Archive pour le Tag 'ralliements'

Encore de nouveaux ralliements socialistes dangereux pour Macron

Encore de nouveaux ralliements socialistes dangereux pour  Macron

 

 

Danger de nouveaux ralliements socialistes en faveur de Macon. Des proches de Hollande seraient prêts de lancer un appel en faveur de Macon notamment le Foll, en divergence profonde avec le candidat Hamon. La question est quand ? Certains, dont Stéphane le Foll, voulait le faire avant le premier tour, mais du côté d’Emmanuel Macron, on supplie d’attendre, les proches de François Hollande se déclarant ne faisant pas toujours du bien au candidat d’En Marche. La vérité c’est que les soutiens du camp hollandais à Macron constituent aujourd’hui plutôt handicap tellement est discrédité le parti socialiste. Mais aussi le gouvernement. Le pire serait évidemment que François Hollande annonce sa préférence pour son ancien ministre de l’économie avant le deuxième tour. Le risque serait évidemment de faire perdre Macron car la parole de Hollande n’est plus, depuis longtemps, audible. Les ralliements des proches de François Hollande visent sans doute autant à soutenir le candidat d’en marche qu’à sauver ce qui peut l’être du parti socialiste notamment lors  des législatives. Du coup les ralliements sont sans doute davantage handicap pour Macon qu’un atout. De fait, cela dépend d’où ces soutiens viennent, puisque cela fait beaucoup en provenance de la Hollandie, ce qui commence à stresser et énerver le candidat Macron. À chaque fois qu’il en a l’occasion, il parle de la rupture avec François Hollande et explique qu’il n’a plus rien à voir avec ce monsieur, parce qu’il faut rééquilibrer le système. Il attend aussi de grandes déclarations en provenance de la droite, mais elles mettent beaucoup plus de temps à venir. L’ancien ministre Thierry Breton s’est déclaré en faveur de Macron, mais cela n’est toujours qu’un second couteau de plus. Il préférerait des grosses prises du côté des chiraquiens comme celle de Jean Louis Debré. On touche à la question très sensible et jamais exprimée au cœur de ce système qu’est le candidat Macron, c’est la difficulté qu’ont ses soutiens à lui faire admettre la nécessité de passer des accords politiques, tout en envoyant des signaux à une partie de la gauche, au centre et à droite. Il y a un envers du décor, où l’on tente de lui faire comprendre difficilement, qu’il n’aura pas de majorité avec ses simples marcheurs. C’est la raison pour laquelle François Bayrou a dit qu’il n’y aurait pas de parti unique En Marche. Il fallait adresser ce message à Macron, qui est occupé à repousser les avances de Borloo et de Valls, avec lesquels il ne veut avoir aucune relation. On sent le danger au sein d’En Marche, danger qui implique de passer des accords politiques.

PS-Ralliements à Macron : pour les exclusions on verra plus tard

PS-Ralliements à Macron : pour les exclusions on verra plus tard

 

On devait être ferme et exclure ceux du PS qui ont trahi, les faire passer en cour martiale et les exclure. Rien de tout cela. La position a bien changé car la direction du PS est sans doute en train de constater l’énorme catastrophe de la candidature de Benoît hamon qui pourrait même se situer assez en dessous de 10 %. De quoi remettre en cause l’élection de nombre de responsables lors des législatives. Ou  alors il faudra passer un accord avec Macron et ou Mélenchon pour sauver ce qui peut l’être. Du coup le parti socialiste met de l’eau dans son vin et ne parle plus d’exclusion comme avant.  Pourtant  ces dernières semaines, plusieurs élus socialistes ont rejoint la campagne d’Emmanuel Macron ou indiqué – comme Manuel Valls - qu’ils voteront pour le candidat d’En Marche au premier tour de la présidentielle. Depuis un moment aussi, Jean-Christophe Cambadélis multiplie les rappels à l’ordre. « On ne peut pas soutenir un autre candidat que celui choisi par le PS au risque d’être exclu », déclarait le premier secrétaire en septembre dernier, rappelant les statuts du parti.  »J’ai dit, et je n’ai pas bougé, que ceux qui le parraineraient ne seraient plus au Parti socialiste », avait rappelé le patron du PS sur BFMTV début février. A la question « Le maire de Lyon [Gérard Collomb] sera-t-il exclu? », il avait rétorqué : « Bien sûr. Sans problème. »  Malgré les mises en garde, aucune sanction concrète – d’exclusion notamment – n’a été prononcée. Et les mots semblent désormais moins tranchants. « Les tenants de la Saint-Barthélemy socialiste sont toujours de très mauvais conseillers. Il faudrait stigmatiser, exclure, couper. Qui peut croire que ce nouveau feuilleton servirait notre candidat? », écrit Jean-Christophe Cambadélis, dans un communiqué publié le 29 mars. Pour autant, il le dit aussi : « Ceux qui ont rejoint En Marche ne sont donc plus au Parti socialiste. Il n’y a pas de double appartenance. Ceux qui parrainent ne peuvent plus s’en réclamer. »  »Moi? Je serais exclu par ceux qui n’ont respecté aucune règle pendant cinq ans? », avait, lui, réagi Manuel Valls. Une référence aux frondeurs socialistes auxquels Benoît Hamon faisait partie. Les choses devraient se clarifier à l’approche des législatives, où il faudra choisir son camp. Les candidats d’En Marche devront « être rattachés politiquement et administrativement » au mouvement, a fait savoir Emmanuel Macron cette semaine. Ce ne sera pas le cas des vallsistes, assure l’ancien directeur de campagne de Manuel Valls, Didier Guillaume. « Les gens qui soutiennent Emmanuel Macron, qui sont dans son organisation politique, sont En Marche, sont membres de ce parti. Les socialistes ont vocation à être à l’Assemblée nationale, à gouverner dans une majorité avec Macron s’il est élu, ou à être dans l’opposition si c’est un autre », a précisé le président du groupe PS au Sénat sur CNews. Avant d’ajouter : « Exclure des socialistes qui après l’élection présidentielle devront composer un groupe, une majorité pour aider le candidat, si Macron est élu, à exercer la magistrature suprême? Ça n’a aucun sens. »

 

Peillon, le philosophe qui dérape en comparant les chambres à gaz aux ralliements à Macron

Peillon, le philosophe qui dérape en comparant les chambres à gaz aux ralliements à Macron

 

On se demande ce qui a  pu se passer dans la tête du philosophe socialiste Vincent Peillon quand il a comparé la réalité des chambres à gaz avec la réalité des ralliements à Macron. Cette comparaison indigne autant que saugrenue témoigne non seulement de la fébrilité dans le camp de Benoît Hamon mais révèle aussi et surtout le climat de haine qui caractérise certains socialistes déçus évidemment de la fuite de nombreux responsables en direction du mouvement en marche. Les dernières défections notamment de Bertrand Delanoë et de Bartolone constituent à cet égard une sérieuse épine dans le pied du parti socialiste. Une dialectique typique des courants d’extrême gauche qui de ce point de vue utilise les mêmes moyens que l’extrême droite. C’est-à-dire la caricature et l’insulte. Vincent Peillon se demande sur quelle majorité va s’appuyer Macron s’il est élu du fait du rassemblement composite de son mouvement. Il pourrait aussi s’interroger sur la majorité sur laquelle pourrait s’appuyer le parti socialiste dans le cas improbable où Benoît mon serait élu : sur les gauchistes en même temps que sur les réformateurs ? Deux courants qui ne partagent  à peu  près rien comme valeur et dont  les contradictions ont éclaté au grand jour quand la synthèse molle de François Hollande a volé en éclats Le porte-parole d’Emmanuel Macron a donc demandé vendredi la mise à l’écart de Vincent Peillon de l’équipe de campagne de Benoît Hamon après des propos jugés « inqualifiables » évoquant les chambres à gaz des camps de concentration nazis. Cet épisode s’ajoute au duel à distance engagé entre le candidat socialiste à l’élection présidentielle et le fondateur du mouvement non partisan En Marche!, accusé par Benoît Hamon de favoriser la montée du Front national. « Il semblerait qu’il y ait des gens de l’UMP et du PS qui se mettent ensemble », a déclaré Vincent Peillon sur France info. « Vous savez, il y a quelque chose heureusement de têtu dans l’Histoire, c’est comme ça qu’on sait qu’il y a eu des chambres à gaz, et qu’on ne peut pas le nier, il y a aujourd’hui des gens de l’UMP, il me semble (l’ex-ministre RPR Jean-Paul) Delevoye, il y a des gens du PS, il me semble (l’ancien maire PS de Paris Bertrand) Delanoë… », a dit l’ancien ministre de l’Education nationale. « Je suis sur des faits ». Benjamin Griveaux, porte-parole d’En Marche !, dénonce dans un communiqué un « dérapage inqualifiable » et demande « la mise à l’écart définitive » de Vincent Peillon de la campagne présidentielle de Benoît Hamon. De toute évidence de tels propos disqualifient politiquement Vincent Peillon par ailleurs député européen qui sait surtout singulariser par un absentéisme récurrent (comme le FN)  dans l’assemblée où il était censé représenter  la France.

Macron -Présidentielle 2017 – gros meeting à Lille et des ralliements

Macron -Présidentielle 2017 – gros meeting à Lille et des ralliements

 

La présence de certaines grosses pointures comme Jean-Paul Huchon ancien président socialiste du conseil régional de la région parisienne,  l’ancien président du Conseil économique, social et environnemental et ancien ministre de droite, Jean-Paul Delevoye aussi de proches de Borloo ou encore le  député-maire UDI de Valenciennes témoigne à l’évidence que la mayonnaise prend de mieux en mieux chez macro. D’autant que la participation à ces meetings dépasse et de loin celle de la plupart de ces candidats. Quand Benoît Hamon réunit 700 personnes à Marseille comme Valls à Toulouse Macron, lui, bénéficie d’une participation de 5000 personnes à Lille. Les participations à ces meetings des leaders du parti socialiste sont tellement modestes qu’à Solferino on s’interroge sur leur opportunité dans la mesure où inévitablement la comparaison est faite avec les assistantes dont bénéficient Macron. En revenant sur l’histoire ouvrière de ces « terres de combat », où se sont construits de haute lutte les « droits nouveaux » des travailleurs, Emmanuel Macron a appelé son auditoire à « être à la hauteur de cette histoire collective ». En pleine campagne de la primaire de la gauche, l’ancien banquier d’affaires a centré son discours sur le social et dévoilé en partie le volet éducatif de son programme présidentiel. L’ancien ministre a notamment proposé de diviser par deux le nombre d’élèves dans les classes de CP et CE1 situées en zone d’éducation prioritaire, ce qui suppose de mettre devant les élèves 12.000 instituteurs en plus.  Dès l’ouverture de son meeting ce samedi après-midi à Lille  le fondateur du mouvement En Marche a rendu hommage aux Hauts-de-France, terre dont il est lui-même « un enfant », lui qui est né à Amiens le 21 décembre 1977. Sur Twitter, son équipe de campagne a annoncé que 5 000 participants étaient présents : Dans une région de vieille industrie où le chômage est élevé et où le Front national réalise des scores importants, il a défendu sa vision d’une société d’émancipation qui donne à chacun ses chances. L’émancipation qu’il prône passe par des « opportunités redonnées à celles et ceux qui sont parfois bloqués, assignés à résidence, à qui la société ne propose plus rien, si ce n’est des aides et a laquelle on s’est habitué ». Pour celui qui se présente comme « le candidat du travail », tout commence par un effort sur l’éducation. Sur ce point, il a annoncé son intention, s’il est élu, de réduire réduire de moitié le nombre d’élèves des 6 000 classes de CP et de CE1 dans les zones d’éducation prioritaires, avec des enseignants mieux rémunérés dans des établissements disposant de plus d’autonomie. Alors que l’Europe est aujourd’hui la cible de nombreux responsables politiques français, il a défendu sa nécessité et estimé qu’il fallait construire avec elle une « diplomatie nouvelle » pour faire face aux défis du terrorisme et des migrations. « Nous avons besoin de l’Europe parce que l’Europe nous rend plus grands, parce que l’Europe nous fait plus forts », a-t-il dit. Face à la Chine, à la Russie et aux Etats-Unis de Donald Trump, « nous devons avoir une diplomatie indépendante et exigeante mais nous devons aussi avoir une vraie Europe de la sécurité, de la défense ».  Il a conclu son discours avec un appel au rassemblement avec ceux « qui sont aujourd’hui à droite et qui disent vouloir y rester mais ne pas s’y retrouver » et ceux « qui à gauche doutent, mais ne s’y retrouvent plus ». Et il a invité ceux qui ont peur à ne rien céder aux discours de la « haine » et du « repli » pour rejoindre « le mouvement de l’optimisme volontaire, celui de l’espérance, le nôtre ».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol