Archive pour le Tag 'rentiers'

« La fin des rentiers », avec la révolution numérique ?

« La fin des rentiers », avec la révolution numérique ?

 

« La fin des rentiers » un ouvrage du président de Dentsu Aegis Network France. Un article de la Tribune résume la pensée de l’auteur.

 

La vague des mutations numériques en cours a trois caractéristiques : elle se déploie à une vitesse vertigineuse, elle n’épargne aucune activité économique sur la planète, elle transforme profondément les usages de consommation. Un tel bouleversement multiplie les opportunités de création de richesses. Le nouveau monde numérique ouvre aux citoyens, aux chercheurs, aux scientifiques, aux consommateurs, aux producteurs et aux créateurs, un champ infini de possibles pour améliorer nos conditions d’existence, allonger l’espérance de vie, protéger notre environnement et approfondir le long processus d’émancipation des individus. Mais il crée, en même temps, les conditions de tensions systémiques majeures. Le fonctionnement de nos démocraties, de nos entreprises, de nos connexions au monde et aux autres, des rapports entre les générations, entre les territoires, entre les milieux, entre les communautés, s’en trouve profondément affecté. C’est pourquoi, pour réussir à bâtir une « civilisation numérique » plus heureuse, il nous faut relever trois défis. Le premier consiste à bien prendre la mesure de ce qui se passe sous nos yeux. Les mutations en cours sont de nature culturelle plus que technologique. Le déploiement des infrastructures concourt à garantir l’accessibilité à tous, la continuité territoriale et une forme d’universalité, indispensables à la prévention des fractures technologique, géographique ou générationnelle, mais il ne suffit pas à appréhender la révolution en marche. Bien sûr, certains sont encore loin ou privés du digital, mais l’inégalité majeure réside désormais dans les taux d’usage de l’économie numérique. Les catégories sociales « centrales », urbaines, formées et au travail sont les moteurs de la transformation des usages au sein des entreprises, des organisations et de la société en général. Elles acquièrent ainsi des privilèges que beaucoup d’autres n’ont pas. Le deuxième défi à relever est l’accompagnement sociétal de cette mutation. La robotisation, l’intelligence artificielle, les algorithmes, l’Internet des objets, les blockchains ou l’économie collaborative ont un effet dévastateur sur les rentes et les privilèges matériels et immatériels de l’ancien monde. Un grand nombre de métiers pourraient disparaître et des pans entiers d’activité sont d’ores et déjà chahutés. En même temps, s’ouvrent de nouvelles perspectives d’opportunités d’achats, de baisses relatives des prix et d’arbitrage des choix à des consommateurs mieux informés et plus aguerris. C’est toute la société qu’il faut préparer à ce changement. En permettant à chacun de mieux maîtriser son destin, par une autonomie conquise dès l’enfance, il est possible d’embarquer le plus grand nombre dans le train de la modernité. Les anxiétés générées par l’inconnu réveillent les vents mauvais du repli identitaire. La peur du vide et la crainte du déclassement militent en faveur du rétablissement de barrières pour se protéger de ce qui est nommé la mondialisation. Mais, la révolution numérique rend ce programme parfaitement illusoire. Le digital, par définition, ne connaît pas les frontières ! Enfin, troisième défi : il est important de réguler la transformation. De nouveaux acteurs économiques apparaissent, qui bousculent les positions acquises. Les pays émergents, par exemple, peuvent s’affranchir de la lourde charge capitalistique pour pénétrer certains secteurs et, au contraire, lancer d’innovantes alternatives numériques à l’offre existante. Les entreprises pure players de la nouvelle économie peuvent conquérir en quelques années un marché que d’autres auront mis des décennies à apprivoiser. Mais les champions de la nouvelle économie, où qu’ils opèrent, sont peu consommateurs de main-d’œuvre. Rapportées à leur capitalisation boursière, leurs innovations créent un nombre faible d’emplois directs. Elles alimentent au contraire un réseau de prestataires dans un modèle qui consacre la théorie du ruissellement, selon laquelle la richesse produite par quelques-uns profiterait ainsi à tous. Or, c’est bien là le principal danger d’une révolution numérique mal régulée. Le risque est réel d’un monde dominé par une aristocratie digitale, puissante parce que planétaire, entouré de prestataires dévouées et captant l’essentiel des richesses nouvelles produites. Une telle éventualité conduirait à une accélération de la bipolarisation de la société, à tous les niveaux. Que faire ? Pour tendre vers une société numérique heureuse, il faut affronter ces trois défis « par le haut » et « par le bas ». Les puissances publiques ne peuvent accepter que le processus de destruction créatrice à l’oeuvre se traduise par des déséquilibres insupportables aux yeux de l’opinion. La régulation est indispensable, ne serait-ce que pour des raisons fiscales. Le bon niveau d’intervention, de ce point de vue, est certainement continental, donc européen. Mais les États ne peuvent pas tout ! La société, aussi, doit prendre en charge l’accompagnement et le contrôle de la révolution numérique. Cela commence par l’école. Les enseignants se trouvent souvent démunis pour préparer les enfants au monde complexe et aux métiers de demain. Ils doivent se concentrer sur l’apprentissage de l’autonomie face à la prolifération des savoirs, des croyances et des jugements. Pour ce faire, les établissements scolaires gagneraient à s’ouvrir davantage au monde extérieur et imaginer des pédagogies adaptées. L’entreprise, aussi, a un rôle majeur à jouer. L’arrivée des générations Y et Z bouscule les organisations et questionne la relation au travail. Leur engagement naturel dans des relations et des usages numériques collaboratifs les pousse notamment à revendiquer une forme d’utilité sociétale pour leur entreprise, à l’opposé de la position de rentier. Enfin dans l’espace démocratique, les citoyens aspirent à participer et à contrôler davantage les décisions publiques. Les leviers de croissance qu’offre le numérique pourraient conduire à relocaliser certaines activités, comme l’énergie ou l’alimentation par exemple. Et, surtout, à éviter la polarisation entre une population de privilégiés nomades et une population de sacrifiés sédentaires.

(La Tribune)

BCE : des taux trop bas pour l’Allemagne et ses rentiers

BCE : des taux  trop bas pour l’Allemagne et ses rentiers

 

La Bundesbank protège ses rentiers et souhaite un relèvement des taux de la BCE. S’exprimant à l’occasion d’une journée « portes ouvertes » organisée par la banque centrale allemande, Jens Weidmann a expliqué que la faiblesse des taux d’intérêt irritait de nombreux épargnants allemands mais il a ajouté qu’elle visait à soutenir l’investissement et la consommation. La BCE a abaissé ses taux d’intérêt le mois dernier à de nouveaux plus bas historiques dans le cadre d’un nouveau plan censé stimuler le crédit et l’activité économique dans la zone euro, face à une inflation nettement inférieure à l’objectif que se sont fixé les autorités monétaires. Le président de l’institution, Mario Draghi, a expliqué lors de sa conférence de presse mensuelle le 3 juillet que le Conseil des gouverneurs, dont Jens Weidmann est membre, avait affirmé « unanimement son engagement à recourir également à des instruments non conventionnels dans le cadre de son mandat s’il devenait nécessaire de continuer à répondre aux risques d’une période trop prolongée de faible inflation ».L’économie allemande, la plus importante de la zone euro, affiche pour l’instant des résultats supérieurs à celles des autres Etats membres. Pour Jens Weidmann, si la Bundesbank était autonome, l’Allemagne bénéficierait d’une politique monétaire moins souple que celle menée aujourd’hui. « Il est clair que la politique monétaire, vue d’un point de vue allemand, est trop expansive pour l’Allemagne, trop souple », a-t-il dit. « Si nous menions notre propre politique monétaire, ce qui n’est pas le cas, elle serait différente. » « Mais nous sommes dans une union monétaire », a-t-il poursuivi. « Cela signifie que, dans nos décisions de politique monétaire, nous devons nous orienter en fonction de l’ensemble de l’union monétaire. » Renouvelant une mise en garde qu’il avait déjà exprimée, Jens Weidmann a également déclaré que « cette phase de taux d’intérêt bas, cette phase de politique monétaire expansive, ne devrait pas durer plus longtemps qu’absolument nécessaire ».  Pour le président de la Buba, c’est aux gouvernements d’agir pour relancer l’économie et assainir leur budget. « Les gouvernements ont entre leurs mains la clé pour surmonter la crise », a-t-il dit. « La crise n’est pas encore surmontée. »




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol