Archive pour le Tag 'quartiers »'

Police de sécurité du quotidien : 30 quartiers ciblés sur 500 !!!

Police de sécurité du quotidien : 30 quartiers ciblés sur 500 !!!

 

 

Un nouveau nom, la « PSQ »  pour tenter de rétablir l’état de droit dans certains quartiers en pleine dérive. Mais les moyens concerneront seulement 30 zones sur 500 potentiellement concernées. Bref des moyens pas du  tout à la hauteur des enjeux. Pas étonnant la quasi-totalité des responsables gouvernementaux ou des députés ignorent les réalités sociales et sociétales de ces quartiers et n’y ont jamais résidé. Dès lors,   il ne faut guère s’étonner que ces zones de non droit aient  fourni 1500 à 2000 candidats au djihadisme  en Syrie et en Irak et que d’une façon générale l’économie de la drogue face office  de régulation là ou la puissance publique ne pénètre même plus.  Le ministre de l’Intérieur a donc annoncé que trente quartiers difficiles bénéficieront de «moyens supplémentaires» d’ici à janvier 2019 dans le cadre de cette «PSQ». Avec une volonté: ne pas ressusciter la police de proximité, cette «pol prox» devenue le symbole de l’échec de la politique sécuritaire du gouvernement Jospin et un épouvantail pour la droite. Mais, si elle affirme des principes et dégage des moyens, la PSQ recycle aussi des mesures déjà lancées. Ces derniers mois, elle a d’ailleurs suscité chez les élus et les forces de l’ordre autant d’attentes que d’interrogations.

Des dizaines de communes (Aulnay-sous-Bois, Lille, Grenoble, Toulouse, etc.) se sont portées candidates, avec bien souvent l’espoir de glaner des effectifs supplémentaires au regard des 10.000 créations de postes annoncées. Au sein des forces de l’ordre, d’aucuns craignent que les annonces ministérielles ne se limitent notamment à labelliser «PSQ» des mesures ou chantiers déjà actés, comme la forfaitisation des amendes pour consommation de cannabis. Pour les syndicats policiers, les grandes ambitions ont déjà été mises à mal par une concertation en pointillés.

Essonne : des violences qui caractérisent le pourrissement de quartiers sensibles

Essonne : des violences qui caractérisent  le pourrissement de quartiers sensibles

 

Il faut sans doute des incidents aussi violents et aussi dramatiques que ceux qui se sont déroulés dans l’Essonne pour se rappeler da situation des quartiers dits sensibles. Des sortes de zones de non-droit où la police n’est plus tolérée pour laisser se développer le business criminel notamment celui de la drogue. Officiellement on compte environ un millier de quartiers identifiés comme sensibles mais en réalité il faut en dénombrer certainement quatre à cinq fois plus. Chaque zone urbaine de 10 000 habitants parfois moins contient une ou plusieurs zones à risques. Bien entendu la crise n’est pas étrangère à cette situation en particulier le chômage qui affecte particulièrement ces quartiers où plus de 50 % des jeunes sont au chômage. Mais la problématique n’est pas seulement économique elle est aussi politique et  culturelle. Culturelle car nombre de des enfants de ces quartiers n’ont fréquenté l’école que quelques années et constituent  d’une certaine manière des générations perdues. Politique car tant au plan national, au plan local on a volontairement laissé se développer dans ces zones une économie parallèle et des règles de vie en marge de la république. En réplique après les violences,  deux syndicats de police appellent à des rassemblements silencieux mardi et un autre à une « grève du zèle » dans l’Essonne pour réclamer des moyens adaptés après les violences contre des policiers ce week-end dans le département.   »Il n’y a pas de zone de non-droit », a affirmé le chef du gouvernement. Mais la plupart des syndicats de police considèrent que le gouvernement ne leur a pas encore donné les moyens de faire face à cette « violence endémique » dans des zones sensibles. Alternative-police CFDT et le syndicat des cadres SCSI-CFDT appellent en conséquence les policiers à des rassemblements silencieux mardi devant tous les commissariats de police. « En dépit de propos rassurants, il existe toujours des zones de non-droit en France, aux mains de quelques gangs délinquants et criminels qui se radicalisent d’année en année », écrivent-ils dans un communiqué. Pour le Syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN), il y a « urgence à proclamer une grande mobilisation pour imposer à tous le respect des lois comme des fonctionnaires chargés de les faire appliquer ». Quatre membres des forces de l’ordre ont été blessés samedi, dont deux grièvement, lors de l’agression commise par un groupe d’une quinzaine de personnes qui ont jeté des cocktails Molotov sur leurs véhicules près du quartier sensible de la Grande-Borne, à Viry-Châtillon. (Avec Reuters)

Lettre ouverte aux habitants des quartiers populaires (secrétaire d’État à la ville)

Lettre ouverte aux habitants des quartiers populaires (secrétaire d’État à la ville)

 

Plutôt sympa cette lettre aux résidents des quartiers populaires de la part d’une secrétaire d’État à la ville dont on découvre ou redécouvre l’existence, un peu comme à chaque élection. Une lettre ouverte que publie le JDD. Première observation pourquoi une lettre ouverte ? Une sorte de concept inversé ! Un peu quand même grandiloquente, excessive et hors sol cette de lettre,  sorte de pathos qui vante l’action du gouvernement jusqu’à parler de révolution démocratique pour les quartiers populaires. Pas sûr que cette forme de dialectique puisse être très bien comprise par des résidents qui attendent sans doute autre chose que des déclarations d’intention ou d’amour. Une missive dans le style Taubira avec l’éloquence et  le talent littéraire en moins

 

Madame, Monsieur,

À vous qui habitez nos quartiers populaires ou nos villes de banlieue ; à vous qui avez parfois le sentiment d’être abandonnés et, vivez pour un certain nombre d’entre vous le fait d’être exclus de la promotion sociale ; à vous qui êtes les 5,5 millions de citoyens à vivre dans les quartiers situés en « Politique de la Ville », je tenais à m’adresser à vous pour vous dire que l’Etat est bien présent parce que vous êtes pleinement une part de France.

Et je vous l’affirme avec toute la force de mon vécu d’habitante et d’élue de Vaulx-en-Velin, de mes convictions et de mon engagement de femme de Gauche.

La République nous appartient. Elle est solidaire de chacun. La République, par nature et par devoir, ne différencie pas. L’âge, la condition, la couleur de peau ou la religion lui importent peu. La République, par-delà notre statut social et nos histoires personnelles, fait de nous tous ses « Enfants de la Patrie », à égalité en Droits et en Devoirs.

Malgré les obstacles, la complexité et les dysfonctionnements, malgré les retards, les doutes, les déceptions, il me paraissait important de rappeler ce principe, cet idéal indéfectible que la Gauche porte avec fierté.

Bien évidemment, je ne cherche pas à gommer les difficultés du quotidien, les précarités, les inégalités. Je ne les ignore pas. Oui, pour les enfants, pour les habitants de nos quartiers, les chemins de la réussite sont plus sinueux, plus difficiles. Mais doit-on s’y résigner? Non, bien au contraire. C’est pour changer cette réalité injuste que le Gouvernement agit depuis quatre ans. C’est court au regard de l’ampleur de la tâche. Dans le domaine de l’Education, nous avons décidé que les établissements scolaires aient plus de moyens humains et financiers pour accueillir nos enfants et créer de bonnes conditions d’acquisition des savoirs. Nous portons un programme ambitieux de réussite éducative et de soutien à l’éducation populaire. Nous allons aussi lancer un plan de rénovation de nos écoles. J’exhorte, quelles que soient nos histoires personnelles, à continuer à croire en l’Ecole Publique, celle qui porte toujours la promesse républicaine. Face à la difficulté de trouver un emploi, y compris pour ceux qui sont diplômés, l’Etat mobilise le secteur économique pour donner du réseau à ceux qui n’en n’ont pas. Je vois le monde de l’entreprise comprendre de plus en plus  la valeur de nos enfants, comprendre que la force de leur parcours, lui permettra d’affronter plus efficacement les évolutions profondes et  les enjeux à venir. Faire reculer les préjugés et évoluer les mentalités, est aussi un dur combat. Face à la discrimination à l’adresse, au nom ou à la couleur de peau, nous serons intraitables. Nous avons lancé une campagne de lutte pour observer, convaincre et, s’il le faut, poursuivre en justice. Notre société, a besoin de se renouveler, de s’enrichir des apports de chacun et cela ne peut se faire qu’avec vous. Vous devez être, en plus grand nombre encore, parmi les acteurs, les décideurs d’aujourd’hui et de demain. C’est pourquoi le Gouvernement a, par exemple, décidé d’ouvrir davantage l’accès à la fonction publique.  Nous agissons aussi pour améliorer l’habitat. Nous avons investi fortement pour financer la rénovation urbaine et certains d’entre vous ont vu leur quartier se transformer.  Nous le poursuivons, car nos quartiers ont droit au beau, à la qualité et au durable ! Nous avons décidé d’augmenter les crédits à destination du monde associatif, parce que nous savons que, dans nos quartiers, les actions pour la réussite scolaire, l’accès à la culture, au sport, aux droits des femmes, aux solidarités, aux divertissements sont essentielles et représentent, pour beaucoup, l’engagement d’une vie.  J’aurais encore beaucoup à vous dire. L’occasion de nous rencontrer et d’échanger de vive voix nous sera certainement donnée lors d’une de mes visites, mais ces quelques mots vous montrent que l’heure est toujours à l’action. Dans le cadre de la transformation de nos quartiers, je crois à votre intervention, votre expertise pour la pertinence des projets en cours ou à l’étude.  Les conseils citoyens en cours d’installation dans tous nos quartiers de la politique de la ville constitueront ainsi une vraie révolution démocratique. Mon intention n’est pas d’établir une liste exhaustive des mesures prises mais de rappeler, que le Gouvernement est à l’œuvre, qu’il agit dans des quartiers où le travail est considérable et forcément long pour sortir d’une forme de relégation territoriale et de représentation symbolique dégradée.  Mon propos s’adresse à vous, mais il s’adresse aussi au Pays tout entier qui doit entendre que nos quartiers et banlieues sont aussi des lieux de créativité, de courage, d’intelligence, des lieux d’une exceptionnelle force de vie. Ils sont le berceau d’une richesse humaine porteuse de France. Nous sommes nombreux à en être convaincus ; pas assez encore dans une période où certains alimentent et instrumentalisent de dangereuses inclinations identitaires et populistes. Certains dans notre pays prônent un développement séparé. Nous devons sortir d’un « eux » et d’un « nous » et parler collectivement de  l’ensemble des citoyens qui sont porteurs des valeurs de la République. La République gagnera, car je sais que tous nos quartiers plus populaires ou plus  favorisés produisent déjà leurs anticorps républicains. En ces jours de mai où nous célébrons, dans de nombreux pays du monde, un retour à la Paix, à la Liberté et à la Fraternité, gardons à l’esprit l’Histoire et ne laissons pas des impatiences, des mécontentements et des nostalgies identitaires, se transformer en ferments d’affrontement. Jean Jaurès nous disait : « L’Histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’invincible espoir. » Je porte « cet invincible espoir » car je vois l’avenir de la France se construire aussi dans nos quartiers populaires. Je voulais partager avec tous nos concitoyens la conviction que l’action forte et constante de tous, institutions, Etat, citoyens, associations, monde économique continuera à faire émerger des talents, une classe moyenne diverse et métissée qui irriguent déjà notre pays.  Soyons collectivement fiers de notre pays, de ses valeurs et de son ambition pour le monde.

Une centaine de Molenbeek : « beaucoup de responsables n’ont pas compris ce qui se passe dans les quartiers » (maire de Sarcelles)

Une centaine de Molenbeek : « beaucoup de responsables n’ont pas compris ce qui se passe dans les quartiers » (maire de Sarcelles)

 

 

 

Interview dans challenges du Député socialiste, maire de Sarcelles et président de l’Agence Nationale pour la rénovation Urbaine,

Patrick Kanner, le ministre de la ville, a déclaré qu’une centaine de quartiers présentaient des similitudes avec Molenbeek. A-t-il raison?

Oui, surtout quand je vois les réactions que cela suscite. Beaucoup de responsables politiques n’ont pas compris ce qui se passe dans ces quartiers. Ils sont incapables de conceptualiser la ghettoïsation. Dans ces cités déstructurées, il y des individus qui peuvent basculer de la délinquance au terrorisme. C’est ce qui s’est passé pour la quasi-totalité des terroristes en France.

En tant que maire de Sarcelles, comment vivez-vous cette radicalisation. Et comment réagir?

Notre plus grande difficulté, c’est que les islamistes ont identifié nos quartiers difficiles comme un terreau pour y recruter de potentiels terroristes. Nous sommes confrontés à une véritable entreprise de déstabilisation. L’Etat doit réagir mais il ne doit pas le faire seul. Il faut créer une task force associant les administrations centrales et les élus locaux afin d’échanger les informations de façon systématique. Par exemple, à Sarcelles, deux écoles coraniques viennent d’ouvrir, en toute légalité. Il faut que toutes les informations sur ces écoles, que certains soupçonnent d’abriter des réseaux salafistes, soient partagées. Les échanges existent mais ils sont liés aux relations amicales entre élus et responsables d’administrations. Il faut les systématiser.

Manuel Valls avait dénoncé l’apartheid « territorial, social et ethnique », il y a plus d’un an. Depuis, qu’est ce qui a changé?

Le premier ministre a défini une stratégie très offensive pour lutter contre les cités ghettos. Mais elle tarde à se mettre en place. Le Premier ministre a bien compris qu’il faut arrêter de concentrer les ménages les plus pauvres dans les villes en difficulté. Mais les préfets appliquent encore le Dalo, le droit au logement, et ils affectent les ménages les plus modestes dans les cités qui ont le plus de logements sociaux. La politique de peuplement, qui visait à casser les ghettos, n’est pas encore visible. On ne change pas des habitudes prises pendant 30 à 40 ans aussi vite.

Manuel Valls voulait aussi obliger les communes riches à construire des logements sociaux…

Oui, la pression est montée. Les préfets ont même réquisitionnés 70 terrains dans les communes qui refusaient d’appliquer la loi qui leur impose 25% de logements sociaux. Mais il faut faire très attention au type de logement social que vont construire les communes riches. Si ce sont des logements pour classes moyennes, cela risque de siphonner ces populations qui restent encore dans nos banlieues difficiles. Il faut imposer aux villes riches d’accueillir les ménages les plus en difficulté.

Polémique sur les nombreux quartiers français de type « Molenbeek français »

Polémique sur les nombreux quartiers français  de type   »Molenbeek français »

 

 

Patrick Kanner a déclenché une belle polémique en déclarant qu’il y avait en France une centaine de quartiers français de type Molenbeek. Une déclaration qui surprend dans la mesure où le ministre des transports sort de son champ de compétence. Il faut dire que dans ce gouvernement complètement éclaté chaque membre ne se prive pas d’intervenir sur des sujets dont il n’a pas la charge. Macron, Sapin, Ségolène Royal et bien d’autres interviennent à tort et à travers sur des thèmes dont ils n’ont pas la responsabilité. Patrick Kanner est, comme Roselyne Bachelot, un ministre nommé au sport au hasard des combinaisons politiciennes. Il ne connaît évidemment rien au portefeuille qui lui a été confié (il n’est pas le seul !) et tente donc d’exister en sortant de son champ de compétence. Pourtant cette déclaration intempestive ne manque pourtant pas de pertinence. Il y a sans doute une centaine de quartiers français de type Molenbeek en France, c’est-à-dire de quartiers susceptibles d’alimenter le réservoir de terroristes. En cause l’intégrisme radical qui y règne. Malheureusement ce chiffre est sans doute sous-estimé car cela représente un quartier par département et il y a sans doute 10 fois plus de quartiers infectés par l’intégrisme. Pas forcément des quartiers de recrutement pour le terrorisme mais des quartiers communautarisés où sont niés les valeurs républicaines et où se développe un environnement sociétal de non-droit. Pour le ministre des sports, « c’est une concentration énorme de pauvreté et de chômage, c’est un système ultracommunautariste, c’est un système mafieux avec une économie souterraine, c’est un système où les services publics ont quasiment disparu, c’est un système où les élus ont baissé les bras ». Une analyse aussitôt contestée par les oligarques du parti socialiste et notamment par l’ancien marxiste de la ligne communiste révolutionnaire Julien Dray reconvertie par les délices du pouvoir. Le conseiller régional socialiste d’Ile-de-France Julien Dray a récusé l’expression de « Molenbeek français ». « On croit que par les formules on résout les problèmes. On cède à la facilité de la communication et ça ne livre aucune information réelle », a-t-il déclaré lors du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro. Il a pourtant dressé un constat comparable à la situation décrite par le ministre de la Ville, déclarant que la « ghettoïsation urbaine » sociale et ethnique de la société française ces vingt dernières années avait donné naissance à des « ghettos sociaux (confrontés) à une montée de la délinquance, à des noyaux islamistes qui essayent d’utiliser ces problèmes sociaux, de les instrumentaliser. » Pour Patrick Kanner, cette situation trouverait notamment ses racines dans les émeutes urbaines de 2005, qui ont contribué au développement du salafisme dans certains quartiers, en fragilisant la jeunesse devenue par la suite une cible pour des « prédateurs ». « Nous avons tous une part de responsabilité », a-t-il observé en mettant cependant en cause la baisse des moyens alloués à la police, à l’Education nationale et au monde associatif par la majorité précédente. « Il y a eu un problème de mauvaise gestion de ces quartiers pendant les années « , a dit Patrick Kanner. « Nous aussi, en France, nous avons des quartiers qui sont sous l’emprise à la fois des trafiquants de drogue et des réseaux islamistes et salafistes », avait indiqué le Premier ministre sur Europe 1.

Il Il n’y a plus de république dans les quartiers sensibles depuis longtemps

Il n’y a plus de république dans les quartiers sensibles depuis longtemps  ( Fadela Amara)

 

«  »il y a une absence de République dans nos quartiers depuis très longtemps. Il y a des choses qui sont faites, il y a beaucoup de choses encore à faire, mais quand vous avez une forme de laxisme, une forme de non exigence du respect des valeurs de la République, vous vous retrouvez dans ce genre de situation ». Selon elle, ce laxisme est dû à « la lâcheté, souvent, à l’achat de la paix sociale. On est en train de payer les conséquences de ce qui s’est passé il y a dix, vingt, trente ans ». Cette lâcheté est le fait « des hommes politiques, de gauche comme de droite, qui ont acheté la paix sociale en passant par exemple des accords avec des islamistes, pour des raisons électoralistes, en fermant les yeux par exemple sur toutes ces formes de particularisme, de revendication. Une des grandes avancées de notre pays, ça a été quand même la loi de 2004, qui a permis d’interdire des signes religieux dans les écoles, notamment le voile, donc on a protégé les filles. Il a fallu mener cette bataille alors que tout le monde pensait que c’était acquis. Et quand vous regardez ce qui se passe dans les quartiers, on ferme les yeux sur la burqa, on ferme les yeux sur le voile ».

Attentats : en France : « reprendre la main dans les quartiers », (Boutih)

Attentats : en France : « reprendre la main dans les quartiers », (Boutih)

Malek Boutih, ancien responsable de « SOS racisme », député socialiste de l’Essonne, pose un diagnostic sans concession sur les quartiers où « ces potentiels terroristes sont protégés par une armée de délinquants. Ils ont une armée de réserve. Les maires sont dépassés, déplore Malek Boutih. Il faut que l’État reprenne la main avec un objectif clair : aider ceux qui veulent s’en sortir. » « Il n’y a pas de possibilité d’intégration dans la société française en communautarisant par quartier », affirme le député de l’Essonne qui confirme les propos tenus au Point : « Un certain nombre d’élus sont prêts à tout pour des voix quitte à pactiser avec les gangsters et les islamo-nazis ».    »Aujourd’hui on est fort. La République peut remettre de l’ordre, veut croire Malek Boutih qui n’est « pas en colère » mais « triste qu’on en soit arrivé là ».  »Les musulmans sont les premières cibles de ces gens-là, explique-t-il en parlant des terroristes, il faut les aider il faut leur tendre la main, protéger les enfants de la propagande ». »On a les moyens, explique-t-il. Il faut sortir des bouts de ficelle, exhorte Malek Boutih, des associations. Il faut des vrais professionnels, il faut de l’autorité, du service public. Il faut qu’il n’y ait plus un enfant dans les rues la nuit », a-t-il conclu.

>




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol