Archive pour le Tag 'reconquête'

L’industrie : «reconquête» ?

L’industrie : «reconquête» ?

L’industrie a connu un petit rebond en 2017 lié à la croissance, mais peine à faire croire à son renouveau. En 40 ans,   la contribution de l’industrie à la richesse nationale est passée de 24 % à 10 %. Loin derrière le champion européen, l’Allemagne (avec 20,6%) suivie de l’Italie (14,6%) et de l’Espagne (12,8%). Deux récents dossiers, Ford Aquitaine et Ascoval dans le nord menacés de fermeture,  témoignent de la liquidation progressive de l’industrie française et explique en grande partie la hausse du chômage en France. . Il est symptomatique que l’industrie soit régulièrement absente des discours de Macron. Pourtant depuis des années, notre secteur industriel ne cesse de se déliter et la balance commerciale témoigne de cet affaiblissement progressif. Alors que l’Allemagne, pays fortement industrialisés, enregistre chaque année un excédent de l’ordre de 250 milliards, la France, elle, connaît un déficit annuel de leur de 60 milliards. La situation pourrait être encore plus dramatique s’il n’y avait pas la vente de matériel de transport et en particulier des Airbus pour limiter la casse. Dans les discours officiels et chez Macron en particulier, la priorité est donnée aux services, au développement du numérique et aux startups. Évidemment un vue un peu restreinte du panorama économique.  Depuis des années, les pouvoirs publics ont abandonné toute stratégie de redynamisation du secteur industriel et même consenti parfois à brader notre potentiel à des entreprises étrangères.  Dernière catastrophe en date, celle de l’usine de Ford Aquitaine qui concerne près de 800 salariés et de leur de 2000 personnes avec la sous-traitance. Une usine que Ford veut fermer et dont elle empêche même la reprise par un éventuel successeur. Autre catastrophe celle d’Ascoval, lune des dernières aciéries françaises dans le nord qui concerne près de 300 salariés. Il faut dire que depuis déjà longtemps le mot stratégie, filière et encore davantage plan est tabou en France. La régulation est laissée aux seuls marchés. Avec un tel raisonnement on n’aurait jamais pu développer et réussir Airbus par exemple.  Comme on ne peut pas raisonner globalement, de manière trop générale et trop verticale, il conviendrait bien sûr de reprendre une réflexion stratégique sur les forces et les faiblesses de notre industrie par secteur et de conclure cette réflexion par la définition d’axes stratégiques encourageants la recherche, le développement et notamment l’exportation. Certes les données macro-économiques ne peuvent être négligées mais d’autres facteurs doivent être pris en compte pour comprendre et au-delà soutenir l’industrie. On notera que le mot industrie est absent du discours de Macron. Par ailleurs qu’aucun ministre n’est spécifiquement responsable de ce champ d’activité.

 

 

Premier vol pour l’A350 : la reconquête des longs courriers

Premier vol pour l’A350 : la reconquête des longs courriers

Sur  la piste de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, l’A350-900 devrait effectuer son premier décollage. Si le temps le permet, il restera environ quatre heures en l’air, survolant le sud-ouest de la France et l’Atlantique. Un premier vol, c’est un peu un round d’observation, l’idée est de voir si l’avion réagit de la même façon que ce qui a été observé dans les simulations informatiques. Des milliers de mesures vont être enregistrées puis analysées par les ingénieurs d’Airbus. Pour être complet, l’A350-900 volera à différentes altitudes et à différentes vitesses. La programmation de ce premier vol d’essai, à trois jours de l’ouverture du salon aéronautique du Bourget, n’est pas anodine : c’est un signal envoyé au concurrent américain Boeing. L’entreprise européenne compte bien sur son nouveau bijou pour entamer la reconquête sur le marché des long-courriers. Tom Enders, le patron d’EADS, la maison mère de l’avionneur, a d’ailleurs estimé jeudi qu’Airbus devrait décrocher plusieurs centaines de commandes au Bourget. Plus léger que la gamme Dreamliner de Boeing, l’Airbus A350-900 dispose d’une autonomie de près de 16.000 kilomètres sans escale et pourra emmener entre 270 et 350 personnes par vols. Il devrait être mis en circulation d’ici la fin de l’année 2014.

Mali : objectif, reconquête totale du pays

Mali : objectif, reconquête totale du pays

En France, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a affirmé dimanche que « l’objectif, c’est la reconquête totale du Mali. On ne va pas laisser des poches » de résistance, tout en espérant que la force régionale africaine en cours de déploiement prenne rapidement le « relais » de l’intervention française.   »Le déploiement vers le Nord des forces de l’opération Serval, entamé il y a 24 heures, est en cours, vers les villes de Niono et de Sévaré, où elles sont arrivées », a déclaré à l’AFP le lieutenant-colonel Emmanuel Dosseur, conseiller communication de l’armée française au Mali.  Niono (350 km au nord-est de Bamako) se situe à 60 kilomètres au sud de Diabali, localité, prise lundi par les islamistes qui, selon l’armée malienne, l’ont abandonnée après des bombardements français.  M. Le Drian a indiqué dimanche que Diabali n’avait « pas encore » été reprise par les forces maliennes. « Tout laisse à penser que l’évolution de Diabali va être positive dans les heures qui viennent », a-t-il cependant ajouté.  Sévaré (630 km au nord-est de Bamako), qui dispose d’un aéroport, est une ville-clé d’où peuvent être menées des opérations plus au nord. Elle n’est qu’à 50 kilomètres de Konna, reprise jeudi par l’armée malienne aux jihadistes.  Konna, tombée le 10 janvier, avait précipité l’intervention de la France qui redoutait une percée des groupes islamiques liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique vers le sud et Bamako.  De nouveaux pays ont répondu dimanche aux demandes d’aide logistique et financière de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) pour le déploiement de la Misma (Mission internationale de soutien au Mali).  Berlin, qui a déjà annoncé l’envoi de deux avions de transport, a promis une aide financière supplémentaire aux pays africains pour la réunion des donateurs prévue le 29 janvier à Addis Abeba.  Moscou a proposé à la France d’acheminer des troupes ou matériels français tandis que le Canada prendrait en charge une partie du transport de la force africaine au Mali.  Les Etats membres de la Cédéao ont quant à eux été appelés à fournir « sans plus tarder » les troupes promises à la force qui a reçu mandat de l’ONU pour aider le Mali à reprendre le contrôle de sa partie nord occupée depuis plus de neuf mois par des groupes armés islamistes qui y ont multiplié les exactions.  Le président de la Commission de la Cédéao, Désiré Kadré Ouédraogo, a appelé la communité internationale à « se mobiliser » pour boucler le financement de la Misma. Selon lui, un « première évaluation » situe les besoins à « environ 500 millions de dollars » (quelque 375 millions d’euros).   »Mais ce chiffre peut varier en fonction des nécessités » sur le terrain, a-t-il précisé à la télévision publique ivoirienne RTI.  Les besoins pour les opérations de la Misma étaient évalués jusque-là entre 150 et 200 millions d’euros. L’Union européenne a décidé de participer au financement à hauteur de 50 millions d’euros.  Quelque 2.000 membres de la Misma doivent être déployés d’ici au 26 janvier. Plus de 150 soldats sont déjà arrivés à Bamako, dont une cinquantaine de Sénégalais sur les 500 promis par Dakar.  Le président tchadien Idriss Deby Itno a visité dimanche le premier contingent de 200 soldats tchadiens, sur 2.000 promis, stationnés sur une base militaire à Niamey (Niger) avant qu’ils n’aillent au Mali.  Les Tchadiens, aguerris et rompus au combat dans le désert, devraient apporter une forte plus-value à la Misma.  Au Nigeria, le groupe islamiste Ansaru a revendiqué dimanche une attaque ayant tué la veille deux soldats nigérians, affirmant avoir agi en représailles à l’engagement du Nigeria à fournir 1.200 hommes pour l’intervention au Mali.  Deux mille soldats français y sont déjà déployés et leur nombre va atteindre 2.500, peut-être davantage, selon Paris.  Le groupe islamiste armé Ansar Dine (Défenseurs de l’islam) a affirmé dimanche avoir tué 60 soldats maliens et abattu deux hélicoptères français depuis le 10 janvier, reconnaissant la perte de huit « moujahidine ».  Les autorités maliennes avaient fait état de la mort de onze soldats dans des combats autour de Konna, tandis que Paris avait annoncé la mort d’un pilote d’hélicoptère. Plusieurs sources font état d’un repli des islamistes du centre du pays vers Kidal, dans l’extrême nord-est (1.500 km de Bamako). Kidal avait été la première ville conquise, en mars 2012, par les rebelles touareg et les islamistes, qui avaient ensuite évincé leurs anciens alliés.

 

Mali : la reconquête du nord engagée

Mali : la reconquête du nord engagée

La reconquête du nord du Mali est engagée avec l’arrivée de renforts. Une trentaine de blindés français se dirigeait mardi soir vers le Nord du Mali. Par ailleurs, les combats continuent dans le centre du pays. La ville de Konna n’a toujours pas été reprise aux islamistes, a précisé Jean-Yves Le Drian. Le ministre de la Défense a expliqué que l’offensive des insurgés avait été stoppée dans l’est du Mali.  Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a indiqué que 800 militaires français étaient déployés mardi soir au Mali, où la ville de Konna n’avait toujours pas été reprise aux jihadistes par les forces maliennes. « 1.700 militaires » français étaient engagés « dans l’opération Serval pour repousser les islamistes au Mali, dont 800 sur le territoire malien » lui-même, a affirmé le ministre lors de sa deuxième conférence de presse depuis le début de l’intervention française vendredi. En outre « douze chasseurs, cinq avions ravitailleurs sont actuellement engagés« , a-t-il indiqué, précisant que les chasseurs opèrent « depuis le Tchad et Bamako ». « Il y a cinq aéronefs de transport tactique, des C130 et des C160 qui effectuent des liaisons internes au théâtre, depuis le Sénégal, le Tchad, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso », a-t-il précisé.  Jean-Yves Le Drian a par ailleurs annoncé que Konna, dans le centre du Mali, n’avait pas été reprise aux « groupes terroristes » par les forces maliennes, alors que cette ville, dont la chute a déclenchée jeudi l’opération militaire française, était considérée comme n’étant plus aux mains des jihadistes. « Sur le fuseau Est, Mopti, nous avons pu stopper l’offensive et les moyens des groupes terroristes, qui se sont répartis entre Douentza et Gao, et à cette heure, la ville de Konna n’a pas encore été reprise par les forces armées maliennes », a-t-il déclaré.  Les soldats français et maliens sont « en face d’un adversaire déterminé, bien équipé, qui n’a pas renoncé », a poursuivi Jean-Yves Le Drian, mais a-t-il dit, « nous lui avons porté de premiers coups durs ». « Les développements à venir seront marqués par trois efforts importants », a-t-il indiqué. « Premièrement, nous poursuivons les frappes sur les capacités des groupes terroristes au nord et sur l’ensemble du territoire malien pour diminuer leur potentiel », « deuxièmement nous poursuivons la montée de notre dispositif aéro-terrestre et troisièmement nous soutenons en coordination avec nos partenaires européens l’accélération de la force africaine ». L’action de la France, a-t-il dit, « s’inscrit pleinement dans les objectifs et le cadre fixés par les résolution du Conseil de sécurité de l’ONU ». « Je constate depuis cinq jours que la plupart de nos partenaires européens se sont spontanément mobilisés pour nous apporter un soutien militaire concret », s’est-il félicité, citant notamment ses « collègues britannique, belge, polonais, danois, espagnol, allemand ». Outre cette « forte dynamique européenne », nous avons « un soutien de l’ensemble de la communauté internationale », a-t-il noté : « Les Américains se sont mobilisés à nos côté » et le Canada « a aussi répondu présent ».  Interrogé sur le déploiement de la force africaine, qui doit aider l’armée malienne a reconquérir le nord du pays, M. Le Drian a estimé que « ce n’est pas une question de mois, (ni) de jours, c’est une question de semaine ». « Nous irons jusqu’à ce que la souveraineté et l’intégrité du Mali soient reconnues et respectées », a-t-il conclu.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol