Archive pour le Tag 'radicalisés ?'

Terrorisme : que faire d’ex terroristes libérés ?

Terrorisme : que faire d’ex terroristes libérés ?

Plusieurs centaines de détenus radicalisés vont être libérés d’ici deux ans après avoir effectué leur peine. Quoi en faire ?  En vérité, il y a surtout une  solution : la mise en résidence surveillée. Certes certains seront expulsé mais il s’agit étrangers ou de très rares déchus de la nationalité française sous réserve d’accords des pays d’accueil et d’accords des intéressés. Autant dire que la majorité restera en France et ou pourra rejoindre de nouveaux théâtres d’affrontements internationaux en Afghanistan ou en Afrique par exemple.  Certains  vont evidemment critiquer ces libérations dont certaines ne sont pas sans risque mais il ne peut en être autrement dans un Etat de droit qui s’oppose justement au régime de terreur que veulent mettre en place les détenus radicalisés libérés. Au total, près de 450 détenus radicalisés doivent sortir des prisons françaises d’ici fin 2019, parmi lesquels une cinquantaine de « terroristes islamistes ». Considéré comme le mentor de Chérif Kouachi et d’Amédy Coulibaly, deux des auteurs des attentats de janvier 2015 à Paris, Djamel Beghal fait partie de ces détenus particulièrement surveillés qui doivent sortir de prison dans les prochains mois. Lui-même est libérable le 16 juillet. Sa sortie de prison constituait un casse tête pour les autorités françaises mais celui-ci semble en passe d’être résolu. Djamel Beghal lui-même est favorable à l’option de l’expulsion vers l’Algérie.

1.954 mineurs radicalisés en France, curieux chiffre !

1.954 mineurs radicalisés en France, curieux chiffre !

1.954 mineurs seraient signalés officiellement signalés en France pour leur radicalisation islamiste ; une évaluation qui laisse dubitatif d’abord par son niveau de précision ensuite tout autant par son approximation. Dans le même temps on a évalué le nombre de zones sensibles officiellement à 750. Il y aurait donc de 2 personnes considérées comme radicaux islamistes, écrit Le Figaro dans un article à paraître vendredi. Une évaluation pifométrique car les services de renseignements faute de moyens sont bien incapables de fournir des chiffres pertinents. Environ 1 million de personnes vivent  dans ces zones sensibles, comment compter  les candidats individus potentiellement dangereux alors que l’État a déserté depuis longtemps ces zones de non-droit Ces mineurs constituent 18% du total des individus repérés depuis 2014 pour leur radicalisation, précise le quotidien sans identifier ses sources. Parmi les 689 ressortissants français actuellement en Irak et en Syrie dans les rangs des djihadistes, 17 sont mineurs, ajoute-t-il. Après l’attentat de Nice et l’assassinat d’un prêtre cet été à Saint-Etienne-du-Rouvray, le démantèlement récent d’une cellule djihadiste constituée de femmes et l’arrestation de plusieurs mineurs radicalisés ont illustré le caractère diffus et multiforme de la menace terroriste en France. A l’instar du djihadiste français Rachid Kassim, soupçonné d’avoir inspiré plusieurs attentats ou tentatives d’attentat depuis plusieurs mois en France, les recruteurs du groupe Etat islamique ciblent par le biais des réseaux sociaux un public jeune et influençable, souligne une source policière. De toute évidence pour se permettre une évaluation il conviendrait sans doute de concevoir une autre politique de renseignement avec des moyens autrement conséquents (type gendarmerie ou RG)

« Expulser les imams radicalisés »(Valls)

« Expulser les imams radicalisés »(Valls)

Valls réclament maintenant l’exclusion des imams radicalisés et la déchéance de nationalité. On évalue à environ 1500 le nombre d’imams en France. ( fixes ou autres) Selon les données du ministère de l’intérieur français, les nationalités des imams en France

se répartissent de la façon suivante :

- 40% de marocains ;

- 24% d’algériens ;

- 6% de tunisiens ;

- 15% de turcs ;

- 9% de français ;

- 6% d’origine africaine subsaharienne.

Selon cette même source, un tiers du total ne parle pas le français. Bien entendu le fait d’être étranger ou de ne pas parler le français ne permet pas de qualifier ces imams de radicaux. Pour autant on peut s’interroger sur l’extrême faiblesse du nombre de Français parmi ces imams. Par contre la déchéance de nationalité qu’évoque aussi Valls n’est pas possible en l’état actuel du droit puisque seulement applicable à ce qui dispose de la double nationalité. Au-delà des mots Valls devra donc concrétiser ses intentions en actes.  Le premier ministre Manuel Valls a en effet affirmé samedi lors d’une interview chez nos confrères de TF1 qu’il fallait « expulser tous ces imams radicalisés » et « déchoir de la nationalité ceux qui bafouent ce qu’est l’âme française », au lendemain des attentats extrêmement meurtriers de Paris. Il faut faire « vivre nos valeurs. Nous devons anéantir les ennemis de la République, expulser tous ces imams radicalisés, comme nous le faisons, déchoir de la nationalité ceux qui bafouent ce qu’est l’âme française et nous le faisons également », a déclaré Manuel Valls sur le plateau du 20 heures de TF1.
« Il n’y aura pas un moment de répit pour ceux qui s’attaquent aux valeurs de la République. Donc cette action, nous allons la poursuivre encore une fois avec les moyens de l’État, de l’état de droit », a-t-il ajouté, jugeant que « c’est l’unité et le rassemblement (des Français) qui est notre bouclier face à cette guerre qui nous a été déclarée ». Interrogé sur la proposition de Laurent Wauquiez, secrétaire général des Républicains, de placer dans des « centres d’internement antiterroristes »  les personnes fichées pour terrorisme, le Premier ministre n’a pas répondu directement mais s’est dit « ouvert à toutes les propositions ». « Je suis prêt à examiner toutes les solutions qui sont réalistes, conformes au droit, à nos valeurs et surtout qui soient efficaces », a-t-il dit. Notant qu’ »il y a plus de 10.000 personnes qui sont sous cette fiche S » pour radicalisation, Manuel Valls a indiqué que la loi sur le renseignement récemment votée permettrait de suivre les éléments « les plus problématiques ».

 

Plus de 500 élèves radicalisés ?

Plus de 500 élèves radicalisés ?

Ce serait le chiffre d’élèves radicalisés, un chiffre sans doute très approximatif dans la mesure où il concernerait les élèves coupables de faits de radicalisation ou soupçonnés d’être radicalisés. La marge d’erreur est donc grande, on pourrait aussi bien dire quelques centaines ou quelques milliers. Reste que le phénomène au-delà des chiffres est inquiétant et qu’il témoigne en tout cas que le plan gouvernemental n’est pas à la hauteur de l’enjeu. Et ce n’est pas l’entrée du numérique à l’école qui va changer la donne ! . C’est la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, qui a dévoilé ce chiffre devant les députés. Elle était entendue par la commission d’enquête de surveillance des filières djihadistes et des individus radicalisés, une commission qui a déjà auditionné le ministre de l’Intérieur, la ministre de la Justice, ou encore la directrice de l’Administration pénitentiaire. Cette semaine, elle avait donc invité Najat Vallaud Belkacem, qui a livré ce chiffre : il y aurait, dit-elle, dans les collèges et les lycées, plus de 500 élèves, précisément 536 élèves, pour lesquels il y a eu, depuis la rentrée 2014, un signalement soit pour une suspicion de radicalisation, soit pour des faits de radicalisation. Les signalements ont été effectués soit par des proches, soit par la police, soit par les enseignants eux-mêmes. Ils peuvent concerner des élèves qui regardent des vidéos inquiétantes sur Internet, ou d’autres qui disent carrément vouloir partir en Syrie. Ces chiffres peuvent sembler alarmants, mais ils représentent seulement une microscopique minorité sur douze millions d’élèves recensés à l’Education nationale. L’Education nationale qui a formé plusieurs cadres ces derniers mois pour suivre avec une attention particulière les élèves signalés qui, bien-sûr, ne sont pas déscolarisés, précise le ministère. Même si plusieurs de ces jeunes sont suivis judiciairement.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol