Archive pour le Tag 'Raquel'

Le crime de lèse-majesté vis-à-vis de Mélenchon par Raquel Garrido sanctionné

Le crime de lèse-majesté vis-à-vis de Mélenchon par Raquel Garrido sanctionné

Comme dans les théocraties et autres dictatures, à LFI le pouvoir est très centralisé et la critique condamnable. Ainsi la mise à l’écart de Raquel Garrido qui avait critiqué Mélenchon révèle en définitive la nature même de l’idéologie de LFI. Le centralisme est consubstantiel à ce parti plus proche d’un parti communiste des années 50 que d’un parti démocratique.

Raquel Garrido, vient de faire les frais de ce centralisme  » démocratique ». Pendant quatre mois elle ne pourra « plus être oratrice » pour LFI à l’Assemblée nationale mais juge cette sanction « sévère », « humiliante » et déplore l’actuelle « concentration des pouvoirs » au sein de son parti.
« Il ne peut y avoir dans une société démocratique, ni au niveau de l’État, ni dans les partis, de crime de lèse-majesté ». La députée, Raquel Garrido réagit ce mardi 7 novembre, sur le plateau de C à Vous, à sa sanction par le bureau de LFI pour avoir « nuit au bon fonctionnement collectif du groupe parlementaire ». Et notamment pour avoir « dénigré » Jean-Luc Mélenchon. Elle, parle plutôt de « critiques » qui l’ont « exposé à des procédures disciplinaires ».

« La France Insoumise c’est un programme, pas un homme. On ne pourrait donc être Insoumis que si l’on est d’accord avec Jean-Luc Mélenchon? Non. Il faut revoir notre stratégie », déclare la députée Seine-saint-denis auprès du Parisien.

Raquel Garrido reproche au sein de son parti « une concentration des pouvoirs » telle que prévue dans la Ve République et que LFI « reproche aux macronistes ».

Elle déplore qu’il y ait autour de l’ancien candidat à la présidentielle, « une tentation de la scission, de l’exclusion ».

« Aujourd’hui, notre travail est de fédérer, pas de cliver », souligne-t-elle. « Et certainement pas à gauche. Quel intérêt avons-nous à quereller avec le PS et le PCF ou encore avec le monde syndical ? Ou entre Insoumis ? Aucun ».

continuera de défendre le programme de La France insoumise, qu’elle a aidé à co-fonder, et tient à « l’unité du parti ».

« Nous n’avons pas un désaccord sur le programme de LFI, mais sur la stratégie », affirme-t-elle. [...] « J’ai l’intention de me battre pour améliorer mon mouvement. »

Celle – qui a été sommée de ne « plus être oratrice » de La France insoumise à l’Assemblée pour quatre mois soit « la moitié de la session parlementaire ordinaire » – dit « avoir le coeur brisé » face à cette décision.

Elle juge la sanction « sévère » et « humiliante ». D’autant plus, que sa durée est égale à celle infligée en décembre 2022 à Adrien Quatennens après sa condamnation pour violences conjugales. « Je le prends comme une infamie supplémentaire », assure-t-elle.

Elle déplore également la manière dont sa sanction a été prise et parle d’une « justice expéditive ».

Football : Raquel Garrido, l’insoumise, se plante encore

Football : Raquel Garrido, l’insoumise,  se plante encore

 

 

Elle a demandé que Castorama (en conflit social) se retire du sponsoring du foot pro. En fait Castorama n’a rien à voir avec le foot, il s’agit de Conforama ! L’ancienne porte-parole des insoumis a cru pouvoir faire le buzz en demandant que le championnat de France de football change de sponsor… mais elle s’est trompée sur le nom dudit sponsor. Raquel Garrido a fait sa demande sur Twitter. Elle voulait soutenir les salariés de Castorama, en conflit avec leur direction. “En solidarité avec les salariés maltraités, je suis pour que la Ligue 1 se débaptise. Castorama veut son nom sur le championnat des Français ? Qu’il commence par les respecter. #CastoramaHorsdelaLigue1”, assène-t-elle sur le réseau social. Sauf que la Ligue 1 est sponsorisée par… Conforama. Un peu plus d’une heure après ce premier tweet, Raquel Garrido se rend compte de son erreur et publie un nouveau tweet pour s’excuser : “Oups. C’est Conforama… Je ne sais pas si je dois supprimer le tweet ou le garder pour la postérité. Toutes mes excuses à la communauté Twitter. Heureuse de vous avoir fait rire. Et bon courage aux salariés de Castorama quand même !”  Il y a trois semaines, la compagne d’Alexis Corbière avait tenté de justifier sa décision de quitter la politique par une demande explicite du Conseil national de l’audiovisuel (CSA)… qui avait démenti avec force ses allégations. Comme reconnait  Français Ruffin, député insoumis, le parti de Mélenchon n’est pas vraiment prêt pour exercer le pouvoir ! 

« J’arrête la politique » (Raquel Guirado)

« J’arrête  la politique » (Raquel Guirado)

 

 

Dans une  interview au JDD Raquel Garrido déclare qu’elle arrête la politique. Le motif officiel serait que son  travail de chroniqueuse à la télé serait incompatible avec son poste de porte parole des Insoumis. En réalité, elle part aussi parce que contestée à intérieur des Insoumis avec ses affaires de non paiements de cotisations légales aussi avec sa décision de continuer à occuper un logement social. Pour preuve des différents internes chez les Insoumis, Raquel Guirado ne se présentera pas aux élections européennes de 2019. dans le JDD, elle explique le choix qu’elle fait ni en raison des récentes polémiques, ni sur demande du leader de La France Insoumise. Mais en raison de sa nouvelle activité de chroniqueuse chez Thierry Ardison sur CNews : « Le CSA a comptabilisé mes passages à l’antenne en temps de parole France Insoumise, ce qui a créé un déséquilibre sur la chaîne. Le CSA m’a placée devant un dilemme. Soit renoncer à mon engagement politique, soit être décomptée FI. J’ai fait mon choix. Compte tenu de l’essor du mouvement, je considère que je n’y suis pas indispensable. A la télé, il y a si peu d’Insoumis, tandis qu’à la FI, des « Raquel », il y en a plein. » Elle indique avoir informé Jean-Luc Mélenchon tout en précisant qu’il ne lui a pas demandé de choisir entre télé et politique : « Jean-Luc Mélenchon apprécie mes passages dans l’émission et il est content que je m’épanouisse. Il m’a dit qu’il comprenait. » Dans le JDD, l’Insoumise revient également sur les récentes polémiques l’ayant concernée qui ne sont pour rien dans sa décision: « le CSA a exigé un retrait total de mes activités politiques ». Raquel Garrido confirme ainsi qu’elle ne sera pas candidate aux européennes en 2019. Interrogée sur sa réponse aux accusations du Canard enchaîné sur le Snapchat de Jeremstar, elle se défend… et attaque :  »Cette vidéo est un pied de nez à un petit monde journalistique agressif qui a ouvert une guerre contre moi »




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol