Archive pour le Tag 'relocalisations'

«Relocalisations: essayer vraiment – Jean-Michel Pinto

«Relocalisations: essayer vraiment - Jean-Michel Pinto, directeur du département industrie de Deloitte.

 

 

 « La France ne fera pas revenir les usines d’aujourd’hui comme elle n’a pas pu retenir celles d’hier. En revanche, si elle concentre ses efforts et ses énergies dans la bonne direction, elle peut construire les usines de demain »

 

 

 

De tous les néologismes que le Coronavirus a mis sous les projecteurs, relocalisation est probablement celui qui passionne le plus la sphère économique. Suscitant ici l’enthousiasme, là la circonspection voire la moquerie, il ne laisse personne indifférent.

Pour aborder ce sujet complexe, il nous semble qu’une voie existe entre le volontarisme lyrique et la résignation, celle de la rationalité économique. Emprunter cette voie exige en premier lieu d’utiliser une terminologie adéquate. Du point de vue économique, il n’y a pas une relocalisation mais au moins trois, s’appuyant sur les différents leviers de l’avantage concurrentiel théorisés par l’économiste Michael Porter.

La première, c’est la relocalisation pour raison d’image. C’est la plus couramment envisagée. Elle repose essentiellement sur la compétivité hors-coût. La relocalisation en France générerait une augmentation de la qualité perçue des produits qui compenserait l’augmentation de leur coût de production. Elle ne peut être que limitée dans son application car elle nécessite un contexte spécifique. Il faut à la fois que l’étiquette « Made in France » apporte une véritable différenciation en termes d’image et que l’incrément de coût de production soit limité en regard de la valeur totale du produit. Elle ne peut donc concerner que des produits à forte valeur ajoutée.

Sur la base de ces critères, trois secteurs semblent a priori éligibles, pour des raisons différentes, à ce type de relocalisation : le luxe pour lequel le phénomène qui existe déjà pourrait s’amplifier, l’agroalimentaire haut-de-gamme – au-delà des vins et spiritueux dont le succès ne se dément pas – en s’appuyant plus fortement sur l’image de l’art de vivre et du terroir français appréciée à l’étranger – à l’instar de ce que a brillamment réussi l’Italie pourtant importatrice net de matières premières agricoles- et la pharmacie où des efforts pourraient être consentis par les groupes pharmaceutiques pour garder un accès privilégié au très important marché européen.

La France malgré ses difficultés structurelles bien connues (fiscalité de production, coût du travail, rigidité du droit du travail, instabilité législative) possède néanmoins une carte à jouer dans cette bataille

La deuxième, c’est la relocalisation portée par la productivité. Elle repose sur la compétitivité coût. Elle est complexe à mettre en œuvre, mais pas totalement impossible. A l’image de ce qu’a pu réussir le Japon – le cas de l’Allemagne est plus hybride – dans l’industrie automobile notamment, il s’agit sur certains produits de compenser un coût du travail élevé par une excellente productivité. L’amélioration de la productivité repose sur la massification des volumes, la spécialisation des sites, parfois la simplification des chaînes d’approvisionnement, et surtout la modernisation de l’outil industriel grâce notamment à la robotisation et la digitalisation. Le modèle à suivre dans ce domaine est justement franco-japonais : l’usine Toyota de Valenciennes réussit le double exploit d’être le seul site à assembler des citadines (petits véhicules) en France et d’augmenter constamment sa production. L’industrie automobile pourrait répliquer ce modèle mais au prix d’une évolution culturelle et d’efforts financiers importants. Il faut en effet renoncer à certains sites pour concentrer les volumes sur d’autres et largement moderniser les sites retenus.

La France malgré ses difficultés structurelles bien connues (fiscalité de production, coût du travail, rigidité du droit du travail, instabilité législative) possède néanmoins une carte à jouer dans cette bataille. Si elle produit peu de machines-outils à commande numérique, spécialité allemande, elle a une forte expertise dans le développement de jumeaux numériques, répliques virtuelles des sites de production et véritables clés de voûte de l’Industrie 4.0, grâce à des grands groupes tels que Dassault Systèmes et Schneider mais aussi de petites PME comme Cosmo Tech à Lyon ou Cervval à Brest.

La troisième, c’est la relocalisation portée par l’innovation. Il s’agit là de s’appuyer sur des innovations de rupture pour changer fondamentalement les termes de l’équation économique à son profit. C’est certainement l’option plus prometteuse car les bouleversements en particulier technologiques liés la transition écologique et à la crise du Covid-19 vont redéfinir les chaînes de valeur et la France a des atouts importants pour rentrer dans le jeu à cette occasion. Elle produit une énergie peu chère et décarbonnée et possède des grands groupes aux capacités d’industrialisation reconnues ainsi que des start-ups ou des petites PME très innovantes.

L’industrie française possède un futur à condition de savoir le décliner au pluriel en s’appuyant intelligemment sur les 3 i, Image de marque, Industrie 4.0, Innovation de rupture

C’est la connexion entre ces deux mondes qui pêche aujourd’hui, limitant la valorisation de cette capacité d’innovation. Le récent partenariat entre TechnipFMC et Carbios dans le recyclage chimique du Polytéréphtalate d’Ethylène (PET) illustre le potentiel de ce type de collaboration. En alliant la compétence industrielle de pointe du groupe franco-américain dans la pétrochimie (leader mondial de l’éthylène) et une technologie innovante développée par la PME auvergnate, les deux partenaires souhaitent construire près de Lyon, une usine permettant de recycler 97% de ce composé chimique, matériau principal des bouteilles plastiques, par dépolymérisation enzymatique.

Ce procédé peut permettre de réduire considérablement la dépendance de la France à la résine de PET vierge issue du pétrole et largement importée en la remplaçant par du PET recyclé qui ne peut être produit que localement pour des raisons de coût d’acheminement de la matière première. Les différents exemples présentés ici le montrent. En faisant preuve de pragmatisme, d’inventivité et de rationalité économique, il est possible de vaincre l’apparente fatalité du déclin industriel. L’industrie française possède un futur à condition de savoir le décliner au pluriel en s’appuyant intelligemment sur les 3 I, Image de marque, Industrie 4.0, Innovation de rupture.

La France ne fera pas revenir les usines d’aujourd’hui comme elle n’a pas pu retenir celles d’hier. En revanche, si elle concentre ses efforts et ses énergies dans la bonne direction, elle peut construire les usines de demain. Pour cette raison, il est probablement préférable d’abandonner le terme relocalisationqui rappelle les combats d’arrière-garde que la France a pu livrer dans le passé au profit d’un nouveau néologisme, néolocalisation, qui exprimerait mieux le choix collectif de se tourner résolument vers l’avenir.

Jean-Michel Pinto, directeur du département industrie de Deloitte.

«

Relocalisations : mais comment ?

Relocalisations : mais comment ?

«Délocaliser notre industrie a été une faute majeure. Maintenant il faut relocaliser», expliquait de son côté le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, le 14 mai.

A la  relocalisation brutale et immédiate s’opposent  de nombreuses raisons. La première c’est que la France a perdu une bonne partie de ses capacités industrielles et de recherche. En 20 à  30 ans, on a perdu 1 million d’emplois et en même temps le savoir-faire. Il Faudrait trouver évidemment dés investisseurs ce mais également réinvestir dans la formation aussi bien des cadres que des ouvriers. La seconde difficulté tient à la complexification des processus de production qui fait  que nombre d’éléments de production viennent  de l’étranger. Une reproduction relocalisation totale apparaît difficile. Elle ne pourrait être que progressive et sans doute ceux situés sur des secteurs très stratégiques et très pointus, lorsque notamment cela remet en cause la souveraineté française. Le problème est tellement complexe qu’on a de la difficulté à savoir ce qui est réellement produit en est ce qui ne l’est pas ainsi la célèbre marque Renault, considéré comme un étendard français ne fabrique en France environ 30 % de sa production, encore un peu moins pour Peugeot. À l’inverse dés marches étrangère fabriquent au moins en partie certains produits entre France,  Toyota par

Une hypothèse  relocalisation ne pourra s’inscrire que dans le temps et après un examen complexe et approfondi des différentes filières, des forces et des faiblesses du pays. En attendant peu de choses changeront sauf sans doute dans le secteur agricole là les choses peuvent aller mais en tenant compte aussi de l’État de ne nos echanges internationaux et de notre balance commerciale favorable.

 

 

«Délocaliser notre industrie a été une faute majeure. Maintenant il faut relocaliser», expliquait de son côté le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, le 14 mai.

A la  relocalisation brutale et immédiate s’opposent  de nombreuses raisons. La première c’est que la France a perdu une bonne partie de ses capacités industrielles et de recherche. En 20 à  30 ans, on a perdu 1 million d’emplois et en même temps le savoir-faire. Il Faudrait trouver évidemment dés investisseurs ce mais également réinvestir dans la formation aussi bien des cadres que des ouvriers. La seconde difficulté tient à la complexification des processus de production qui fait  que nombre d’éléments de production viennent  de l’étranger. Une reproduction relocalisation totale apparaît difficile. Elle ne pourrait être que progressive et sans doute ceux situés sur des secteurs très stratégiques et très pointus, lorsque notamment cela remet en cause la souveraineté française. Le problème est tellement complexe qu’on a de la difficulté à savoir ce qui est réellement produit en est ce qui ne l’est pas ainsi la célèbre marque Renault, considéré comme un étendard français ne fabrique en France environ 30 % de sa production, encore un peu moins pour Peugeot. À l’inverse dés marches étrangère fabriquent au moins en partie certains produits entre France,  Toyota par

Une hypothèse  relocalisation ne pourra s’inscrire que dans le temps et après un examen complexe et approfondi des différentes filières, des forces et des faiblesses du pays. En attendant peu de choses changeront sauf sans doute dans le secteur agricole là les choses peuvent aller mais en tenant compte aussi de l’État de ne nos echanges internationaux et de notre balance commerciale favorable.

 

 

Filière auto : un soutien de l’État sous condition de relocalisations

Filière auto : un soutien de l’État sous condition de relocalisations

 

On sait que le gouvernement a décidé d’apporter un soutien massif à l’industrie automobile très touchée par la crise sanitaire mais qui doit affronter en plus une crise structurelle liée aux nouvelles dispositions environnementales et aux véhicules du futur ( autre conception, autre mode de propulsion, filière électrique, filière mixte, filière hydrogène etc. ). Devant toute ces incertitudes,  la demande s’est affaissée bien avant la crise sanitaire. Le Coronavirus n’a fait qu’enfoncer un peu plus un secteur en difficulté. Le gouvernement a donc réaffirmé à travers les propos du ministre de l’économie sa volonté de soutien notamment financier à toute la filière mais sous conditions de certaines relocalisations. Les acteurs de la filière automobile française, sévèrement touchés par la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus, devront envisager des relocalisations en contrepartie du soutien que l’Etat compte leur apporter, a prévenu lundi Bruno Le Maire.

 

“Nous sommes prêts à vous aider, nous sommes prêts à améliorer par exemple les primes à la conversion, nous sommes prêts à regarder ce qui va améliorer votre compétitivité sur le site de production français, la contrepartie ça doit être quelle relocalisation est-ce que vous envisagez”, a déclaré le ministre français de l’Economie et des Finances aux acteurs du secteur sur BFM Business.

“C’est comme ça qu’on va arriver à construire une industrie automobile plus forte”, a-t-il souligné en précisant qu’il s’entretiendrait à nouveau cette semaine avec les représentants de la filière.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol