Archive pour le Tag 'recul'

Page 17 sur 17

Italie : recul du PIB 2.2% en 2012

Italie : recul du PIB 2.2%  en 2012

 

Le Produit intérieur brut (PIB) de l’Italie s’est contracté de 0,9% au quatrième trimestre 2012 par rapport au précédent et de 2,7% sur un an, selon des chiffres provisoires publiés jeudi par l’Institut national des statistiques (Istat). Sur l’ensemble de l’année 2012, le PIB s’est contracté de 2,2% par rapport à 2011, selon cette estimation provisoire.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

PIB : croissance recul de 0,3% au 4e trimestre et croisance zéro en 2012

PIB : croissance recul de 0,3% au 4e trimestre et croisance zéro en 2012

-0.3% au quatrième trimestre et croissance zéro sur l’ensemble de l’année 2012 , alors que le gouvernement tablait sur +0,3%. Trente-deux économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un recul de 0,2% du produit intérieur brut de la France au quatrième trimestre, leurs estimations allant de -0,4% à 0,0%. La contribution de la demande intérieure finale (hors stocks) à la croissance du quatrième trimestre a été nulle. La variation des stocks y a contribué négativement à hauteur de -0,4 point et le commerce extérieur positivement à hauteur de 0,1 point, les importations ayant plus reculé que les exportations. Les dépenses de consommation des ménages ont progressé de 0,2% sur le dernier trimestre mais l’investissement s’est replié de 1,0%, le recul de l’investissement des entreprises non financières atteignant 1,2%.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

Déficit extérieur : léger recul

Déficit extérieur : léger recul

 

Le déficit c’est à peu le cout de la facture énergétique (autour de 70 milliards). Un déficit réduit par rapport au record de 2011 ; deux raisons : un peu plus d’exportations et la crise qui réduit la demande d’importations ( consommation atone). Le déficit commercial de la France, qui avait atteint en 2011 le record historique de 74 milliards d’euros, a reculé l’an dernier pour s’établir à 67 milliards d’euros, a annoncé jeudi la ministre du Commerce extérieur, Nicole Bricq.  Le déficit hors énergie, que le gouvernement s’est engagé à résorber entièrement d’ici 2017, s’est réduit quasiment de moitié, passant de 29 à 15 milliards d’euros, a-t-elle précisé lors d’une conférence de presse.   »C’est un premier signal encourageant qui doit nous permettre de reprendre confiance », a commenté la ministre.   »Ces chiffres, en nette amélioration pour la première fois depuis 2009, s’expliquent par une croissance des exportations françaises (+3,2%) couplée à une stabilité de nos importations (+1,3%) », explique le ministère.  La facture énergétique de la France s’est alourdie de 7 milliards d’euros l’an dernier, s’élevant à 69 milliards.  Le premier excédent est celui de l’aéronautique avec un record de 20 milliards d’euros, suivi des produits agroalimentaires (+11,5 milliards) « notamment grâce aux bonnes performances des vins et spiritueux ».  La part de l’Europe, principal marché de la France et zone où la conjoncture est morose, a légèrement reculé, comptant pour 59% de ses exportations contre 61% en 2011.   »En 2012, les entreprises françaises ont su aller chercher sur des marchés plus lointains la croissance qui a fait défaut sur leur marché de proximité », affirme le ministère. Pour la 3e année consécutive, l’Asie a été le marché en plus forte croissance pour la France, avec une progression de 13%.

 

Croissance-Allemagne: recul des ventes au détail

Croissance-Allemagne: recul  des ventes au détail

Comme c’était prévisible, l’Allemagne commence à être touchée par le ralentissement général en Europe. Les ventes au détail en Allemagne sont reparties à la baisse en décembre, reculant sur un mois de 1,7% à prix constants ajustés des variations calendaires, selon des chiffres provisoires publiés jeudi par l’Office fédéral des statistiques Destatis. Sur l’ensemble de l’année, elles ont reculé de 0,3% par rapport à 2011, se situant dans la partie basse d’une estimation de Destatis faite début janvier.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

Allemagne: recul des ventes de détail en 2012

Allemagne: recul des ventes de détail en 2012

Les ventes de détail en Allemagne ont légèrement reculé sur l’ensemble de l’année 2012, selon des chiffres provisoires publiés vendredi par l’Office fédéral des statistiques Destatis.  Sur un mois, à prix constants ajustés des variations saisonnières et calendaires, les ventes de détail ont augmenté de 1,2% en novembre, après un repli de 1,3% en octobre. Le chiffre d’octobre a été révisé à la hausse. Le mois dernier, Destatis avait annoncé une baisse de 2,8%.  Sur un an, les ventes de détail ont reculé de 0,9% en novembre à prix constants, c’est-à-dire corrigés de la hausse des prix, alors que ce mois comptait autant de jours de travail que novembre 2011.  Dans le détail, les ventes de denrées alimentaires, de boissons et de tabac ont progressé de 0,9% à prix constants sur un an, mais les ventes de produits non-comestibles ont reculé de 2,3%.  L’institut Destatis précise que le chiffre de novembre, basé sur des estimations, sera probablement revu à la hausse.  Sur l’ensemble de l’année 2012, le chiffre d’affaires des commerçants a reculé entre 0,1% et 0,3% par rapport à 2011, à prix constants, selon les estimations de Destatis.  En 2011, il avait crû de 1,2%. Depuis, l’Allemagne a été rattrapée par l’inquiétude, sur fond de récession en zone euro.  Selon le dernier baromètre GfK, le moral des consommateurs allemands devrait ainsi continuer de reculer en janvier, après déjà un repli en décembre, en raison de la crise de la dette

 

Décembre : encore un recul de l’activité industrielle

Décembre : encore un recul de l’activité industrielle

L’activité s’est contractée pour le dixième mois d’affilée dans le secteur manufacturier en France en décembre, à un rythme légèrement moins rapide qu’en novembre, selon les résultats définitifs de l’enquête PMI Markit/CDAF. L’indice PMI sectoriel définitif a légèrement progressé à 44,6, un chiffre identique à celui publié en première estimation, après 44,5 en novembre. Cet indice est à son plus haut niveau depuis août mais reste sous le seuil de 50 qui sépare croissance et contraction de l’activité.  Les nouvelles commandes poursuivent leur contraction et atteignent leur plus bas niveau depuis mars 2009 à 39,3 contre 41,8 le mois précédent. « La baisse importante des nouvelles commandes en décembre accentue l’inquiétude pour le secteur manufacturier français, la demande domestique et à l’exportation montrant toutes les deux une faiblesse marquée », a déclaré Jack Kennedy, économiste chez Markit.  « Les perspectives pour 2013 sont sombres, dans un contexte de vents contraires pour l’économie française, dont une détérioration du marché du travail, une faible consommation et une demande fragile dans de nombreux marchés européens », a-t-il ajouté.

Automobiles Europe : recul de 5% en octobre ; -7.3% sur dix mois

Automobiles Europe : recul de 5% en octobre ; -7.3% sur dix mois

Les immatriculations de voitures neuves en Europe ont reculé de 4,8% à 959.412 unités en octobre, treizième mois de repli consécutif, a annoncé vendredi dans un communiqué l’Association des constructeurs automobile européens (ACEA). Sur les dix premiers mois de l’année, les ventes ont baissé de 7,3% à 10.327.276 unités, selon l’ACEA. Octobre marque tout de même une amélioration par rapport aux trois mois précédents, où la chute dépassait à chaque fois les 7%. Dans le détail en octobre, les ventes ont reculé de 7,8% en France, de 12,4% en Italie et plongé de 21,7% en Espagne, tandis qu’elles demeuraient quasi stables (+0,5%) en Allemagne. En revanche, elles ont augmenté de 12,1% au Royaume-Uni. La tendance est comparable sur l’ensemble des dix premiers mois, le Royaume-Uni étant le seul gros marché dans le vert (+5%). L’Allemagne recule légèrement (-1,6%), beaucoup moins que l’Espagne (-11,9%), la France (-13,3%), et l’Italie (-19,7%), selon l’AECA, dont les statistiques englobent l’ensemble des Etats membres de l’UE, sauf Malte. Au niveau des groupes, Volkswagen (VW, Audi, Seat, Skoda…) reste le numéro un incontesté en Europe avec 244.595 voitures écoulées en octobre (+1,6%) et profite des déboires de ses concurrents pour augmenter sa part de marché, qui atteint 25,5%. PSA est deuxième avec moitié moins de véhicules vendus (118.143 voitures, -5,1%), mais maintient sa part de marché (12,3%). L’autre français, Renault, a enregistré une nette déconvenue, ses ventes fondant de 21,6% à 84.783 unités, pour une part de marché de 8,8%. Suivent les américains Ford, avec 72.330 voitures vendues, en recul de 8,3%, et General Motors (Opel Vauxhall et Chevrolet), avec 68.481 véhicules vendus, en recul de 14,3%. Fiat a vendu 63.256 voitures (-5,6%), Toyota 38.442 (+1,1%) et Nissan 32.197 (+0,2%). Champions allemands du haut de gamme avec Audi (groupe VW), BMW et Daimler ont connu des sorts opposés. Le munichois BMW a vu ses ventes reculer de 1,7% à 61.107 voitures tandis que son rival de Stuttgart, constructeur des Mercedes-Benz, écoulait 2,7% de voitures en plus (51.330).

 

Croissance : recul de l’activité en octobre

Croissance :  recul de l’activité en octobre

 

L’activité dans le secteur des services en France a encore nettement reculé en octobre et dans une proportion plus forte qu’estimé dans un premier temps, selon l’indice PMI publié mardi par Markit, qui confirme les craintes d’une contraction de l’économie fin 2012. L’indice PMI des services est tombé à 44,6 en octobre, son plus bas niveau depuis octobre 2011, alors que l’estimation flash était de 46,2 après 45,0 en septembre. La barre de 50 sépare contraction et expansion. « Les mauvaises performances du secteur des services, combinées à une nouvelle baisse marquée de la production dans l’industrie manufacturière, entraînent un fort recul de l’activité de l’ensemble du secteur privé français », a déclaré Jack Kennedy, économiste chez Markit. « Les taux de contraction enregistrés depuis septembre affichent ainsi leur plus haut niveau depuis le début de l’année 2009, soit depuis le commencement de la crise engendrée par l’effondrement de Lehman Brothers. Le recul de la confiance s’accompagnant d’une baisse généralisée des dépenses, l’économie française apparaît, à l’approche de la fin de l’année 2012, de plus en plus fragilisée », a-t-il ajouté. L’indice PMI composite, qui regroupe services et industrie, est légèrement remonté, à 43,5 en octobre après 43,2 en septembre (ce qui était son plus bas niveau depuis mars 2009). En première estimation, cet indice était à 44,8.

 

Voitures neuves: recul de 10% en mai

Les commandes ont reculé de 10% en mai par rapport au même mois de 2011, écrit lundi la publication mensuelle spécialisée La Lettre VN Auto K7, en se fondant sur une enquête réalisée auprès de 34 groupes de distribution automobile. Après un début d’année en baisse, les commandes avaient réduit à 1% leur recul en mars avant d’augmenter de 6% en avril grâce à l’arrivée de nouveaux modèles. « Trois jours de travail en moins et des élections présidentielles, tout cela ne pouvait concourir à faire du mois de mai un chef d’oeuvre en volumes (…) », commente La Lettre VN, dont Reuters a obtenu une copie. « Tout ceci n’est pourtant rien en comparaison de ce qui se trame au sein de la distribution française et européenne », poursuit-elle. « Les rentabilités des réseaux ont fondu comme neige au soleil depuis le début de l’année. Le mal semble profond et la crise grave. » Le pronostic de la profession (un recul de 8% à 10% du marché automobile français en 2012) intègre un redressement, même modeste, de la demande en cours d’année grâce au renouvellement de plusieurs modèles emblématiques comme la Peugeot 208 et la Renault Clio, et à l’arrivée de nouveautés comme le Lodgy, le monospace low cost de Dacia. Mais cette amélioration se fait attendre, et sur les cinq premiers mois de l’année les immatriculations restent en baisse de 17,2%. Le mois de juin, dernier mois complet avant les départs en vacances d’été, sera comme chaque année déterminant. Selon un distributeur Peugeot cité par La lettre VN, les opérations portes ouvertes du deuxième week-end de mai ont été « très calmes », notamment au niveau de la 208. Au total, d’après la publication, les commandes de la marque au lion ont rechuté de 25% en mai. Côté Citroën, deuxième marque du groupe PSA dont les commandes sont estimées en baisse de 15% en mai, les journées portes ouvertes sont qualifiées de « correctes » par un distributeur. « Mais rien n’est sauvé si les clients continuent de déserter les show-rooms », précise-t-il.  

 

1...1314151617



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol