Archive pour le Tag 'rebondissement'

SNCM : encore un rebondissement avant l’agonie

 

 

Cette fois l’Etat a poussé le bouchon un loin en faisant écrire ( aux avocats de Transdev et de Veolia) que le plan social de sauvegarde de l’emploi ne serait financé qu’à condition que la liquidation judicaire soit prononcée ;. Du coup ce sont les administrateurs judicaires ont légitimement protesté. Ceci étant le dossier est pourri et le restera tant que les l’hypothèque des 400 millions d’aides financières ne sont pas remboursées comme le demande toujours l’Europe. L’objectif officieux demeure donc la liquidation qui favorisera une  restructuration de cette desserte de la Corse . . Le tribunal de commerce de Marseille a estimé mercredi que les offres de reprise de la SNCM étaient « insatisfaisantes » et mis en délibéré « à quinzaine » sa décision sur l’avenir de la compagnie maritime, en redressement judiciaire depuis novembre. Or la veille, c’est-à-dire mardi, les avocats de l’Etat, de Transdev et de Veolia avaient signifié par écrit aux deux administrateurs qu’ils ne financeraient le plan de sauvegarde de l’emploi que sous réserve de la conversion préalable du redressement judiciaire en liquidation. Inacceptable disent les deux administrateurs judiciaires, Frédéric Abitbol et Emmanuel Douhaire,  qui voient dans ce procédé une sorte de chantage. Quel serait l’intérêt de l’Etat à plaider en faveur de ce scénario ? A première vue, difficile a voir, mais maître Olivier de Chazeaux, avocat de Christian Garin qui porte le projet Medpartners, un des trois repreneurs, a son idée sur la question : « L’Etat finalement essaie de protéger quelques intérêts, ou en tout cas de masquer des erreurs passées, pour éviter le courroux de Bruxelles. Il n’est pas impossible que d’autres intérêts se soient liés pour essayer, entre amis, dans un coin d’une petite salle obscure, de se mettre d’accord après la liquidation judiciaire« . « Une méthode à la hussarde » : intolérable pour l’avocat de l’un des repreneurs, Olivier de Chazeaux, qui a pris connaissance du courrier en question

 

Affaire Tapie : rebondissement

Affaire Tapie : rebondissement

 

Un autre  épisode dans l’affaire entre Bernard Tapie et le Crédit lyonnais. L’homme d’affaires avait touché, en 2008, 400 millions d’euros après un arbitrage dans le litige qui l’opposait à la structure chargée de solder le passif de la banque. Un arbitrage qui a suscité, à l’époque, une polémique sur fond de soupçons de conflit d’intérêt. Un recours est aujourd’hui envisagé. Au coeur de l’affaire : la décision du tribunal arbitral chargée de régler le litige entre le Crédit Lyonnais et Bernard Tapie au sujet de la vente d’Adidas. En 2008, les arbitres condamnent la structure publique chargée de solder le passif de la banque à verser 400 millions d’euros à l’homme d’affaires.  C’est cette structure qui envisage aujourd’hui de lancer un recours. Une enquête aurait révélé des conflits d’intérêts entre certains des arbitres et Bernard Tapie et ses avocats. La justice pourrait se prononcer sur le fond de l’affaire. Car sur la forme, la justice enquête déjà depuis l’an dernier. Une instruction a été ouverte sur la légalité du recours à l’arbitrage dans ce dossier, qui, selon certains, aurait du revenir à la justice « traditionnelle« . Une décision prise à l’époque par la ministre de l’Economie, Christine Lagarde. « C’était la meilleure solution….il fallait  tourner la page » !!, » selon elle. Mais d’autres dénoncent un faux arbitrage orchestré depuis l’Elysée.

chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol