Archive pour le Tag 'redistribution'

Conflit russo-ukrainien : Redistribution des influences en Afrique ?

Conflit russo-ukrainien  : Redistribution des influences en Afrique ?

Alors que s’intensifie le différend qui oppose, dans la guerre menée contre l’Ukraine, la Russie et l’Union européenne (UE), ces dernières semaines ont été jalonnées par des visites diplomatiques improvisées de délégations européennes sur le continent africain. Une telle frénésie n’est pas innocente. L’enjeu urgent, désormais proclamé, consiste pour les Etats de l’UE à s’affranchir du gaz russe à très court terme. Dans cette perspective, plusieurs pays africains apparaissent comme autant d’opportunités de diversifier leur approvisionnement en gaz. Néanmoins, les Etats africains peuvent-ils devenir autant d’alliés politiques pour l’UE ? Quelles opportunités économiques le développement de l’industrie extractive peut-il représenter pour le continent ? Par Laura Petiot, conseillère juridique, fondatrice et directrice du Cabinet L.P-Consulting.( La Tribune)

 

 

Site dédié au gaz naturel liquéfié (GNL) au Nigéria, près du village de Finima. le Nigéria représente déjà le troisième producteur d’Afrique, et le quatrième fournisseur de gaz naturel liquéfié (GNL) de l’Europe (40% de sa production y est exportée). Le pays a produit près de 50 milliards de m3 de GNL en 2019, mais disposerait en réalité d’une réserve estimée à 5.000 milliards de m3 : de quoi alimenter toute l’Europe sur plus d’une décennie. (Crédits : Reuters)

Dans le conflit qui oppose la Russie à l’Ukraine, les positions publiques exprimées par les Etats africains au sein, notamment, des instances de décision internationales, ont été pour le moins divergentes.

À l’occasion du premier vote de l’Assemblée générale des Nations unies (AGNU) pour l’adoption de la résolution condamnant l’agression militaire russe, intervenu le 2 mars dernier, 28 d’entre eux ont voté en sa faveur, 17 se sont abstenus, 8 n’ont pas voté, et 1 pays (l’Érythrée) a voté contre. L’exemple sénégalais constitue, à ce titre, l’exemple parfait de la « balance » vécue par nombre d’entre eux, et donc de leur difficulté à déterminer un positionnement diplomatique ferme.

Le pays, qui s’est abstenu de voter en faveur de la résolution onusienne, préside en ce moment même l’Union africaine (UA) qui a pourtant appelé de ses vœux au cessez-le-feu immédiat des exactions armées, ainsi qu’au respect impératif du droit international.

Dans l’enceinte onusienne toujours, d’autres Etats africains en ont profité pour réitérer leur attachement au « Mouvement des non-alignés » (MNA) émergé dans le contexte de la guerre froide. Refusant à cette époque de prendre parti pour aucun des deux « Blocs », de l’Est ou de l’Ouest, ils refusent désormais de s’aligner, ni derrière l’OTAN, ni derrière la Fédération de Russie, et démontrent le poids politique que peut jouer leur vote, tout en saisissant ainsi l’occasion de réaffirmer leur indépendance.

Le Mali, quant à lui, s’est abstenu de voter à la fois pour l’adoption de cette première Résolution (« Agression contre l’Ukraine ») et, quelques jours plus tard également, pour l’adoption de la Résolution condamnant les « conséquences humanitaires de l’agression contre l’Ukraine ». Et pour cause. Le Mali est au premier plan des pays africains dans lesquels la Russie multiplie ses incursions militaires et économiques. Depuis plusieurs semaines, elle tente notamment à travers son groupe paramilitaire « Wagner », ainsi que l’organisation sur les réseaux sociaux d’une large campagne de désinformation, de décrédibiliser l’opération française « Barkhane » et, globalement, l’entière présence française au Mali. Il y a quelques jours, son homologue malien alors en visite, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov promettait encore un soutien constant dans la formation des militaires et des policiers maliens, de nouvelles livraisons de blé, d’engrais minéraux et de produits pétroliers.

Au Mali, en République Centrafricaine, au Soudan et en République Démocratique du Congo (RDC), le constat est le même : la Russie y multiplie l’implication de ses troupes en soutien aux régimes en place, y compris dans le domaine du renseignement, expliquant toute la difficulté pour ces Etats à choisir leur « allié » dans le conflit opposant la Russie à l’Ukraine.

Pour autant, l’enjeu pour les pays africains d’un positionnement à l’égard du conflit russo-ukrainien est aussi et avant tout philosophique, voire juridique sur le plan du droit international. C’est d’ailleurs là la nature de l’engagement du Kenya qui compte parmi l’un des seuls pays du continent à avoir formulé, avant même le début déclaré de l’invasion russe le 24 février dernier, une condamnation publique forte et courageuse à l’encontre de la Fédération de Russie. En établissant une comparaison non détournée avec l’expérience africaine du colonialisme, l’ambassadeur du Kenya au Conseil de Sécurité des Nations unies (CSNU) formule l’importance historique que peut revêtir le respect du droit international et, notamment, du principe coutumier de « non-ingérence » ou de « non-intervention » dans les affaires intérieures et extérieures d’un Etat. Cette maxime peut, et doit, être élargie non seulement à l’interdiction de recourir à la menace ou à l’emploi de la force, mais également à l’interdiction pour tout Etat de s’ingérer dans les affaires intérieures et internationales d’un autre Etat par des moyens de pression politique et/ou économique. En appelant la Russie à respecter le droit international, il s’agit alors aussi pour les pays africains de réaffirmer leur attachement à l’interdiction de toute forme d’interventionnisme, y compris même de la part des pays occidentaux.

De son côté, l’enjeu  politique pour l’UE et ses Etats membres est de parvenir à rassembler des alliés dans les instances de décision internationales.

Au sein de l’Organisation des Nations unies d’abord, lorsque le Conseil de Sécurité, bloqué par le vote négatif de l’un de ses cinq membres permanents, est incapable de s’acquitter de sa responsabilité en matière de maintien de la paix et de la sécurité internationales. Défaillant, l’Assemblée générale peut alors prendre le relai, sous forme de recommandations non contraignantes, notamment à l’occasion de la convocation d’une Session extraordinaire d’urgence, comme ce fût le cas pour l’adoption des trois résolutions intervenues dans le cadre du conflit russo-ukrainien, respectivement les 2 et 24 mars, puis le 7 avril pour la suspension du droit de la Fédération de Russie de siéger au Conseil des droits de l’Homme des Nations unies.

Bien que ces résolutions ne soient, par définition, pas contraignantes, leur adoption peut revêtir une charge politique et diplomatique avérée pour le pays concerné par la « condamnation » internationale, et, à l’inverse, un soutien de taille dans la démarche de celui ou de ceux des Etat(s) à l’origine de sa présentation devant l’Assemblée générale.

Dans ces circonstances, chaque vote compte.

Le même raisonnement s’applique dans d’autres instances de décision internationales dans lesquelles siègent l’ensemble de ces Etats, comme ce peut être le cas au sein de l’Organe de règlement des différends de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Ce dernier, composé des représentants de tous les membres de l’Organisation, est donc un organe politique, qui n’en est pas moins responsable de la supervision de l’ensemble du processus de règlement des différends, lui-même pouvant aboutir à l’autorisation de mesures de rétorsion pour l’Etat qui a méconnu les règles du commerce mondial.

L’UE est membre à part entière de l’OMC, et soumise comme telle à son mécanisme de règlement des différends. Depuis plusieurs semaines, les désaccords qui l’opposent à la Fédération de Russie ne cessent de prendre de l’ampleur sur le plan économique. Un nombre important de mesures de rétorsion ont été prises pour affaiblir la Russie, qui consistent notamment en : le gel des avoirs et la restriction à l’entrée sur le territoire de l’UE de personnes physiques d’intérêt russes, la restriction à l’accès aux marchés européens de capitaux, plusieurs interdictions d’importer et d’exporter certains produits, l’exclusion du système bancaire « SWIFT » de plusieurs banques russes et le gel des avoirs de la Banque centrale russe, la fermeture de l’espace aérien européen à l’aviation russe, la fermeture des ports et des routes, l’embargo sur le charbon russe, etc.

La semaine dernière la Commission présidée par Ursula von der Leyen a imposé un embargo sur les importations de pétrole russe.

Et, à l’heure où l’UE refuse désormais de reconnaître à la Russie le statut de la « Nation la plus favorisée », à savoir, de lui reconnaître l’application du principe de non-discrimination économique de base du droit international économique défendu par l’OMC, certaines de ces sanctions commerciales, normalement destinées à n’être que temporaires, semblent vouées à devenir définitives.

Dans cette perspective, la naissance d’un différend entre l’UE et la Fédération de Russie devant l’OMC n’est pas à exclure dans les prochains mois. L’Union des Etats membres devra alors s’attacher à réunir tous les soutiens possibles au sein de l’Organe de règlement des différends.

Néanmoins, l’implication de la Russie en Afrique rend cette quête de soutiens de plus en plus difficile, et sur la scène internationale, nombre de pays africains pourraient alors traduire diplomatiquement la balance vécue entre engagement philosophique (ou position à l’égard du droit international) d’un côté, et intérêts militaires, logistiques, voire économiques de l’autre. Pour toutes ces raisons, ils ne peuvent dans tous les cas constituer un front commun allié de l’Otan et de l’UE.

Pourtant, si l’UE ne parvient pas à faire des Etats africains autant d’alliés politiques sur le plan international, elle doit tout du moins réussir à en faire des partenaires économiques pérennes. À cet égard, l’enjeu le plus urgent consiste à s’affranchir du gaz russe qui représente 45% de ses importations de gaz naturel (environ 155 milliards de m3 par an).

Ces dernières semaines, l’Organisation s’attèle ainsi à déployer un certain nombre de mesures destinées à réduire sa dépendance à l’égard du gaz et des combustibles fossiles russes. La Commission Européenne les a formulées dans son plan baptisé « REPowerEU » qui repose sur trois piliers principaux : diversifier l’approvisionnement en gaz, accélérer massivement le déploiement des énergies renouvelables, et faire d’importantes économies d’énergie. La quête de partenariats en Afrique coïncide avec le premier de ces piliers. Sur le terrain, il s’agit en réalité pour les Etats membres de l’UE, soit de développer des partenariats existants avec des pays africains déjà considérés comme d’importants producteurs de gaz naturel (le Nigéria, l’Algérie, l’Egypte, l’Afrique du  Sud), soit d’investir avec d’autres de ces Etats dans d’ambitieux projets d’extraction et/ou d’acheminement du gaz naturel en réponse à de récentes découvertes.

À titre d’exemple, le Nigéria représente déjà le troisième producteur d’Afrique, et le quatrième fournisseur de gaz naturel liquéfié (GNL) de l’Europe (40% de sa production y est exportée). Le pays a produit près de 50 milliards de m3 de GNL en 2019, mais disposerait en réalité d’une réserve estimée à 5.000 milliards de m3 : de quoi alimenter toute l’Europe sur plus d’une décennie. En juin 2021, le président nigérian a d’ailleurs officiellement lancé le coup d’envoi des travaux de construction du « Train 7 »  de liquéfaction de l’usine de production nationale « Nigeria LNG ». Pour un coût total de 10 milliards de dollars, le projet devrait permettre d’augmenter la capacité de production du site de 35%. Compte tenu de ses nouvelles capacités de production en devenir, le Nigéria, à travers son ministère des Ressources pétrolières, a déjà déclaré être prêt à devenir un fournisseur alternatif de GNL pour l’UE. En contrepartie, les compagnies pétrolières et gazières européennes (Shell, ENI, Total) sont invitées à accroître leurs investissements dans le secteur gazier national, condition posée par les autorités nigérianes.

Dans la région, d’ailleurs, le projet de gazoduc « transsaharien » devant s’étendre du Nigéria jusqu’en Algérie, en passant par le Niger pour connecter les champs de production et d’extraction nigérians aux réseaux de pipelines algériens, et donc au marché européen, peine depuis plusieurs années à trouver des financements. Pensée sur 4.400 kilomètres, l’installation permettrait au Nigéria de fournir par ce biais 30 milliards de m3 de GNL supplémentaires. En parallèle, un projet « concurrent » voit progressivement le jour entre le Nigéria et le Maroc : il s’agit du « Nigeria-Morocco Gas Pipeline » qui doit relier le producteur ouest-africain au Maroc le long de la côte atlantique, sur plus de 3.000 kilomètres, connectant au total 11 pays de la zone en cours de route. Le Nigéria a récemment appelé les investisseurs à se déclarer, et ne cache pas l’intérêt porté par la Russie pour ce projet.

Avec le Nigéria, les géants européens du secteur ont donc un coup à jouer, mais aussi à perdre s’il advenait qu’ils se manifestent trop tardivement.

En outre, dans d’autres pays voisins, de récentes découvertes alimentent également la course aux accords gaziers. Entre 2014 et 2016, d’importantes quantités de pétrole et de gaz ont notamment été découvertes au large du Sénégal, à cheval sur la frontière maritime sénégalo-mauritanienne, dont celle du champ dénommé « Grand Tortue Ahmeyim » (GTA). Les réserves de ce dernier seraient estimées à 1.400 milliards de m3 de GNL, faisant de lui l’un des plus importants gisements d’Afrique de l’Ouest. Le Sénégal et les compagnies partenaires sur le projet, BP (UK) et Kosmos Energy (États-Unis), ont récemment annoncé que les travaux d’installation des infrastructures seraient bientôt terminés, rendant l’exploitation possible à partir de 2023.

À quelques kilomètres, la Côte d’Ivoire n’est pas en reste. En septembre dernier, le géant italien des hydrocarbures ENI a annoncé la découverte du gisement offshore « Baleine » qui recèlerait, outre une manne pétrolière conséquente, jusqu’à 67 milliards de m3 de GNL. Grâce à son expérience de la région et aux installations déjà existantes dans le pays, ENI prévoit de faire entrer le nouveau gisement en service dès le milieu de l’année 2023, et planifie de procéder à de nouveaux forages pour révéler de nouvelles réserves.

Au-delà des solutions à court terme que peuvent proposer les gros producteurs africains, toutes ces découvertes laissent donc entrevoir le potentiel gazier africain, à moyen, et à plus long terme, dont l’UE peut chercher à se saisir dans sa course à la diversification de ses approvisionnements.

Néanmoins, plusieurs obstacles pourraient entraver ces perspectives de développement. Parmi eux, les problèmes logistiques régulièrement rencontrés par ces pays, y compris par les plus gros producteurs d’entre eux, et qui découlent, souvent, du défaut d’investissement structurel accordé à l’industrie. L’instabilité politique apparaît en outre comme la plus grosse préoccupation. Le cas du Mozambique suffit à s’en convaincre. Après d’importantes quantités de GNL découvertes dans le bassin de Rovuma en 2010, les autorités du pays se sont accordées avec différents acteurs du secteur (ExxonMobil, ENI, China National Petroleum Corporation et Total) pour le développement de projets d’exploitation et de production de GNL. Mais la dégradation de la situation sécuritaire dans le nord du pays et l’insurrection islamiste qui s’est manifestée à travers des dizaines d’attaques (l’émergence de cette menace étant aussi a priori en réaction à l’euphorie gazière) ont poussé ces derniers à réviser leur feuille de route et à ralentir leurs investissements, voire à suspendre totalement leur intervention (à l’image de Total devant déclarer, en avril de l’année dernière, une situation de « force majeure »).

Pour autant, dans une perspective où ne comptent que les intérêts africains, le développement de l’industrie gazière et la fourniture aux pays membres de l’UE peut-elle constituer une source pérenne de contribution aux budgets des Etats du continent ? Plus concrètement, quelle est la part que ces derniers veulent accorder au secteur extractif dans leur économie, donc dans leur PIB ?

En pleine récession, notamment liée aux conséquences de l’épidémie de Covid-19, le Rapport 2020 de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique insiste sur la nécessité pour les Etats africains de parvenir à réduire les problèmes d’endettement et à assurer un processus de reprise de l’économie. Elle les encourage à redoubler leurs efforts de mobilisation des ressources intérieures pour augmenter leurs revenus et investir dans les secteurs productifs de leurs économies.

Dans cette perspective, le développement de l’industrie extractive peut apparaître comme la solution toute trouvée. Et c’est sur le gaz naturel, bien plus que sur le pétrole, que les économies africaines ont intérêt à se concentrer sur le long terme, dans la mesure où les conséquences écologiques de son exploitation, de son acheminement et de sa consommation (mis à part le cas du gaz de schiste), sont bien plus mesurées que le sont celles du pétrole et du charbon (le gaz naturel émet notamment 25% de mois de dioxyde de carbone que le pétrole et 50% de moins que le charbon). L’Agence internationale de l’énergie (AIE) privilégie à ce titre l’inclusion du gaz naturel dans le mix énergétique mondial et le considère comme un bon complément aux énergies vertes, dans l’attente de technologies permettant de stocker l’électricité verte de façon plus efficace.

Plusieurs questions demeurent néanmoins s’agissant du développement de cette industrie. Les économies africaines parviendront-elles à transformer le potentiel d’extraction en potentiel de création d’emplois dans ce secteur, ou dans ceux, indirects, qui interviennent localement ? Elles devraient, pour ce faire, chercher à limiter l’influence des acteurs économiques privés étrangers en augmentant l’implication des acteurs nationaux, notamment dans la sous-traitance et la fourniture de biens et de services en lien avec l’industrie extractive.

L’enjeu est colossal, car la récession, entamée avec la pandémie de Covid-19, risque sans conteste de s’aggraver avec les conséquences de la guerre entre la Fédération de Russie et l’Ukraine. Le choc sur le prix des produits de base – dont le blé et le coton – qu’elle provoque risque d’entraîner des effets encore plus terribles pour certains pays d’Afrique qu’elle ne le fait pour l’Europe. La hausse des prix d’importation, notamment des denrées alimentaires, exerce déjà une pression sur l’inflation de certaines de ces économies, et la plus grosse difficulté résidera certainement dans l’augmentation du prix du pain, à l’origine déjà de troubles sociaux dans le passé. Dans un contexte où la sécurité alimentaire n’a cessé de se détériorer du fait des conflits, des phénomènes météorologiques extrêmes, puis finalement, des conséquences économiques de la pandémie (voir en ce sens le Rapport « Vue d’ensemble régionale de la sécurité alimentaire et de la nutrition en Afrique 2020 », FAO, CEA, CUA), la guerre entre la Russe et l’Ukraine pourrait déclencher une crise alimentaire aux conséquences humanitaires terribles.

Les potentiels revenus générés par la production et la fourniture du gaz ouvrent à ces Etats de nouvelles perspectives, qu’ils devront être capables de mobiliser pour leur propre indépendance alimentaire, et donc en gardant à l’esprit l’urgence écologique, dans le financement de leur secteur agricole, pour les infrastructures, l’irrigation, l’électricité et les routes, ainsi que la recherche et la vulgarisation agricoles

 

Pour un nouveau système de redistribution (Thomas Piketty)

Pour un nouveau système de redistribution (Thomas Piketty)

 

L’économiste plaide dans le Monde, dans sa chronique, pour un système de redistribution de la richesse basé sur trois piliers : revenu de base, garantie d’emploi et, surtout, héritage pour tous.

 

La crise du Covid-19 oblige à repenser les outils de la redistribution et de la solidarité. Un peu partout les propositions fleurissent : revenu de base, garantie d’emploi, héritage pour tous. Disons-le d’emblée : ces propositions sont complémentaires et non substituables. A terme, elles doivent toutes être mises en place, par étapes et dans cet ordre.


Commençons par le revenu de base. Un tel système fait dramatiquement défaut aujourd’hui, notamment dans le Sud, où les revenus des travailleurs pauvres se sont effondrés et où les règles de confinement sont inapplicables en l’absence de revenu minimum. Les partis d’opposition avaient proposé d’introduire un revenu de base en Inde lors des élections de 2019, mais les nationalistes-conservateurs au pouvoir à Delhi traînent toujours des pieds.

En Europe, il existe différentes formes de revenu minimum dans la plupart des pays, mais avec de multiples insuffisances. En particulier, il est urgent d’en étendre l’accès aux plus jeunes et aux étudiants (c’est déjà le cas au Danemark depuis longtemps), et surtout aux personnes sans domicile ou sans compte bancaire, qui font souvent face à un insurmontable parcours d’obstacles. On notera au passage l’importance des discussions actuelles autour des monnaies numériques de banque centrale, qui dans l’idéal devraient déboucher sur la création d’un véritable service public bancaire, gratuit et accessible à tous, aux antipodes des systèmes rêvés par les opérateurs privés (qu’ils soient décentralisés et polluants, comme le bitcoin, ou centralisés et inégalitaires, comme les projets de Facebook ou des banques privées).

Il est par ailleurs essentiel de généraliser le revenu de base aux travailleurs à bas salaire, avec un système de versement automatique sur les bulletins de salaire et les comptes bancaires, sans que les personnes concernées n’aient à le demander, en lien avec le système d’impôt progressif (également prélevé à la source).

Le revenu de base est un outil essentiel, mais insuffisant. En particulier, son montant est toujours extrêmement modeste : il est généralement compris suivant les propositions entre la moitié et les trois quarts du salaire minimum à plein temps, si bien qu’il ne peut s’agir par construction que d’un outil partiel de lutte contre les inégalités. Pour cette raison, il est d’ailleurs préférable de parler de revenu de base que de revenu universel (notion qui promet davantage que cette réalité minimaliste).

 

Un outil plus ambitieux qui pourrait être mis en place en complément du revenu de base est le système de garantie d’emploi, récemment proposé dans le cadre des discussions sur le Green Deal (La Garantie d’emploi. L’arme sociale du Green New Deal, de Pavlina Tcherneva, La Découverte, 2021). L’idée est de proposer à toutes les personnes qui le souhaitent un emploi à plein temps au salaire minimum fixé à un niveau décent (15 dollars [12,35 euros] par heure aux Etats-Unis). Le financement serait assuré par l’Etat et les emplois seraient proposés par les agences publiques de l’emploi dans le secteur public et associatif (municipalités, collectivités, structures non lucratives). Placé sous le double patronage de l’Economic Bill of Rights proclamée par Roosevelt en 1944 et de la Marche pour l’emploi et la liberté organisée par Martin Luther King en 1963, un tel système pourrait contribuer puissamment au processus de démarchandisation et de redéfinition collective des besoins, en particulier en matière de services à la personne, de transition énergétique et de rénovation des bâtiments. Il permet aussi, pour un coût limité (1 % du PIB dans la proposition de Mme Tcherneva), de remettre au travail tous ceux qui en sont privés pendant les récessions et d’éviter ainsi des dommages sociaux irrémédiables.

Démographie mondiale : 2 milliards de moins (ONU) et redistribution de populations

Démographie  mondiale : 2 milliards de moins (ONU) et redistribution de populations

 

Deux phénomènes majeurs dans les évolutions de population, d’une part une redistribution démographique avec notamment la Chine qui pourrait perdre la moitié de sa population aussi une nette diminution de la population mondiale par rapport à certaines prévisions. La population mondiale va décliner dès la deuxième moitié du siècle pour atteindre 8,8 milliards en 2100, soit 2 milliards de moins que les projections de l’Onu, selon une étude qui prédit des bouleversements dans l’équilibre mondial et au sein des sociétés. C’est «une bonne nouvelle pour l’environnement (moins de pression sur les systèmes de production alimentaire et moins d’émission de CO2)», indique à l’AFP Christopher Murray, directeur du respecté Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME) à Seattle, qui a mené cette étude publiée mercredi dans The Lancet.

 

Mais «l’inversion de la pyramide des âges aura des conséquences profondes et négatives sur l’économie et l’organisation des familles, des communautés et des sociétés», tempère-t-il. Même si ces projections ne sont pas «gravées dans le marbre» et que des changements de politiques pourraient modifier les trajectoires des différents pays. Selon le dernier rapport de l’Onu sur la population mondiale, la Terre devrait porter 9,7 milliards d’habitants en 2050 et 10,9 milliards en 2100, contre 7,7 milliards actuellement. Mais la nouvelle étude remet en cause cette croissance continue au long du XXIe siècle. Les chercheurs de l’IHME, organisme financé par la fondation Bill et Melinda Gates, qui fait référence pour ses études mondiales en santé publique, prédisent un pic dès 2064, à 9,7 milliards de personnes, avant un déclin jusqu’à 8,8 milliards en 2100.

Ce déclin sera lié en grande partie au développement de l’éducation des filles et de l’accès à la contraception qui va faire baisser le taux de fécondité à 1,66 enfant par femme en 2100 contre 2,37 aujourd’hui, selon l’étude. Une chute de la fécondité beaucoup plus rapide que ce que prévoit l’Onu. Dans 183 pays sur les 195 étudiés, ce taux tomberait d’ici 2100 sous les 2,1 enfants par femme permettant de maintenir la population sans apport migratoire.

Ainsi, la Chine pourrait perdre près de la moitié de ses habitants (1,4 milliard aujourd’hui, 730 millions en 2100), avec un déclin du nombre de personnes en âge de travailler qui va «entraver» sa croissance économique. Les Etats-Unis, appelés à perdre prochainement leur place de première économie mondiale, pourraient ainsi repasser devant la Chine d’ici la fin du siècle, si l’immigration continue à pallier la fécondité en baisse, selon l’étude.

L’Asie et l’Europe devraient perdre des habitants. Elles abritent une grande partie des vingt-trois pays qui devraient voir leur population réduite au moins de moitié: Japon (128 à 60 millions), Thaïlande (71 à 35), Espagne (46 à 23), Italie (61 à 31), Portugal (11 à 4,5), Corée du Sud (53 à 27). Même si quelques pays comme la France y échappent (65 à 67 millions). A l’opposé, l’Afrique sub-saharienne pourrait voir tripler sa population (1 à 3 milliards), tirée notamment par le Nigeria (206 à 790 millions d’habitants), qui deviendrait en 2100 le deuxième pays le plus peuplé au monde derrière l’Inde mais devant la Chine.

Population mondiale : 2 milliards de moins (ONU) et redistribution démographique

Population mondiale : 2 milliards de moins (ONU) et redistribution démographique

Deux phénomènes majeurs dans les évolutions de population, d’une part une redistribution démographique avec notamment la Chine qui pourrait perdre la moitié de sa population aussi une nette diminution de la population mondiale par rapport à certaines prévisions. La population mondiale va décliner dès la deuxième moitié du siècle pour atteindre 8,8 milliards en 2100, soit 2 milliards de moins que les projections de l’Onu, selon une étude qui prédit des bouleversements dans l’équilibre mondial et au sein des sociétés. C’est «une bonne nouvelle pour l’environnement (moins de pression sur les systèmes de production alimentaire et moins d’émission de CO2)», indique à l’AFP Christopher Murray, directeur du respecté Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME) à Seattle, qui a mené cette étude publiée mercredi dans The Lancet.

Mais «l’inversion de la pyramide des âges aura des conséquences profondes et négatives sur l’économie et l’organisation des familles, des communautés et des sociétés», tempère-t-il. Même si ces projections ne sont pas «gravées dans le marbre» et que des changements de politiques pourraient modifier les trajectoires des différents pays.

Selon le dernier rapport de l’Onu sur la population mondiale, la Terre devrait porter 9,7 milliards d’habitants en 2050 et 10,9 milliards en 2100, contre 7,7 milliards actuellement. Mais la nouvelle étude remet en cause cette croissance continue au long du XXIe siècle. Les chercheurs de l’IHME, organisme financé par la fondation Bill et Melinda Gates, qui fait référence pour ses études mondiales en santé publique, prédisent un pic dès 2064, à 9,7 milliards de personnes, avant un déclin jusqu’à 8,8 milliards en 2100.

Ce déclin sera lié en grande partie au développement de l’éducation des filles et de l’accès à la contraception qui va faire baisser le taux de fécondité à 1,66 enfant par femme en 2100 contre 2,37 aujourd’hui, selon l’étude. Une chute de la fécondité beaucoup plus rapide que ce que prévoit l’Onu. Dans 183 pays sur les 195 étudiés, ce taux tomberait d’ici 2100 sous les 2,1 enfants par femme permettant de maintenir la population sans apport migratoire.

Ainsi, la Chine pourrait perdre près de la moitié de ses habitants (1,4 milliard aujourd’hui, 730 millions en 2100), avec un déclin du nombre de personnes en âge de travailler qui va «entraver» sa croissance économique. Les Etats-Unis, appelés à perdre prochainement leur place de première économie mondiale, pourraient ainsi repasser devant la Chine d’ici la fin du siècle, si l’immigration continue à pallier la fécondité en baisse, selon l’étude.

L’Asie et l’Europe devraient perdre des habitants. Elles abritent une grande partie des vingt-trois pays qui devraient voir leur population réduite au moins de moitié: Japon (128 à 60 millions), Thaïlande (71 à 35), Espagne (46 à 23), Italie (61 à 31), Portugal (11 à 4,5), Corée du Sud (53 à 27). Même si quelques pays comme la France y échappent (65 à 67 millions). A l’opposé, l’Afrique sub-saharienne pourrait voir tripler sa population (1 à 3 milliards), tirée notamment par le Nigeria (206 à 790 millions d’habitants), qui deviendrait en 2100 le deuxième pays le plus peuplé au monde derrière l’Inde mais devant la Chine.

Les Français prudents vis-à-vis de la redistribution

Les Français prudents vis-à-vis de la redistribution

Un sondage Elabe  montre que les Français sont très partagés en matière de redistribution de la richesse. Une redistribution décidée par François Hollande dans la perspective évidemment de la campagne électorale pour 2017. Les réticences de cette distribution peuvent s’expliquer par le fait que nombre de Français ne sont pas encore persuadés que la situation économique et sociale s’améliore réellement que » ça va mieux » comme dirait Hollande. Pour en être convaincu ils veulent sans doute voir la preuve matérielle locale de cette amélioration notamment en matière d’emploi. Inversement presque autant de français se prononcent  en faveur de cette redistribution non pas tellement qu’ils soient persuadés des progrès économiques mais parce que sans doute il conteste à la fois l’intérêt de la relative rigueur budgétaire tout autant que les inégalités. Du coup il est bien difficile d’interpréter les résultats de ce type de consultation. Il est par ailleurs sans doute prématuré de s’interroger sur les conditions de redistribution d’une richesse encore hypothétique. Revalorisation du point d’indice des fonctionnaires, prime aux enseignants du primaire, aide aux agriculteurs, perspective d’un geste fiscal pour les ménages modestes… Pour François Hollande, cela ne fait plus de doute : après l’effort, voici venu le temps du réconfort. Une façon pour le chef de l’Etat de démontrer que « ça va mieux » en France, comme il ne cesse de l’affirmer depuis mi-avril. Et de se placer dans la perspective de la présidentielle de 2017. Reste encore à convaincre les Français. Et, pour l’heure, cette stratégie semble fortement les diviser. Entre redistribution et rigueur budgétaire, c’est en effet une France coupée en deux que dépeint un sondage Elabe pour « Les Echos », Radio Classique et l’Institut Montaigne. Interrogés sur la priorité budgétaire du gouvernement pour les prochains mois, 50% des sondés plaident pour « une redistribution des fruits de la croissance » et 49 % pour une « poursuite des efforts (…) pour réduire la dette et les déficits ». Au vu du sentiment du « ras-le bol fiscal » qui a dominé le début du quinquennat, le fait que seule la moitié des Français pousse pour ouvrir la page de la redistribution a de quoi surprendre. Mais « pour qu’il y ait redistribution, il faut qu’il y ait, aux yeux des Français, amélioration préalable de la croissance », souligne Yves-Marie Cann, directeur des études politiques à Elabe.

FMI pour la redistribution des richesses !mea-culpa et changement de religion !

FMI pour la redistribution des richesses !mea-culpa et changement de religion !  

Mea culpa pour le FMI qui découvre la lune avec la nécessité de réduire les inégalités pour relancer la croissance. Une évidence pourtant car la redistribution des richesses sur les moins favorisées est immédiatement réinjectée dans l’économie (du fait des dépenses contraintes) à l’inverse de la  thésaurisation. Changement de ton donc au FMI. Après avoir prôné depuis des années l’austérité comme facteur de croissance, des experts de l’organisation ont détaillé, ce mercredi 26 février, les bienfaits d’une meilleure redistribution des richesses mondiales sur l’économie mondiale. Pourtant en Grèce, en Irlande, au Portugal et peut-être bientôt en Ukraine, le Fonds a toujours exigé, en échange de son aide financière, de sévère coupes dans les dépenses publiques, des hausse d’impôts indirects (TVA), des privatisations. Des cures qui passent encore mal dans les pays où elles ont été administrées. Aujourd’hui, une étude publiée par trois économistes du Fonds dénonce, en creux, les failles de ces programmes d’assistance, en pointant l’importance de redistribuer les richesses afin de lutter contre les inégalités.  « Ce serait une erreur de focaliser sur la croissance et de penser que les inégalités se régleront d’elles-mêmes, au moins pour la seule raison que cela se traduira par une croissance faible et non-viable », écrivent-ils. Les inégalités sociales risquent même d’ »amputer la croissance » en réduisant l’accès à l’éducation et à la santé ou en alimentant l’instabilité politique et économique. A ceux qui prétendent que les allocations et les aides découragent l’initiative privée et donc nuisent à l’économie, ces experts répondent n’avoir « trouvé que de rares signes démontrant que les efforts de redistribution traditionnels ont un impact négatif sur la croissance ». Au contraire, selon leur étude, ces méthodes de redistribution favorisent une croissance « plus rapide et plus durable ».




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol