Archive pour le Tag 'Répartir'

Cafés, restaurants, tourisme … ça va repartir mais doucement

Cafés, restaurants, tourisme … ça va repartir mais doucement

L’activité de secteur victimes de fermeture administrative va forcément repartir puisque le chiffre d’affaires était souvent proche de zéro pendant la période de confinement. Le problème c’est que le redémarrage risque d’être progressif. D’abord parce qu’il n’est pas certain que les chefs d’entreprises puissent supporter la totalité des charges de personnel habituel avec une clientèle plus réduite. Ensuite parce que cette même clientèle ne va peut-être pas se précipiter dans certain lieux qui en dépit des mesures d’hygiène comporteront des risques de confinement. Globalement en dépit des efforts des commerçants, on va manquer de place et de moyens pour faire respecter des règles d’hygiène particulièrement rigoureuses et complexes . le déconfinement risque d’abord de profiter aux lieux naturels, jardins, terrasses et autre espaces publics.

De la même manière les transports publics n’ont pas retrouvé immédiatement leur clientèle habituelle pour les raisons déjà évoquées précédemment.

Pour permettre ces déplacements, le secrétaire d’Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a annoncé dimanche que « 100% de l’offre » de la SNCF serait commercialisée à partir de la « mi-juin », avec la levée de la restriction d’un siège sur deux occupé. À noter que paradoxalement il n’y aura pas de restriction d’espace pour le transport aérien ! Un avantage pour compagnie mais sans doute une inquiétude pour certains voyageurs.

En revanche, l’attestation pour prendre les transports en commun aux heures de pointe en Ile-de-France sera obligatoire « au moins jusqu’au 22 juin« .

Parallèlement aux incertitudes concernant la reprise des activités de loisirs et de tourisme se pose la question de la reprise de l’emploi qui n’est pas forcément compatible avec une prise en compte d’objectifs de d’environnement et de maintien du pouvoir d’achat, donc de consommation et de croissance.

Des municipales urgentes fixées au 28/06 pour se répartir les rôles

Des municipales urgentes fixées  au 28/06 pour se répartir les rôles

 

La classe politique était assez divisée sur cette date probable d’un second tour aux 28 juin. Surtout de la part de la république en marche qui a ramassé une claque lors de la première séance. Il s’agit d’une problématique qui mobilise surtout le personnel politique car les français à 55 % ne considèrent pas cette question comme urgente et auraient plutôt souhaité un report à l’automne.

Il est vrai que pour gérer toutes les responsabilités locales, les collectifs doivent être officiellement constitués . Mais derrière , il  y a toute une cascade de nominations dans des organismes qui dépassent les frontières de la commune et qui permettent d’ailleurs à certains d’engranger quelque indemnités et allocation substantielles. ( exemple au moins 3000 € mensuels pour un des 10 ou 15 vice-présidents d’une agglo auxquels s’ajoutent  des allocations dans différents institutions communes). Cela aussi avec à l’horizon le positionnement pour d’autres élections locales, départementales, régionales ou des élections nationales.

 

“Après avoir pesé le pour et le contre, nous pensons que la vie démocratique doit reprendre tous ses droits”, a déclaré le chef du gouvernement lors d’une conférence de presse à Matignon. Mais cette décision, qui concerne 5.000 des 35.000 communes de France et 16 millions d’électeurs, “est réversible” et “nous aurons donc comme le recommande le conseil scientifique une clause de revoyure, elle interviendra sans doute dans deux semaines”, a-t-il ajouté.

Un projet de loi sera donc présenté “à titre conservatoire” le 27 mai pour permettre “le report des municipales au plus tard jusqu’en janvier 2021 dans l’hypothèse où le conseil scientifique” estimerait dans deux semaines que les conditions sanitaires ne seraient plus réunies pour le 28 juin, a précisé Edouard Philippe.

Alors que l’épidémie de coronavirus commençait à prendre de l’ampleur, l’exécutif avait choisi de maintenir le premier tour des municipales, le 15 mars dernier, en imposant des mesures sanitaires strictes. Deux jours plus tard, il ordonnait le confinement de la population et reportait sine die le second tour prévu initialement le 22 mars.

Dans un avis rendu mardi, le conseil scientifique, sur lequel s’appuie l’exécutif depuis le début de l’épidémie, ne s’est pas opposé formellement à la tenue du scrutin en juin tout en évoquant des risques sanitaires “importants” inhérents à la campagne électorale.

Un détail toutefois certaines zones ne disposent pas encore de couverture numérique régulière !

Répartir 20.000 migrants dans l’UE ( Bruxelles)

Répartir 20.000 migrants dans l’UE ( Bruxelles)

 

 

C’est la proposition de la commission pour gérer les fluxd’immigration sauvages. Pas sûr cependant que cette proposition soit très adaptée à la situation. D’après Frontex,  il faut s’attendre en effet à une arrivée de migrants de l’ordre de 500 000 à un million en 2015 ( 50 000 sosnt déjà arrivés) ; Rien qu’en France 250 000 migrants légaux ont été accueillis en 2014. Le geste européen est donc de l’ordre du symbolique. En outre cette quantification même symbolique peut constituer un encouragement à ‘immigration sauvage. Pour des raisons humanitaires tout autant qu’économiques ( compte tenu du vieillissement démographique de l’Europe), l’immigration contrôlée s’impose mais tout autant que la nécessité défavoriser la paix et le développement dans les pays d’où viennent les immigrés. De ce dernier point de vue on ne pas dire que l’Europe ait réellement une politique commune. Et la France est bien isolée aussi bien dans son engagement militaire que dans son aide au développement  Selon le projet de Bruxelles, les migrants seraient accueillis dans les pays européens selon une clé de répartition fondée sur la taille du pays, la croissance économique et d’autres critères, si bien que l’Allemagne, la France et l’Italie seraient les principaux foyers d’accueil. La Commission a décidé d’autoriser Londres, Dublin et Copenhague à ne pas contribuer à la politique de redistribution des réfugiés entre les pays de l’Union européenne. Sous l’émotion suscitée par la mort depuis le début de l’année de centaines de migrants en Méditerranée, dont jusqu’à 900 dans le seul naufrage d’un chalutier le 18 avril au large des côtes libyennes, l’Union européenne tente de définir une approche commune et de mieux répartir le fardeau qui pèse actuellement pour l’essentiel sur l’Italie et la Grèce, du fait de leur situation géographique.  Quelque 1.800 migrants ont péri en tentant de traverser la Méditerranée depuis le début de l’année. Environ 51.000 sont arrivés en Europe par la mer, dont 30.500 via l’Italie.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol