Archive pour le Tag 'religion !'

Sri Lanka : guerre de religions ou de crétins ?

Sri Lanka : guerre de religions ou de crétins ?

 Après le terrible attentat au Sri Lanka qui a fait environ 200 morts et 400 blessés la question se pose de savoir si ces massacres sont le fruit d’une guerre de religions ou de crétins. En Europe et au Moyen-Orient notamment, on a vu les dégâts que pouvait produire l’ l’idéologie débile des islamistes. Une idéologie qui d’ailleurs a tué  bien davantage de musulmans que de représentants d’autres religions. Cette fois il s’agit d’un attentat en Asie là où  le bouddhisme domine. En effet, sur les 22 millions de Sri-lankais, 70% sont bouddhistes, 12,6% hindouistes, 9,7% musulmans et 7,6% chrétiens, selon le recensement de 2012. Religion et philosophie,  le bouddhisme prône une pensée et une attitude de paix mais comme toutes les religions ou presque, il a aussi ses extrémistes. La question se pose de savoir si nous entrons dans une nouvelle période de guerre de religions ou si simplement cela ne concerne qu’une minorité de crétins. Ce qui est à peu près certain c’est que les basses œuvres sont effectuées par des abrutis qui souvent servent des intérêts politiques cachés de dirigeants religieux. Au Sri Lanka, Les associations chrétiennes disent être confrontées à des manœuvres d’intimidation de plus en plus appuyées de la part de certains moines bouddhistes extrémistes ces dernières années. L’an dernier, des heurts ont éclaté entre la communauté bouddhiste cingalaise, majoritaire dans le pays, et la minorité musulmane, certains groupes bouddhistes extrémistes accusant les mahométans de contraindre des gens à se convertir à l’islam. Dans son rapport de 2018 sur les droits de l’homme au Sri Lanka, le département d’Etat américain notait que certaines organisations chrétiennes et églises avaient fait état de pressions pour qu’elles cessent toute activité, les autorités ayant parlé à leur égard de “réunions non autorisées”.

Selon ce même rapport, des moines bouddhistes ont régulièrement tenté de fermer certains lieux de culte chrétiens et musulmans. L’enquête démontrera qu’elles sont exactement les responsabilités ,on s’orienterait actuellement vers la piste islamiste. D’ores et déjà on peut regretter un retour en arrière de près de mille ans en matière de tolérance religieuse. La question fondamentale pour lutter contre cette véritable lèpre est la réalité de la démocratie menacée par des replis identitaires qui instrumentalisent aussi les religions dans un objectif de réassurance culturelle rétrograde et pour enfermer les populations dans l’obscurantisme.

Sondage Islam : : une religion pacifiste mais trop visible

Sondage Islam : : une religion pacifiste mais trop visible

si les Français s’inquiètent des dérives de l’islam radical, et de son succès auprès de nombreux jeunes, « une très large majorité refuse tout amalgame entre l’islam et la violence », commente Gaël Sliman, le président d’Odoxa qui a réalisé le sondage. . Pour 57 %, cette religion est « aussi pacifiste que les autres » et le djihadisme en est « une perversion », pour reprendre les termes de la question posée par l’institut. Comme le précise également le sondage, 63 % affirment que leur perception de cette religion reste inchangée depuis les attentats de début janvier à Paris. Un résultat à nuancer : ils sont toutefois un bon tiers à en avoir une vision plus négative. D’évidence, une certaine défiance reste de mise : 41 % considèrent aujourd’hui (dont 79 % au FN et 57 % à droite) que « même s’il ne s’agit pas de son message principal, l’islam porte malgré tout en lui les germes de violence et d’intolérance ». Trop démonstratifs dans l’expression de leur foi, les musulmans de France ? C’est ce que semblent déplorer 55 % des sondés, qui estiment que « dans leur majorité ils mettent le plus possible en avant » leur religion. Un résultat qui vient appuyer les nombreux sondages où les Français les jugent pas assez intégrés. Là encore, l’opinion est très clivée : à gauche, on les trouve (65 %) « pour la plupart discrets » alors qu’à droite (71 %) et surtout à l’extrême droite (91 %), les mêmes sont jugés trop visibles, en quête d’affirmation identitaire. L’ignorance nourrissant les fantasmes, le regard porté sur l’islam dépend du degré de familiarité que l’on a avec cette religion. Sur ce point, les Français l’avouent nettement : à 63 %, ils disent « mal » connaître (dont 16 % « très mal ») la religion musulmane. Seuls 36 % affirment bien connaître l’islam, la plupart étant des jeunes habitants dans des zones urbaines où l’immigration originaire des pays musulmans est la plus concentrée : en clair, les villes d’Ile-de-France (41 %) plus que la Bretagne et la Normandie (25 %).

Religion: bientôt un diplôme pour les croyants ?

Religion:  bientôt un diplôme pour les croyants ?

 

Curieux cette façon pour le gouvernement d’aborder la question de l’Islam en proposant notamment des formations aux futurs Imams. Pae extension on pourraiat aussi rendre la formation obligatoire pour toutes les religions, chez les évangélistes aussi où les pasteurs n’ont aussi aucune formation . Plus tard on pourrait même envisager des formations pour les croyants ( l’initiation est prévue pour l’islam dans la réforme scolaire !) avec diplômes également. Pourquoi pas en profiter pour instaurer uen petite taxe, sorte de denier du culte géré par l’Etat et redistribué par un ministère des cultes. Bref l’étatisation des religions ! Le rêve des énarques. Certes il y a un problème pour l’islam avec ses 1000 à 2000 imams qui viennent surtout de l’étranger, dont un tiers ne parlent pas même le français. Pour autant c’est une bien curieuse conception de la laïcité  mettre son nez dans la formation et l’organisation religieuse. Mieux vaudrait montrer davantage de rigueur dans l’application des règles républicaines et s’en tenir à cela. En commençant par expulser ces imams étrangers qui prônent la violence . Pour le gouvernement il faut Renforcer la formation des imams à l’Histoire et au droit français et construire des lieux de culte pour accueillir dans de meilleures conditions les musulmans de France participera de la lutte contre la radicalisation, a estimé lundi Bernard Cazeneuve. La plupart des médias et des experts se sont félicités de la décision du gouvernement de s’immiscer dans la formation des imams «  en contribuant à élaborer uen théologie compatible avec les valeurs de la république ». Drôle de charabia en vérité  La théologie musulmane repose sur la révélation par Mahomet à travers le Coran de l’existence du Créateur, Allah, unique, omniscient et omnipotent. Cela impose donc de nombreuses limites d’interprétations, car jamais les enseignements philosophiques tirés ne peuvent mettre en cause le Coran. De la même manière que le rapport quasi existentiel entre Dieu et l’homme, l’homme et la religion ne peut être mis en cause par la philosophie dans de nombreuses autres religions. Dès lors il y a une confusion entre la sphère privée ( la croyance personnelle ) et la sphère publique ( lois qui déterminent le vivre ensemble comme ont aujourd’hui) de la part du gouvernement. Première observation , c’est une  mesurette car cette formation n’est pas obligatoire ( comme le service civique,  c’est si on veut !). Pourquoi former les Imams et pas tous les clercs des autres religions ? L’Etat  laïc n’a pas à s’immiscer dans l’intime croyance des individus, dans la religion mais à fixer l’environnement juridique qui s’impose à tous religieux ou pas. A cet égard li faut observer que nombre d’imams sont étrangers ( plus de la moitié). Certains viennent ici  simplement parce qu’ils ne pourraient se comporter de la même manière  dans leur propre pays  . La France compte, aujourd’hui, environ 1 800 imams en activité. Seulement un tiers sont rémunérés. Pour le moment, les milieux musulmans ont axé leurs efforts financiers sur la construction de lieux de culte. Pour pallier ce manque de moyens, le recours à des imams étrangers payés perdure. La moitié des imams salariés viennent d’Algérie (120), de Turquie (150) et du Maroc (30) pour un séjour en France qui n’excède généralement pas quatre ans..  La seule obligation pour l’Etat est de s’assurer que ces imams respectent les valeurs traduites dans les lois de la république. En cas d’infraction incitant notamment à la violence ce doit être le retour dans le pays d’origine. Pour les Imams d’origine étrangère disposant de la double nationalité ce devrait être la déchéance de la nationalité ( approuvée par 81% des français). Le reste est littérature et basse manœuvres politiciennes pour masquer l’absence de volonté de s’attaquer à ceux qui diffusent  cette violence , encouragent  le crime et le terrorisme. Il y a une curieuse inversion des champs de responsabilité quand l’Etat s’investit dans la formation théologique mais qu’à l’inverse  il manifeste un pathétique laxisme à l’égard des obligations  de la république.( obligations et droits  de la constitution et des  lois) . Or c’est précisément cette  contradiction et cet angélisme qui permettent  au FN de progresser. En niant le réel, les responsables politiques offrent uen opportunité extraordinaire de discréditer leur propre politique, en niant le réel ils permettent surtout de donner une  crédibilité au tout aussi  virtuel programme extrémiste. L a faute notamment à cette oligarchie coupée depuis longtemps des réalités socio culturelles. La contrepartie de cette intransigeance vis-à-vis du respect de la loi,’c’est la nécessité d’assurer pour tous le libre exercice de la religion et de protéger notamment de la même manière tous les lieux de culte, mosquées comprises.

Vers une guerre de religion mondiale ?

Vers une guerre de religion mondiale ?

 

La  concurrence entre les religions n’est pas nouvelle mais elle prend toujours une tournure dramatique avec le mélange des genres politique-religion. Aujourd’hui il ya d’abord au Moyen orient, au Proche orient et d’une manière plus globale chez les musulmans une lutte féroce entre Chiites et sunnites dont l’expression la plus sanglante se déroule aujourd’hui en Irak. Les djihadistes, eux, militent pour un Etat musulman unique et mondial et sont prêts à combattre, comme en Irak,  ceux qui auraient une autre vision y compris les autres musulmans. En fait les djihadistes sont davantage de révolutionnaires internationaux que des religieux. De ce point de vue leurs connaissances religieuses sont assez primaires et ils recrutent d’ailleurs dans les milieux les plus défavorisés et les moins instruits dans leur pays origine mais aussi dans le monde entier y compris en Europe. D’une certaine manadière ce sont les nouveaux barbares du 21ème siècle, sans grande culture, idéologiquement embrigadés, violents et affamés de revanche contre tout y compris les valeurs de cette  société. Ils sont déterminés à mourir, c’est même un honneur et une récompense pour eux et constituent des adversaires à ne pas prendre à la légère. La plupart ont ainsi transformé le vert printemps arabe en hiver noir légitimant d’une certaine manière la politique des anciennes dictatures qui avaient au moins le mérite de maintenir (y compris avec des méthodes discutables) la stabilité. En Syrie, en  Irak, au mali, dans les pays du Proche et Moyen orient, leur nombre ne doit pas dépasser 50 000 combattants (20 000  environ pour l’Irak). On s’étonne que les grandes puissances ne puissent venir à bout de ces terroristes soit en intervenant, soit en fournissant les armes et la logistique nécessaires aux résidents locaux. A défaut comme un cancer, le risque djihadistes risque de s’étendre géographiquement, de menacer les fragiles équilibres politiques territoriaux et la sécurité y compris en Europe. L’Europe, si proche des zones de conflits, devrait s’interroger rapidement sur la nature et l’ampleur de la réplique face à ces attaques sans précédant contre les valeurs essentielles de la démocratie et des droits de l’homme. Encor’ faudrait-il qu’elle ne limite pas l’Union économique (comme les allemands) à une simple zone de business. (De ce point de vue l’isolement de la France au Mali et en Centre-Afrique est lamentable pour cette Europe).  Il n’est pas nécessaire d’être deux pour nourrir les guerres, la volonté d’un seul suffit, les djihadistes eux sont déterminés à détruire les démocraties. Sans réponse cohérente des grandes puissances ils n’auront aucune difficultés à séduire par leur radicalité et leur idéologie  primaires  les populations pauvres musulmanes auusi bien au-delà de la méditerranée qu’en Europe.

FMI pour la redistribution des richesses !mea-culpa et changement de religion !

FMI pour la redistribution des richesses !mea-culpa et changement de religion !  

Mea culpa pour le FMI qui découvre la lune avec la nécessité de réduire les inégalités pour relancer la croissance. Une évidence pourtant car la redistribution des richesses sur les moins favorisées est immédiatement réinjectée dans l’économie (du fait des dépenses contraintes) à l’inverse de la  thésaurisation. Changement de ton donc au FMI. Après avoir prôné depuis des années l’austérité comme facteur de croissance, des experts de l’organisation ont détaillé, ce mercredi 26 février, les bienfaits d’une meilleure redistribution des richesses mondiales sur l’économie mondiale. Pourtant en Grèce, en Irlande, au Portugal et peut-être bientôt en Ukraine, le Fonds a toujours exigé, en échange de son aide financière, de sévère coupes dans les dépenses publiques, des hausse d’impôts indirects (TVA), des privatisations. Des cures qui passent encore mal dans les pays où elles ont été administrées. Aujourd’hui, une étude publiée par trois économistes du Fonds dénonce, en creux, les failles de ces programmes d’assistance, en pointant l’importance de redistribuer les richesses afin de lutter contre les inégalités.  « Ce serait une erreur de focaliser sur la croissance et de penser que les inégalités se régleront d’elles-mêmes, au moins pour la seule raison que cela se traduira par une croissance faible et non-viable », écrivent-ils. Les inégalités sociales risquent même d’ »amputer la croissance » en réduisant l’accès à l’éducation et à la santé ou en alimentant l’instabilité politique et économique. A ceux qui prétendent que les allocations et les aides découragent l’initiative privée et donc nuisent à l’économie, ces experts répondent n’avoir « trouvé que de rares signes démontrant que les efforts de redistribution traditionnels ont un impact négatif sur la croissance ». Au contraire, selon leur étude, ces méthodes de redistribution favorisent une croissance « plus rapide et plus durable ».




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol