Archive pour le Tag 'reconfinement'

Reconfinement en Guadeloupe

  • Reconfinement en  Guadeloupe

 

Aux Antilles le taux d’incidence atteint selon les cas de 1200  à 1900 alors que le taux d’alerte est à 50 et que le taux moyen France tourne autour de 200. Du coup, la Guadeloupe va se reconfiner complètement. Peut-être un avant-goût de ce qui pourrait se passer en France en septembre après le grand brassage de juillet août entre populations locales des zones touristiques et vacanciers extérieurs. À noter que le taux de vaccination n’atteint que de l’ordre de 20 % aux Antilles.

Covid Australie : reconfinement jusqu’à Noël

Covid Australie : reconfinement jusqu’à Noël ?

L’Australie avait misé sur une stratégie du zéro covid délaissant parallèlement la vaccination. Seulement 14 % des Australiens ont reçu deux doses de vaccin . Alors que la ville est déjà confinée depuis six semaines, la seule ville de Sydney a enregistré 262 nouveaux cas jeudi, un nouveau record depuis le début de la pandémie.

 

Dans l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud où se trouve Sydney, des contaminations ont été enregistrées dans d’autres districts, conduisant les autorités à étendre géographiquement les mesures de confinement. . Jeudi, Melbourne, la deuxième ville du pays, a été reconfinée pour la sixième fois, en même temps que l’Etat de Victoria auquel elle appartient. « Il n’y a pas [d'autres] d’alternative », a déploré le gouverneur local, estimant que Victoria serait reconfinée « jusqu’à Noël » ou jusqu’à ce que « 80% de la population » soit vaccinée si la courbe épidémique n’était pas cassée rapidement.

 

. L’Australie se heurte également à la lenteur de sa campagne vaccinale. Sur 25 millions d’habitants, environ 14% seulement ont reçu deux doses de vaccin. Le temps de vaccinés 80 % de la population beaucoup de régions pourrait être confiné jusqu’à Noël

Covid Australie : nouveau record de cas et reconfinement jusqu’à Noël ?

Covid Australie : nouveau record de cas et reconfinement jusqu’à Noël ?

L’Australie avait misé sur une stratégie du zéro covid délaissant parallèlement la vaccination. Seulement 14 % des Australiens ont reçu deux doses de vaccin . Alors que la ville est déjà confinée depuis six semaines, la seule ville de Sydney a enregistré 262 nouveaux cas jeudi, un nouveau record depuis le début de la pandémie.

 

Dans l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud où se trouve Sydney, des contaminations ont été enregistrées dans d’autres districts, conduisant les autorités à étendre géographiquement les mesures de confinement. . Jeudi, Melbourne, la deuxième ville du pays, a été reconfinée pour la sixième fois, en même temps que l’Etat de Victoria auquel elle appartient. « Il n’y a pas [d'autres] d’alternative », a déploré le gouverneur local, estimant que Victoria serait reconfinée « jusqu’à Noël » ou jusqu’à ce que « 80% de la population » soit vaccinée si la courbe épidémique n’était pas cassée rapidement.

 

. L’Australie se heurte également à la lenteur de sa campagne vaccinale. Sur 25 millions d’habitants, environ 14% seulement ont reçu deux doses de vaccin. Le temps de vaccinés 80 % de la population beaucoup de régions pourrait être confiné jusqu’à Noël

Covid Martinique : reconfinement

Covid  Martinique : reconfinement

.

Un confinement de trois semaines sera mis en place à partir de ce week-end et pour trois semaines en Martinique, a annoncé le préfet Stanislas Cazelles, ce mercredi, lors d’une conférence de presse.Le taux d’incidence (nombre de cas sur 7 jours pour 100.000 habitants) passe de 625 (entre le 12 et le 18 juillet) à 995.

« Il a pour objectif de casser la courbe, de faire baisser le nombre de contaminations et de protéger le territoire en vue de la rentrée scolaire », a-t-il expliqué lors de ce point retransmis en direct sur Facebook.

Ce confinement se déroulera dans la journée, de 5h à 19h, avec une restriction des déplacements au-delà de dix kilomètres autour du domicile. Tout déplacement au-delà de cette limite sera soumis à une attestation. Le couvre-feu sera avancé de 21h à 19h « avec des conditions de déplacement plus strictes », a précisé le préfet de Martinique.

 

Le reconfinement COVID-19 : la croissance remise en cause

Le reconfinement COVID-19 : la croissance remise en cause

Le ministre de l’économie prend les devants et considère qu’avec les nouvelles mesures restrictives la croissance pourrait être mise en cause. En fait,  la France pourrait voir sa perspective de croissance de 6 % divisée par deux. Tout dépendra en effet de la durée du nouveau confinement. Le chef de l’État a annoncé une durée de quatre semaines mais qui pourrait durer au moins le double voire jusqu’au congés d’été.

«Ces mesures auront un impact sur la croissance économique en 2021. Nous sommes en train de l’évaluer. Il y aura une nouvelle évaluation dans les prochains jours », a déclaré Le Maire à la télévision CNews lorsqu’on lui a demandé s’il s’en tenait à l’objectif de croissance économique du gouvernement pour cette année. Il prévoit une croissance de 6% pour 2021.

Le Maire a rappelé que les nouvelles mesures de verrouillage forceraient la fermeture temporaire de 150 000 entreprises pour un coût de 11 milliards d’euros par mois.

Le Maire a réitéré ses appels à l’Union européenne pour accélérer la mise en œuvre de son plan de relance économique.

«L’Europe doit comprendre que nous devons aller vite et que les fonds de relance promis aux citoyens européens doivent désormais arriver dans les États membres … En 2022 ou 2023, il sera trop tard. Les Chinois et les Américains seront en avance sur nous », a-t-il déclaré.

Bien que le bloc des 27 pays ait accepté le fonds de relance historique l’été dernier, les gouvernements de l’UE continuent de soumettre des plans détaillés sur la manière dont ils envisagent de dépenser l’argent du fonds, que beaucoup doivent encore ratifier. Pendant ce temps-là les États-Unis accélèrent la cadence des plans de soutien à l’économie avec encore récemment un plan destiné soutien des infrastructures de 2000 milliards s’ajoutant un autre récent plan de 3000 milliards. Les États-Unis auront engagé des plans de 7 à 8000 milliards tandis que l’Europe est encore embourbée dans les procédures de son mini plan de 750 milliards.

SONDAGE PSEUDO RECONFINEMENT : MACRON critiqué par 58%

SONDAGE PSEUDO RECONFINEMENT : MACRON  critiqué par 58%

De l’avis d’une majorité de Français (58%), Emmanuel Macron et Jean Castex ont eu tort de ne pas reconfiner le pays fin janvier, selon le nouveau sondage Elabe « L’Opinion en direct » publié ce mercredi. Une erreur qui se mêle à des prises de décisions jugées parfois « incohérentes » et « inefficaces ».

Pour 6 Français sur 10, l’exécutif a eu tort de ne pas reconfiner le pays fin janvier.

Concernant particulièrement les annonces faites jeudi dernier – à savoir, reconfiner 16 départements pour au moins un mois – 74% des personnes interrogées estiment qu’elles ne sont pas cohérentes, 73% qu’elles ne sont pas efficaces, 65% qu’elles ne sont pas justes et 65% qu’elles ne sont pas simples à comprendre. Ce manque de clarté est dénoncé par 72% des personnes vivant dans les 16 départements concernés par le nouveau confinement.

Les mesures annoncées par l’exécutif jeudi dernier manquent de cohérence, pour une majorité de Français. 

Perte de confiance

S’ajoute à ce mécontentement, la sensation pour un Français sur deux que l’exécutif ne prend pas assez de précautions vis-à-vis de la crise sanitaire. 27% jugent qu’il en prend juste ce qu’il faut, et 22% qu’il en prend trop. L’impression d’un manque de précautions est une opinion qui augmente avec l’âge: 43% des 18-24 ans considèrent que l’exécutif n’en prend pas assez, et cette observation augmente jusqu’à 59% chez les 65 ans et plus.

Dans ce contexte, la confiance accordée au gouvernement par les Français diminue: elle a perdu 4 points dans les sondages en une semaine. Ainsi, 69% des sondés ne font pas confiance aux politiques qui gouvernent le pays, dont 36% (-1) « pas vraiment confiance » et 33% (+6) « pas confiance du tout ». La confiance en l’exécutif atteint son plus bas niveau depuis le début de la crise du Covid-19.

La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Echantillon de 1002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Interrogation par Internet les 23 et 24 mars 2021.

SONDAGE PSEUDO RECONFINEMENT : MACRON critiqué par 58%

SONDAGE PSEUDO RECONFINEMENT : MACRON  critiqué par 58%

De l’avis d’une majorité de Français (58%), Emmanuel Macron et Jean Castex ont eu tort de ne pas reconfiner le pays fin janvier, selon le nouveau sondage Elabe « L’Opinion en direct » publié ce mercredi. Une erreur qui se mêle à des prises de décisions jugées parfois « incohérentes » et « inefficaces ».

Pour 6 Français sur 10, l’exécutif a eu tort de ne pas reconfiner le pays fin janvier.

Concernant particulièrement les annonces faites jeudi dernier – à savoir, reconfiner 16 départements pour au moins un mois – 74% des personnes interrogées estiment qu’elles ne sont pas cohérentes, 73% qu’elles ne sont pas efficaces, 65% qu’elles ne sont pas justes et 65% qu’elles ne sont pas simples à comprendre. Ce manque de clarté est dénoncé par 72% des personnes vivant dans les 16 départements concernés par le nouveau confinement.

Les mesures annoncées par l’exécutif jeudi dernier manquent de cohérence, pour une majorité de Français. 

Perte de confiance

S’ajoute à ce mécontentement, la sensation pour un Français sur deux que l’exécutif ne prend pas assez de précautions vis-à-vis de la crise sanitaire. 27% jugent qu’il en prend juste ce qu’il faut, et 22% qu’il en prend trop. L’impression d’un manque de précautions est une opinion qui augmente avec l’âge: 43% des 18-24 ans considèrent que l’exécutif n’en prend pas assez, et cette observation augmente jusqu’à 59% chez les 65 ans et plus.

Dans ce contexte, la confiance accordée au gouvernement par les Français diminue: elle a perdu 4 points dans les sondages en une semaine. Ainsi, 69% des sondés ne font pas confiance aux politiques qui gouvernent le pays, dont 36% (-1) « pas vraiment confiance » et 33% (+6) « pas confiance du tout ». La confiance en l’exécutif atteint son plus bas niveau depuis le début de la crise du Covid-19.

La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération. Echantillon de 1002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Interrogation par Internet les 23 et 24 mars 2021.

Ambre Lepoivre

RECONFINEMENT RÉGION PARISIENNE : les TGV complets !

 RECONFINEMENT RÉGION PARISIENNE : les TGV complets !

Il est clair que le nouveau confinement même avec d’énormes trous dans la raquette va constituer un dispositif restrictif qui va peser sur la mobilité des habitants concernés en particulier en région parisienne. Du coup comme lors du premier confinement, beaucoup vont le plus tôt possible quitter la région et rejoindre une province moins atteinte par le virus et/ou les libertés sont moins contraintes. C’est notamment le cas des trains en direction de Bordeaux, ont signalé plusieurs internautes.

Les liaisons vers la Bretagne sont aussi concernées, indique France Bleu. Il était difficile ce jeudi soir de réserver une place pour Vannes depuis Paris, tandis que les billets vers Rennes, Nantes ou Saint-Brieuc se font rares.

Reconfinement en Île-de-France cette semaine

Reconfinement en Île-de-France cette semaine

 

 

 

Il est probable que le gouvernement sera amené à décider de forme de confinement pour la région parisienne dès cette semaine compte tenu de la dérive des les indicateurs du virus caractérisé par une sur-occupation des lits de réanimation et la montée des contaminations notamment des variants qui représentent maintenant autour de 75 % des personnes contaminées. Il est clair que la politique qui consiste à transférer de façon très complexe des malades parisiens en province ne peut être que marginale, en outre très coûteuse et traumatisante pour les malades et leurs familles.

 

La région francilienne a dépassé ce lundi le taux d’incidence de 400 cas pour 100.000 habitants, seuil critique fixé dimanche par Jean Castex lors d’une interview.

Selon les données de Santé Publique France, le taux d’incidence est exactement de 404 ce lundi, contre 391 la veille, soit une hausse de 14%.

Dimanche, le Premier ministre avait évoqué sur la plateforme Twitch cette limite pour expliquer la différence de restrictions entre l’Île-de-France et d’autres régions comme le Nord-Pas-de-Calais ou les Alpes-Maritimes.

Play Video

« On a démarré (le confinement le week-end) dans ces départements, quand le taux d’incidence était à 400 pour 100.000 habitants. Il est encore en dessous » en Île-de-France, avait précise Jean Castex, et tant que ce chiffre n’est pas atteint, « on ne peut pas prendre les mêmes mesures ».

Le nombre de patients admis en réanimation a dépassé lundi le pic de la deuxième vague du mois de novembre, selon les chiffres de l’Agence régionale de santé.

La pression continue de s’intensifier sur l’hôpital en Île-de-France. Le nombre de patients admis en réanimation dans la région atteint désormais 1152 ce lundi, selon l’ARS. Ce niveau est supérieur au pic enregistré lors de la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19 au mois de novembre.

Les hôpitaux et cliniques franciliens n’avaient pas accueilli autant de patients Covid en réanimation depuis le 13 novembre, lorsque l’ARS en avait recensé 1.134.

Signe d’une dégradation continue de la situation en Île-de-France, le taux d’incidence dépasse lui les 400 cas pour 100.000 habitants, le seuil fixé par Jean Castex dimanche pour envisager de nouvelles restrictions, notamment un confinement.

Reconfinement: on attend quoi ?

Reconfinement: on attend quoi ?

 

 

Tous les indicateurs sont au rouge aussi bien concernant le nombre de contaminés, que le nombre d’hospitalisations, celui des personnes en soins intensifs et celui des morts. Et pourtant on attend, un peu comme Godot !

 

La vérité c’est que le pouvoir central à la trouille immense de voir une partie de l’opinion se retourner contre une mesure de confinement. Alors vraisemblablement, il ne va pas décider de confinement général qui serait pourtant nécessaire pour une période,  parallèlement à une multiplication des tests et à un vrai plan massif de vaccination.

 

La vérité c’est que nous sommes déjà en campagne électorale d’une part pour les départementales  et régionales  toutes proches  mais tout autant pour les présidentielles où  le verrou républicain est en train de sauter et de mettre en péril le succès de Macron.

 

On est prêt déclare le transparent Premier ministre face à la situation de plus en plus désastreuse en région parisienne qu’on ne peut reconfiner….. parce que c’est la capitale ! Alors vraisemblablement le pouvoir central va se défausser sur des élus locaux qui ne sont pourtant plus guère compétents que les autorité scientifiques et politiques centrales et qui eux aussi sont victimes de clientélisme.

 

Le pouvoir semble paralysé d’une part par l’échec total de sa politique sanitaire tout autant que par les réactions négatives à une perspective de confinement. Notons d’ailleurs que le président de la république si prolifique d’ habitude se tait maintenant depuis plusieurs semaines. Un mutisme et une paralysie mortifère.

Reconfinement: on attend quoi ?

Reconfinement: on attend quoi ?

 

 

Tous les indicateurs sont au rouge aussi bien concernant le nombre de contaminés, que le nombre d’hospitalisations, celui des personnes en soins intensifs et celui des morts. Et pourtant on attend, un peu comme Godot !

 

La vérité c’est que le pouvoir central à la trouille immense de voir une partie de l’opinion se retourner contre une mesure de confinement. Alors vraisemblablement, il ne va pas décider de confinement général qui serait pourtant nécessaire pour une période,  parallèlement à une multiplication des tests et à un vrai plan massif de vaccination.

 

La vérité c’est que nous sommes déjà en campagne électorale d’une part pour les départementales  et régionales  toutes proches  mais tout autant pour les présidentielles où  le verrou républicain est en train de sauter et de mettre en péril le succès de Macron.

 

On est prêt déclare le transparent Premier ministre face à la situation de plus en plus désastreuse en région parisienne qu’on ne peut reconfiner….. parce que c’est la capitale ! Alors vraisemblablement le pouvoir central va se défausser sur des élus locaux qui ne sont pourtant plus guère compétents que les autorité scientifiques et politiques centrales et qui eux aussi sont victimes de clientélisme.

 

Le pouvoir semble paralysé d’une part par l’échec total de sa politique sanitaire tout autant que par les réactions négatives à une perspective de confinement. Notons d’ailleurs que le président de la république si prolifique d’ habitude se tait maintenant depuis plusieurs semaines. Un mutisme et une paralysie mortifère.

Coronavirus Italie : le reconfinement lundi

Coronavirus Italie : le reconfinement lundi

Face à une véritable troisième vague, l’Italie décide de reconfiner l’essentiel de son territoire. Les régions les plus peuplées de la péninsule, notamment la Lombardie, poumon économique du pays, et le Latium, la région de Rome, seront classées en « rouge » (risque élevé), entraînant la fermeture des écoles ainsi que des bars et des restaurants. Les déplacements seront limités aux impératifs de travail, à l’achat de produits de première nécessité et aux urgences de santé. Ces mesures « entreront en vigueur à partir du lundi 15 mars », a précisé le ministère.

Outre le Latium et la Lombardie, passeront également en « rouge » l’Emilie-Romagne (région de Bologne), le Piémont (Turin), la Vénétie (Venise), le Frioul-Vénétie Julienne, le Trentin, les Marches (nord), les Pouilles (talon de la botte au sud). Ces régions rejoignent la Campanie (région de Naples, sud) et le Molise (sud), qui étaient déjà classées « rouge ».

Cette annonce attendue intervient alors qu’ »au cours de la dernière semaine, 150.175 nouvelles contagions ont été enregistrées contre 130.816 la semaine précédente, soit une augmentation de presque 15% », comme l’a souligné vendredi le Premier ministre Mario Draghi, alors que l’Italie a passé lundi la barre des 100.000 morts depuis le début de la pandémie.

 

Le reconfinement est incontournable

Le reconfinement est incontournable

 

Selon le professeur Gilles Pialoux, infectiologue et chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Tenon à Paris, le reconfinement est incontournable déclare-t-il sur RTL car les hôpitaux et les lits de réanimation se remplissent à cause de « la situation d’organisation politique de cette gestion de la pandémie ».

Un an après le début de la crise sanitaire, la France en est au même point, il n’y a pas plus de lits en réanimation. Pour Gilles Pialoux « le problèmes des lits c’est 15 ans de politique sanitaire de fermeture de lit et de non-priorisation de l’hôpital public. Ce n’est pas maintenant qu’on peut régler ce problème-là en un an. Le problème n’est pas d’ouvrir des lits, le problème c’est de les armer en personnel ».

Gilles Pialoux explique que l’annonce du transfert de patients « nous a un peu tétanisés, parce que c’est très compliqué d’organiser les transferts« . C’est complexe au niveau logistique. Il ajoute que dans cette pandémie « ce n’est pas sur la logistique que la France a été la plus efficace ».

Il y a un mois, Gilles Pialoux alarmait sur la situation et avait déclaré « on va dans le mur parce qu’on n’a pas de marge de manœuvre sur le personnel ». Ce soir, l’infectiologue indique que « la différence avec la première vague c’est que les choses sont montées extrêmement vite et que là on est dans une marche progressive ». En Ile-de-France la situation ne peut « qu’empirer » car il faut des semaines pour descendre du niveau où on est actuellement et qui est très élevé.

Coronavirus Royaume-Uni : reconfinement partiel décidé

Coronavirus Royaume-Uni : reconfinement partiel décidé

 

La situation sanitaire longtemps négligée par Boris Johnson est devenue incontrôlable. Le Royaume-Uni est le pays européen qui compte le plus de victimes. Par exemple dernièrement on enregistrait 1000 morts en 24 heures, soit trois fois plus qu’en France. L’apparition du variant appelé Covid britannique a largement contribué à la diffusion accélérée de la pandémie. Aujourd’hui Boris Johnson est contraint de faire exactement le contraire de ce qu’il disait il y a quelques semaines et quelques mois.

La campagne de vaccination, certes importante, ne portera ses effets bénéfiques réels que dans plusieurs mois. En attendant, Le Premier ministre britannique Boris Johnson va annoncer un reconfinement partiel du Royaume-Uni afin d’enrayer la deuxième vague de l’épidémie de coronavirus.

Ce nouveau confinement ne sera pas aussi sévère que celui de mars, mais de nouvelles mesures de restrictions viendront s’ajouter à celles déjà imposées en Angleterre, en Écosse, au Pays de Galles et en Irlande du Nord, ciblant en particulier les pubs, bars et restaurants qui devront fermer à 22 heures à partir de jeudi.

En outre, quelques semaines seulement après avoir incité les Britanniques à revenir sur leur lieu de travail, Boris Johnson leur conseille dorénavant de travailler de chez eux s’ils le peuvent.

Ces mesures interviennent après que les conseillers médicaux du pays ont averti lundi que le Royaume-Uni s’exposait à une hausse exponentielle de décès liés au coronavirus dans les prochaines semaines à moins que le gouvernement n’agisse rapidement.

Le Royaume-Uni est le pays européen le plus endeuillé par le COVID-19 – 41.777 décès selon le dernier bilan en date -, et le cinquième au monde.

SONDAGE reconfinement: huit Français sur 10 le prévoient

SONDAGE reconfinement: huit Français sur 10 le prévoient 

selon un sondage Elabe pour BFMTV diffusé ce mercredi. Parmi les personnes interrogées, 83% estiment que cette mesure d’heureux confinement sera prise dans les prochaines semaines. Une position largement majoritaire, souligne l’institut de sondage, au sein de toutes les catégories de population et électorats.

Lundi matin, en réunion avec des parlementaires, le Premier ministre Jean Castex n’avait pas exclu « un troisième confinement en dernier recours », mais avait estimé que « pour le moment, les chiffres à date nous laiss(aient) penser que le couvre-feu suffit ».

D’après l’enquête Elabe, 62% des Français sondés disent qu’ils supporteraient un troisième confinement.

Dans le détail, les personnes interrogées se montrent à 75% favorables à un nouveau confinement dans les régions les plus touchées, et 65% favorables à un couvre-feu à 18 heures dans ces régions.

L’opinion apparaît plus divisée sur des mesures uniformes au plan national: 52% des personnes se montrent favorables à un nouveau confinement, 47% à un couvre-feu national et 44% favorables à un couvre-feu à 18 heures la semaine et à un confinement le week-end.

Mais, même en cas de désaccord avec les mesures, 94% des personnes interrogées déclarent qu’elles respecteraient l’instauration d’un couvre-feu national à 18 heures, et 92% respecteraient un troisième confinement national.

Étude Elabe réalisée pour BFMTV sur un échantillon de 1003 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Sondage réalisé sur Internet les 12 et 13 janvier 2021.

Covid-19 : « »un reconfinement probable »

Covid-19 : « »un  reconfinement probable »

Le  confinement strict et précoce est la meilleure arme contre la propagation virale, défendent, dans une tribune au « Monde », les médecins et autres membres de l’association PandémIA .

 

Tribune. Nous alertions en novembre sur les risques de « stop and go », alternance de confinements et déconfinements contemporains de multiples vagues, comme celle s’amorçant sous nos yeux. Avons-nous encore échoué ? La pandémie a-t-elle toujours une vague d’avance ? L’ampleur de la deuxième vague nous a surpris, à cause de plusieurs facteurs : un relâchement, flagrant cet été, des mesures barrières, puis le refroidissement saisonnier propice à la propagation du virus, plus résistant au froid et à l’humidité, avec une probabilité plus grande de le trouver en milieu confiné.

 

La pandémie a changé de nature également. Les 25 000 mutants du Covid décrits jusqu’ici étaient sans conséquence évidente sur l’histoire de la maladie. Cependant, deux nouveaux mutants sont apparus (Royaume-Uni et Afrique du Sud), beaucoup plus contagieux, apparemment sans conséquences sur la virulence. Ces mutations facilitent l’entrée du virus dans les cellules et en augmentent les quantités produites dans la salive, principal vecteur de transmission. Modifient-elles également la résistance du virus dans l’environnement ? Sa capacité à échapper au système immunitaire ? L’émergence de ces variants pose aussi le problème de la sensibilité des tests PCR, de l’efficacité de nos stratégies pour les identifier et limiter leur diffusion, et surtout des potentielles conséquences sur l’efficacité des vaccins.

Surveillance des eaux usées

Alors que l’amélioration des techniques de réanimation (oxygénation moins invasive) et des traitements spécifiques (corticoïdes, anticoagulants) permettait de baisser la mortalité de 40 % à moins de 25 % chez les patients sévères, une surmortalité a été observée pendant la deuxième vague, soulevant de nombreuses questions. Serait-ce un effet « comptable », de nombreux décès de la première vague n’ayant pas été reconnus Covid, car non diagnostiqués, ou une conséquence de sa durée, plus longue ?

Notre incapacité à mieux gérer les déconfinements, en anticipant la recirculation du virus, est aussi en question. Notre groupe avait montré que la surveillance de la présence du virus en quantité croissante dans les eaux usées permettait d’annoncer la remontée de l’incidence de la maladie, et ses conséquences sur l’afflux hospitalier et les décès. Les travaux conduits dans le cadre du réseau Obépine avaient notamment alerté sur le retour du virus, dès le 20 juin, les indicateurs « individus-centrés » n’ayant perçu cette recirculation qu’un mois plus tard.

VARIANT BRITANNIQUE : la menace qui va imposer le reconfinement

VARIANT BRITANNIQUE : la menace qui va imposer le reconfinement

Le  virus premier importé de Chine était déjà difficile à contrôler. Mais la situation devient hors contrôle quand le virus britannique et où le virus sud-africain prend le dessus. Ce qui est inévitable car c’est toujours le virus le plus dynamique qui remplace les autres.

Ainsi le généticien, Axel Kahn, aussi président Ligue contre le cancer affirme dans: « Il y a eu énormément de dégâts collatéraux pour les personnes atteintes de cancer ». Il a notamment mis en garde contre l’arrivée des deux « mutants », dont « le V1, l’anglais » qui présente une grande « capacité d’invasivité ».

À Marseille par exemple , les analyses à la suite de la découverte d’un probable « cluster » de la souche anglaise du Covid-19 à Marseille se poursuivent. Sur les 23 contaminations examinées, le maire Benoît Payan annonce ce dimanche soir que 8 correspondent au variant anglais.

L’enquête n’est pas terminée à Marseille, mais la situation virale est déjà jugée « inquiétante ». Benoît Payan, le maire socialiste de la ville, s’est exprimé à deux reprises pour évoquer le cluster du variant anglais du Covid-19, détecté dans la cité phocéenne.

Avant cette prise de parole, Benoît Payan et Michèle Rubirola se sont exprimés plus tôt, ce dimanche à 15 heures, lors d’un point presse organisé dans une caserne des marins-pompiers.

« Désormais chaque minute compte pour endiguer la propagation de la souche anglaise », a alors prévenu l’édile: « Il nous faut réagir immédiatement, nous souhaitons que l’on sorte des schémas habituels de la crise et tout faire pour tracer, tester et isoler en urgence tous les porteurs potentiels de la souche britannique. »

 

Le problème c’est qu’on est bien incapable de quantifier le nombre de personnes atteintes par le virus britannique voir sud-africain.

 

Reconfinement : 73 % des Français estiment qu’il est probable

Reconfinement : 73 % des Français estiment qu’il est probable

Selon un sondage Harris Interactive pour LCI, quelques heures après les mesures annoncées par le Premier ministre Jean Castex, 59% des Français se disent favorables à l’instauration d’un couvre-feu dans certains départements en France, alors que dix nouveaux départements pourraient y basculer d’ici dimanche. 54% des interrogés déclarent être favorables au report de l’ouverture des stations de ski, et 54% se montrent favorables au report de la réouverture des salles de cinéma, des théâtres, des musées et des stades (contre 59% le 10 décembre).

 

Si cette hypothèse reste écartée à ce stade par le gouvernement, 73% des Français estiment qu’il est probable que l’exécutif prenne la décision d’un confinement au niveau national (dont 47% plutôt probable), .Enquête réalisée en ligne le 7 janvier 2021, après la conférence de presse de Jean Castex, sur un échantillon de 1439 personnes, représentatif de la population française, âgées de 18 ans et plus. La méthode des quotas a été appliquée.

Castex : En attendant le reconfinement

Castex : En attendant le reconfinement

 

Castex n’a pas annoncé grand chose de nouveau sinon qu’il prépare tout doucement un éventuel reconfinement. Il en effet indiqué que les bars et les restaurants ne sont pas près de reprendre pas davantage que les activités culturelles, de ski ou de sport en général. Au contraire le couvre-feu devrait être élargi à une dizaine de départements supplémentaires.

Bref les mesures restrictives sont même prolongées et on refera le point le 20 janvier

L’horizon était bouché, il s’obscurcit encore. Alors que l’exécutif attend toujours de connaître l’impact des fêtes de fin d’année sur l’épidémie de Covid-19, ce sont désormais deux nouveaux variants du virus qui menacent de se répandre dans le pays, le britannique et le sud-africain, plus contagieux et plus virulents.

«La situation sanitaire n’est pas revenue à la normale, elle est même devenue plus fragile au cours des dernières semaines», a mis en garde jeudi le premier ministre

, il n’y aura «aucun assouplissement» jusqu’à la fin du mois. En faite on va examiner de très près les courbes décontaminés, des urgences, des hospitalisés et des décès. En ce moment le nombre de contaminés par exemple tourne autour de 20 000 en moyenne ; si c’est comme c’est probable ce nombre devait passer à 40 ou 50 000 à leurs le

VERS UN RECONFINEMENT ? (Comité scientifique )

VERS UN RECONFINEMENT ? (Comité scientifique )

Le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy a été interrogé mercredi soir sur France 2 au sujet de la propagation de l’épidémie de Covid-19 en France, et d’un possible reconfinement si la situation ne s’améliorait pas. On est loin en effet de l’objectif des 5000 contaminés par an que souhaiter le président macro pour alléger le dispositif restrictif des libertés. Hier on encore atteint 25 000 contaminations. En outre il y a maintenant la sérieuse menace du virus britannique beaucoup plus contaminant.

 

« On a le variant, et le deuxième point c’est qu’on a une épidémie qui se poursuit en France« , rappelle Jean-François Delfraissy.

Il souligne toutefois que la France est « bonne élève en ce moment », comparée à ses voisins européens, mais « ça risque de ne pas durer », car les chiffres du Covid-19 dans le pays stagnent sur une fourchette haute: « on est dans une situation un peu intermédiaire, mais on arrive à des chiffres qui sont préoccupants ».

 

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol