Archive pour le Tag 'reconfinement'

Page 3 sur 3

Reconfinement: un coût de 15 à 60 milliards par mois

Reconfinement: un coût de 15 à 60 milliards par mois

 

Si l’on se fie aux conséquences du confinement du printemps le coût pour  l’économie représente environ 2 milliards par jour. Chaque mois de confinement fait baisser d’un pour cent supplémentaire la richesse nationale produite.

Du coup, avec le nouveau reconfinement, la baisse du produit intérieur brut pourrait dépasser les 10 % en 2020  (pour 9 % prévus par le gouvernement). Rien ne dit d’ailleurs que la mesure restrictive ne sera pas prolongée au-delà du mois prévu.

 Sans parler des retombées sur le moral des patrons et des ménages pour les mois suivants. La fourchette des conséquences financières sur la production intérieure brute est assez large car elle est fonction de l’ampleur, de la nature et de la durée du nouveau confinement qui va être annoncé par le président de la république.

Reconfinement : le risque de mort de l’économie

Reconfinement : le risque de mort de l’économie

 

Le reconfinement national plus ou moins total dans l’espace et dans le temps pourrait porter un coup mortel à une économie déjà chancelante. La crise sanitaire a déjà provoqué un choc qui  va entraîner la diminution du PIB de 10 % en 2020 sur la tendance actuelle. Un reconfinement selon son ampleur, aussi sa durée, pourrait faire plonger davantage encore l’activité. Surtout,  cela pourrait faire basculer définitivement nombre d’entreprises actuellement sur un chemin de crête entre maintien et liquidation.

 

Cela va aussi installer un climat déplorable dans le monde économique et se traduire notamment non seulement par des difficultés supplémentaires de trésorerie mais aussi par un écroulement total des investissements. Au-delà de l’incidence sur 2020, avec un PIB en recul de plus de 10 %, c’est aussi une hypothèque posée sur les perspectives de 2021.

Rien n’indique en effet qu’en fonction de l’évolution de la crise sanitaire le gouvernement ne sera pas condamné à alterner périodes de dé confinement avec d’autres périodes restrictives.  Le choc sera difficilement supportable dans plusieurs secteurs sensibles notamment du commerce.. «Si on reconfine totalement comme en mars, on va vers un écroulement de l’économie française, on risque de ne pas s’en remettre», a déclaré Geoffroy Roux de Bézieux, .

Reconfinement: y a-t-il d’autres stratégies ?

Reconfinement: y a-t-il d’autres stratégies ?

 

Selon l’ancien directeur général des affaires sociales et de la santé, d’autres stratégies étaient possibles, comme celle choisie par la Suède qui a misé sur l’immunité collective. Il faut parer à présent au plus urgent et confiner en priorité les personnes fragiles. (Interview le Figaro)

Roland Moreau est inspecteur général honoraire des affaires sociales, ancien délégué interministériel à l’insertion des jeunes, ancien directeur général des affaires sociales et de la santé – Ville de Paris. Son dernier ouvrage paru dans le domaine de la santé est L’immortalité est pour demain (Ed . François Bourin éditeur, 2010).


Beaucoup d’analystes y voient une forme de lecture complotiste des événements. Existe-t-il des motifs rationnels de s’opposer aux nouvelles mesures décrétées ou étudiées par le gouvernement?

Roland MOREAU.- Les analystes complotistes cherchent à faire croire que les mesures sanitaires ont pour but «d’assujettir» les populations, ce qui n’est pas entièrement faux dans un pays comme la Chine. En fait, une majorité de Français est exaspérée par l’incompétence de l’État dans la gestion erratique et improvisée de la crise sanitaire, mais plus encore par une gouvernance infantilisante, culpabilisatrice et donneuse de leçon qui se traduit dans les «éléments de langage» tels que «on siffle la fin de la récréation» ou «on va serrer la vis».

Pour se forger une opinion sur la pertinence des choix politiques actuels et à venir, l’attitude la plus logique consiste à faire un bilan de la première vague de l’endémie et à analyser les orientations politiques qui s’élaborent face à la deuxième vague. Pour la France, le bilan est particulièrement cruel. Il faudra un jour expliquer pourquoi, de l’autre côté du Rhin, le nombre de décès par Covid-19 est cinq fois moins élevé et pourquoi l’impact de la pandémie sur le PIB et sur le déficit public est deux fois moins important que dans notre pays. En première analyse, l’absence totale d’anticipation, de stratégie et de coordination est à l’origine de la défaite de la bataille de la première vague de la pandémie.

Face à la deuxième vague, les nouvelles mesures mises en œuvre ou en cours d’élaboration par le gouvernement ne sont guère rassurantes. Comme en février, on assiste à une incroyable répétition des erreurs: non seulement le nombre de lits de réanimation n’a pas été augmenté, mais il a même diminué en raison d’une incapacité de l’administration hospitalière (pléthorique) à mettre en œuvre rapidement des formations d’aides soignantes. Les dispositions restrictives empiriques – fermeture totale ou partielle des bars et des restaurants , couvre-feux – ne reposent sur aucune base scientifique et l’opinion publique perçoit parfaitement leur absence de cohérence et de logique.

Comment le gouvernement peut-il expliquer que le SARS-CoV-2 serait plus virulent à partir de 21 heures dans les restaurants et qu’il serait plus contagieux dans les bars que dans le métro ou le RER aux heures de pointe? Avec le couvre- feu, on a quitté le champ de la rationalité scientifique pour celui de la politique dans son aspect le plus déplaisant: un mélange de technocratie bureaucratique et de «com’» avec l’emploi d’une nouvelle métaphore guerrière. Les mesures qui vont s’égrener dans les jours et les semaines à venir relèvent du même processus de navigation à vue: extension du couvre-feu , confinements plus ou moins localisés, en espérant que le virus respectera les horaires et les limites départementales.

En Suède, le contraste est insolent: alors que la population n’est pas confinée et que le port du masque n’est pas particulièrement encouragé, le taux de contamination est très faible. Par quel miracle?

La stratégie mise en œuvre par la Suède est à la fois originale et courageuse et je pense que l’on parlera bientôt du «modèle suédois» pour désigner une politique sanitaire qui repose sur l’immunité collective. Il s’agit d’un processus par lequel la propagation d’une maladie contagieuse peut être interrompue dans une population à partir du moment où un certain pourcentage (50 à 70 %) des individus est immunisé. Le gouvernement suédois n’a pas mis en œuvre de confinement, ni fermé ses écoles et ses collèges. Les autorités invitent les habitants à respecter les gestes barrière et les règles d’hygiène, à pratiquer le télétravail dans la mesure du possible, et elles prescrivent l’isolement uniquement pour les personnes qui présentent des symptômes.

Jusqu’au mois d’août, le bilan de cette politique n’a pas été concluant, avec un nombre de décès pour 100 000 habitants un peu plus élevé que la moyenne européenne. Mais contrairement au confinement massif et non coordonné dont les effets sont relativement rapides mais non durables, l’immunité collective vise le moyen et le long terme. Les statistiques établies entre le 11 et le 24 septembre semblent valider cette stratégie puisque la Suède ne compte que 4 300 cas et 20 décès quand la France recense dans la même période 140 000 cas et 850 décès.

La Suède ne compte que 4300 cas et 20 décès quand la France recense dans la même période 140 000 cas et 850 décès

Depuis le 20 octobre, la Suède n’enregistre plus qu’un décès tous les deux jours alors que le nombre de décès dans notre pays ne cesse d’augmenter et se situe chaque jour entre 150 et 250. Un autre avantage est d’ordre économique: alors que le PIB de la France devrait chuter de 10 % en 2020 , celui de la Suède ne diminuerait que de 4,4 %.

Peut-on encore espérer compter sur l’immunité collective en France?

Le pourcentage de la population immunisée à partir duquel la propagation du SARS-CoV-2 serait interrompue fait l’objet de nombreuses publications discordantes qui vont de 20 à 80 %. Par ailleurs, la fiabilité des tests de dépistage est elle aussi très controversée aussi bien pour leur sensibilité (nombreux résultats faux positifs) que pour leur spécificité (faux négatifs).

Dans ces conditions, il serait un peu hasardeux de se lancer dans une politique reposant sur l’immunité collective. L’exemple de la Suède est certes encourageant, mais il faut attendre quelques semaines pour confirmer le succès de cette stratégie. La politique menée au Royaume-Uni est à l’opposé de celle de la Suède dans la mesure où les objectifs et les méthodes ont varié en fonction des instabilités de Boris Johnson, qui a été lui-même gravement atteint par le virus.

Le confinement est-il selon vous un remède pire que le mal?

Le confinement, lorsqu’il est pratiqué dans un cadre rigoureux – mais intrusif et autoritaire – comme en Chine , ou de façon intelligente , décentralisée et pragmatique comme en Allemagne , est la seule méthode pour endiguer l’épidémie en attendant le vaccin ou le traitement spécifique. Toute la difficulté consiste à bien placer le curseur entre le bénéfice sanitaire et le risque économique. C’est dans cet esprit qu’il me semble essentiel de revenir à ce que l’on enseigne en santé publique , en «ciblant» les mesures de prévention sur les populations les plus vulnérables.

Mettre en place un confinement personnalisé très rigoureux pour les personnes âgées ou fragiles, en laissant vivre la population en bonne santé

Il s’agirait alors de mettre en place un confinement personnalisé très rigoureux pour les personnes âgées ou fragiles, en laissant vivre la population en bonne santé comme en Suède, en respectant les règles d’hygiène et les gestes barrière. Concrètement, il conviendrait de prévoir des portages de repas à domicile et un accompagnement médico-social qui pourraient être mis en place immédiatement par les services sanitaires et sociaux départementaux et communaux qui sont parfaitement compétents dans ce domaine.

Comment expliquez-vous que ce discours ne soit pas écouté par le conseil scientifique et le gouvernement? Le principe de précaution mine-t-il la décision publique en France?

Les membres du gouvernement se livrent à des gesticulations en «allant sur le terrain» mais ne prennent pas en compte les ressources et les compétences décentralisées qui permettraient de mettre en œuvre un confinement personnalisé et humain des personnes les plus fragiles. Il est certain que le principe de précaution tend à inhiber la pensée et la décision politiques en anticipant, souvent à tord, des réactions négatives de la part de la population. Il serait temps de faire désormais appel à l’intelligence des Français.

Coronavirus: Macron va annoncer le reconfinement national

Coronavirus: Macron va annoncer le reconfinement national

 

Lors d’un conseil de défense qui se déroulera ce mercredi, le président de la république devrait annoncer de nouvelles mesures restrictives notamment un reconfinement national d’une durée d’un mois. Si rien n’est fait, le pic du printemps dans les services de réanimation des hôpitaux sera atteint dans les 15 jours, a prévenu le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à l’issue d’une réunion de l’ensemble des forces politiques à Matignon autour du Premier ministre, Jean Castex. Ce mandant l’école serait exclue d’un éventuel reconfinement.

Toute la question est de savoir s’il faut un reconfinement partiel ou total mais il sera national.

Depuis le début de l’épidémie, le nouveau coronavirus a infecté plus d’un million de Français et fait plus de 35.000 morts en France.

Selon les derniers chiffres fournis mardi par l’agence Santé Publique France, la France a enregistré 523 nouveaux décès dus au Covid-19 au cours des dernières 24 heures, soit 266 de plus que la veille, et 33.417 nouvelles contaminations.

523 décès supplémentaires attribués au COVID-19 en l’espace de 24 heures, soit 266 de plus que la veille, ont annoncé mardi les autorités sanitaires.

Au total, 35.541 sont décédées des suites du nouveau coronavirus.

Le pays a également enregistré 33.417 nouvelles contaminations, contre 26.771 lundi, pour un total de 1.198.695 cas depuis le début de l’épidémie.

Les chiffres de la mortalité diffusés mardi soir prennent en compte les décès en milieu hospitalier (+288) et dans les établissements médico-sociaux dont les Ehpad (+235).

«Vers un reconfinement»?

 «Vers un reconfinement»?

Des médecins mais aussi le président de la région Grand Est- très touchée par la première vague -militent pour un reconfinement. Jean Rottner, le président de la région Grand Est avait milité pour un confinement face à la première vague qui a déferlé sur la région depuis Mulhouse (Haut-Rhin) en février-mars. Pour cette deuxième vague de l’automne 2020, l’élu assure que «nous allons vers un reconfinement». «C’est mon intuition de médecin», a-t-il affirmé sur BFMTV.

C’est aussi l’avis l’Union Régionale des Professionnels de Santé (URPS) des médecins libéraux Auvergne-Rhône-Alpes.

«La situation est grave et le temps n’est plus aux demi-mesures. L’élargissement immédiat des horaires du couvre-feu à partir de 19 heures en semaine et l’instauration d’un confinement les samedis et dimanches sont nécessaires», écrivent dans un communiqué les représentants de l’Union Régionale des Professionnels de Santé (URPS) des médecins libéraux Auvergne-Rhône-Alpes.

Le collectif fédère les 13.500 médecins libéraux de la région, l’une des 4 plus touchées par le regain de l’épidémie actuellement.

«Il est encore temps d’agir pour éviter une situation comparable à celle du Grand Est, voire de l’Italie, du printemps dernier. Nous estimons que les demi-mesures du couvre-feu actuel font penser à la drôle de guerre de 39-40», écrit le collectif. «La situation est trop grave et le temps n’est plus aux demi-mesures», martèlent les médecins.

 

Coronavirus : reconfinement en Irlande

Coronavirus : reconfinement en Irlande

 

Le reconfinement entrera en vigueur mercredi à minuit pour six semaines, a indiqué le premier ministre irlandais, Micheal Martin.

 

Le confinement a été décidé à partir de mercredi en Irlande sauf pour les emplois essentiels et l’école. Les visites entre différents foyers et les événements en salle seront proscrits, même si le sport professionnel sera autorisé à huis clos.

Ce reconfinement, le premier en Europe devrait normalement durer six semaines. Il est destiné à permettre une mobilité normale dans des conditions sanitaires saines pour les fêtes de Noël

Mais comme beaucoup d’autres pays d’Europe, l’Irlande fait face à une flambée des contaminations, avec 1031 nouveaux cas confirmés lundi.

 

CORONAVIRUS Royaume-Uni : vers le reconfinement ?

CORONAVIRUS Royaume-Uni : vers le reconfinement ?

Pays le plus endeuillé en Europe avec près de 42.000 morts, le Royaume-Uni voit les contaminations « doubler tous les sept jours », faisant courir le risque de dizaines de milliers de cas dans les semaines à venir, ont averti lundi les autorités sanitaires. Le Premier ministre après avoir contesté au printemps la réalité de la crise sanitaire serre  désormais la vis pour l’instant sans confinement total mais avec des mesures assez drastiques

Après avoir incité la population à retourner au travail pour contribuer à relancer l’économie, le gouvernement a changé de position et demande de travailler à domicile quand c’est possible. Il a aussi reporté le retour du public aux manifestations sportives qui était prévu le mois prochain.

Le port du masque obligatoire sera étendu aux employés de commerces, de bars et restaurants, et les sanctions seront durcies. Une infraction aux règles sur le port du masque ou sur les rassemblements – limités à 6 personnes – sera passible d’une amende de 200 livres (218 euros).

« Jamais dans l’histoire, notre destin et notre santé collective n’ont autant dépendu des comportements individuels », a asséné mardi soir le Premier ministre. Lors d’une allocution retransmise à la télévision, il en a appelé à « la discipline, à la détermination et à l’esprit d’équipe » des Britanniques pour freiner la propagation du virus en « suivant ces règles simples ».

Les annonces de Boris Johnson concernent l’Angleterre uniquement. En Ecosse, la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon a d’ores et déjà affirmé que sa province non seulement suivrait l’Angleterre, mais aussi qu’elle irait plus loin dans les restrictions plus « dures ».

Les visites dans d’autres foyers seront interdites dès mercredi, a-t-elle annoncé devant le Parlement local, comme c’est déjà le cas dans plusieurs régions d’Irlande du Nord ou du Pays de Galles où des restrictions locales sont en place.

Nicola Sturgeon a averti que ces mesures seraient peut-être « en place pour six mois », comme indiqué aussi par Boris Johnson. Elle n’a pas exclu un confinement sévère durant les vacances scolaires d’automne, si le nombre de nouvelles contaminations restait élevé.

Menace de RECONFINEMENT GÉNÉRAL ? »

Menace de RECONFINEMENT GÉNÉRAL ? »

 

 

Les responsables du gouvernement ne cessent d’affirmer qu’il n’est pas question d’envisager un reconfinement général pourtant ils ne cessent d’en parler. Le gouvernement envisage plutôt d’éventuelles confinement très ciblés. Mais l’ampleur et la nature de ces confinements ciblés pourrait se rapprocher d’une opération globale de reconfinement. Pourtant le premier ministre affirme « Ce qu’il faut éviter par-dessus tout, c’est le reconfinement général », une mesure qui serait « catastrophique » au niveau économique et social, a estimé le Premier ministre.

 

« Nous savons maintenant ce que cela produit: une telle mesure brise la progression de l’épidémie, certes, mais au niveau économique et social, c’est catastrophique, y compris pour la santé psychologique de certains de nos concitoyens », a insisté le chef du gouvernement, dans un entretien publié par le quotidien régional sur son site.

« Même si le nombre de cas repart à la hausse, les tests positifs restent dans des moyennes basses par rapport aux pays qui nous entourent. Et les hospitalisations restent à un niveau maîtrisé », insiste-t-il.

« Pour lutter contre cette pandémie, il y a des choses simples à faire et à ne pas faire, qu’on appelle les gestes barrières, jusqu’au jour où un vaccin sera trouvé », conclut le Premier ministre. Et d’en appeler à l’augmentation des tests.

Pourtant dans la pratique,  les candidats au test doivent souvent attendre 15 jours ! En cause le manque dramatique d’équipement et surtout de personnel. Bref, la même insuffisance que pour les masques au début de la pandémie ou le nouveau scandale qui se prépare.

Vers un reconfinement ?

Vers un reconfinement ?

La question se pose de plus en plus du fait de la propagation du virus dans le monde entier, aux frontières de la France et même à l’intérieur du pays. Certes il n’est pas question d’un reconfinement total comme la première fois mais plutôt d’une perspective de reconfinement dit ciblé.  Il paraît en effet difficile de reproduire un plan de concombre confinement généralisé pour des raisons économiques et sans doute aussi politiques. On ne veut pas à nouveau arrêter toute l’ économie, provoquer une crise sociale encore plus importante que celle qui vient, sans parler des risques politiques et démocratiques maintenant évoqués dans les pays très fragiles mais aussi dans des pays développés. En clair des risques de rebellions voire de révolution pour protester contre la misère en même temps que contre la crise sanitaire.

Depuis plusieurs jours, la cellule interministérielle de crise travaille sur le sujet. « C’est quasi terminé, assurait vendredi soir une source informée du dossier. Un plan interministériel, constitué d’un document général et de quatre scénarios types, est en voie de finalisation. Ça a été long car, pour donner de la cohérence, il a fallu tout passer en revue : l’école, la vie quotidienne, etc. »

Parmi les points à trancher : le seuil à partir duquel les déplacements pourraient être restreints ; les critères déterminant le périmètre du confinement (quartier ou ville) et ses modalités (sorties autorisées ou strict cantonnement à domicile) ; l’accès ou non aux transports publics ; et la pertinence d’un dépistage de toutes les personnes résidant à l’intérieur du cordon sanitaire. La législation actuelle sans état d’urgence permet en effet aux pouvoirs publics de limiter immédiatement les déplacements et de fermer les magasins.

Coronavirus monde : 579.838 et des tendances au reconfinement

Coronavirus monde :  579.838 et des tendances au reconfinement

579.838 morts sur la planète pour plus de 13,4 millions de cas avérés, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mercredi à 21 heures. Les États-Unis sont le pays le plus endeuillé avec 136.900 décès. Suivent le Brésil avec 74.133 morts, le Royaume-Uni (45.053), le Mexique (36.327) et l’Italie (34.997).

Coronavirus Espagne: reconfinement en Catalogne

Coronavirus Espagne:  reconfinement en Catalogne

 

 

L’Espagne a annoncé samedi le reconfinement géographiquement localisé de plus de 200.000 personnes après la détection de nouveaux foyers de contamination au coronavirus. La mesure concerne les habitants du secteur administratif de Segria, autour de la ville de Lleida, un secteur que ses habitants n’ont plus le droit de quitter depuis midi.

 

Coronavirus Catalogne : reconfinement de 200 000 personnes

Coronavirus Catalogne : reconfinement de 200 000 personnes

La Catalogne a annoncé samedi le reconfinement géographiquement localisé de plus de 200.000 personnes après la détection de nouveaux foyers de contamination au coronavirus.

La mesure concerne les habitants du secteur administratif de Segria, autour de la ville de Lleida, un secteur que ses habitants n’ont plus le droit de quitter depuis midi.

Cette région de Lleida a enregistré 3.551 nouveaux cas dans la journée de jeudi puis 3.706 cas supplémentaires vendredi.

Avec 205.545 cas confirmés de contamination au coronavirus depuis le début de l’épidémie, dont 28.385 mortels, l’Espagne est l’un des pays les plus touchés par la pandémie.

CORONAVIRUS ALLEMAGNE : UN RECONFINEMENT LOCAL

CORONAVIRUS ALLEMAGNE : UN RECONFINEMENT LOCAL

Les autorités allemandes ont annoncé un reconfinement au niveau local, dans le  canton de Rhénanie du Nord-Westphalie, dans l’ouest du pays. C’est là que plus de 1500 cas d’infections ont été détectés, en lien avec un abattoir, présenté comme le plus grand d’Europe.

« Nous allons réintroduire un confinement dans l’ensemble du canton de Gütersloh », qui compte environ 360.000 habitants dans l’ouest du pays, a dit à la presse le dirigeant de la région, la Rhénanie du Nord-Westphalie, Armin Laschet.

 

Un deuxième cas de reconfinement a été annoncé dans mardi après-midi dans un canton de plus de 200.000 habitants dans l’ouest du pays, après l’apparition d’un important foyer de contamination dans un abattoir.

Ce reconfinement, prévu dans un premier temps jusqu’au 30 juin, va se traduire par la limitation stricte des contacts entre personnes, la fermeture des bars, cinémas, musées, l’interdiction des activités de loisirs dans des espaces fermés.

Les restaurants pourront rester ouverts mais n’accueilleront que des clients d’un même foyer, a précisé Armin Laschet, potentiel successeur d’Angela Merkel et candidat à la direction de leur parti, l’Union chrétienne-démocrate (CDU) en décembre prochain.

Ces mesures drastiques, qui interviennent à dix jours du début des vacances scolaires dans cette région très peuplée et très industrialisée, visent « à calmer la situation » et « accroître les tests » de dépistage.

L’Allemagne était jusqu’ici relativement épargnée par le virus à la différence de ses partenaires européens comme la France, l’Italie ou l’Espagne. Le pays est sous le choc depuis la découverte de ce foyer de contamination dans l’abattoir Tönnies, qui emploie près de Gütersloh 6700 personnes, pour beaucoup venues de Bulgarie et de Roumanie.

Lundi soir, les autorités locales ont annoncé que 1553 personnes étaient contaminées par le Covid-19 dans le canton. Quelque 7000 personnes ont été placées en quarantaine, 21 hospitalisées et 6 sont en soin intensifs.

Nouveau Reconfinement dans plusieurs quartiers de Pékin ?

  • Nouveau  Reconfinement dans plusieurs quartiers de Pékin ?
  • Onze quartiers résidentiels du sud de Pékin sont soumis au confinement en raison de l’apparition d’un nouveau foyer de coronavirus dans un marché de Xinfadi, ont annoncé samedi 13 juin les autorités. Le président du marché de viande a dit à Beijing News que le virus avait été détecté sur des planches servant à découper le saumon importé.
  • Sept cas de contamination au Covid-19 ont été recensés dans les environs du marché Xinfadi, dont six samedi, selon les autorités sanitaires. Neuf écoles et jardins d’enfants des environs ont été fermés.
  • Les responsables du district de Fengtai (où se trouve le marché Xinfadi) ont annoncé samedi mettre en place un «dispositif de temps de guerre» pour faire face à cette nouvelle vague de contaminations.
  • Un porte-parole de la ville a annoncé que les événements sportifs étaient suspendus à Pékin et le tourisme inter-provincial provisoirement interdit, avec effet immédiat. Il a précisé que l’ensemble des six cas de contamination recensés à Pékin vendredi concernaient des visiteurs du marché de Xinfadi, qui a été fermé dans la nuit de vendredi à samedi suite au signalement de deux cas liés au lieu.
  • Les autorités locales, qui craignent une nouvelle vague de l’épidémie apparue dans le centre de la Chine l’an dernier, ont prévu de tester plus de 10.000 personnes travaillant ou ayant visité le marché de Xinfadi. Un premier cas de contamination à Pékin en près de deux mois a été rapporté jeudi.

Deuxième vague de reconfinement après le 11 mai

Deuxième vague de reconfinement après le 11 mai

Il  n’est pas impossible qu’on assiste à une seconde vague de crise sanitaire moins importante peut-être mais réelle, comme en Chine par exemple. Le gouvernement n’exclut donc pas la possibilité d’une nouvelle phase de reconditionnement après le 11 mai. «  il ne faut pas remettre en cause cet effort par un retour trop précipité ou une volonté de dire ‘tout ça est derrière nous’», a encore prévenu le chef de l’État, depuis le magasin «Super U» de la commune de Saint-Pol-de-Léon.

Selon Emmanuel Macron, «le confinement (…) a évité que (le virus) se diffuse partout dans le pays». «C’est pour ça qu’il faut, partout, être très prudent. Et c’est vrai qu’il y aura peut-être, sur certains sujets, des étapes qui pourront se passer plus vite dans les endroits où le virus ne s’est pas répandu », a-t-il détaillé, invitant les Français à «garder les éléments de la prudence» et à «garder tout ce qu’on a appris à faire, tant que le virus tourne dans le pays» et en Europe.

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol