Unis assurent la promotion d’un produit qui se révèle dangereux pour  la santé,  pour l’environnement et qui en sanctionne ensuite l’utilisation. Tant que le produit n’est pas interdit les États-Unis se permettent même de critiquer les conditions de concurrence qui freinent ses exportations, par exemple en ce moment les OGM. On a constaté à peu près le même phénomène concernant les émissions polluantes du secteur automobile. Très laxiste pendant très longtemps dans ce domaine, les États-Unis sont subitement devenus très rigoristes évidemment pour tenter de freiner les importations de voitures en particulier européennes. Maintenant allemand, le groupe Monsanto n’en a pas fini avec la justice américaine. En effet selon WirtschaftsWoche, plusieurs exploitants agricoles dans l’Arkansas et le Dakota du Sud ont engagé une procédure de plainte en nom collectif (« class action ») contre Monsanto, que Bayer vient de racheter, et contre le groupe allemand lui-même en arguant du fait que leurs récoltes ont souffert de l’épandage par certains de leurs voisins d’herbicides à base de dicamba. Ce composé chimique est utilisé par des producteurs de soja et de coton utilisant des semences génétiquement modifiées par Monsanto pour y résister. Certains Etats américains ont édicté des restrictions à l’usage du dicamba et plusieurs procédures judiciaires sont déjà en cours au sujet des dommages que l’herbicide aurait causé à des cultures l’an dernier.

Popularité : Macron replonge

Popularité : Macron  replonge

Après l’IFO et Odoxa, un troisième sondage constate la chute de Macron.  Dans le baromètre politique BVA-Orange pour RTL et La Tribune Macron perd ainsi quatre points et dispose de 43% d’opinions favorables. Le président de la République se rapproche de son plus mauvais score atteint en octobre 2017 (42%). Paradoxalement, Édouard Philippe résiste mieux avec 47% (+2) de bonnes opinions. Le Premier ministre semble bénéficier dans une certaine mesure de son positionnement « d’homme de la mise en œuvre des réformes ». Certains évoquant même le fait qu’il « assume son rôle de bouclier ». Si Emmanuel Macron conserve une majorité de bonnes opinions auprès des personnes âgées de 65 ans et plus (51%, -1 point), les 35-49 ans sont beaucoup plus sévères avec le Président de la République (32%, -6 points depuis janvier et -16 points depuis décembre). Le chef de l’État a également perdu 11 points depuis le mois de décembre chez les salariés du public (32%). La question du pouvoir d’achat est centrale dans la nombreuse liste des reproches. L’image de président des riches colle toujours à la peau d’Emmanuel Macron, dont l’attitude est parfois qualifiée d’arrogante et brutale. Le choix de recourir aux ordonnances pour reformer la SNCF déplaît par exemple à une partie des Français. Certains font par ailleurs part d’un sentiment de trop-plein de réformes, qui peut générer une certaine angoisse. Si Nicolas Hulot reste la personnalité politique préférée des Français, sa cote d’influence enregistre une baisse de 3 points (36%). Le ministre de la Transition écologique voit notamment sa cote d’influence reculer chez les femmes (36%, -6), ce qui n’est sans doute pas sans lien avec les révélations concernant des accusations de violence sexuelle émises à son encontre. Laurent Wauquiez perd également 3 points, mais reste très populaire dans son camp. Malgré ses propos polémiques tenus à Lyon69% des républicains lui font confiance pour les années à venir. Enfin, à quelques jours du congrès du Front national,  Marion Maréchal Le Pen est toujours plus populaire que sa tante chez les sympathisants frontistes. À noter que la plus forte percée est pour Nicolas Dupont-Aignan qui gagne 19 points.

Moral des Français : ça replonge en février

Moral des Français : ça replonge en février

.Le moral économique des Français se détériore à nouveau en février. En cause, la situation économique et sociale actuelle mais aussi les grandes incertitudes relatives à 2017. L’affaire Fillon a contribué notamment à plomber le moral des Français.  D’après le baromètre Odoxa pour Aviva, Challenges et BFM Business, 74% d’entre eux sont “plutôt moins confiants” en l’avenir de la situation économique du pays contre 26% “plutôt plus confiants” par rapport à janvier 2017. Soit une chute de sept points par rapport au mois dernier. Il faut dire que le mois de janvier a été marqué par l’annonce d’une nouvelle hausse du chômage après trois mois consécutifs de baisse. De quoi refroidir l’optimisme. La baisse du moral économique des Français trouverait également son explication dans la sphère politique avec, d’un côté, les sympathisants de droite qui ont été déçus de leur candidat François Fillon, empêtré dans « l’Affaire Penelope”. De l’autre, les sympathisants de gauche qui, eux, ont été gênés par le déroulement du premier tour de la primaire du Parti Socialiste, entaché d’approximations sur les chiffres de participation. D’ailleurs, si les Français de droite affichent un taux de confiance en l’avenir plus faible (23%) que les Français de gauche (37%), c’est bien chez ces derniers que la baisse du moral est la plus perceptible, avec une perte de 12 points par rapport à janvier 2017, contre 3 points chez les sympathisants de droite.

Sondage popularité : Sarkozy replonge .

Sondage popularité : Sarkozy replonge

 

Toujours à 23 % de popularité chez l’ensemble des Français tandis que Juppé est à 52 %, Sarkozy replonge chez les sympathisants de droite et du centre dans le baromètre Elabe- « Les Echos »-Radio classique. Le président du parti Les Républicains, qui avait repris 4 points le mois précédent, dévisse à nouveau, de 8 points, auprès des sympathisants de droite et du centre. En trois mois, il y a perdu 19 points. Et pas moins de 27 depuis son retour à la tête de l’UMP à la fin 2014 (rebaptisé LR en mai 2015). Avec 42 % de bonnes opinions à droite et au centre, l’ancien locataire de l’Elysée est loin derrière ses rivaux en interne. Ce qui est aussi une mauvaise nouvelle pour François Hollande, qui semble avoir, selon les sondages, davantage de chances de l’emporter face à lui que face à Alain Juppé. Le maire de Bordeaux caracole en tête à 76 % (–1), François Fillon est à 57 % (– 4) et Bruno Le Maire, qui vient de se déclarer candidat à la primaire, à 53 % (+2). S’il est stable chez l’ensemble des Français (mais à 23 % quand Alain Juppé est à 52 %), Nicolas Sarkozy recule également de 9 points, à 60 %, parmi les seuls sympathisants LR. Dans ce noyau dur de la droite, Alain Juppé est à 75 %, François Fillon, 59 %, Bruno Le Maire, 57 %. Le président du parti ne gagne du terrain (10 points) que chez les sympathisants FN.

Automobile: le marché replonge en octobre

Automobile: le marché replonge en octobre

 

Il y aura peut-être une petite croissance du marché autos en 2014 mais ce n’est pas certain avec cette rechute d’octobre. En cause évidemment la prudence des ménages qui majoritairement préfèrent décaler dans le temps leurs achats d’équipements (et attendent de meilleurs prix), aussi la pluie d’impôts et   de dépenses contraintes depuis septembre. A noter une meilleure résistance des marques française grâce surtout aux nouveaux modèles. Le marché automobile français a rechuté en octobre, les ventes de voitures neuves se repliant de 3,8% et décevant les espoirs d’un effet « Mondial de l’automobile« , selon les statistiques publiées lundi 3 novembre par le comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA).  Les groupes automobiles français limitent les dégâts, puisque les ventes de PSA Peugeot-Citroën se sont contractées de 2,2%, tandis que celles de Renault n’ont baissé que de 0,4% grâce à Dacia qui reste dans le vert, a précisé le comité (Renault -2,1%, Dacia +6,8%). Au total, 160.162 voitures particulières neuves ont été immatriculées en octobre 2014, contre 166.495 en octobre 2013 sur le même nombre de jours ouvrables. Sur les dix premiers mois de l’année, la croissance du marché français reste toutefois positive par rapport à la même période de 2013: +1,4%, selon le CCFA.  Les marques étrangères accusent globalement un recul de 6,5%. En septembre, avec 151.101 immatriculations, le marché automobile français était pourtant en hausse de 6,3% et de 1,5% à nombre de jours ouvrables comparables par rapport à septembre 2013.

Sondage popularité : Hollande replonge

 

Sondage popularité : Hollande replonge

Après une accalmie en mai, Hollande replonge, donc pas « d’inversion de la courbe de popularité » …comme le chômage !  Il perd trois points en juin et retombe à 26%. « Ce sondage est préoccupant pour François Hollande, car il est peut-être annonciateur du risque que court l’exécutif avec la réforme des retraites », estime Frédéric Dabi, directeur adjoint de l’Ifop. Selon le sondeur, le risque c’est de ne pas gagner un soutien à droite et de se couper du peuple de gauche. Il faut dire que François Hollande accuse en juin une baisse de huit points chez les salariés du secteur public. Preuve que la réforme des retraites – même sans toucher à l’âge légal du départ – ne passera pas comme une lettre à la Poste. Le Président recule fortement à gauche : -10 chez les sympathisants du Front de gauche ; -21 chez les écologistes et surtout -8 au PS. Relégué en seconde ligne, Jean-Marc Ayrault ne perd que deux points (31%). Mais lui aussi n’est pas épargné par les craintes des salariés du secteur public auprès desquels il perd dix points.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol