Archive pour le Tag 'Réchauffement'

Environnement–Climat : limiter le réchauffement à 1,5°C ne suffira pas

Environnement–Climat : limiter le réchauffement à 1,5°C ne suffira pas

La limitation à 1,5°C du réchauffement de la planète permettra d’éviter un emballement du changement climatique, mais elle ne suffira pas, a averti mercredi 31 mai un consortium de 50 chercheurs.

Les émissions de gaz à effet de serre restent à des niveaux records, et pour les experts du Giec, les politiques actuelles mènent plutôt vers un réchauffement de 2,7°C d’ici à la fin du siècle. La température moyenne à la surface de la Terre a déjà augmenté de près de 1,2°C depuis l’ère préindustrielle. Afin d’éviter que de larges pans de l’humanité soient exposés à « des dommages importants (…), la juste limite doit être fixée à 1°C ou en dessous », et la concentration atmosphérique de CO2 – actuellement à 420 parties par million (ppm) – doit être réduite à 350 ppm, selon les scientifiques.

« Nous sommes dans l’Anthropocène, mettant en danger la stabilité et la résilience de la planète entière », a souligné Johan Rockström, auteur principal de l’étude, faisant référence à une nouvelle époque géologique marquée par l’empreinte humaine sur la planète. Johan Rockström est l’un des initiateurs du concept de « limites planétaires », des lignes rouges à ne pas franchir.

En 2009, lui et ses collègues ont identifié neuf de ces limites et trois avaient déjà été franchies : les gaz à effet de serre réchauffant la planète, l’accélération de l’extinction d’espèces et un excès d’azote et de phosphore dans l’environnement. Depuis, trois autres limites ont été franchies : la déforestation, la surexploitation de l’eau douce et l’omniprésence de produits chimiques synthétiques. La pollution extérieure aux particules pourrait s’y ajouter cette année et l’acidification des océans n’est peut-être pas loin derrière. « Rien de moins qu’une juste transformation globale (…) est nécessaire pour assurer le bien-être humain », concluent les auteurs de l’étude.

Climat : limiter le réchauffement à 1,5°C ne suffira pas

Climat : limiter le réchauffement à 1,5°C ne suffira pas

La limitation à 1,5°C du réchauffement de la planète permettra d’éviter un emballement du changement climatique, mais elle ne suffira pas, a averti mercredi 31 mai un consortium de 50 chercheurs.

Les émissions de gaz à effet de serre restent à des niveaux records, et pour les experts du Giec, les politiques actuelles mènent plutôt vers un réchauffement de 2,7°C d’ici à la fin du siècle. La température moyenne à la surface de la Terre a déjà augmenté de près de 1,2°C depuis l’ère préindustrielle. Afin d’éviter que de larges pans de l’humanité soient exposés à « des dommages importants (…), la juste limite doit être fixée à 1°C ou en dessous », et la concentration atmosphérique de CO2 – actuellement à 420 parties par million (ppm) – doit être réduite à 350 ppm, selon les scientifiques.

« Nous sommes dans l’Anthropocène, mettant en danger la stabilité et la résilience de la planète entière », a souligné Johan Rockström, auteur principal de l’étude, faisant référence à une nouvelle époque géologique marquée par l’empreinte humaine sur la planète. Johan Rockström est l’un des initiateurs du concept de « limites planétaires », des lignes rouges à ne pas franchir.

En 2009, lui et ses collègues ont identifié neuf de ces limites et trois avaient déjà été franchies : les gaz à effet de serre réchauffant la planète, l’accélération de l’extinction d’espèces et un excès d’azote et de phosphore dans l’environnement. Depuis, trois autres limites ont été franchies : la déforestation, la surexploitation de l’eau douce et l’omniprésence de produits chimiques synthétiques. La pollution extérieure aux particules pourrait s’y ajouter cette année et l’acidification des océans n’est peut-être pas loin derrière. « Rien de moins qu’une juste transformation globale (…) est nécessaire pour assurer le bien-être humain », concluent les auteurs de l’étude.

Réchauffement climatique France: Une perspective de 4° supplémentaires

Réchauffement climat France: Une perspective de 4° supplémentaires

Le Conseil national de la transition écologique (CNTE) a annoncé, dans un avis présenté ce jeudi, que la France métropolitaine devait se préparer à un réchauffement climatique allant jusqu’à +4°C en métropole et encore au-delà dans certains territoires d’Outre-mer.

« Nous sommes sur une trajectoire vers +4°C », a précisé le sénateur écologiste et vice-président de la commission spécialisée du CNTE Ronan Dantec. Le réchauffement est en effet plus marqué en France métropolitaine par rapport à la moyenne mondiale. La situation variera, par ailleurs, en Outre-mer selon la situation géographique des territoires, a-t-il souligné : « Saint-Pierre et Miquelon ira au-delà de +4°C, et d’autres territoires avec l’inertie de l’océan seront plus proches du +3°C, qui est la moyenne mondiale ».

L’avis propose ainsi « de retenir, pour la trajectoire d’adaptation au changement climatique, l’hypothèse générale d’un réchauffement global de 3°C d’ici la fin du siècle, croisant 1,5°C en 2030 et 2°C en 2050 ».

À l’échelle mondiale, l’accord de Paris prévoit de contenir le réchauffement à 1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle, quand les humains ont commencé à utiliser en masse les énergies fossiles responsables du réchauffement climatique. Mais cet objectif semble désormais bien difficile à atteindre. Les engagements actuels des pays signataires de l’accord ne permettent pas de tenir cet objectif, ni même celui de contenir l’élévation de la température à 2°C. Ces engagements, en admettant qu’ils soient intégralement tenus, mettraient au mieux le monde sur la trajectoire de +2,4°C à la fin du siècle et, au rythme actuel des émissions, sur celle d’un catastrophique +2,8°C.

Réchauffement climat France : une hausse de 4 °C !

Climat France : une hausse de 4 °C » de réchauffement ?

Le très discret ministre de la Transition écologique , Christophe Béchu Se fait soudain remarquer par des prévisions particulièrement pessimistes sur le climat qui pourrait provoquer une hausse de 4° en France. Certes le réchauffement est régulier et progressif mais sans doute pas du niveau qu’évoque le ministre de l’écologie (L’ONU prévoit déjà une augmentation de la température mondiale de 2,7° d’ici la fin du siècle, ce qui est déjà beaucoup.) . La problématique évoquée paraît très vague à commencer ce qu’il entend par « opérateurs du ministère », concept flou qui concerne à la fois personne et tout le monde. Enfin l’ambition démesurée d’agir sur les investissements, les normes, les sols et à quelle échéance ? . Pourquoi pas aussi une convention citoyenne pour nourrir un bardage de plus sans influence sur les orientations.

Le ministre va réunir jeudi 23 février « l’ensemble des opérateurs du ministère » pour « commencer à construire une trajectoire à quatre degrés » de réchauffement climatique et « regarder les conséquences sur les investissements, sur les normes, sur les sols, sur l’eau. »

Le ministre affirme qu’il faut non seulement une stratégie « d’atténuation » en « diminuant les gaz à effet de serre » mais aussi « se préparer au pire ». « On est déjà à 1,7°C d’augmentation des températures » en France et les experts du GIEC « nous disent qu’on n’est pas dans la bonne trajectoire ».

« Se préparer à ça, ce n’est pas le souhaiter, c’est au contraire sortir du déni », se défend le ministre, qui argumente « qu’une part » du réchauffement climatique « ne dépend pas de nous, parce que c’est aussi ce qui se passe à l’échelle mondiale. »

« À quatre degrés, les deux tiers des stations de ski manqueront de neige dans les Alpes », projette Christophe Béchu. « A quatre degrés, on aura cinq fois plus de sécheresse » et « des jours de canicule beaucoup plus intenses. »
.

Climat France : 4 °C » de réchauffement climatique

Climat France : 4 °C » de réchauffement

Le ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires va réunir jeudi 23 février « l’ensemble des opérateurs du ministère » pour « commencer à construire une trajectoire à quatre degrés » de réchauffement climatique et « regarder les conséquences sur les investissements, sur les normes, sur les sols, sur l’eau. »

Le ministre affirme qu’il faut non seulement une stratégie « d’atténuation » en « diminuant les gaz à effet de serre » mais aussi « se préparer au pire ». « On est déjà à 1,7°C d’augmentation des températures » en France et les experts du GIEC « nous disent qu’on n’est pas dans la bonne trajectoire ».

« Se préparer à ça, ce n’est pas le souhaiter, c’est au contraire sortir du déni », se défend le ministre, qui argumente « qu’une part » du réchauffement climatique « ne dépend pas de nous, parce que c’est aussi ce qui se passe à l’échelle mondiale. »
« À quatre degrés, les deux tiers des stations de ski manqueront de neige dans les Alpes », projette Christophe Béchu. « A quatre degrés, on aura cinq fois plus de sécheresse » et « des jours de canicule beaucoup plus intenses. »
.

Réchauffement climatique et permafrost ( pergélisol)

Réchauffement climatique et permafrost ( pergélisol)

On attribue souvent au permafrost l’inquiétant surnom de « bombe à retardement climatique ». Le dégel du permafrost en Arctique, qui pourrait libérer des quantités phénoménales de gaz à effet de serre, menace des infrastructures locales et plus largement la planète, selon des études publiées dans Nature. Le pergélisol, un sol restant gelé plus de deux années d’affilée, couvre 30 millions de km2 sur la planète, dont environ la moitié en Arctique. Il contient le double du CO2 présent dans l’atmosphère et le triple de ce qui a été émis par les activités humaines depuis 1850.

Les températures en Arctique augmentent beaucoup plus rapidement que dans le reste du monde sous l’effet du changement climatique, provoqué par nos modes de vie gourmands en énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz). L’augmentation est déjà de 2 à 3 °C comparé aux niveaux préindustriels. La région a aussi enregistré une série d’anomalies météorologiques.

Le pergélisol lui-même a connu une hausse de température de 0,4 °C en moyenne entre 2007 et 2016, « soulevant des inquiétudes à propos du rythme rapide de dégel et du potentiel de libération de carbone », relève une étude dirigée par Kimberley Miner, chercheuse au centre de recherche spatiale JPL de la Nasa. Leur étude table sur la perte d’environ quatre millions de km2 de pergélisol d’ici 2100, même si le réchauffement climatique est contenu. Les incendies jouent aussi un rôle, souligne l’étude. Ces feux incontrôlés pourraient augmenter de 130% à 350% d’ici le milieu du siècle, libérant toujours plus de carbone du permafrost.

Une menace plus immédiate pèse sur près de 70% des routes, gazoducs, oléoducs, villes et usines bâties sur le permafrost, selon une autre étude dirigée par Jan Hjort, chercheur à l’université d’Oulu, en Finlande. La Russie est particulièrement menacée. Près de la moitié des champs pétroliers et gaziers situés dans l’Arctique russe se trouvent dans des zones à risque à cause du permafrost. En 2020, un réservoir de carburant s’est brisé quand ses fondations se sont soudainement enfoncées dans le sol près de Norilsk, en Sibérie, déversant 21 000 tonnes de gazole dans les rivières voisines. En Amérique du Nord, la menace pèse sur des routes et des oléoducs également.

Si la science sur le permafrost progresse, certaines questions restent ouvertes, notamment sur les volumes de carbone pouvant être relâchés. « Les dynamiques du permafrost ne sont souvent pas incluses dans les modèles du système Terre », ce qui signifie que l’impact potentiel sur le réchauffement climatique n’est pas pris en compte de manière adéquate, soulignent Kimberley Miner et ses collègues. On ignore aussi si le dégel va déboucher sur une région Arctique plus verte, où les plantes pourront absorber du CO2 libéré, ou au contraire sur une région plus sèche, avec une intensification des incendies.

Une étude recense 41 réactions en chaîne du système climatique, dont 27 risquent d’avoir des effets amplifiant le réchauffement.

Alors que la température moyenne dans l’Arctique a déjà augmenté de 3,1 °C en un demi-siècle, ce cycle infernal est suivi avec attention. Car le pergélisol (son nom français) renferme à lui seul 1 700 milliards de tonnes de carbone organique… soit presque deux fois la quantité de carbone déjà présente dans l’atmosphère.

Le dégel du pergélisol est un processus appelé « boucle de rétroaction climatique » .

Réchauffement climatique et permafrost

Réchauffement climatique et permafrost ( pergélisol)

On attribue souvent au permafrost l’inquiétant surnom de « bombe à retardement climatique ». Le dégel du permafrost en Arctique, qui pourrait libérer des quantités phénoménales de gaz à effet de serre, menace des infrastructures locales et plus largement la planète, selon des études publiées dans Nature. Le pergélisol, un sol restant gelé plus de deux années d’affilée, couvre 30 millions de km2 sur la planète, dont environ la moitié en Arctique. Il contient le double du CO2 présent dans l’atmosphère et le triple de ce qui a été émis par les activités humaines depuis 1850.

Les températures en Arctique augmentent beaucoup plus rapidement que dans le reste du monde sous l’effet du changement climatique, provoqué par nos modes de vie gourmands en énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz). L’augmentation est déjà de 2 à 3 °C comparé aux niveaux préindustriels. La région a aussi enregistré une série d’anomalies météorologiques.

Le pergélisol lui-même a connu une hausse de température de 0,4 °C en moyenne entre 2007 et 2016, « soulevant des inquiétudes à propos du rythme rapide de dégel et du potentiel de libération de carbone », relève une étude dirigée par Kimberley Miner, chercheuse au centre de recherche spatiale JPL de la Nasa. Leur étude table sur la perte d’environ quatre millions de km2 de pergélisol d’ici 2100, même si le réchauffement climatique est contenu. Les incendies jouent aussi un rôle, souligne l’étude. Ces feux incontrôlés pourraient augmenter de 130% à 350% d’ici le milieu du siècle, libérant toujours plus de carbone du permafrost.

Une menace plus immédiate pèse sur près de 70% des routes, gazoducs, oléoducs, villes et usines bâties sur le permafrost, selon une autre étude dirigée par Jan Hjort, chercheur à l’université d’Oulu, en Finlande. La Russie est particulièrement menacée. Près de la moitié des champs pétroliers et gaziers situés dans l’Arctique russe se trouvent dans des zones à risque à cause du permafrost. En 2020, un réservoir de carburant s’est brisé quand ses fondations se sont soudainement enfoncées dans le sol près de Norilsk, en Sibérie, déversant 21 000 tonnes de gazole dans les rivières voisines. En Amérique du Nord, la menace pèse sur des routes et des oléoducs également.

Si la science sur le permafrost progresse, certaines questions restent ouvertes, notamment sur les volumes de carbone pouvant être relâchés. « Les dynamiques du permafrost ne sont souvent pas incluses dans les modèles du système Terre », ce qui signifie que l’impact potentiel sur le réchauffement climatique n’est pas pris en compte de manière adéquate, soulignent Kimberley Miner et ses collègues. On ignore aussi si le dégel va déboucher sur une région Arctique plus verte, où les plantes pourront absorber du CO2 libéré, ou au contraire sur une région plus sèche, avec une intensification des incendies.

Une étude recense 41 réactions en chaîne du système climatique, dont 27 risquent d’avoir des effets amplifiant le réchauffement.

Alors que la température moyenne dans l’Arctique a déjà augmenté de 3,1 °C en un demi-siècle, ce cycle infernal est suivi avec attention. Car le pergélisol (son nom français) renferme à lui seul 1 700 milliards de tonnes de carbone organique… soit presque deux fois la quantité de carbone déjà présente dans l’atmosphère.

Le dégel du pergélisol est un processus appelé « boucle de rétroaction climatique » .

Réchauffement climatique : L’Europe au-dessus de la moyenne mondiale !

Réchauffement climatique : L’Europe au-dessus de la moyenne mondiale !

Si les discours sont particulièrement nombreux concernant la problématique climatique en Europe par contre la réalité oblige à constater que dans les faits les politiques n’ont pas réussi à freiner les tendances.( Même si les émissions polluantes ont tendance maintenant à se tasser mais il faut évidemment donner du temps au temps). Au contraire en matière de réchauffement climatique, l’Europe se situe au-dessus de la moyenne mondiale

Les températures en Europe ont subi une élévation considérable au cours de la période 1991-2021, avec un réchauffement d’environ +0,5 °C par décennie, révèle un rapport élaboré par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) des Nations unies et le service européen sur le changement climatique Copernicus. «Il s’agit du réchauffement le plus rapide des six régions définies par l’OMM», a souligné le secrétaire général de l’OMM, le Finlandais Petteri Taalas.

Conséquence du rapide réchauffement en Europe, les glaciers alpins ont perdu 30 mètres d’épaisseur entre 1997 et 2021. Autre conséquence, la calotte glaciaire du Groenland fond progressivement, contribuant à accélérer l’élévation du niveau de la mer. Au cours de l’été 2021, le Groenland a pour la première fois enregistré de la pluie à son point le plus élevé, la station Summit.
L’Europe «offre l’image vivante d’une planète qui se réchauffe et elle nous rappelle que même les sociétés bien préparées ne sont pas à l’abri des conséquences des phénomènes météorologiques extrêmes», a fait remarquer Petteri Taalas. «En 2021, une série d’événements météorologiques et climatiques extrêmes se sont produits dans diverses régions d’Europe. Les inondations d’une gravité exceptionnelle qui ont provoqué un nombre sans précédent de morts et de dégâts dans certaines parties de l’Europe occidentale et centrale en juillet, et les incendies destructeurs qui ont dévasté l’Europe du Sud-Est cet été, resteront dans la mémoire des nations touchées et dans les archives climatologiques internationales», a-t-il ajouté.

Réchauffement climatique : les maladies tropicales menacent la France

Réchauffement climatique : les maladies tropicales menacent la France

La hausse des températures et la destruction de milieux naturels pourraient représenter une véritable menace pour la santé humaine dans le futur. La propagation de certaines maladies, comme celles transmises par le moustique tigre, est déjà en train de s’accélérer partout dans le monde, y compris en France.

En cause, la hausse des températures et la fragilisation des écosystèmes par des pratiques agricoles intensives, la monoculture et les déforestations. Il y a un lien évident entre la perte de la biodiversité et les maladies infectieuses en recrudescence aujourd’hui. «

En temps normal, la circulation d’un agent pathogène est contenue en se diluant au sein des populations animales dites « réservoirs ». Mais dès lors que leur environnement est dégradé, certains animaux peuvent sortir de ces « sanctuaires » pour trouver des espaces plus viables. Ils se rapprochent alors d’autres espèces dont ils étaient jusque-là éloignés et les contaminent : au moins 15 000 transmissions virales entre espèces devraient survenir d’ici à 2070, a révélé une étude américaine publiée fin avril dans la revue scientifique Nature . Ce qui augmente le risque, in fine, que les espèces animales viennent aussi au contact des populations humaines et les infectent également.

Ces maladies transmises de l’animal à l’homme, appelées « zoonoses », peuvent rapidement être à l’origine d’épidémie, en raison de la faible réponse immunitaire des humains. « À l’heure actuelle, ce sont déjà 75 % des maladies infectieuses chez l’homme qui ont une origine animale », relève,la chercheuse Anna-Bella Failloux.

Les infections au virus du chikungunya, de la dengue et du zika, transmis par le moustique tigre, sont particulièrement à la hausse, et pas seulement dans les pays chauds des zones intertropicales d’où elles sont originaires, mais aussi dans les régions tempérées, y compris en France. « Le moustique est un animal à sang froid, il ne peut pas réguler sa température interne, donc dès que les températures augmentent, il va essayer de trouver un environnement compatible à sa survie, se déplacer et ainsi étendre son aire de distribution », détaille Anna-Bella Failloux, spécialiste de cette espèce.

Si bien qu’aujourd’hui, cet insecte a colonisé à une vitesse éclair de nouvelles régions : arrivé en 1990 en Europe depuis l’Asie, le moustique tigre remonte désormais jusqu’à l’Île-de-France. Fin 2021, il était présent dans 67 départements métropolitains sur 96, contre 58 l’année précédente. Quant à la période d’activité des moustiques, elle déborde désormais de l’été et s’étire de mai à novembre dans l’Hexagone. « Par ailleurs, plus le thermomètre grimpe, plus la durée de développement du moustique va se raccourcir : le passage de l’œuf à l’adulte prendra 7 à 10 jours, contre 15 en temps normal », note la chercheuse. « Les moustiques seront donc plus nombreux sur une même période, et vont aussi devenir infectieux beaucoup plus rapidement. »

Autant de facteurs qui débouchent sur l’apparition de cas autochtones en France, c’est-à-dire d’infections de personnes qui n’ont pas quitté le territoire mais contaminées par un moustique ayant piqué un voyageur revenant d’un pays chaud. C’est le cas depuis 2010 pour la dengue et le chikungunya, ainsi que le zika depuis 2019. « On ne peut pas encore parler d’épidémie, mais au vu de la densité croissante des moustiques tigres, le cocktail pour l’émergence d’une telle dynamique est bien là », alerte Anna-Bella Failloux.

Ces contaminations surviennent en particulier à la période estivale, au moment des retours de vacances. « Plus largement, depuis 1965, la mondialisation des épidémies est parfaitement corrélée à l’augmentation du trafic aérien », note Serge Morand, qui décrit une dangereuse « spirale ». « Tout est lié : le transport international aggrave le changement climatique, et comme lui, il favorise la mobilité des vecteurs voire des pathogènes, débouchant potentiellement sur des maladies infectieuses », décortique-t-il. Désormais, aucune région du monde n’est épargnée par le risque épidémique.

Pour tenter de le freiner, les spécialistes insistent sur la nécessité de modifier nos modes de vie et de culture, en vue de limiter les effets du changement climatique. « Il faut des systèmes de santé publique efficaces, résilients, mais aussi veiller à la santé animale », préconise Serge Morand. Reste que ces risques sont particulièrement difficiles à anticiper et à contrer.

Nous sommes une population très vulnérable, qui ne sera jamais préparée à une pandémie

Les aléas climatiques sont délicats à prévoir, et certaines attitudes se révèlent même contre-productives. Parmi elles, le stockage d’eau en période de sécheresse, particulièrement propice au développement des moustiques tigres, relève Anna-Bella Failloux, qui plaide surtout pour une meilleure prévention et la « sensibilisation aux bons réflexes ». D’autant qu’une fois installé, il est impossible pour l’heure de déloger cet insecte.

La façon dont l’épidémie de Covid-19 a pris de court les gouvernements et les systèmes de santé internationaux semble à ce propos de mauvais augure.

Le réchauffement climatique menace les vertébrés ( WWF)

Le réchauffement climatique menace les vertébrés ( WWF)

L’association WWF s’inquiète d’une « baisse dévastatrice » des populations de vertébrés – poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles – à travers le monde.
Arguant que « les déclins d’abondance sont des indicateurs d’alerte précoce de la santé globale de l’écosystème », l’ONG appelle les gouvernements à adopter « un accord mondial ambitieux pour sauver les espèces sauvages », à l’occasion de la 15e Conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique (COP15), à Montréal, en décembre.
69% des populations d’animaux vertébrés ont disparu entre 1970 et 2018 d’après WWF.

C’est un « chiffre alarmant », a commenté le directeur des programmes de l’ONG, Arnaud Gauffier, à l’occasion de la présentation du rapport à la presse, lundi : entre 1970 et 2018, les populations de vertébrés ont chuté de 69%. Dans son édition précédente, publiée en 2020, l’ONG chiffrait ce déclin moyen des populations – à travers son indice Planète vivante, ou « IPV » – à 68%, contre 50% en 2012. Cet indice, calculé à partir de données scientifiques collectées sur 32 000 populations de plus de 5 230 espèces de vertébrés, résume les variations de populations d’animaux suivis dans le monde. Plus il est élevé, plus l’espèce est menacée. Passer d’un IPV de 68% à 69% en deux ans, « c’est colossal », a remarqué Arnaud Gauffier. « Le fait que cet indice ne s’améliore pas est catastrophique en soi. »

La destruction des habitats liée à la conversion de sols au profit de l’agriculture et de l’alimentation, la surexploitation des espèces et des ressources, les pollutions, l’introduction d’espèces étrangères invasives et le réchauffement climatique sont les principales menaces qui pèsent sur la biodiversité. Si le changement d’utilisation des terres demeure le principal facteur de perte de biodiversité, le réchauffement climatique joue un rôle de plus en plus important dans l’effondrement d’espèces de vertébrés, alerte le rapport.

En guise d’exemple, le document cite notamment les coraux d’eau chaude. Environ la moitié d’entre eux « ont disparu pour diverses raisons », explique le WWF, qui craint que le réchauffement climatique n’assène le coup de grâce. « Un réchauffement de 1,5°C entraînera une perte de 70 à 90% des coraux d’eau chaude et un réchauffement de 2°C entraînera une perte de plus de 99%. »

Pour expliquer cette situation, l’ONG cite entre autres les pollutions – comme les pesticides, les plastiques ou encore les rejets industriels et agricoles –, les prélèvements d’eau ou la modification des débits, la surexploitation des espèces, ainsi que l’introduction d’espèces envahissantes. « Les milieux d’eau douce étant fortement connectés, les menaces peuvent facilement se déplacer d’un endroit à l’autre », explique-t-elle dans ce rapport, qui rapporte que l’IPV des poissons d’eau douce migrateurs montre un déclin moyen de 76% entre 1970 et 2016.

Réchauffement climatique : Un basculement inexorable selon une étude

Réchauffement climatique : Un basculement inexorable selon une étude

 

 Un réchauffement de la planète au-delà de 1,5°C, objectif le plus ambitieux de l’accord de Paris, pourrait déclencher plusieurs « points de basculement » climatiques qui engendreraient de catastrophiques réactions en chaîne, selon une étude publiée vendredi 9 septembre dans la revue Science. (Franceinfo)

Selon l’étude, les températures actuelles, déjà en hausse, menacent d’amorcer cinq de ces points de rupture, dont ceux concernant les calottes glaciaires d’Antarctique et du Groenland, avertissent les auteurs de l’étude, qui estiment cependant qu’il n’est pas trop tard pour agir. « Pour moi, ça changera la face du monde – littéralement, si vous regardez depuis l’espace », avec la montée du niveau des océans ou la destruction des forêts, a expliqué à l’AFP Tim Lenton, l’un des principaux auteurs de l’étude.

Un « point de basculement » est « un seuil critique au-delà duquel un système se réorganise, souvent brutalement et/ou de manière irréversible », selon la définition du Groupe d’experts climat de l’ONU (Giec). Ce sont des phénomènes qui déclenchent de manière indépendante et inéluctable d’autres conséquences en cascade. Les auteurs identifient neuf « points de basculements » majeurs au niveau planétaire et sept au niveau régional, soit 16 au total. Parmi ceux-ci, cinq pourraient se déclencher avec les températures actuelles, qui ont gagné près de 1,2°C en moyenne depuis l’ère préindustrielle.

L’un d’entre eux concerne les calottes glaciaires en Antarctique et au Groenland, et participerait, sur des centaines d’années, à une hausse du niveau des mers de 10 mètres. Un autre entraînerait un dégel brutal du permafrost, qui libérerait d’immenses quantités de gaz à effet de serre et modifierait en profondeur les paysages en Russie, au Canada et en Scandinavie. L’étude mentionne également parmi ces cinq points de basculement l’arrêt d’un phénomène de transfert de chaleur dans la mer du Labrador (dans l’Océan atlantique, entre le Labrador et le Groenland) et l’extinction de barrières de corail.

Si des premières analyses estimaient le seuil de déclenchement de ces points de basculement dans une fourchette de 3 à 5°C de réchauffement, les progrès dans les observations et les modélisations du climat, ainsi que dans la reconstitution des climats passés, ont drastiquement abaissé cette évaluation. L’étude parue dans Science est une synthèse de plus de 200 publications scientifiques, menée afin de mieux prévoir les seuils de déclenchement de ces points de rupture.

Réchauffement climatique: Trop peu de recherches.

Réchauffement climatique: Trop peu de recherches.

 

Dans un article publié dans la revue PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences), les chercheurs affirment que trop peu de travaux ont été consacrés aux mécanismes susceptibles d’entraîner des risques «catastrophiques» et «irréversibles» pour l’humanité : par exemple, si les hausses de température sont pires que prévues ou si elles provoquent des cascades d’événements non-encore envisagés, voire les deux.

 

«C’est sur les scénarios qui comptent le plus que nous en savons le moins», écrit Luke Kemp, du Centre d’étude du risque existentiel de Cambridge. Plus les recherches sur les points de basculement du climat de la Terre – comme la fonte irréversible des calottes glaciaires ou la perte de la forêt amazonienne – se multiplient, plus il devient nécessaire de prendre en compte les scénarios à haut risque dans la modélisation du climat, explique Johan Rockström, directeur de l’Institut de Potsdam sur les impacts climatiques et co-auteur. «Les voies de la catastrophe ne se limitent pas aux impacts directs des températures élevées, tels que les événements météorologiques extrêmes. Les effets d’entraînement tels que les crises financières, les conflits et les nouvelles épidémies pourraient déclencher d’autres calamités, et entraver le rétablissement après des catastrophes potentielles telles que la guerre nucléaire», ajoute Luke Kemp.

L’équipe propose en réponse un programme de recherche pour aider les gouvernements à combattre les «quatre cavaliers» de «l’apocalypse climatique» : la famine et la malnutrition, les phénomènes météorologiques extrêmes, les conflits et les maladies à transmission vectorielle. Les auteurs soulignent que les rapports scientifiques successifs des experts climat de l’ONU (Giec) se sont principalement concentrés sur les effets prévus d’un réchauffement de 1,5 à 2°C. Mais les actions actuelles des gouvernements placent plutôt la Terre sur la trajectoire d’un réchauffement de 2,7 °C d’ici la fin du siècle, loin des 1,5 °C visés par l’accord de Paris en 2015.

L’étude suggère qu’une certaine tendance scientifique à «privilégier le moins pire scénario» a conduit à ne pas prêter suffisamment attention aux impacts potentiels d’un réchauffement de 3°C ou plus. Ces chercheurs ont calculé que les zones de chaleur extrême – avec une température moyenne annuelle supérieure à 29 °C – pourraient concerner deux milliards de personnes d’ici à 2070. Ces températures posent un risque majeur de «pannes de grenier» dues à des sécheresses comme celle qui frappe actuellement l’Europe occidentale et à des vagues de chaleur comme celle qui a frappé la récolte de blé en Inde en mars/avril.

Environnement– Réchauffement climatique: Les pays les plus menacés

Environnement– Réchauffement climatique: Les pays les plus menacés 

Un classement mondial établi par Uswitch fait figurer la Chine et les Etats-Unis parmi les pays les plus impactés par les catastrophes naturelles liées au dérèglement climatique; un classement  dont rend compte le journal les Échos.

Tempêtes, inondations, glissements de terrain, incendies de forêt, sécheresses ou encore épidémies… Les impacts du changement climatique, aux plans humain et économique, se payent de plus en plus au prix fort. Une « facture » dont le montant, sur une échelle de temps long, se révèle extrêmement variable selon les pays. Elle s’avère écrasante pour la Chine, l’Inde ou encore les Etats-Unis. Alors qu’elle est quasiment nulle pour la péninsule arabique.

C’est ce qu’indique, entre autres, un classement établi par Uswitch , une société américaine spécialisée dans le parangonnage de données. Ses experts, à partir des chiffres du Centre de recherche sur l’épidémiologie des catastrophes (CRED) , un organisme dépendant de l’Université de Louvain (Belgique), sont parvenus à déterminer un degré de sensibilité aux effets du changement climatique pour chacun des 193 pays membres des Nations unies.

Il s’agit ni plus ni moins d’une note d’une échelle variable de 0 à 10, attribuée à chaque Etat selon le nombre, l’ampleur et les pertes humaines liées aux catastrophes naturelles – plus de 15.000 – survenues entre 1902 et 2021, soit largement plus d’un siècle. Un classement dont la Chine décroche donc la note maximale, celle de 9,978 points.

L’ex-empire du milieu y accuse le plus grand nombre de victimes avec plus de 12.5 millions de décès et plus de 3,3 de personnes impactées. Il se classe deuxième pour le montant des pertes économiques subies, estimées à près de 800 milliards de dollars. Plus que tout autre pays, la Chine a été affectée par les sécheresses (39 évènements recensés depuis 1902).

La deuxième place du classement revient à l’Inde avec un score de 9,912. En 120 ans, le pays a accumulé un nombre record (60) d’épisodes de températures extrêmes. Fait particulièrement marquant, il est le seul du top 10 dressé par Uswitch et même de tout ce classement, à avoir subi l’explosion de plusieurs de ses lacs glaciaires. Le Bangladesh, qui arrive troisième (9,720), a essuyé 356 catastrophes naturelles dont près de 80 % sous forme d’inondations ou de tempêtes. Plus de 464 millions de personnes ont été affectées par ces évènements dont près de 3 millions de personnes sont mortes.

Un chiffre qui dépasse de loin celui constaté pour les Etats-Unis (près de 44.000 décès) où, en revanche, le nombre de catastrophes et le montant des dommages subis bat tous les records. En plus d’un siècle, la première puissance économique mondiale aura eu affaire à plus d’un millier d’évènements, essentiellement des tempêtes et des inondations.

Un véritable pilonnage dont l’impact économique représente une facture de 1.700 milliards de dollars pour l’une des pays les plus développés de la planète. Dernier des dix Etats les plus impactés, le Brésil (noté 9,217) s’en sort beaucoup mieux. Le coût des désastres qu’il a subis se chiffre à 47 milliards de dollars, soit seulement 3 % de son PIB total contre 8 % pour les Etats-Unis.

C’est aussi beaucoup moins que l’Italie, classée 33e avec une note de 8,115 et qui figure en tête des pays d’Europe dans ce classement. Les 173 désastres qui l’ont frappée représentent 212 milliards de dollars de dommages. C’est trois fois plus que tous les autres pays européens, parmi lesquels la France, notée 7,967, se situe en 3e position et arrive en 36e au classement mondial d’Uswitch. De tout le Vieux Continent, c’est elle qui, en plus d’un siècle, aura essuyé le plus de tempêtes (71).

Des désastres naturels en série qu’une petite poignée de pays n’ont quasi jamais subis. Depuis 1902, une partie de ceux de la péninsule arabique n’ont eu qu’une ou deux inondations à signaler. Avec un impact économique presque dérisoire : 10 millions de dollars pour le Qatar et 3,2 millions pour le Brunei.

 

Réchauffement climatique: Les pays les plus menacés

 Réchauffement climatique: Les pays les plus menacés 

Un classement mondial établi par Uswitch fait figurer la Chine et les Etats-Unis parmi les pays les plus impactés par les catastrophes naturelles liées au dérèglement climatique; un classement  dont rend compte le journal les Échos.

Tempêtes, inondations, glissements de terrain, incendies de forêt, sécheresses ou encore épidémies… Les impacts du changement climatique, aux plans humain et économique, se payent de plus en plus au prix fort. Une « facture » dont le montant, sur une échelle de temps long, se révèle extrêmement variable selon les pays. Elle s’avère écrasante pour la Chine, l’Inde ou encore les Etats-Unis. Alors qu’elle est quasiment nulle pour la péninsule arabique.

C’est ce qu’indique, entre autres, un classement établi par Uswitch , une société américaine spécialisée dans le parangonnage de données. Ses experts, à partir des chiffres du Centre de recherche sur l’épidémiologie des catastrophes (CRED) , un organisme dépendant de l’Université de Louvain (Belgique), sont parvenus à déterminer un degré de sensibilité aux effets du changement climatique pour chacun des 193 pays membres des Nations unies.

Il s’agit ni plus ni moins d’une note d’une échelle variable de 0 à 10, attribuée à chaque Etat selon le nombre, l’ampleur et les pertes humaines liées aux catastrophes naturelles – plus de 15.000 – survenues entre 1902 et 2021, soit largement plus d’un siècle. Un classement dont la Chine décroche donc la note maximale, celle de 9,978 points.

L’ex-empire du milieu y accuse le plus grand nombre de victimes avec plus de 12.5 millions de décès et plus de 3,3 de personnes impactées. Il se classe deuxième pour le montant des pertes économiques subies, estimées à près de 800 milliards de dollars. Plus que tout autre pays, la Chine a été affectée par les sécheresses (39 évènements recensés depuis 1902).

La deuxième place du classement revient à l’Inde avec un score de 9,912. En 120 ans, le pays a accumulé un nombre record (60) d’épisodes de températures extrêmes. Fait particulièrement marquant, il est le seul du top 10 dressé par Uswitch et même de tout ce classement, à avoir subi l’explosion de plusieurs de ses lacs glaciaires. Le Bangladesh, qui arrive troisième (9,720), a essuyé 356 catastrophes naturelles dont près de 80 % sous forme d’inondations ou de tempêtes. Plus de 464 millions de personnes ont été affectées par ces évènements dont près de 3 millions de personnes sont mortes.

Un chiffre qui dépasse de loin celui constaté pour les Etats-Unis (près de 44.000 décès) où, en revanche, le nombre de catastrophes et le montant des dommages subis bat tous les records. En plus d’un siècle, la première puissance économique mondiale aura eu affaire à plus d’un millier d’évènements, essentiellement des tempêtes et des inondations.

Un véritable pilonnage dont l’impact économique représente une facture de 1.700 milliards de dollars pour l’une des pays les plus développés de la planète. Dernier des dix Etats les plus impactés, le Brésil (noté 9,217) s’en sort beaucoup mieux. Le coût des désastres qu’il a subis se chiffre à 47 milliards de dollars, soit seulement 3 % de son PIB total contre 8 % pour les Etats-Unis.

C’est aussi beaucoup moins que l’Italie, classée 33e avec une note de 8,115 et qui figure en tête des pays d’Europe dans ce classement. Les 173 désastres qui l’ont frappée représentent 212 milliards de dollars de dommages. C’est trois fois plus que tous les autres pays européens, parmi lesquels la France, notée 7,967, se situe en 3e position et arrive en 36e au classement mondial d’Uswitch. De tout le Vieux Continent, c’est elle qui, en plus d’un siècle, aura essuyé le plus de tempêtes (71).

Des désastres naturels en série qu’une petite poignée de pays n’ont quasi jamais subis. Depuis 1902, une partie de ceux de la péninsule arabique n’ont eu qu’une ou deux inondations à signaler. Avec un impact économique presque dérisoire : 10 millions de dollars pour le Qatar et 3,2 millions pour le Brunei.

 

Réchauffement climatique : la technologie comme seule solution ?

Réchauffement climatique : la technologie comme seule solution ? 

Dans un article de France Info, Thomas Baïetto pose la question du recours à la seule  technologie pour lutter contre le réchauffement du climat. (extrait)

 

Face au réchauffement du climat, de nombreux responsables politiques et économiques parient sur l’innovation technologique comme principal levier de diminution de nos émissions de gaz à effet de serre. Un choix risqué et peu efficace, pour les scientifiques.

 « La technologie ne résoudra pas le changement climatique parce qu’elle ne peut pas être déployée à l’échelle suffisante dans les temps », a rappelle  Julian Allwood, chercheur en ingénierie à l’université de Cambridge. Coauteur du 5e rapport du Giec (le groupe d’experts intergouvernementaux sur l’évolution du climat), il compare le discours techno-optimiste à celui d’un médecin qui conseillerait à un alcoolique de continuer à boire, parce que le gouvernement développe une technologie pour réparer le foie. A l’appui de cette tribune figurent des calculs, détaillés dans un article scientifique*, sur nos besoins en électricité décarbonée, en techniques de captation du CO2 dans l’atmosphère et en biocarburants.

Le  chercheur britannique explique sa démarche : « Cela fait longtemps que je m’inquiète du techno-optimisme. Il bloque toute action sérieuse d’atténuation du réchauffement climatique. » Un avis partagé par Jean-Marc Jancovici, fondateur du cabinet de conseil Carbone 4, membre du Haut Conseil pour le climat : « Le discours sur la négation du problème, le climatoscepticisme, a quasiment disparu de la sphère médiatique, mais le déni a basculé vers une excessive facilité à régler le problème par la seule technique. »

Est-il possible de déployer suffisamment d’éoliennes, de panneaux solaires, de centrales nucléaires ou de stations de captage de CO2 à temps ? « On ne parle pas ici de la production de simples smartphones, mais de grands projets, prévient Julian Allwood. Même lorsque des économies d’échelles [réalisées habituellement lorsqu'on fabrique un produit en grande quantité] s’appliquent, comme pour les pales d’éoliennes, le facteur crucial, c’est la durée de la demande de permis, de la consultation, de la régulation et de la construction des infrastructures pour les installer sur site », observe-t-il. Bref, tout sauf le temps de production du produit lui-même.

Dans le cas de la capture de CO2« si nous voulions reprendre dans l’air la totalité de nos émissions de CO2, il faudrait y consacrer toute la production d’électricité mondiale et que celle-ci soit décarbonée », calcule Jean-Marc Jancovici. Ce processus nécessite également une importante quantité de chaleur, « supérieure à celle dégagée par l’ensemble du pétrole mondial ». Cette technologie, embryonnaire et coûteuse, est donc trop énergivore pour être généralisée.

Même problème pour l’avion bas-carbone, cher au président de la République. « Le scénario de limitation du réchauffement à 2 °C suppose que nos émissions baissent de 5% par an, rappelle le polytechnicien. L’avion à hydrogène de 2035 ne permet pas de diminuer les émissions du secteur aérien jusqu’à cette date, alors que nous devrions avoir déjà réduit de 55%. » Au rythme actuel de développement de cette technologie,  »en 2035, nous n’aurons qu’un avion à hydrogène ». Une goutte d’eau dans une flotte internationale qui compte aujourd’hui plus de 25 000 avions commerciaux* au kérosène (pour le transport de passagers et de marchandises) et qui ne cesse de grossir.

L’histoire de nos consommations énergétiques ne plaide pas non plus pour Bill Gates et les adeptes du tout-technologique. « Leur discours repose sur une vision ‘phasée’ de l’histoire des techniques qui ne tient pas du tout la route », analyse Jean-Baptiste Fressoz, historien des sciences, des techniques et de l’environnement. Une vision selon laquelle les différentes énergies se succèderaient dans le temps. Si c’était le cas, le bois aurait dû être remplacé par le charbon, qui aurait laissé sa place au pétrole, lui-même chassé, demain, par les énergies décarbonées (renouvelables et nucléaires).

Le charbon a eu besoin de bois pour la construction des mines, les éoliennes nécessitent un recours au pétrole ou au charbon pour être fabriquées et déplacées. Selon les données d’Our World in Data*, le pic de la consommation mondiale de charbon, énergie associée, dans l’imaginaire, au XIXe siècle, a été atteint en 2014. Jean-Baptiste Fressoz insiste aussi sur « le temps de diffusion des techniques », qui ont besoin de plusieurs décennies pour se déployer à l’échelle mondiale.

 

Par le passé, les économies d’énergie réalisées ont aussi, souvent, provoqué l’augmentation des usages et donc de la consommation d’énergie. C’est « l’effet rebond ». « Dans l’aérien, la mise au point de turboréacteurs plus performants et moins consommateurs a entraîné une baisse des prix, a permis le développement de l’aviation low cost et un déploiement phénoménal de ce mode de transport », rappelle Philippe Bihouix, ingénieur et auteur de L’âge des low tech (Seuil, 2014). Résultat, les émissions de CO2 du secteur ont quadruplé depuis 1966, comme le montre Our World in Data*. Le même phénomène s’observe pour le covoiturage longue distance : « Des gens vont faire plus régulièrement un trajet grâce à la contribution économique de leurs passagers », illustre Philippe Bihouix. Idem dans le secteur numérique : « La 5G consomme moins d’énergie par octet, mais multiplie le nombre d’octets échangés. »

Le directeur général de l’agence d’architecture pluridisciplinaire Arep souligne aussi la quantité de ressources nécessaires pour mener à bien la stratégie du tout-innovation. « Le monde n’est pas en train de se dématérialiser. Nous n’avons jamais extrait autant de ressources. Toutes les grandes agences pointent la gigantesque extraction de minerais inévitable pour déployer les énergies renouvelables », prévient-il. Les batteries électriques demandent par exemple du lithium et du cobalt, deux métaux rares. Ce partisan des « low tech » prône aussi une réorientation de la technologie vers des produits plus durables, plus utiles à la société – « le robot chirurgien plutôt que le distributeur de croquettes pour chat à reconnaissance faciale » – et moins énergivores.

« Il faut commencer dès maintenant à réduire nos émissions »

Au-delà de ces considérations pratiques, il y a les limites climatiques. Autrice du volet « atténuation » du prochain rapport du Giec, Céline Guivarch rappelle que la trajectoire d’émissions compte plus pour le changement climatique que le point d’arrivée en 2050. « Le niveau auquel le réchauffement se stabilisera dépend du cumul des émissions. Il ne faut pas parier que le problème sera réglé d’ici à 2050, parce que, d’ici là, nous aurons émis des gaz à effet de serre qui auront empiré le réchauffement. Il faut commencer dès maintenant à réduire nos émissions », développe l’économiste, membre du Haut Conseil pour le climat.

En clair, atteindre la neutralité carbone en 2050 ne nous sortira pas d’affaire si nous avons déjà réchauffé le climat au-delà de 1,5 ou 2 °C avant cette date : les vagues de chaleur, les incendies de forêt, les inondations, les pluies torrentielles se multiplieront et le niveau de la mer montera.

Si le Giec évoque les solutions de captation de CO2, il n’est pas sur la même ligne que les partisans du tout technologique. « Le potentiel de la captation est limité, donc on ne peut pas penser tout résoudre par des émissions négatives. Il faut d’abord que les émissions soient réduites », clame Céline Guivarch. Ces technologies ne pourront servir qu’à parcourir les derniers mètres de la longue marche vers la neutralité carbone.

Elle appelle enfin à ne pas opposer « la technologie d’un côté et la sobriété de l’autre », citant l’exemple du vélo électrique, un moyen de transport innovant plus sobre que la voiture.

Sortir des visions caricaturales

Chargée de tracer des chemins vers la neutralité carbone, l’Agence nationale pour la transition écologique (Ademe) mêle justement innovation technique et sobriété dans ses quatre scénarios, dévoilés le 30 novembre« Il faut sortir des visions caricaturales. Ce ne sont pas les décroissants contre les techno-optimistes. Il y a deux manières de réduire la demande d’énergie et nos émissions : la sobriété et l’efficacité énergétique », expose son directeur général, Fabrice Boissier.

Les scénarios proposés vont de la frugalité au tout-technologique. « Ce dernier scénario, qui refuse d’orienter la technologie et continue de développer des usages pas forcément utiles, comme le tourisme spatial, nous mène dans le mur », poursuit Fabrice Boissier, avant de préciser : « Nous ne disons pas : ‘Voilà ce qu’il faut faire’. Mais il faut que la nation se préoccupe du sujet et décide où elle veut aller ».

La question est en effet politique et morale, plus encore que scientifique. Céline Guivarch souligne le problème « d’équité entre les générations » posé par l’option du tout-technologique, parce que le pari est  »risqué » : « Si ces technologies ne sont pas au rendez-vous, cela risque de nous mettre, nous et les générations futures, dans la situation de devoir payer le coût de ce pari manqué. » « Si cela n’engageait que notre président, je lui dirais ‘chiche ?’ et je lui demanderais s’il était prêt à parier ses économies là-dessus, lance Jean-Marc Jancovici. Mais ce serait pervers : il s’agit de notre avenir ».

 

 

Réchauffement climatique : la technologie comme seule solution ?  dans actu-économie politique comments-icon-27cf862a
1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol