Archive pour le Tag 'question'

Page 2 sur 4

Affaire Buzyn : La démocratie en question

Affaire Buzyn : La démocratie en question

Un papier du « Monde » (extrait) qui évoque l’insuffisance de démocratie

La mise en examen pour « mise en danger de la vie d’autrui » d’Agnès Buzyn, l’ancienne ministre de la santé, par la Cour de justice de la République dans le cadre la gestion de la pandémie de SARS-CoV-2 pose plusieurs questions importantes sur le fonctionnement des institutions. La mise en examen pour « mise en danger de la vie d’autrui » de l’ex-ministre de la santé Agnès Buzyn par la commission d’instruction de la Cour de justice de la République (CJR), vendredi 10 septembre, a suscité beaucoup d’émoi – pas toujours pour de bonnes raisons. L’information judiciaire ouverte à l’été 2020 à la suite de plaintes déposées par des soignants et des familles de patients porte sur les soupçons de manque d’anticipation par le gouvernement d’un risque épidémique mondial et de mauvaises décisions ou de non-décisions une fois la pandémie de SARS-CoV-2 survenue.

 Cette première mise en examen spectaculaire pourrait être suivie d’autres. Edouard Philippe, alors premier ministre, et Olivier Véran, le successeur de Mme Buzyn, étaient également aux avant-postes des responsabilités au début de la crise sanitaire. Cette mise en examen a été décidée, rappelons-le, sur la base d’éléments dont nous ne disposons pas, par une commission d’instruction composée de trois magistrats professionnels statutairement indépendants. C’est une étape de procédure importante, car elle traduit l’existence d’indices graves et concordants, mais Mme Buzyn reste présumée innocente.

Le débat est ailleurs. Il ne porte pas sur ce que font les juges, mais sur ce que nous, citoyens, associations, syndicats, élus locaux ou parlementaires, nous attendons d’eux. La justice pénale est appelée ici à se prononcer, fût-ce par la voie de cette juridiction d’exception qu’est la CJR, sur des décisions prises par un gouvernement face à une crise inédite.

En l’occurrence, il ne s’agit pas d’enquêter sur des malversations ou des conflits d’intérêts dans la conduite des affaires publiques. Il s’agit de savoir si, compte tenu des informations disponibles au cours de ces semaines cruciales, les bonnes décisions ont été prises au bon moment et si la vérité, ou plus exactement l’état des connaissances à un instant T, n’aurait pas été cachée aux citoyens pour de mauvaises raisons. Bref, de savoir si les personnes chargées de la politique de santé publique ont été à la hauteur de leurs responsabilités.

 Recourir au droit pénal pour sanctionner les éventuelles incompétences de tel ou tel ministre est d’abord un aveu d’échec des contre-pouvoirs démocratiques. Certes, le Parlement a été rapidement saisi. Des commissions d’enquête, à l’Assemblée nationale et au Sénat, ont fait apparaître l’état d’impréparation dans lequel se trouvait l’administration de la santé. Elles ont bien identifié les responsabilités, mais, faute de pouvoir réclamer des sanctions, leur travail a surtout consisté à émettre des recommandations pour l’avenir. On touche là aux limites des institutions de la Ve République.

 Venu des pratiques anglo-saxonnes, le recours au juge pour trancher toute question privée ou publique est un progrès dans un Etat de droit. Mais il ne doit pas conduire à poser à la justice des questions qui ne relèvent pas de sa mission. Quant au sort de la CJR, cette juridiction bancale, c’est une nouvelle démonstration qu’il aurait dû être réglé depuis longtemps, comme François Hollande en 2012 puis Emmanuel Macron en 2017 s’y étaient engagés.

Transition écologique: La question du financement

Transition écologique: La question du financement

 

Alors qu’ils vantent une société moins inégalitaire, un rapport apaisé à la nature et une consommation sans gaspillage, les candidats à la primaire écologiste restent en revanche coupablement évasifs sur le financement de leurs propositions.( une papier du Monde , extrait )

 

Qui va payer le coût de la transition écologique ? Longtemps considérée comme différable, la question est devenue centrale pour les Etats, qui se retrouvent aujourd’hui au pied du mur. Pour atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050, les dirigeants européens n’ont plus d’autre choix que d’agir vite et fort.

Deux voix se sont récemment élevées pour prévenir que les toutes prochaines années ne seront pas un chemin bordé de roses. Dans la revue Le Grand Continent, l’économiste Jean Pisani-Ferry pronostique un « choc d’offre négatif » : des équipements vont disparaître, des usines fermer, des salariés perdre leur emploi. Pour compenser cette perte, un volume important d’investissements va devoir être engagé, ce qui aura pour effet mécanique de réduire la part de la consommation dans la croissance.

 

Les finances publiques, déjà largement sollicitées par la crise sanitaire, vont être de nouveau mises à rude épreuve en raison du montant des compensations sociales à établir : les unes seront nécessaires pour atténuer l’impact social des restructurations, les autres pour lisser l’impact de la forte hausse du prix de l’énergie sur les dépenses contraintes (logement, transports). Ces dernières pèsent déjà considérablement dans le budget des ménages les plus modestes.

Alors que l’espoir d’une adaptation progressive de notre modèle de croissance a longtemps fait illusion, l’idée d’un ajustement brutal émerge, ce dont prend acte une seconde voix, celle de Daniel Cohn-Bendit. Dans un récent entretien aux Echos, l’écologiste s’exclame, non sans malice : « Si les Verts pouvaient parler vrai, ils diraient : Votez pour nous, et tout sera plus difficile !’’ »

La primaire des écologistes, qui va départager cinq candidats d’ici au 29 septembre, montre à quel point ce langage de vérité est difficile à assumer. De Yannick Jadot à Sandrine Rousseau en passant par Delphine Batho, Eric Piolle et Jean-Marc Governatori, tous s’emploient à populariser une utopie. Avec plus ou moins de nuances, ils vantent une société plus inclusive, moins inégalitaire, plus humaine, garantissant une meilleure qualité de vie, un rapport apaisé à la nature, une bonne alimentation et une consommation sans gaspillage.

Aucun ne lésine sur le montant des dépenses (éducation, culture, santé, aides sociales et augmentations salariales…). Tous restent en revanche coupablement évasifs sur le financement de leurs propositions : la taxe carbone, impôt indispensable à la transition écologique, mais insoutenable dans sa forme actuelle, reste en suspens. Depuis le mouvement des « gilets jaunes », elle fait figure d’épouvantail.

L’emprunt et la mise à contribution des nantis sont en revanche largement mis en avant. Or, si les possibilités de recours au premier existent, elles sont obérées par le niveau très élevé de l’endettement public, auquel il faudra tôt ou tard s’attaquer. Quant au slogan « Faire payer les riches », il reste électoralement payant, mais ne permettra pas de financer la totalité des dizaines de milliards d’euros de dépenses promises.

Entre le parler-vrai et la promesse d’un monde qui chante, les écologistes ont choisi l’option la plus facile, mais pas la plus éclairante. L’angle mort qu’ils cultivent sur le financement de la transition écologique renvoie aux difficultés qu’ils éprouvent à questionner l’efficacité des politiques sociales actuelles au regard des nouveaux enjeux. Elles témoignent aussi de leur gêne à définir clairement les termes du nouveau contrat social dans une société vieillissante, où les dettes à l’égard de la jeunesse ne cessent de s’accumuler. Plus l’exercice de vérité sera différé, plus le choc sera rude.

Afghanistan : l’universalisme occidental en question

Afghanistan : l’universalisme occidental en question

La philosophe Chantal Delsol explique dans le Figaro que la sensibilité collective des Occidentaux tend à abandonner l’universalisme pour le relativisme, mais nous demeurons tiraillés entre ces deux idées, situation de transition qui engendre incohérence et confusion, explique la philosophe.

 

De l’Institut. Professeur de philosophie politique, auteur de nombreux ouvrages, Chantal Delsol a codirigé avec Joanna Nowicki «La Vie de l’esprit en Europe centrale et orientale depuis 1945» (Éditions du Cerf, 2021). Tribune Extrait:

 


Outre les raisons stratégiques et militaires de diverses sortes, l’Afghanistan a été occupé par les puissances occidentales dans un but civilisationnel. Nous y avons répandu l’idée de l’éducation des filles et de l’émancipation des femmes, et avons aidé à ses débuts de réalisation. Nos convictions au sujet des droits de l’homme sont universelles: il ne s’agit pas de respecter la personne occidentale, homme ou femme, mais de tous les humains quelle que soit leur culture. Persuadés que nous susciterions partout le désir de nous ressembler.

La débâcle afghane, après tant d’années de guerre, de vies perdues de tous côtés, de milliards et d’énergie dépensés, interroge les raisons de nos combats, révoque en doute leur légitimité, et finalement jette la suspicion

Pollution de l’air : D’abord une question sanitaire

 Pollution de l’air : D’abord une question sanitaire 

 

Guillaume Sainteny,  (Enseignant àAgroParisTech),  constate ( dans L’Opinion, extrait)  que l’on fait enfin un peu plus attention à la pollution aujourd’hui, alors que le climat avait occulté le débat.

 

Interview

Dans votre livre « Le Climat qui cache la forêt », paru en 2015, vous faisiez le constat que la lutte contre le réchauffement climatique avait occulté celle contre la pollution. Cela est-il en train de changer ?

On constate un début d’évolution dans ce sens. Lors de la sortie de mon livre, j’étais presque assimilé à un climato-sceptique. Maintenant, ce n’est plus le cas ! Je pense que cela s’explique par plusieurs facteurs. D’abord, par le scandale du « dieselgate » qui a mis en cause Volkswagen. La fraude, par un groupe de cette importance, sur un produit connu de chacun comme l’automobile et sa médiatisation ont manifestement choqué l’opinion. Ensuite, la succession de pics de pollution a marqué les esprits. Enfin, les gens commencent à se rendre compte de l’effet de la pollution de l’air sur leur santé et celle de leurs enfants. Cela ne concerne pas que la région parisienne. La vallée de l’Arve, dans les Alpes, par exemple, vient de connaître un épisode de 35 jours consécutifs de pic de pollution.

Pourtant, médecins, scientifiques et ONG estiment que la population ne prend pas assez en compte les dangers de la pollution.

Les évolutions des comportements sont très lentes. Les gens connaissent depuis longtemps les dangers du tabac et continuent à fumer ; ceux de l’alcool, et continuent à boire. Mais tout cela évolue : quand Air Inter a interdit le tabac sur ses vols, tout le monde a protesté. Aujourd’hui, il n’est plus possible de fumer dans les avions et cela semble tout à fait normal. Lors du lancement de la politique de sécurité routière, en France, en 1972, il y avait 18 000 tués par an sur les routes en France. Lorsqu’en 2002, Jacques Chirac a cité la sécurité routière comme l’un des trois chantiers prioritaires de son deuxième mandat, il y en avait encore 8 000. Nous en sommes à 3 500. Il a fallu 45 ans pour diviser le nombre de tués par six. Il faut donc du temps pour qu’une politique publique obtienne des résultats, surtout quand elle suppose des changements de psychologie. Dans le domaine de la pollution de l’air, certains polluants ont diminué comme le dioxyde de soufre, surtout émis par l’industrie. Mais d’autres augmentent (ozone) ou stagnent (dioxyde d’azote, particules fines). Ils sont davantage émis par les transports et le résidentiel et ne respectent toujours pas les seuils de réglementation européens. De fait, il est plus facile de lutter contre la pollution de quelques grosses unités industrielles que de diminuer les émissions de dioxydes d’azote ou de particules fines provenant des gaz d’échappement de 30 millions de voitures ou des feux de cheminée auxquels les gens sont très attachés. En outre, alors que la pollution de l’air est, en fait, davantage une question sanitaire qu’environnementale, le silence des différents ministres de la santé sur ce sujet n’aide pas à la prise de conscience.

Comment jugez vous les mesurez prises par Anne Hidalgo à Paris ?

Il me semble que ces mesures vont moins gêner son électorat que les Franciliens. La moitié des Parisiens n’ont plus de véhicules individuels et il existe en intra-muros de bonnes alternatives, au moins partielles (transport collectif, autolib, velib, etc.). Le débat santé publique versus circulation automobile penche donc en faveur du premier terme pour eux. La situation est évidemment différente pour les Franciliens, davantage dépendants du véhicule individuel. Certaines villes comme Milan, Londres, Tokyo, Oslo ou Stockholm sont allées plus loin en installant un péage urbain. En théorie économique, c’est parfaitement justifié. Les externalités du trafic routier sont beaucoup plus importantes en ville qu’en interurbain. Ce différentiel d’externalité ne peut se tarifer via le litre de carburant puisqu’on ne sait pas, à l’avance où on va l’utiliser. Mais il peut l’être par des péages. La loi Grenelle a d’ailleurs institué la possibilité de péages urbains en France. Mais, à ce jour, aucune ville n’est candidate.

La piétonnisation des voies sur berge peut-elle réduire la pollution ?

Jusqu’à présent, on a beaucoup vécu sur l’idée que pour fluidifier le trafic (ce qui est utile pour lutter contre la pollution), il fallait multiplier la voirie, construire de nouvelles routes, des rocades, etc. Or, un certain nombre d’études conduites à l’étranger, notamment en Corée ou aux Etats-Unis, montrent que lorsque l’on supprime des voies rapides urbaines, une part du trafic se reporte sur d’autres types de mobilité (marche, bicyclette, transports collectifs) et, de façon contre intuitive, une autre part du trafic s’évapore, c’est-à-dire qu’elle disparaît ! C’est probablement cette hypothèse que la maire de Paris souhaite vérifier en pratique, voire cette politique qu’elle cherche à mettre en œuvre.

Intelligence artificielle: La question de la responsabilité

Intelligence artificielle: La question de la responsabilité

Un article particulièrement intéressant de Patrice Cailleba dans l’Opinion

Au-delà de son acronyme même, l’IA constitue clairement une dyade au sens d’Edgar Morin, à savoir une dialogique où les termes sont « complémentaires, concurrents et antagonistes ». Il n’y a pas de solution à cette dialogique qui puisse dépasser et supprimer ce qui n’est pas toujours une contradiction. Il s’agit plutôt d’une unité complexe entre deux logiques concurrentes et antagonistes.

Concrètement, l’unité complexe de l’IA se retrouve et se prolonge au travers de dialectiques qui peuvent être comprises sous forme de trois interrogations. Dans son essai sur l’Essence du politique en 1965, Julien Freund les avait identifiés sans savoir qu’elles s’appliqueraient un jour à l’IA. Il s’agit respectivement de la dialectique du commandement et de l’obéissance (qui commande ou obéit : la machine ou l’individu ?) ; de la dialectique du privé et du public (quelles données doivent conserver un caractère privé ?) ; et de la dialectique de l’ami et de l’ennemi (qui, dans l’IA, est le vrai responsable : le concepteur, l’utilisateur, le fournisseur d’IA ou la machine elle-même ?). Répondre à ces questions revient à examiner certaines réalités propres à l’IA.

Les acteurs concernés par les trois dialectiques recoupent une myriade d’individus. Le problème de cette multiplicité d’acteurs n’empêche pas de considérer les responsabilités de chacun lorsqu’ils ont contribué à un évènement indésirable : c’est l’essence même des systèmes juridiques. Néanmoins, il convient d’en discuter régulièrement et de clarifier à la fois les attentes de la société civile à leurs égards et les marges de manœuvre de ces mêmes acteurs.

Ensuite, le fonctionnement même de l’IA, c’est-à-dire la manière dont les résultats sont obtenus, peut être opaque, a fortiori lorsque les technologies employées sont évolutives (voir le machine learning et le deep learning). Il est alors rendu difficile de rendre responsable quiconque d’un résultat lorsque nul ne peut expliquer comment ce dernier a été obtenu (biais humain ou autonomie de l’IA ?). Il ne peut exister dès lors un « vide de responsabilité » qui ferait des développeurs – ou de leurs programmes en tant que tels – les seuls responsables. A quand le procès d’un algorithme comme on faisait au Moyen-Âge le procès de certains animaux ?

Dimension spatio-temporelle. Enfin, la dimension spatio-temporelle de l’impact de l’IA ébranle l’idée même d’une responsabilité unique et individuelle. En effet, nulle autre technologie ne peut à ce point s’étendre aussi rapidement sur l’ensemble de la planète. De plus, l’interaction des systèmes algorithmiques rend possible deux écueils.

D’un côté, chaque individu ne peut, ni ne veut, assumer qu’une petite part de responsabilité en tant que partie prenante dans l’IA, à savoir comme créateur, développeur et/ou utilisateur. De l’autre côté, l’inclination naturelle à chercher des boucs émissaires questionne l’arrêt possible d’une IA. En même temps, se pose la question du rapport coût/bénéfice de chaque innovation dans les sociétés occidentales qui ont de plus en plus de mal à accepter l’idée même de risque (voir les polémiques sur les vaccins).

Il faut penser la relation homme-machine que permet l’IA au travers de la responsabilité donnée, voire imposée, à l’individu

Si répondre aux questions posées par l’IA est délicat, la raison en est que les dialectiques qui les sous-tendent sont complémentaires. Aucune réponse proposée à ces questions ne peut faire l’économie des deux autres. Toutefois, elles ne sont pas d’égale importance dans la mesure où l’une subordonne les deux autres. La question de la responsabilité est effectivement première tant la responsabilité de l’individu ne peut, ni ne doit s’effacer au « profit » de la machine ou au détriment des individus.

Il faut donc penser la relation homme-machine que permet l’IA au travers de la responsabilité donnée, voire imposée, à l’individu. Ceci est d’autant plus nécessaire et pertinent que les études menées depuis vingt ans montrent que l’intégration homme-machine réduit non seulement les biais humains mais aussi les biais homme-machine. Ainsi l’intégration entre automatisation et augmentation permise par l’IA doit-elle absolument conserver, à défaut de renforcer, la dimension de la responsabilité humaine. Encore faut-il examiner de près ce que cette responsabilité a de particulier au sein de l’IA.

Les utilisateurs (personnes privées et/ou institutions publiques) de l’IA s’accordent sur l’idée que les personnes qui développent et déploient des systèmes d’IA doivent assumer les conséquences indésirables de leurs actes, tout autant qu’elles tirent profit de leurs services. Inversement, les concepteurs et les déployeurs de l’IA pensent de même en ce qui concerne les utilisateurs qui cèdent leurs données pour en bénéficier ultérieurement : ils sont le produit qu’ils utilisent et en sont donc directement responsables.

Parce que ces considérations sont aussi légitimes les unes que les autres, elles doivent être examinées ensemble. Ainsi la notion de responsabilité au sein de l’IA doit-elle remplir, tout à la fois, les conditions suivantes. La première condition est que la personne qui prête ses données doit confirmer qu’elle se défait temporairement de sa responsabilité qu’elle pourra reprendre le cas échéant. La deuxième condition renvoie à la propre responsabilité de l’organisation qui crée les algorithmes en cas d’effet indésirable. Dans ce cas, elle s’engage à corriger le programme. La troisième condition a trait à l’organisation qui déploie l’IA et exploite les données qu’elle en tire : cette dernière doit assumer sa responsabilité dans leur bonne utilisation vis-à-vis des autres parties prenantes, mais aussi vis-à-vis de concurrents potentiels qui auront tôt fait de la délégitimer afin de la remplacer.

 

La question taboue de la durée du travail en France

La question taboue de la durée du travail en France

Franck Morel , xpert du temps de travail analyse les évolutions de la question taboue de la durée du travail en France. La France enregistre en effet l’une des durées du travail les plus faibles conjointement à un taux de productifs également le plus faible. (Interview dans l’Opinion)

Franck Morel est avocat associé au cabinet Flichy Grangé. Depuis 2003, Franck Morel publie Durée et aménagement du temps de travail (La revue fiduciaire), un ouvrage concret destiné aux praticiens. Dans l’édition 2021, la neuvième, parue le 3 juin, l’auteur pointe les grandes tendance qui font évoluer ce droit.

Pourquoi la question de la durée du travail est-elle si politique ?

Parce que le temps de travail est central dans la relation entre l’entreprise et ses salariés : le sujet concerne aussi bien la santé et la sécurité que la rémunération ou l’équilibre entre vie professionnelle et privée. Parce que, depuis deux siècles, les enjeux de la durée du travail ont épousé ceux du moment.

C’est-à-dire ?

Les premières lois sur le travail (22 mars 1841, puis 2 novembre 1892) concernent sa durée. Il s’agit de protéger les plus faibles, enfants et femmes. Le vecteur privilégié est la loi, et on raisonne sur la journée. Au siècle suivant, la semaine devient la référence et la fameuse loi de 1936 fixe la durée légale à 40 heures. La France est très industrielle et l’entreprise ressemble au théâtre classique, avec unité de temps, de lieu et d’action.

Quelles sont les priorités de l’après-guerre ?

Il s’agit de produire et de distribuer de manière équitable. Parallèlement à la loi, un autre instrument se développe, la convention collective, qui installe le principe de faveur : la négociation de branche apporte des garanties supérieures à celles de la loi. Curieusement, c’est la gauche, qui en 1982, introduit une brèche dans cette hiérarchie, en prévoyant des accords dérogatoires. Autre innovation cette année-là : on ne retient plus forcément le critère de la semaine, mais celui de l’année, avec la modulation du temps de travail.

Comment situer les lois Aubry (1998 et 2000) dans ce paysage ?

Dans la colonne des plus, je dirais qu’elles ont permis un formidable développement de la négociation collective. Autre apport : elles ont innové en créant le forfait jour pour les cadres. Aujourd’hui, un sur deux bénéficie de ce régime. Dans la colonne des moins, elles ont nourri une forme de distanciation culturelle vis-à-vis du travail et provoqué une stagnation des salaires. Malgré les tentatives pour corriger ces deux effets (comme les lois Tepa de 2007) les salariés français à temps plein travaillent moins : 1 526 heures par an contre 1 751 heures pour la moyenne des pays de l’OCDE.

« On pourrait simplifier l’organisation des congés payés. Pourquoi faut-il prendre deux à quatre semaines dans la période du 1er mai au 31 octobre ? »

A quelles nécessités du moment, ces deux lois répondaient-elles ?

Comme la loi Robien avant elle, les deux lois Aubry partent du principe qu’il existe un lien entre la réduction du temps de travail et l’emploi. Ce qui n’est pas démontré. On débat toujours sur l’impact de ces lois sur l’emploi : création de 300 000 emplois ou destruction d’emplois. A partir de 2003, les gouvernements rompent avec cette logique, en privilégiant la réponse à la demande par le biais des heures supplémentaires.

Aujourd’hui, quelles sont les tendances en matière de durée du travail ?

Il y a une montée en puissance du droit européen, d’autant plus étonnante qu’il n’existe quasiment qu’un texte, une directive de 1993. Elle érige des normes pour protéger le salarié, comme la limitation de la durée maximale hebdomadaire à 48 heures (en moyenne), en instituant la règle du repos quotidien (11 heures d’affilée) qui n’existait pas en France. A côtés de ces mesures positives une jurisprudence qui prend beaucoup, probablement trop, d’importance s’est développée. Les difficultés viennent notamment d’une définition binaire : le salarié se trouve soit au travail, soit au repos. La directive ne prévoit pas un troisième type de situation, les gardes ou certaines astreintes. La France a dû adapter ses textes dans différents secteurs (hôpital, enseignement, etc.). D’autres pays européens se plaignent des mêmes problèmes, mais les tentatives du Conseil et du Parlement, des partenaires sociaux européens pour réviser cette directive se sont toujours soldées par un échec. Un autre sujet concerne les congés payés. La directive établit un droit à quatre semaines de congés payés, mais le juge va plus loin que la France : ces droits sont acquis même en cas de maladie, ce qui n’est pas le cas dans la législation française. Ce feuilleton de jurisprudences n’est pas terminé.

Dans votre livre, vous pointez également le succès de la négociation collective.

Elle se déroule de plus en plus au niveau de l’entreprise, échelon encouragé par la loi Bertrand, fondatrice, de 2008 puis par la loi Travail de 2016 et les ordonnances Macron de 2017. Un chiffre illustre ce phénomène. Dans les années 1970, ces accords se comptaient en centaines chaque année ; dans les années 1980 et 1990, par milliers. Aujourd’hui, le rythme annuel est d’environ 80 000 accords. La durée du travail représente 20 à 25 % de ces textes.

Vous estimez nécessaire un élargissement progressif de la durée du travail. Sous quelle forme ?

Dans le cadre d’un rapport pour l’Institut Montaigne, j’ai proposé une modification de la législation portant sur la cinquième semaine de congés payés, puisqu’elle n’est pas concernée par la directive européenne (limitée à quatre semaines). L’idée serait de permettre aux accords d’entreprise d’avancer ou de retarder cette semaine, avec une majoration, pour faire face à une sous-charge ou à une surcharge d’activité, sur une durée de trois ans. On pourrait aussi simplifier l’organisation des congés payés. Pourquoi faut-il prendre deux à quatre semaines dans la période du 1er mai au 31 octobre ? La rémunération de ces congés est trop complexe aussi : elle peut représenter soit le dixième du salaire annuel, soit l’équivalent de ce que toucherait le salarié s’il travaillait. L’employeur est obligé de calculer, salarié par salarié, la formule la plus favorable des deux.

« On a vu que la baisse de la durée légale du travail pouvait devenir une véritable usine à gaz. On risquerait le même phénomène en allant mécaniquement dans l’autre sens »

Quel est l’effet du télétravail sur la durée du travail ?

Avec le télétravail, fini le théâtre classique ! Il n’y a plus d’unité de lieu, l’action est morcelée et l’horaire collectif est une fiction. Le temps n’est pas forcément la mesure adéquate du travail, on parle de charge de travail, d’intensité. Dans un rapport pour Myriam El Khomri (ministre du Travail), Bruno Mettling proposait dès 2015 un fractionnement du repos quotidien de onze heures : celui qui télétravaille peut s’arrêter un moment pour s’occuper de ses enfants, et reprendre son activité professionnelle le soir.

Faut-il modifier la loi Aubry qui fixe la durée légale à 35 heures ?

Il n’est pas nécessaire de toucher aux règles en matière d’organisation du temps de travail qui sont déjà assez souples. En revanche, il faudrait pouvoir plus aisément augmenter la quantité de travail. Le problème est qu’il n’est pas possible de porter au-delà de 35 heures le seuil de déclenchement des heures supplémentaires. Sur une longue période, il faudra pouvoir augmenter ou réduire plus facilement la durée du travail. On a su la réduire, de manière exceptionnelle, en utilisant massivement l’activité partielle ; il faudrait se doter d’instruments permettant d’aller en sens inverse, par exemple en négociant un seuil de déclenchement supérieur aux 35 heures. Mais, pour l’instant, il faut mettre sur la table tous les instruments permettant d’optimiser la durée du travail. D’où ma proposition de déplacer une semaine de congés payés. Ensuite, la question d’aller plus loin se posera probablement.

En augmentant la durée légale ?

Cela fait partie des possibilités. Ce n’est pas forcément l’outil le plus simple à manier. On a vu que la baisse de la durée légale pouvait devenir une véritable usine à gaz. On risquerait le même phénomène en allant mécaniquement dans l’autre sens. Il faut être pragmatique : ce ne sont pas les textes à eux seuls qui changent la réalité.

Les retraites, c’est aussi une question de temps de travail ?

Le débat sur l’âge légal et sur le nombre de trimestres nécessaires sera probablement posé lors de la campagne présidentielle, ou même avant. Mais l’organisation du temps de travail peut fournir des solutions d’appoint. Ainsi, un usage plus large du compte épargne temps pourrait intéresser ceux qui veulent partir plus tôt : pendant leur carrière, ils pourraient stocker du temps dans ce compte et l’utiliser au moment de leur cessation d’activité. Toutefois, cet outil ne permet pas de contourner la question centrale et nécessaire de l’âge et de la durée de cotisation.

Sans règlement de la question palestinienne pas d’issue

Sans règlement de la question palestinienne pas d’issue

 

Malgré les efforts de Donald Trump et de Benjamin Nétanyahou pour une normalisation des relations avec les pays du Golfe en marginalisant le conflit israélo-palestinien, celui-ci reste central, souligne Agnès Levallois, spécialiste du Moyen-Orient.

 

Tribune  dans le Monde

 

La nouvelle flambée de violence à Jérusalem et la reprise des affrontements entre le Hamas et l’armée israélienne nous rappellent que le conflit israélo-palestinien est toujours présent, en dépit de l’idée selon laquelle il avait disparu et avait perdu de sa centralité. Lors des soulèvements en 2011, l’affirmation selon laquelle la question palestinienne n’intéressait plus personne était très souvent avancée, les nombreuses erreurs commises par l’Autorité l’ayant durablement discréditée. Il ne s’agit pas ici de revenir sur ce dernier point, mais de comprendre en quoi ce conflit non réglé ne peut que resurgir régulièrement. Il suffit d’une étincelle pour que la situation s’embrase à nouveau.

 

Tout a commencé lorsque les forces de sécurité israéliennes ont empêché des jeunes Palestiniens de Jérusalem-Est de se réunir sur l’esplanade devant la porte de Damas, alors que quelques jours auparavant des membres du mouvement Lehava (« flamme » en hébreu), rassemblant quelques milliers de militants racistes et violents, avaient manifesté au cri de « Mort aux Arabes ». Les ratonnades à Jérusalem s’inspirent du mouvement Kach du rabbin Meir Kahane, qui a été interdit en Israël en 1994 et dont l’un des disciples, Itamar Ben-Gvir, a été élu et a fait son entrée au Parlement lors des dernières élections, en mars.

S’est ajoutée la menace d’expulsion qui vise les habitants du quartier palestinien de Sheikh Jarrah, situé à Jérusalem-Est, au profit de colons israéliens, car la stratégie des gouvernements de droite et d’extrême droite successifs vise progressivement à ce qu’il y ait toujours moins de Palestiniens à Jérusalem-Est. L’étincelle des tensions actuelles est partie aussi de l’organisation de la « Journée de Jérusalem », qui célèbre tous les ans la réunification de la ville, annexée en 1967 et déclarée capitale « indivisible et réunifiée » de l’Etat d’Israël en 1980.

La centralité de ce conflit a été remise en question par la politique menée par Donald Trump, qui a voulu le marginaliser en accordant aux Israéliens un blanc-seing pour « gérer » ce conflit en proposant son « deal du siècle », qui balaie les revendications nationales des Palestiniens, dont celles concernant Jérusalem. L’absence de réaction dans les territoires palestiniens à l’issue de l’annonce de ce plan et dans les pays arabes a renforcé l’idée que les Palestiniens ne bénéficiaient plus d’aucun soutien, et qu’ils n’avaient d’autre choix que de se plier à la volonté israélo-américaine.

Présidentielles 2022 : l’influence majeure de la question de la délinquance

Présidentielles 2022 : l’influence majeure de la question de la délinquance

Les élections présidentielles de 2022 seront bien entendues influencées par plusieurs facteurs. La situation économique, la situation sociale mais aussi et surtout sans doute la question de la délinquance notamment dans la vie quotidienne (et pas seulement dans les banlieues difficiles même si la cela prend un caractère particulièrement inquiétant). Un phénomène que ne supporte plus une grosse majorité des Français. Ce qu’estime aussi Jérôme FOURQUET ,directeur du pôle opinion et stratégies d’entreprise de l’Ifop, auteur de L’Archipel français.(Interview dans le Figaro)

Des affaires de délinquance graves ne cessent de faire la une des médias. L’opinion juge-t-elle que leur nombre augmente de façon incontestable et que l’insécurité progresse?

 

Jérôme FOURQUET. -Selon une enquête Ifop-Fiducial pour CNews et Sud Radio effectuée il y a deux semaines, 71% des Français estimaient que la délinquance avait augmenté au cours des derniers mois, dont 48% qu’elle avait même «beaucoup» augmenté. Ce sombre diagnostic, très largement partagé dans la population, ne tombe pas du ciel et le fameux «sentiment d’insécurité» n’est pas une vue de l’esprit ou un fantasme, comme certains avaient pu le dire au début des années 2000. Cette perception s’ancre dans une litanie d’affaires et de faits, qui ne cessent de scander l’actualité depuis des années. Alors que l’épidémie de Covid-19 sature les ondes et les écrans, les faits liés à la délinquance (rixes entre bandes de jeunes, violences urbaines, etc.) parviennent régulièrement à franchir ce mur du son et marquent

Remettre en question le célibat des prêtres

Remettre en question le célibat des prêtres 

 

Appliquant la théorie des organisations à l’Eglise catholique, l’économiste François Meunier préconise, dans une tribune au « Monde », que celle-ci s’ouvre au mariage des prêtres et qu’elle développe le diaconat, qui peut-être ouvert aux femmes.

 

Tribune. La légende raconte que saint Antoine, réfugié dans le désert au IVe siècle, ne cessait d’avoir l’esprit tourmenté par les démons de la luxure. Or, il était dans le désert ! Le prêtre moderne vit dans le monde d’aujourd’hui. Un monde qui a connu une révolution profonde de ses mœurs depuis cinquante ans, vit différemment la sexualité et en projette les images sur tous les écrans, panneaux publicitaires et revues. 

Et le prêtre, faute en partie d’une baisse des vocations, est devenu bien seul dans ce monde débridé, moins entouré qu’autrefois pour gérer son équilibre personnel. Un débat s’engage difficilement au sein de la hiérarchie catholique : faut-il revenir sur la règle du célibat des prêtres imposée dans l’Eglise depuis le XIIe siècle ? Certains scandales récents et la baisse des vocations obligent à cette réflexion.

 

Si cette réforme est attendue par la majorité des catholiques, elle sera très difficile à conduire, pas seulement par souci politique de protéger l’unité de l’Eglise. Elle remet en cause en profondeur son organisation interne, sa gouvernance, selon ce terme moderne tiré du droit canon.

Un difficile contrôle

Un peu de sociologie des organisations aide à le comprendre. Le fait qu’une association – les Eglises en sont des cas particuliers – vive de dons et de cotisations, et non d’apport en capital et de profit retenu, fait qu’en général le contrôle externe exercé par les tiers (les donateurs) est moindre que pour les sociétés de capitaux.

Il n’y a pas, comme pour les entreprises, d’« investisseurs », c’est-à-dire de gens qui attendent un retour de leurs fonds investis. Mais il reste, comme pour les entreprises, beaucoup d’incitations des agents internes (les clercs, dans le cas des Eglises) à s’approprier certains avantages à titre privé.

L’équilibre se fait, dans de telles organisations, par des structures de contrôle renforcées. Quand leur taille est petite, le dirigeant a les moyens d’exercer une vraie surveillance et la transparence est plus facilement assurée. Certaines règles statutaires, notamment des mandats non reconductibles, aident également.

L’universalisme en question ?

L’universalisme en question ? 

En France, toutes les libertés fondamentales sont « indivisibles » rappelle le sociologue et démographe qui estime que certains défenseurs de l’universalisme républicain occultent l’ampleur des discriminations ethno-raciales et religieuses. ( Le Monde)

 

 

Elu en 2017 professeur au Collège de France sur la chaire « Migrations et sociétés », François Héran dirige l’Institut Convergences Migrations après avoir présidé aux destinées de l’Institut national d’études démographiques pendant plus de dix ans. Dans un texte écrit après l’assassinat de Samuel Paty, Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression (La Découverte, 252 pages, 14 euros), le sociologue et démographe plaide en faveur d’une République qui sache faire vivre la « règle d’or du respect mutuel ».

Dans une démocratie libérale, écrivez-vous, la liberté d’expression et la liberté de conscience forment un « couple inséparable ». Comment se conjuguent-elles, en France, depuis 1789 ?

La liberté d’expression tend aujourd’hui à étouffer ou absorber la liberté de croyance alors que, historiquement, ce sont des tours jumelles. Dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 ou la Convention européenne des droits de l’homme de 1950, elles sont toujours consacrées dans deux articles successifs : le premier pose le principe de la liberté, le deuxième rappelle qu’elle s’exerce dans les limites de la loi. A charge pour le législateur ou la justice de veiller à ce que ces limitations ne soient pas liberticides.

 

Mais rien n’est dit sur la façon d’articuler liberté d’expression et liberté de croyance, sans oublier le lien avec les libertés connexes : droit d’association, dignité des personnes, respect des droits d’autrui. La dure tâche de « mettre en balance » les libertés revient donc à la justice nationale et européenne. Or c’est un principe majeur parfois oublié en France : les libertés fondamentales sont « indivisibles », on ne peut pas jouir de l’une en écartant les autres. La Convention européenne n’est pas un Mikado dont on pourrait retirer une poutre à sa guise, c’est un édifice cohérent.

L’écriture inclusive en question

L’écriture inclusive en question

La proposition de loi du 23 mars visant à interdire le langage inclusif de tous les documents des services publics reviendrait, entre autres, à refaire nos cartes d’identité – qui suivent déjà ce système à travers le « né(e) le » –, relève Eliane Viennot, professeuse de littérature française, dans une tribune au « Monde ».

L’« écriture inclusive » a surgi dans le débat public à l’automne 2017, après la découverte de quelques points médians dans un manuel scolaire par des activistes qui avaient obtenu le retrait des ABCD de l’égalité. Jusqu’alors, on parlait plutôt de langage non sexiste, ou non discriminant, ou épicène, ou égalitaire – le point médian n’étant qu’un des moyens, à l’écrit, d’abréger les doublets (« lycéens et lycéennes » devient « lycéen·nes »). Autrement dit, un détail.

Pendant une quarantaine d’années, c’est un autre volet de ce langage qui avait fait débat : la « féminisation des noms de métiers et de fonctions ». Terminologie erronée et trompeuse, puisque le français possède tous les noms voulus pour parler des activités des femmes et qu’il faut juste les retrouver, après des siècles d’ostracisme : autrice, chirurgienne, défenseuse (des droits), écrivaine, lieutenante, maîtresse (des requêtes), pharmacienne, professeuse, rapporteuse (de lois)… Bataille presque gagnée, de nos jours, après la reddition de l’Académie dans son rapport du 28 février 2019.

 

Durant le même automne 2017, un autre pilier du langage non sexiste a fait du bruit, avec la parution du manifeste « Nous n’enseignerons plus que le masculin l’emporte sur le féminin » sur le site Slate.fr. Signé par 314 personnes chargées d’instruire enfants ou adultes, il rappelait que le français est équipé pour résoudre le « conflit » entre les termes féminins et masculins appelant un adjectif commun : l’accord de choix (avec celui qui semble le plus important) ou l’accord de proximité (avec celui qui est le plus proche).

Faire reculer le masculin générique

Le langage inclusif exige encore qu’on en finisse avec l’usage du mot « homme » pour désigner l’humanité – qui est aussi composée de femmes, d’enfants, d’intersexes… donc d’humains. Changement que l’Etat français aurait dû admettre dès 1948, lorsqu’il signa la Déclaration universelle des droits humains de l’ONU, dont le titre enregistrait l’immense progrès du XXe siècle : l’accès des femmes à la citoyenneté.

Le dernier objectif est de faire reculer le masculin dit « générique » – version républicaine et pseudo-scientifique du « genre le plus noble » cher aux amis de Richelieu. C’est lui qui est visé avec la pratique des doublets, abrégés ou non. Faut-il dire « Françaises et Français », « citoyennes et citoyens », « téléspectatrices et téléspectateurs » ? C’est oublier qu’en français, le masculin joue le même rôle que le neutre dans d’autres langues. « Français », « citoyens » et « téléspectateurs » désignent indifféremment les deux sexes, écrivait Alain Peyrefitte dans Le Figaro du 23 juin 1984.

La question du capital humain

La question du capital humain

Jean-Marc Daniel, économiste, évoque la nécessité de mieux prendre en compte la question du capital humain ( dans l’Opinion)

Tribune

A une époque où les dirigeants n’ont à la bouche que le mot compétitivité, c’est-à-dire la comparaison du coût du travail entre concurrents, il est important de prendre de la hauteur et de ne pas voir dans la rémunération du travail uniquement un coût. Naguère, certains économistes avaient popularisé, au travers de la référence à Ford, l’idée que l’entreprise devait voir dans ses salariés, non seulement des producteurs, mais aussi des clients potentiels. Pour ces économistes, l’entreprise a intérêt à se montrer généreuse en matière salariale car en distribuant du pouvoir d’achat, elle s’assure des débouchés.

Cette idée était en fait assez simpliste dans la mesure où, heureusement pour Ford, ses ventes ne se sont pas limitées à ses personnels. Elle a néanmoins permis de dépasser les visions réductrices du salaire en préparant la théorisation de ce que l’on appelle le « salaire d’efficience ».

Productivité. Parler de salaire d’efficience revient à substituer à la compétitivité la productivité, c’est-à-dire la mesure de l’efficacité du travail. C’est elle dont Jean Fourastié, l’auteur de la célébrissime formule des « Trente glorieuses », a fait la clé de la croissance. La productivité repose d’abord sur le progrès technique, sur l’efficacité accrue des machines et leur capacité à remplacer les hommes. Car il doit être clair que le mérite du progrès technique est de supprimer des emplois dans tel ou tel secteur économique, mais en pratique des emplois souvent fastidieux et pénibles, et ce afin d’en permettre la création dans d’autres secteurs.

Gary Becker définit ce capital humain comme un facteur de production à part entière, où s’agrègent compétence, expérience et volonté de se réaliser

La productivité repose ensuite sur l’usage que font les hommes des machines. C’est là que l’on retrouve le salaire d’efficience. L’usage de cette expression sert à affirmer que le lien entre la productivité et le salaire est dialectique : une productivité élevée permet de verser des salaires élevés, et symétriquement, des salaires élevés motivent les salariés et améliorent leur implication dans leur travail et dans la maîtrise des outils dont ils disposent, ce qui augmente leur productivité.

Prix Nobel d’économie en 1992, Gary Becker avait été récompensé pour une vision encore plus large de la gestion des ressources humaines fondée sur la notion de « capital humain ». Il définit ce capital humain comme un facteur de production à part entière, où s’agrègent compétence, expérience et volonté de se réaliser. Il s’acquiert par l’éducation et s’entretient par la formation. Il obéit à une logique de gestion qui n’est pas celle du capital physique mais où le respect de l’activité de chacun conduit à des rémunérations fixées en conformité avec sa productivité intrinsèque.

Au total, on peut affirmer que, dans une entreprise, la gestion des ressources humaines ne se saurait se limiter à généraliser le « cost-killing », à éviter les conflits et à amortir les frustrations. Une entreprise qui mène parfaitement sa barque sociale augmente son profit car un salarié en paix avec son environnement est plus productif.

Jean-Marc Daniel est directeur de la revue Sociétal.

L’avenir agricole en question (Sébastien Abis)

L’avenir agricole en question (Sébastien Abis)

 

 

Sébastien Abis est directeur du Club Déméter et chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Il est aussi codirecteur de l’ouvrage annuel Le Déméter, qui explore les grandes thématiques agroalimentaires mondiales, dont la prochaine édition est prévue en février. Il propose, avec la série Le dessous des tables​, une prise de hauteur sur les défis agricoles et alimentaires. Il vient de publier une Géopolitique de l’Agriculture (Ed. Eyrolles). Chronique dans l’Opinion.

L’année 2020, pourtant si exceptionnelle, n’a pas eu d’impact sur la performance structurelle que la France réalise en matière d’exportations agricoles et agroalimentaires. A 62 milliards d’euros, elles représentent 15% du total des exportations nationales.

Ce résultat agricole et alimentaire ne cesse de progresser depuis vingt ans. En 2000, les exportations du secteur représentaient 10 % de notre commerce extérieur. C’était 12 % en 2010, année où le montant dépassait pour la première fois la barre des 50 milliards d’euros. Il n’a plus jamais été en dessous depuis. La dynamique s’explique par la hausse des volumes, mais aussi par le renchérissement du prix de certains produits depuis le début de ce siècle.

Le marché mondial a faim : la planète compte deux milliards d’habitants de plus qu’au début de ce nouveau millénaire. Avec au passage une croissance significative de la taille des classes moyennes mondiales, notamment asiatiques, qui réclament des quantités, mais aussi de la qualité pour leur consommation alimentaire. Des vents porteurs pour la France agricole et agroalimentaire qui bénéficie d’une image d’excellence à l’étranger.

« Au niveau géographique, l’année 2020 ressemble aussi aux tendances lourdes de ces dernières années : 53 % des exportations se font à destination d’Etats membres de l’Union européenne »

Vins et spiritueux. En 2020, le montant des exportations agricoles et agroalimentaires, 62 milliards, dépasse de loin celui enregistré par l’automobile (40 milliards), l’aéronautique ou la pharmacie (35 milliards d’euros chacun). La ventilation est assez fidèlement polarisée sur les produits et pays clefs du commerce agricole et agroalimentaire de la France. Les boissons (vins et spiritueux) assurent le quart de ces exportations. Arrivent ensuite les céréales, brutes et transformées, qui représentent 17 %. Le lait et les produits laitiers pèsent 10 %, suivis du segment fruits et légumes qui compte pour 9 % (en intégrant les produits transformés). Parmi les autres principaux secteurs, les viandes et abats (5 %), les huiles et oléagineux (3 %) et le sucre (3 %). Nous pourrions aussi mentionner le cas spécifique de filières moins dominantes, comme les semences (1,5%) qui confèrent un poids stratégique à la France, leader mondial à l’export sur ce segment. Tous ces produits tirent depuis deux décennies la performance agricole et agroalimentaire du pays à l’international.

Au niveau géographique, l’année 2020 ressemble aussi aux tendances lourdes de ces dernières années : 53 % des exportations se font à destination d’Etats membres de l’Union européenne (UE). Cinq d’entre eux assurent la moitié de ces flux : Allemagne (11 %), Belgique (10 %), Italie (8 %), Espagne (8 %) et Pays-Bas (6 %). Hors UE, la France exporte principalement au Royaume-Uni (9 %), aux Etats-Unis (7 %), en Chine (5 %). Dans le top 15 des destinations françaises figurent sept Etats membres de l’UE et neuf pays européens, ce qui révèle l’importance des marchés extra-communautaires. Il faut également noter les éléments suivants : l’Afrique dans son ensemble pèse 6 % (plus que la Chine…), le Moyen-Orient 3% et la Russie 0,5% seulement.

«I l faut souligner que la France, au niveau mondial, est passé du deuxième au septième rang des pays exportateurs agricoles et agroalimentaires entre le début des années 1990 et 2020. Notre part de marché, sur cette période, s’est affaissée, passant de 9 % à 3 % »

Pénurie de main-d’œuvre. Revenons sur ce chiffre de 62 milliards d’exportations pour 2020. Un quart provient des produits agricoles. Avec près de 47 milliards d’euros, l’agroalimentaire domine largement. C’est le premier secteur industriel de France : il représente 20% de son tissu économique et emploie directement un demi-million de personnes. A l’heure où l’on parle de réindustrialisation du pays, il serait opportun de maintenir les secteurs déjà dynamiques. Or, l’agroi-ndustrie est menacée de pénurie de main-d’œuvre : 30 000 emplois seraient actuellement non pourvus. Le travail en usine, en milieu rural et dans l’industrie agroalimentaire n’attire que très peu. Et pourtant les conditions s’y améliorent et l’on devrait revaloriser tous ces métiers productifs dès le plus jeune âge. Si la France entend créer de l’emploi dans des zones rurales et dans l’industrie, elle aura besoin de compétences et de nouveaux talents au service de cette souveraineté productive et de circuits courts solides dans la durée.

Si ces chiffres doivent être appréciés à la hauteur de ce qu’ils génèrent en termes d’économie, d’emploi et de rayonnement, il faut les remettre en perspective. D’abord, la France importe aussi des produits agricoles et agroalimentaires. Le montant a doublé en deux décennies, atteignant 56 milliards en 2020, soit 11 % du total des importations françaises. Dans ces achats, 80% sont de l’agroalimentaire (produits de la mer, produits à base de viande ou de fruits et légumes, chocolats et confiseries, etc.) et 85% des protéines aquatiques consommées proviennent de l’importation. Le développement de l’aquaculture peut être l’un des axes phares dans la stratégie de reconquête de souveraineté alimentaire pour les secteurs où la France est réellement fragile.

Certes, la France dispose d’une balance commerciale excédentaire en agriculture et dans l’agroalimentaire, mais ce solde de 6 milliards d’euros en 2020 est le plus faible enregistré depuis le début du millénaire. La plupart des années ont connu un excédent supérieur à 10 milliards, avec même en 2012 un pic à 13 milliards. Nous observons une érosion de cette balance commerciale depuis 2016. La France perd surtout en compétitivité sur les marchés communautaires alors qu’elle progresse sur le grand large. Nous sommes le premier exportateur agricole et agroalimentaire européen vers les pays tiers, mais le troisième vers les pays membres de l’UE. Néanmoins, il faut souligner que la France, au niveau mondial, est passé du deuxième au septième rang des pays exportateurs agricoles et agroalimentaires entre le début des années 1990 et 2020. Notre part de marché, sur cette période, s’est affaissée, passant de 9 % à 3 %.

« Comment éviter que la mise en place de mécanismes d’ajustement carbone aux frontières, prévus par l’UE, ne provoque des mesures en miroir de la part de pays qui feraient alors le choix de ne plus s’approvisionner en Europe? »

Filières vulnérables. A l’heure où la crise Covid recentralise l’agriculture et l’alimentation parmi les secteurs stratégiques à soutenir, pour qu’ils puissent être performants avec constance tant ils déterminent la sécurité collective d’une nation, il apparaît sans doute nécessaire de réfléchir à ces chiffres du commerce. La France peut-elle réduire certaines importations, relocaliser quelques productions, agricole ou de transformation, et si oui comment faire en sorte qu’une ardeur joyeuse s’en dégage ? Autrement dit, comment garantir des revenus aux agriculteurs de certaines filières vulnérables vis-à-vis de concurrence étrangère et comment faire en sorte que les consommateurs consentent (ou puissent) à payer plus cher leur nourriture ?

Cela pose aussi la question des ressources : financières pour investir dans l’innovation, le développement industriel et les transitions de pratiques ; humaines pour avoir des personnes qui travaillent dans un secteur aujourd’hui peu attractif. En outre, comment éviter que la mise en place de mécanismes d’ajustement carbone aux frontières, prévus par l’UE, ne provoque des mesures en miroir de la part de pays qui feraient alors le choix de ne plus s’approvisionner en Europe ? Un débat difficile, dans lequel il semble toutefois indispensable d’inclure une réflexion économique et géopolitique, puisque l’exportation agricole et agroalimentaire fait aussi partie des atouts de l’Europe et de la France pour créer de la valeur sur le continent, exister dans la mondialisation et contribuer aux besoins de certaines régions. A moins que l’on décrète que notre seul horizon doive être celui du marché communautaire ? Espérons alors que l’UE ne se délite pas à son tour et préparons-nous à un monde encore plus instable et moins solidaire.

Agriculture: la question du foncier

Agriculture: la question du foncier

 

Jean Viard, sociologue, évoque bouleversement démographique en cours dans le monde agricole  mais  évoque aussi la question centrale du foncier

La moitié de près de 450 000 agriculteurs français partira en retraite d’ici à dix ans. Il va falloir renouveler profondément ceux qui font l’alimentation française. C’est un bouleversement profond !

Oui, mais il faut le relativiser. Tous les agriculteurs ne sont pas des descendants de paysans sur plusieurs siècles. La France agricole a déjà connu, dans son histoire contemporaine, deux grandes vagues de renouvellement. Après la Première guerre mondiale, il y avait en France 300 000 jeunes veuves, sans compter toutes les jeunes filles qui avaient perdu leur promis. Les bras d’hommes manquaient aux champs. Certaines jeunes femmes sont devenues ouvrières agricoles, mais des hommes sont aussi venus d’ailleurs en Europe, de Belgique notamment, ou des ruraux non agricoles. Après la Seconde guerre mondiale, le nombre de fermes a fondu, passant de 3 millions en 1945 à 440 000 aujourd’hui. Il y a donc eu peu d’arrivants sur la période, la tendance étant plutôt que les fermes « se mangent » les unes les autres. Mais tout de même : beaucoup de main-d’œuvre saisonnière venait d’Espagne, d’Italie, notamment dans les régions de vignes. Et comme les mères des familles paysannes poussaient les filles à partir vers la ville pour accéder au « propre », au « moderne », c’est par les filles des travailleurs saisonniers – qui épousaient les héritiers locaux – que s’est fait le renouvellement. L’idée du groupe ancestral, homogène, est donc à nuancer, même s’il reste fondateur.

La ruralité, la France paysanne, restent-elles néanmoins la base de l’identité nationale ?

Le modèle politique de la France, dès 1870 après la commune de Paris, s’est appuyé sur un nombre important de paysans qui, alliés aux bourgeois des villes – la France des propriétaires –, devait soutenir la « République paysanne » face aux mouvements ouvriers des villes. Et depuis, les paysans français ont fait, chaque fois, ce que la République leur a demandé de faire. Sous la IIIe République, être propriétaire, chef de famille, conseiller municipal et soldat. Garantir donc la République, tenir les 36 000 communes, et mourir à la guerre, puisque des bataillons entiers de jeunes paysans ont peuplé les tranchées quand l’Allemagne envoyait ses ouvriers. La France a fait alors le choix d’un peuple agricole nombreux pour des raisons politiques, peu productif car sur des fermes trop petites. Et c’est ce qui explique la colonisation « par la terre », en particulier en Algérie : il fallait importer une alimentation produite en quantité insuffisante sur notre sol.

«Le modèle agricole qui aujourd’hui pose problème fut une victoire paysanne, au nom de l’indépendance alimentaire d’une nation marquée par les pénuries de la guerre et par la décolonisation»

En quoi cela explique-t-il aussi la suite de l’histoire agricole française ?

Il a fallu conquérir « l’indépendance alimentaire » après 1962, pendant gaulliste de « l’indépendance par le nucléaire ». D’où le développement de l’agriculture « chimique» et technique, remembrement, arasement des haies, concentration des fermes… Le modèle agricole qui aujourd’hui pose problème fut une victoire paysanne, au nom de l’indépendance alimentaire d’une nation marquée par les pénuries de la guerre et par la décolonisation. On ne doit pas oublier pourquoi les paysans se sont lancés dans ce modèle, ce qui explique qu’il soit difficile, pour un certain nombre d’agriculteurs âgés, de remettre en cause cet héritage, car c’est ce qu’ils ont appris de leurs pères qui, eux, étaient très fiers du travail accompli. A juste titre. Dans cette optique, les agriculteurs ont recherché depuis un demi-siècle à faire toujours plus moderne – avec les machines, le confort, la propreté, l’investissement technologique – pour ne plus être considérés comme des « ploucs ». Mais la grande « méditation collective » créée par la pandémie change les choses. Des centaines de milliers de gens vont changer de vie, de métier, déménager. Une sorte de Plouc Pride (Valerie Jousseaume, éditions de l’Aube) émerge. Nos attentes vont être de ne pas avoir souffert pour rien et que cela ne se renouvelle pas. La pression pour une lutte radicale contre le changement climatique s’accélère. Les sondages sont déjà très nets. On va se détacher de la modernité pour s’intéresser à l’esprit des lieux, à l’unicité des terroirs, à l’art de vivre mais dans un environnement numérique et hyper connecté. Le futur est coopération et limites, local et connexions.

Cela avait déjà commencé avec l’arrivée de nouvelles générations qui font un retour à la terre. Qui sont les « nouveaux agriculteurs» ?

Un quart des nouveaux arrivants ne sont pas des successeurs directs. Mais il y a parmi eux beaucoup d’héritiers au deuxième degré, des petits-fils d’agriculteurs… Ils ont fait des études commerciales ou numériques. Ils développent des exploitations en prenant la question dans le sens inverse de ce qui a été fait jusqu’ici : ils pensent « qu’est-ce que les consommateurs ont envie de manger ? » Penser à l’utilisateur en premier, c’est un changement radical de paradigme pour l’agriculture ! Et cela se matérialise dans la petite transformation, le circuit court, la vente directe, le marché paysan, l’Amap, le bio… Cela permet au client de remettre un visage sur l’aliment et bouscule tout le monde agricole. Les coopératives, démonétisées, ont dû recommencer à parler de qualité, à se réapproprier l’esprit des lieux qui relie le terroir à la nourriture. Cette démarche, du consommateur au champ et non du champ au consommateur, a beaucoup d’avenir.

C’est une agriculture qu’on met en avant, qui fait rêver, mais ce n’est pas toute l’agriculture !

Non ! Elle ne peut pas répondre à toutes les attentes. Il y a une agriculture de « matière première » (soja, blé, maïs, lait, patates…) qui doit être fournie en grande quantité et peu chère. C’est d’ailleurs l’histoire de la Politique agricole commune. La nourriture est la première garantie que le politique doit donner à la population. Et comme la France n’a pas fait le choix, comme le Japon ou la Grande-Bretagne, d’externaliser son agriculture, elle aura toujours besoin de grandes productions. Ce qui va changer c’est la place de l’élevage, de la viande. Les préoccupations environnementales poussent à sa réduction. On mangera sans doute plus de carottes-boeuf que de boeuf-carottes, comme dit Thierry Marx.

L’agriculture reste-t-elle un métier d’avenir ?

Elle est d’autant plus un métier d’avenir qu’une bataille considérable s’est engagée, avec un changement nécessaire de modèle. L’agriculture doit s’ouvrir au captage du carbone, au bois, à la biomasse, à l’énergie éolienne ou solaire, à la protection des paysages et des écosystèmes. La ville a beau être prise dans sa révolution « écolo-bobo-bicyclette», penser qu’elle peut subvenir seule à ses besoins avec l’agriculture urbaine, cela reste une illusion : Paris consomme, par exemple, 3 millions d’œufs par jour… On verra, en revanche, de nouvelles formes agricoles émerger. Je plaide pour la naissance de 40 000 fermes communales qui serviront les besoins locaux des écoles, comme à Mouans-Sartoux par exemple. Nous aurons sans doute, bientôt, 100 000 fermes bio. De nombreux agriculteurs cultivent déjà sans labours, dans le respect des sols. Ce sont ces projets nombreux qui doivent nous rassembler autour du soin au corps charnel de la patrie, composée de 53 % de terres arables et de 20 % de forêts. Le métier va de plus en plus devenir ultra-technique, qualitatif. Il va falloir investir beaucoup dans la recherche de nouveaux outils, dans la surveillance des champs depuis l’espace, la formation continue… Les savoirs ont changé. Avec l’arrivée de nouvelles générations, on apprend désormais dans les livres autant que dans les champs. Une libération des carcans de la transmission familiale. La chance de l’agriculture est dans le renouvellement des générations !

Vous récusez une certaine spécificité de l’agriculture…

Il faut arrêter de dire que c’est un métier de fils de paysan et plutôt le considérer comme un métier comme un autre. On peut l’apprendre, exactement comme les autres ; il faut développer des pépinières agricoles comme on développe des pépinières d’entreprises, avec des accompagnements de projets, comme pour les start-up. Cela reste, toutefois, un métier contraignant, où on travaille quand la nature a besoin, quel que soit le temps, ce qui est une différence fondamentale avec la société urbaine, société de l’intérieur qui ne sort que quand il faut beau.

Comment régler la question cruciale du foncier ?

La nouvelle agriculture se heurte à cette question. Les jeunes agriculteurs ne peuvent plus passer leur vie à racheter le sol, cela ne peut pas être un objectif. Ceux qui entrent ne doivent pas porter cette charge, bien trop lourde. C’est un énorme capital immobilisé et s’en libérer permettrait un travail plus qualitatif sur l’innovation et les marges. Il faut réfléchir à des coopératives foncières régionales qui reprendraient les terres en viager pour les louer. Peut-être avec des actionnaires ruraux ou résidents secondaires, le bail pouvant être très long et même transmissible. Il y a de nombreux pays en Europe, comme l’Allemagne, où les paysans ne sont pas propriétaires de la terre. La terre est aussi un enjeu symbolique : séparer le foncier du paysan, c’est aussi faciliter les arrivées, et rompre avec la logique selon laquelle si on n’est pas de la famille ou du milieu, on n’a pas sa place.

La question environnementale hypothéquée par dans la politique étrangère de l’Europe

La question environnementale hypothéquée par dans la politique étrangère de l’Europe 

 

Cinq experts observent, dans une tribune au « Monde », que l’objectif européen de neutralité carbone pour 2050 va modifier profondément les relations de l’Union avec les pays étrangers fournisseurs d’énergie, dont certains devront céder la place à de nouveaux venus.

 

Tribune.

 

L’objectif de neutralité climatique de l’Union européenne (UE) d’ici à 2050, le « Green Deal » [« pacte vert »], n’est pas seulement un exercice révolutionnaire de modification des habitudes du continent en matière d’énergie, de consommation et de voyage. Il implique également des changements majeurs dans la politique étrangère et les relations diplomatiques de l’Europe.

Aujourd’hui, environ 70 % du bouquet énergétique de l’UE continuent de reposer sur les combustibles fossiles, tandis que les énergies renouvelables représentent moins de 15 %. Cette situation va complètement changer au cours des trente prochaines années si le Green Deal européen est couronné de succès.

Une baisse massive de la consommation de combustibles fossiles restructurera les relations de l’UE avec ses principaux fournisseurs, notamment la Russie, l’Algérie, l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan et la Libye, dont les économies dépendent fortement des exportations d’énergie vers l’Europe. La fin de la dépendance de l’Europe à l’égard des combustibles fossiles leur porterait préjudice et pourrait même déstabiliser leurs gouvernements.

 

Comme l’Europe représente environ 20 % des importations mondiales de pétrole brut, une forte baisse de la demande européenne affecterait aussi le marché mondial du pétrole en faisant baisser les prix, ce qui nuirait même aux producteurs qui exportent relativement peu d’énergie vers l’Europe, comme l’Arabie saoudite. 

Dans une étude récente, nous avons décrit comment les effets géopolitiques du Green Deal européen se feront sentir au-delà des marchés de l’énergie (« The geopolitics of the European Green Deal », Bruegel, 2 février 2021). Les industries européennes s’inquiètent de leur compétitivité par rapport à leurs homologues étrangères, car elles devront payer des prix plus élevés pour le carbone et se conformer à des lois environnementales plus strictes.

Le Green Deal européen protégerait ces entreprises en introduisant un mécanisme dit « d’ajustement aux frontières », ou un tarif sur les biens importés basé sur leur contenu en carbone, équivalent au prix du carbone national. Une telle mesure aura inévitablement des répercussions sur les flux commerciaux et la politique mondiale.

 

Si certains pays seront désavantagés par le Green Deal européen, d’autres en bénéficieront. Une Europe plus verte devrait importer davantage de produits et d’intrants énergétiques propres. La Chine en bénéficierait, car elle domine le marché des minéraux dits de terres rares, qui sont essentiels pour les éoliennes, les moteurs de véhicules électriques et les applications dans d’autres domaines des technologies propres. 

La question de l’élitisme des Grands corps de l’État

La question de l’élitisme des Grands corps de l’État  

Comment faire évoluer le processus de sélection de ce système « élitiste » qui par construction tend à reproduire, stabiliser et entretenir un certain mode de pensée et d’action ? N’est-il pas temps de reconcevoir les voies de constitution d’une « élite » dans et pour le monde actuel ? Interroge Michel Paillet, docteur en sciences économiques, co-fondateur du cabinet Cognitive Companions.( l’Opinion)

 

L’État est servi au quotidien par des femmes et des hommes qui composent ses « corps ». Au plus « haut » niveau de notre appareil étatique se situent les « grands » corps, accessibles par un concours de catégorie A de la fonction publique. Comme l’indique le choix des mots qu’elle emploie elle-même, cette « élite » a été sélectionnée et hiérarchisée de façon militaire par « grade » à l’issue d’un apprentissage exigeant souvent mené dans les établissements les plus prestigieux. Ces corps regroupent les fonctionnaires par catégorie d’activités jugées utiles pour l’intérêt collectif au cours du temps : polytechniciens (à l’origine ingénieurs pour l’artillerie, la marine, les mines ou la construction des ponts et des chaussés), énarques administrateurs pour gérer les finances, le budget et le droit administratif, enseignants, experts des impôts…

Pour ceux qui n’en font pas partie, cette « élite » fait l’objet de nombreux phantasmes de richesse, d’opulence et de passe-droits. Vus de l’extérieur, ce sont des gilets d’or. Pourtant et par construction, il s’agit avant tout d’hommes et de femmes qui ont fait le choix de servir l’intérêt collectif plutôt que de suivre les sirènes internationales du privé, prêt à payer ces talents rares beaucoup plus que ne pourra jamais le faire l’État français.

Pour ceux qui font partie de ces « corps », l’épreuve des fonctions successives menées au service de « l’intérêt collectif » peut engendrer des souffrances personnelles. Nombre d’entre eux sont victimes d’une certaine forme de désynchronisation entre un temps politique court (et toujours plus réduit par les périodes de passivité liées aux campagnes) et un temps administratif beaucoup plus long. Conduire des réformes à horizon long fait sens pour le pays, mais cela ne peut aboutir si la condition de la réussite dépend d’une réélection.

 

La plupart des porteurs de projets voient donc régulièrement leur travail réduit à néant non pour une raison collective, mais bien pour satisfaire des intérêts politiques de court terme. Devant l’énergie personnelle investie et le sentiment du peu de résultats obtenus, l’engagement peut s’essouffler et laisser progressivement place à un sentiment d’impuissance, de frustration et d’abandon. Lorsque le sens investi dans l’intérêt collectif s’effrite, lorsqu’il n’est plus soutenu par le regard des autres citoyens, la personne au plus haut potentiel peut éprouver un malaise voire un sentiment d’absurde. Alors l’énergie enthousiaste au service de l’autre cède la place à la roue libre, à l’inertie et au découragement. De tels sentiments sont ressentis à tous les niveaux de l’administration française. Ils se chuchotent et se murmurent. Ils ne se disent pas. En résulte un constat général de gâchis de toutes ces intelligences.

Emmanuel Macron, François Hollande, Jacques Chirac, Valéry Giscard d’Estaing, mais aussi Édouard Philippe, Dominique de Villepin, Lionel Jospin, Alain Juppé et tant d’autres… nombreux sont les présidents et les chefs du gouvernement qui sortent de l’ENA (École Nationale de l’Administration). La plupart des hauts fonctionnaires sont également passés par les classes préparatoires parisiennes les plus prestigieuses et les mêmes grands corps de l’État. Une récente étude de l’Institut des Politiques publiques sur la démocratisation des grandes écoles en France souligne d’ailleurs l’étroitesse de la base de recrutement de ces établissements. Malgré les efforts fournis depuis plusieurs années, restent largement favorisés les étudiants masculins, issus de milieux privilégiés et originaires de Paris et de la région parisienne.

L’intelligence et les compétences des hauts fonctionnaires ne font pas de doute, mais la diversité de leur expérience pose question. Si tous les profils se ressemblent, un angle de vue monolithique tend à s’installer là où l’incertitude requiert précisément un échange dynamique entre des points de vue distincts. Deux raisons à cela : un cruel manque de porosité entre les secteurs public et privé, et un défaut d’interaction avec le terrain.

Le premier point est intrinsèquement lié au statut de fonctionnaire. La sécurité d’emploi à vie qu’offre la fonction a le désavantage de décourager toute prise de risque et volonté de mobilité vers des entreprises privées. Or, cela ne semble plus compatible avec le monde mouvant dans lequel nous vivons. Il apparaît nécessaire d’instaurer des mouvements de convection forte entre service public et entreprises privées, voire de les rendre obligatoires.

 

La deuxième difficulté réside dans une certaine forme de déconnexion entre les (hauts) fonctionnaires et ceux qu’ils sont censés servir : les citoyens. Cela peut créer une perte de la notion de réalité, qu’il convient de contrecarrer en créant plus de brassage, pour reconnecter les fonctionnaires à la réalité de terrain.

De ces échanges avec l’Autre, qu’il soit citoyen, acteur du secteur privé, fonctionnaire dans un autre domaine, etc., naîtront des modes de pensées pluriels et générateurs d’idées nouvelles.

Au sein des grandes écoles françaises, la pure connaissance cognitive – et plus particulièrement les mathématiques – est largement valorisée, au détriment d’autres sciences comme celles de la communication, de l’information ou de la gestion. A l’ENA elle-même, l’économie est parée d’une aura scientifique dont ne bénéficie pas le droit.

D’où nous vient cette croyance monodimensionnelle ?

Sans doute directement d’Auguste Comte et du courant de pensée qu’il a formalisé au XIXème siècle, connu sous le nom de « positivisme ». Cela consiste à considérer que tous les faits sont explicables par la science, sous forme d’observation ou d’expérience. Les mathématiques sont donc un langage qui permet d’expliciter une connaissance. Auguste Comte soutient ainsi que ce sont l’épistémologie et les sciences qui permettent l’émergence des technologies modernes. Dans une logique positiviste, la prise de décision revient aux scientifiques, qui sont les sachants, et est séparée de l’opération. Dit autrement, l’ingénieur pense le chantier quand les ouvriers exécutent les travaux. Cette culture est profondément ancrée en France, et notamment au plus haut niveau. Loin de nous l’idée de délégitimer les profils scientifiques au parcours dits d’excellence, car ils portent une expérience essentielle. Mais il faut reconnaître que les autres profils sont encore trop peu valorisés au sein des « élites ».

Dans le courant des années 70, l’émergence progressive d’une épistémologie nouvelle a permis l’avènement d’une autre façon de concevoir la connaissance. C’est le moment où certains phénomènes remettent en cause le système linéaire du positivisme. Le monde est toujours plus complexe et il n’est plus possible de dissocier décision et opération : c’est ce que les approches constructivistes mettent en évidence. Nous sommes désormais dans une logique d’adaptation permanente : celui qui met en exergue le processus cognitif est celui qui va prendre la décision, suivre la réalisation, analyser les résultats qui l’amèneront à prendre une nouvelle décision, et ainsi de suite. Cette dynamique en spirale est la réalité de notre quotidien.

Les modes de sélection, de formation et de progression des élites au sein des administrations publiques sont devenus obsolètes. Au regard des enjeux auxquels nous faisons face, ils sont même devenus contre-productifs. Ils tendent à mésuser de très forts potentiels dont l’investissement et l’engagement se gâchent, sans bénéficier opérationnellement aux citoyens. L’organisation de l’appareil est comme hors sol, déconnecté, se nourrissant d’elle-même et générant ses propres finalités.

Dans le contexte actuel, cette situation génère souffrance humaine et inefficience de l’action étatique. Les voies de réponse existent. Elles nécessitent une régénération en profondeur de la façon même dont s’organise l’interaction entre la gouvernance censée arbitrer et l’appareil d’État censé décliner et transmettre les orientations. Cette organisation ne peut plus être fondée sur une conception mécaniste « top-down » : les vitesses d’évolution de l’environnement imposent de resynchroniser à un rythme beaucoup plus élevé les décisions et les opérations. Comme un « corps », elles supposent une superposition de systèmes capable de répondre avec la réactivité adéquate. Comme un « corps », elles supposent une décentralisation de la responsabilité décisionnelle au niveau adéquat.

Le glissement de paradigmes semble déjà engagé, la régénération serait-elle en cours ? Auquel cas, il ne s’agirait plus que d’une question de temps, de volonté et d’énergie !

Vaccins : pour une remise en question de la propriété intellectuelle

En pleine pandémie, la spécialiste des questions de propriété intellectuelle, Gaëlle Krikorian, appelle, dans un entretien au « Monde », à une remise à plat de l’économie du médicament et à la nécessaire transparence des négociations.

Après une thèse de sociologie sur l’accès aux médicaments à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (Ehess), Gaëlle Krikorian a travaillé au Parlement européen comme conseillère sur les questions de propriété intellectuelle, puis à Médecins sans frontières où elle a défendu un accès équitable aux traitements essentiels partout dans le monde.

En mai 2020, l’Union européenne appelait à faire du vaccin anti-Covid-19 un « bien public mondial ». Dix mois plus tard, les États les plus riches se disputent les doses tandis que les autres pays patientent. Comment analysez-vous la situation ?

L’appel de politiques à ce que le vaccin soit un « bien public mondial » est d’une terrible naïveté ou d’une grande hypocrisie. Il y a un paradoxe dans le fait de répéter, de ce côté-ci de l’Atlantique, que la santé doit être considérée comme un droit supérieur, que l’accès aux médicaments est universel, alors que l’on traite les produits de santé avant tout comme des marchandises et qu’on se refuse à prendre des mesures radicales.

Avec le système de propriété intellectuelle tel qu’il est appliqué par nos pays, un produit pharmaceutique ne peut pas devenir ce qu’on appelle en économie « un bien public » accessible à chacun. Il existe des principes de rivalité, de monopole, et donc d’exclusion.

Le même paradoxe existe dans d’autres domaines comme la biodiversité, par exemple, considérée en théorie comme un « bien public mondial », couvert par un accord international, le protocole de Nagoya, adopté en 2010. Dans les faits, il est extrêmement difficile, voire impossible, de faire respecter un tel principe au niveau global. D’une part, les lobbys industriels s’y opposent de toutes leurs forces, et d’autre part, ce sont les Etats qui autorisent des firmes à s’approprier, par des droits exclusifs, des savoirs sur les plantes que partagent et préservent depuis des millénaires les populations locales.

Un autre concept, celui de « biens communs », me semble plus intéressant, parce qu’il repose sur l’organisation d’une gestion collective de la ressource pour assurer son existence et son accès. Mais il nécessiterait une approche radicalement différente de celle qui prédomine actuellement, afin de traduire le fait que la recherche est un effort collectif qui mobilise de nombreux d’acteurs.

Quel regard portez-vous sur les débats autour de la répartition des vaccins contre le Covid-19 ?

La façon dont on a collectivement développé ce vaccin pose deux questions éthiques. La première porte sur la valeur de la vie, selon la zone géographique où l’on habite. Un système est-il pertinent si une partie de la population mondiale ne peut pas se protéger de l’épidémie ?

La question de l’endettement public est hors sujet ?

La question de l’endettement public est hors sujet ?

Par Anton Brender ,chef économiste de Candriam Investors Group, considère dans les Échos que la question de l’endettement est hors sujet.( Cette simplification du débat n’est sans doute pas sans arrière-pensée, elle se complique quand les propositions viennent aussi bien de la gauche que des milieux financiers ; certains milieux financiers voient d’un bon œil une sorte de dette  perpétuelle  st sans limite qui assurerait une rente permanente au système bancaire NDLR)

 

La chronique d’Anton  Brender

 

Depuis bientôt un an l’Etat emprunte massivement pour aider ceux dont l’activité est entravée par les mesures prises pour contenir la pandémie. Qu’il n’ait pas hésité à le faire est une bonne chose. Son endettement croissant n’en suscite pas moins de vives inquiétudes. Qui va payer ces dettes ? Pourquoi la Banque centrale européenne (BCE) n’annulerait-elle pas celles qu’elle détient ? Le débat qui s’est engagé est nourri. Trop peut-être.

Car, il faut le rappeler, un Etat ne doit pas rembourser ses dettes : il doit seulement rester toujours capable d’en payer la charge d’intérêts. Or, s’il est vrai que le poids de notre dette publique n’a cessé de monter pour dépasser aujourd’hui celui de notre PIB, le poids de sa charge d’intérêts a été lui divisé par trois depuis le milieu des années 1990, pour tomber à moins d’un point de PIB ! Si la dette ne doit pas être remboursée et qu’actuellement nous nous endettons à des taux qui n’alourdiront pas notre charge d’intérêt, pourquoi nous battre pour obtenir de la BCE qu’elle tire un trait sur les titres d’Etat qu’elle détient ?

 

 

Ne pas réduire la problématique environnementale à la seule question climatique

Ne pas réduire la problématique environnementale à la seule question climatique

L’effondrement de la biodiversité est l’indicateur le plus révélateur des atteintes environnementales faites à notre planète. Le réchauffement climatique, rappelle, dans une tribune au « Monde », Christian Amblard, directeur de recherche honoraire au CNRS, ne doit pas masquer les autres causes de la destruction du vivant.

Tribune. Une confusion, porteuse de conséquences potentiellement graves, s’est durablement installée dans le débat public au sujet des préoccupations environnementales actuelles. Elle consiste à considérer que le dérèglement climatique est la seule urgence environnementale, de portée véritablement globale.

Cette confusion, faite sans doute de bonne foi par une grande partie de l’opinion publique, est habilement entretenue par d’autres. Pour ces derniers, cela leur permet de ne pas avoir à répondre de leurs activités destructrices et souvent cupides. Circonstance aggravante, cette confusion est abondamment relayée par de nombreux médias et par la plupart des responsables politiques.

 

L’urgence climatique est évidente et absolument pas secondaire. Bien au contraire, c’est la chronique d’une catastrophe annoncée qui déjà se manifeste très douloureusement, même si cela peut être observé de manière différenciée et différée dans le temps, selon les grandes zones géographiques terrestres. Mais lurgence environnementale ne se réduit pas à l’urgence climatique. 

Le vivant, indicateur des atteintes environnementales

Si le vivant disparaît actuellement sur notre planète, la principale raison n’en est pas, au moins pour le moment, le réchauffement climatique. Les premières causes d’effondrement de la biodiversité sur terre restent la destruction des habitats, les pollutions généralisées des écosystèmes et les destructions directes des espèces. Naturellement, ces différents facteurs interagissent et il en résulte une aggravation et une accélération des perturbations environnementales.

Mais c’est bien le vivant – que l’on peut quantifier au travers de l’évaluation de la dynamique de la biodiversité – qui est l’indicateur le plus intégrateur de toutes les atteintes environnementales faites à notre planète. Rappelons, à ce sujet, quelques chiffres qui ne font, par ailleurs, l’objet d’aucune contestation.

 

On note ainsi la disparition de 68 % des effectifs des espèces de vertébrés sauvages entre 1970 et 2016 (Indice Planète Vivante – Rapport WWF 2020), de 78 % des effectifs d’insectes volants en trente ans (revue Nature, 2017) et de 55 % des effectifs d’oiseaux en vingt-cinq ans sur le territoire français (étude CNRS et Muséum d’histoire naturelle, 2018). La population du lion d’Afrique a décru de 80 % en un siècle (information de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et une baisse de 400 millions d’oiseaux en Europe et de 3 milliards aux USA a été notée au cours des trente dernières années. Plus généralement, il est admis qu’une espèce animale ou végétale disparaît toutes les 20 minutes sur notre planète. 

Intelligence artificielle : la question de l’éthique pour Google

Intelligence artificielle : la question de l’éthique pour Google

Pour Google comme pour la plupart des grands du numérique intervenant dans le domaine de l’intelligence artificielle la problématique est de rechercher une éthique compatible avec les développements commerciaux immenses. De ce point de vue, Google tente avec un peu de mal de prendre en compte la problématique complexe des conséquences considérables des algorithmes sur nombreux de dimensions de la vie professionnelle et de la vie privée. (Un papier du Wall Street Journal)

Au cours des dix-huit derniers mois, la maison mère de Google a dû faire face à une succession de controverses impliquant ses meilleurs chercheurs et dirigeants dans le domaine.

Le mois dernier, Google s’est séparé d’une éminente chercheuse en IA, Timnit Gebru. Elle avait dénoncé, dans une étude, l’approche de l’entreprise en matière d’IA et s’était plainte auprès de ses collègues des initiatives de l’entreprise en matière de diversité. Ses recherches concluaient que Google n’était pas assez vigilant dans le déploiement d’une technologie aussi puissante et qu’il était indifférent à l’impact environnemental de la conception de superordinateurs.

M. Pichai s’est engagé à mener une enquête sur les circonstances de son départ et a déclaré qu’il allait chercher à rétablir un climat de confiance. Le patron de Mme Gebru, Jeff Dean, a affirmé aux employés qu’il jugeait que ses recherches n’étaient pas suffisamment rigoureuses.

L’approche d’Alphabet en matière d’IA est scrutée de près car le conglomérat est communément considéré comme le leader du secteur en termes de financement de la recherche — interne et externe — et de développement de nouvelles utilisations, qui vont des enceintes intelligentes aux assistants virtuels, pour cette technologie

Depuis, près de 2 700 employés de Google ont signé une lettre ouverte affirmant que le départ de Mme Gebru « augure d’une menace pour les personnes travaillant en faveur d’une IA éthique et intègre — en particulier les noirs et les gens de couleur — à tous les échelons de Google ».

La semaine dernière, Google a annoncé enquêter sur la codirectrice de son équipe chargée de l’IA éthique, Margaret Mitchell, soupçonnée d’avoir téléchargé et partagé des documents internes avec des personnes extérieures à l’entreprise. Mme Mitchell, qui a critiqué M. Pichai sur Twitter pour sa gestion des questions de diversité, n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

L’approche d’Alphabet en matière d’IA est scrutée de près car le conglomérat est communément considéré comme le leader du secteur en termes de financement de la recherche — interne et externe — et de développement de nouvelles utilisations, qui vont des enceintes intelligentes aux assistants virtuels, pour cette technologie. Ce secteur émergent soulève des questions complexes sur l’influence croissante des algorithmes informatiques dans un grand nombre d’aspects de la vie professionnelle et privée.

Google a cherché à se positionner comme un champion de l’IA éthique. « L’histoire est pleine d’exemples montrant que les bienfaits de nouvelles technologies ne sont pas garantis », avait déclaré M. Pichai lors d’une intervention devant un think tank à Bruxelles l’année dernière. « Si l’IA peut être source d’immenses promesses pour l’Europe et le monde, il existe de réelles inquiétudes sur ses conséquences négatives potentielles. »

La stratégie de développement de Google dans l’IA via des acquisitions a également amplifié ses difficultés en termes de management. De manière inattendue, Mustafa Suleyman, cofondateur de DeepMind, la division d’intelligence artificielle de Google basée à Londres, s’est vu enlevé fin 2019 la plupart de ses responsabilités de direction après avoir fait l’objet de plaintes pour intimidation de la part de membres du personnel, selon des sources bien informées.

DeepMind, que Google a acheté en 2014, a engagé un cabinet d’avocats indépendants pour mener une enquête sur les plaintes. Fin 2019, M. Suleyman a été muté à un autre poste de direction au sein de l’équipe d’IA de Google.

Dans un communiqué commun, DeepMind et Google ont confirmé la tenue d’une enquête sur le comportement de M. Suleyman mais ont refusé d’en révéler les conclusions. Ils se sont contentés d’indiquer qu’à la suite de l’investigation, il « a entamé un module de formation professionnelle — qu’il suit toujours — centré sur les sujets concernés, et ne gère plus de grandes équipes ». Les entreprises ont déclaré que dans le cadre de son rôle actuel de vice-président de la politique d’intelligence artificielle chez Google, « [M. Suleyman] fournit des contributions précieuses sur la politique et la réglementation en matière d’IA ».

En réponse aux questions du Wall Street Journal, M. Suleyman a précisé qu’il « acceptait les critiques affirmant qu’en tant que cofondateur de DeepMind, [il] dirigeait les gens trop durement et que [son] style de management n’était parfois pas constructif ». Il a ajouté : « Je m’excuse sans ambiguïté auprès de ceux qui ont été blessés. »

La nomination de M. Suleyman à un poste de haut niveau chez Google a contrarié certains membres du personnel de DeepMind, tout comme un tweet de M. Dean lui souhaitant la bienvenue dans ses nouvelles fonctions chez Google, selon des employés actuels et anciens.

« Je me réjouis de travailler plus étroitement avec vous », a écrit M. Dean dans ce tweet.

Contrairement au moteur de recherche de Google, où l’intelligence artificielle est utilisée pour réorganiser et faire remonter des informations existantes à caractère public, DeepMind se concentre surtout sur des questions de santé, comme le traitement de vastes quantités de données sur les patients afin de trouver de nouvelles méthodes pour combattre les maladies.

DeepMind peine à atteindre ses objectifs financiers. L’unité a subi une perte de 649 millions de dollars en 2019, selon le document officiel déposé au Royaume-Uni le mois dernier. Google, qui lui avait prêté plus d’un milliard de dollars au cours de la même période, a abandonné cette créance, indique ce rapport.

Google a essayé à plusieurs reprises de mettre en place une supervision plus étroite de ses projets d’intelligence artificielle, avec un succès mitigé.

Un conseil d’éthique externe sur l’IA créé par Google a été dissous au bout d’une semaine d’existence. Des employés avaient signé une pétition visant certains de ses membres, politiquement marqués à droite

Chez DeepMind, un comité d’évaluation indépendant censé contrôler cette filiale et produire un rapport public annuel, a été dissous fin 2018 après les protestations de ses membres qui considéraient ne pas disposer d’un accès complet aux recherches et aux projets stratégiques de l’entreprise.

Quelques mois plus tard, un conseil d’éthique externe sur l’IA créé par Google a également été dissous au bout d’une semaine d’existence. Des employés avaient signé une pétition visant certains de ses membres, politiquement marqués à droite. Un porte-parole de Google avait déclaré à l’époque que l’entreprise « allait trouver d’autres moyens pour obtenir des avis indépendants sur ces sujets ».

Si les projets de Google en matière d’intelligence artificielle remontent à au moins une décennie, ce secteur n’est devenu une division autonome sous la direction de M. Dean que depuis 2017. M. Pichai, en annonçant la création de cette nouvelle structure cette année-là, avait déclaré que l’intelligence artificielle serait au cœur de la stratégie et des activités de Google, et que l’informatique avancée — également appelée apprentissage automatique — serait déployée au sein de toute l’entreprise.

Pedro Domingos, professeur d’informatique à l’Université de Washington, estime que Google était bien conscient des nombreux pièges liés à l’IA. Il se souvient qu’il y a plusieurs années, au cours d’une discussion, le président du conseil d’administration d’Alphabet, John Hennessy, lui avait fait part de toute l’étendue de ses craintes à une période où le géant de la recherche intensifiait son développement dans le domaine.

M. Domingos ajoute que M. Hennessy lui avait également dit que si quelque chose tournait mal avec l’IA — même dans d’autres entreprises —, Google en serait tenu pour responsable.

« Un seul faux pas et tout nous explose au visage », avait confié M. Hennessy, selon M. Domingos. M. Hennessy affirme ne pas se souvenir des détails de la conversation, mais reconnaît que les propos rapportés par M. Domingos sont probablement exacts.

Une première faute a été commise en 2015, lorsque plusieurs utilisateurs noirs de Google ont eu la surprise de constater que la technologie d’intelligence artificielle du logiciel photo gratuit de la société avait automatiquement apposé le tag « gorille » sur un de leurs albums de photos humaines, en se basant sur la couleur de la peau.

Google s’est excusé, a réglé le problème, puis a publiquement assuré qu’il allait redoubler d’efforts pour mettre en place, en interne, des protocoles de sécurité afin de s’assurer que son logiciel était configuré de manière éthique.

« Google est la maman poule par excellence. Ses employés sont tellement choyés qu’ils se sentent en droit d’exiger toujours plus » sur la manière dont l’entreprise aborde l’IA et les problématiques qui y sont liées

Cette décision a nécessité le recrutement de chercheurs tels que Mme Gebru, l’ancienne codirectrice de l’équipe d’intelligence artificielle éthique de l’entreprise, qui s’est publiquement exprimée sur les limites des logiciels de reconnaissance faciale pour identifier les personnes à la peau plus foncée.

Elle faisait partie des centaines de collaborateurs qui ont produit des recherches sur l’IA, parfois avec des institutions universitaires. Contrairement aux autres ingénieurs de Google, le groupe dédié à l’IA fonctionnait davantage sur le modèle d’un département académique : il était chargé de débattre de questions plus générales plutôt que de résoudre des problèmes sur des produits déterminés.

Reuters a révélé ultérieurement qu’avant le départ de Mme Gebru, Google avait lancé une étude sur des sujets sensibles et, dans au moins trois cas, avait demandé à son personnel de ne pas présenter sa technologie sous un jour négatif. Google a refusé de faire des commentaires à ce sujet.

Mme Gebru et M. Dean n’ont pas répondu aux demandes de réactions dans le cadre de cet article.

Google a déclaré que ses avancées en matière d’intelligence artificielle ont permis la rapidité et la précision des résultats de son moteur de recherche — et la pertinence des publicités.

M. Domingos estime que la plupart des problèmes de Google liés à l’IA sont imputables aux principes de management de l’entreprise, et ajoute que c’est la science, et non l’idéologie, qui devrait guider les débats éthiques.

« Google est la maman poule par excellence », poursuit-il. « Ses employés sont tellement choyés qu’ils se sentent en droit d’exiger toujours plus » sur la manière dont l’entreprise aborde l’IA et les problématiques qui y sont liées.

Le départ de Mme Gebru illustre le défi que doit relever la direction de Google : les deux parties ne sont même pas d’accord sur le fait de savoir si elle a démissionné, ce que prétend la société, ou si elle a été licenciée pendant ses vacances, comme l’intéressée l’affirme.

Traduit à partir de la version originale en anglais

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol