Archive pour le Tag 'quelque'

« Les migrants, il faut faire quelque chose » (Morano) !

« Les migrants, il faut faire quelque chose » (Morano) !

Morano qui ne se console pas d’avoir été écartée de la direction des Républicains par Sarkozy reprend l’initiative médiatique en déclarant qu’il fallait faire quelque chose concernant les migrants qui tentent de rallier l’Angleterre. Au passage elle encourage la fibre nationaliste et reporte une bonne partie de la responsabilité de la situation sur l’Angleterre,  aussi sur Hollande bien entendu. Certes elle n’a pas complètement peur de critiquer la déstabilisation politique  dont a été victime la Libye mais la faute à qui ?. Pour autant les candidats à l’immigration en Grande-Bretagne viennent  non seulement de Libye mais de bien d’autres zones actuellement en conflit ou dans une situation économique désespérée. Pour résumer Morano dans son style particulier n’apporte guère de solutions nouvelles par rapport à un problème ingérable. « Prendre des mesures qui s’imposent et non des mesures d’urgence ». C’est la demande que formule Nadine Morano alors que 10 migrants sont morts en tentant de traverser la Manche pour passer en Angleterre. Si Bernard Cazeneuve a annoncé le déploiement de 120 CRS et gendarmes supplémentaires, la députée européenne Les Républicains réclame plus. « Il faut convoquer d’urgence, même en plein été, une réunion bilatérale avec l’Angleterre. Il faut prendre des mesures car là, c’est tellement grave qu’il faut faire quelque chose. »  Mais l’ancienne ministre sous Nicolas Sarkozy attend surtout des gestes du côté anglais : « Je le dis très sincèrement, il y a des mesures très ferme à prendre de leur côté. Il n’est pas juste que la France ait à supporter cette situation« . Et si elle attend des mesures, Nadine Morano souhaite avant tout « empêcher ces vagues migratoires ». « Quand nous sommes intervenus en Libye, nous sommes intervenus avec un mandat des Nations unies. À l’époque, il y avait un comité de transition, il y a eu des élections organisées alors que depuis que nous avons quitté le pouvoir plus rien n’a été fait pour accompagner la transition démocratique« , a-t-elle critiqué jugeant que les migrants était « la faute de la gauche ».  François Hollande est totalement absent et impuissant, voire nuisible sur la scène internationale. En première ligne de ces critiques ? François Hollande. « On a un président de la République qui n’est pas très efficace en politique intérieure. Il est totalement absent et impuissant, voire nuisible sur la scène internationale. Il n’a pris aucune initiative sur ce sujet que ce soit en Libye ou en Syrie », a-t-elle lancé. La députée européenne rejette notamment la politique du gouvernement. « La politique d’immigration choisie que nous avions mis en place n’est pas une politique imposée et subie que nous vivons aujourd’hui. Regardez les quotas qui ont été proposés par la commission européenne. C’est une folie furieuse », a-t-elle protesté réclamant un sommet international. « Il faut que l’Europe prenne ses responsabilités pour éviter ses vagues migratoires. Il faut régler les problèmes là-bas », a-t-elle conclu. Comme ont  dit  yaka !

 

Chômage : « il faut faire quelque chose » ! ( Hollande)… mais quoi ?

Chômage : «  il faut faire quelque chose » ! ( Hollande)… mais quoi ?

 

 

Surréaliste la déclaration de Hollande qui déclare « il faut faire quelque chose » alors que pendant plus d’un an il n’a cessé de prévoir  une  improbable inversion du chômage. En fait on va sans doute créer 100 000 emplois aidés en plus ( il y en a actuellement environ 500 000) et envoyer 60 000 chômeurs en formation. Tant mieux pour les intéressés mais cela ne resoud pas la question centrale du manque d’emplois. Une question dramatique et qui alimente toute la désespérance des acteurs économiques. Depuis l’arrivée de Hollande c’est 21% de chômeurs en plus. La vérité c’est que le gouvernement est perdu, qu’il ne sait plus quoi faire hormis prendre des mesures  anecdotiques et /ou inefficaces . Une addition de mesures gadgets ( comme la loi Macron), dernièrement les mesures  simplification ( pour l’essentiel un transfert sur support informatique de mesures dont nombre devraient être purement et simplement supprimées). De ce point de vue,  on mesure bien les limites d’un politique de l’offre ; certes il faut rendre l’appareil de production plus compétitif mais il aurait fallu éviter le matraquage fiscal ( des entreprises comme des ménages). Car la vraie question est aujourd’hui celle de la demande. Et pas seulement d’ailleurs au plan français mais mondial ; mais plus cruciale en France que dans nombre de pays  compte tenu notamment du dynamisme de la démographie. Certes on constate un petite amélioration ( au premier trimestre mais le second sera moins bon) mais  n’est pas suffisant pour faire diminuer le chômage. Or c’ est le taux de chômage qui nourrit le manque de confiance ( des entreprises, des investisseurs, des consommateurs). Les mesures cosmétiques du gouvernement sont complètement inadaptée à l’ ampleur de l’enjeu. En cause évidemment le fait que ce gouvernement est surtout composé d’énarques et/ou d’oligarques, bref de politiques professionnels qui n’ont qu’un rapport approximatif avec les réalités économiques et sociales et qui s’appuie sur uen administration pléthorique ( qui plombe le budget) tout aussi incompétente. Après la publication de ces chiffres catastrophiques du chômage. , la presse, de gauche comme de droite, rappelle au président sa promesse de ne pas se représenter si la courbe en s’inversait pas d’ici 2017. « Inepte promesse », s’offusque néanmoins Gaëtan de Capèle dans Le Figaro, rappelant que « la marée sans fin du chômage (…) nourrit (l’)angoisse et (le)ressentiment » des Français.  Autre quotidien de droite, L’Opinion est outré, sous la plume de Rémi Godeau, de constater qu’ »alors que la mobilisation générale pour l’emploi devrait être déclarée, le gouvernement s’offre un débat post-congrès surréaliste à propos du burn out¿ » en référence à la proposition de loi portée par l’ancien ministre Benoît Hamon. Les 26.200 chômeurs sans activité supplémentaires comptabilisés en avril ont poussé le gouvernement à dégainer une rallonge de 100.000 contrats aidés et cette mesure ne convainc guère les éditorialistes. « Il faut faire quelque chose, du moins en avoir la mine », commente un Denis Daumin désabusé dans La Nouvelle République du Centre ouest.    »Pour François Hollande, le temps presse. S’il ne veut pas pointer à Pôle emploi dans deux ans, il doit impérativement gagner cette course contre la montre », souligne Jean-Michel Servant dans Le Midi libre. L’Humanité et Maud Vergnol sont dépités : « bien que François Hollande s’en défende, on ne peut pas être aux petits soins avec l’oligarchie et mener une politique de progrès social ».  Voilà donc le chef de l’État « reparti en campagne pour 2017″, note dans Les Échos Cécile Cornudet, qui élargit son propos à Manuel Valls : « le réformateur transgressif a laissé place au fidèle qui ne fait pas de vagues ». « Cela ne va pas aider à donner du crédit à la parole présidentielle », conclut Bruno Dive dans Sud-Ouest.

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol