Archive pour le Tag 'réacteur'

EDF – le redémarrage d’un réacteur à Flamanville

EDF – le redémarrage d’un réacteur à Flamanville

 

Le réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire de Flamanville (Manche), arrêté pendant 23 mois pour une maintenance décennale, a redémarré dans la nuit de vendredi à samedi, a annoncé EDF.  Ce réacteur avait été arrêté le 10 janvier 2019 pour une durée prévue de 181 jours pour une maintenance décennale. Son redémarrage a été plusieurs fois repoussé, car il a fallu « réaliser (…) 80% d’activités supplémentaires (…) en superposition des 20.000 activités prévues dans le cadre de la maintenance », avait expliqué EDF.. 

A côté des réacteurs 1 et 2 de Flamanville, EDF construit l’EPR, qui connaît lui aussi de nombreux retards et surcoûts et devrait entrer en service en 2023. Selon EDF, 44 des 56 réacteurs en service en France sont désormais actuellement disponibles.

Chine : un réacteur à fusion nucléaire

Chine :  un réacteur à fusion nucléaire

Alors que la France est dans une phase d’expérimentation pour un réacteur à fusion dans le cadre du projet international ITER, la Chine a déjà mis au point un réacteur à fusion . Les réacteurs en service actuellement sont à fission nucléaire et ont surtout le désavantage de générer des déchets très toxiques. La fusion nucléaire est considérée par ses défenseurs comme l’énergie de demain car elle est infinie, tout comme celle du soleil, et ne produit ni déchets ni gaz à effet de serre.

La Chine dispose à cet effet d’un réacteur Tokamak HL-2M, le plus performant du pays, dans la province du Sichuan (sud-ouest). Il s’agit d’une chambre de confinement magnétique qui génère une chaleur phénoménale dans le but de fondre des noyaux atomiques.

Ce tokamak est surnommé « soleil artificiel » en raison de la température qui peut y dépasser les 150 millions de degrés, selon Chine nouvelle – soit dix fois la chaleur produite au cœur même du soleil.

 

Le réacteur va « apporter un soutien technique essentiel à la Chine » dans le cadre de sa participation au projet international Iter sur des réacteurs à fusion expérimentaux, a indiqué l’ingénieur en chef Yang Qingwei, cité par Chine nouvelle.

La France a lancé en juillet à Saint-Paul-lès-Durance (Bouches-du-Rhône) l’assemblage d’un gigantesque réacteur à fusion dans le cadre du projet Iter. Il vise les 150 millions de degrés mais les premiers tests ne sont pas attendus avant 2025.

 

Nucléaire: début de montage du réacteur Iter

Nucléaire: début de montage du réacteur Iter

Début du montage du projet de fusion nucléaire Iter, près de quinze ans après ses débuts, l’assemblage du réacteur du projet international ITER, dont l’ambition est de maîtriser la fusion de l’hydrogène; une reproduction de la fusion qui se produit dans le soleil les étoiles .

ce gigantesque réacteur permettra de reproduire la réaction de fusion de l’hydrogène qui se produit naturellement au cœur du soleil : concrètement, cette fusion sera obtenue en portant à une température de l’ordre de 150 millions de degrés un mélange de deux isotopes de l’hydrogène transformé à l’état de plasma.

En bombardant la paroi du Tokamak, les neutrons nés de cette fusion produisent de la chaleur qui sera évacuée par un circuit d’eau sous pression pour aller ensuite alimenter, sous forme de vapeur, une turbine et un alternateur, et produire en bout de chaîne de l’électricité.

ITER pourrait produire son premier plasma fin 2025-début 2026 et le réacteur pourrait atteindre sa pleine puissance en 2035.

Si elle est maîtrisée, la fusion de l’hydrogène serait une source d’énergie sûre et propre, permettant de s’affranchir des énergies fossiles. Obtenue à partir de combustibles présents en abondance sur terre, l’eau et le lithium, elle a l’avantage de ne pas générer de déchets radioactifs, à l’inverse d’un réacteur nucléaire.

 

“ une énergie non polluante, décarbonée, sûre et pratiquement sans déchets, qui permettra tout à la fois de répondre aux besoins de toutes les zones du globe, de relever le défi climatique et de préserver les ressources naturelles”, a déclaré Emmanuel Macron dans un message vidéo enregistré.

“Avec la fusion, le nucléaire peut être une filière d’avenir, encore plus qu’il ne l’est déjà”, a ajouté le président de la République.

Au cours des derniers mois, de nombreux éléments particulièrement complexes et massifs de la machine Iter, appelée “tokamak” et qui comptera plus d’un million de composants, ont été livrés sur le site.

“Nous savons que la partie la plus difficile est devant nous. Construire cette machine pièce par pièce sera comme assembler un puzzle géant tridimensionnel dans un calendrier complexe”, a souligné Bernard Bigot, le directeur général d’Iter, lors d’une conférence de presse.

Iter vise à démontrer que la fusion nucléaire – entre le deutérium et le tritium, deux isotopes de l’hydrogène -, obtenue à partir d’un plasma porté à une température de l’ordre de 150 millions de degrés Celsius, peut être utilisée comme source d’énergie à grande échelle et non émettrice de CO2 pour produire de l’électricité.

L’équipement expérimental reproduirait ainsi les réactions de fusion de l’hydrogène qui ont lieu au coeur du soleil et des étoiles, convertissant une infime masse de matière en une quantité d’énergie considérable.

L’agence internationale constituée pour bâtir Iter (“le chemin” en latin) rassemble 35 pays : ceux de l’Union Européenne (45% du financement), le Japon, la Chine, l’Inde, la Corée du Sud, la Russie et les Etats-Unis (9% du financement chacun).

Les membres de l’agence contribuent essentiellement au projet “en nature”, c’est-à-dire en fournissant les éléments de la machine, dont le coût est estimé à quelque 20 milliards d’euros contre cinq milliards environ à l’origine.

La première expérience de plasma non nucléaire produit par Iter est prévue pour fin 2025, puis, après dix ans de retour d’expérience, un plasma nucléaire devrait être testé dans le but de valider la production d’énergie.

Nucléaire : EDF la dalle du réacteur n°2 de Hinkley Point réalisé

Nucléaire : EDF  la dalle du réacteur n°2 de Hinkley Point réalisée

Achèvement  du radier du réacteur n°2, conformément au calendrier qu’ils s’étaient fixé et malgré l’impact du coronavirus.

Une organisation spécifique incluant une réduction de la main-d’oeuvre a été mise en place dans le contexte de la pandémie et d’importants gains de productivité et de temps ont été enregistrés entre le radier du réacteur n°1 et celui du réacteur n°2, ont souligné les deux groupes dans un communiqué commun.

Ces gains ont notamment été permis par la préfabrication d’éléments à échelle industrielle dans des ateliers spécialement construits sur site, ainsi que par le recours à la modélisation numérique.

Le radier est une plate-forme en béton armé sur laquelle reposera l’îlot nucléaire, dont la construction va pouvoir commencer. Il a été achevé dans le respect d’un calendrier fixé il y a plus de quatre ans, ont souligné EDF et CGN.

Hinkley Point C, porté à 66,5% par EDF et 33,5% par CGN, aura une capacité de 3,2 gigawatts devant lui permettre de couvrir à terme 7% environ de la demande britannique d’énergie, soit la consommation en électricité d’environ 6 millions de foyers.

EDF a relevé en septembre son estimation du coût de la centrale, aujourd’hui estimé entre 21,5 et 22,5 milliards de livres sterling, qui doit commencer à produire de l’électricité fin 2025 mais dont le groupe a déjà souligné les risques de retard.

 

Nucléaire : EDF la dalle du réacteur n°2 de Hinkley Point réalisé

Nucléaire : EDF  la dalle du réacteur n°2 de Hinkley Point réalisé

Achèvement  du radier du réacteur n°2, conformément au calendrier qu’ils s’étaient fixé et malgré l’impact du coronavirus.

Une organisation spécifique incluant une réduction de la main-d’oeuvre a été mise en place dans le contexte de la pandémie et d’importants gains de productivité et de temps ont été enregistrés entre le radier du réacteur n°1 et celui du réacteur n°2, ont souligné les deux groupes dans un communiqué commun.

Ces gains ont notamment été permis par la préfabrication d’éléments à échelle industrielle dans des ateliers spécialement construits sur site, ainsi que par le recours à la modélisation numérique.

Le radier est une plate-forme en béton armé sur laquelle reposera l’îlot nucléaire, dont la construction va pouvoir commencer. Il a été achevé dans le respect d’un calendrier fixé il y a plus de quatre ans, ont souligné EDF et CGN.

Hinkley Point C, porté à 66,5% par EDF et 33,5% par CGN, aura une capacité de 3,2 gigawatts devant lui permettre de couvrir à terme 7% environ de la demande britannique d’énergie, soit la consommation en électricité d’environ 6 millions de foyers.

EDF a relevé en septembre son estimation du coût de la centrale, aujourd’hui estimé entre 21,5 et 22,5 milliards de livres sterling, qui doit commencer à produire de l’électricité fin 2025 mais dont le groupe a déjà souligné les risques de retard.

 

Nucléaire : aucun réacteur ne sera pas fermé d’ici 2022

 

 

Contrairement à tout ce qu’a laissé entendre le ministre de l’environnement, de Rugy, aucun des trois scénarios envisagés par l’exécutif ne prévoit de fermer d’autres réacteurs nucléaires que ceux de la centrale de Fessenheim, dont la fermeture est déjà actée, d’ici 2022. Selon un document gouvernemental révélé mardi 20 novembre par l’AFP, Emmanuel Macron et Edouard Philippe vont annoncer entre zéro et six fermetures de réacteurs nucléaires d’ici 2028 dans le cadre de la future programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Ce document s’appuie donc sur trois scénarios. Le premier, soutenu par le ministère de la Transition écologique, prévoit six fermetures de réacteurs entre 2022 et 2028, et six de plus d’ici 2035, sur les 58 que compte le parc nucléaire français actuel. Aucun réacteur ne serait fermé entre 2022 et 2028, selon le deuxième scénario, mais 12 le seraient entre 2028 et 2035. Enfin, le troisième, poussé par Bercy, entend fermer 9 réacteurs entre 2028 et 2035 et construire 4 EPR d’ici 2040. L’objectif de 50% d’électricité nucléaire est atteint en 2035 dans les deux premiers cas, mais attend 2040 dans celui de Bercy. Les scénarios prévoient une part de 40% d’électricité renouvelable, atteinte en 2030, 2032 ou 2034 suivant les trois cas. Sollicité par l’AFP sur ces informations, Matignon n’a pas fait de commentaires « sur des scénarios préparatoires à une décision ». Très attendus, les arbitrages finaux d’Edouard Philippe et d’Emmanuel Macron sont désormais imminents : « des annonces seront faites la semaine prochaine », a confirmé Matignon.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol