Archive pour le Tag 'rapidement'

Mettre en place rapidement une économie de guerre en Europe

Mettre en place rapidement une économie de guerre en Europe

 
L’ancienne secrétaire d’Etat chargée de l’Europe Laurence Boone et l’ancien ministre des affaires étrangères de Moldavie Nicu Popescu estiment, dans une tribune au « Monde », que l’Union européenne doit agir vite pour adapter son économie et le cadre réglementaire à la nouvelle réalité géopolitique.

 

Il aura fallu deux ans de guerre à ses portes pour que l’Union européenne pense à se doter d’une « économie de guerre ». Deux ans depuis le début de l’agression russe en Ukraine, deux ans pendant lesquels l’Europe, aux côtés de ses alliés, s’est démenée pour fournir armes et munitions en puisant dans ses capacités existantes. Deux ans au bout desquels il est urgent de prendre les moyens nécessaires pour que l’expression « économie de guerre » prenne tout son sens. Il s’agit donc d’augmenter le soutien à l’Ukraine immédiatement, et de poser les fondations d’une économie de guerre pour répondre aux menaces de déstabilisation posées par la Russie du président Vladimir Poutine envers l’Europe. Nous pourrons ainsi fortifier la capacité de l’Europe de préserver la paix sur notre continent. Et pour cela nous ne pouvons attendre deux ans. C’est maintenant qu’il faut agir.
L’Europe doit s’adapter et bâtir sans attendre une économie de guerre, tant en matière de défense que dans d’autres domaines. Une grande partie de la capacité de production, des institutions, des procédures juridiques et administratives de l’Europe n’a pas évolué depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Des mesures doivent être prises rapidement afin d’accélérer la production de produits stratégiques, de sécuriser la construction des infrastructures énergétiques, de télécommunications, cyber ou encore de transport qui nous font défaut aujourd’hui. La composition des budgets n’a pas changé et ne nous permet pas de fournir les efforts requis pour soutenir une économie de guerre. Avec nos procédures actuelles, ce n’est pas en 1944 que les Américains auraient débarqué en Normandie, ce n’est pas en 1941 que l’armée libre de De Gaulle se serait mise en marche mais plusieurs années plus tard…
Nous devons comprendre que les guerres lancées par Vladimir Poutine, en 2008 en Géorgie, en 2014 dans le Donbass et en 2022 contre l’Ukraine, font peser une menace croissante sur les démocraties européennes, notre sécurité, nos institutions politiques, nos économies et nos sociétés.

L’Europe doit urgemment s’adapter à cette nouvelle réalité. Elle doit se doter d’une loi proche du Defense Protection Act.

Pour des élections rapidement afin d’éviter la chienlit

Pour des élections rapidement afin d’éviter la chienlit

Une nouvelle fois, Macon a réuni toutes les conditions pour que la chienlit s’installe dans le pays de façon durable sur le plan politique mais aussi sur le plan économique et social.

Le climat d’incertitude qui va maintenant régner pendant des semaines sauf décision rapide va conduire les acteurs économiques notamment des consommateurs à davantage de prudence. En clair ,il faut prévoir une nouvelle baisse de consommation, donc de croissance. Ce qui devrait nous faire tutoyer la récession.

Pour sortir de cette pagaille, la seule solution sera de reconvoquer les électeurs soit pour des élections législatives soit pour un référendum sur la réforme des retraites. Le reste ne constituera que rustines qui ne tiendront que quelques semaines ou quelques mois.
C ‘est la légitimité même de Macon qui risque d’être en cause et la fin de son régime risque d’être apocalyptique pour le pays et pour lui-même.

Sur BFMTV, Stéphane Peu, député PCF, annonce qu’au moins 185 parlementaires seraient prêts à déposer une proposition de loi pour un référendum d’initiative partagée (RIP) afin de bloquer la réforme des retraites.
Au moins 185 parlementaires se sont accordés et seraient prêts à déposer une proposition de loi pour un référendum d’initiative partagée (RIP) afin de bloquer la réforme des retraites, annonce sur BFMTV le député communiste de Seine-Saint-Denis Stéphane Peu.

Le référendum d’initiative partagée est une procédure complexe qui n’a jamais abouti depuis son introduction dans la Constitution en 2008.

Il prévoit la possibilité d’organiser une consultation populaire sur une proposition de loi « à l’initiative d’un cinquième des membres du Parlement », soit au moins 185 des 925 parlementaires (577 députés, 348 sénateurs) et « soutenue par un dixième des électeurs », soit 4,87 millions de personnes, dont les signatures doivent être recueillies dans un délai de 9 mois.

Concernant les 185 parlementaires, « je vous l’annonce ce soir: nous les avons », assure Stéphane Peu sur le plateau de BFMTV.
Quant aux 4,87 millions de signataires, le député communiste veut croire que la mobilisation sera plus importante que lors du dernier RIP organisé: celui contre la privatisation des Aéroports de Paris. En 2019, seulement un million de personnes avaient signé.

Plus tôt dans la journée, la vice-présidente PS de l’Assemblée nationale Valérie Rabault a dit « croire beaucoup » au blocage de la réforme des retraites par un RIP. L’insoumise Mathilde Panot expliquait que cette disposition constitutionnelle était « en réflexion » à gauche. »

Selon Stéphane Peu, les 185 parlementaires se sont accordés pour « une proposition de loi qui propose que [l'âge de départ à la retraite] ne puisse pas excéder 62 ans. » Une proposition de loi donc « très simple », juge le député communiste, qui souligne qu’il ne s’agit pas d’une des nombreuses propositions alternatives qui ont été débattues ces derniers jours.

« C’est un référendum qui sera pour ou contre la proposition qui est celle d’Emmanuel Macron », qui prévoit le report de l’âge légal de départ à 64 ans, résume donc Stéphane Peu.

Toutefois, la mise en place d’un RIP relève d’un « parcours du combattant » indiquait Mathilde Panot dans la journée, souligne l’AFP.

Car un référendum d’initiative partagée « ne peut avoir pour objet l’abrogation d’une disposition législative promulguée depuis moins d’un an », prévoit l’article 11 de la Constitution. Et, pour que le processus de RIP soit lancé, il faut que le Conseil constitutionnel s’en saisisse et valide la procédure dans un délai d’un mois.

Le timing est donc très serré: si la réforme des retraites est promulguée avant la validation du référendum d’initiative partagée par le Conseil constitutionnel, il ne pourra être organisé.

L’inflation pourrait baisser rapidement ?


L’inflation pourrait baisser rapidement ?

Pablo Hernandez de Cos, membre de la Banque centrale affirme d’un coté que l’inflation pourrait baisser rapidement mais dans le même temps qu’à court terme il faut s’attendre à une hausse des prix. Tout repose donc sur le calendrier. D’après la banque centrale, l’inflation pourrait commencer à diminuer en juin mais en réalité sûrement pas avant 2024. En outre, la hausse des prix enregistrés en 2023 va se cumuler avec celle de 2022. Il faudrait aussi prendre en compte l’évolution de la situation géopolitique actuellement très incertaine notamment concernant l’énergie. Bref des perspectives sujettes à caution .

Pablo Hernandez de Cos, membre de la Banque centrale européenne à un redressement plus rapide que prévu de la situation économique de la zone euro dans les prochains mois. Ce membre de la Banque centrale européenne (BCE), qui est également gouverneur de la Banque d’Espagne, a indiqué mercredi 15 février que l’inflation dans la zone euro pourrait reculer plus rapidement qu’initialement prévu, justifiant cette analyse par l’évolution encourageante de la situation économique au cours des derniers mois.

La répercussion des hausses de prix passées et les tensions sur le marché du travail risquent cependant d’exercer une pression à la hausse sur l’inflation de base à court terme, a toutefois ajouté le gouverneur de la Banque d’Espagne. « Les données récentes sur l’inflation dans la zone euro et certains de ses principaux éléments sont quelque peu encourageants, mais la situation globale exige encore de la prudence », a estimé Pablo Hernandez de Cos, selon des déclarations publiées sur le site internet de la Banque d’Espagne.
close

LR et Ciotti: clarifier rapidement ou disparaitre

LR et Ciotti: clarifier rapidement ou disparaitre

Eric Ciotti est devenu président du parti Les Républicains (LR) avec 53,7 % des suffrages face à Bruno Retailleau (46,3 %). La tâche est immense, il lui faudra rapidement clarifier la ligne idéologique ou le parti attaqué de toute part disparaîtra. Il y a déjà plusieurs défections depuis l’élection de Ciotti.

Érection qui devient président du parti Les Républicains (LR) mais une immense tâche l’attend car l’organisation est menacée de disparaître. Les républicains sont en effet attaqués de toutes parts. D’abord par Macron qui ne cesse de lui sucer le sang en recrutant un par un des responsables avec la promesse d’un portefeuille ministériel. Dernier recrutement en date celui d’EStrosi, le maire de Nice qui attend depuis longtemps ce marocain.
Mais il y a aussi Édouard Philippe qui a créé son propre parti à la fois pour décrire LR et les annexer en vue des élections présidentielles de 2027. L’extrême droite de son côté entend récupérer l’ancienne audience des Républicains. Elle récupère aussi certains responsables comme Mariani.

Le parti est également miné de l’intérieur. Le premier démolisseur et Sarkozy qui n’a cessé de taper sur le parti qu’il a créé sans doute pour espérer un peu de clémence de la part du pouvoir et de la justice compte tenu des casseroles qu’il traîne encore. Enfin il y a un urgent besoin de clarification idéologique pour savoir si les républicains sont en fait des libéraux sociaux des conservateurs très à droite proches du Front National .

Le nouveau patron des Républicains dispose de peu temps même s’il peut s’appuyer sur des réseaux locaux encore solides avec de nombreux élus notamment dans les milieux ruraux. P tenter de sortir le parti du marasme, un travail colossal attend la nouvelle équipe dirigeante. « C’est une rude tâche, c’est une tâche herculéenne », a considéré M. Retailleau le candidat battu par Ciotti.

Macron doit sortir rapidement du flou

Macron doit sortir rapidement du flou

 

C’est l’un des paradoxes du premier tour des législatives pour le président : lui qui n’a eu de cesse d’alimenter la dépolitisation de la campagne pourrait se retrouver aux prises avec une Assemblée nationale ultrapolitisée, explique, dans sa chronique, Solenn de Royer, grand reporter au « Monde ».

 

Ce n’est pas un coup de tonnerre mais un avertissement sérieux. Au coude-à-coude avec la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) de Jean-Luc Mélenchon (26,11 %, selon le comptage du Monde), la coalition présidentielle Ensemble ! (25,82 %) n’est pas assurée d’obtenir une majorité absolue, dimanche 19 juin. C’est surtout la première fois sous la Ve République que le parti du président de la République n’arrive pas en tête aux élections législatives dans la foulée de l’élection présidentielle, voire recule entre les deux scrutins.

En 2002, 2007 et 2012, l’UMP, puis le PS, avaient dépassé, parfois très largement, la barre des 30 % des voix dans la foulée de l’élection de Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy ou François Hollande. Cette fois, la majorité sortante fait beaucoup moins bien qu’il y a cinq ans (La République en marche et le MoDem avaient obtenu 32,33 % des suffrages en 2017), et enregistre 2 points de moins que le score du président sortant il y a sept semaines seulement.

A cette contre-performance s’ajoutent quelques symboles douloureux : l’ex-ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, incarnation du macronisme triomphant il y a cinq ans, est sèchement éliminé dès le premier tour dans le Loiret, de même que l’ex-ministre du logement Emmanuelle Wargon, dans le Val-de-Marne. Et si parmi les 15 membres du gouvernement d’Elisabeth Borne lancés dans la compétition électorale, plusieurs – dont Gabriel Attal et Gérald Darmanin – sortent largement en tête, d’autres, comme Clément Beaune ou Amélie de Montchalin, se trouvent en difficulté, l’un à Paris et l’autre en Essonne.

Emmanuel Macron, qui a reproduit – par choix tactique, hésitation politique ou procrastination – sa tentative d’anesthésier le jeu démocratique, stratégie gagnante à la présidentielle, a payé ici sa non-campagne. Tout comme ont été mis à son débit un certain immobilisme et le flou entretenu sur les grandes orientations de son second mandat, dont il a souvent semblé, depuis sa réélection, ne pas savoir que faire, ni avec qui.

Inflation : augmenter plus rapidement les taux intérêt (Jérôme Powell)

Inflation : augmenter plus rapidement les taux intérêt (Jérôme Powell)

 

Pour Jerome Powell, il serait  « approprié de bouger un peu plus rapidement en matière de taux d’intérêt. » Le président de la Réserve fédérale, qui s’exprimait aux côtés de Christine Lagarde lors d’un débat au Fonds Monétaire International, a confié qu’« une hausse d’un demi-point est sur la table pour la prochaine réunion du comité de politique monétaire, en mai. »

Il s’agissait là de sa dernière intervention publique avant cette réunion de la Fed, prévue dans moins de deux semaines, les 3 et 4 mai. Et le dernier signe en date que la Réserve fédérale est prête à accélérer sur le front de l’inflation. « Notre priorité absolue, aujourd’hui, est de restaurer la stabilité des prix. Nous en avons besoin pour assurer la stabilité des marchés, pour la santé de notre économie. Donc nous allons le faire », a ajouté Jerome Powell, qui a précisé que lors du dernier cycle de resserrement de la politique monétaire américaine, l’inflation n’était pas aussi élevée. « Ce ne sera pas facile, ce sera un défi, mais nous ferons tout pour y arriver. »

Un peu plus tôt, ce jeudi, le président de la Fed avait souligné la nécessité pour la politique monétaire d’être complètement indépendante des pressions politiques. Rendant hommage à l’ancien président de la Fed Paul Volcker devant l’ONG qui porte son nom, il avait décrit combien son prédécesseur avait su « refuser les oscillations politiques » pour tenir le cap de ses objectifs : la lutte contre l’inflation. Une manière de rappeler, pour certains, qu’il ne cèdera pas à la tentation de sacrifier la lutte contre l’inflation sur l’autel la croissance.

Lors de la dernière réunion du comité de politique monétaire, la Fed avait choisi la prudence en augmentant ses taux d’un quart de point . Jerome Powell avait alors évoqué les incertitudes du contexte international, affirmant néanmoins : « Si l’inflation montre qu’il est nécessaire de relever plus rapidement les taux, nous le ferons. »

Depuis, l’inflation a persisté, atteignant même 8,5% en rythme annuel en mars, un nouveau record depuis plus de 40 ans. Les ménages américains commencent à ressentir la hausse des prix sur leur pouvoir d’achat, notamment sur les prix à la pompe et sur l’alimentation. Et les voix se sont multipliées pour appeler la Fed à agir vite et fort. La dernière en date est celle de John Williams, qui fait partie du cercle rapproché de Jerome Powell. Une hausse des taux d’un demi-point est « une option très raisonnable » pour la prochaine réunion, a affirmé la semaine dernière le président de la Fed de New York et vice-président du comité de politique monétaire de la Fed.

Plusieurs autres membres du comité avaient déjà pris position pour une hausse substantielle d’un demi-point, qui serait la première du genre depuis 2000. C’était le cas notamment du président de la Fed de Saint Louis, James Bullard, qui avait déjà voté pour une hausse d’un demi-point en mars – il était alors le seul. La situation a changé depuis et la Fed ne semble plus vouloir perdre de temps.

Barkhane Mali: Partir rapidement ou finir comme en Afghanistan ?

Barkhane Mali: Partir rapidement ou finir comme en Afghanistan ?

À moins de trouver un nouveau modèle d’intervention avec l’appui de l’Europe, l’intervention française au Sahel pourrait bien finir comme en Afghanistan estime un papier de Sylvie Kaufman du Monde.

 
Il est sans doute urgent que la France se replie sur des territoires plus sûrs comme en Côte d’Ivoire avant que la gangrène djihadiste ne contamine toute l’Afrique de l’Ouest. Une contamination aidée en sous-main par des pays comme la Russie, la Chine et d’autres qui veulent pousser la France en dehors de l’Afrique. NDLR
Partir ou rester ? Sans demander ouvertement son départ mais en poussant les mauvaises manières jusqu’à l’humiliation, la junte au pouvoir à Bamako force la France à se poser la question de sa présence militaire au Mali, où elle est arrivée en janvier 2013, à la demande des autorités de l’époque, pour repousser une offensive djihadiste. 

Dans un contexte de plus en plus difficile, aggravé par un premier coup d’Etat en 2020 puis un second en 2021, trois événements récents précipitent la rupture : l’implantation, à l’invitation de Bamako, des mercenaires russes du groupe Wagner, aujourd’hui au nombre d’un millier d’hommes selon deux sources françaises ; l’expulsion du contingent danois, à peine arrivé, membre de la force européenne sous commandement français « Takuba » ; et celle, lundi 31 janvier, de l’ambassadeur de France. Pour un pays dont l’engagement aux côtés des forces armées maliennes a coûté la vie à 53 de ses soldats, ça fait beaucoup.

Partir ou rester ? « La question ne se pose pas dans ces termes », veut-on croire à l’Elysée. Partir ? Se faire mettre dehors par des colonels putschistes, abandonner le terrain aux groupes djihadistes et laisser la Russie s’installer, comme elle l’a fait en République centrafricaine ? Hors de question. La France pense avoir de bonnes raisons de rester engagée au Sahel : la menace sécuritaire ; les liens entre sa population et la diaspora ; l’enjeu stratégique avec l’activisme croissant de la Russie et de la Turquie.

 

Mais poser la question, même dans des termes plus nuancés, c’est déjà reconnaître l’échec d’une stratégie qui, si elle a pu produire des résultats les premières années avec l’opération « Serval », n’est plus adaptée à la situation au Sahel. La menace djihadiste s’étend maintenant au nord des pays côtiers du golfe de Guinée. Les Etats y sont de plus en plus fragiles, comme le montre le putsch qui vient de se produire au Burkina Faso. La désillusion des populations à l’égard de la démocratie est profonde. La France, du coup, reste associée à des dirigeants défaillants qui ne manquent pas, lorsque cela sert leur intérêt, de faire dériver la colère populaire vers l’ancienne puissance coloniale : les ressentiments du passé n’ont pas été effacés par un coup d’ardoise magique.

A Paris – ça peut se comprendre – on préfère parler de « fin d’un cycle » qu’il « faut gérer », plutôt que d’échec. Comme en Afghanistan, on plaide la fin d’un modèle d’intervention extérieure, trop lourd, trop visible. Mais contrairement à l’Afghanistan, assure l’Elysée, le bilan n’est pas totalement négatif : la Mauritanie, première nation sahélienne visée par le terrorisme djihadiste à la fin de la décennie 2000, et le Niger ont, jusqu’ici, mieux tenu que le Mali et le Burkina Faso.

 

États-Unis : un relèvement des taux plus rapidement que prévu ?

États-Unis : un relèvement des taux plus rapidement que prévu ?

 

Lors de leur dernière réunion du comité de politique monétaire de la Fed il a été indiqué que la banque centrale pourrait être amenée à relever ses taux plus rapidement que prévu. En vérité, l’augmentation n’est pas considérable ni brutale. La banque centrale envisage de relever trois fois ses taux d’un quart de point; une opération qui pourrait commencer avant le printemps car les indicateurs économiques sont pour l’instant à peu près tous au beau fixe.

Peut-être une déclaration qui vit surtout à peser sur l’envolée de l’inflation qui a atteint plus de 6,8/1 an en novembre. Du coup la bourse a immédiatement intégré cette menace. «Le marché n’a pas aimé ce passage», ont commenté, dans une note, les analystes de Briefing.com. C’est d’abord le marché obligataire qui s’est cabré, le taux de référence des emprunts d’Etat américains à 10 ans bondissant au-dessus de 1,70%, à un plus haut de neuf mois. Déjà mal orienté, le Nasdaq a plongé, perdant plus de 3%. «Les titres qui ont des multiples élevés (prix de l’action rapporté au bénéfice) en prennent généralement plein la figure quand il semble que la Fed s’apprête à augmenter ses taux», a expliqué le responsable de l’investissement au sein de la société de gestion Bokeh Capital Partners.

C’est le cas de beaucoup de valeurs qui ont affiché des progressions insolentes en 2021, comme Alphabet (-4,68%), Tesla (-5,35%), ou Apple (-2,66%).

On peut finalement manger et boire «rapidement» dans les transports, selon Jean-Baptiste Djebbari

On peut finalement manger et boire «rapidement» dans les transports, selon Jean-Baptiste Djebbari

 

À l’interdiction générale de vente et de consommation  de produits alimentaires dans les transports se substitue désormais un principe moins restrictif qui permet aux passagers de se restaurer mais à condition de manger et boire rapidement indique le ministre des transports.( la vente reste interdite)

 Reste évidemment à définir ce qu’on entend par rapidement:  30 secondes, deux minutes ou cinq minutes ? Bref à vouloir tout réglementer, les mesures concrètes peuvent prendre parfois des aspects assez ridicules. Surtout quand pour légitimer son discours le ministre des transports désigne du doigt les passagers « qui mangent des chips pendant plusieurs heures ».

Le problème évidemment n’est pas tellement le temps passé pour un rapide repas ou la prise d’une boisson mais les conditions dans lesquelles s’effectue cette opération et les risques qu’elle peut faire courir aux autres voyageurs.

 «Si vous avez un besoin impératif de boire ou de manger dans le train parce que vous êtes fragile ou simplement parce que vous avez ce besoin physiologique, vous pourrez retirer votre masque et boire (ou) manger rapidement et le remettre tout de suite après», a déclaré Jean-Baptiste Djebbari sur BFMTV. «Ce qu’on veut éviter (…), c’est les phénomènes, qui sont marginaux mais qui existent, de la personne qui retire son masque en mangeant des chips pendant plusieurs minutes voire plusieurs heures», a-t-il ajouté. «C’est ce genre d’abus-là que nous voulons éviter.»

Code du travail : discuter, oui mais décider rapidement (Edouard Philippe)

Code du travail : discuter, oui mais décider rapidement (Edouard Philippe)

 

 

Sur le code de travail, le nouveau premier ministre s’engage à engager rapidement la discussion avec les partenaires sociaux (Macron recevra lui-même dès mardi les organisations concernées) mais prévient que,  passée  la phase du débat, les décisions interviendront rapidement. En cause, le fait que les clivages sont bien connus ;  on sait par avance que les syndicats gauchistes et corpos seront contre le projet ; qu’ils auront intérêt à faire traîner en longueur pour préparer les mouvements sociaux de la rentrée. De son côté, le gouvernement compte sur  la grande faiblesse de la représentativité des syndicats (à peine 7 % de syndiqués toutes organisations de salariés confondues). La contrepartie de la mise en œuvre rapide de la réforme pourrait être précisément de fournir des moyens supplémentaires pour renforcer le rôle d’organisations très peu représentatives. « On ne s’engagera pas dans une réforme aussi puissante sans une phase de discussion avec les partenaires sociaux et le Parlement. Avec la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, nous aurons des rencontres bilatérales avec l’ensemble des organisations syndicales », dit-il. « Mais une fois que la discussion aura eu lieu, il faudra aller vite. On ne peut pas attendre deux ans pour achever cet exercice », ajoute le Premier ministre. Dans une interview également publiée par le Journal du Dimanche, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, juge « complètement irrecevable » la volonté du chef de l’Etat et du gouvernement de légiférer par ordonnances. « Réformer le code du travail n’est pas une priorité », dit-il. « Nous ne nous bornerons pas à commenter les décisions du gouvernement. Je n’ai pas une tête d’alibi. »

 

 

Comment perdre rapidement de l’argent en bourse : en devenant trader

Comment perdre rapidement de l’argent en bourse : en devenant trader

 

Les annonces alléchantes ne manquent pas sur le net. De très  nombreeuxe sites proposent en effet de transformer les épargnants y compris les plus modestes en trader. Il y a bien sûr (comme pour les sociétés bidon de recouvrement de créances) des sites purement d’arnaque. Mais il y a des sites plus officiels et plus sérieux. Et là aussi le risque est de tout perdre. Pourquoi parce que dans la plupart des cas on propose de spéculer sur des produits dérivés très complexes mais aussi très dangereux qui ne peuvent être suivis que par des experts aguerris ;  Selon l’AMF, 9 personnes sur 10 perdent de l’argent. Les sollicitations commerciales ne manquent pas soit par téléphone ou par Internet avec des rendements souvent mirifiques. En fait c’est la bourse version casino. L’AMF a déjà tiré plusieurs fois la sonnette d’alarme, expliquant qu’il fallait se méfier des sites de trading en ligne et de certaines sociétés qui n’ont pas l’autorisation de démarcher les particuliers. Une liste noire existe. Il y a donc des établissements hors la loi, mais il y a aussi ceux qui sont autorisés à exercer et qui entrainent pourtant le grand public sur un terrain qui n’est pas le sien. «Miser sur des instruments spéculatifs comme les CFD ou le marché des changes devrait être interdit aux particuliers. 9 clients sur 10 ont perdu en moyenne 10.000 € en tradant auprès de prestataires régulés» avertit l’AMF, qui ne cesse de mettre en garde les épargnants.

Hollande va rapidement griller Valls

Hollande va rapidement griller Valls

 

En dépit de sa cote de popularité, Hollande va être rapidement grillé par Hollande. En fait Valls est emmêlé dans le filet des contradictions de Hollande incapable de réformer réellement la France et qui slalome entre les exigences de Bruxelles, la bureaucratie française et les promesses illusoires. Le plan des 50 milliards d’économies au demeurant relativement flou annoncé par Valls sera très mal reçu par beaucoup de monde. Trop peu, trop injuste et trop tard surtout. Seule la croissance et la réforme de l’Etat tentaculaire permettrait de sortir du bourbier. Problème Hollande ne comprend rien à l’économie, il est essentiellement entouré de fonctionnaires et il ne sait pas trancher. Du coup le mécontentement est général. Hollande ajoute à son incompétence et à sa désinvolture des faux pas dommageables pour sa crédibilité comme la nomination de petits copains de l’ENA aux postes stratégiques. Valls est en fait ficelé par cette politique contradictoire, inefficace et injuste. Hollande va entrainer Valls dans sa chute. La débâcle sera terrible lors des élections présidentielles en raison d’une part de l’abstention record (autour de 60%) et de la déroute du PS. Du coup,  le peu de confiance qui reste sera encore gravement affecté. En quelques semaine Hollande va griller Valls dont les annonces n’auront pas d’effets avant des mois voire des années (par exemple sur le dossier de la réforme territoriale repoussée aux calendes grecques) °. Hollande na pas les 3 /5 ème nécessaires au parlement pour faire passer ces orientations institutionnelles et il ne prendra pas le risque d’un référendum qui serait un vote anti-Hollande. Le virage social démocrate de Hollande est un leurre, la vérité c’est qu’il n’y a pas de ligne. Pour faire de la sociale démocratie encore faudrait- il des interlocuteurs représentatifs, ce qui est loin d’être le cas en France notamment pour les syndicats. Le Medef  lui même représente surtout les intérêts des grands groupes. Les patrons comme les salariés sont peu et mal  représentés ; d’où un débat relativement manichéen et même caricatural. Par ailleurs il y a longtemps que le PS ne représente plus les couches populaires qui se refugient dans absentions ou l’extrémisme. Par étonnant le PS est essentiellement un parti d’élus ou de candidats à l’élection issus majoritairement du secteur public qui entretient une relation  très approximative avec les réalités économiques et sociales. La France n’est pas une sociale démocratie mais une monarchie républicaine noyautée par des oligarques dont le seul vrai projet est l’accession  au pouvoir et le maintien. Valls lui – même ne connait pas grand-chose à l’économie et ressort les vielles recettes de rabotage des dépenses budgétaires sans évaluation réelle et de manière aveugle. Il faudra sans doute encore des semaines voire des mois pour que les grands médias partagent ce constat. Mais il est incontournable.

Etats –Unis : Obama veut rapidement relever le plafond de la dette

Etats –Unis : Obama veut rapidement relever le plafond de la dette Obama  refuse de lier le plafond de la dette aux négociations sur le déficit, un plafond qui sera remonté nécessairement contre des réformes budgétaires voulues par les républicains.    »Nos familles et nos entreprises ne peuvent pas se permettre de jouer encore à ce jeu dangereux », a souligné le président démocrate dans son discours hebdomadaire, en faisant référence à la crise de l’été 2011.   »Si le Congrès refuse d’autoriser les Etats-Unis à régler ses factures à temps, les conséquences pour l’économie mondiale pourraient être catastrophiques », a-t-il dit.  L’économie américaine avait « souffert » en 2011 quand élus républicains et exécutif démocrate avaient tardé à s’entendre sur la dette américaine, dont la note avait alors été dégradée par une agence de notation financière, a rappelé M. Obama. « Comme je l’ai dit plus tôt cette semaine, je ne négocierai pas avec le Congrès sur la nécessité d’acquitter des factures induites par des lois déjà adoptées », a-t-il rappelé.  Après des semaines de psychodrame, la Chambre des représentants –aux mains des républicains– a adopté mardi un plan visant à éviter une cure d’austérité automatique (le « mur budgétaire »), en votant notamment un relèvement du taux d’imposition des Américains les plus riches.  Mais elle repoussé de deux mois toute décision sur des coupes dans les dépenses. En outre, républicains et exécutif démocrate n’ont rien décidé en ce qui concerne le plafond légal de la dette, atteint le 31 décembre et qui devra être relevé d’ici à la fin du trimestre pour éviter un défaut de paiement.  Son relèvement –une prérogative du Congrès– est nécessaire pour permettre au gouvernement d’emprunter au-delà du premier trimestre.  Cette hausse du « plafond » n’a rien à voir avec les négociations budgétaires, mais les républicains, dont nombre sont furieux d’avoir dû capituler sur les impôts, menacent de voter contre pour obtenir des avancées dans les coupes budgétaires.  M. Obama avait indiqué qu’il était favorable à des coupes dans les dépenses mais à condition qu’elles soient « compensées par des réformes dans le code des impôts », comme la suppression de niches fiscales.

Gouvernement : pas de remaniement immédiat mais assez rapidement quand même

Gouvernement : pas de remaniement immédiat  mais assez rapidement quand même

  •  

Démenti formel d’un remaniement dans l’immédiat, ce qui signifie en clair qu’il aura lieu à moyen terme ; sans doute dans quelques mois. Depuis quelques semaines, les rumeurs, comme, par exemple, celle de l’entrée de Ségolène Royal au gouvernement, s’accumulaient sur un possible remaniement. Selon les informations recueillies par Europe 1, il n’y aura tout simplement pas de remaniement ministériel, du moins pas dans l’immédiat. « Ce débat n’a jamais existé dans ma tête », a récemment confié François Hollande à un proche. Le président écarte ainsi une hypothèse qui, dans le contexte actuel, « apporterait plus de problèmes, qu’elle n’en réglerait », veut-on croire dans son entourage. A l’Élysée, on démonte toutes les rumeurs une par une : pas d’ »exfiltration » de Jérôme Cahuzac, ni de Christiane Taubira au Conseil constitutionnel et encore moins de Ségolène Royal au gouvernement : « non, non, non, il faudrait un remaniement et ce n’est pas le cas », clame-t-on au « château ».




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol