Archive pour le Tag 'Réforme'

Inclure les médecins généralistes dans la réforme de l’hôpital

Inclure les médecins généralistes dans la réforme de l’hôpital

 

Ce que proposent Marine Crest, médecin, et Nicolas Bouzou, économiste. dans le Tribune

 

« Notre magnifique hôpital a besoin pour bien fonctionner d’une médecine de ville qui, elle-même, soit libérée des dysfonctionnements qui pèsent sur son efficacité. Il y a 225.000 médecins généralistes en France qui travaillent en moyenne plus de 50 heures par semaine et aspirent à jouer un rôle encore plus important et mieux intégré dans le système. Ne pas prendre en compte les interactions entre les acteurs du soin, et en particulier entre médecine de ville et médecine hospitalière, revient à prolonger les erreurs du passé. Or malheureusement, force est de constater que l’on évoque insuffisamment le rôle majeur de la médecine de ville au sein de notre système de santé. A ce titre, la crise actuelle a révélé trois maux qui lui préexistaient et qu’il est urgent de régler.

En premier lieu, les médecins généralistes ne sont pas toujours utilisés et reconnus à hauteur de leurs formations et de leurs compétences de plus en plus multidisciplinaires, ce qui génère une moins-value économique et sociale. En effet, le médecin-traitant est le « gate keeper » du système de soins, c’est-à-dire le bouclier en première ligne. Cette position dans la chaîne du soin conduit, pour forcer le trait, à ce qu’il soit parfois considéré comme responsable d’une gare de triage. Pourtant, le médecin généraliste est formé pour effectuer un large spectre de taches : des suivis simples en pédiatrie et en gynécologie, de la médecine d’urgence et des « soins primaires » (il sait faire des sutures et des plâtres). En pratique, c’est l’hôpital qui, le plus souvent, prend ces gestes en charge car les patients ne savent même pas que le généraliste pourrait s’en occuper.

En deuxième lieu, les généralistes gaspillent une grande partie de leur temps de travail en charges administratives : arrêts de travail, déclaration des affections de longue durée prises en charge à 100%, établissement des bons de transports pour que le patient aille du médecin vers le spécialiste ou l’hôpital, établissement des certificats médicaux, recueil de documents d’identité et pièces administratives…

En troisième lieu, la communication entre la médecine de ville et l’hôpital fonctionne mal. Les passerelles entre les deux niveaux ne sont pas systématisées. Concrètement, quand un médecin veut entrer en contact avec un médecin hospitalier, et dans le cas classique où il ne dispose pas de son numéro de portable privé, il appelle son secrétariat qui transfère l’appel à un(e) infirmier(e) ou un externe, qui, éventuellement, finit par joindre l’interne puis le médecin, rarement disponible… Ces systèmes de flux d’informations complexes et lents ont peu évolué depuis 100 ans.

C’est en outre le médecin de ville qui doit lui-même s’informer sur la situation hospitalière, se renseignant sur les spécialistes accessibles et le nombre de lits disponibles. Ces constats traduisent les retards accumulés dans la transformation numérique de notre système de santé.

 

Ces dysfonctionnements peuvent être corrigés par des mesures que nous souhaitons mettre en débat. Premièrement, il faut étudier une revalorisation financière de l’acte de consultation des médecins généralistes. A l’échelle du système de santé, cette revalorisation pourrait s’auto-financer si elle permet d’augmenter la productivité des actes des médecins, de décharger les hôpitaux et, globalement, d’éviter une surconsommation coûteuse des soins en aval du généraliste. Il ne faut pas se méprendre sur la notion de productivité. Elle ne signifie par « faire plus » mais « faire mieux » en apportant davantage de temps médical aux patients et moins d’actes inutiles dans le système de soins.

Deuxièmement, il faut mettre en place un choc de simplification pour réduire la bureaucratie médicale. Le numérique et l’intelligence artificielle devraient permettre d’avancer dans ce sens. Encore faut-il que les médecins eux-mêmes combattent les relents de technophobie que l’on observe parfois dans cette profession. Il est donc nécessaire d’avancer très rapidement vers la généralisation d’actions de formation initiale et continue pour les professionnels de ville.

Troisièmement, les pouvoirs publics pourraient envisager un partenariat public privé afin d’investir massivement dans les systèmes d’informations entre médecine de ville et hôpital pour simplifier, fluidifier et dématérialiser. On pourrait imaginer une plateforme interactive de partage d’informations qui rassemble les patients, les médecins (hospitaliers ou non), les pharmaciens et les paramédicaux. Les médecins généralistes doivent avoir une vision plus rapide et exhaustive sur le parcours de leurs patients, les résultats d’imagerie, les prises de rendez-vous avec des spécialistes, les disponibilités de capacité hospitalière. C’était l’esprit du dossier médical personnalisé lancé il y a une quinzaine d’années mais que de retards…

Le temps du bilan de la crise venu, il ne faudra surtout pas opposer les uns aux autres mais, au contraire, penser une gouvernance du système de santé qui améliorera la coordination de toutes les professions au service d’une amélioration effective de la qualité de la prise en charge du patient. »

 

 

158 députés se réveillent LREM réclament « une réforme de la santé au travail » !

158 députés LREM réclament « une réforme de la santé au travail »!

 

Après avoir soutenu le dégraissage du système sanitaire global, par parenthèse qui ne date cependant pas d’hier, les députés de la république en marche se réveillent. Non pas pour remettre sur la table l’organisation et le financement du système sanitaire mais pour se pencher sur le créneau partiel de la santé au travail. La réflexion n’est pas  inutile mais ce n’est sans doute pas la priorité des priorités. On se demande même si ce n’est pas une mesure de diversion. Ci-dessous la pétition des 158 députés de la république en marche. À noter que les propositions sont suffisamment générales pour ne pas hypothéquer les éventuelles mesures que pourrait prendre le gouvernement.. Tout cela sent un peu la précipitation et le flou, sans doute aussi une tentative de réconciliation avec une opinion publique de plus en plus critique.

« La crise sanitaire que nous traversons place les enjeux de santé au travail au premier plan. Personnels soignants, travailleurs sociaux, chauffeurs routiers, logisticiens, caissières, agriculteurs, éboueurs, personnels d’entretien, et bien d’autres encore, ont forcé notre admiration en étant sur le terrain durant l’épidémie. Les protéger est alors apparu comme une priorité. Dans cette nouvelle étape qu’est le déconfinement, protéger les travailleurs est un préalable à tout espoir de poursuite d’activité, et par répercussion, de relance économique.

Avec une difficulté néanmoins, celle de parvenir à rassurer les salariés quant à leur exposition au risque et les employeurs inquiets de voir leur responsabilité pénale engagée, sur un risque nouveau complexe à prévenir. Malgré un réseau de professionnels publics et privés de qualité pour accompagner les entreprises, force est de constater que le manque de coordination, de lisibilité et la complexité du système les fait perdre en efficacité. La crise sanitaire du covid-19 n’a fait que mettre en exergue ces dysfonctionnements observés de longue date. Ainsi, les entreprises se sont trouvées seules et désemparées durant plusieurs jours, ce qui dans un climat anxiogène, a contribué à pénaliser le maintien de l’activité économique dans certains secteurs.

Nous, députés de la majorité, estimons que le temps est venu de faire de la France l’un des pays les plus performants et innovants en Europe en matière de prévention dans le domaine de la santé au travail. C’est un véritable contrat de transformation que nous devons proposer aux partenaires sociaux. Nous sommes prêts à porter une grande réforme de la santé au travail, à laquelle nous souhaitons attribuer 3 ambitions :

La première, est de faire de la santé au travail une priorité de la stratégie nationale de santé. Nous voulons que l’entreprise devienne un lieu de prévention dans la vie quotidienne, par des actions concrètes telles que des campagnes de vaccination sur le lieu de travail pour en faciliter l’accès aux salariés ou agents qui le souhaitent, et le développement de la pratique sportive au travail.

La seconde ambition est de doter la France d’un système d’acteurs de santé au travail plus efficace et tourné vers la prévention. La pénurie de médecins du travail doit être compensée par la montée en puissance d’équipes pluridisciplinaires, la création d’un diplôme d’infirmier en santé au travail en pratiques avancées, et le déploiement de la télémédecine. La nouvelle instance qu’est le comité social et économique (CSE) doit être garante d’une démarche de prévention intégrée à la stratégie de l’entreprise, et du suivi de sa mise en œuvre.

La troisième ambition que nous attribuons à cette réforme de santé au travail, est de prévenir l’usure professionnelle en faisant un lien étroit entre l’exposition aux risques et les parcours professionnels proposés aux travailleurs. Et au-delà, nous appelons à ce que le travail soit véritablement accessible aux plus vulnérables d’entre-nous : personnes en situation de handicap ou porteuses de maladie chronique. Personne ne doit rester au bord de la route parce qu’il a subi un cancer, une pathologie chronique ou un accident grave. Le travail doit s’adapter et offrir des perspectives à chacun d’entre nous, quels que soient les accidents de la vie qu’il a rencontrés.

A l’aube d’une nouvelle ère dans laquelle l’humain doit être au cœur des politiques publiques, nous croyons dans l’entreprise tournée vers la performance globale, équilibrant les enjeux humains, économiques et environnementaux, une entreprise porteuse de sens et d’avenir dans laquelle le travail émancipe et protège. »

L’enterrement de la réforme des retraites

L’enterrement de la réforme des retraites

 

La situation délétère avant la crise sanitaire puis le Corona virus auront sans doute enterré définitivement la réforme des retraites. Officiellement macro avait parlé de suspension, le premier ministre de décalage. Maintenant c’est le responsable du parti en mars envisage l’enterrement pur et simple «Je ne suis pas certain qu’on pourra mener la réforme des retraites d’ici la fin du quinquennat», a dévoilé Stanislas Guerini dans une interview parue mercredi dans La Voix du Nord . Le député de Paris est allé jusqu’à suggérer d’associer la réforme « à une transformation du monde du travail et ainsi la proposer dans le cadre d’un nouveau programme présidentiel ». En clair, reporter la réforme à un nouveau quinquennat en 2022. Pour dessiner les contours du monde d’après, « il faudra avoir l’humilité de remettre à plat le calendrier parlementaire », notamment à propos de cette réforme – promesse de campagne d’Emmanuel Macron en 2017. «On ne pourra pas reprendre le quinquennat là où on l’avait laissé», a encore prévenu le délégué général d’En marche.

Réforme des retraites : bientôt enterrée officiellement

 

Englué dans l’impopularité bien avant la crise sanitaire, le gouvernement envisage d’enterrer officiellement sa grande réforme concernant les retraites. Le problème est moins technique que politique. La majorité n’a jamais réussi à persuader l’opinion publique de la pertinence de sa réforme. En outre, son impopularité est récurrente. Même le Coron virus n’a pas donné l’occasion au gouvernement et à macr en particulier de remonter dans les sondages d’opinion. Avec Corona virus , le gouvernement se heurte au même problème qu’avant la crise sanitaire : il n’est pas cru.

Du coup la déclaration de Gilles Legendre président du groupe la république en marche sonne comme un aveu:   »"la réforme des retraites a montré à quel point notre démocratie sociale est épuisée ». « Entre deux réformes utiles, il faudra toujours choisir celle qui rassemble les Français. Si elle empêche le pacte républicain de se conclure, la réforme des retraites devra être mise de côté », affirme-t-il. En fait ce sont les principales réformes que le pouvoir devrait abandonner tellement son impopularité est grande et tellement même à l’occasion d’une crise sanitaire qui devrait favoriser l’unité nationale il se trouve toujours autant marginalisé dans l’opinion.

Pour le numéro un des députés de la majorité, il faut « une réinvention de nos modèles, français, européens, mondiaux, mais résister aux vieilles lunes, comme l’acte de décès de la mondialisation », prévient-il. Autant dire que Gilles Legendre propose de jeter aux orties la stratégie conduite jusqu’à là.

Il estime que l’après-crise sanitaire « pourrait s’inscrire dans un nouveau ‘pacte républicain’ », qui « reposerait sur trois piliers : le redémarrage de l’économie, de nouvelles solidarités et protections, et la transition écologique ».

« L’urgence juge-t-il, ce sera la réparation, mais elle s’accompagnera d’une refondation radicale: nous devrons revoir nos équilibres politiques pour rassembler les Français et aussi changer notre manière d’associer ces derniers à l’action publique ». « L’hôpital – c’est acté – bénéficiera d’un plan d’investissement massif. Mais ce n’est pas qu’affaire d’argent. Nous devons poursuivre la réforme déjà engagée de notre système de santé », ajoute-t-il, souhaitant aussi ne pas abandonner la « loi sur la dépendance », qui « illustrerait parfaitement les nouvelles solidarités ».

Coronavirus : nouvelle réforme abandonnée, celle des APL

Coronavirus : nouvelle réforme abandonnée, celle des APL

 

Après la réforme des retraites, de ‘l’Unedic, c’est au tour de la réforme des APL qui est repoussée. .

 » A la suite de l’allocution du Président de la République aux Français le 16 mars 2020, le Gouvernement a choisi de décaler l’entrée en vigueur de la réforme des « APL en temps réel » prévue pour le 1er avril. », écrivent, dans un communiqué commun, la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les Collectivités territoriales Jacqueline Gourault et le ministre de la Ville et du Logement Julien Denormandie.

Les mesures prises pour faire face au Covid-19 « réduisent en effet la disponibilité des personnels » des caisses d’allocations familiales (CAF) et des mutualités sociales agricoles (MSA), expliquent les deux ministres qui leur ont demandé de prévenir tous les allocataires et les bailleurs de ce décalage. « Comme toute réforme, son lancement nécessite une mobilisation accrue des effectifs des caisses qui ne paraît pas compatible avec la situation actuelle », ajoutent-ils.

En allouant les APL en fonction des ressources actuelles des allocataires et non plus de celles de deux ans auparavant, le gouvernement estime que cela permettra de déterminer « de façon plus juste » leur niveau. En juillet 2019, selon l’AFP, Matignon avait en outre estimé à  »un peu au-dessus d’un milliard d’euros » les économies réalisées grâce à cette réforme.

Unedic : report de la réforme

Unedic : report de la réforme

 

Comme la réforme des retraites, la réforme de l’UNEDIC est reportée au mois de décembre. Cette réforme très drastique aurait réduit de manière significative et significative à la fois le nombre de bénéficiaires et le montant de certaines indemnisation. Du fait du Coronavirus au contraire, on va étendre les conditions d’indemnisation du chômage en particulier partiel.  Du coup la réforme ne tient plus

 

Elle n’entrera pas en vigueur le 1er avril comme prévu. En raison de la « situation exceptionnelle » dans laquelle se trouve la France, la réforme de l’indemnisation chômage va être reportée au 1er septembre, a annoncé, lundi 16 mars, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, sur BFMTV et RMC, en raison de l’épidémie de coronavirus. Elle a précisé qu’un décret serait publié dans les 48 heures à ce sujet.

La ministre a annoncé également la mise en place d’un « système similaire au chômage partiel » pour les personnes employées à domicile (assistantes maternelles, femmes de ménage…). Elles recevront 80% de leur salaire par l’employeur, qui sera remboursé par le Cesu.

Pour les travailleurs indépendants, une décision sera prise dans les heures ou les jours qui viennent, a indiqué Muriel Pénicaud. La perte de leur chiffre d’affaires sera indemnisée « soit par un fonds d’indemnisation, soit par une dérogation aux arrêts maladie ».

Cette réforme durcit notamment le calcul de l’allocation pour les « permittents », ces travailleurs qui alternent contrats courts et périodes de chômage et qui sont nombreux dans les secteurs les plus touchés par la crise, comme le tourisme, la restauration ou l’événementiel. Elle est depuis le début vivement critiquée par les syndicats qui demandent son abandon.

Réforme retraite:  » un système pour régresser »

Réforme retraite:  » un système pour régresser »

Catherine Zaidman, ancienne cadre de la fonction publique, experte du système de retraite, dénonce dans une tribune au « Monde » les arguments invoqués par le gouvernement pour justifier la nécessité de la réforme.

 

Tribune. Lorsque le débat sur la réforme des retraites a été lancé en décembre 2019, l’argument avancé était qu’un « système de retraite universel en points » réduirait fortement les inégalités actuelles qui font que les plus aisés, les hommes, les mono-pensionnés sont aujourd’hui les grands bénéficiaires des règles retenues à ce jour pour calculer le droit à pension de chacun.

« Dans le nouveau système proposé, un euro cotisé donne les mêmes droits », est-il martelé dans les médias. Il nous a été expliqué, avec beaucoup d’assurance, que le nouveau système permettrait à chacun d’entre nous de savoir à tout moment combien il pouvait espérer à la lecture de son compte « retraite », sur lequel seraient comptabilisés tous ses points accumulés au cours de sa carrière. Cela était présenté comme une grande avancée par rapport à la situation actuelle, avec ses quarante-deux régimes et leurs règles de calcul toutes différentes.

Or une telle présentation est totalement erronée.

S’il est exact que chacun pourra connaître à chaque instant le nombre de points accumulés, cela ne donne aucune information fiable sur le montant de la pension qu’il peut espérer à moyen ou long terme. En effet, le montant de la pension au jour de son départ à la retraite dépend non seulement du nombre de points accumulés, mais encore de la valeur du point déterminée à ce moment-là. Or, celle-ci n’est pas garantie et peut évoluer annuellement en fonction des besoins financiers du régime.

S’il est exact que chacun pourra connaître à chaque instant le nombre de points accumulés, cela ne donne aucune information fiable sur le montant de la pension qu’il peut espérer à moyen ou long terme

Pour s’en convaincre il suffit de reprendre l’évolution des taux de rendement instantanés de l’Agirc et de l’Arrco, régimes complémentaires en points des salariés du secteur privé. Entre 1973 et 2019, ils ont été divisés respectivement par 1,9 et 2,4, passant ainsi de 11,1 % à 5,81 % à l’Arrco et de 13,6 % à 5,81 % à l’Agirc.

Une des caractéristiques majeures des régimes en points est en effet leur adaptabilité au contexte démographique et économique, le montant de la pension à la liquidation pouvant être plus facilement ajusté dans un régime en points que dans un régime en annuités.

Gardons-nous toutefois de toute naïveté. En réalité, que les régimes soient en points ou en annuités, ils mobilisent, pour assurer leur équilibre financier, les trois leviers que sont le décalage de l’âge de départ, le niveau des pensions (à la liquidation mais également une fois la retraite liquidée), ou encore le niveau des ressources (cotisations et autres). »

 

Réforme Retraites: les améliorations que souhaite la CFDT

Réforme Retraites: les améliorations que souhaite la CFDT

 

 

La CFDT est assez critique vis-à-vis du 49 -3, elle attendait que des députés de la majorité notamment intègrent ses préoccupations en particulier  concernant la pénibilité , l’axe  central d’une plus grande justice sociale. Pour l’instant ,le nouveau texte du gouvernement présenté au Parlement est encore relativement flou  à ce propos. Il est vrai que le Premier ministre dans une lettre à invité les partenaires sociaux à lui faire des propositions dans ce domaine est aussi concernant l’équilibre des comptes. La lettre du Premier ministre mentionne bien les souhaits des syndicats réformistes en particulier de la CFDT concernant la prise en compte de la pénibilité mais le Premier ministre ne dit pas exactement ce qu’il intégrera à la fin.

Comprend mal la précipitation du gouvernement puisque  il s’agit dune  réforme dont l’effet n’aura totalement  d’impact que d’ici 20 ou 30 ans. En réalité, le pouvoir est lancé dans une course poursuite réformiste pour montrer sa volonté de transformation du pays et reconquérir un terrain perdu non seulement à gauche depuis longtemps mais aussi à droite où l’on s’intéresse notamment à propos de l’étatisation du système et du manque d’affichage clair des objectifs.

 

Macron a utilisé le contexte des préoccupations sur le Coronavirus soudainement et subrepticement pour sortir virus du 49-3. L’idée est simple voire simpliste, à savoir les Français sont tellement préoccupés par les risques relatifs au virus chinois qu’ils vont avaler sans trop de difficultés la procédure brutale du 49-3 qui met fin à tous les amendements du Parlement.

 

En même temps, ce n’est pas un cadeau pour les organisations réformistes qui comptaient sur le Parlement pour introduire des amendements dans le sens de leurs  préoccupations notamment relatives à la pénibilité. De ce point de vue, le gouvernement se tire un peu une balle dans le pied car il est possible que des syndicats réformistes rejoignent maintenant le camp des syndicats gauchistes en tout cas qu’ils manifestent leur opposition aux nouveaux textes imposés par le gouvernement. Dans l’attente d’un vrai positionnement du gouvernement notamment à propos de la pénibilité, La CFDT maintient la pression sur le gouvernement, Edouard Philippe ayant dégainé samedi le recours à l’article 49-3 pour faire adopter le texte de la réforme sur les retraites sans vote à l’Assemblée nationale.

« On déplore que le débat de fond soit encore escamoté, c’est une occasion de perdue », a regretté le négociateur retraites de la CFDT, Frédéric Sève.

« Le Premier ministre s’est engagé à présenter un texte différent qui intègre des améliorations mais sans prendre en compte à ce stade notre demande prioritaire: la pénibilité qui touche les travailleurs soumis aux manutentions de charges lourdes, aux postures pénibles, aux vibrations mécaniques et aux risques chimiques ne donnera toujours pas droit à réparation et à un départ anticipé », a déploré la première centrale syndicale française plus tard.

Pour son secrétaire général Laurent Berger, « le gouvernement vient de faire le choix du 49-3, mais pas encore celui de la justice sociale ». « Inquiet sur le contenu du texte », il demande, dans un entretien au quotidien Le Parisien, d’améliorer le projet de loi sur plusieurs points.

  • « Pour les agents publics qui touchent peu de primes, la CFDT revendique qu’il y ait une clause de sauvegarde leur garantissant à terme un niveau de pension au moins égal à ce qu’il est aujourd’hui » explique-t-il.
  • Laurent Berger demande aussi au Premier ministre « d’améliorer le texte avec une réelle prise en compte de la pénibilité mais aussi la sécurisation des transitions. On demande aussi que la pension minimale soit fixée à 85 % du smic dès 2022 et non pas à partir de 2025. »

 

  • Sur le point précis de la prise en compte de la pénibilité, selon lui, « le texte est trop évasif, même si je note qu’il y a eu des avancées sur la prévention et la reconversion. »
  • Enfin en matière de droits familiaux, « la majoration de pension par enfant doit être forfaitisée ou à tout le moins définir un plancher pour profiter davantage aux basses pensions. La partie de cette majoration attribuée au titre de la maternité doit être accrue et une majoration supplémentaire pour enfant handicapé doit également être intégrée » souligne le responsable de la CFDT.

Retraites: manque de confiance dans la réforme (Jean Pisani-Ferry)

Retraites: manque de confiance dans la réforme (Jean Pisani-Ferry)

Jean Pisani-Ferry, Professeur ­d’économie à Sciences Po , un  des inspirateur de la réforme,  souligne cette nécessité et en même temps les incertitudes facteurs d’inquiétude relatifs notamment à l’indexation.

 

 

« Pour la grande majorité des actifs, et en particulier pour les plus jeunes, la question la plus lourde, en matière de retraites, est de savoir sur quel niveau de pension ils vont pouvoir compter demain. Alors que le régime universel par points se voulait une réponse à la montée de l’anxiété face à l’avenir que signalent toutes les enquêtes, le projet de réforme du gouvernement n’a jusqu’ici réussi qu’à attiser les angoisses. Et, alors que l’enjeu de la sécurisation des pensions devrait être au centre des débats sur le futur système, il est largement occulté par les controverses sur l’âge pivot et les régimes spéciaux.

Un régime par répartition est un contrat par lequel les actifs investissent collectivement dans les performances économiques futures du pays. Au lieu d’acheter des titres financiers, comme avec la capitalisation, ils acquièrent collectivement des droits sur la croissance à venir. L’objet des règles de la répartition est de définir avec précision ces droits.

La Sécurité sociale de l’après-guerre avait généralisé des droits qui se sont révélés insoutenables. Les réformes engagées à partir des années 1990 les ont donc remis en cause, en particulier en indexant les droits accumulés chaque trimestre (ce qu’on appelle « les salaires portés au compte ») sur les prix, au lieu des salaires. Combinée aux mesures d’âge qui se sont succédé, cette mesure subreptice mais puissante a permis de ramener le régime par répartition au voisinage de l’équilibre. Ce mode d’indexation n’est cependant ni équitable – il pénalise celles et ceux dont la fin de carrière a été difficile – ni économiquement défendable. Contrairement à ce que disent tous les avocats du statu quo, le temps est venu de définir, pour l’avenir, de nouvelles règles de revalorisation des droits.

Cette redéfinition figure dans le projet de loi. Les principes en sont posés : les droits – c’est-à-dire à la fois la valeur du point et son taux de conversion en pension, qu’on appelle « valeur de service » – seront indexés sur le revenu moyen par tête (la polémique qui s’est ouverte sur cet indice est sans objet car rien ne fait obstacle à sa mesure objective) ; l’âge d’équilibre évoluera en fonction de l’espérance de vie ; les pensions elles-mêmes seront, comme aujourd’hui, indexées sur les prix.

Mais le texte en discussion au Parlement reste elliptique sur plusieurs points importants : l’indexation ne sera complète qu’en 2045 ; elle s’appliquera par défaut, en l’absence de décision en sens contraire de la caisse de retraite ou du gouvernement ; et elle sera soumise à une règle d’or imposant le respect de l’équilibre financier sur cinq ans. »

Réforme des retraites : seulement 92 000 personnes dans la rue

Réforme des retraites : seulement 92 000 personnes dans la rue

Manifestation après manifestation, la participation ne cesse de diminuer s’inscrivant ainsi dans une sorte de logique d’érosion qu’a déjà connue le mouvement des gilets jaunes et pour les mêmes raisons à savoir l’irresponsabilité dans la conduite des mouvements sociaux. Comme pour le mouvement des gilets jaunes les dirigeants d’inspiration gauchiste usent les troupes jusqu’à l’épuisement. Une stratégie surtout pour créer davantage de désillusions, de rancœurs en espérant peut-être que les déçus voteront contre le pouvoir en place. Pas vraiment une stratégie d’organisation syndicale dont l’objet est d’obtenir par la négociation le maximum d’avantages pour ses mandants. Cela suppose d’abord une bonne connaissance des dossiers, ce qui est loin d’être le cas puisque souvent dans ces organisations on se contente d’analyses très superficielles. Aussi le sens du compromis. En réalité quand on veut rester sur des positions extrémistes, le plus souvent on aboutit à des résultats qui sont ceux du milieu patronal gouvernemental. On sert ainsi d’une certaine façon inconsciemment peut-être les intérêts du pouvoir en place et des patrons. En plus avec l’effet boomerang des déçus non seulement de la politique du pouvoir mais aussi du syndicalisme. D’où la perte d’audience dans l’opinion des syndicats radicaux puisque progressivement des syndicats réformistes sont devenus majoritaires en France. De ce point de vue, il ne faut pas confondre le pouvoir dans la rue et le pouvoir dans les entreprises. Les opposants à la réforme des retraites espéraient maintenir la mobilisation ce jeudi en cette période de vacances scolaires, lors d’une dixième journée interprofessionnelle de manifestations, organisée en plein examen chahuté du projet de loi à l’Assemblée nationale. La mobilisation était toutefois en baisse ce jeudi.

D’après le ministère de l’Intérieur, 92.000 personnes ont manifesté en France, dont 7800 à Paris. La CGT a, elle, revendiqué 50.000 manifestants à Paris. Lors de la 9ème journée de mobilisation, le 6 février, l’Intérieur avait compté 121.000 personnes dans toute la France, dont 15.000 à Paris, une participation en hausse par rapport à la journée de mobilisation précédente, le 30 janvier (108.000 en France et 13.000 à Paris).

Micro réforme de l’ENA ?

Micro  réforme de l’ENA ?

 

Un rapport demandé par le chef de l’État lui-même et qui ne parvenait pas à sortir compte tenu des contradictions internes des membres de la mission chargée de réfléchir sur le sujet. Finalement comme au restaurant, on pourrait aboutir à un menu à choix multiples  avec différentes hypothèses laissant ainsi le pouvoir politique décider  le cas échéant. Pour démocratiser l’institution , on fera l’aumône de 10 places pour les pauvres !  Rien n’est sûr d’ailleurs dans ce  domaine car les oppositions notamment entre Matignon et l’Élysée sont importantes parce que la réforme de l’ENA n’est pas forcément le bon sujet.

 

La question de la suppression de l’ENA revient à la surface avec la sortie très attendue  du rapport commandé par Macron a F.  Thiriez ( énarque et responsable du foot français). Macron avait préconisé la suppression de cette école. Comme on connaît les trésors  de la sémantique politique, cela veut  tout dire et rien dire à la fois;  l’éventail, des possibilités allant de la destruction à l’aménagement en passant par un simple coup de  peinture.

 Ce n’est d’ailleurs pas forcément l’ENA qui constitue en tant que telle la grande tare française qui alimente la machine administrative et ce qui l’accompagne à savoir les prélèvements obligatoires démentiels . On peut surtout reprocher à l’ENA d’être une sorte de mafia d’élites qui se réservent  les postes prestigieux du conseil d’Etat, de la Cour des Comptes, des entreprises publiques et  autres administration sans avoir la même la moindre expérience socio-économique et même administrative. Ce corps d’élites constitue une sorte de mafia dans la mesure où les anciens élèves sont présents partout dans la haute administration bien sûr mais aussi dans la politique et dans les entreprises. Leur recrutement est donc utile sinon indispensable pour bénéficier surtout de leur carnet d’adresses.

La véritable réforme n’est pas seulement celle d’une école fut- elle aussi prestigieuse. Ce qui s’  imposerait, c’est une révolution copernicienne du champ régalien. Nombre d’activités dans lesquelles s’inscrit l’État n’ont pas grand-chose à voir avec l’intérêt général , d’autres  pourraient être utilement sous-traitées par voie de délégation de service public par exemple. À l’évidence, on diviserait les coûts au moins par deux tout en augmentant la performance;

 Il est clair que les champs  régaliens doivent être plus réduits géographiquement et en même temps mieux assurés  alors que pour l’instant la grande grosse partie des moyens financiers est au service d’une masse salariale que plus personne ne contrôle compte tenu de la dérive des effectifs centraux et surtout territoriaux. L’État doit bien entendu conserver son rôle de régulateur mais cela ne signifie pas pour autant qu’il  doive assurer aussi la fabrication de boîtes de conserve ou d’automobiles. Cette dispersion nuit aux investissements sur des enjeux autrement plus stratégiques comme par exemple le numérique, l’environnement, les énergies nouvelles comme l’hydrogène ou encore la recherche  en général, médicale en particulier.

 

La réforme de l’État sur des champs plus restreints doit parallèlement s’accompagner d’une véritable décentralisation, ce qui n’a jamais été le cas puisque tout dépend encore pour l’essentiel des supers gendarmes que sont les préfets qui décident de tout en dernier ressort. La décentralisation a surtout créé des milliers et des milliers de postes politiques et administratifs sans réel effet en  matière socio-économique voir culturelle. Elle a surtout permis d’alimenter une baronnie qui reproduit à son niveau les phénomènes du pouvoir central.  Force cependant est de constater que la réforme de l’État est à peu près le seul champ politique dans lequel Macron a refusé de s’investir pour l’instant. Sans doute un investissement trop risqué, trop complexe mais qui pourtant nourrit le manque de compétitivité de l’économie du fait de l’étouffement administratif et des prélèvements obligatoires.

La réforme de l’ENA repoussée aux calendes ?

La  réforme de l’ENA repoussée aux calendes ?

 

Un rapport demandé par le chef de l’État lui-même et qui ne parvient pas à sortir compte tenu des contradictions internes des membres de la mission chargée de réfléchir sur le sujet. Finalement comme au restaurant, on pourrait aboutir à un menu à choix multiples  avec différentes hypothèses laissant ainsi le pouvoir politique décider  le cas échéant. Rien n’est sûr d’ailleurs dans ce domaine car les oppositions notamment entre Matignon et l’Élysée sont importantes parce que la réforme de l’ENA n’est pas forcément le bon sujet.

 

La question de la suppression de l’ENA revient à la surface avec la sortie très attendue  du rapport commandé par Macron a F.  Thiriez ( énarque et responsable du foot français). Macron avait préconisé la suppression de cette école. Comme on connaît les trésors  de la sémantique politique, cela veut  tout dire et rien dire à la fois;  l’éventail, des possibilités allant de la destruction à l’aménagement en passant par un simple coup de  peinture.

 Ce n’est d’ailleurs pas forcément l’ENA qui constitue en tant que telle la grande tare française qui alimente la machine administrative et ce qui l’accompagne à savoir les prélèvements obligatoires démentiels . On peut surtout reprocher à l’ENA d’être une sorte de mafia d’élites qui se réservent  les postes prestigieux du conseil d’Etat, de la Cour des Comptes, des entreprises publiques et  autres administration sans avoir la même la moindre expérience socio-économique et même administrative. Ce corps d’élites constitue une sorte de mafia dans la mesure où les anciens élèves sont présents partout dans la haute administration bien sûr mais aussi dans la politique et dans les entreprises. Leur recrutement est donc utile sinon indispensable pour bénéficier surtout de leur carnet d’adresses.

La véritable réforme n’est pas seulement celle d’une école fut- elle aussi prestigieuse. Ce qui s’  imposerait, c’est une révolution copernicienne du champ régalien. Nombre d’activités dans lesquelles s’inscrit l’État n’ont pas grand-chose à voir avec l’intérêt général , d’autres  pourraient être utilement sous-traitées par voie de délégation de service public par exemple. À l’évidence, on diviserait les coûts au moins par deux tout en augmentant la performance;

 Il est clair que les champs  régaliens doivent être plus réduits géographiquement et en même temps mieux assurés  alors que pour l’instant la grande grosse partie des moyens financiers est au service d’une masse salariale que plus personne ne contrôle compte tenu de la dérive des effectifs centraux et surtout territoriaux. L’État doit bien entendu conserver son rôle de régulateur mais cela ne signifie pas pour autant qu’il  doive assurer aussi la fabrication de boîtes de conserve ou d’automobiles. Cette dispersion nuit aux investissements sur des enjeux autrement plus stratégiques comme par exemple le numérique, l’environnement, les énergies nouvelles comme l’hydrogène ou encore la recherche  en général, médicale en particulier.

 

La réforme de l’État sur des champs plus restreints doit parallèlement s’accompagner d’une véritable décentralisation, ce qui n’a jamais été le cas puisque tout dépend encore pour l’essentiel des supers gendarmes que sont les préfets qui décident de tout en dernier ressort. La décentralisation a surtout créé des milliers et des milliers de postes politiques et administratifs sans réel effet en  matière socio-économique voir culturelle. Elle a surtout permis d’alimenter une baronnie qui reproduit à son niveau les phénomènes du pouvoir central.  Force cependant est de constater que la réforme de l’État est à peu près le seul champ politique dans lequel Macron a refusé de s’investir pour l’instant. Sans doute un investissement trop risqué, trop complexe mais qui pourtant nourrit le manque de compétitivité de l’économie du fait de l’étouffement administratif et des prélèvements obligatoires.

Etat: Une réforme de la fonction publique à l’envers

Etat: Une réforme de la  fonction publique  à l’envers

 

C’est tout le paradoxe du gouvernement qui ne cesse de répéter que le débat vise à aborder les grands enjeux pour définir de nouvelles orientations et dans le même temps qui déroule  ses réformes  par exemple  sur la fonction publique. Pourtant, il est clair que c’est la remise en question du lien entre la fiscalité et le service public qui peut remettre à plat le concept de service public, les organisations appelées à le prendre en charge et le statut des personnels. Trois dimensions à distinguer et qui comportent quand même des liens. Cependant l’amalgame des trois aspects évoqués ne peut conduire qu’à la plus grande confusion, au corporatisme et en fait au maintien d’une administration omnipotente et en même temps obsolète. De ce point de vue, les organisations syndicales ont raison de demander que soit reporté le projet de loi sur la fonction publique en attendant les conclusions du grand débat. Mais des conclusions qui ne seront pas nécessairement favorables aux thèses de certains syndicats qui demandent sans cesse des augmentations d’effectifs au nom d’une conception corporatiste du concept de service public. Il importe en effet dans l’ordre de définir la nature des tâches régaliennes de l’État, les champs applications. Ensuite de préciser les organismes et institutions responsables de son exécution. Et enfin de définir les moyens y compris en termes d’effectifs et de conditions sociales des intéressées. Or cette grande réforme du service public aura des difficultés à se mettre en œuvre compte tenu du corporatisme de base mais aussi du sommet qui nourrit directeurs, sous-directeurs qui trouvent  ainsi des débouchés à la sortie de l’ENA et autres grandes écoles. Plus vraisemblablement, on va se limiter à une politique du coup de rabot visant à supprimer environ 120 000 postes d’ici la fin du mandat de Macron dont 50 000 postes relevant de l’État collectivités locale. Ce coup de rabot ne permettra pas de répondre à la question posée par Macron dans le grand débat:  « Comment faire évoluer le lien entre impôts, dépenses et services publics pour mieux répondre aux besoins des Français ? » De fait, dans certaines parties du territoire, ce lien paraît de plus en plus ténu voire inexistant, en tout cas très de plus en plus éloigné. Dans nombre de villages, il y a déjà longtemps qu’il n’existe pratiquement plus de services publics et le dernier qui semblait devoir résister, à savoir la Poste, disparaît aussi. En cause évidemment,  un  aménagement du territoire qui privilégie l’hyper concentration autour de quelques centres et qui conduit le reste à la désertification.  . La mode aujourd’hui est à la métropolisation, c’est à dire à la sururbanisation (qui constitue pourtant une  aberration environnementale) tandis que certaines  petites villes, des villages s’appauvrissent, des villes moyennes stagnent ou régressent. L’élément le plus significatif de cette désertification c’est la raréfaction de l’emploi. Du coup,  les populations sont contraintes de rechercher des embauches de plus en plus loin de leur domicile (20, 30, 50 kms). Jusqu’au  jour où elles décident de quitter leur zone d’habitat pour  rejoindre des zones plus riches en emplois et en services. Pour preuve de cette désertification : la baisse dramatique de la valeur du patrimoine immobilier. Par manque de populations,  les services rétrécissent comme peau de chagrin. Le cœur de la problématique de la désertification, c’est la disparition de l’emploi qui génère mécaniquement la fermeture des commerces et des services. La réactivation des villes moyennes, des  zones rurales défavorisées passe d’abord par une  analyse fine des réalités et de leur évolution sur longue période (emploi, PIB,  population, services etc.) ; aussi  par une prise en compte des  typologies différenciées des zones dont l’approche globale masque les disparités. Au-delà,  il convient d’agir sur les  leviers susceptibles d’abord de fixer la population active existante et d’encourager la création d’emplois. Bien entendu une  commune ne peut, à elle seule, inverser ces tendances lourdes même si elle peut intervenir utilement dans le champ actuel  de sa  responsabilité. Beaucoup de communes se préoccupent de leur développement pour autant l’environnement défavorable limite leur action (fiscalité, réglementation, transport, équipements et services). En fonction de certains scénarios économiques, sociaux et démographiques, en 2040-2050,  certains villages se transformeront en zones pour retraités voire même disparaîtront (d’autant qu’à cette date un  Français sur trois aura plus de 60 ans). L’activité économique interagit sur la qualité et le niveau des services et réciproquement. Si localement on se préoccupe légitimement des équipements et des services publics, par contre le soutien à l’emploi et à l’économie locale en particulier est plus déficient. Or en fonction du rythme de destruction  des emplois locaux, ce devrait être aussi une priorité. Encore une  fois compte tenu de la mode de la « métropolisation » ‘ pas spécifique à la France, il y a fort à parier qu’on pourra attendre encore longtemps des mesures significatives pour le développement rural des zones défavorisées. On ne saurait se limiter  à quelques dispositions certes utiles mais très insuffisantes (couverture internet, bureau de poste, quelques services …peut-être). . Parallèlement on doit aussi s’interroger sur le concept même de service public, son coût, son fonctionnement et son financement ; en effet, si le rythme de suppression des  services s’accélère, c’est notamment pour des raisons socio-économiques évoquées précédemment mais aussi à cause d’un coût que la collectivité a du mal à assumer. Ce coût explique largement que le pays détienne le double record du monde de prélèvement obligatoire et de dépenses publiques par rapport au PIB. Un record qui porte atteinte à la compétitivité donc aussi à l’emploi. Dans son acception un peu générale, la tendance est forte d’assimiler service public, secteur  public voire statut des personnels. Trois notions pourtant à distinguer. La première découle du champ régalien de l’État (ou plus généralement des collectivités)  lequel mériterait sans doute d’être mieux défini, sans doute plus restreint et en même temps mieux assumé.  Certaines tâches doivent être toujours être assumés par l’État directement mais sans nécessairement gérer directement la logistique. La deuxième confusion concernant le service public vise le statut des personnels. Si on peut comprendre par exemple  que les infirmières ou ASH soient fonctionnaires, c’est plus discutable pour les jardiniers, les menuisiers, et autres comptables. Le problème c’est qu’on résume souvent la problématique des conditions de travail par exemple du personnel des hôpitaux à celle des infirmières. La troisième dimension du service public est liée à la structure juridique qui l’effectue. Or rien n’indique que l’intérêt général doive être exclusivement assumé par le secteur public. De nombreuses fonctions d’intérêt général sont en effet exercées notamment  par voie de délégation à des organisations parapubliques ou privées (santé, transport, formation etc.) Du coup, l’amalgame des trois définitions conduit souvent en fait à masquer une défense corporatiste et coûteuse du service public qui au total porte atteinte à la qualité, à l’accessibilité et à la compétitivité de ce service. Faute de cela non seulement tout service public disparaîtra des petites communes mais nombre de fonctions d’intérêt général vont aussi s’étioler dans les petites et moyennes villes (les hôpitaux par exemple).  La problématique n’est pas simple, le service public pour certaines de ses activités constitue un atout indiscutable pour le progrès social mais aussi économique, il n’en demeure pas un  boulet financier qui hypothèque son avenir. Avant d’envisager cette réforme du service public, il sera nécessaire au préalable de procéder à une évaluation qualitative et quantitative des contenus, du fonctionnement et du coût. L’évaluation qualitative est indispensable car ce n’est par la même chose par exemple en terme d’accessibilité d’avoir la possibilité d’obtenir un rendez vous au bout de 15  jours ou au bout de 5 mois chez un cardiologue ou un ophtalmologue. Autre exemple, Ce n’est pas non plu la même chose de disposer en permanence de la 4G en téléphonie mobile et de recevoir des SMS le lendemain de leur émission dans le zones blanches ou mal couvertes. Enfin, le traitement est différent quand il suffit de  faire 500 m pour retirer 100 euros à la Poste ou faire 40 kms.

La réforme de l’ENA repoussée aux calendes ?

La  réforme de l’ENA repoussée aux calendes ?

 

Un rapport demandé par le chef de l’État lui-même et qui ne parvient pas à sortir compte tenu des contradictions internes des membres de la mission chargée de réfléchir sur le sujet. Finalement comme au restaurant, on pourrait aboutir à un menu à choix multiples  avec différentes hypothèses laissant ainsi le pouvoir politique décider  le cas échéant. Rien n’est sûr d’ailleurs dans ce domaine car les oppositions notamment entre Matignon et l’Élysée sont importantes parce que la réforme de l’ENA n’est pas forcément le bon sujet.

 

La question de la suppression de l’ENA revient à la surface avec la sortie très attendue  du rapport commandé par Macron a F.  Thiriez ( énarque et responsable du foot français). Macron avait préconisé la suppression de cette école. Comme on connaît les trésors  de la sémantique politique, cela veut  tout dire et rien dire à la fois;  l’éventail, des possibilités allant de la destruction à l’aménagement en passant par un simple coup de  peinture.

 Ce n’est d’ailleurs pas forcément l’ENA qui constitue en tant que telle la grande tare française qui alimente la machine administrative et ce qui l’accompagne à savoir les prélèvements obligatoires démentiels . On peut surtout reprocher à l’ENA d’être une sorte de mafia d’élites qui se réservent  les postes prestigieux du conseil d’Etat, de la Cour des Comptes, des entreprises publiques et  autres administration sans avoir la même la moindre expérience socio-économique et même administrative. Ce corps d’élites constitue une sorte de mafia dans la mesure où les anciens élèves sont présents partout dans la haute administration bien sûr mais aussi dans la politique et dans les entreprises. Leur recrutement est donc utile sinon indispensable pour bénéficier surtout de leur carnet d’adresses.

La véritable réforme n’est pas seulement celle d’une école fut- elle aussi prestigieuse. Ce qui s’  imposerait, c’est une révolution copernicienne du champ régalien. Nombre d’activités dans lesquelles s’inscrit l’État n’ont pas grand-chose à voir avec l’intérêt général , d’autres  pourraient être utilement sous-traitées par voie de délégation de service public par exemple. À l’évidence, on diviserait les coûts au moins par deux t en augmentant la performance

 

 Il est clair que les champs  régaliens doivent être plus réduits géographiquement et en même temps mieux assurés  alors que pour l’instant la grande grosse partie des moyens financiers est au service d’une masse salariale que plus personne ne contrôle compte tenu de la dérive des effectifs centraux et surtout territoriaux. L’État doit bien entendu conserver son rôle de régulateur mais cela ne signifie pas pour autant qu’il  doive assurer aussi la fabrication de boîtes de conserve ou d’automobiles. Cette dispersion nuit aux investissements sur des enjeux autrement plus stratégiques comme par exemple le numérique, l’environnement, les énergies nouvelles comme l’hydrogène ou encore la recherche  en général, médicale en particulier.

 

La réforme de l’État sur des champs plus restreints doit parallèlement s’accompagner d’une véritable décentralisation, ce qui n’a jamais été le cas puisque tout dépend encore pour l’essentiel des supers gendarmes que sont les préfets qui décident de tout en dernier ressort. La décentralisation a surtout créé des milliers et des milliers de postes politiques et administratifs sans réel effet en  matière socio-économique voir culturelle. Elle a surtout permis d’alimenter une baronnie qui reproduit à son niveau les phénomènes du pouvoir central.  Force cependant est de constater que la réforme de l’État est à peu près le seul champ politique dans lequel Macron a refusé de s’investir pour l’instant. Sans doute un investissement trop risqué, trop complexe mais qui pourtant nourrit le manque de compétitivité de l’économie du fait de l’étouffement administratif et des prélèvements obligatoires.

 

Réforme des retraites: quelle facture finale

Réforme des retraites: quelle  facture finale

Théoriquement, la réforme des retraites visait  à couvrir un déficit de è à 17 milliards en 2025. . Une évaluation tout à fait approximative car évidemment n’ont pas été intégrées  les modifications déjà apportées à la réforme initiale et celles qui sont en cours. Il faudra en particulier intégrer  des mesures salariales destinées à l’éducation nationale mais aussi le coût des nombreuses exemptions et autres périodes de transition pour les régimes particuliers qui vont se substituer aux régimes spéciaux.

Dans une étude de l’Institut de recherches économiques et fiscales (Iref), relayée par Le Figaro, il faudra trouver 13,318 milliards d’euros en plus pour revaloriser les salaires des fonctionnaires et payer les cotisations patronales qui seront dues par l’Etat sur les primes, dans le cas où la réforme du régime universel se met en place comme prévu.

Rien que pour l’Education nationale, il faut ainsi compter 3,6 milliards de primes additionnelles, sur lesquelles l’Etat devra payer 4,5 milliards d’euros de cotisations, ce qui représente 8,1 milliards d’euros.  Pour les autres ministères, prendre en compte les primes dans le calcul des pensions engendrera 5,190 milliards d’euros de cotisations patronales en plus à payer par l’Etat. Ce qui fait 13,32 milliards d’euros à trouver.

Une somme qui pourrait être revue à la hausse, note l’institut, si « le Gouvernement confirme son intention, pour ne pas réduire le montant net des salaires de ses fonctionnaires, de prendre en charge les cotisations salariales correspondantes ». Dans ce cas, il faudrait trouver quasiment 15 milliards d’euros. A cela s’ajoute le cout des exemptions définitives et dérogations temporaires qui pourraient bien faire montre la facture à 20 milliards au moins auquel il faudra ajouter le déficit initial prévu jusqu’à 17 milliards  , soit une quarantaine de milliards. Bref une dérive de plus en plus incontrôlable en dépit des très grandes  incertitudes des évaluations. Au total, la reforme pourrait se révéler plus couteuse que le dispositif actuel d’autant que le report de l’âge de la retraite de certain sénior risque de transformer d’anciens potentiels retraités en chômeurs ou allocataires d’aides sociales en attendant 64 ans.

Plus le temps passe et plus la réforme des retraites ne ressemble à aucune des précédentes. Et, en tout cas, pas à celle de 2010 où chaque député savait, dès le début du débat parlementaire, à quoi s’en tenir. Éric Woerth, le ministre du Travail, avait en effet été clair dès la présentation du projet de loi. Le relèvement de deux ans de l’âge de départ sur une période de huit ans – délai raccourci d’un an fin 2011, en raison de la crise – devait permettre de combler la moitié des 40 milliards d’euros de besoin de financement de l’ensemble des régimes à horizon 2020. Une donnée objective sur laquelle aucun élu n’avait de prise.

« Réforme des retraites : un massacre »

 « Réforme des retraites : un  massacre »

 

Un régime de moins en moins démocratique, un massacre pour les grévistes  mais aussi pour le gouvernement  estime, dans une tribune au « Monde », un collectif de personnalités, dont Miguel Benasayag, Belinda Cannone, Dominique Méda et Bernard Stiegler. (Tribune du monde)

 

Tribune.

 

«  L’avenir s’obscurcit. Après plus de cinquante jours de grève, la réforme des retraites ressemble encore à un immense jeu de massacre : d’un côté, des grévistes exténués qui n’obtiennent toujours rien. De l’autre, un gouvernement qui s’apprête à adopter de force une réforme alors qu’elle est refusée, peu ou prou, par les deux tiers des Français, et que plusieurs de ses aspects essentiels, sur le fond comme sur la forme, sont critiqués par le Conseil d’Etat.

Au milieu de ce champ de bataille, un cadavre : notre croyance individuelle et collective en un avenir qui pourrait être meilleur que notre présent – lequel n’est plus, tant s’en faut, « le vierge, le vivace et le bel aujourd’hui », chanté jadis par Mallarmé. On devrait se résigner à travailler plus longtemps, pour des pensions dont il faudrait compenser l’effondrement, en recourant de plus en plus à la retraite par capitalisation… A rabattre ainsi l’inquiétude de l’avenir sur le présent, nous construisons une prison pour nos projets d’aujourd’hui.

 

On comprend alors que la politique n’est plus l’invention d’un avenir commun, elle se réduit, dans les deux camps, à un combat de chiffres : en réaction à un gouvernement qui calcule le futur endettement du système de retraites, les syndicats se voient contraints de calculer les baisses de pension, ce qui a pour effet délétère de faire passer à la trappe, dans les négociations, leurs propositions de progrès social, écologique et féministe, ainsi que leurs alertes sur la souffrance au travail. Il faut dire que le système de retraites à points, de même que les retraites par capitalisation contraindront tout le monde à calculer tout le temps, et à se sentir comptable de chaque baisse de revenus, de chaque accident de la vie et de chaque échec – et d’en subir les conséquences jusqu’à la fin de ses jours.Le système de retraites actuel a au moins l’avantage de garantir une pension d’un montant clairement déterminé. Il est une « assurance » qui permet de laisser libre de s’inventer une autre vie, la retraite venue. Comment l’avenir pourrait-il être désormais autre chose qu’une spéculation inquiète ? Dans notre « aujourd’hui » désabusé, las et laid, les lendemains ne chantent plus. En fait d’avenir et de devenir, on ne peut qu’imaginer un inéluctable réchauffement climatique, la montée des eaux et des inégalités sociales, une probable nouvelle crise financière. Surtout, nous serions condamnés à être spectateurs d’une crise politique majeure qui nous empêche d’envisager toute alternative. »

 

 

Mobilisation contre réforme des retraites : tassement

Mobilisation contre réforme des retraites : tassement

 

L’écart de participation constatée d’une part par le ministère de l’intérieur repart par la CGT n’a jamais été important. : Selon le ministère de l’Intérieur, 108.400 personnes ont manifesté dans toute la France, dont 13.000 à Paris-; l a CGT annonce 180 000 personnes. Globalement, la participation semble bien enregistrer un sérieux tassement. Sans doute compréhensible compte tenu d’une part du très faible nombre de grévistes actuellement dans les transports aussi de la fatigue des protestataires dont la principale revendication à savoir le retrait total de la réforme apparaît assez inatteignable.

Le 24 janvier, lors de la précédente journée d’action, la ministère de l’Intérieur avait recensé 249.000 manifestants dans le pays dont 31.000 à Paris; la CGT en avait compté 1,3 million.

L’intersyndicale CGT, FO, Solidaires, FSU et organisations de jeunesse – la CFE-CGC, qui en fait partie, avait décidé d’une “pause” – marque sa détermination à obtenir le retrait des projets de loi dont l’examen parlementaire débute la semaine prochaine et réfléchit à diversifier le mouvement dont le coût financier est lourd pour de nombreux grévistes.

“L’opinion publique continue à nous soutenir. Nous sommes plus que jamais déterminés à continuer le temps qu’il faudra”, a déclaré la numéro deux de la CGT, Catherine Perret, dans le cortège parisien.

Les partenaires sociaux s’attellent jeudi au volet financier de la future réforme des retraites avec l’objectif à court terme d’un retour à l’équilibre du système en 2027, une mission dont les conclusions, attendues fin avril, sont loin d’être acquises tant les positions divergent.

Réforme des retraites : Une étude d’impact tronquée

Réforme des retraites :  Une étude d’impact tronquée

 

 

 

L’étude d’impact du gouvernement st à la fois trop sommaire et trop biaisée estiment six spécialistes de l’évaluation des politiques publiques, parmi lesquels Thomas Piketty, Dominique Méda et Julia Cagé qui  remettent en cause, dans une tribune au « Monde », la méthodologie et les impasses des « études de cas » présentées par le gouvernement en annexe du projet de loi de réforme des retraites.( tribune au Monde)

 

Cette semaine débutent à l’Assemblée nationale les travaux sur la réforme des retraites. Ce projet s’accompagne d’une étude d’impact ayant pour objectif, comme le prévoit la Constitution, de présenter les effets attendus de la réforme et ainsi éclairer le débat parlementaire et public dans les semaines à venir. Or, malgré un nombre de pages important (1 029), les informations contenues dans l’étude d’impact ne sont pas à la hauteur de l’enjeu démocratique que représente la réforme du système de retraite. Chercheuses et chercheurs d’horizons divers et aux vues divergentes quant aux mérites du projet de réforme initial, nous dénonçons ici les insuffisances des résultats présentés dans cette étude d’impact.

 

Premièrement, la baisse des dépenses de retraite n’est pas présentée de façon explicite. A plusieurs reprises, l’étude d’impact affirme que la trajectoire financière de la réforme est inchangée par rapport à la situation actuelle. Il est par exemple écrit : « La réforme systémique a été calibrée de manière à aboutir au même niveau de dépenses à terme qu’en l’absence de réforme, et de viser ainsi un équilibre de long terme du système de retraites. »

Mais tout en affirmant cela, l’étude présente une trajectoire financière qui incorpore en fait une baisse de dépenses. En effet, dans le cadre de la législation actuelle, le Conseil d’orientation des retraites (COR) projette que les dépenses de retraite vont évoluer, sous l’effet des réformes et de l’évolution des carrières, de 13,8 points de PIB à l’heure actuelle à environ 13,4 points de PIB en 2050 (rapport de juin 2019, scénario à 1,3 % de gain de productivité par an). Avec les mêmes hypothèses, la réforme conduit à un niveau des dépenses égale à 12,9 points de PIB en 2050, soit un écart de 0,5 point de pourcentage par rapport aux projections du système actuel.

Cette évolution s’explique principalement par les effets propres de la réforme systémique et en particulier l’âge d’équilibre évolutif, qui va au-delà des mesures d’âge déjà prévues dans le système actuel. Cet écart traduit la volonté du gouvernement de concilier deux objectifs, changer de système et réduire les dépenses de retraite. On attendrait une exposition explicite de ces choix politiques, plutôt que de suggérer à l’inverse que la réforme ne comporte aucun enjeu financier.

 

Deuxièmement, les cas types étudiés ne rendent pas compte des changements de législation. L’étude d’impact propose une série de cas types pour lesquels la pension est présentée dans le cadre de la législation actuelle et dans le cadre de la réforme. Cette présentation est problématique à plus d’un titre. Tout d’abord, le choix des carrières présentées semble davantage guidé par la volonté de montrer des gagnants que par un souci de représentativité. Ainsi par exemple en choisissant uniquement des cas pour laquelle le début de carrière est de 22 ans et l’âge d’équilibre de 65 ans, l’étude d’impact neutralise les effets défavorables de l’âge d’équilibre pour les carrières commencées avant 22 ans. Ensuite, quelle que soit la génération (1975, 1980, 1990, 2003), les cas sont calculés avec l’âge d’équilibre de la génération 1975, fixé à 65 ans. De ce fait, l’étude ne rend pas compte de l’évolution de l’âge d’équilibre et fait apparaître – tout à fait artificiellement – la réforme plus favorable que la législation actuelle. Il y a donc une différence entre la législation utilisée pour les cas types et celle utilisée pour le scénario de réforme simulé dans le reste de l’étude, correspondant au véritable scénario de réforme. » 

 

 

La réforme des retraites : le grand flou sur la plupart des questions

La réforme des retraites : le grand flou sur la plupart des questions

 

Le premier grand changement c’est de prendre en compte la totalité de la carrière et non comme maintenant les 25 meilleures années. D’où mécaniquement en moyenne une baisse générale des tensions surtout pour les fonctionnaires et autres agents de régime spéciaux dont on prenait les six derniers mois de salaire comme référence.

Qui est concerné par la réforme?

Prévues initialement pour s’appliquer à partir de la génération 1963, les règles de la future réforme s’appliqueront finalement en 2025 aux générations nées après 1975 ou en 85 par exemple pour la SNCF

Pour les fonctionnaires et agents des régimes spéciaux dont l’âge légal de départ à la retraite est de 57 ou 52 ans, les premières générations concernées seront, respectivement, celles de 1980 et de 1985. Le système entrera pleinement en vigueur dès 2022 pour les jeunes nés à partir de 2004, qui auront 18 ans à cette date.

La grande question du financement

Cet aspect a été très critiqué par le conseil d’État en raison du décalage entre le texte initial transmis et des nombreuses exceptions consenties par le gouvernement. Le cadrage financier est particulièrement douteux. Fixer un pourcentage du PIB n’a guère de sens quand on ne connaît pas la valeur de ce PIB. Selon que la croissance sera nulle ou par exemple de 3 % , le contexte sera complètement différent. Il apparaît tout à fait utopique de définir l’enveloppe du PIB  dans 20 ou 30 ans alors qu’on ne sait même pas déjà quels sont les perspectives pour l’année en cours. En conclusion , la complexité du sujet fera sans doute émerger un coût de la réforme bien supérieure à ce qu’il avait été envisagé et même par rapport au système actuel. Rien que pour les enseignants le coût serait de leur de 10 milliards par an  pour effectuer un rattrapage salarial, un coût sans doute du double avec toutes les autres exceptions et transitions.

Sondage Macron- sa popularité victime de la réforme des retraites

Sondage Macron- sa popularité victime de la réforme des retraites

 

Selon un sondage Elabe , 62% des Français se déclarent déçus, 14% jugent son action satisfaisante et 24% lui accordent le bénéfice du doute en estimant qu’il est prématuré de se prononcer sur ce point-là. Un chiffre en hausse, qui « s’observe auprès de l’ensemble des catégories de populations, hormis chez les cadres et les retraités ». 61% des personnes interrogées estiment par ailleurs que le président de la République devrait prendre en compte la contestation de la réforme des retraites et retirer le projet.

Ce n’est pas une nouveauté, mais la cote de popularité d’Emmanuel Macron n’est pas au beau fixe, indique notre dernier sondage réalisé par l’institut Elabe pour BFMTV et publié ce mercredi.

Ainsi, selon cette étude, 61% des personnes interrogées estiment que la contestation actuelle de la réforme des retraites devrait être davantage prise en compte par le chef de l’État et qu’il devrait retirer ce projet, alors qu’il doit être présenté en conseil des ministres vendredi.

« À l’inverse, 39% estiment qu’il a raison de faire cette réforme et qu’elle était dans son programme. C’est notamment le cas des retraités et des cadres », développe Elabe.

Au sujet de cette réforme, Emmanuel Macron est soutenu par 74% de ses électeurs du premier tour de la présidentielle de 2017 interrogés et 62% de ceux de François Fillon.

12345...21



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol