Archive pour le Tag 'récession'

Page 6 sur 6

Croissance : la Banque de France annonce la récession pour 2012

Croissance : la Banque de France annonce  la récession pour 2012

Contrairement aux prévisions des différents gouvernements, il n’y aura pas de croissance en 2012, on entrera même en récession au second semestre d’après la Banque de France ; Initialement la croissance devait être de 1% (Sarkozy), elle a ensuite été révisée à 0.4% (Ayrault). Rien de surprenant puisque la production industrielle s’écroule en octobre et que la consommation stagne ; Les hausse d’impôts se font déjà sentir (nettement les impôts locaux) et l’envol du  chômage fait privilégier l’épargne à la consommation (record pour les livrets A)°. Bilan : non seulement moins de croissance, moins d’emplois mais moins de recettes fiscales et un accroissement du déficit budgétaire. La Banque de France a donc confirmé lundi prévoir une légère récession en fin d’année en France avec une baisse de 0,1% de l’activité économique au quatrième trimestre après un recul équivalent estimé pour le troisième trimestre.  Elle donne dans son enquête de conjoncture dans l’industrie et les services de novembre la même estimation de l’activité au quatrième trimestre que dans celle d’octobre publiée il y a un mois.

 

Japon-récession : – 0,9% au 3e trimestre

Japon-récession : – 0,9% au 3e trimestre

Le produit intérieur brut du Japon s’est contracté de 0,9% au troisième trimestre (juillet-septembre) 2012 par rapport au trimestre précédent, selon les chiffres fournis par le gouvernement et publiés lundi. Ce résultat est conforme aux premières estimations du mois dernier, l’économie japonaise devant faire face à une demande mondiale hésitante et à un yen fort. Il est en revanche supérieur au consensus des économistes qui tablaient sur une baisse de 0,8%.En données annualisées, la contraction s’établit à -3,5%, là encore, un résultat conforme aux premières estimations gouvernementales de novembre. Le consensus des économistes s’établissait à -3,3%. Le gouvernement nippon a également révisé les chiffres du PIB pour la période avril-juin signalant une légère baisse montrant que l’économie nippone s’est contractée pour le deuxième trimestre consécutif.

 

Croissance zone euro : toujours la récession

Croissance zone euro : toujours la récession

 

L’indice PMI composite de Markit, qui mesure l’activité de milliers d’entreprises de la zone euro, est remonté à 46,5 en novembre, contre 45,7 en octobre, dépassant la première estimation de 45,8 faite il y a dix jours. L’indice n’en reste pas moins nettement sous le seuil de 50 qui marque la limite entre contraction et croissance, pour la quatorzième fois en quinze mois, et en l’absence de perspective de nouvelles mesures de soutien à l’activité, il y a peu de raisons d’espérer un rebond à court terme. Selon Markit, la révision à la hausse de l’indice PMI par rapport aux estimations flash pourrait s’expliquer par un surcroît d’activité à la fin du mois, aucune autre raison ne pouvant être avancée. « C’est une bonne nouvelle car cela pourrait être un signe que l’activité a atteint un plancher au troisième trimestre », estime Annalisa Piazza, économiste chez Newedge Strategy à Londres. « On ne voit cependant aucun signe d’amélioration qui laisserait penser que l’économie de l’Union monétaire pourrait rebondir dans un futur proche. Notre scénario de base reste une nouvelle contraction du PIB au moins jusqu’au premier trimestre 2013. »

Croissance : la zone euro en récession ; le bout du tunnel, tu parles !

Croissance : la zone euro en récession ; le bout du tunnel, tu parles !

On avait annoncé la fin de la crise financière, elle est toujours là, la reprise économique, elle est absente. On va donc cumuler austérité, dette et récession. Un beau bilan pour la gouvernance européenne ! Ne parlons pas de la commission européenne, inexistante, mais de l’incurie des chefs d’Etat qui n’ont encore rien compris à la crise. Excepté en France où d’après, l’AFP,  « Hollande a réussi son opération séduction » en tout cas pas auprès des acteurs économiques et des marchés, ni même auprès de l’opinion. Auprès des journalistes politiques du cercle parisien qui ne connaissent rien à l’économie, sans doute. Le Produit intérieur brut de la zone euro a donc reculé de 0,1% au 3e trimestre, après s’être déjà replié de 0,2% au trimestre précédent, selon une première estimation jeudi de l’office européen de statistiques, Eurostat.  Une récession est constatée lorsque le PIB se contracte pendant deux trimestres consécutifs. Après le déclenchement de la crise financière de 2008, la zone euro était tombée en récession, avant de renouer avec la croissance au troisième trimestre 2009.  Le retour en récession de la zone euro n’est guère une surprise, compte tenu de la violence de la crise de la dette. Mais l’austérité imposée pour tenter d’y mettre fin semble également en cause.  Du Fonds monétaire international (FMI) à l’Institut de la finance internationale (IIF) –le représentant des 400 plus grandes banques mondiales– en passant par la rue, les voix s’élèvent pour dénoncer les effets pervers des mesures drastiques de réduction des dépenses budgétaires.  Début octobre, le FMI avait reconnu avoir sous-estimé l’impact sur la croissance des plans d’austérité dans les pays européens sous assistance financière comme la Grèce. Devant un parterre de banquiers grecs, le patron de l’IIF, l’Américain Charles Dallara, a estimé mercredi que « l’austérité seule condamne non seulement la Grèce, mais l’intégralité de l’Europe à la probabilité d’une ère douloureuse ».  Il s’exprimait en pleine journée d’action européenne contre l’austérité, marquée par des heurts notamment en Espagne, au Portugal et en Italie, trois pays sévèrement touchés par la crise.  Les chiffres publiés jeudi « confirment que l’économie de la zone euro a un besoin criant de relance macroéconomique », estime Martin Van Vliet, d’ING. « La vague de récession qui touche les pays du Sud commence à contaminer ceux du noyau dur » (les plus solides de la zone euro), estime l’économiste d’ING.   »Les responsables politiques semblant peu enclins à envisager une approche coordonnée pour revenir sur l’austérité budgétaire, la relance monétaire et une monnaie plus faible pourraient être nécessaires pour remettre la zone euro sur la voie d’une croissance durable », souligne-t-il.  Sur un an, le PIB corrigé des variations saisonnières a enregistré une baisse de 0,6% au troisième trimestre, contre -0,4% au trimestre précédent.  Les chiffres d’Eurostat mettent en évidence que la résistance de l’Allemagne et de la France, qui ont vu leur activité progresser de 0,2%, n’a pas empêché la zone euro de tomber en récession, souligne Howard Archer, chef économiste pour l’institut IHS.  Au même moment, l’Italie et l’Espagne sont restées en récession, avec un recul du PIB de 0,2% et de 0,3%, et l’Autriche et les Pays-Bas ont vu leur activité se contracter de 0,1% et de 1,1%, après des progressions au deuxième trimestre.  L’horizon a peu de chances de s’éclaircir à court terme, la plupart des économistes tablant sur un maintien de la zone euro en récession au quatrième trimestre, voire une aggravation de la situation.  A l’échelle de l’UE, le PIB a progressé de 0,1% au troisième trimestre, après une baisse de 0,2% au trimestre précédent. Les 27 pays européens pris dans leur ensemble ne sont donc pas entrés en récession. Mais l’Europe reste à la traîne face aux Etats-Unis et dans une moindre mesure au Japon, qui ont enregistré des PIB en hausse de 2,3% et de 0,2% au troisième trimestre.

 

France: récession au troisième et quatrième trimestres (Banque de France)

 

 

récession au troisième et quatrième  trimestres (Banque de France)

Récession au troisième et quatrième trimestre pour la Banque de France. La Banque de France prévoit effet  une baisse de 0,1% du produit intérieur brut (PIB) de la France au quatrième trimestre, dans une première estimation publiée aujourd’hui. Pour le troisième trimestre, la Banque de France avait également estimé que l’activité économique de la France avait reculé de 0,1% après trois trimestres consécutifs de stagnation. L’activité transport qui constitue un indicateur avancé de la conjoncture confirme ce recul sur la deuxième partie de l’année. Si l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) confirmait ces estimations, il s’agirait d’un premier épisode de récession depuis que la France est sortie de la crise au printemps 2009. Une récession est techniquement définie comme au moins deux trimestres consécutif de contraction du PIB. L’Insee estime pour sa part, dans ses dernières prévisions, que le PIB devrait continuer de stagner aux troisième et quatrième trimestres, ce qui porterait à cinq le nombre des trimestres consécutifs de croissance zéro, une situation totalement inédite depuis l’après-guerre. L’institut doit publier le 15 novembre sa première estimation pour la croissance au troisième trimestre, puis les chiffres détaillés le 28 décembre. L’Insee table sur une croissance de 0,2% sur l’ensemble de l’année, légèrement inférieure au taux de 0,3% escompté par le gouvernement pour ramener le déficit public de la France à 4,5% du PIB à la fin de l’année.

 

France : récession en 2012 et 2013

France : récession en 2012 et 2013

 

Récession au second semestre 2012, récession en 2013, c’est le pronostic de la Banque de France et du FMI ; adieu, la perspective de 0.8% du PIB pour 2013. Quant au plan compétitivité, il ne s appliquera qu’à partir de 2014. Trop tard, trop peu, trop complexe. L’économie française risque de finir l’année 2012 en récession, ce qui augurerait mal de 2013 et de la capacité du gouvernement à tenir ses objectifs de déficits publics.la France va dans le mur, il faudra compter environ 500 000 chômeurs supplémentaires en 2013, les comptes sociaux vont aussi exploser. Comme sans doute le gouvernement. La Banque de France a en effet publié vendredi sa première estimation pour le produit intérieur brut (PIB) du quatrième trimestre, qu’elle anticipe en repli de 0,1%, soit au même niveau de ses prévisions antérieures pour le troisième trimestre. Si cela devait s’avérer, l’économie française, qui reste sur trois trimestres de croissance nulle, finirait l’année en légère récession là où l’Insee la voit jusqu’ici stagner. Les annonces en parallèle d’une chute de 2,7% de la production industrielle en septembre ) et d’une forte révision à la baisse des projets d’investissement des entreprises pour 2012 sont venues conforter le pronostic de la Banque de France pour la fin de l’année. Une petite différence pourrait apparaître sur le seul troisième trimestre, dont les chiffres préliminaires seront publiés le 15 novembre, grâce à un début d’été plus favorable pour la consommation des ménages et la production industrielle. Le ministre de l’Economie et des Finances, Pierre Moscovici, a laissé entendre fin octobre, que la croissance pourrait avoir été « très légèrement positive » sur la période. « Le PIB du 3e trimestre ne sera pas si mauvais. Moscovici l’a dit, il doit avoir une idée de la chose », déclare Jean-Christophe Caffert, économiste France chez Natixis. « Par contre, derrière, on partage ce que disent les indicateurs avancés de la Banque de France, à savoir qu’on devrait avoir une croissance légèrement négative au quatrième trimestre ».

 

PIB : récession au troisième et quatrième trimestres (Banque de France)

.

PIB : récession au troisième et quatrième  trimestres (Banque de France)

Récession au troisième et quatrième trimestre pour la Banque de France. La Banque de France prévoit effet  une baisse de 0,1% du produit intérieur brut (PIB) de la France au quatrième trimestre, dans une première estimation publiée aujourd’hui. Pour le troisième trimestre, la Banque de France avait également estimé que l’activité économique de la France avait reculé de 0,1% après trois trimestres consécutifs de stagnation. L’activité transport qui constitue un indicateur avancé de la conjoncture confirme ce recul sur la deuxième partie de l’année. Si l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) confirmait ces estimations, il s’agirait d’un premier épisode de récession depuis que la France est sortie de la crise au printemps 2009. Une récession est techniquement définie comme au moins deux trimestres consécutif de contraction du PIB. L’Insee estime pour sa part, dans ses dernières prévisions, que le PIB devrait continuer de stagner aux troisième et quatrième trimestres, ce qui porterait à cinq le nombre des trimestres consécutifs de croissance zéro, une situation totalement inédite depuis l’après-guerre. L’institut doit publier le 15 novembre sa première estimation pour la croissance au troisième trimestre, puis les chiffres détaillés le 28 décembre. L’Insee table sur une croissance de 0,2% sur l’ensemble de l’année, légèrement inférieure au taux de 0,3% escompté par le gouvernement pour ramener le déficit public de la France à 4,5% du PIB à la fin de l’année.

 

Economie britannique : sortie provisoire de la récession grâce aux JO

Economie britannique : sortie provisoire  de la récession grâce aux JO

La croissance a atteint 1 % pour la période de juillet à septembre, par rapport au trimestre précédent, selon une estimation provisoire. Ce chiffre, nettement supérieur aux prévisions des experts, permet au pays de sortir d’une seconde récession depuis 2008. Un tel niveau de croissance sur un trimestre n’avait pas été vu dans le pays depuis cinq ans. Les signaux positifs se multiplient. Le nombre de personnes ayant un emploi est au plus haut, avec un taux de chômage repassé au-dessous de 8 %. L’inflation diminue. Anticipant le bon chiffre du PIB, le premier ministre David Cameron n’avait pas boudé son plaisir en annonçant mercredi au Parlement: «Les bonnes nouvelles vont continuer à venir.» «Il y a encore beaucoup à faire mais ces chiffres montrent que nous sommes sur la bonne voie et que notre économie se redresse», a-t-il réagi jeudi matin. Le gouvernement estime que sa politique d’austérité commence à payer. Les experts s’interrogent cependant sur la durabilité de cette reprise. La bonne performance du troisième trimestre a en effet été gonflée par l’effet des Jeux olympiques, notamment le produit de la vente de billets, qui a été comptabilisé durant la période. L’économie a également bénéficié d’un rebond technique après un ralentissement conjoncturel au trimestre précédent dû aux jours fériés exceptionnels du jubilé de la reine Elizabeth en juin. Le rebond de cet été a été particulièrement tiré par les services (+1,3 %), qui représentent les trois quarts de l’activité britannique, et la production industrielle (+1,1 %), tandis que le secteur de la construction s’effondrait (-2,5 %) Sur un an, la croissance britannique est atone et le pays n’a récupéré que la moitié de l’activité perdue depuis la récession précédente, en 2008. «Le Royaume-Uni reste face à un risque élevé de retour à la récession pour la troisième fois en 2013 en raison de la poursuite de l’austérité et de l’effet sur la demande extérieure de la crise de la dette dans la zone euro», estime Azad Zangana, économiste chez Schroders. Le FMI a au début du mois révisé à la baisse ses prévisions pour le pays, à -0,4 % sur l’année. Le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mervyn King, a dit cette semaine que la reprise était «lente et incertaine». Le FMI table cependant sur une croissance de 1,1 % pour 2013.

 

 

Austérité-récession : le Portugal sur le chemin de la Grèce

Austérité-récession : le Portugal sur le chemin de la Grèce

 

Le gouvernement portugais a annoncé lundi d’importantes hausses d’impôts et des mesures d’économies drastiques lors de la présentation du projet de budget 2013, année qui devrait être marquée une nouvelle fois par la récession.Les mesures d’austérité que le Portugal s’est engagé à prendre en contrepartie d’une aide internationale de 78 milliards d’euros représenteront en 2013 3,2% du PIB du pays, a déclaré le ministre des Finances portugais, confirmant ainsi l’ »énorme » augmentation d’impôts annoncée précédemment. Alors qu’environ 2.000 manifestants s’étaient rassemblés devant le Parlement pour protester contre cette politique d’austérité et demander la démission du gouvernement, Vitor Gaspar a souligné que les hausses d’impôts constituaient la seule façon d’atteindre l’objectif de réduction du déficit budgétaire à 4,5% du PIB, prévu dans le cadre du plan de renflouement. Ces hausses d’impôts représenteront jusqu’à trois mois de salaires pour de nombreux salariés de la classe moyenne portugaise. Lisbonne maintient par ailleurs sa prévision de contraction économique de 1% pour 2013 après une contraction attendue de 3% cette année. Les économistes estiment toutefois cette estimation optimiste au regard de l’impact qu’aura la politique d’austérité sur la consommation des ménages. « Nous n’avons pas de marge de manoeuvre (…) Un rejet du budget 2013 signifierait un rejet du plan de renflouement », a déclaré Vitor Gaspar à des journalistes. « Demander plus de temps (aux créanciers internationaux) conduirait à une dictature de la dette et à l’échec ». L’opposition socialiste a qualifié cette politique de « bombe atomique budgétaire », qui, selon eux, va à l’encontre de la croissance et de la création d’emplois, alors que le taux de chômage avoisine les 16%. Certains économistes estiment également que ces mesures, qui impliquent une baisse des retraites ou encore une taxe sur les transactions financières, pourraient entraîner le Portugal dans une spirale récessive, à l’instar de la Grèce. Les recettes générées par ces nouveaux impôts s’élèveront à 4,3 milliards d’euros en 2013, a précisé Vitor Gaspar, et représenteront 80% de l’effort budgétaire qui sera demandé sur l’année.

 

 

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol