Archive pour le Tag 'rendez-vous'

Présidentielles : rendez-vous manqué de la démocratie ?

Présidentielles : rendez-vous manqué de la démocratie ?

L’ Odissée ,groupe de réflexions sur la démocratie ,livre son analyse des Présidentielles dans la « Tribune »

Avec 58,5% des suffrages exprimés, le Président sortant remporte l’élection présidentielle 2022. Mais, pour la première fois, l’élu n’est pas le premier choix de l’ensemble du corps électoral. En effet, il se classe derrière Personne (36,59 contre 37,49%). Aussi, s’il détient la légitimité juridique, le chef de l’État n’est plus sacré. Affaibli par une légitimité éthique incomplète, son mode de gouvernance devra être réorganisé.

Le 24 avril 2022, au second tour des élections présidentielles, 18,78 millions de citoyens ont voté pour Emmanuel Macron, contre 13,29 millions pour Marine Le Pen, tandis que 16,67 millions se sont abstenus. Comment interpréter ces chiffres au regard du corps électoral global ?

La population française en progression

La population française est passée de 66,8 millions en 2017 à 67,8 millions en 2022.

Le pourcentage d’inscrits en progression

Les personnes inscrites sur les listes électorales françaises étaient 45,68 millions en 2017, contre 48,52 millions en 2022. Notons cette progression pour relativiser celle de l’abstention. Car le taux réel d’abstention devrait être calculé par rapport à une proportion stable d’inscrits, alors qu’elle est mouvante.

Le corps électoral potentiel en progression

La quantité de personnes dotées du droit de vote ne fait pas l’objet de publication officielle précise. Il est néanmoins possible de l’évaluer, puisque l’on trouve que les 45,68 millions d’inscrits en 2017 représentaient 94% des personnes en âge de voter, tandis que les 48,52 millions d’inscrits en 2022 représentaient 95% du collège électoral potentiel. Le corps électoral potentiel global était donc de 50,6 millions en 2017, contre 51,31 en 2022. La quantité d’inscrits a donc progressé plus vite que le corps électoral. Quant aux non-inscrits, ils étaient 3,03 millions en 2017, contre 2,56 millions en 2022.

L’abstention réelle en progression

La proportion des inscrits qui ne se sont pas rendus aux urnes était de 25,44% en 2017. Elle est passée à 28,01% en 2022, en progression de 2,57%. Mais ces chiffres ne sont pas directement comparables, car cette proportion des inscrits dépend de l’évolution du corps électoral potentiel. Ainsi, au regard de l’ensemble des électeurs potentiels, l’abstention est passée de 23,91% en 2017 (12,1 millions parmi 50,6 millions d’électeurs potentiels), à 26,66% en 2022 (13,56 millions parmi 51,32 d’électeurs potentiels). La progression réelle de l’abstention est donc de 2,75%.

Les votes blancs et nuls en régression

En 2017, les votes blancs étaient de 3,02 millions et les votes nuls 1,06 million. En 2022, ils étaient bien inférieurs, respectivement de 2,23 et 0,79 millions. La quantité de votes blancs a donc reculé de 26,16% (près de 800 000 en moins), et celle des votes nuls de 25,47% (près de 300 000 en moins). Ceux qui sont allés voter se sont donc bien plus exprimés en 2022 qu’en 2017.

Les suffrages non exprimés en régression

Au total, la quantité des suffrages non exprimés (qu’il s’agisse d’abstentions, de votes blancs et de votes nuls) est passée de 16,18 millions en 2017 à 16,67 millions en 2022, soit une progression d’un demi-million. Si l’on ajoute les non-inscrits, la totalité des suffrages non-exprimés passe de 19,22 millions en 2017 à 19,24 millions en 2022. Par rapport au corps électoral global, elle se réduit donc légèrement de 37,98% en 2017 à 37,49% en 2022, soit d’un quart de point. Contrairement à ce que tout le monde dit, les français ont plus voté en 2022 qu’en 2017 !

Les suffrages exprimés en progression

Ils se sont aussi plus exprimés, car, si l’on considère la quantité de suffrages exprimés par rapport au corps électoral global, la proportion est passée de 62,01% (31,38 millions parmi 50,6 millions) à 62,5% (32,07 millions parmi 51,31 millions).

Le score du vainqueur en régression

En 2017, le candidat vainqueur avait recueilli 20,74 millions de voix, soit 43,61% des inscrits et 40,99% du corps électoral potentiel. En 2022, Emmanuel Macron ne recueille plus que 18,78 millions de voix, soit 38,52% des inscrits et 36,59% du corps électoral potentiel, soit une baisse de cinq pourcents en cinq ans.

Le score de la vaincue en progression

En 2017, la candidate vaincue avait recueilli 10,64 millions de voix, soit 22,36% des inscrits et 21,02% des électeurs potentiels. En 2022, Marine Le Pen recueille 13,29 millions de voix, soit 27,27% des inscrits et 25,91% du corps électoral global, soit une augmentation de près de cinq pourcents en cinq ans.

La légitimité éthique affaissée

A eux deux, les deux finalistes n’ont recueilli en 2022 que 62,51% des voix du corps électoral global : plus d’un tiers des français (37,49%) n’ont voté ni pour l’un ni pour l’autre. Le vainqueur n’a pas été choisi par 63,41% du corps électoral, c’est-à-dire par près de deux français sur trois.

Mais surtout, Emmanuel Macron (36,59%) termine deuxième, derrière Personne (37,49%), le grand vainqueur qui arrive d’une courte tête en première position pour la première fois.

Ainsi, la rencontre entre un homme et un peuple n’a pas eu lieu ! Aussi, si l’élection présidentielle 2022 semble vécue par une partie du corps social comme un non-événement, la découverte du score du vainqueur est en revanche un événement majeur : chacun peut désormais constater que sa victoire est relative. Sa capacité d’entrainement s’en trouvera limitée. Car, si l’élu n’est plus sacré, le leurre de son pouvoir de thaumaturge est démasqué et le mythe français du chef tout puissant est déchiré. La France a vite besoin d’un nouveau narratif.

Certes, Emmanuel Macron détient pour cinq ans les pouvoirs constitutionnels attribués au Président de la République française. Aussi, s’il se veut être le président de tous les français, il lui faudra de l’humilité pour ne pas penser qu’il est mandaté pour appliquer des décisions qui viseraient à satisfaire ses seuls électeurs, bien minoritaires. Et il lui faudra aussi beaucoup de méthode pour prendre en charge tous ceux qui n’ont pas voté pour lui, qui se savent très majoritaires.

Sinon, l’absence de solutions (inconnues à ce jour) à la transition globale énergétique, démographique, alimentaire (…) produira la résurgence des gilets jaunes, bonnets rouges et autres black blocks. La France peut-elle encore attendre la réécriture du récit qui la conduira enfin à l’instauration d’une démocratie adulte ?

_____

NOTES

 

L’Odissée, l’Organisation du Dialogue et de l’Intelligence Sociale dans la Société Et l’Entreprise, est un organisme bicéphale composé d’un centre de conseil et recherche (l’Odis) et d’une ONG reconnue d’Intérêt général (les Amis de l’Odissée) dont l’objet consiste à « Faire progresser la démocratie dans tous les domaines et partout dans le monde ».

Depuis 1990, l’Odissée conduit l’étude interactive permanente Comprendre et développer la Personne, l’Entreprise, la Société. Dès 1992, elle a diffusé un million de Cahiers de doléances, ce qui l’a conduit à organiser des groupes de travail regroupant des acteurs des sphères associative, sociale, politique, économique qui ont animé des centaines d’auditions, tables rondes, forums, tours de France citoyens, démarches de dialogue territorial et à l’intérieur des entreprises.

 

Jean Castex : encore un rendez-vous manqué

Jean Castex : encore un rendez-vous manqué

 

 

Lors de sa première interview sur TF1 Jean Castex n’avait déjà pas attiré une audience phénoménale, autour seulement de 5 millions de téléspectateurs. Sur France 2 jeudi, la participation devrait être encore très inférieure. Pour preuve le peu de reprise par les grands médias de son intervention. De toute manière il n’y avait pas grand-chose à retenir de nouveau et de vraiment intéressant. De toute évidence, Jean Castex semble flotter dans son costume de Premier ministre. En outre en dépit de son volontarisme apparent, il  a quand même donné l’impression d’être plutôt un prophète du pessimisme en n’ excluant plus un retour du confinement. L’intéressé a beaucoup trop centré son intervention sur la question sanitaire.

«Si nous n’agissons pas – et nous allons agir ! -, (…) on pourrait se retrouver dans une situation proche de celle qu’on a connue au printemps», a prévenu Jean Castex. «Ça pourrait dire reconfinement», a concédé le premier ministre, selon qui «il faut l’éviter» à tout prix.

Le premier ministre à passer du temps à justifier les mesures annoncées par le ministre de la santé notamment vis-à-vis des bars et des restaurants en général et ceux de Marseille en particulier. «On a trois fois plus de chances de se contaminer dans un bar qu’ailleurs, deux fois plus dans un restaurant», a justifié Jean Castex. Le premier ministre a toutefois promis que les restaurateurs concernés seront «indemnisés» via un recours au chômage partiel, une exonération de charges sociales, et au Fonds de solidarité pour les entreprises.

Sur  la question de l’emploi, le Premier ministre n’a guère innové avec une promesse d’une éventuelle reconversion assez illusoire. «On va se battre» mais «la partie va être compliquée». Jean Castex a promis que l’exécutif mettra tout en œuvre pour que l’usine Bridgestone de Béthune (Pas-de-Calais) «ne ferme pas ou se reconvertisse». Face à la vague  de faillite qui se prépare ( 100 000 prévus d’ici la fin de l’année) Jean Castex a vanté les mérites de l’allégement fiscal décidé par le gouvernement.

Le Premier ministre, contrairement d’ailleurs à son ministre de la justice a souhaité concernant la sécurité des réponses pénales plus rapides et une police efficace. À noter l’augmentation du budget de la justice de 8 %.

Sur les retraites le  Premier ministre confirme le recul du gouvernement avec une mini réforme qui écartera les questions de financement. Une mini réforme qui n’est même pas certain d’aboutir compte tenu des échéances électorales. On se demande bien pourquoi le Premier ministre s’est exprimé sur le nombre de spectateurs autorisés à regarder le tennis à Roland-Garros à moins de meubler une intervention relativement terne.

Les Gilets jaunes mendient un rendez-vous chez Macron !

Les Gilets jaunes  mendient un  rendez-vous chez  Macron !

 

 

Au nom de principes anarcho-populistes , les gilets jaunes avaient jusque là toujours refusé  de se structurer et de désigner des responsables pour les représenter. Quand des responsables auto- désignées ont tenté de représenter le mouvement, ils ont aussitôt été dénoncés pour avoir trahi l’esprit des gilets jaunes. Curieusement, c’est au moment où  les gilets jaunes ne pèsent  pratiquement plus rien que les figures historiques de la protestation demandent maintenant à être reçues par le président de la république. Une curieuse conception de la conduite des luttes sociales plus  proches de l’action politique que du caractère social. On pourra dire que les gilets jaunes ont massacré eux-mêmes leur propre mouvement, il y a peu d’exemples de protestation sociale qui est ait été  conduite avec autant d’irresponsabilité. Ils ne sont plus guère que quelques centaines à se rassembler chaque samedi et leurs manifestations fait maintenant rarement deux lignes dans les médias. Finalement devant l’échec patent du mouvement, certains leaders se raccrochent désormais au mouvement sociaux animés par les syndicats. Des syndicats qu’ils ont complètement snobés quand la mobilisation était au zénith, des syndicats qui ont même été hués. L’objectif de cette demande de rendez-vous à Macron vise sans doute à tenter de redonner un peu de dynamisme un à mouvement pratiquement mort. Cela démontre qu’à l’ évidence on ne s’improvise pas soudainement leader national d’un mouvement social. Le cocktail–anarchiste–populiste aura explosé sous le poids de ses contradictions. Pour en sortir,  quatre figures du mouvement des Gilets jaunes ont demandé un rendez-vous à Emmanuel Macron pour évoquer les “violences policières” et lui soumettre des revendications des protestataires non satisfaites, selon eux.

“Depuis bientôt un an, au sein du mouvement des Gilets jaunes, nous sommes en lutte contre les inégalités sociales et fiscales, contre toute forme de discrimination et pour une transition écologique socialement juste”, écrivent les auteurs dans cette lettre ouverte notamment signée par Priscillia Ludosky et Jérôme Rodrigues. Ils demandent à rencontrer le président avant le 16 novembre, veille du premier anniversaire du mouvement des Gilets jaunes entamé le 17 novembre 2018.

Des manifestations, organisées via les réseaux sociaux, sont prévues dans toute la France pour marquer ce moment, que certains considèrent comme une étape vers la journée de grève contre la réforme des retraites prévue le 5 décembre à l’appel de plusieurs syndicats. Dans leur lettre à Emmanuel Macron, les auteurs évoquent “les multiples dérives en matière de maintien de l’ordre et d’application des lois”, et disent vouloir remettre en mains propres au président une plate-forme de 59 propositions ayant reçu selon eux un million de votes en 33 jours.

Cependant il n’est pas certain que le pouvoir en place mais aussi les organisations traditionnelles comme les partis politiques ou les syndicats aient très envie de remettre en selle un mouvement qui certes était porteur au début d’un mécontentement réel en particulier dans les zones périphériques et rurales mais qui progressivement a complètement dérivé en se montrant incapable de la moindre structuration et tout aussi incapable d’assurer la sécurité des manifestations.

Gilets jaunes: avec un an de retard demande de rendez-vous à Macron !

 Gilets jaunes: avec un an de retard demande de rendez-vous à Macron !

 

 

Au nom de principes anarcho-populistes , les gilets jaunes avaient jusque là toujours refusé  de se structurer et de désigner des responsables pour les représenter. Quand des responsables autos désignées ont tenté de représenter le mouvement, ils ont aussitôt été dénoncés pour avoir trahi l’esprit des gilets jaunes. Curieusement, c’est au moment les gilets jaunes ne pèsent  pratiquement plus rien que les figures historiques de la protestation demandent maintenant à être reçues par le président de la république. Une curieuse conception de la conduite des luttes sociales plus  proches de l’action politique que du caractère social. On pourra dire que les gilets jaunes ont massacré le même leur propre mouvement, il y a peu d’exemples de protestation sociale qui est ait été  conduite avec autant d’irresponsabilité. Ils ne sont plus guère que quelques centaines à se rassembler chaque samedi et leurs manifestations fait maintenant rarement deux lignes dans les médias. Finalement devant l’échec patent du mouvement, certains leaders se raccrochent désormais au mouvement sociaux animés par les syndicats. Des syndicats qu’ils ont complètement snobés quand la mobilisation était au zénith, des syndicats qui ont même été hués. L’objectif de cette demande de rendez-vous à Macron vise sans doute à tenter de redonner un peu de dynamisme un à mouvement pratiquement mort. Cela démontre qu’à l’ évidence on ne s’improvise pas soudainement leader national d’un mouvement social. Le cocktail–anarchiste–populiste aura explosé sous le poids de ses contradictions. Pour en sortir,  quatre figures du mouvement des Gilets jaunes ont demandé un rendez-vous à Emmanuel Macron pour évoquer les “violences policières” et lui soumettre des revendications des protestataires non satisfaites, selon eux.

“Depuis bientôt un an, au sein du mouvement des Gilets jaunes, nous sommes en lutte contre les inégalités sociales et fiscales, contre toute forme de discrimination et pour une transition écologique socialement juste”, écrivent les auteurs dans cette lettre ouverte notamment signée par Priscillia Ludosky et Jérôme Rodrigues. Ils demandent à rencontrer le président avant le 16 novembre, veille du premier anniversaire du mouvement des Gilets jaunes entamé le 17 novembre 2018.

Des manifestations, organisées via les réseaux sociaux, sont prévues dans toute la France pour marquer ce moment, que certains considèrent comme une étape vers la journée de grève contre la réforme des retraites prévue le 5 décembre à l’appel de plusieurs syndicats. Dans leur lettre à Emmanuel Macron, les auteurs évoquent “les multiples dérives en matière de maintien de l’ordre et d’application des lois”, et disent vouloir remettre en mains propres au président une plate-forme de 59 propositions ayant reçu selon eux un million de votes en 33 jours.

Cependant il n’est pas certain que le pouvoir en place mais aussi les organisations traditionnelles comme les partis politiques ou les syndicats aient très envie de remettre en selle un mouvement qui certes était porteur au début d’un mécontentement réel en particulier dans les zones périphériques et rurales mais qui progressivement a complètement dérivé en se montrant incapable de la moindre structuration et tout aussi incapable d’assurer la sécurité des manifestations.

 

Doctolib, la plate forme de rendez-vous médicaux cartonne

Doctolib, la plate forme de rendez-vous médicaux cartonne

 

Succès pour Doctolib plate forme de   rendez-vous médicaux en ligne et de téléconsultation.  Doctolib, qui compte 750 salariés, a annoncé mardi que sa valorisation dépassait désormais le milliard d’euros, après une nouvelle levée de fonds de 150 millions d’euros auprès de plusieurs investisseurs. Le fonds d’investissement américain General Atlantic est ainsi entré dans le capital de la société, tandis que les actionnaires déjà présents – Bpifrance, Eurazeo, Kernel, Accel – ont remis au pot. Doctolib compte doubler ses effectifs en trois ans, s’étendre ailleurs que dans ses deux marchés actuels (la France et l’Allemagne), et accélérer le déploiement de son service de téléconsultation. Doctolib a depuis connu une croissance accélérée mais solide. La société s’est imposée en 2018 comme le champion incontesté de la prise de rendez-vous en ligne en France, avec le rachat de son principal concurrent MonDocteur (groupe Lagardère). Environ 75.000 praticiens utilisent son outil d’agenda et de gestion des rendez-vous, dont 5.000 en Allemagne. Doctolib prévoit à terme de s’étendre dans d’autres pays, mais « ce sera très probablement après 2019″, a déclaré à l’AFP Julien Méraud, le directeur de la stratégie de Doctolib. L’application Doctolib a la notoriété d’une grande plateforme internet en France. Mais son modèle économique reste celui d’un éditeur de logiciels, qui se rémunère non pas avec les données recueillies – un tabou, affirme la société – mais par le service vendu aux médecins (109 euros TTC par mois). Doctolib entretient ainsi une présence physique commerciale et

SNCF: un rendez-vous avec le Premier ministre… le 7 mai

SNCF: un rendez-vous avec le Premier ministre… le 7 mai

 

On se demande pourquoi le Premier Ministre attend le 7  mai pour recevoir les cheminots. Soit encore une quinzaine de jours perdus pour rien sinon pour montrer des postures d’un gouvernement qui ne recule pas. Outre la reprise de la dette dont il faut cependant préciser les modalités et le calendrier, ensuite le maintien du statut pour ceux qui en bénéficie actuellement, enfin la future convention collective pour les nouveaux. En réalité ne restent que les modalités de la reprise de la dette. Une reprise indispensable avec le statut de la nouvelle société (EPIC transformée en SA°.) qui juridiquement ne peut porter le poids d’un tel passé financier. Encore une  fois le gouvernement traîne pour montrer sa détermination, montrer à tous qu’il ne recule pas. Bref une sorte de combat de coqs avec les syndicats inutile et couteux. Le gouvernemeet va forcément négocier sur ce point de la dette mais il veut en même temps montrer qu’il ne cède pas à la pression. Une attitude de cours de récréation qui coute cher à l’économie.  Dans un courrier adressé aux organisations représentatives, le Premier ministre dit regretter que la grève intermittente contre le projet de réforme du gouvernement se poursuive avec une dixième journée de perturbations sur le réseau ferroviaire. Jeudi dernier, l’intersyndicale réunissant la CGT, l’Unsa, Sud et la CFDT a décidé de suspendre sa participation à la concertation avec Elisabeth Borne et a demandé à être reçue à Matignon, où se prennent selon elle les véritables décisions.

Montebourg : rendez-vous dans un an !

Montebourg : rendez-vous dans un an !

 

A la Rochelle Montebourg n’a pas fait excès mais a rappelé ses potions ; pour se rassurer il a donné rendez au PS dans un an car il est persuadé – à juste titre- que la politique d’austérité de Hollande va complètement échouer. Il est clair  que d’ici un an beaucoup de choses risquent d’avoir évolué non seulement en France mais aussi dans cette Europe engluée maintenant dans la déflation. L’atelier sur le volontarisme politique de l’ex-ministre de l’Économie avait des allures de meeting samedi à La Rochelle. Arnaud Montebourg a estimé que c’était le « destin » des « hommes d’État » de « se faire congédier » quand « ils ont parfois raison », samedi à la tribune de l’université d’été du PS, où il a fait « l’éloge de l’intervention de l’État dans l’économie ». L’ex-ministre de l’Économie participait à une plénière intitulée « Que peut le volontarisme politique pour le développement de l’économie et la réindustrialisation? », aux côtés notamment de Michel Sapin, ministre des Finances. Après une arrivée sous les acclamations mais aussi sous les sifflets des militants, Arnaud Montebourg a défendu pendant une vingtaine de minutes son bilan à Bercy, faisant « l’éloge de l’intervention de l’État dans l’économie », et le « patriotisme économique du quotidien » autrement dit « le made in France », qui selon lui est en train de « gagner la bataille culturelle ». Estimant qu’il n’avait pu « taire » son « intime conviction », le fait que « nous sommes menacés d’entrer dans la mécanique de l’austérité », il a de nouveau plaidé pour davantage de croissance dans la zone euro et expliqué pourquoi cela l’avait « conduit à demander une inflexion de la politique économique » conduite par le gouvernement. « Les responsables publics et les hommes d’État n’ont pas toujours vocation à se taire et c’est parfois leur destin de se faire congédier quand ils ont parfois – pas toujours – raison », a-t-il lancé, sous les applaudissements de la salle. Assurant que « nous nous retrouverons l’année prochaine et nous prenons date », il a conclu son discours par un « Vive le socialisme moderne et de bon sens, vive le redressement productif de l’économie française, vive la République et vive la France! ». Comme un président.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol