Archive pour le Tag 'relance'

Macron-Plan relance 2030 : trop peu, trop vague, trop contradictoire

Macron-Plan relance 2030 : trop peu, trop vague, trop contradictoire

 

Le chef de l’État a présentéson plan de relance appelé 2030 qui devrait mobiliser 30 à 50 milliards sur une dizaine d’année; donc  de l’ordre de 3 milliards chaque année car certaines orientations sont déjà anciennes. Parmi les champs d’actions prioritaires ,on comptera les semi-conducteurs, l’hydrogène, les batteries électriques, l’espace et le nucléaire, d’une manière plus générale le soutien à une industrie qui s’est désintégrée depuis une vingtaine d’années.

Première observation, les enveloppes pour ces investissements d’avenir sont relativement modestes à savoir environ  3 milliards par an alors que le budget a dépensé 200 milliards supplémentaires pour la seule crise sanitaire. De toute évidence ,les moyens ne sont pas à la hauteur des enjeux. Pour provoquer un véritable choc de redressement,  il faudrait 10 fois plus.

Deuxième observation si l’enveloppe est modeste elle n’est même pas financée. Ainsi au ministère de l’économie on se borne à dire que le financement sera assuré par des économies réalisées par ailleurs. Quelles économies ? Quand ? Dans quelle proportion ?

Le président de la république va tenter de donner une coloration verte à ce plan insuffisant. Or nombre de soutiens notamment à  l’industrie   ne sont pas vraiment de nature à contribuer aux améliorations environnementales ( la défense par exemple !) Pourquoi aussi bourrer tous les produits manufacturés de composants électroniques dont l’objet est essentiellement de maintenir des prix élevés et dont l’intérêt social au sens large reste à démontrer.

Du fait de l’impréparation de ce plan ( on se demande à quoi sert Bayrou au Plan ?) tout autant que de sa modestie, le chef de l’État ne va pas s’engager dans des affectations très précises. Le projet va donc demeurer flou et ressembler à une auberge espagnole.

On observera aussi que manque une dimension essentielle à savoir la formation ( formation initiale et formation professionnelle) – abordée seulement sous l’angle des nouvelles technologies- alors que c’est sur la compétence et les qualifications que se font les différences de compétitivité. Cela ne concerne pas simplement les nouvelles technologies mais l’ensemble de l’économie Et de ce point de vue , la France manque cruellement d’une adaptation de son système d’enseignement au marché du travail. Paradoxalement nous cultivons un haut niveau de chômage parallèlement à un manque de personnel qualifié.

Enfin, il faut souligner que ce plan ne s’inscrit pas dans le budget 2022 ni forcément dans les autres et que forcément il sera remis en cause si tôt après l’élection présidentielle.

Plan relance 2030 : trop peu, trop vague, trop contradictoire

 

Plan relance 2030 : trop peu, trop vague, trop contradictoire

 

Le chef de l’État va présenter aujourd’hui son plan de relance appelé 2030 qui devrait mobiliser 30 à 50 milliards sur une dizaine d’année; donc  de l’ordre de 3 milliards chaque année car certaines orientations sont déjà anciennes. Parmi les champs d’actions prioritaires ,on comptera les semi-conducteurs, l’hydrogène, les batteries électriques, l’espace et le nucléaire, d’une manière plus générale le soutien à une industrie qui s’est désintégrée depuis une vingtaine d’années.

Première observation, les enveloppes pour ces investissements d’avenir sont relativement modestes à savoir environ  3 milliards par an alors que le budget a dépensé 200 milliards supplémentaires pour la seule crise sanitaire. De toute évidence ,les moyens ne sont pas à la hauteur des enjeux. Pour provoquer un véritable choc de redressement,  il faudrait 10 fois plus.

Deuxième observation si l’enveloppe est modeste elle n’est même pas financée. Ainsi au ministère de l’économie on se borne à dire que le financement sera assuré par des économies réalisées par ailleurs. Quelles économies ? Quand ? Dans quelle proportion ?

Le président de la république va tenter de donner une coloration verte à ce plan insuffisant. Or nombre de soutiens notamment à  l’industrie   ne sont pas vraiment de nature à contribuer aux améliorations environnementales ( la défense par exemple !) . . Pourquoi aussi bourrer tous les produits manufacturés de composants électroniques dont l’objet est essentiellement de maintenir des prix élevés et dont l’intérêt social au sens large reste à démontrer.

Du fait de l’impréparation de ce plan ( on se demande à quoi sert Bayrou au Plan ?) tout autant que de sa modestie, le chef de l’État ne va pas s’engager dans des affectations très précises. Le projet va donc demeurer flou et ressembler à une auberge espagnole.

On observera aussi que manque une dimension essentielle à savoir la formation ( formation initiale et formation professionnelle) alors que c’est sur la compétence et les qualifications que se font les différences de compétitivité. Et de ce point de vue la France manque cruellement d’une adaptation de son système d’enseignement au marché du travail. Paradoxalement nous cultivons un haut niveau de chômage parallèlement à un manque de personnel qualifié.

Enfin il faut souligner que ce plan ne s’inscrit pas dans le budget 2022 ni forcément dans les autres et que forcément il sera remis en cause si tôt après l’élection présidentielle.

Relance des territoires par la contractualisation ?

Relance des territoires par la contractualisation ?

Caroline Cayeux , présidente de l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) explique que la contractualisation pourra servir la relance locale (dans la Tribune, extrait)

 

En ce premier anniversaire du plan « France Relance », l’Agence nationale de la Cohésion (ANCT) des territoires travaille avec le gouvernement et la Commission européenne pour clarifier ce qui relève des 100 milliards d’euros et ce qui relève des fonds structurels européens. Elle co-pilote également avec l’Etat les contrats de relance et de transition écologique (CRTE). Sa présidente, Caroline Cayeux, réélue avec le soutien d’En Marche à la mairie de Beauvais et à la tête du Grand Beauvaisis (Oise) aux municipales de 2020, également présidente de l’association des villes moyennes, fait le point sur ces avancées et en profite pour répondre au rapport des députées (LR) Véronique Louwagie et (LREM) Catherine Kamowski sur la territorialisation de la relance.

Les 222 villes moyennes du programme de revitalisation « Action Cœur de ville » se retrouvent ce mardi lors de rencontres nationales. De quelle manière l’Agence nationale de la cohésion des territoires développe ses programmes d’appui aux territoires ?

CAROLINE CAYEUX : Notre mission consiste à travailler avec et à l’écoute des territoires. Au cœur d’« Action Cœur de ville », la rénovation des bâtiments privés, le renouvellement urbain, le fonds de recyclage des friches et les foncières pour restructurer 6.000 commerces d’ici à 2026 sont autant d’actions de l’Agence nationale de cohésion des territoires.

Plus généralement, nous travaillons à la relocalisation de l’activité industrielle dans le cadre de Territoires d’industrie pour lequel ce sont 540 millions d’euros d’aides accordées pour 1.340 projets ; ce seront au final 700 millions d’euros accordés (550 de l’Etat [réabondés de 150 millions d'euros par le Premier ministre Jean Castex le 6 septembre 2021, Ndlr] et 150 des Régions) . Nous mettons aussi en œuvre l’agenda rural avec notamment un budget de 220 millions d’euros pour les réseaux d’eau potable et d’assainissement .

Le plan de relance européen : Enjeu

Le plan de relance européen : Enjeu

Pour dépasser les débats stériles entre comptables souverainistes et prophètes macronistes, Yves Bertoncini, spécialiste des questions européennes explique, dans une tribune au « Monde », qu’il faut tenir compte des dimensions économiques, financières et fiscales du plan de relance européen pour en saisir la portée et les enjeux politiques.

 

Tribune. 

Le plan de relance pour l’Europe (baptisé « Next Generation EU ») a pu être adopté en juillet 2021, fût-ce dans la douleur, car les vingt-sept Etats-membres de l’Union européenne (UE) ont tous considéré qu’il était dans leur intérêt que des aides financées par un emprunt commun puissent être versées afin d’endiguer la crise liée au coronavirus.

Il s’est agi alors d’envoyer un signal macroéconomique aux Etats, à travers une contribution exceptionnelle équivalant à environ 1 % du produit intérieur brut (PIB) de l’UE sur trois ans, et qui complète les interventions de la Banque centrale européenne (BCE) et d’autres subsides communautaires et nationaux. Tout comme il s’est agi d’adresser un signal de solidarité politique aux citoyens et aux investisseurs, faisant écho à la volonté des Européens de préserver la cohésion de l’UE, le « marché intérieur », en prenant à nouveau acte de leur interdépendance économique.

Cette interdépendance explique pourquoi les bénéfices du plan de relance européen doivent être évalués sur une base transnationale, et pas seulement au regard de l’aide obtenue par tel ou tel pays (40 milliards d’euros pour la France). Si des partenaires aussi importants que l’Italie et l’Espagne n’avaient pas eu l’assurance de recevoir une aide massive de l’UE, leur déconfiture économique et financière aurait en effet eu des conséquences très négatives en France, au-delà des considérations purement comptables et boutiquières.

Il est loisible de souligner que la France aurait pu s’endetter seule, sans doute à un coût un peu inférieur – même si cela aurait pesé sur son endettement public, qui se rapproche désormais des 120 % du PIB… Mais on ne saurait oublier que notre voisin italien, encore plus lourdement endetté, aurait eu bien d’avantage de difficultés à se financer sur les marchés – d’où l’apport précieux de « Next Generation EU » au-delà des Alpes et, par ricochet, de ce côté-ci aussi.

La solidarité financière incarnée par « Next Generation EU » a aussi une dimension temporelle : si l’ensemble des subventions et des prêts prévus (qui pourront aller jusqu’à 750 milliards d’euros) ont vocation à être décaissés pour accompagner la sortie de crise, entre 2021 et 2023, leur remboursement sera lui étalé sur une trentaine d’années, jusqu’en… 2058.

Ce décalage temporel est lui aussi constitutif d’un apport financier immédiat et bienvenu, en une période particulièrement critique : la France recevra ainsi 40 milliards en trois ans, alors qu’elle n’aura à contribuer qu’à moyen et long terme au remboursement de l’emprunt ayant permis le lancement du plan de relance de l’UE.

 

Quel financement du plan européen de relance

  • Quel financement du plan européen de relance
  • «Les recettes générées par l’accord sur la fiscalité internationale pourraient en partie irriguer le budget européen» selon Eulalia Rubio, chercheuse ( L’Opinion, extrait)
  • Comment comprendre la décision de la Commission de reporter à octobre les propositions pour créer de nouvelles ressources propres ?
  • La conjoncture politique a évolué depuis l’accord interinstitutionnel sur la création de nouvelles ressources propres, trouvé en décembre 2020. Le projet de taxe numérique a été remis à plus tard dans le contexte des négociations à l’OCDE sur la fiscalité internationale, sous la pression des Etats-Unis qui craignaient que ce projet dissuade le Congrès d’adopter l’accord, espéré en octobre. La Commission a donc fait le choix de le laisser de côté, ce qui paraît logique politiquement, vu l’importance de garantir l’adoption de l’accord global – essentiel pour mettre un frein à la course au moins-disant fiscal – et vu la faiblesse du mécanisme qu’elle s’apprêtait à proposer, qui n’aurait pas rapporté beaucoup au budget européen.
  • En quoi consistait ce mécanisme ?
  • Selon la dernière fuite en date, la Commission planchait sur une taxe de 0,3 % sur les bénéfices des entreprises du secteur du numérique avec un chiffre d’affaires de plus de 50 millions d’euros, ce qui aurait rapporté moins de 2 milliards d’euros par an, bien loin de l’ambition de sa première proposition.
  • Quelles étaient les autres propositions potentielles de ressources propres ?
  • Le mécanisme d’ajustement carbone aux frontières qui a, lui aussi, subi des perturbations, entre la nécessité de sa compatibilité avec les règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), la question des quotas gratuits pour l’industrie et les réticences internationales. La Commission n’envisage sa mise en place qu’en 2026 pour des recettes qui devraient être modestes. Enfin, la réforme du marché carbone (ETS) proposée ce mois-ci, avec notamment son extension au transport routier et au bâtiment, pourrait rapporter beaucoup, mais elle est controversée politiquement et une partie des recettes additionnelles sera utilisée comme compensation pour les ménages les plus vulnérables via un nouveau fonds social pour le climat. Tout cela mis bout à bout montre pourquoi la Commission, qui doit trouver 15 milliards par an à partir de 2028 pour rembourser la dette Covid, a préféré remettre à plus tard sa proposition.
  • « Si l’accord sur la taxation minimale à 15 % des multinationales est validé, les Etats européens mettront la main sur environ 50 milliards de recettes supplémentaires par an, ce qui est considérable »
  • Est-ce à dire que la promesse de nouvelles ressources propres pour rembourser l’emprunt lié au fonds de relance ne sera pas tenue ?
  • Pour l’instant, 2028 paraît bien loin pour les responsables politiques. Mais plus on s’en approchera, plus les Etats membres vont commencer à réfléchir autrement, en voyant les estimations d’augmentation de leurs contributions nationales, faute de nouvelles ressources propres. Pour l’heure, on ne peut nier qu’il reste beaucoup d’obstacles, mais il faut aussi noter que la Commission a raison de se concentrer sur la grande bataille de la fiscalité internationale. Si l’accord sur la taxation minimale à 15 % des multinationales est validé, les Etats européens mettront la main sur environ 50 milliards de recettes supplémentaires par an, ce qui est considérable. De là à penser qu’une partie de ces dernières pourrait irriguer le budget européen, il n’y a qu’un pas, que la Commission a déjà préparé en planifiant pour 2023 une proposition sur un cadre commun européen pour la fiscalité des entreprises qui s’annonce ambitieuse. Mais, avant, la Commission doit convaincre l’Irlande, la Hongrie et l’Estonie, qui font partie des neuf pays récalcitrants, de s’engager dans l’accord à l’OCDE. C’est d’autant plus important qu’une fois l’accord trouvé, il faudra l’unanimité au niveau européen pour le mettre en œuvre.
  • Le Parlement européen est-il fondé à contester devant la Cour de justice le report de la proposition de nouvelles ressources propres ?
  • Juridiquement sans doute, car la feuille de route fait partie de l’accord interinstitutionnel sur le budget, un texte juridiquement contraignant. Politiquement par contre, j’ai des doutes. A mon sens, il ne faut pas faire de la feuille de route un totem, mais plutôt voir comment atteindre son objectif final : avoir des ressources propres supplémentaires en 2028 afin de rembourser la dette européenne. De ce point de vue, la Commission a raison de se concentrer sur l’accord à l’OCDE, sur lequel on pourrait éventuellement bâtir une nouvelle ressource propre. Cela n’implique pas abandonner la proposition de taxe digitale, mais il me paraît politiquement plus judicieux de l’utiliser comme une menace pour favoriser l’accord plutôt que de la mettre en place préventivement comme le voudrait le Parlement.

La relance économique française trop timide, injuste et pas assez mobilisatrice

La relance économique française trop timide, injuste et pas assez mobilisatrice

 

 

Les chiffres nous annoncent un effondrement de l’économie française supérieure à celle de nos voisins européens (pendant la période de la Covid-19). La question sera d’en faire l’analyse pour en tirer des conclusions et des leçons afin de permettre une reprise forte.

La vie reprenant ses droits, nous savons tous qu’au bout du tunnel, il y aura la lumière. Il est cependant hasardeux d’affirmer qu’un retour à ladite “normale” soit possible et il est probable que cette expérience que nous venons de vivre collectivement nous conduise à reconsidérer ce que nous voulons et ce que nous ne voulons pas, ce que nous pouvons accepter et que nous devons refuser. Puisqu’il était question de lumière au bout du tunnel, nous y verrons sans doute plus clair.

 

Sortie du tunnel avions-nous dit? Le gouvernement a augmenté de 70 milliards les impôts des Français en mettant le surcroît de la dette publique dans la caisse d’amortissement de la dette sociale qui sera payée par un prélèvement de 0,5% sur tous les revenus de tous les Français, quel que soit le niveau du salaire –petit ou gros-, cela représente 10 ans de prolongement de la dette sociale donc 70 milliards d’impôts en plus pour tous les Français. On risque d’avoir la mauvaise sensation de ramer et de voir l’horizon reculer…

Le nouveau monde décrit comme “semi-normal” engendrera concrètement au niveau de la micro-économie trois grandes modifications majeures: le télétravail subsistera partiellement, le paiement sans contact devenu le système de règlement des achats s’imposera, et enfin l’accélération du digital pour le commerce et le service se confirmera. À nous de nous questionner et de rêver le monde que nous voulons voir apparaître, nous sommes acteurs, nous sommes responsables et nous avons du pouvoir.

 

Au niveau macroéconomique, ce serait une erreur de désenclencher trop vite les systèmes d’aides, erreurs commises en 2008 pour d’autres raisons. Il faut maintenir les injections financières d’État, soutenir plus de 2 millions de personnes à sortir de l’activité partielle et cela malgré les prévisions très optimistes d’une reprise totale de l’économie cet été.

Le Conseil d’État a suspendu la réforme chômage et nous ne pouvons que nous en réjouir. La peur qu’elle soit dans le domaine de la santé ou dans le domaine social, dans n’importe quel domaine d’ailleurs, n’engendre pas l’énergie nécessaire pour agir efficacement. L’argument pour cette réforme était une recherche d’économies budgétaires, nous préférerions parler de bienveillance à l’égard des citoyens.

Dans le cadre de la réforme, 800.000 chômeurs indemnisés (40% du nombre total des chômeurs indemnisés) vont voir leur allocation chômage baisser de 20% en moyenne. C’est énorme. Pour exemple une personne employée 8 mois au Smic et qui touche une indemnité de 940 euros par mois touchera 680 euros. Pas de commentaire si ce n’est que cela représentera un frein à la future reprise. Et accentuera les clivages sociaux. Et ce n’est pas un acte bienveillant.

Après 18 mois de crise cela est inexplicable économiquement.

Serions-nous dans une caricature du monde d’avant qui tente de reprendre ses droits? En pire?

Cette réforme devrait permettre 1 à 1,5 milliards d’euros d’économie. D’un côté on nous dit très maladroitement que de l’argent, on en a suffisamment pour combler les fractures de la crise de la covid-19, mais il est urgent de récupérer 1,5 milliards sur les chômeurs. Quoi que l’on fasse, fin 2022, la dette du régime d’assurance chômage sera de 80 milliards d’euros.

Une reprise bien spéciale avec une augmentation de 70 milliards d’impôts et une réforme de l’allocation chômage, de quoi relancer les peurs de déclassement, de tension sociale et la pauvreté alors que nous souhaitons une belle relance économique et de l’optimisme après cette crise qui a ébranlé l’économie française.

La relance par l’inflation ?

Dans une tribune de l’Opinion ,Emmanuel Sales estime que la politique restrictive de la BCE en matière d’inflation est responsable de la faiblesse de la croissance en Europe.

 

 

L’Europe enregistre depuis la grande crise financière une croissance faible qui représente un peu plus du tiers de celle des Etats-Unis. Alors que le continent affichait entre 1998 et 2008 une progression du PIB de 2,3 % l’an, soit 80 % de la croissance américaine, l’activité n’a progressé que de 1,4 % l’an entre 2010 et 2019 au moment où les Etats-Unis retrouvaient leur tendance d’avant-crise.

Cet écart s’est accentué avec la pandémie de Covid-19. D’après les prévisions de croissance de Goldman Sachs, parmi les plus optimistes, nous devrions retrouver notre pente de croissance d’avant la crise sanitaire en 2023, sans rattraper le chemin laissé depuis dix ans. L’Europe risque ainsi de connaître une nouvelle décennie perdue caractérisée par des anticipations de croissance faible, une demande interne réprimée, un climat d’incertitude peu propices à la mise en œuvre de l’agenda de puissance auquel aspirent les autorités européennes.

Cette croissance faible, sans emplois et sans enfants, n’est pas une fatalité. Elle résulte d’un pilotage macroéconomique et monétaire sous-optimal qui a conduit à privilégier des politiques de contraction de la demande interne (consommation et investissement) pour bénéficier de la demande externe et à ancrer les anticipations d’inflation à un niveau durablement faible (de facto inférieur à 2 %) dans le sillage de la lutte contre l’inflation élevée des années 1980.

Nouveau cap. Dans ce contexte, l’exercice de revue de la stratégie de politique monétaire, dans lequel la BCE s’est engagée à la suite de la Fed, revêt une importance capitale. Au-delà des plans de relance budgétaire, difficiles à mettre en œuvre au plan européen, et des mesures cycliques de soutien à l’investissement qui ont un impact ponctuel, seul un retournement durable des anticipations de croissance assurera une relance de l’activité domestique en Europe. Dans cette logique, la BCE devrait fixer un nouveau cap en matière d’inflation permettant de corriger les excès de la période antérieure et de donner des perspectives visibles à moyen terme aux entrepreneurs.

Pour établir ce nouvel environnement, nul besoin de modifier les traités. Il convient de donner un nouveau contenu à l’objectif de stabilité des prix que s’est prescrit la BCE à son origine. Les politiques de ciblage de l’inflation doivent prendre en compte l’inflation de moyen terme, telle qu’elle résulte en dehors des effets de court terme liés à la variation des prix des matières premières importées, et surtout, se fonder sur l’inflation effectivement constatée dans le passé et non sur les seules anticipations d’inflation qui se sont révélées un guide peu sûr et contredit par les faits. L’acceptation par la BCE d’un niveau d’inflation interne plus élevé dans le futur jouerait ainsi un rôle clé dans le rebond des perspectives économiques et le retour à moyen terme à des taux d’intérêt plus en phase avec les conditions normales de rémunération de l’épargne.

Les bouleversements historiques sont précédés d’une évolution des mentalités. Après des années de politique de ciblage de l’inflation, les autorités américaines ont engagé depuis plusieurs mois un tournant majeur de leur politique monétaire, analogue au « choc Volcker » du nom du président de la Fed qui avait lancé les politiques justifiées de lutte contre l’inflation élevée des chocs pétroliers. L’Europe est en mesure d’opérer un virage comparable.

Emmanuel Sales est président de la Financière de la Cité.

Retraites: relance de la réforme par Macron pour masquer la défaite électorale

Retraites: relance de la réforme par Macron pour masquer la défaite électorale

 

 

La défaite électorale massive du parti présidentiel justifie une nouvelle dynamique de changement de la part du pouvoir. La retraite pourrait faire l’objet du premier champ d’action gouvernementale. Il s’agit de montrer que le gouvernement et le président de la république ne sont pas inactifs mais au contraire à la pointe de l’évolution progressiste. Macron a besoin de démontrer à ses électeurs potentiels qu’il est l’homme des réformes et qui n’atteindra pas 2022 pour le prouver encore.

 

Jusque-là le président de la république bousculée par les conséquences de la réforme avait renvoyé la question après les élections présidentielles. Mais avec le prétexte du vide la réforme a été suspendue. 

Au début de la crise sanitaire en mars 2020 - le passage à un régime universel a été voté en première lecture à l’Assemblée juste avant le premier confinement -, la réforme des retraites est l’emblème de sa volonté réformatrice. Depuis que la situation sanitaire s’améliore, il cherche une voie de passage pour la remettre en selle.

 

Il se pourrait bien qu’il ne s’agisse pas cette fois de reprendre la réforme des retraites dans sa globalité mais simplement de reporter par exemple à 64 ans l’âge de la retraite (Notons car dans la pratique les retraités prennent en moyenne leur retraite autour de 63 ans). En effet le système universel pose de nombreux problèmes techniques et son examen risque de reporter les échéances bien au-delà de 2022.

 

On objectera que le terrain retraite est relativement miné socialement. Notons quand même sur le fond il est surtout contesté par les organisations d’extrême-gauche. Sur la forme il est vrai qu’une majorité des organisations sociales souhaite le report après 2022 pour  éviter les mesures simplistes et démagogiques.

 

On voit mal quel autre champ de réforme sans trop de difficultés pourrait démontrer la volonté de transformation deMacron. C’est donc un peu par défaut que la question des retraites pourrait être fait pour relancer la dynamique présidentielle.

Les secteurs prioritaires du plan de relance

Les secteurs prioritaires du plan de relance

 

 

Près de la moitié de l’aide européenne (40 milliards)sera dédiée à la transition écologique, avec 5,8 milliards d’euros pour la rénovation énergétique des bâtiments, 4,4 milliards pour moderniser le réseau ferroviaire et 1,9 milliard pour développer l’hydrogène décarboné, indique la Commission dans un communiqué.

Un peu plus de 8 milliards d’euros seront consacrés à la numérisation des entreprises, des écoles et administrations, tandis que le reste de l’enveloppe doit financer notamment des dépenses en faveur de l’emploi et de l’apprentissage des jeunes, la modernisation du système de santé et des programmes de formation professionnelle.

La France se situe dans les clous des critères de Bruxelles, qui fixait au moins 37 % de dépenses pour la transition écologique et 20 % pour la transition numérique.

 

Bruxelles « considère que le plan de la France prévoit un vaste ensemble de réformes et d’investissements qui (…) contribuent à relever efficacement l’ensemble ou une partie non négligeable des défis économiques et sociaux recensés dans les recommandations adressées à la France », a indiqué la Commission dans son communiqué, sans mentionner la sensible question de la réforme des retraites, réclamée de longue date par l’UE.

 

Dans son plan, Paris a repris une bonne partie des réformes adoptées depuis 2017: politique du logement, loi climat ou encore la loi de simplification de l’action publique et de la vie des entreprises.

L’UE a commencé à emprunter sur les marchés financiers à la mi-juin pour financer ce plan destiné à surmonter les conséquences économiques de la pandémie.

Le recours commun à l’emprunt permettra de verser 672 milliards d’euros de subventions et prêts aux pays membres. « Du jamais vu depuis le plan Marshall », selon Ursula von der Leyen.

Parmi les domaines d’avenir sur lesquels la France veut investir en priorité figure l’informatique quantique. Ces technologies s’appuient sur les propriétés physiques de la matière à l’échelle de l’infiniment petit (atome, ion, etc.) et permettront un jour de résoudre des problèmes inatteignables pour les plus puissants ordinateurs classiques. Allié à l’intelligence artificielle (IA), le quantique est considéré comme le grand saut technologique de la prochaine décennie, susceptible de bouleverser des secteurs comme la santé, la chimie ou la défense nationale. C’est donc un enjeu crucial pour la souveraineté et la compétitivité.

En janvier, la France a présenté une stratégie nationale et un plan d’investissements de 1,8 milliard d’euros sur cinq ans, financé en partie par le plan France Relance, pour se donner les moyens d’accélérer dans ce domaine. Environ 800 millions seront consacrés au développement de simulateurs et d’accélérateurs quantiques qui permettent déjà de réfléchir et de travailler

Nucléaire : le débat relancé par le Sénat sur la fermeture des centrales

Nucléaire : le débat relancé par le Sénat sur la fermeture des centrales

 

 

Les sénateurs ont relancé le débat sur le nucléaire à l’occasion de la loi  Climat en exigeant qu’aucune fermeture de centrales nucléaires ne soit réalisée sans que parallèlement les pertes de production d’électricité ne soient compensées par d’autres modes alternatifs. D’une certaine manière les sénateurs prennent auquel le gouvernement de son idéologie. Les élus de la Chambre haute ont en effet inséré un nouvel article visant à conditionner la fermeture des centrales « à la production d’énergies renouvelables et bas carbone équivalentes ». Déposé par Stéphane Piednoir (LR, Maine-et-Loire), l’amendement vise à s’assurer qu’aucune fermeture ne puisse intervenir « sans que les marges nécessaires à l’équilibre entre la production et la consommation d’électricité n’aient été prises en compte ».

« Il n’y a pas ceux qui veulent du tout nucléaire, ceux qui veulent du tout renouvelable, il y a simplement dans cet hémicycle des élus de la République qui souhaitent que nous ne soyons pas en black-out », a fait valoir la présidente LR de la commission des Affaires économiques, Sophie Primas.

Une disposition qui permettra aussi de « conforter l’objectif de décarbonisation du texte », tout en assurant la fiabilité de la fourniture d’énergie électrique, a assuré le rapporteur Daniel Gremillet (LR) – l’énergie nucléaire étant peu productrice de gaz à effet de serre.

À noter la nullité de la réponse de la ministre de l’écologie Barbara Pompidou « J’aimerais tellement que ce soit si simple. On ferme une centrale et hop, on met à la place des énergies renouvelables. [...] La politique énergétique est beaucoup plus complexe que ça ! [...] « 

Une complexité que visiblement la ministre de l’écologie a du mal à prendre en compte elle-même

Car l’atome reste la principale source d’électricité de l’Hexagone : il représente aujourd’hui plus de 70% du mix énergétique français total – contre moins de 20% pour le solaire et l’éolien. Un constat qui a conduit le sénateur Stéphane Piednoir à se questionner, dans l’Hémicycle, sur la manière de parvenir à l’objectif de 50% d’ici à 2025. « On décrète qu’on va fermer un tiers de nos réacteurs comme ça, sans réfléchir aux capacités de production qu’on peut mettre en compensation », s’est-il étonné face à Barbara Pompili.

« Il y a un certain nombre de réacteurs qui vont s’arrêter et c’est normal. C’est le cycle de vie des centrales nucléaires, comme il y a un cycle de vie des éoliennes, comme pour tout », s’est défendu la ministre de la Transition écologique. Qui sans doute se croyait dans une cour d’école primaire!

Des plans de relance pas très verts plutôt gris voire noirs

Des  plans de relance pas très verts plutôt gris voire noirs

il y a évidemment les discours et les grandes rencontres internationales pour défendre l’environnement et notamment la détérioration du climat. Mais il y a aussi les réalités politiques et économiques. Et de ce point de vue les énormes plans de relance lancée partout dans le monde consacrent bien peu d’argent aux dimensions environnementales et en particulier aux énergies renouvelables. Les investissements destinés aux énergies fossiles sont en effet six fois plus nombreux que ceux affectés aux renouvelables. Pourtant, alors même que la crise sanitaire « aurait pu changer la donne », le compte n’y est pas, souligne le groupe de réflexion international sur les énergies renouvelables REN21 dans un nouveau rapport. Pour cause,« en dépit de tous les discours vers un avenir énergétique propre », les plans de relance post-Covid ont en fait accordé six fois plus d’investissements aux fossiles qu’aux renouvelables, signale l’étude.

En cause évidemment le décalage constant entre les discours tonitruants des responsables politiques et leurs orientations réelles. Mais il convient aussi de prendre en compte également les réalités économiques et énergétiques. Dans la plupart des cas le recours total ad énergie renouvelable pour remplacer les fossiles et complètement utopiques en quelques années. Ou alors il faut alors accepter de tuer toute croissance, tout emploi et en même temps toute redistribution. Une politique énergétique ne peut se gérer que dans la durée et il faut des dizaines d’années pour progressivement faire évoluer un modèle pertinent et durable. À moins de conseiller à tous les Français par exemple de prendre leur vélo pour la totalité de leur dépassement. Une vision très bobo qui ne tient pas vraiment compte des réalités économiques ,urbanistiques et sociales.

SONDAGE- Réforme des Retraites : 53% des Français pour une relance

SONDAGE- Réforme des Retraites : 53% des Français pour une relance

 

D’après un sondage de l’IFOP pour le JDD, les  Français apparaissent relativement partagés : une courte majorité (53%) souhaite que la réforme des retraites soit relancée, contre 47% qui se rangent à l’avis contraire.

Dans le détail, il est intéressant d’observer des lignes de clivage différentes de celles relevées lors des précédentes tentatives de réforme du système de retraites : si les sympathisants de la majorité présidentielle (66%) et de droite (66%) se montrent largement en faveur de la relance du chantier, c’est également le cas… chez les plus jeunes, avec 63% des moins de 35 ans déclarant souhaiter que la réforme des retraites soit relancée.

Plan de relance européen: Trop peu trop tard

Plan de relance européen: Trop peu trop tard 

Selon Mathieu Plane, économiste, Ce plan est intéressant mais c’est trop peu et sans doute aussi trop tard car c’est maintenant que l’économie a besoin de relance et non dans 5 ou 10 ans

Interview dans France Info

 

Pourquoi la validation de ce plan de relance a-t-elle pris autant de temps ?

Mathieu Plane : C’est sûr que l’argent promis arrive après la bataille, car les Etats membres en auraient eu besoin immédiatement après le début de la crise sanitaire. Mais pour pouvoir verser cet argent, il a fallu que le plan soit accepté à l’unanimité par les pays et les divergences étaient nombreuses.

La particularité de ce plan réside dans le fait que les Etats ne vont pas recevoir des sommes proportionnelles au montant de leur produit intérieur brut (PIB), mais proportionnelles à leurs besoins. Par exemple, l’Espagne va percevoir plus d’argent que l’Allemagne. L’Allemagne a une situation économique qui lui permet très bien de faire ses investissements sans l’Europe, ce qui n’est pas le cas de l’Espagne et de l’Italie, pays pour lesquels il est plus compliqué de contracter une dette. En somme, ce plan de relance est un transfert d’argent des pays du Nord vers les pays du Sud.

Les pays frugaux ont été très réticents à aller plus loin, parce qu’ils versent une large contribution au plan de relance et accusent les pays du Sud de ne pas respecter les normes européennes en termes de dette et de déficit.

De plus, il y a de l’euroscepticisme dans plusieurs pays, ce qui pousse certains à s’opposer à toute solidarité avec les membres les plus en difficulté. Il n’y a pas d’Europe politique sur la question budgétaire, tout est une affaire de consensus. Etonnamment, l’Allemagne, qui est plutôt le pays tenant de l’orthodoxie budgétaire, a été leader dans les négociations.

Que va-t-il se passer, maintenant que le plan de relance est validé ?

La totalité de la somme promise aux Etats de l’UE, soit 750 milliards d’euros, va être débloquée progressivement pour financer les budgets nationaux. Un premier volet va être versé le mois prochain et les financements vont monter en charge progressivement, sur plusieurs années.

Pour pouvoir toucher cet argent, chaque Etat membre de l’UE devait rendre un rapport à la Commission européenne, pour expliquer comment ce budget serait dépensé. Celle-ci devait ensuite le valider. Le dossier de la France contenait pas moins de 800 pages. En contrepartie, chacun reçoit un financement direct, qui vient compléter les budgets nationaux alloués à la relance.

Comment le plan de relance va-t-il se traduire concrètement ?

Pour le moment, on voit les effets du plan de relance français, mais pas celui du plan de relance européen. Car dans l’enveloppe de 100 milliards d’euros que la France a dédiée à la relance économique, l’Union européenne va contribuer à hauteur de 40 milliards d’euros. Les 60 milliards restants sont financés par le budget français.

Le gouvernement a déjà commencé à dépenser cette somme, principalement pour trois mesures : la baisse des impôts de production qui a été décidée dès le début d’année, le soutien à l’activité partielle de longue durée et l’aide à l’embauche des jeunes.

Pour ce qui est de la partie financée par le plan de relance européen, l’exigence est de dépenser cet argent dans la transition climatique et la transition numérique. Cela demande une transformation de l’économie en profondeur. Rénovation thermique des bâtiments, construction d’une filière industrielle dans l’hydrogène… Tout cela va nécessiter du temps, déjà d’un point de vue administratif, car il faut lancer des appels d’offres. Une fois cette étape passée, le déclenchement des travaux va créer de l’emploi et donc de l’activité économique à moyen terme.

Ce plan sera-t-il suffisant pour soutenir les Etats membres ?

Il faut souligner que ce plan est une bonne nouvelle, car il crée une solidarité européenne, mais on aurait pu aller beaucoup plus loin. Si l’on compare le plan de relance de l’Union européenne à celui des Etats-Unis, on voit qu’on n’y consacre que deux points de PIB européen, contre huit points aux Etats-Unis. Pourtant, la taille de l’UE est comparable à celle de ce pays.

Même en Chine, les montants investis dans le secteur de l’énergie sont astronomiques. Nous aussi, on aurait pu aller plus loin pour construire un leadership économique dans ce domaine et garantir la souveraineté énergétique des pays.

Ce plan européen révèle aussi les failles de l’Europe sur le plan fiscal, car on a réussi à avancer l’argent, mais les conditions de financement et de remboursement restent encore vagues. Ce n’est pas un problème pour le moment, mais en toute logique, il faudrait créer une taxation européenne pour le faire

Pour une relance verte aussi en Afrique

Pour une relance verte aussi en Afrique

 

L’expert Mohamed Adow et l’économiste Philippe Quirion rappellent que l’Afrique a besoin d’une relance verte, au moment où la France et les autres bailleurs s’apprêtent à desserrer les cordons de la bourse pour aider le continent à lutter contre le Covid-19.

 

Tribune.

 

Le 18 mai, plusieurs chefs d’Etat africains vont se réunir virtuellement autour du président français lors d’un « sommet sur le financement durable des économies africaines ». Si cet événement vise avant tout à répondre aux besoins des économies africaines durement touchées par la crise économique actuelle, il doit impérativement lier les enjeux de relance économique aux défis climatiques et environnementaux.

En mentionnant cet événement comme un enjeu de finance climatique lors du sommet des dirigeants sur le climat le 22 avril, Emmanuel Macron a illustré les liens existants entre dette et changement climatique. Les pays africains sont en effet en première ligne du changement climatique et subissent souvent de plein fouet des événements climatiques extrêmes (sécheresses, inondations…) qui affaiblissent leurs économies.

 

Ces pays souvent déjà massivement endettés, car le remboursement de leur dette accapare la majorité de leurs ressources, les empêchant de libérer des fonds pour répondre de manière adéquate aux besoins de leurs populations durement affectées par les impacts climatiques et de mettre en place les politiques sociales nécessaires.

Sans ressources suffisantes pour financer des initiatives d’adaptation au changement climatique, ces pays sont d’autant plus vulnérables aux chocs climatiques, qui les appauvrissent davantage, comme on l’a vu au Mozambique, où le cyclone Idai en mars 2019 a généré des dégâts équivalant à 12 % de son produit intérieur brut (PIB) national.

Pire encore, le risque élevé de catastrophes climatiques extrêmes augmente leur coût d’emprunt, ce qui limite encore leur accès à des ressources financières et aboutit, in fine, à les enfermer dans un véritable cercle vicieux.

Dans un tel contexte, répondre à la crise de la dette peut et doit avoir de véritables cobénéfices sociaux et environnementaux. Bien que bienvenue, la redistribution à titre charitable des droits de tirage spéciaux du Fonds monétaire international (FMI) qui pourraient s’élever à 650 milliards de dollars (536 milliards d’euros) et les mesures de suspension des paiements sont nettement insuffisantes.

Il est nécessaire de procéder à des annulations rapides et conséquentes de dettes souveraines, qui doivent s’étendre à tous les pays en développement confrontés à des situations intenables de surendettement. Plutôt que de s’engager dans une initiative unilatérale dont elle a trop souvent l’habitude, la France doit œuvrer pour promouvoir un mécanisme onusien, transparent, inclusif et équitable, de résolution des dettes, impliquant également les créanciers privés, pour mener une politique de restructuration des dettes à long terme.

Un nouveau plan de relance ?

Un nouveau plan de relance

Compte tenu des perspectives de la croissance pour 2021 et de la faiblesse de l’activité constatée pour le début d’année, un certain nombre d’experts estiment que le premier plan de relance de 100 milliards est insuffisant. À noter par ailleurs que cette enveloppe sera répartie sur plusieurs années, aujourd’hui seulement 30 % de cette somme a été engagée. De plus en plus de voix se font entendre pour un second plan de relance. L’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) estimait fin janvier que la France pourrait doubler le plan de relance actuel en profitant des conditions d’endettement favorables actuelles.

François Bayrou, Haut commissaire au Plan a aussi plaidé pour une « reconquête de l’appareil productif » français grâce à la mobilisation de 200 à 250 milliards d’euros.

Il y a quelques jours, le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux estimait que le plan de relance devrait être complété de manière « significative » pour les secteurs mis en difficulté par la crise.

Après l’annonce du calendrier du déconfinement, le patron de la Fédération du commerce, Jacques Creyssel, demandait lui sur BFM Business un deuxième plan de relance qui concerne « en priorité les secteurs qui ont été les variables d’ajustement, notamment le commerce ».

Pour l’instant Bercy fait la sourde oreille et préférerait que l’Europe prenne à sa charge un nouveau volet d’investissement de long terme en plus des mesures déjà prises.

Le débat va sans doute rebondir après la publication officielle des premiers résultats économiques du début de l’année y compris avril.

Etats-Unis: une politique de relance coûte que coûte

Etats-Unis: une politique de relance coûte que coûte

Un article du Wall Street Journal qui souligne le caractère particulièrement volontariste de la politique de relance économique de Biden.

 

Lorsque Lawrence Summers a critiqué les nouvelles politiques économiques de l’administration Biden ces dernières semaines, en jugeant qu’elles étaient les moins responsables des quarante dernières années, on aurait pu s’attendre à ce que sa mise en garde ébranle les démocrates. Après tout, M. Summers a été secrétaire au Trésor américain sous la présidence de Bill Clinton, président de l’université de Harvard et conseiller économique personnellement choisi par Barack Obama pour l’aider à surmonter la crise financière de 2008-2009.

Au lieu de cela, les arguments de M. Summers ont été largement rejetés par ses collègues démocrates. Les progressistes l’ont même conspué sur Twitter après qu’il a averti que le plan de sauvetage économique de 1 900 milliards de dollars de la nouvelle administration pourrait stimuler excessivement l’économie et déclencher l’inflation. Pire, M. Biden a ensuite gonflé son plan de relance avec un nouveau programme de dépenses de 2 000 milliards de dollars dédiées notamment aux infrastructures. « Oui, c’est énorme, a déclaré le président américain. Oui, c’est audacieux. » Jeudi, il a inscrit 1 800 nouveaux milliards de dollars à sa liste de souhaits, portant cette fois sur des aides aux familles, ce qui porte à 6 000 milliards de dollars le montant des dépenses supplémentaires proposées ou approuvées sur la prochaine décennie, dont une grande partie sera en réalité distribuée rapidement.

En coulisses, ce qu’il se joue avec la résistance du Parti démocrate à l’appel à la modération de M. Summers est le signe d’un passage de flambeau dans la pensée et la politique économiques. Longtemps sur le devant de la scène, un groupe d’économistes centristes chevronnés est en train de sortir par la petite porte. Après avoir émergé pendant la spirale inflationniste des années 1970, ils ont gouverné des années 1990 aux années 2010, laissant derrière eux un bilan mitigé.

La dernière de ce cénacle à rester au pouvoir est Janet Yellen, la secrétaire au Trésor, qui a adopté la nouvelle pensée « go big » du moment. Pour Mme Yellen, qui a toujours fait montre d’une prudence extrême, le défi consiste à servir de passerelle entre l’ancien monde, averse au risque, et le nouveau, pétri d’idées ambitieuses. « Il y a bien des raisons pour lesquelles je pense que notre compréhension de l’économie a changé », a déclaré Mme Yellen au Wall Street Journal en mars.

Le postulat de son courant – connu sous le nom de néokeynésianisme – était que le gouvernement pouvait participer à la lutte contre les récessions et le chômage, mais que les dirigeants politiques devaient également prendre garde au risque d’inflation excessive, de déficits budgétaires importants et aux propres limites du gouvernement en tant qu’agent économique vertueux. Les difficiles expériences des années 1970 et du début des années 1980, période marquée par une inflation et un chômage à deux chiffres, ont servi de leçon aux néokeynésiens, qui ont cherché un juste milieu entre le libre marché et l’interventionnisme fédéral à tous crins.

Leurs succès ont été bien réels. Ils ont fait leur nid à Washington dans les années 1990 sous la présidence de Bill Clinton et ont présidé au boom économique d’alors – ce fût également la dernière fois que le pays a connu un excédent budgétaire fédéral. Puis, dans les années 2000, ils ont contribué à éviter une nouvelle Grande Dépression. En parallèle, ils ont également ouvert la voie au libre-échange, ce qui a nui à de nombreuses communautés américaines, ont été aux manettes du gouvernement pendant les dévastatrices bulles technologiques, boursières et immobilières des années 1990 et 2000 et ont participé à la croissance lente des années 2010.

Nombre d’entre eux ont fait leurs études dans des universités d’élite du Nord-Est, notamment le Massachusetts Institute of Technology, Yale et Harvard. La plupart étaient des démocrates, comme M. Summers et Mme Yellen, qui, à eux deux, ont fréquenté ou enseigné dans ces trois établissements. Il y avait aussi des républicains comme Ben Bernanke, qui a travaillé pour George W. Bush et a présidé la Fed pendant la majeure partie de la présidence de Barack Obama, Gregory Mankiw, qui a présidé le Conseil des conseillers économiques de M. Bush, et John Taylor, un responsable du Trésor de M. Bush. « Les néokeynésiens sont prudents quant à ce que la politique économique peut accomplir », déclare M. Mankiw.

Vieillissants et travaillant principalement dans des think tanks et des universités, les néokeynésiens les plus âgés cèdent maintenant leur place à une pensée plus progressiste à gauche et à une redéfinition des priorités à droite. La jeune garde économique de gauche n’a pas vu d’inflation depuis cinquante ans et ne s’en inquiète guère. Les taux d’intérêt étant bas, elle ne s’inquiète pas non plus beaucoup des déficits budgétaires. La disparition de ces préoccupations offre un boulevard aux nouveaux programmes dispendieux de dépenses publiques. De leur côté, les économistes de droite, qui traditionnellement défendent le marché libre et une intervention minimale de l’Etat, sont à la recherche de mesures susceptibles de séduire le nouvel électorat du Parti républicain, plus populiste, nationaliste, ouvrier et anti-libre-échange.

Ironie du sort, et quelque peu déroutant dans ce passage du flambeau économique en cours à Washington, c’est que M. Summers lui-même a contribué à amorcer cette transition. Au cours de la lente reprise qui a suivi la dernière crise financière, M. Summers a déclaré que l’économie souffrait de « stagnation séculaire », une longue période de faible demande qui exigeait une action gouvernementale audacieuse pour l’enrayer. La persistance d’une faible inflation et de taux d’intérêt bas, affirmait-il, a permis de financer à bon compte de fortes dépenses publiques.

Pour sa part, M. Summers ne se considère pas comme un néokeynésien. Selon lui, ce courant de pensée ne s’est jamais suffisamment concentré sur les tendances à long terme en matière de dépenses et d’investissements. C’est pourquoi il a préconisé, avant la plupart des autres à Washington, un vaste programme pour les infrastructures publiques.

Le problème actuel, dit-il, est que le plan de relance de 1 900 milliards de dollars liée à la Covid-19 est excessif à court terme et a été utilisé à mauvais escient. Selon lui, plutôt que d’envoyer des chèques du gouvernement fédéral aux ménages, cet argent aurait dû être consacré à des programmes d’infrastructure comme la construction de ponts ou le déploiement d’Internet en milieu rural. La stagnation séculaire, explique-t-il, ne signifie pas qu’un décideur politique peut déverser n’importe quelle quantité d’argent dans l’économie, n’importe où et à n’importe quelle vitesse. Il ajoute que le vaste plan d’aide de lutte contre la Covid risque de faire ressurgir les problèmes rencontrés dans les années 1970 qui ont façonné le courant néokeynésien et que Washington a fini par croire qu’il pouvait désormais ignorer. « Les lois de l’arithmétique économique s’appliquent toujours », a-t-il affirmé dans une interview.

Pour expliquer pourquoi un fort interventionnisme gouvernemental ne présente pas de risque sérieux, certains économistes de gauche ont invoqué la Théorie monétaire moderne, selon laquelle aucun frein n’existe pour la Fed ou les emprunts publics à moins que l’inflation ne réapparaisse clairement. La TMM, comme on l’appelle, n’est pas née dans les universités d’élite de l’Ivy League qui ont façonné les néokeynésiens. Sa principale promotrice, Stephanie Kelton, est professeure à l’université Stony Brook de Long Island et a obtenu son doctorat à la New School for Social Research de Manhattan.

Plus que toute autre théorie universitaire, la nouvelle approche du rôle du gouvernement fédéral dans l’économie est fondée sur ce qui ne s’est pas produit au cours des vingt dernières années. La Réserve fédérale a, à deux reprises, ramené les taux d’intérêt à court terme à près de zéro et injecté des milliers de milliards de dollars dans le système financier par le biais de programmes d’achat d’obligations (parfois appelés assouplissement quantitatif). Dans le passé, de telles politiques étaient accompagnées d’une montée en flèche des prix à la consommation – mais pas cette fois-ci. Depuis que la Fed a fixé son objectif officiel d’inflation de 2 % en 2012, les mesures réelles des prix à la consommation ont été inférieures de près d’un demi-point de pourcentage à ce seuil. Le Conseil des conseillers économiques de M. Biden s’attend à ce que l’inflation s’accélère dans les mois à venir, puis s’estompe, a-t-il récemment indiqué dans une déclaration publiée sur le site de la Maison Blanche.

Les déficits budgétaires importants n’ont pas non plus entraîné les répercussions négatives contre lesquelles les manuels économiques nous mettent en garde. En théorie, un accroissement important de la dette publique devrait entraîner une hausse des taux d’intérêt. L’idée est que le gouvernement devrait promettre aux investisseurs un rendement toujours plus élevé pour les persuader de continuer à acheter de plus en plus de sa dette. Cela augmenterait les coûts d’emprunt de l’Etat et découragerait l’investissement privé.

Pourtant, même si le gouvernement fédéral a augmenté sa dette publique de près de 5 000 milliards de dollars depuis le début de 2020, le coût des intérêts sur les bons du Trésor à 10 ans est aujourd’hui inférieur d’environ 0,2 point de pourcentage (1,6 %) à ce qu’il était alors. Les emprunts du secteur privé n’ont pas été freinés par les largesses du gouvernement ; en réalité, ils sont même en plein essor.

Il s’est avéré que l’inflation a été contenue en raison de la concurrence des autres pays dans une économie plus mondialisée et par la lenteur de la reprise après la récession de 2007-2009. Les taux d’intérêt ont été maintenus à un bas niveau en partie parce que l’appétit des autres pays pour les obligations du Trésor américain est si grand qu’ils ont continué à en acheter même lorsque les taux étaient très bas.

L’actuel programme économique de grande envergure des démocrates est en partie motivé par le sentiment qu’ils se sont trop concentrés sur la réduction des déficits budgétaires après la récession de 2007-2009, ce qui a joué, politiquement, en leur défaveur en freinant la reprise sous l’ère Obama. Lorsque les républicains étaient au pouvoir, ils ont réduit les impôts et laissé les déficits se creuser. « Les avez-vous entendus se plaindre [des déficits budgétaires] lorsqu’ils ont voté les quelque 2 000 milliards de dollars de réduction d’impôts de Trump ? », a lancé M. Biden lors d’une conférence de presse ce mois-ci.

Cette fois, le président américain est enclin à voir grand et à ne traiter les problèmes économiques qui pourraient en résulter que s’ils se présentent réellement.

 

Économie -Le plan de relance français : une liste à la Prévert

Économie -Le plan de relance français : une liste à la Prévert

 

l’Europe a prévu un plan de relance de 750 milliards. Un plan qui est d’ailleurs embourbé dans les procédures européennes et étatiques et qui restent encore à approuver. Il  ne sera sûrement pas opérationnel avant 2022 voire au-delà. La France a proposé son propre plan. Il s’agit d’un plan d’une centaine de milliards qui était présenté à Bruxelles puisque 40 milliards devraient être financés par l’union économique.

En réalité,  un plan très vague qui couvre à peu près tout englobant la transition énergétique, les technologies et les équipements. Bref une sorte de liste à la Prévert comme l’indique le président de la commission des finances de l’assemblée :

 

« Un peu une liste à la Prévert », a pointé le président de la commission des Finances à l’Assemblée nationale Eric Woerth, lors d’une audition du ministre de l’Economie Bruno Le Maire et de son ministre délégué aux Comptes publics, Olivier Dussopt.

Mais la France devra justifier son plan de relance ou les accompagner par des réformes structurelles qui sont pour l’instant gelées comme par exemple la réforme des retraites renvoyées après les présidentielles de 2022.-

De toute manière ce plan européen beaucoup trop tardif et trop faible par rapport à la relance américaine prévoit notamment un soutien de 1900 milliards pour la relance socio-économique et de 2000 milliards pour le développement des infrastructures. Une différence qui pourrait peser lourdement sur le différentiel de croissance entre les deux zones.

Les membres du comité monétaire de la banque centrale des États-Unis se préparent en moyenne à 6,5% de croissance dès cette année. Une telle flambée, comparable aux prévisions des économistes privés, serait sans précédent depuis 37 ans. En décembre, la prévision médiane des dix huit membres du comité n’était que de 4, 2%. Pour l’Europe on aura bien du mal à atteindre la perspective de 4 % retenus par les institutions européennes.

 

 

Le plan de relance français : une liste à la Prévert

Le plan de relance français : une liste à la Prévert

 

l’Europe a prévu un plan de relance de 750 milliards. Un plan qui est d’ailleurs embourbé dans les procédures européennes et étatiques et qui restent encore à approuver. Il  ne sera sûrement pas opérationnel avant 2022 voire au-delà. La France a proposé son propre plan. Il s’agit d’un plan d’une centaine de milliards qui était présenté à Bruxelles puisque 40 milliards devraient être financés par l’union économique.

En réalité,  un plan très vague qui couvre à peu près tout englobant la transition énergétique, les technologies et les équipements. Bref une sorte de liste à la Prévert comme l’indique le président de la commission des finances de l’assemblée :

 

« Un peu une liste à la Prévert », a pointé le président de la commission des Finances à l’Assemblée nationale Eric Woerth, lors d’une audition du ministre de l’Economie Bruno Le Maire et de son ministre délégué aux Comptes publics, Olivier Dussopt.

Mais la France devra justifier son plan de relance ou les accompagner par des réformes structurelles qui sont pour l’instant gelées comme par exemple la réforme des retraites renvoyées après les présidentielles de 2022.-

De toute manière ce plan européen beaucoup trop tardif et trop faible par rapport à la relance américaine prévoit notamment un soutien de 1900 milliards pour la relance socio-économique et de 2000 milliards pour le développement des infrastructures. Une différence qui pourrait peser lourdement sur le différentiel de croissance entre les deux zones.

Les membres du comité monétaire de la banque centrale des États-Unis se préparent en moyenne à 6,5% de croissance dès cette année. Une telle flambée, comparable aux prévisions des économistes privés, serait sans précédent depuis 37 ans. En décembre, la prévision médiane des dix huit membres du comité n’était que de 4, 2%. Pour l’Europe on aura bien du mal à atteindre la perspective de 4 % retenus par les institutions européennes.

 

 

Plan relance italien : la dernière chance pour le pays ?

Plan relance italien : la dernière chance pour le pays ?

 « Le plan Draghi est l’une des dernières opportunités pour le pays d’accroître sa croissance potentielle » pour le directeur de la conjoncture chez Rexecode (interview dans l’Opinion)

 

Pourquoi la situation économique de l’Italie est un sujet pour toute l’Europe ?

Parce que l’Italie est une pierre angulaire de la zone euro. Troisième économie de l’union monétaire, le pays représente 15 % du PIB de la zone euro et finance 17 % du budget de l’Union européenne (UE). Sans l’Italie, la zone euro ne tiendrait pas. C’est aussi un pays très important pour les banques françaises. BNP Paribas et Crédit Agricole y sont fortement exposées avec des filiales qui comptent parmi les dix premières banques du pays.

Avec plus de 115 000 morts et près d’un million d’emplois détruits en un an après un recul de 8,9 % de son PIB en 2020, l’Italie est-elle l’homme malade de l’Europe ?

Elle dispute le titre avec l’Espagne qui est encore plus exposée aux secteurs les plus touchés par la crise, comme le tourisme. Mais c’est vrai que l’Italie souffre davantage que la moyenne de la zone euro. C’est d’ailleurs l’un des points cruels de cette crise : les pays les plus endettés sont aussi ceux les plus durement affectés par la récession, ce qui est de nature à aggraver les déséquilibres qui existaient avant.

L’Italie est effectivement l’un des pays européens les plus endettés. Qu’est-ce qui explique le dérapage de ses finances publiques ?

Sa dette est trop importante et sa croissance trop faible pour la faire diminuer. L’excédent budgétaire primaire enregistré depuis des années permet simplement de stabiliser la dette. L’Italie subit une spirale négative depuis son entrée dans la zone euro, coincée entre des taux plus élevés et une croissance potentielle plus faible que la moyenne européenne. L’écart d’endettement public avec l’Allemagne ne fait que se creuser : il est passé de 40 points de PIB en 2008 à 88 points fin 2020. Le poids de la dette italienne est aujourd’hui plus de deux fois supérieur à celui de l’Allemagne !

C’est un risque pour la zone euro ?

Cela ne poserait pas de problème si les dettes étaient totalement mutualisées. Mais incontestablement, la concentration des dettes dans certains pays en l’absence de mécanisme de correction fragilise l’édifice.

Sauf que les taux sont bas, y compris pour l’Italie en ce moment…

C’est à moitié vrai. Certes, le taux d’intérêt apparent est d’à peu près 2 %, ce qui est peu. Mais le vrai problème, c’est le besoin d’appel au marché qui va sortir considérablement accru de cette crise. Pour l’instant, le surcroît de dette est absorbé par la Banque centrale européenne (BCE) qui a quasiment doublé sa détention depuis 2017 à plus de 30 % du PIB, mais ça ne fonctionnera qu’à la condition que la BCE continue d’intervenir sur les marchés. Il y a de ce point de vue une forme de japonisation dans le rôle de la banque centrale dans l’économie italienne pour soutenir les finances publiques.

Comment échapper à cette spirale ?

Des transferts monétaires et budgétaires au niveau européen y contribueraient. Il faudrait que la BCE accepte de dévier de sa clé de répartition pour détenir davantage de dette italienne. Le côté budgétaire est quant à lui assuré par le plan de relance qui va commencer à se mettre en œuvre, mais ce n’est pas un free lunch pour l’Italie. Sur les 220 milliards d’euros du plan de relance italien, 192 milliards viennent de NextGenerationEU, dont 123 milliards de prêts. C’est de l’endettement auprès de la Commission plutôt que sur les marchés, mais au final, il faudra rembourser. Les subventions ne dépassent pas 69 milliards, dont 46 milliards devront aussi être remboursés indirectement. Ce qui laisse 13 milliards de transferts nets, soit 1,3 point de PIB seulement. Est-ce suffisant pour remettre l’Italie sur les rails ? On peut en douter.

L’Italie peut-elle faire exploser la zone euro ?

Pas à court terme. Mais cette force centrifuge qui éloigne inexorablement le pays de la moyenne européenne est inquiétante. Attention, je ne parle pas de la compétitivité. La part de marché de la Péninsule dans les exportations de la zone euro est plutôt stable depuis la crise de 2009, contrairement à celle de la France qui recule. Le problème italien concerne plutôt la faiblesse de la demande interne, liée au décrochage d’une partie du pays et qui traduit aussi un déficit d’investissement, sans parler des problèmes de productivité ou démographiques (l’Italie est le 2e pays le plus vieux au monde après le Japon). Le plan Draghi revêt donc une importance historique. C’est l’une des dernières opportunités d’inverser cette tendance et d’accroître la croissance potentielle du pays, qui si rien ne change approchera de zéro dans les prochaines années.

Le problème, c’est que neuf mois après l’adoption du plan de relance, pas un euro n’a encore été distribué par Bruxelles. Que se passe-t-il ?

Plusieurs facteurs rentrent en compte. Il y a d’abord le caractère suradministré du plan, avec des conditions soumises à des boucles de validation multiples. Le contraste est sur ce point saisissant avec les Etats-Unis qui donnent la priorité aux déblocages rapides des fonds. Le risque, c’est qu’on termine au final avec un plan Juncker bis : lourd, long, devant remplir des conditions drastiques avec des effets de substitution avec l’investissement privé.

Où sont les 750 milliards d’euros de relance de l’Europe ?

Où sont les 750 milliards d’euros de relance de l’Europe ?

 

Alors que les États-Unis ont déjà déversé concrètement des milliers et des milliers de milliers de dollars (environ 2000 milliard de soutiens économiques et sociaux et encore autant pour le développement des équipements.), l’union économique ,elle, est encore embourbée dans les procédures administratives et politiques pour son plan de 750 milliards qui n’a encore évidemment aucun effet concret et aucune réalité.

 

Pour être opérationnel le plan européen doit être approuvé par chacun des Etats , or  nombre d’états mettent de la mauvaise volonté pour approuver les orientations européennes dans semaine.
Parmi les pays retardataires pour la ratification, on trouve l’Allemagne, l’Autriche, la Pologne, les Pays Bas, la Lituanie, l’Estonie, la Finlande, la Roumanie et l’Irlande. Parmi eux, certains renâclent toujours pour des raisons de fond, comme le premier ministre hongrois Viktor Orban qui n’est pas d’accord avec la Commission sur l’utilisation des 16 milliards qui lui seront versés.

Par comparaison aux États-Unis on a injecté 2 000 milliards de dollars dans l’économie américaine (dont 274 milliards consacrés à la seule lutte contre le covid et 377 milliards en subventions et aides directes aux entreprises). Ce plan extraordinaire fut complété dès juillet par un plan de 1100 milliards de dollars, dont 111 milliards entièrement consacrés à la recherche, aux traitements, aux tests et aux médicaments

Par ailleurs les États-Unis ont lancé un nôtre plan pour l’emploi et les infrastructures américaines de 2290 milliards de dollars qui doit s’étaler sur huit ans. Un quart de cet argent ira aux transports (véhicules électriques, routes, ponts…), un autre au logement, aux écoles, aux connexions internet, le reste sera dévolu à la santé, aux personnages âgées, à la recherche, à l’industrie, et à la transition énergétique. Cela, alors que les Etats-Unis ont confirmé cette semaine leur retour dans le concert de l’Accord de Paris sur le Climat et relevé à 50% d’ici à 2030 leurs engagements de réduction des émissions de C02.

Une des conséquences sera une reprise rapide aux États-Unis qui va annuler le creux créé par la situation sanitaire alors  que dans l’union européenne il faudra attendre sans doute 2023. L’OCDE prévoit ainsi une croissance du PIB des Etats-Unis de 6,5% cette année, contre une précédente prévision de 3,2% en décembre.

Pour la zone euro, la croissance économique est attendue à 3,9% en 2021 (contre une précédente prévision de 3,6%) puis à 3,8% en 2022 (+3,3% précédemment), cependant la troisième vague unitaire en Europe pourrait compromettre cet objectif de 3,9 % d’augmentation du PIB en 2021.

 

12345...9



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol