Archive pour le Tag 'qu’en'

Mécontentement social « plus fort » qu’en 1995, (Michel Pigenet)

Mécontentement social « plus fort » qu’en 1995, (Michel Pigenet)

 

Michel Pigenet, professeur émérite d’histoire contemporaine (Paris I), dans un entretien à l’AFP, estime que le mouvement du 5 décembre n’est pas comparable à la situation de 1995, cependant que le mécontentement social est encore plus important. À cela s’ajoute aussi une crise politique caractérisée par une mise en question du système de représentation et des institutions qui paraissent un peu usés.

Les syndicats, notamment la CGT, font un parallèle entre cette mobilisation et celle de 1995, est-ce justifié?

 

MICHEL PIGENET - Ni politiquement, ni socialement et ni syndicalement.

Politiquement, en 1995, Jacques Chirac vient d’être élu après une campagne menée sur le thème de la « fracture sociale ». Il prend à contre-pied l’opinion en lançant une réforme qui ne figurait pas dans son programme. Aujourd’hui, le projet, inscrit dans le programme d’Emmanuel Macron, arrive à la moitié du quinquennat.

 

En 1995, les forces politiques au pouvoir ont un long passé. Le personnel politique en place aujourd’hui, à commencer par l’exécutif, manque sérieusement d’enracinement, sinon d’épaisseur, et, plus grave, de cette expérience qui permet de sentir, de manœuvrer, de négocier.

Socialement, cette tentative de réforme vient après plusieurs autres généralement menées à bien, mais non sans protestations d’envergure et contre l’avis d’une large partie de la population. Que ce soit en 2003, 2008, 2010, 2016 et 2017. En 1995, Chirac et Juppé ont mis le feu aux poudres par « oubli » de précédents historiques. La dernière tentative de réforme des régimes spéciaux remonte à 1953. Le gouvernement se retrouva avec un mouvement de grève spectaculaire – jusqu’à 4 millions de grévistes – paralysant le pays pendant trois semaines et fut contraint de reculer. En 1995, on se persuade que les temps ont changé. La suite devait rappeler qu’on ne touche pas impunément à des régimes spéciaux. Les gouvernements veilleront à fractionner les réformes (entre 2003 et 2010). Or, cette fois, la « réforme Macron » vise l’ensemble des retraites. Après la crise des gilets jaunes, lancer ce défi est pour le moins audacieux.

Syndicalement, la situation est beaucoup plus complexe: plus nombreux qu’en 1995, les syndicats n’ont connu aucune progression de leurs effectifs et sont absents de pans entiers du salariat; l’exécutif ne les écoute guère, y compris les mieux disposés à son égard, telle la CFDT.

 

La dimension politique de la crise est sans doute plus forte et fondamentale qu’en 1995: par-delà la personne de Macron et sa majorité, ce sont les institutions de la Ve République qui paraissent à bout de souffle et le système représentatif est remis en question.

Quels sont les ressorts de la « grève par procuration », née en 1995, et qu’en est-il de la mobilisation de jeudi?

Ce sont des grèves sur des questions d’importance nationale soutenues ou comprises par l’opinion, sans aller cependant jusqu’à faire basculer le gros des salariés dans la grève, notamment ceux du secteur privé. On exprime ce soutien dans les sondages, en participant à des manifestations. C’est le fait marquant depuis 1995. Les mouvements de 2016 et 2017 ont montré les limites de ce type de mobilisation: le recours à la grève revient dans les débats et les violences – avec le phénomène des black blocs, les nouvelles stratégies et tactiques de maintien de l’ordre, plus brutales et plus répressives – interrogent la pratique manifestante et son efficacité.

Mobiles zone rurale : moitié moins de puissance qu’en ville

Mobiles zone rurale : moitié moins de puissance qu’en ville

.

Même si on constate un progrès, la campagne est encore mal desservie et en moyenne ne bénéficie que d’une puissance 50% plus faible qu’en zone dense ; Non seulement le maillage est notoirement plus lâche en zone rurale avec encore des zones blanches, aussi des zones grises où les portables fonctionnent en mode alternatif mais selon la dernière enquête le débit moyen en téléchargement atteint 28 Mbit/s dans les zones rurales. Il s’agit d’une nette amélioration par rapport à 2018, où il n’était que de 14 Mbit/s. Reste que ce chiffre demeure plus de moitié moins important que dans les grandes villes et territoires très densément peuplés, où il se situe à 62 Mbit/s. la zone rurale est mieux desservie mais demeurent des disparités dans la qualité de service ; Des différence qui vont encore s’accentuer avec la 5G qui prioritairement concernera les agglomérations sans parler du câble théoriquement qui devrait desservir tout le territoire mais n’atteindra certainement pas les campanes éloignées compte tenu du coût. Notons que curieusement l’opérateur historique Orange qui d’une certaine manière bénéficie d’un avantage concurrentiel n’est pas celui qui accorde le plus d’importance à l’aménagement du territoire en matière de télécom. En effet dans les campagnes, c’est Bouygues Telecom qui ressort en tête des opérateurs fournissant la meilleure qualité de service. Il se démarque surtout de ses rivaux Orange et SFR pour les services de vidéo en ligne et de navigation Web. Free, qui est arrivé plus tard que ses concurrents dans le mobile et s’est d’abord concentré sur la couverture des grandes villes, ferme logiquement la marche. Dans un communiqué publié ce mardi, Bouygues Telecom s’est félicité de ce résultat.

« Pour la deuxième année consécutive, Bouygues Telecom s’impose donc comme l’opérateur de référence en France pour toutes les villes et tous les villages de moins de 10.000 habitants, s’est réjoui Bouygues Telecom. L’opérateur des territoires propose désormais la qualité et la puissance de son réseau 4G à plus de 99% de la population métropolitaine. »

 

Il faudrait ajouter qu’Orange normalement chargé de l’entretien du réseau cuivre laisse ce dernier dans un état très inquiétant.

Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting, les Français ont davantage confiance en Edouard Philippe qu’en Emmanuel Macron.

- Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting, les Français ont davantage confiance en Edouard Philippe qu’en Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron n’avance guère dans les sondages. Et le dernier en date d’Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et franceinfo publié ce jeudi ne devrait pas lui redonner confiance. Une large majorité des Français déclare avoir davantage confiance en Edouard Philippe, le Premier ministre, qu’en lui. Priés de dire qui, entre le Premier ministre et le président de la République, « vous donne le plus confiance », 55% des sondés répondent le premier, 29% le second et 16% ne se prononcent pas. Edouard Philippe arrive également en tête sur sa proximité avec les gens (51% contre 34%) et la compétence (49% contre 36%). S’il y a bien un domaine qui sourit à Emmanuel Macron, c’est l’autorité. Le président de la République devance le Premier ministre (59% contre 29%), tout comme sur le charisme (50%-36%) et la stature d’homme d’Etat (46%-41%).

Chômage des jeunes à 19% davantage qu’en Europe

Chômage des jeunes à 19% davantage qu’en Europe

 

Le taux de chômage des jeunes ( 15 à 25 ans) est presque deux fois plus important que celui des autres catégories en France et il dépasse la moyenne européenne  Le taux de chômage des jeunes en France était supérieur de 2,8 points à la moyenne européenne en 2015 même si la part de ceux qui ne sont ni en formation ni en emploi ne se distinguait pas des autres pays de l’Union, selon des données publiées mardi par la Dares (direction des études du ministère du Travail).Cette étude, qui porte sur les 15-29 ans (France entière sauf Mayotte), montre que 53,3% des personnes de cette catégorie d’âge étaient sur le marché du travail en France en 2015, 43,2% occupaient un emploi et 10,1% (-0,4 point par rapport à 2014) étaient au chômage. Rapporté au nombre des actifs, le taux de chômage était de 18,9% (-0,6 point), à comparer à celui de 10,4% pour l’ensemble de la population .Après s’être nettement dégradés suite à la crise de 2008, les indicateurs d’emploi ont peu varié de début 2013 à fin 2015, souligne la Dares. Mais la France reste globalement à la traîne de ses partenaires européens. Elle se situe ainsi trois points en dessous de la moyenne pour le taux d’activité, quatre points en dessous pour le taux d’emploi et un point au-dessus pour la proportion de chômeurs. Le taux de chômage était lui 2,8 points au-dessus de la moyenne. La part des jeunes ni en formation ni en emploi était en revanche quasi équivalente – 14,8% dans l’Union et 14,7% en France. La Dares relève que la position de la France par rapport à ses pairs européens en termes de taux d’emploi diffère selon les âges. Avec une formation initiale assez longue et une relativement faible proportion de jeunes qui travaillent pendant leurs études, le taux d’emploi des 15-24 ans est ainsi nettement moindre (-5,1 points) en France que dans l’Union. Mais entre 25 et 29 ans, il est légèrement supérieur (+0,8 point) en France à la moyenne européenne.

Croissance française 2016 : encore moins qu’en 2015

Croissance française 2016 : encore moins qu’en 2015

Ce devait être l’année de la reprise et de l’inversion du chômage, ce sera encore moins bien qu’en 2015 en ce qui concerne la croissance. La croissance de l’économie française a atteint 0,4% au quatrième trimestre 2016 et s’est donc établie à 1,1% sur l’ensemble de l’année, selon une deuxième estimation publiée, ce mardi, par l’Insee. Ces chiffres sont conformes aux premières estimations de l’Insee rendues publiques le 31 janvier. Au quatrième trimestre, la croissance du produit intérieur brut (PIB) a accéléré après la légère hausse de 0,2% au cours des trois mois précédents. Mais ces chiffres, pour 2016, sont inférieurs de 0,1 point par rapport à 2015 où la croissance avait atteint 1,2%. En outre, la hausse de 2016, dernière année pleine du quinquennat de François Hollande, est inférieure de 0,3 point à la prévision du gouvernement, qui avait réajusté sa prévision de 1,5% à 1,4% à l’automne. Dans le détail, les dépenses de consommation des ménages ont accéléré en 2016, augmentant de 1,8% après une progression de 1,5% en 2015, portées «notamment par les achats en biens d’équipement du logement au premier semestre», selon l’Insee. De même, l’investissement s’est mieux porté, en particulier celui des entreprises qui a crû de 4% l’an dernier, après une hausse de 2,7% en 2015. Il a notamment accéléré au quatrième trimestre après deux trimestres plus moroses, les chefs d’entreprise ayant anticipé la fin du dispositif de suramortissement fiscal sur les investissements productifs, prévue en avril. Mais l’investissement des administrations publiques a pour sa part continué de reculer, mais à un rythme nettement moins fort qu’en 2015 (-0,6% contre -3,9%). Les exportations ont marqué le pas, ne progressant que de 1,1% en 2016 contre une hausse de 6% un an auparavant. Les importations ont également ralenti, mais moins fort que les exportations (+3,7% après +6,4%), ce qui explique que le solde extérieur a pesé davantage sur la croissance en 2016 qu’en 2015 (-0,8 point après -0,3 point). La production a, de son côté, augmenté un peu plus qu’en 2015 (+1,4% après +1,3%), rebondissant notamment dans la construction. Mais la production agricole a fortement diminué (-5,7% après -2,2%), «en raison de conditions climatiques défavorables» selon l’Insee, ce qui a particulièrement pesé sur la croissance. Selon l’Insee, la croissance de l’économie française devrait augmenter de 0,4% aux premier et deuxième trimestre 2017.

 

Davantage de réserves pétrolières aux USA qu’en Arabie saoudite et en Russie

Davantage de réserves pétrolières aux USA qu’en Arabie saoudite et en Russie

Les Etats-Unis possèdent des réserves de pétrole exploitables supérieures à celles de l’Arabie saoudite ou à celles de la Russie, principalement grâce au pétrole de schiste, conclut une étude publiée lundi par le cabinet spécialisé norvégien Rystad Energy. Elle évalue à 264 milliards de barils les réserves des champs existants, découverts ou encore à découvrir aux Etats-Unis, contre 256 milliards pour la Russie et 212 milliards pour l’Arabie saoudite. Toujours selon cette étude, plus de 50% des réserves restantes aux Etats-Unis sont composées de pétrole de schiste non conventionnel, et le sol du Texas en renferme à lui seul plus de 60 milliards de barils. Rystad Energy ajoute estimer les réserves pétrolières mondiales à 2.092 milliards de barils, soit l’équivalent de 70 fois la production actuelle, proche de 30 milliards de barils de brut par an. Le pétrole dit non conventionnel représente 30% des réserves récupérables et la production offshore 33%, précise l’étude.

 

(Reuters)




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol