Archive pour le Tag 'reconnu !'

Herbicide Monsanto : reconnu coupable

Herbicide  Monsanto : reconnu coupable

L’herbicide Lasso de Monsanto est reconnu coupable de troubles sur la santé d’un utilisateur. On se souvient que l’herbicide phare de Monsanto a déjà été condamné à deux reprises aux États-Unis mais c’est la première fois qu’un herbicide Monsanto est reconnu responsable en France. Certes le processus juridique n’est sans doute pas encore terminé et Monsanto va sans doute solliciter la procédure pour tenter d’échapper à une condamnation qui pourrait faire jurisprudence.  La multinationale américaine a été condamnée en première instance en France en 2012, puis en appel en 2015. La cour de cassation, saisie par Monsanto (racheté depuis par l’Allemand Bayer), a annulé cette décision en 2017, à la suite de quoi l’agriculteur a sollicité un nouvel appel. La cour d’appel de Lyon “vient de retenir à nouveau la responsabilité de Monsanto”, a dit Phyto-victimes dans un communiqué commun avec l’avocat de Paul François, Me François Lafforgue, qui parle d’une “victoire en demi-teinte”. “Malgré les trois condamnations de la firme et cette nouvelle victoire, le combat ne s’arrête pas là. En effet, Monsanto peut former un pourvoi contre cette décision”, peut-on y lire. “Par ailleurs, en refusant de conclure sur la question de l’indemnisation, Monsanto a contraint la cour d’appel à renvoyer cette question devant le tribunal de grande instance de Lyon, retardant d’autant l’indemnisation.”Paul François décrit des périodes de coma, des crises d’épilepsie, des troubles de l’équilibre et de la mémoire, des maux de tête, des pertes de connaissance, ainsi que des troubles neurologiques et hépatiques. En février, les avocats de Monsanto s’était employé, à l’audience, à nier l’existence de ces symptômes et invoqué de simples “manifestations anxieuses” ne justifiant aucun préjudice. Le Lasso est interdit en France depuis 2007. Il avait été proscrit précédemment dans d’autres pays, comme le Canada, la Belgique ou la Grande-Bretagne. Ces derniers mois, Monsanto a connu plusieurs déboires spectaculaires en justice aux Etats-Unis, où le groupe a été condamné à verser 289 millions de dollars (253 millions d’euros) à un jardinier qui accuse le Roundup, son herbicide à base de glyphosate, d’être la cause de son cancer. Le mois dernier, un tribunal fédéral de San Francisco a encore accordé 80,9 millions de dollars (72 millions d’euros) à un plaignant pour le même motif.

En réponse à Mélenchon, le drapeau européen sera reconnu

En réponse à Mélenchon, le drapeau européen sera reconnu

 

 

Toujours aussi provocateur et même indécent Mélenchon avait déclaré lors de son entrée à l’assemblée nationale : »Franchement, on est obligé de supporter ça ? », en montrant le drapeau européen installé derrière le perchoir.  »C’est la République française ici, ce n’est pas la Vierge Marie. Je ne comprends pas ». Du coup,  Macron a annoncé qu’il ferait une « déclaration » pour que le drapeau européen ne puisse pas être « enlevé de l’hémicycle » de l’Assemblée Nationale. La semaine dernière, les députés de la France Insoumise déposaient un amendement prévoyant que « seuls peuvent être présents dans l’hémicycle le drapeau tricolore (…) et le drapeau de l’Organisation des Nations unies. » Il est sous-entendu que le drapeau étoilé de l’Union européenne serait enlevé. Les députés mélenchonistes devaient défendre à nouveau leur proposition lors de l’examen du projet de réforme du règlement de l’Assemblée.  Emmanuel Macron a répondu aujourd’hui. « Au moment où certains en France ont des débats où on se rétrécit et voudraient enlever le drapeau européen, je veux vous dire que lors du prochain conseil européen (la semaine prochaine, ndlr), j’affirmerai officiellement que la France reconnaît le statut de l’hymne européen et du drapeau européen, ce qui ne permettra pas à certains d’enlever le drapeau européen de l’hémicycle français ou de tout autre lieu », a-t-il dit.

État de Palestine : bientôt reconnu officiellement par la France

État de Palestine : bientôt reconnu officiellement par la France

On sait que les relations de la France avec Israël se sont nettement détériorées ces derniers temps en raison notamment du blocage total des négociations entre palestiniens et Israéliens. Du coup peut-être pour forcer la main à Israël Laurent Fabius menace de reconnaître officiellement la Palestine. Pour cela il lance une ultime chance de négocier dans le cadre d’une conférence internationale. Une conférence internationale qui en l’état du rapport de force a peu de chances d’aboutir. Mais cet échec pourrait donner une légitimité à la France pour reconnaître officiellement la Palestine. On sait que les Israéliens ont été très déçus de la normalisation des relations lithiques et économiques avec l’Iran. Une normalisation maintenant soutenue par la France. La position française sur ce sujet ne sera sans doute pas de nature à favoriser un climat de négociation dans un cadre international. Laurent Fabius, qui a plusieurs fois tenté en vain de promouvoir «un changement de méthode» dans le traitement du conflit israélo-palestinien, ne cependant renonce pas. Vendredi, à l’occasion de ses vœux au corps diplomatique, le ministre des Affaires étrangères a annoncé vouloir réunir «dans les semaines qui viennent» une conférence internationale impliquant les Etats-Unis, l’Europe et les pays arabes «afin de préserver et de faire aboutir, si c’est possible, la solution des deux Etats». Dans le cas où cette initiative échouerait, a-t-il aussi précisé, la France prendra ses responsabilités et reconnaîtra l’Etat de Palestine.

Enfin un père juridiquement reconnu pour la fille de Dati, ouf !

Enfin un père juridiquement reconnu pour la fille de Dati, ouf !

 

 

On connaît le lien quasi psychotique qu’entretient Rachida Dati avec l’argent et cette fois l’intéressée réussit à solliciter l’autorité de la justice pour officialiser le lien de paternité de sa fille avec le richissime patron PDG du groupe Lucien Barrière. Maintenant,  c’est sûr, Rachida Dati a trouvé un père pour sa fille. Une décision un peu surréaliste mais qui permettra à Rachida Dati de faire considérer sa fille comme une héritière du milliardaire. On pourra quand même s’étonner que l’ancienne Garde des Sceaux ait  mobilisé à ce point la justice qu’on dit par ailleurs débordée. La preuve sans doute que cette justice aurait intérêt à se recentrer sur des missions réellement régaliennes au lieu de se disperser sur des affaires de coucheries. On aimerait par exemple que les moyens de la justice soient consacrés à des sujets plus essentiels comme la lutte contre la criminalité ou le terrorisme. Mais pour l’ancienne Garde des Sceaux l’intérêt personnel voir mercantile l’emporte sans doute sur l’intérêt général. Comme quoi l’intérêt des valeurs peut parfois se réduire à celui du porte-monnaie. Zohra Dati est bien la fille de Dominique Desseigne, la décision vient d’être confirmée en appel. En octobre 2014, en première instance, le TGI de Versailles avait considéré que le refus du PDG du groupe Lucien Barrière de se soumettre à un test de paternité – auquel la loi française ne peut l’obliger – valait reconnaissance de son lien biologique avec la fille de Rachida Dati. La cour d’appel, selon RTL, aurait récemment jugé de même, validant ce lien indéfectible.   La petite Zohra entre ainsi, de facto, dans la succession de cet homme d’affaires milliardaire, père de deux grands enfants, Alexandre et Joy, qu’il a eus avec son épouse Diane Barrière, décédée en 2001, six ans après un terrible accident d’avion. Les juges d’appel ont condamné Dominique Desseigne à verser une pension alimentaire de 2 500 euros par mois à Rachida Dati, avec qui il a toujours reconnu avoir eu une brève aventure, sans projet d’enfant. La décision doit s’appliquer rétroactivement depuis la naissance de la petite fille le 2 janvier 2009, alors que sa maman était garde des Sceaux. La députée européenne et maire du VIIe arrondissement réclamait, en première instance, 6 000 euros mensuels pour subvenir aux besoins et à l’éducation de sa fille unique.  Rachida Dati a cependant perdu sur un point : sa fille ne pourra pas prendre le nom de son père.

Michel Rocard enfin reconnu !

Michel Rocard enfin reconnu !

Il était temps le PS à travers François Hollande reconnaisse  les mérites de Michel Rocard à  l’occasion de la remise de l’insigne de Grand-croix de la Légion d’honneur. Pourtant Michel Rocard a sans doute été l’un des rares socialistes à être doté d’une véritable vision économique et politique, vision s’appuyant sur des compétences incontestables dans le domaine socioéconomiques. Sans doute trop compétent pour le PS il a toujours été marginalisé. Écarté d’abord par Mitterrand jaloux à la fois de ses résultats, de ses compétences et de sa popularité. Politiquement Rocard devenait un danger pour le politicien Mitterrand qui il faut bien en convenir ne connaissait pas grand-chose à l’économie ni d’ailleurs aux questions sociales. Rocard n’a jamais non plus été très aimé au PS car trop lucide trop moderne et trop efficace. Trop européen aussi pas seulement en paroles, un peu comme Delors  qui avait renoncé à la candidature aux présidentielles sentant  qu’il ne bénéficierait pas totalement du soutien du PS. Bref le parti socialiste est passé à côté d’un vrai chef d’État.  Il a toujours préféré  les politiciens manœuvriers comme Mitterrand ou  Hollande, expert en incompétence et en double langage. Si aujourd’hui Hollande reconnaît les mérites de Rocard c’est sans doute que ce dernier ne représente plus un danger politique puisqu’il a 85 ans. Le président de la République, qui n’a jamais fait partie de la mouvance rocardienne, a donc rappelé quelques-unes des grandes dates du parcours de l’ancien chef du gouvernement de François Mitterrand, dont il a salué la « fidélité », la « morale » et la popularité. En mai 1991, « vous quittez l’hôtel Matignon avec une popularité que beaucoup pourraient vous envier aujourd’hui », a dit François Hollande, qui réunit 22% d’opinions favorables dans un sondage publié jeudi.   »Ce qui fait votre caractère, c’est cette capacité à vous élever, c’est ce qui a fait l’éclat de votre vie publique. Vous avez servi l’intérêt général, quitte parfois à sacrifier le vôtre », a poursuivi l’ancien premier secrétaire du Parti socialiste. « Vous avez donné à la France cette confiance en elle-même, toujours avec votre méthode du compromis, du dialogue et de l’apaisement, qui pour ce qui nous concerne est un exemple », a-t-il encore dit. François Hollande a cité en référence, notamment, les accords de Matignon sur la Nouvelle-Calédonie en 1988 ou la création de la Contribution sociale généralisée (CSG) en 1990.Il a aussi évoqué la candidature de Michel Rocard à la présidentielle de 1969 - »la première et la dernière fois que vous vous êtes présenté à un scrutin présidentiel ».




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol