Archive pour le Tag 'refuse'

Taubira refuse d’appeler à la vaccination !

Taubira refuse d’appeler à la vaccination  !

 

 

À propos de la Covid Taubira déclare que ce n’est pas son rôle d’appeler à la vaccination et que cela ne changera rien. Il faut sans doute être aussi irresponsable que Christine Taubira pour refuser d’appeler à la vaccination en Guyane où la situation est catastrophique. Comme d’habitude Christine Taubira joue les bourgeoises en Guyane et les gauchistes en France.

 

Christine Taubira est en effet l’une des plus belles fortunes de Guyane mais en France elle se situe à l’extrême gauche rejoignant d’ailleurs les thèses du mouvement Woke qui vient des universités américaines. L’irresponsabilité de Christine Taubira avait déjà été démontrée lorsque le maintien de sa candidature aux élections présidentielles avait fait perdre Lionel Jospin. Sa dernière déclaration concernant la et à la fois déplorable et totalement irresponsable.

 

«Je n’ai pas vocation à appeler à la vaccination». Sur RTL, jeudi 23 septembre, l’ex-Garde des Sceaux Christiane Taubira a jeté un pavé dans la mare en refusant d’inciter la population de Guyane, dont elle est originaire, à se faire vacciner contre le Covid-19. «Je suis un responsable politique qui n’est pas en exercice et qui, par conséquent, ne dispose pas des éléments d’information qui lui permettraient formellement soit de donner consigne, soit de considérer qu’au vu de ces éléments d’information je considère que je tiens un propos responsable», a-t-elle fait valoir à l’antenne. Il est vraiment temps que Christine Taubira l’égérie de la gauche bobo prenne sa retraite car elle déconsidère ce qui reste de cette gauche.

Appel à la vaccination : Taubira refuse !

 

Appel à la vaccination : Taubira refuse  !

 

 

Il faut sans doute être aussi irresponsable que Christine Taubira pour refuser d’appeler à la vaccination en Guyane où la situation est catastrophique. Comme d’habitude Christine Taubira joue les bourgeoises en Guyane et les gauchistes en France.

 

Christine Taubira est en effet l’une des plus belles fortunes de Guyane mais en France elle se situe à l’extrême gauche rejoignant d’ailleurs les thèses du mouvement Woke qui vient des universités américaines. L’irresponsabilité de Christine Taubira avait déjà été démontrée lorsque le maintien de sa candidature aux élections présidentielles avait fait perdre Lionel Jospin. Sa dernière déclaration concernant la et à la fois déplorable et totalement irresponsable.

 

«Je n’ai pas vocation à appeler à la vaccination». Sur RTL, jeudi 23 septembre, l’ex-Garde des Sceaux Christiane Taubira a jeté un pavé dans la mare en refusant d’inciter la population de Guyane, dont elle est originaire, à se faire vacciner contre le Covid-19. «Je suis un responsable politique qui n’est pas en exercice et qui, par conséquent, ne dispose pas des éléments d’information qui lui permettraient formellement soit de donner consigne, soit de considérer qu’au vu de ces éléments d’information je considère que je tiens un propos responsable», a-t-elle fait valoir à l’antenne. Il est vraiment temps que Christine Taubira l’égérie de la gauche bobo prenne sa retraite car elle déconsidère ce qui reste de cette gauche.

La Grande-Bretagne refuse le vaccin franco autrichien Valneva

 

La Grande-Bretagne refuse le vaccin franco autrichien Valneva

Contrecoup sans doute des critiques adressées au vaccin britannique AstraZeneca, la Grande-Bretagne décide de résilier son contrat avec le laboratoire franco autrichien Valvena.

 

Une annulation qui donne nettement l’impression d’un règlement de compte entre la Grande-Bretagne et l’Europe. L’union européenne s’est en effet montré très critique critiques vis-à-vis du vaccin britannique. Du coup, Boris Johnson décide d’annuler l’accord passé avec le laboratoire franco-Autrichien Valvena.

Le contrat, qui s’élevait à 1,4 milliard d’euros, prévoyait la livraison de 100 millions de doses en 2021-2022 (avec une option sur 90 millions supplémentaires jusqu’en 2025).

En dépit de cette rupture a d l’entreprise Vavena basée à Nantes  espère commercialiser son vaccin avant la fin de l’année. Nombre de pays européens se sont montrés intéressée par ce nouveau vaccin.

Covid: la Corée du Nord refuse les vaccins !

Covid:  la Corée du Nord refuse les vaccins  !

La Corée du Nord prétend avoir été très peu contaminée par le virus, de ce fait , elle a refusé quelque trois millions de doses de vaccin chinois contre le Covid-19, proposant qu’elles soient offertes à des pays qui soient davantage dans le besoin, a indiqué jeudi l’Unicef. Le régime nord-coréen, dont le système de santé est notoirement défaillant, a été un des premiers pays au monde à fermer ses frontières afin d’empêcher une propagation du coronavirus apparu chez son voisin chinois.

Depuis, Pyongyang a toujours soutenu que l’épidémie de Covid-19 n’était pas arrivée sur son sol, ce dont doutent nombre d’experts. Cet isolement pèse lourd sur son économie déjà plombée par de multiples sanctions internationales imposées en riposte à ses programmes militaires interdits.

Covid: La Chine refuse l’enquête de l’OMS sur son territoire

Lors de la première enquête, l’OMS avait été très critiquée pour sa complaisance vis-à-vis de la Chine. L »organisation internationale s’était en effet contenté des déplacements autorisés par la Chine et des informations très parcellaires fournies. Devant les protestations, une seconde enquête est donc envisagée.

De fait, le premier rapport de l’OMS (le « rapport conjoint Chine-OMS ») contentait les autorités chinoises. Car malgré les entraves qu’ils avaient subi, les enquêteurs de l’OMS avait accepté de rendre un rapport dans lequel ils ne formulaient certes pas de conclusions définitives mais avançaient néanmoins des hypothèses qu’ils estimaient pouvoir classer dans des catégories telles que « probable » et « improbable »:  dans ce rapport les experts de l’OMS estimaient« extrêmement improbable » que le virus provienne d’un laboratoire (notamment le fameux laboratoire P4 de Wuhan). Une version qui avait satisfait la Chine qui refuse maintenant une seconde enquête.

Boris Johnson refuse d’appliquer l’accord du brexi

Boris Johnson refuse d’appliquer l’accord du brexit

 

Un nouveau virage de Boris Johnson qui avait menacé en son temps de ne pas passer l’accord suite au brexit ensuite qui s’est félicité de cet accord jugé historique et qui maintenant veut en suspendre l’application notamment sur les aspects concernant l’Irlande d’une nord.

Le texte poste break site prévoit pour éviter le rétablissement d’une frontière dure entre les deux Irlande afin de préserver la paix, l’instauration de contrôles douaniers en mer d’Irlande, sur les marchandises arrivant en Irlande du Nord depuis la Grande-Bretagne. Une manière pour l’UE de protéger son marché unique et son union douanière, où est restée l’Irlande du Nord mais dont est sorti le reste du Royaume-Uni. Boris Johnson ne veut évidemment s’affranchir de l’accord passé avec l’union européenne pour mieux accéder au marché européen. Une orientation qui ne peut être acceptée par Bruxelles.

PRÉSIDENTIELLE: FRANÇOIS RUFFIN REFUSE DE SOUTENIR MÉLENCHON POUR LE MOMENT ET SOUHAITE UN BIDEN POUR LA FRANCE

PRÉSIDENTIELLE: FRANÇOIS RUFFIN REFUSE DE SOUTENIR MÉLENCHON POUR LE MOMENT ET SOUHAITE UN BIDEN POUR LA FRANCE 

Une posture originale de François Ruffin du parti des insoumis qui ne veut pas se prononcer pour l’instant Mélenchon et qui souhaite même un Biden pour la France. Une épine dans le pied pour Mélenchon déjà agacé d’une part par la candidature écolo, d’autre part par l’idée d’une primaire à gauche. En plus, la référence à un président américain n’est certainement pas de nature à plaire à Mélenchon. « Je ne me prononcerai sur la présidentielle en France qu’à partir de l’été ».

 

Invité ce samedi d’Apolline de Malherbe sur BFMTV, le député La France insoumise de la Somme a refusé de soutenir explicitement la candidature du leader du parti Jean-Luc Mélenchon. « J’attends de voir, je me donne mon temps, j’ai mon agenda », a expliqué François Ruffin qui a confirmé qu’il ne se porterait pas lui-même candidat.

« Il est candidat à la présidentielle, moi je ne le suis pas » et « non je ne le serai pas », a martelé le parlementaire qui regrette que « la seule chose qu’on devrait avoir à dire aux Français, c’est 2022« .

François Ruffin estime qu’il faudrait pour 2022 un « Biden français » qui ferait « de la dépense sociale » face à « Macron qui va vous dire qu’on va vous bouffer vos retraites, vous bouffer vos droits au chômage, bouffer tout ça pour rembourser la dette mais sans toucher aux impôts ».

Après l’humiliation par Erdogan, Von der Leyen refuse de se rendre en Ukraine !

Après l’humiliation par Erdogan, Von der Leyen refuse de se rendre en Ukraine !  

 

En réaction sans doute à l’humiliation qu’a subie la présidente de la commission européenne de la part de la Turquie lors d’une visite protocolaire, Von der Leyen a décidé de ne pas se rendre en Ukraine pour les cérémonies d’anniversaire de l’indépendance du pays.

 

«Malheureusement, la présidente n’est pas en mesure de donner une réponse positive à votre invitation en raison d’un agenda particulièrement chargé les jours en question. Merci d’avance de votre compréhension », écrit le chef de cabinet de «VDL», non sans une certaine légèreté. «La présidente m’a demandé de vous transmettre ses meilleurs vœux pour un sommet réussi et ses félicitations à vous et au peuple ukrainien à l’occasion de cet anniversaire important», ajoute le chef de cabinet au style enjoué. Il signe la missive d’un «Cordialement vôtre».

 

 

Un message pas très heureux cependant dans la mesure où l’indépendance de l’Ukraine est actuellement en jeu du faite de la pression militaire russe.

 

Cela traduit à l’évidence un conflit permanent entre le président du conseil européen et la présidente de la commission européenne auquel il conviendra de remédier pour ne pas ridiculiser l’Europe.

 

Par contre. Charles Michel, le président du Conseil européen, s’y rendra. Lors d’un déplacement en Ukraine le mois dernier, il avait expliqué qu’il modifierait ses vacances pour être présent à Kiev. Le président du Conseil européen a confirmé sa présence ce jeudi. Et publié sur Twitter une photo le montrant en pleine discussion, au téléphone, avec Volodymyr Zelensky. À bon entendeur.

 

Cette affaire est d’autant plus problématique qu’elle éclate après deux autres incidents terribles pour l’image de l’UE, celles déjà évoquées de l’humiliation par Erdogan mais aussi l’autres humiliations subies par  Josep Borrell, début février à Moscou puis la polémique du «Sofagate» qui est loin d’être terminée.

Présidentielle 2022 : officiellement candidat, Xavier Bertrand refuse toute primaire

Présidentielle 2022 : officiellement candidat, Xavier Bertrand refuse toute primaire

 

Il est clair que Xavier Bertrand a une carte à jouer face à des républicains complètement écartelés entre d’une part l’envie de désigner un candidat, d’autre part de se rallier à Macron en 2022. Xavier Bertrand dispose déjà d’un potentiel de voix respectable. Il vient de déclarer sa candidature ce qui coupe un peu les pieds à son ancien parti les républicains.

Xavier Bertrand est crédité de 14 à 16% des intentions de vote, selon un sondage Ipsos-Sopra Steria pour Franceinfo et L’Obs. Le président de la région Hauts-de-France arrive en troisième position, derrière Emmanuel Macron et Marine Le Pen qui arrivent largement en tête avec environ 25% des intentions de vote.

Le président de la région Hauts-de-France souffre d’un déficit de notoriété au niveau national : 33% des sondés affirment ne pas le connaître suffisamment pour dire s’il ferait ou non un bon chef d’Etat. Mais il reste tout de même la troisième personnalité la plus présidentiable parmi  celles testées dans le sondage. 29% des personnes interrogées estiment qu’il ferait un bon président de la République mais 38% estiment le contraire. En ce qui concerne Emmanuel Macron, ils sont 38% à affirmer qu’il ferait un bon président, 56% affirment le contraire. Pour ce qui est de Marine Le Pen, 30% des sondés pensent qu’elle serait une bonne présidente, 62% estiment qu’elle serait une mauvaise présidente.

Ce sondage a été réalisé par Ipsos-Sopra Steria, via internet, entre les 27 et 28 janvier 2021 et sur un échantillon de 1000 personnes inscrites sur les listes électorales et constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

 

Dans une longue interview au Point, cette semaine, Xavier Bertrand se déclare officiellement «candidat» à la présidentielle. «Oui je serai candidat. Je suis totalement déterminé. Dans la situation actuelle de la France, j’estime que c’est mon devoir», répond-il en déroulant son projet et sa vision. Si le calendrier peut surprendre, «il est temps, juge un de ses proches, que la politique reprenne ses droits».

Comme il l’avait déjà laissé entendre par le passé, Xavier Bertrand indique clairement qu’il ne participera pas à une primaire organisée par LR car ne «souhaite plus (s)’inscrire dans la logique d’un seul parti».

 

Pour le candidat à la présidentielle, Emmanuel Macron n’a «jamais pris la mesure de ce qu’il arrive» ni de la «France Orange Mécanique» qui s’installe. Un concept que Xavier Bertrand avait déjà utilisé dans Le Figaro dès août 2020 pour expliquer que la sécurité serait, à ses yeux, la grande faillite du quinquennat d’Emmanuel Macron. Dans Le Point, Xavier Bertrand entend durcir la loi en matière de terrorisme pour porter la période de sûreté à 50 ans, plaider pour l’instauration de peines minimales automatiques en cas de condamnation, prôner la révocation du sursis en cas de récidive ou encore demander l’abaissement de la majorité pénale à 15 ans.

 

 

Surtout, pour le candidat à la présidentielle, «l’identité de la France n’est pas négociable». «Je veux que nous soyons fiers d’être Français, de notre histoire, de nos valeurs. Nous devons l’affirmer haut et fort parce que nous avons de bonnes raisons d’être fiers. À ceux qui dénoncent notre modèle, je dis ça suffit !», poursuit-il dans Le Point en s’engageant à «défendre les valeurs de la France». Raison pour laquelle «tout étranger condamné à une peine de prison ferme doit être expulsé automatiquement, aussitôt après l’avoir purgée», précise-t-il.

, Xavier Bertrand entend défendre «l’ordre et la justice». Et face à Emmanuel Macron et Marine Le Pen, le candidat à la présidentielle rappelle ses racines populaires. « Je viens du peuple». «Je n’oublie pas d’où je viens. Agent d’assurances à Flavy-le-Martel, ce n’est pas la même chose que banquier d’affaires à Paris ou héritière !», décrit-il.

Dette : Marine Lepen refuse de l’annuler

Dette : Marine Lepen refuse de l’annuler

« Une dette doit être remboursée. Il y a là un aspect moral essentiel. A partir du moment où un Etat souverain fait appel à une source de financement extérieure, sa parole est d’airain. Il s’organise pour rembourser sa dette contre vents et marées » (tribune de Marine Lepen)

 

De question de spécialistes, la dette est devenue un sujet omniprésent dans les gazettes et autour des tables familiales. Quelques observations de bon sens me semblent pouvoir contribuer au débat.

En premier lieu, les bilans des banques centrales dans le monde ont quintuplé depuis la crise de 2008. La pandémie n’a fait qu’accentuer le mouvement. Les interventions de la Banque centrale européenne (BCE) se traduisent par des acquisitions de titres d’Etat et d’entreprises à son actif et par la constitution de réserves créées ex nihilo à son passif. Les titres sont achetés sur le marché secondaire, la BCE ne pouvant financer directement les Etats. Mais cela revient au même. Rien n’empêche pour la BCE de conserver ces titres de façon indéfinie, de les transformer en dettes perpétuelles, voire même de les compenser avec les réserves comptables (équivalant à une annulation de dettes). Nous sommes dans la droite ligne de la théorie monétaire moderne post-keynésienne.

Mais la réalité ne se laisse pas facilement appréhender quelle que soit la théorie économique. Encore faut-il qu’il y ait un consensus sur tel ou tel traitement de la dette, car la monnaie repose d’abord sur la confiance.

«L’importance d’une dette publique ne peut se juger que par rapport à la capacité d’une nation de la rembourser. La référence au PIB n’est pas le bon indicateur de la capacité de remboursement de la sphère publique»

Economie de fonds propres. ​En second lieu, le débat public se focalise sur des chiffres, tous plus effrayants les uns que les autres (« une dette de 120 % du PIB » soit 2 670 milliards d’euros, « le besoin de financement de la France s’élève à 282 milliards d’euros en 2021 »). Or, l’importance d’une dette publique ne peut se juger que par rapport à la capacité d’une nation de la rembourser. La référence au PIB n’est pas le bon indicateur de la capacité de remboursement de la sphère publique. Celle-là doit être appréciée par rapport aux marges de manœuvre permettant de couvrir le service de la dette : excédents budgétaires, réduction des dépenses publiques, augmentation des impôts et refinancement de la dette.

Les taux sont faibles aujourd’hui (0,593 % à 50 ans), voire négatifs sur les échéances courtes. L’Agence France Trésor « roule » la dette publique avec une belle technicité mais le risque d’une remontée des taux à terme, alourdissant significativement le service de la dette, ne doit pas être sous-estimé.

En troisième lieu, la dette d’une nation s’apprécie globalement, dettes publiques et dettes privées. Or, le gonflement des dettes privées en France est tout aussi préoccupant. En 2018, elle correspondait déjà à 265 % du PIB (155 % pour l’Allemagne). Même sur la dette privée, nous sommes en décalage avec l’Allemagne. Les 130 milliards d’euros de prêts garantis par l’Etat (PGE) accentuent le problème. J’ai déjà eu l’occasion de proposer des dispositifs permettant de renforcer massivement les fonds propres des entreprises. Le meilleur remède à la dette, ce sont les fonds propres. La France doit impérativement passer d’une économie de dettes à une économie de fonds propres.

En quatrième lieu, il y a une grande différence entre une dette détenue majoritairement par les investisseurs institutionnels non résidents (c’est le cas de la France) et une dette détenue majoritairement par des nationaux (c’est le cas du Japon, avec pourtant une dette publique de 240 % du PIB). Le degré d’indépendance du pays est en jeu. Nous irons dans le sens d’une plus forte détention de la dette publique française par les investisseurs français, particuliers ou institutionnels, tout en préservant la diversité souhaitable des investisseurs. La signature France sera préservée et confortée.

« Nous devons mettre la France sur un chemin de croissance. Ceci implique des investissements de long terme dans les infrastructures, les technologies, les secteurs de souveraineté industrielle, l’aménagement du territoire, la transition énergétique et environnementale »

Souveraineté. Mon approche sur la dette est pragmatique.

Oui, une dette doit être remboursée. Il y a là un aspect moral essentiel. A partir du moment où un Etat souverain fait appel à une source de financement extérieure, sa parole est d’airain. Il s’organise pour rembourser sa dette contre vents et marées. La Banqueroute des Deux Tiers de 1797 est un précédent révolutionnaire lointain qui n’a pas vocation à se renouveler dans notre France contemporaine. Qui paie ses dettes s’enrichit.

Oui, nous devons mettre la France sur un chemin de croissance. Ceci implique des investissements de long terme dans les infrastructures, les technologies clés, les secteurs de souveraineté industrielle, l’aménagement du territoire, la transition énergétique et environnementale. Leur financement sera vertueux, avec de la bonne dette et de vrais fonds propres. Le contraire d’une politique d’austérité mais avec une réelle maîtrise budgétaire dans la durée. Des investissements qui permettent des retombées économiques et sociales, des externalités positives, au bénéfice du bien commun mais aussi une lutte déterminée contre toutes les sortes de fraudes qui nuisent aux honnêtes citoyens.

Non, les générations futures n’auront pas à subir l’impéritie de quatre décennies de mauvaise gestion publique. C’est une question d’équité. C’est aussi une question de lutte contre les inégalités. Nous favoriserons en tout état de cause les solutions qui assureront le respect de notre pacte social.

Oui, enfin, l’approche budgétaire qui prévaut au sein de la sphère publique française doit profondément évoluer. J’aurai l’opportunité dans les mois qui viennent de développer les principes qui permettront de rendre compatible la dette publique française avec les ambitions de la nation et la nécessaire protection des Français. Cette approche est appelée à impliquer l’ensemble des acteurs institutionnels, économiques, monétaires et financiers, avec lesquels un chemin de croissance soutenable est à construire et à faire prospérer. Une bonne gestion de la dette publique est au cœur de notre souveraineté.

Marine Le Pen est présidente du Rassemblement national.

Pandémie : la Chine refuse la transparence

Pandémie : la Chine refuse la transparence

 

 

Le moins que ne plus dire c’est que la délégation de l’OMS qui s’est rendue enfin en Chine pour tenter de trouver des explications à l’origine de la pandémie n’ag guère apportée d’éclairage. En cause, le fait une partie de l’OMS est largement influencée par les Chinois. Surtout la réticence de la Chine à fournir les éléments objectifs permettant aux scientifiques de faire leur travail. Pourtant la délégation avait montré des signes d’allégeance à la Chine en écartant la possibilité d’un virus échappé d’un laboratoire. Une déclaration un peu prématuré. Globalement la délégation est revenue sans beaucoup d’éléments pertinents pour éclairer l’origine de l’épidémie qui s’est répandue dans le monde.

« Nous voulons plus de données. Nous avons demandé plus de données », a déclaré dans un entretien avec l’AFP Peter Ben Embarek, qui a passé avec son équipe un mois à Wuhan, où le coronavirus responsable de l’épidémie a été découvert en décembre 2019.

« Il y a un ensemble de frustrations mais aussi d’attentes réalistes quant à ce qui est faisable dans un délai donné », a-t-il ajouté, avant d’espérer que les données réclamées seraient fournies, permettant d’aller plus loin.

De son côté, la Maison Blanche a fait savoir qu’elle avait « de fortes inquiétudes sur la façon dont les premiers résultats de l’enquête sur le Covid-19 ont été communiqués et des questions sur la procédure utilisée pour y parvenir ».

« Pour mieux comprendre cette pandémie et préparer la prochaine, la Chine doit rendre accessibles ses données sur les premiers jours de l’épidémie », a ajouté dans cette déclaration le conseiller à la Sécurité nationale Jake Sullivan.

TRUMP : refus d’assister à la prestation de serment de Biden

TRUMP : refus d’assister à la prestation de serment de Biden

 

Encore un caprice supplémentaire de la part de Trump coupable évidemment d’insurrection et d’envahissement du Capitole qui a aussi coûté la vie à cinq personnes. Ttump  refuse de participer à la cérémonie de prestation de serment de Biden. Un nouveau crachat en direction de la démocratie. Une attitude qui relève peut-être moins de considérations politiques que de perturbations psychiatriques chez l’intéressé. Beaucoup de personnalités politiques considèrent que Trump  est en effet un malade mental en plus d’être inculte et extrémiste.

En boudant le serment de Joe Biden, Donald Trump s’enlise dans une fin de mandat chaotique, alors qu’il avait promis une passation de pouvoir « ordonnée ». Ce refus marque une nouvelle fois sa dénégation de la victoire démocrate aux élections et fera de lui le premier président à refuser d’assister à la prestation de serment de son successeur depuis Andrew

 

« L’opinion refuse désormais la maladie « 

« L’opinion refuse désormais la maladie « 

Rappelant que « le vivant est avant tout incertitude », le neurobiologiste Guy Simonnet  souligne, dans une tribune au « Monde », que la demande de « tolérance zéro maladie » ne peut qu’être la source d’une nouvelle vulnérabilité.

 

Tribune

Tout être humain rencontrera un jour la maladie au cours de sa vie. Compagne de la mort, la maladie est une porte au-delà de laquelle les hommes et les femmes s’interrogent inévitablement sur leur condition humaine. Socrate lui-même a dit en mourant : « Vivre, c’est être longtemps malade : je dois un coq à Esculape libérateur. »

Qu’en est-il aujourd’hui de notre regard de citoyen du XXIsiècle ? « Tolérance zéro maladie », « zéro douleur », se réclame une société néolibérale nous engageant vivement à suivre à la lettre une biomédecine qui n’a jamais connu un tel niveau de développement et de moyens techniques grâce à un fantastique progrès de nos connaissances. Un tel refus du pathologique est un véritable paradoxe philosophique.

Certes, nous acceptons les grandes pathologies, comme les cancers, les accidents cardio-vasculaires, etc., mais parce qu’elles n’arrivent qu’aux autres ; qui n’ont pas de chance en quelque sorte. Il en est autrement des grandes épidémies qui ont accompagné l’histoire de l’humanité (peste, choléra, typhus…), en cela qu’elles ne frappent plus seulement « l’autre » mais touchent chacun d’entre nous dans sa propre identité.

L’histoire de la médecine, en particulier moderne, peut-elle nous aider à mieux comprendre les raisons de telles contradictions ? Il est des étapes médicales fondamentales qui ont bouleversé profondément notre regard sur la maladie. Parmi ces étapes, une des plus signifiantes est la découverte des antibiotiques au cours des années 1940. Découverte formidable qui a sauvé des millions de vies ; véritable étape de rupture, mais qui n’est pas sans limites.

L’« homme augmenté » est fragile

L’usage immodéré des antibiotiques nous a conduits à un véritable hubris (dépassement des limites) médical. Considérée comme un crime chez les Grecs, la démesure appelle inévitablement en retour une némésis au nom d’une justice dont la finalité est la rétractation de l’individu à l’intérieur des limites qu’il a franchies.

Au-delà d’une némésis biologique que traduit la résistance aux antibiotiques, la fantastique efficacité de ces médicaments nous a conduits à croire que nous étions devenus invincibles, capables d’effacer la maladie de nos vies.

L’être humain n’accepte plus d’être malade, détourne la tête et se refuse, sidéré, à l’idée de pharmakon selon laquelle tout remède (médicament) est également poison et… bouc émissaire. S’étant abandonné à la technique, l’« homme augmenté » (pharmacologiquement ou génétiquement) est devenu paradoxalement fragile en une némésis anthropologique, car disparu à son propre regard et à celui d’une société qui certes le prend en charge, mais du même coup tend à l’effacer en tant qu’individu. Constat d’échec ? Plutôt constat de la complexité et de l’incertitude du vivant.

 

Trump , le fou dangereux, refuse toujours la défaite

Trump , le fou dangereux, refuse toujours la défaite

 

Il est clair que Trump  mériterait de passer en jugement soit devant la justice américaine, soit -même devant le tribunal pénal international tellement son attitude est susceptible de créer en tout cas de favoriser une situation conflictuelle voire criminelle aux États-Unis comme ailleurs dans le monde.

Ce président complètement mégalo et inculte ne veut pour l’instant pas reconnaître sa défaite alors qu’il a été largement battu puisqu’il n’a réussi à obtenir que 232 électeurs pour 306 à son adversaire Joe Biden. Heureusement que les États-Unis demeurent quand même une grande démocratie et que l’État notamment la police et armée demeurent  fidèles aux principes constitutionnels sinon les plus radicaux se livreraient aux pires exactions y compris de nature criminelle. De ce point de vue,  la posture de l’actuel président des États-Unis est une sorte d’invitation à la mobilisation des sectes et des organisations les plus radicales et les plus racistes.

Cette attitude ne renforce pas l’image de la démocratie américaine et pourrait encourager nombre de présidents à moitié fous qui règnent sur certains pays de contester la démocratie et de créer des conditions d’affrontement voire de guerre.

Il ne manque pas de présidents déséquilibrés actuellement dans le monde. Parmi eux, il faut citer évidemment peut-être sans doute la Chine avec son président désormais élu à vie qui a tué toute vie démocratique, aussi Erdogan l’agitateur permanent de l’islamisme, le président du Venezuela, le président Poutine qui lui aussi s’apprête à conserver pouvoir contre la constitution, le président biélorusse qui lui a bien truqué le résultat de la consultation électorale. On pourrait citer encore d’autres exemples comme le président de la Corée du Nord une sorte de psychopathe. Bref autant de personnages psychologiquement très dérangés qui pourraient s’inspirer de l’attitude de Trump  pour légitimer et où créer les pires désordres y compris criminels à l’échelle de leur pays et même au plan international.

Donald Trump affirme en effet de nouveau dans son tweet que le parti républicain n’a pas pu déployer de scrutateurs dans certains bureaux de vote et d’observateurs au moment du dépouillement, notamment en Pennsylvanie, une accusation restée sans preuve jusqu’à présent.

Il accuse aussi la société qui a fourni le logiciel servant à comptabiliser les voix d’appartenir à la “gauche radicale”, ou encore les médias d’être complices de la fraude.

Dans un autre tweet envoyé un peu plus tard, Donald Trump a d’ailleurs précisé que Joe Biden n’avait gagné selon lui “qu’aux yeux des MÉDIAS FAKE NEWS”. “Je ne concède RIEN. Le combat n’est pas terminé. C’était une ELECTION TRUQUÉE!”

Trump refuse la transition

Trump refuse la transition

La situation serait évidemment comique si elle n’avait pas d’éventuelles conséquences sur la sécurité du pays. En effet, il est de la plus haute importance dans les périodes de transition que l’ancien et le nouveau président partagent des informations stratégiques sur la sécurité interne et les enjeux géo stratégiques. C’est l’usage aux États-Unis mais aussi une nécessité pour éviter une rupture de gestion gouvernementale.

 Pourtant Trump n’entend pas concéder sa défaite tant qu’il n’aura pas épuisé les recours et que les résultats n’auront pas été officiellement certifiés. Les démocrates dénoncent cette obstruction systématique comme une dangereuse dérive autoritaire du président, et déplorent l’effet de ce précédent, mettant en garde contre les dégâts potentiels causés à la crédibilité de l’élection.

Du coup cette situation de blocage empêche Biden de prendre connaissance du  ultraconfidentiel, synthèse des rapports des services secrets américains, présenté quotidiennement au président et préparé par le directeur du renseignement national.

Depuis les années 1950, la pratique veut que le président élu devienne destinataire de ce point de situation après sa victoire, afin d’être mis au courant des dossiers stratégiques. Les négociations en cours avec les talibans en Afghanistan, la situation des troupes américaines en Syrie ou en Irak, ou bien celle des négociations avec la Russie sur l’accord sur les armes nucléaires qui expire le 16 février 2021.

L’ancien directeur de cabinet de Trump, John Kelly, a critiqué l’attitude du président dans un entretien au site Politico: «Le président est en droit de ne pas reconnaître sa défaite avant la fin du processus électoral, mais rien n’empêche de commencer la transition en mettant au courant les responsables de la sécurité nationale, évidemment le président élu et le vice-président élu, s’ils sont finalement élus», a dit Kelly, lui-même un ancien général des Marines.

Bridgestone refuse la reconversion de Béthune

Bridgestone refuse la reconversion de Béthune

Il n’y a aucune perspective de reprise de l’usine de Béthune d’autant que Bridgestone n’en souhaite aucune dans la filière pneus. Une claque évidemment pour les 860 employés qui auront du mal à ce recaser ailleurs compte tenu de l’environnement. Une claque aussi pour le gouvernement qui montre ainsi les limites de son action économique même pour une seule entreprise. «Bridgestone a fermé la porte, Bridgestone quitte le site de Béthune.» «Le scénario qui visait à maintenir une activité de production de pneus pilotée par Bridgestone a été refermé», a-déclaré la représentante du gouvernement. «Mais nous nous serons là aux côtés des salariés pour trouver les meilleures solutions possible (…) pour travailler sur des scénarios de reprise (…) pour faire en sorte que le plan social qui est aujourd’hui proposé soit amélioré» a assuré la ministre. «Nous allons nous battre pour que ce site reste industriel», a-t-elle ajouté, évoquant comme piste une production dans la région de batteries électriques. D’autres projets très vagues sont aussi évoqués et on sait que dans ce genre de situation certains repreneurs ne sont pas très sérieux voir même profitent de la situation pour dépecer complètement ce qui reste de l’entreprise y comprise en encaissant des aides publiques.

«La fermeture de l’usine Bridgestone de Béthune, c’est l’échec d’un État sans vision stratégique, et c’est un drame pour toute notre région HautsDeFrance. Sans volonté politique d’inverser la tendance, la désindustrialisation continuera», a pour sa part tweeté la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen. Le secrétaire général de Force Ouvrière, Yves Veyrier avait quant à lui dénoncé une décision «inadmissible».

Angers refuse la vente d’une mosquée au Maroc

Angers refuse la vente d’une mosquée au Maroc

Le  conseil municipal d’Angers considère que la vente d’une mosquée au Maroc contrevient à la neutralité de cet établissement de culte. La vente au Maroc était envisagée pour faire face au manque de moyens financiers pour terminer l’ouvrage.

Lors de la séance de lundi, le conseil municipal a voté à l’unanimité une délibération proposée par le maire, Christophe Béchu (ex-LR, DVD) contre cette vente. Le motif est le suivant: bien qu’«attaché au libre exercice des cultes et respectueux du souhait de la communauté musulmane de disposer d’un lieu de culte digne permettant aux croyants de pratiquer leur religion», il apparaît que «la cession de la future mosquée à un pays étranger ne correspond pas à la neutralité souhaitée pour 

Renault : le projet de restructuration refusé

Renault : le projet de restructuration refusé

 

Le projet de restructuration de Renault a été unanimement rejeté par les syndicats lors  d’un comité central social et économique. Un rejet sur le fond mais aussi sur la forme. En effet, les syndicats reprochent à la direction d’avoir rendu public le plan d’économies notamment en matière d’emploi sans avoir précisé sa stratégie de développement et de recentrage. Renault est évidemment affronté comme l’ensemble de la construction automobile à une chute de production à la fois conjoncturelle et structurelle. La crise sanitaire a provoqué une chute de lors de 20 à 30 % des immatriculations mais le nouveau rapport des consommateurs à la mobilité pèse de façon durable sur le comportement des automobilistes.

Pour sortir d’urgence du rouge, Renault prévoit plus de deux milliards d’euros d’économies sur trois ans, la fermeture du site de recyclage de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne), la fin de l’assemblage de voitures à Flins (Yvelines) et 15.000 suppressions d’emplois dans le monde, dont 4.600 en France.

Si l’avis des syndicats ne revêt qu’un caractère consultatif, il tombe mal pour le nouveau directeur général, bien que celui-ci bénéficie du soutien total de son principal actionnaire, l’Etat français.

Lorsqu’il a présenté en interne sa “Renaulution”, Luca de Meo avait déclaré à l’ensemble des salariés et à leurs représentants qu’il “avait besoin (d’eux) pour réaliser ce virage”.

Dans un tract, la CFDT déplore que la restructuration ait été annoncée alors que la stratégie qui doit l’accompagner ne sera pas détaillée avant janvier 2021. “Faire une telle annonce en pleine crise sanitaire relève pour le moins de l’opportunisme au plus de la provocation”, a estimé le syndicat. “Sur la forme, toujours, comment oser annoncer un tel plan alors que la stratégie de l’entreprise reste basée sur des hypothèses qui évoluent tous les jours.”

La CGC, qui entend elle aussi voter contre le plan, l’a à son tour critiqué sur la forme. “Bien que sa justification puisse trouver écho à nos yeux, ces modalités de mise en oeuvre ne nous ont pas convaincus”, a dit le syndicat dans un tract.

L’expertise préparée par le cabinet Secafi pour le CCSE a conclu que des bouleversements étaient nécessaires dans l’organisation et la stratégie de Renault.

“En conséquence, il nous paraît essentiel de mettre en place, entre les partenaires sociaux, un dispositif d’alerte précoce basé sur des enquêtes terrain en boucles courtes”, a conclu le cabinet.

A moins que l’opposition des syndicats n’augure des conflits à venir dans certaines catégories de salariés ou sur certains sites, un avis négatif n’est toutefois pas de nature à faire dérailler le processus.

En décembre 2012, le plan d’économies de PSA – 8.000 suppressions d’emplois et la fermeture de l’usine d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) – avait lui aussi été rejeté par les syndicats. En revanche, pour les accords de compétitivité qui ont suivi les années suivantes au fil des différents plans stratégiques du constructeur, la direction a toujours veillé à obtenir l’aval d’une majorité des syndicats.

Brexit: Le Parlement européen refuse le chantage de Boris Johnson

Brexit: Le Parlement européen refuse le chantage de Boris Johnson

le Parlement européen s’est prononcé contre cette sorte de chantage de Boris Johnson qui consiste à sortir une loi en contradiction totale avec le traité prévoyant les conditions du retrait britannique. Un traité très difficilement élaboré et accepté mais qui garantit les rapports entre les deux Irlande et surtout la paix. Or la proposition de Boris Johnson revient à créer une frontière entre les deux Irlande.

“Si les autorités britanniques enfreignaient – ou menaçaient d’enfreindre – l’accord de retrait, par le biais du projet de loi sur le marché intérieur du Royaume-Uni sous sa forme actuelle ou par tout autre moyen, le Parlement européen ne ratifierait en aucun cas un accord entre l’UE et le Royaume-Uni”, dit un communiqué signé à la fois par les membres du groupe de coordination sur le Royaume-Uni et par les chefs de la plupart des groupes politiques représentés au sein de l’assemblée.

Pour entrer en vigueur, un accord commercial entre Londres et Bruxelles devra obtenir le feu vert des députés européens.

Le gouvernement refuse la gratuité du masque pour tous

Le gouvernement refuse la gratuité du masque pour tous

la ministre chargée de l’Industrie Agnès Pannier-Runacher a annoncé que l’État continuerait d’équiper «ceux qui en ont le plus besoin», mais qu’il était «légitime» que les entreprises assument également ces coûts. Elle a également vanté les mérites des masques en textile, réutilisables et moins chers à l’usage, et affirmé que la France n’était plus dépendante de la Chine dans son approvisionnement.

lLe  coût des masques sanitaires peut atteindre les 300 euros par mois pour une famille de quatre personnes, Agnès Pannier-Runacher a vanté les mérites des masques réutilisables en textile. « Nous devons être fiers de notre filière textile» a-t-elle dit, rappelant qu’une utilisation d’un masque textile revient à 10 centimes d’euros environ, contre 95 centimes maximum pour un masque jetable. «De plus, la plupart des masques jetables sont aujourd’hui autour de 30 centimes d’euros», a rappelé la ministre.

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol