Archive pour le Tag 'Qui'

Page 2 sur 56

Pour Glucksmann, Macron est un ado qui a ouvert les portes de l’enfer

Pour Glucksmann,  Macron est  un ado qui  a ouvert les portes de l’enfer

 L’eurodéputé «comprend» dans une tribune au Monde publiée mardi soir le «trouble de ses nombreux électeurs qui ont voté le 9 juin pour la voie sociale-démocrate, écologiste et pro-européenne ouverte pendant la campagne», il les appelle à «hiérarchiser les périls» face à une «l’extrême droite aux portes du pouvoir».Il estime que Macron a ouvert les portes de l’enfer.
Raphaël Glucksmann  exhorte les Français à faire la part des choses:  «Qui peut décemment croire que la principale menace sur la République vient d’une France insoumise divisée et diluée dans une large coalition électorale dont elle n’a pas la maîtrise quand le Rassemblement national seul peut conquérir la majorité absolue à l’Assemblée dans moins de trois semaines ?».

Il  n’épargne pass la décision du président de la République, officialisée après la défaite cinglante de la liste Renaissance. Il y voit un «fait du prince ouvrant la voie à une campagne de vingt jours avec un système électoral réduisant de facto l’expression du pluralisme.» Et de charger un peu plus le comportement d’Emmanuel Macron, qui aurait ouvert «les portes de l’Enfer» : «Nous sommes présidés par un adolescent qui s’amuse à craquer des allumettes dans une station-essence sous les vivats énamourés de trois conseillers obscurs.»

 

David Lisnard salue ceux qui ne vont pas à la soupe et dénonce le théâtre politique

 David Lisnard salue ceux qui ne vont pas à la soupe et dénonce le théâtre politique 

 David Lisnard salue ceux qui ne vont pas à la soupe et dénonce le théâtre politique .  Invité du JT de 20h de France 2, le président de l’association des Maires de France et maire LR de Cannes, considère que la crise politique qui secoue la France doit servir à une transformation du modèle actuel.

L’accord annoncé par Eric Ciotti de s’allier au RN secoue sévèrement le parti dont le député des Alpes-Maritimes est le président. Et si de nombreux membres, élus ou non, sont montés au créneau assez vite pour dénoncer cette alliance, d’autres apportent leur soutien au patron des Républicains. Proche d’Eric Ciotti, David Lisnard a choisi de placer le débat un cran au-dessus. Invité de France 2 et de son JT de 20h, le maire LR de Cannes a d’abord assuré avoir eu vent de ce qui était une rumeur, avant sa confirmation officielle mais assurant tout aussi immédiatement que « pour sortir de cette polarisation, la seule solution est d’être constant ».

Un David Lisnard qui a opté pour l’option prospective. « Cette décision lui est personnelle. L’enjeu n’est pas là : l’enjeu ce sont les difficultés quotidiennes, les écoles qui se dégradent… », pointe le président de l’association des Maires de France, pour qui « la solution n’est clairement pas la Macronie ». Ni une « extrême gauche qui prend le pas sur la gauche ».

Et de considérer que la crise actuelle doit être le terreau d’un renouveau, d’un nouveau modèle. Le patron de Nouvelle Energie, le parti qu’il déploie au niveau national depuis 2021, défend la vision d’un Etat recentré sur ses missions essentielles, vilipendant le trop de bureaucratie, appelant à une maîtrise des déficits publics et de la dette, des arguments qu’il répète inlassablement. « Cette crise est une étape de plus dans la situation chaotique que vit notre pays. Elle doit être une première étape vers un renouveau, il faut rendre l’Etat au service des gens, des vraies causes ». D’estimer aussi que « nous sommes dans une crise de l’exécution publique ». Que Les Républicains doivent se transformer, « je le souhaite ardemment ». Saluant ceux « qui ne vont pas à la soupe ». Un message sibyllin mais clair.

 

Chantage de Poutine qui veut livrer des armes pour déstabiliser l’Occident

Chantage de Poutine qui veut livrer des armes pour déstabiliser l’Occident

 

De toute évidence constate une certaine nervosité chez Poutine qui affirme que la Russie a déjà tué de nombreux conseillers militaires étrangers en Ukraine alors qu’en réalité pour l’instant ils sont  relativement peu nombreux même si effectivement la décision a été prise d’en renforcer le contingent notamment de la part de la France. Maintenant il promet de donner des armes à des pays tiers pour déstabiliser les intérêts de l’Occident. Bref les les actions d’intoxication et de déstabilisation de la part de la Russie continuent à l’échelle de la planète. Cela démontre quand même l’inquiétude du Kremlin vis-à-vis des nouvelles armes de longue portée qui seront bientôt à disposition de l’Ukraine pour frapper directement en Russie d’où partent les assauts d’artillerie contre l’Ukraine

 

Oubliant qu’il est l’agresseur contre l’Ukraine Poutine a déclaré «Si quelqu’un considère possible de fournir de telles armes dans la zone de combats pour frapper notre territoire (…), pourquoi n’aurions-nous pas le droit de fournir nos armes du même type dans des régions du monde où seront frappées les installations sensibles des pays qui agissent ainsi contre la Russie?»

Le président russe a aussi réaffirmé que des instructeurs militaires occidentaux «se trouvent déjà en Ukraine, et y subissent des pertes» qu’ils gardent secrètes. !«Ils sont présents sur le territoire de l’Ukraine et, malheureusement pour eux, ils subissent des pertes. Les États-Unis et les États européens préfèrent garder le silence», a-t-il affirmé lors de cette rencontre organisée en marge du Forum économique de Saint-Pétersbourg (nord-ouest de la Russie).

 

Électricité: des fournisseurs alternatifs qui critiquent la concurrence déloyale d’EDF !!!

Électricité: des fournisseurs « alternatifs » qui critiquent la concurrence déloyale d’EDF !!!

 

Il y a quelque chose de surréaliste dans cette accusation de concurrence déloyale d’EDF de la part des fournisseurs « alternatifs ». Faut-il rappeler que jusqu’ alors EDF était contrainte de fournir de l’électricité nucléaire à ses concurrents à très  bas coût; et que la concurrence déloyale était à leur profit. Des concurrents qui par ailleurs pour la plupart n’investissent d’un rien du tout. La plupart ne produisent rien, ne distribuent rien et n’installent même pas de compteur.( sans parler de la distribution pseudo verte).  C’est purement une opération commerciale et dont on mesure d’ailleurs les conséquences en cas de défaillance du système sans parler des contrats de type Léonin qui ont coulé nombre de commerçants et d’artisans. 

Dès 2026, la vente d’électricité nucléaire ne sera plus encadrée par un prix fixé à l’avance par les pouvoirs publics. Dans ce contexte, plusieurs concurrents d’EDF s’inquiètent d’un manque de visibilité et de liquidité sur le marché de gros. Ce qui pourrait, selon eux, conduire à renforcer la position dominante de l’électricien national.

 . Plusieurs d’entre eux redoutent qu’EDF puisse, dans ce nouveau contexte, gagner davantage de parts de marché du fait de sa position dominante en termes de production et d’une possible distorsion de la concurrence !

Elections Européennes : Macron veut rencontrer Marine Le Pen….qui hésite !

Elections Européennes : Macron veut rencontrer Marine Le Pen….qui hésite !

Macron sans doute conscient des risques de l’énorme défaite du pouvoir aux élections européennes souhaite désormais rencontrer Marine Le Pen . Mais cette dernière  q hésite et pose des conditions politiques ( démission de Macron ou dissolution de l’Assemblée nationale .). Marine Le Pen  a en effet tout à perdre dans un débat où elle brille rarement. À l’inverse le président veut sauver la majorité pour éviter un désastre. Mais si Marine Le Pen refuse, cela risque de paraître aux yeux de l’opinion comme un manque de courage et de compétence. Finalement le Front National pourrait perdre le crédit qu’il a obtenu l’heure du débat entre Attal et Bardella. Un débat qui n’a pas vraiment départagé les deux débatteurs mais qui a donné une certaine crédibilité à la tête de liste du Front National. 

 

Selon différentes enquêtes d’opinion à quinze jours du scrutin, le Rassemblement national recueille de 30% à 33% des intentions de vote, devant la majorité macroniste autour de 16% et la liste PS-Place Publique de Raphaël Glucksmann, donnée entre 14 et 15%. Mais, «je n’ai jamais cru aux sondages. On verra le 9 juin», a assuré le chef de l’État, exhortant toutefois les Français à se garder des candidats lepénistes: «réveillez-vous et regardez-les de près !»

Encore un OQTF qui blesse quatre personnes à Lyon

Encore un OQTF qui blesse quatre personnes à Lyon

 Peu avant 15h, des usagers qui se trouvaient dans les couloirs et les rames du métro ont appelé le 17 pour signaler le comportement inquiétant de cet individu de nationalité marocaine, entré dans la rame à la station précédente, Debourg, sur la ligne B. Quelques instants plus tard, ce dernier a fait usage de son arme – un couteau à cran d’arrêt -, blessant quatre personnes.

L’individu a été interpellé quelques minutes plus tard devant la station Jaurès, explique de son côté au Figaro une source policière, assurant que l’opération s’est déroulée rapidement et sans encombre ni blessures, ce qu’a confirmé la préfecture. Comme pour l’individu fiché S interpellé début février armé d’un couteau dans le 8e arrondissement voisin, c’est un équipage de la Bac qui serait rapidement intervenu.

En France, le nombre d’étrangers en attente d’expulsion augmente chaque année. Le gouvernement a publié les chiffres officiels dans un rapport datant du 4 janvier.

Un chiffre qui a radicalement explosé ces dernières années. Le gouvernement a rendu public le nombre d’étrangers ayant l’«obligation de quitter le territoire français» (OQTF), dans un nouveau rapport à la Cour des comptes, publié le 4 janvier.

Entre 2019 et 2022, les préfets ont prononcé 447.257 obligations de quitter le territoire français (y compris outre-mer), un chiffre beaucoup plus élevé qu’il y a encore quelques années.

Sur les cinq dernières années, le nombre de OQTF délivrées a augmenté de 60%. Mais seule une petite minorité, autour de 10%, des obligations de quitter le territoire français a été exécutée, se traduisant par le départ effectif de la personne qui en est destinataire.

 

Européennes : Macron veut rencontrer Marine Le Pen….qui hésite !

Macron sans doute conscient des risques de l’énorme défaite du pouvoir aux élections européennes souhaite désormais rencontrer Marine Le Pen . Mais cette dernière  q hésite et pose des conditions politiques ( démission de Macron ou dissolution de l’Assemblée nationale .). Marine Le Pen  a en effet tout à perdre dans un débat où elle brille rarement. À l’inverse le président veut sauver la majorité pour éviter un désastre. Mais si Marine Le Pen refuse, cela risque de paraître aux yeux de l’opinion comme un manque de courage et de compétence. Finalement le Front National pourrait perdre le crédit qu’il a obtenu l’heure du débat entre Attal et Bardella. Un débat qui n’a pas vraiment départagé les deux débatteurs mais qui a donné une certaine crédibilité à la tête de liste du Front National. 

 

Selon différentes enquêtes d’opinion à quinze jours du scrutin, le Rassemblement national recueille de 30% à 33% des intentions de vote, devant la majorité macroniste autour de 16% et la liste PS-Place Publique de Raphaël Glucksmann, donnée entre 14 et 15%. Mais, «je n’ai jamais cru aux sondages. On verra le 9 juin», a assuré le chef de l’État, exhortant toutefois les Français à se garder des candidats lepénistes: «réveillez-vous et regardez-les de près !»

Agriculture : des prix planchers qui vont encourager les importations

Agriculture :  des  prix planchers qui vont encourager les importations 

 

Si augmenter le revenu des agriculteurs est indispensable, il convient alors de soutenir le changement d’habitudes alimentaires des plus précaires, touchés par l’inflation, affirment, dans une tribune au « Monde », les économistes Philippe Delacote et Fabrice Etilé.

 

Résoudre la question de la juste rémunération des agriculteurs est une condition sine qua non à une sortie de la crise dont souffre le secteur agricole. En effet, de nombreux exploitants sont pris en étau entre des coûts de production en hausse, des normes environnementales nécessaires, mais de plus en plus contraignantes, une vulnérabilité accrue aux aléas environnementaux et une pression à la baisse sur les prix des denrées agricoles.

Pour faire face à ce dilemme, et malgré l’opposition de la majorité présidentielle, une proposition de loi portée par le groupe écologiste a été votée en première lecture à l’Assemblée nationale, le 5 avril, qui instaure la mise en place de prix planchers pour les agriculteurs, l’objectif étant de lutter ainsi contre le pouvoir de marché de la grande distribution et de l’agro-industrie. Cette mesure suscite un intense débat ; on évoque notamment ses effets pervers supposés sur la compétitivité internationale ou une éventuelle prime à l’intensification qu’elle pourrait impliquer.

Une donnée importante est trop souvent mise de côté dans cette équation : la hausse des inégalités et les difficultés de nombreux ménages à se nourrir correctement. On estime en effet que 20 % des Français éprouvent des difficultés à manger trois fois par jour. La crise inflationniste et les tensions sur les chaînes d’approvisionnement déclenchées par les tensions géopolitiques ont eu un double effet sur le budget alimentaire des ménages : les prix alimentaires ont encore augmenté de 7 %, en 2023, après une hausse de 13 %, en 2022, alors que la hausse des dépenses contraintes, notamment l’énergie, a réduit la part du budget disponible pour l’alimentation.

Cette baisse du revenu disponible se traduit par un ajustement à la baisse de la qualité alimentaire des achats, notamment pour les fruits et légumes, mais également une diminution des achats de viande, et un recours accru au hard-discount. Ce choc de revenu amène les distributeurs, appuyés par les pouvoirs publics, à accroître la pression à la baisse des prix payés aux industriels et aux coopératives, répercutée en dernier ressort sur les agriculteurs.

Dans ce contexte, l’instauration de prix planchers risquerait d’accentuer la vulnérabilité d’un grand nombre de ménages qui seraient contraints de se diriger vers des produits importés à moindre coût et aux normes environnementales moins exigeantes.

Hausse des jeux d’argent qui témoigne surtout de la pauvreté

Hausse des jeux d’argent qui témoigne surtout de la pauvreté

Contrairement aux apparences la hausse des jeux d’argent ne traduit pas une progression de la richesse dans un pays. Ce serait plutôt le contraire quand on examine en particulier la sociologie des parieurs. En général des classes moyennes, très moyennes et même beaucoup de défavorisés qui espèrent un jour gagner le gros lot.

C’est évidemment aussi un loisir mais peut-être encore davantage un système de fiscalité volontaire car les jeux rapportent beaucoup aux sociétés organisatrices et à l’Etat.
En France, les jeux d’argent ont le vent en poupe. Le chiffre d’affaires de ce secteur lucratif a atteint 13,4 milliards d’euros en France en 2023. Cela équivaut à une hausse de 3,5% par rapport à 2022, où le secteur avait déjà enregistré un record, selon les données publiées lundi par l’Autorité nationale des jeux (ANJ).

Tous les types de jeux voient leur produit brut des jeux (PBJ) – la différence entre les mises des joueurs et les gains reversés par les opérateurs – progresser, avec une hausse particulièrement marquée pour les casinos et les jeux en ligne, notamment le poker. Par ailleurs, la France se situe légèrement en-deçà de la croissance du marché européen qui s’établit à 5,5% (soit 134 milliards d’euros de PBJ).

Société- L’écroulement du niveau scolaire qui explique une partie de la crise et des violences

Société- L’écroulement du niveau scolaire qui explique une partie de la crise et des violences

 

 

Les résultats solaires de la France sont particulièrement mauvais, avec une tendance à la baisse encore plus marquée. 

Ils expliquent une partie des crises du pays La France se classe à la 23e place du classement, alors qu’elle est 7e puissance mondiale. Les résultats sont surtout en régression en maths pour les élèves de 15 ans. « En mathématiques, la forte baisse observée en France entre 2018 et 2022 est la plus importante observée depuis la première étude PISA  » en 2000, avec une baisse de » 21 points, contre une baisse de 15 points pour la moyenne », note l’OCDE.

. Malheureusement, les nouvelles ne sont pas bonnes pour la France. Elle termine à la 23e place de ce classement et chute lourdement en mathématiques. À l’échelle mondiale, les résultats du classement démontrent une baisse significative et généralisée post-crise du covid-19.

Pour rappel cette étude à consulter dans son intégralité sur le site de l’OCDE, évalue les élèves sur plusieurs épreuves. La première est un test de compréhension de l’écrit, suivi ensuite du test de culture mathématique, de celui de culture scientifique et enfin d’un exercice de pensée créative. Cette année, 85 pays faisaient partie de l’aventure avec pas moins de 8 000 élèves tirés au sort. En France, 355 établissements étaient concernés.
La France ne fait pas figure de bonne élève. Elle se situe dans la moyenne des pays de l’OCDE, avec 474 points en mathématiques, en dessous de la moyenne, à 480 points ; 474 points en compréhension de l’écrit alors que la moyenne se situe à 482 points ; 487 points en culture scientifique points alors que la moyenne est à 491 points.

Il faut retenir du classement Pisa 2023 (appelé 2022 car l’étude rend compte des résultats de l’an dernier en réalité) ceci : les résultats globaux sont en baisse, notamment du fait de la pandémie de Covid-19. Seulement trois pays parviennent à faire mieux qu’en 2019 : Singapour, le Japon, la Corée du Sud. Tous les autres ont de plus mauvais résultats.

L’écroulement du niveau scolaire qui explique une partie de la crise et des violences

L’écroulement du niveau scolaire qui explique une partie de la crise et des violences

 

 

Les résultats solaires de la France sont particulièrement mauvais, avec une tendance à la baisse encore plus marquée. 

Ils expliquent une partie des crises du pays La France se classe à la 23e place du classement, alors qu’elle est 7e puissance mondiale. Les résultats sont surtout en régression en maths pour les élèves de 15 ans. « En mathématiques, la forte baisse observée en France entre 2018 et 2022 est la plus importante observée depuis la première étude PISA  » en 2000, avec une baisse de » 21 points, contre une baisse de 15 points pour la moyenne », note l’OCDE.

. Malheureusement, les nouvelles ne sont pas bonnes pour la France. Elle termine à la 23e place de ce classement et chute lourdement en mathématiques. À l’échelle mondiale, les résultats du classement démontrent une baisse significative et généralisée post-crise du covid-19.

Pour rappel cette étude à consulter dans son intégralité sur le site de l’OCDE, évalue les élèves sur plusieurs épreuves. La première est un test de compréhension de l’écrit, suivi ensuite du test de culture mathématique, de celui de culture scientifique et enfin d’un exercice de pensée créative. Cette année, 85 pays faisaient partie de l’aventure avec pas moins de 8 000 élèves tirés au sort. En France, 355 établissements étaient concernés.
La France ne fait pas figure de bonne élève. Elle se situe dans la moyenne des pays de l’OCDE, avec 474 points en mathématiques, en dessous de la moyenne, à 480 points ; 474 points en compréhension de l’écrit alors que la moyenne se situe à 482 points ; 487 points en culture scientifique points alors que la moyenne est à 491 points.

Il faut retenir du classement Pisa 2023 (appelé 2022 car l’étude rend compte des résultats de l’an dernier en réalité) ceci : les résultats globaux sont en baisse, notamment du fait de la pandémie de Covid-19. Seulement trois pays parviennent à faire mieux qu’en 2019 : Singapour, le Japon, la Corée du Sud. Tous les autres ont de plus mauvais résultats.

France : des résultats scolaires qui expliquent une partie de la crise française

France :  des résultats scolaires qui expliquent une partie de la crise française

 

Les résultats solaires de la France sont particulièrement mauvais, avec une tendance à la baisse encore plus marquée.

Ils expliquent une partie des crises du pays La France se classe à la 23e place du classement, alors qu’elle est 7e puissance mondiale. Les résultats sont surtout en régression en maths pour les élèves de 15 ans.  »En mathématiques, la forte baisse observée en France entre 2018 et 2022 est la plus importante observée depuis la première étude PISA  » en 2000, avec une baisse de » 21 points, contre une baisse de 15 points pour la moyenne », note l’OCDE.

. Malheureusement, les nouvelles ne sont pas bonnes pour la France. Elle termine à la 23e place de ce classement et chute lourdement en mathématiques. À l’échelle mondiale, les résultats du classement démontrent une baisse significative et généralisée post-crise du covid-19.

Pour rappel cette étude à consulter dans son intégralité sur le site de l’OCDE, évalue les élèves sur plusieurs épreuves. La première est un test de compréhension de l’écrit, suivi ensuite du test de culture mathématique, de celui de culture scientifique et enfin d’un exercice de pensée créative. Cette année, 85 pays faisaient partie de l’aventure avec pas moins de 8 000 élèves tirés au sort. En France, 355 établissements étaient concernés.

La France ne fait pas figure de bonne élève. Elle se situe dans la moyenne des pays de l’OCDE, avec 474 points en mathématiques, en dessous de la moyenne, à 480 points ; 474 points en compréhension de l’écrit alors que la moyenne se situe à 482 points ; 487 points en culture scientifique points alors que la moyenne est à 491 points.

Il faut retenir du classement Pisa 2023 (appelé 2022 car l’étude rend compte des résultats de l’an dernier en réalité) ceci : les résultats globaux sont en baisse, notamment du fait de la pandémie de Covid-19. Seulement trois pays parviennent à faire mieux qu’en 2019 : Singapour, le Japon, la Corée du Sud. Tous les autres ont de plus mauvais résultats.

 

Ces polluants éternels qui menacent la santé

 

Les polluants éternel (PFAS) concernent plusieurs milliers de substances chimiques : les perfluoroalkylés et polyfluoroalkylés (anciennement perfluorés et polyfluorés). Il s’agit de composés artificiels, synthétisés par l’homme à partir d’hydrocarbures, composés à base d’atomes de carbone et de fluor, reliés par des liaisons chimiques particulièrement stables. Les PFAS comportent une chaîne plus ou moins longue d’atomes de carbone liés à des atomes de fluor. Cette liaison carbone-fluor, très stable, est difficile à casser. Ces composés se dégradent donc très lentement. Un article de l’association « que choisir » fait le point sur leur nature.

 Les PFAS présentent de nombreuses qualités intéressantes : antiadhésifs, imperméabilisants, antitaches, résistants aux chaleurs extrêmes et aux agents chimiques et biologiques, isolants, etc. Depuis les années 1950, ils sont largement utilisés dans de nombreux produits du quotidien : cuirs et textiles imperméables ou déperlantsemballages alimentairesrevêtements antiadhésifs des poêles et casseroles en Téflon, semelles de fer à repasser, cosmétiques, mousses anti-incendie, isolants de fils électriques, certains implants médicaux, peintures, détergents, pesticides (lire l’encadré), et jusque dans les fils dentaires et les cordes de guitare !

Utilisés pour leurs qualités antiadhésives, imperméabilisantes ou encore de résistance aux fortes chaleurs, les PFAS se retrouvent dans d’innombrables objets du quotidien.

Les liaisons chimiques entre les atomes de carbone et de fluor sont très stables, difficiles à casser. Ces substances se dégradent donc très lentement : sur des siècles, voire des millénaires pour certains. Conséquence, les PFAS se diffusent dans l’eau, les sols, l’air, jusqu’aux fonds océaniques et aux régions arctiques, et contaminent les organismes vivants, dont l’être humain. Ils font partie de la vaste catégorie des « polluants organiques persistants (POP) ».

Hélas, oui. Les PFAS se retrouvent dans l’environnement via les rejets industriels et domestiques, les déchets pas ou mal recyclés, ou encore les lieux de grands feux (usines, forêts, etc.) contre lesquels ont été utilisées des mousses anti-incendie. Une enquête menée par le quotidien Le Monde et 17 autres médias, dans le cadre du « Forever Pollution Project », a révélé début 2023 l’ampleur de cette pollution en Europe. Les journalistes ont identifié plus de 17 000 sites contaminés à des niveaux inquiétants, dont plus de 2 100 hot spots de contamination pollués à « des niveaux jugés dangereux pour la santé par les experts interrogés », explique Le Monde. Mais aucune cartographie officielle de la part des pouvoirs publics n’existe.

 

En France, la quasi-totalité du territoire métropolitain est concernée, à des taux plus ou moins élevés selon la proximité d’activités industrielles émettrices de PFAS. Cette contamination est « plus marquée » pour les nappes de la Limagne et d’Alsace, puis celles de la région rhodanienne, du Nord, de la vallée de la Seine, de la Meuse et de la Moselle et de leurs affluents, de Bretagne et de la Côte méditerranéenne. L’Inspection générale de l’environnement et du développement durable (Igedd) constate plus globalement « une contamination générale modérée des eaux souterraines françaises » et ce, bien que « seuls quelques PFAS [soient] suivis », dans un rapport publié en avril 2023.

Parmi les alertes récentes, citons :

  • La pollution de nappes d’eau souterraines par les rejets du site industriel Arkema de Pierre-Bénite, au sud de Lyon (Rhône) ; l’Igedd établit que les rejets s’élevaient à 3,5 tonnes par an, « une situation préoccupante », admet-elle.
  • En Haute-Savoie, c’est l’agglomération d’Annecy qui a décidé de mettre à l’arrêt tous les captages de la principale nappe phréatique de l’agglomération en mars 2023, en raison de sa contamination.
  • Dans ce même département, la commune de Rumilly a annoncé que les poissons pêchés sur son territoire étaient impropres à la consommation.

L’ensemble de la population est contaminé, essentiellement par ingestion via l’eau et les aliments, ou par inhalation. L’étude nationale de santé Esteban (1) de 2014-2016 a détecté des PFAS chez 100 % de la population suivie, enfants comme adultes. En 2019, Que Choisir a effectué des prélèvements de poussière dans 53 maisons et appartements en France : 93 % étaient pollués par le PFOS.

L’organisme les éliminant lentement, ces substances s’accumulent dans le corps. Or, les effets délétères sur la santé sont multiples, et potentiellement graves : certains PFAS sont toxiques pour le foie et le rein, soupçonnés d’être cancérogène, neurotoxiques, reprotoxiques et perturbateurs endocriniens, ou favoriseraient l’obésité et le diabète de type 2… Certains sont particulièrement inquiétants, à l’instar du PFOA (reconnu « cancérogène pour les humains » par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) le 30 novembre 2023), du PFOS (reconnu « cancérogène possible »), du PFNA et du PFHxS (2). Et on sait désormais que certains de leurs métabolites (composés issus de leur dégradation) sont encore plus toxiques que les molécules initiales.

 

 

 

Social–Une inflation qui remet en cause le partage de la richesse

Social–Une inflation qui remet en cause le partage de la richesse


L’inflation constatée en France depuis deux ans aurait dû relancer le débat sur le partage de la richesse et notamment des superprofits. En effet les consommateurs sont affrontés à une augmentation générale des prix alors que leur pouvoir d’achat ne suit pas .Parallèlement les profits, les dividendes ont atteint des records. Tout cela en grande partie grâce au mécanisme de l’inflation formidable outil anti redistributif. En effet l’inflation se nourrit de la spéculation et permet en même temps une dévaluation de fait du pouvoir d’achat. Une sorte de transfert antisocial parfaitement huilé et légal. 

Jusque-là le pouvoir a freiné des quatre fers pour mettre sur la table la question de l’éventuelle taxation des supers bénéfices car l’inflation qui handicape les ménages en général profite à certaines entreprises pour des raisons essentiellement spéculatives. Discrètement, ces entreprises profitent du climat inflationniste général pour ajouter quelques points de hausse qui viennent gonfler les profits sans vraies raisons économiques. Ces entreprises joue un rôle négatif en profitant d’abord de l’inflation, en alimentant ensuite.

La question de la montée de l’inflation va forcément être très discutée d’autant que la taxation n’est pas forcément le meilleur moyen de la gérer. En effet une nouvelle fiscalité ira se noyer dans le trou du budget général de l’État.

Fondamentalement ce qui est en cause, c’est le partage de la richesse produite entre profits, investissements et rémunérations.

 

Éducation nationale : encore une grève qui se sera pas suivie

Éducation nationale : encore une grève qui se sera pas suivie

Encore une grève des syndicats de gauche dans l’éducation nationale. Une grève qui ne sera pas davantage suivie que les précédentes et qui veulent remettre en cause les réformes du collège notamment les groupes de niveaux. La preuve sans doute que certains enseignants se croient propriétaire des savoirs fondamentaux et sans doute qu’ils veulent ignorer l’état de délabrement du système éducatif par rapport à celui des autres pays étrangers. En outre, une grève marginale qui ne grandira pas le syndicalisme dans le secteur.
«Nous ne trierons pas nos élèves!»: des syndicats d’enseignants ont appelé à la grève et à manifester le 2 avril pour demander l’abandon des mesures du «choc des savoirs», en particulier les groupes de niveau au collège, mais aussi pour les salaires et des moyens pour l’école publique. Le Snes-FSU, premier syndicat du secondaire, avec le SNEP-FSU (éducation physique et sportive), SUD Éducation, la CGT éduc’action et la FNEC-FP FO souhaitent «amplifier la mobilisation», principalement contre les groupes de niveau prévus à partir de la rentrée au collège qui, selon eux, organisent le «tri des élèves», selon un communiqué commun. Des manifestations à Paris et dans plusieurs villes de France sont attendues.

 

12345...56



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol