Archive pour le Tag 'réduire'

Page 2 sur 2

Hollande : « comment réduire le chômage sans croissance » ; bonne question !

Hollande : «  comment réduire le chômage sans croissance » ; bonne question !

 

Hollande de toute évidence ne sait pas quoi faire mais il sait au moins poser les bonnes questions. Pas sûr que cela suffise pour faire un bon Président de la république. Il aurait pu se poser la question avant quand il a décrété l’inversion de la courbe du chômage en 2013 ; comme souvent chez les socialistes on parle social en oubliant la dimension économique. En déplacement dans le Doubs, ce vendredi 3 mai, le président de la République a salué les deux années supplémentaires que Bruxelles, est désormais prêt à accorder à la France pour ramener son déficit sous les 3% du PIB: « C’est une nouvelle importante parce qu’elle vient consacrer ce que la France a demandé depuis un an, c’est-à-dire que l’on mette la croissance au premier rang de nos priorités », a-t-il déclaré.  Mais, très vite, le chef de l’Etat a évoqué  la prévision de croissance de Bruxelles: « Je sais le scepticisme et la question qui se pose: comment réduire le chômage alors qu’il n’y a pas de croissance », a-t-il reconnu, citant l’estimation de la Commission européenne (-0,1% de hausse du PIB pour 2013). « Nous prenons ces prévisions pour ce qu’elles sont » et « nous préparons la reprise de la croissance », a-t-il poursuivi. « Un pays comme le notre ne peut pas vivre avec une croissance zéro, car nous avons une forte démographie. Les jeunes arrivent sur le marché de l’emploi, nous devons créer de la croissance ».  Pour lui, il s’agit d’une condition sine qua non pour « faire sortir le pays de la crise, et gagner la bataille de l’emploi ».  Sur ce sujet, Bruxelles a beau ne pas y croire, François Hollande maintient son engagement: inverser la courbe du chômage avant la fin 2013. « C’est un engagement que j’ai pris. Ce n’est pas une parole que j’ai prononcée en l’air. Je sais qu’il y a beaucoup de doutes, de scepticisme, même des prévisions qui ne vont pas dans ce sens », a déclaré le président de la République à la presse, en référence aux prévisions de la Commission européenne, publiée ce même jour.  La Commission table, en effet sur une hausse du chômage français, qui devrait culminer à 10,9% en 2014, selon ses estimations.

 

La Fed va réduire ses achats de Treasuries en 2013

La Fed  va réduire ses achats de Treasuries en 2013

la Réserve fédérale américaine devrait interrompe d’ici la fin de cette année son programme d’achats d’obligations d’Etat destiné à soutenir l’ économie, montre une enquête de Reuters vendredi. Les économistes de huit « primary dealers » (spécialistes en valeurs du Trésor) sur 15 ont dit anticiper l’arrêt en 2013 du programme d’ »assouplissement quantitatif » dans le cadre duquel la Fed achète pour 45 milliards de dollars de Treasuries par mois. Sur ces huit économistes, sept prévoient un arrêt de ce programme au quatrième trimestre alors que le huitième l’anticipe dès juin. Six des 15 économistes interrogés ont jugé que l’arrêt des achats d’obligations du Trésor ne devrait intervenir qu’en 2014 et le dernier a déclaré s’attendre à ce qu’il soit maintenu jusqu’au premier semestre 2016. Le compte-rendu de la dernière réunion de la Fed, publié jeudi, a montré que « plusieurs » hauts responsables de la banque centrale prévoyaient un ralentissement ou un arrêt des achats de Treasuries « bien avant » la fin 2013. La Fed a commencé cette semaine à acheter des obligations à long terme dans le cadre du programme illimité d’achats lancé en remplacement de l’ »Operation Twist » qui consistait à vendre des titres à court terme tout en rachetant des titres à plus long terme. L’Operation Twist a pris fin en décembre. Parallèlement, la Fed achète chaque mois pour 40 milliards de dollars de prêts titrisés dans le but de soutenir l’activité économique. Huit des 15 « primary dealers » prévoient que le taux de chômage aux Etats-Unis sera ramené à 6,5% en 2015 et six autres s’attendent à ce qu’il revienne à ce niveau dès 2014, le dernier anticipant un retour à 6,5% en 2016 seulement. Le mois dernier, la Fed a déclaré qu’elle ne relèverait pas ses taux d’intérêt tant que le taux de chômage resterait supérieur à ce seuil de 6,5%. L’enquête a été réalisée vendredi après la publication des chiffres mensuels du marché du travail, qui font ressortir une stabilité du taux de chômage à 7,8% en décembre.

 

Sondage crise : réduire les coûts pour 73% des entreprises ; le contraire de ce que fait le gouvernement !

Sondage crise : réduire les coûts pour 73% des entreprises ; le contraire de ce que fait le gouvernement !

Selon cette enquête réalisée fin novembre-début décembre auprès de plus de 500 entreprises de tous secteurs, 73% des professionnels « affirment que leur priorité numéro 1 reste la réduction des coûts pour 2013″, un niveau lié au « contexte de crise », mais qui ressort toutefois en baisse de 9 points par rapport à 2012. Cette focalisation sur les coûts varie selon les secteurs. Elle est la première préoccupation de 93% des acheteurs dans les industries manufacturières, que l’on sait soumises à une rude concurrence, juste devant la banque (88%), un secteur où les plans d’économies se sont multipliés dernièrement. Mais le niveau tombe à 47% dans l’énergie, l’eau et les déchets.  AgileBuyer et HEC Alumni relève également que pour les donneurs d’ordre publics ou parapublics, « acheter mieux et acheter moins prend le pas sur acheter moins cher ».  Enfin, la relance du « made in France », chère au ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, ne semble guère mobiliser les acheteurs. Seuls 19% disent avoir un objectif d’achats de biens et services produits en France, à peine plus que pour le « made in Europe » (17%).   »Le tablier bavarois, le chapeau tyrolien ou le kilt écossais n’a pas plus de succès que la marinière », résument ainsi les auteurs de l’étude, pour qui « les objectifs de coûts semblent donc prendre le dessus sur cette volonté affichée par certains médias ou certains politiques de privilégier les achats en France ».  Pour autant, les achats dans les pays à bas coûts ont moins la cote : 32% des acheteurs disent vouloir augmenter leur part d’achats dans ces pays en 2013, contre 40% en 2012. A l’inverse, 55% disent que ce n’est pas un axe de travail pour eux, contre 48% un an plus tôt.  Une baisse d’intérêt qui témoignerait notamment de « mauvaises expériences d’achats dans les pays à bas coûts », et d’une prise en compte grandissante du coût global d’acquisition (intégrant notamment les frais de transport, de change et de maintenance) dans les critères d’achat.

 

UE: 2 ans de plus à Athènes pour réduire son déficit ; du pipeau, on peut accorder 20 ans !

UE: 2 ans de plus à Athènes pour réduire son déficit ; du pipeau, on peut accorder 20 ans !

 

L’union européenne faiat encore semblant se croire aux perspectives de rééquilibrage budgétaire en Grèce. Elle accorder 2 ans de plus là où elle aurait pu accorder 20 ans. De toute manière, la Grèce ne s’en sortira pas ; les saignées imposées tuent sa croissance et ses rentrées fiscales. Responsables, ceux qui ont fait entrer la Grèce dans l’Euro: Draghi en premier en tripatouillant les comptes (avec Goldman Sachs), l’Allemagne contente de vendre ses produits, les autres pays, la Grèce elle-même. Tout cela finira soit par une faillite, soit par une annulation de la dette ( qu’envisage maintenant Merkel). « Les ministres ont approuvé les mesures donnant à la Grèce deux ans de plus pour corriger son déficit excessif, suite à un accord entre le gouvernement grec et la troïka des créanciers », ont-ils indiqué dans un communiqué.  Athènes aura donc jusqu’en 2016, et non plus 2014, pour ramener son déficit budgétaire sous la barre des 3% du PIB, soit dans les clous européens.  Les ministres ont fondé leur décision sur les efforts entrepris par la Grèce en termes de réformes et d’ajustement budgétaire. Le pays a adopté un programme musclé comprenant des économies de 18 milliards d’ici 2016, et un budget pour 2013 imposant 9 milliards d’euros d’économies.  Conscients de ces efforts, la zone euro, le FMI et la BCE avaient décidé le 12 novembre d’accorder deux ans de plus à la Grèce pour ramener ses finances publiques à l’équilibre. Mais ce délai avait un coût d’environ 32 milliards d’euros. Une solution pour le financer a finalement été trouvée la semaine dernière.  La zone euro et le FMI se sont mis d’accord la semaine dernière sur les moyens de réduire nettement la dette grecque, avec l’objectif de la ramener à 124% du PIB d’ici 2020.  Parmi ces mesures, figurent en premier lieu une très complexe opération de rachat de la dette grecque par Athènes, une réduction significative des taux d’intérêt des prêts bilatéraux déjà consentis à la Grèce, un allongement de la durée de remboursement des prêts et un report pour le paiement des intérêts.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol