Archive pour le Tag 'r contrer'

Peer Tube pour contrer les GAFA

Peer Tube pour contrer les  GAFA

Peer Tube pour contrer You Tube de Google Pierre, c’est le projet de Yves Gosset, directeur de Framasoft, association française qui milite pour le développement de logiciels libres (interview la Tribune)

Pourquoi vouloir créer un « You Tube décentralisé » ?

PIERRE-YVES GOSSET - Framasoft veut sensibiliser à la concentration des services sur Internet. En 2014, nous avons lancé la campagne « Dégooglisons Internet » pour démontrer que le logiciel libre est une alternative crédible à l’hyperpuissance des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon). Framasoft propose depuis une dizaine de services alternatifs par an : outils de stockage, de cartographie, d’éditing, de jeux… Mais nous n’avions toujours pas d’alternative vidéo.

YouTube est un acteur incontournable, en situation de quasi-monopole (ndlr : la plateforme de Google revendique 1,8 milliard d’utilisateurs par mois et 400 heures de vidéo mises enligne chaque minute sur YouTube dans le monde). Cette concentration pose de nombreux problèmes. Par exemple, son algorithme cherche à retenir le plus longtemps possible les internautes sur sa plateforme, en lui faisant visionner des vidéos qui font le buzz. Plus l’internaute est captif, plus il visionnera de publicités et donc, générera des revenus pour Google. Autre problème : la censure que peut instaurer Google en décidant ce qui est acceptable de diffuser ou pas. C’est donc son point de vue, en tant qu’entreprise américaine, qui s’impose au reste du monde. Dans cette logique-là, YouTube peut décider de la démonétisation de certaines vidéos, en les privant de pub. Cela entraîne une perte de revenus pour les créateurs de contenus. En France, cela a récemment été le cas pour des YouTubeuses qui évoquaient leurs règles ou le corps féminin dans des vidéos ne contenant pourtant aucune image choquante.

En l’absence de modération unique, PeerTube ne risque-t-il pas de voir proliférer les contenus pornographiques ou extrémistes, véritable fléau actuel pour les plateformes ? Comment la modération est-elle régie sur PeerTube ?

Chaque administrateur s’occupe de la modération au sein de son instance. En cas de poursuites judiciaires, la responsabilité est attribuée dans un premier temps à l’internaute qui a publié la vidéo, puis à l’hébergeur. Avec les logiciels libres, nous voulons redonner le pouvoir aux gens. Cela passe donc par un partage de responsabilité, qui permet de faire réfléchir davantage aux contenus publiés sur la Toile. Forcément, nous sommes conscients que certains utilisateurs pourront mal utiliser PeerTube… Pour autant, faut-il priver tous les autres internautes d’un espace d’expression ? Non. Nous ne sommes pas des anarchistes : nous ne souhaitons pas que Peer Tube devienne une jungle, où n’importe qui fait n’importe quoi. Mais nous voulons avant tout donner la possibilité aux gens de pouvoir s’exprimer librement sur Internet.

Pour attirer les utilisateurs, Peer Tube a besoin de contenu. Depuis mars, vous revendiquez déjà 32.000 vidéos en ligne et près d’un million de vues. En l’absence de monétisation, comment comptez-vous attirer les créateurs de contenus ?

Framasoft s’est toujours positionné comme étant antipub. C’est pourquoi il n’y a pas de monétisation par la pub prévue pour l’instant. En revanche, il est déjà possible de soutenir les créateurs grâce à des dons. Dès 2019, un plug-in sera disponible et permettra à chaque instance d’instaurer de la publicité, ou non, sur ses vidéos. Le choix sera laissé aux administrateurs. Évidemment, les YouTubeurs-stars comme Cyprien et Norman n’auront aucun intérêt à venir sur Peer Tube. Nous nous intéressons aux vidéastes déçus de YouTube, cherchant à maîtriser davantage leur outil de diffusion et leurs données.

Framasoft fédère naturellement un public technophile. Les compétences techniques requises pour créer une instance, ou proposer de nouvelles fonctionnalités, sont-elles un frein au recrutement de nouveaux utilisateurs ?

L’objectif de Peer Tube n’est pas de faire des millions de vues, mais de permettre de s’émanciper de YouTube. Côté utilisateur, mettre en ligne une vidéo sur Peer Tube est aussi simple et rapide que sur YouTube. Côté administrateur, il est vrai qu’il faut certaines connaissances techniques. La marche à l’entrée reste compliquée, mais pas insurmontable. Il est toujours possible de se regrouper pour demander un coup de main à un connaisseur, voire même, payer un développeur pour le faire à sa place.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol