Archive pour le Tag 'Reconversion'

Bridgestone refuse la reconversion de Béthune

Bridgestone refuse la reconversion de Béthune

Il n’y a aucune perspective de reprise de l’usine de Béthune d’autant que Bridgestone n’en souhaite aucune dans la filière pneus. Une claque évidemment pour les 860 employés qui auront du mal à ce recaser ailleurs compte tenu de l’environnement. Une claque aussi pour le gouvernement qui montre ainsi les limites de son action économique même pour une seule entreprise. «Bridgestone a fermé la porte, Bridgestone quitte le site de Béthune.» «Le scénario qui visait à maintenir une activité de production de pneus pilotée par Bridgestone a été refermé», a-déclaré la représentante du gouvernement. «Mais nous nous serons là aux côtés des salariés pour trouver les meilleures solutions possible (…) pour travailler sur des scénarios de reprise (…) pour faire en sorte que le plan social qui est aujourd’hui proposé soit amélioré» a assuré la ministre. «Nous allons nous battre pour que ce site reste industriel», a-t-elle ajouté, évoquant comme piste une production dans la région de batteries électriques. D’autres projets très vagues sont aussi évoqués et on sait que dans ce genre de situation certains repreneurs ne sont pas très sérieux voir même profitent de la situation pour dépecer complètement ce qui reste de l’entreprise y comprise en encaissant des aides publiques.

«La fermeture de l’usine Bridgestone de Béthune, c’est l’échec d’un État sans vision stratégique, et c’est un drame pour toute notre région HautsDeFrance. Sans volonté politique d’inverser la tendance, la désindustrialisation continuera», a pour sa part tweeté la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen. Le secrétaire général de Force Ouvrière, Yves Veyrier avait quant à lui dénoncé une décision «inadmissible».

Air France : une reconversion des aides en recapitalisation

Air France : une reconversion des aides en recapitalisation

 

Air France -comme de nombreuses autres entreprises- aura des difficultés à rembourser les prêts bancaires garantis pour l’État. Du coup, on envisage une transformation de ces prêts en participations. Ce pourrait être une solution pour d’autres entreprises notamment celles où l’État est déjà présent au capital.

Par contre certaines entreprises entièrement privées le risque est la faillite pure et simple.

Fin avril, compte tenu du caractère stratégique de l’entreprise, Bercy avait déjà apporté un soutien d’Air France  de 7 milliards d’euros, dont 4 milliards sous la forme de prêts bancaires garantis par l’État à 90 % et 3 milliards d’avance d’actionnaire. Cette avance était issue de l’enveloppe dont est dotée l’APE (Agence de participations de l’État) pour des interventions en fonds propres de l’État dans des groupes stratégiques en difficulté. Le groupe Air France-KLM a su également compter sur son autre principal actionnaire, l’État néerlandais, qui a assuré un prêt de 3,4 milliards d’euros à KLM.

Bureau de tabac : reconversion vers des activités multiservices y compris publiques ?

Bureau de tabac : reconversion vers des activités multiservices y compris publiques ?

 

C’est le paradoxe apparent alors que les services publics tendent de plus en plus à se réduire surtout dans les zones peu denses (comme les bureaux de poste ou les banques par exemple). À l’inverse les bureaux de poste offrent de plus en plus de prestations y compris de services publics. On peut maintenant évidemment ouvrir un compte bancaire, des prestations pour les services téléphoniques, des prestations de transport etc. en plus évidemment des anciennes activités.

S’y ajouteront désormais la possibilité de payer des factures de la vie quotidienne relevant de la fiscalité, du paiement de la cantine, de la crèche etc. Bref un ensemble croissant de prestations qui transforment le bureau de poste de plus en plus en lieu de services mixtes. Une aubaine évidemment pour les bureaux de tabac dans la vente de cigarettes ne cesse de diminuer.

En même temps l’occasion pour certains services publics de l’État d’accélérer la raréfaction. Pour les usagers, c’est l’assurance de trouver sur place les services minimums indispensables sans être obligé de faire parfois des dizaines de kilomètres.. En effet, dès ce mardi 28 juillet, les Français peuvent payer un certain nombre de services publics et certains de leurs impôts en se rendant chez un buraliste à côté de chez eux. Un nouvel usage rendu possible grâce à la généralisation du dispositif de « paiement de proximité », testé dans un premier temps dans une dizaine de départements en France.

Reconversion des centrales à charbon

Reconversion des centrales à charbon  

 

Le gouvernement a l’intention de fermer d’ici à la fin du quinquennat les quatre dernières centrales à charbon exploitées en France, dont deux appartiennent à EDF – à Cordemais (Loire-Atlantique) et au Havre (Seine-Maritime) – et deux à l’allemand Uniper – à Meyreuil (Bouches-du-Rhône) et à Saint-Avold et Carling (Moselle). Le CCE d’EDF défend pour sa part un projet de transformation des unités de production de l’électricien public consistant à substituer progressivement des déchets “verts” au charbon et à capter le CO2 résiduel émis par les centrales. L’instance représentative du personnel précise que les essais réalisés à Cordemais ont permis de faire fonctionner la centrale avec 80% de pellets produits sur place – des granulés fabriqués à partir de déchets verts – et 20% de charbon, et même avec un taux de pellets pouvant atteindre 87%.En complément, une étude préliminaire a conclu à la faisabilité d’un système de captage de CO2 par culture de micro-algues qui pourrait représenter un investissement de 70 millions d’euros et serait amorti sur 13 ans. Au Havre, des essais ont en outre permis de faire fonctionner la centrale avec 7% de “combustibles solides de récupération” issus de la valorisation de déchets. Le CCE estime que les centrales de Cordemais et du Havre – particulièrement sollicitées en périodes de pointes de consommations – pourraient fonctionner 800 heures par an (contre 5.000 heures actuellement) à 80% de pellets dès 2022 et brûler exclusivement des déchets verts autour de 2025-2027.

Chine : vers une reconversion progressive

Chine : vers une reconversion progressive

 

Même s’il est difficile de ce référer aux chiffres économiques officiels qui présentent toujours un caractère politique, il semble bien que la reconversion progressive de la Chine est en cours. Elle se caractérise par une économie davantage tournée vers l’intérieur comme en témoigne la baisse des exportations mais la hausse des importations. À noter aussi le net ralentissement des investissements sans doute lié à la situation financière difficile notamment, des entreprises et des ménages dont beaucoup sont très endettés  Les ventes au détail qui ont augmenté de 10,9% le mois dernier par rapport à décembre 2015 témoigne de la reprise interne Les ventes au détail ont notamment été portées par les ventes automobiles, les produits d’hygiène et les cosmétiques.  Les exportations chinoises ont reculé de 6,1% en décembre sur un an, une diminution plus marquée que prévu, tandis que les importations augmentaient de 3,1%, en raison d’une forte demande de matières premières, selon les chiffres publiés vendredi par l’Administration des douanes. L’excédent commercial pour le mois de décembre s’établit ainsi à 40,82 milliards de dollars (38,5 milliards d’euros), contre un surplus de 46,50 milliards de dollars attendu, qui aurait représenté une hausse par rapport aux 44,61 milliards de novembre. Pour l’ensemble de 2016, les exportations ont reculé de 7,7%, tandis que les importations diminuaient de 5,5%. L’excédent commercial annuel se monte à 509,96 milliards de dollars. Autre preuve d’un plus grand dynamisme économique interne l’indice des prix à la production a progressé de 5,5% en décembre par rapport à décembre 2015, signant sa plus forte hausse depuis septembre 2011. Les analystes interrogés par Reuters anticipaient une hausse de 4,5%. – L’activité dans les services a progressé en décembre en Chine à un rythme moins soutenu qu’en novembre, d’après l’indice officiel des directeurs d’achat (PMI) publié dimanche. Il s’établit à 54,5 en décembre, contre 54,7 en novembre, mais bien au-dessus du seuil des 50, qui marque le passage d’une contraction à une progression de l’activité.

Reconversion réussie d’un ancien ministre de Sarkozy et sans état d’âme !

 

Reconversion réussie d’un ancien ministre de Sarkozy et sans état d’âme !

Edouard Courtial, actuel député UMP et ancien ministre de Nicolas Sarkozy chargé des expatriés, a un nouvel employeur depuis le début du mois de mars : un courtier en assurances, précisément spécialisé dans les expatriés, ont expliqué au Lab, ce lundi 22 avril, le député concerné ainsi que son nouvel employeur, confirmant une information de la La Correspondance Economique. Il y a encore un an, Edouard Courtial était le secrétaire d’Etat aux Français de l’étranger de Nicolas Sarkozy, un poste qu’il a occupé pendant six mois dans le dernier gouvernement de François Fillon. Son job: voyager à travers le monde, traîner les missions économiques et les consultats, pour prendre soin des expats français. Depuis le 1er mars 2013, le même Edouard Courtial, redevenu député UMP, a un nouvel employeur à mi-temps : il est responsable du développement de la société MSH international, un courtier en assurances spécialisé dans la protection sociale des expatriés. MSH international, qui dispose déjà de plusieurs bureaux à l’étranger – Pékin, Bangkok, … – et, indique se trouver dans un contexte de forte croissance, explique: Depuis le 1er mars 2013, Monsieur Courtial a été embauché à temps partiel. Sollicité par le Lab, Edouard Courtial se prévaut clairement de l’expertise – et du carnet d’adresses – que lui a permis d’acquérir son court séjour au Quai d’Orsay : Mon passage au secrétariat d’Etat aux Français de l’étranger m’a permis de beaucoup voyager et de bien connaître le monde des expatriés. En revanche, il assure qu’il n’y a  évidemment aucun conflit d’intérêt avec son mandat parlementaire, et précise avoir sollicité « la délégation chargée de l’application du statut du député« à l’Assemblée nationale, présidée par la député UMP Catherine Vautrin: J’ai fait vérifier qu’il n’y avait aucune incompatibilité. J’ai voulu jouer cartes sur table. Et le député de faire les questions et les réponses : La seule question qui se pose est : y a-t-il conflit d’intérêt entre mon mandat et le travail que j’exerce ? La réponse est non.  Le développement international n’est pas concerné par les lois françaises.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol